Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris

Un vis-à-vis pour commencer : Sheila Jasanoff est professeure de Science and Technology (STS) à l’Université de Harvard, aux États-Unis. Elle a publié de nombreux travaux sur l’expertise judiciaire et, plus largement, sur les relations entre science et droit. En ce qui me concerne, je suis doctorant en sociologie et j’effectue une thèse sur la médecine légale, à la croisée de la sociologie des sciences et de la sociologie du droit. On comprendra dès lors que la venue à Paris de Sheila Jasanoff pendant le mois de juin ne pouvait pas me laisser indifférent. Je l’ai d’abord fréquentée tout au long de l’année, à distance, en silence, que ce soit à travers mes lectures ou à l’occasion de présentations écrites et orales[1]. J’ai ainsi tenté de mettre les thèses de la « coproduction » (i.e. la grande innovation conceptuelle de l’auteure) à l’épreuve de mes matériaux empiriques et des questions de recherche que j’y ai adossées.

Sheila Jasanoff, Harvard University, PSL Lectures - Conférences Diderot, 12, 17, 23 juin
Avis à la population STS et au-delà : Sheila Jasanoff, PSL Lectures, Conférences Diderot, Paris, 12-17-23 juin 2014 (sources : www.univ-psl.fr)

À l’approche de l’été, après une année à lire et à en deviser avec les collègues, j’ai donc découvert dans ma boîte mail les nombreuses annonces de conférences qui présentent et discutent les travaux (autour) d’une des leaders des STS. Impossible cependant d’assister aux prises de parole répétées de Jasanoff tant les rencontres organisées étaient nombreuses (j’en ai repéré au moins cinq sur deux semaines !). C’est difficile à concilier avec la vie ordinaire du doctorant-sociologue, entre le labo et les terrains. Aussi, il a fallu choisir. Deux événements ont plus particulièrement retenu mon attention, parce qu’ils apparaissaient a priori comme un prolongement possible des lectures de certains travaux de Jasanoff que je connais bien[2]. On peut y voir un intérêt de connaissance assez instrumental : il fallait que ces déplacements me servent d’une façon ou d’une autre. Mais en même temps, j’étais intrigué par la mention, dans les argumentaires et le design de ces événements, d’un principe de l’échange avec Jasanoff. « Échanger » : c’était en effet sous cette bannière que les organisateurs pensaient l’interaction avec une experte concernée de ces questions. Nous ne sommes plus ici dans le cadre plus classique de la conférence académique, durant laquelle des conférenciers présentent leurs travaux à la chaîne dans des sessions préformatées (confer l’« anatomie » proposée par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ici même) ; dans ce cas précis, on pouvait s’attendre à une configuration interactionnelle différente, un petit « forum hybride » tourné vers la discussion plus informelle, prétexte à des prises de parole relâchées, un peu à la façon de la « table ronde », tout cela avec Sheila Jasanoff en guest star. Intéressé, stimulé même, mais pas toujours convaincu par les propositions théoriques de Jasanoff (en deux mots, celles-ci n’adhèrent pas très bien à l’approche ethnographique de l’activité des experts telle que je la mets en œuvre), ces moments d’« échange » où l’interaction rompaient l’ordre de la performance académique attendue étaient a priori les plus intéressants. Et c’est sur cet aspect à la fois omniprésent (car affiché pour vendre les événements) et étrangement sous-entendu que je varierai dans ce billet. À ce stade, il n’est pas inutile de préciser que je ne suis pas « expert » de l’œuvre déjà très étoffée de références et de commentaires de Sheila Jasanoff ; j’essaie plutôt d’en mobiliser certains développements dans mon travail de thèse — c’est donc une référence, dans tous les sens du terme. Je ne prétends pas non plus restituer de façon extensive les échanges nourris ni la richesse de ce qu’il s’est dit pendant ces journées, mais de rendre compte – à titre de terrain exploratoire – de l’esprit de dialogue qui a présidé à leur organisation et à leurs affichages. Ce faisant, on peut également réfléchir aux limites communes aux événements scientifiques qui se proposent de faire dialoguer la « communauté scientifique » avec ce que j’appellerai, provisoirement, pour insister sur la portée internationale des recherches qu’elle mènent, une « star académique ».

Sheila Jasanoff à Harvard, en 2011 (crédits : Harvard STS Photos, via Flickr)
Sheila Jasanoff à Harvard, en 2011 (crédits : Harvard STS Photos, via Flickr)

La première manifestation à laquelle j’ai assistée est une journée de dialogue avec Jasanoff. La seconde se présente comme une séance de débat. Dialogue/débat : il faudra bien saisir ce que recouvrent ces formules et ce qu’elles révèlent des pratiques de mise en scène/visibilité de la « starification » du/dans le monde académique — avec un évident décalage franco-étasunien ; de présenter, en d’autres termes, la formation d’un espace de mise en variation de la notion de l’échange, entre les deux formats du « dialogue » et du « débat ». Quels échanges, concrètement ? Qui donne le change à Jasanoff ? Est-ce que ça change quelque-chose, au fond ? De quoi les intervenants-participants parlent-ils, d’ailleurs ? Est-ce la même chose de « faire dialoguer » des chercheurs et de « faire débattre » des disciplines ?

« J’ai une critique à adresser à votre projet de thèse : vous ne citez pas assez Jasanoff », m’a dit un jour un évaluateur de mon projet de thèse. « Pas assez » ou trop peu, c’en était certes trop ; et c’est pourquoi, tout compte fait, je me suis dit qu’il fallait aller vérifier sur place que les propositions théoriques de l’auteure de Science at the Bar (1995) pouvaient apporter à mon travail autre chose qu’un complément de référence (d’autorité) ou une vague source d’inspiration. Cela dit, il était aussi important de savoir pourquoi au fond il était si indispensable de citer Jasanoff, par-delà le tropisme bibliographique ou la mention scolaire à l’auteure-qu’il-faut-de-toute-façon-citer.

Du « dialogue » sur les STS : l’expertise de Jasanoff

La première journée se déroule dans les locaux de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris. Nous sommes début juin et l’on croise dans les allées du campus ensoleillées des jeunes éventuels futurs étudiants qui, joyeux et souriants, viennent passer les oraux d’admissions pour entrer à l’École (à cette école plutôt, il y en a tellement dans le 5e…). Assez perdu de temps à flâner, je suis de toute façon en retard. Il est 9h10 quand j’entre dans la salle où a lieu l’événement, où chacun s’affaire déjà à écouter Emmanuel Bertrand présenter les orateurs successifs qui « dialogueront » avec Sheila Jasanoff. La journée s’intitule « Légitimité de l’expertise. Légitimité par l’expertise : journée de dialogues avec Sheila Jasanoff ». Le programme annonce le menu : « Le matin sera consacré aux approches sociologiques et l’après-midi aux approches historiques et théoriques. Les intervenants qui dialogueront avec Sheila Jasanoff sont, dans leur ordre d’intervention : Christophe Bonneuil [en réalité remplacé par Jean Foyer], Vololona Rabeharisoa, Pierre-Benoit Joly, Michel Morange, Frédéric Graber, Mathias Girel, et Dominique Pestre »[3]. Le dialogue proposé est placé sous le signe du pluralisme : entre des chercheurs d’une part, et entre des disciplines de l’autre. Sur ce second point, il est notable de constater une partition de la journée qui n’apparaît pas vraiment comme étant « STS friendly », puisqu’il s’agit de distinguer les approches dites « sociologiques » de l’expertise de celles qui ne le seraient pas, qualifiées alors d’« historiques et théoriques ». Pour le courant de recherche qui a su le mieux réfléchir au caractère construit des frontières entre les disciplines, la mise en pratique est ici pour le moins manquée, comme le remarque d’ailleurs la modératrice de l’après-midi, qui introduit comme suit son propos : « à croire que les sociologues ne font ni d’histoire, ni de théorie » ! Les allants de soi et les stéréotypes disciplinaires ont la vie dure, semble-t-il, mais au moins cela donne-t-il à chacun-e la possibilité de se resituer dans ces configurations finalement bien ancrées.

Au fil des discussions, nous sommes invités tout au long de la journée à circuler dans des pays variés, à des époques différentes et à écouter des chercheurs aux corpus théoriques et empiriques plus ou moins différents. Tant mieux, puisque le pari est parfois absolument réussi, par exemple lorsque Frédéric Graber présente ses travaux historiques sur le degré zéro de la participation à travers l’étude des enquêtes de commodité aux 18e et 19e siècles, ici dans le cas de la construction d’un canal. Ou encore, lorsque Mathias Girel propose une grille de lecture philosophique – dans le cadre d’une philosophie du doute – des arrêts Daubert, lesquels définissent la recevabilité d’une preuve scientifique aux États-Unis. Les arrêts Daubert sont un véritable « point de passage obligé » pour quiconque s’intéresse à l’expertise judiciaire, et même si la présentation qu’en fait Mathias Girel n’est pas révolutionnaire (tellement de choses ont déjà été écrites, il faut dire !), elle est suffisamment originale pour être stimulante.

Sheila Jasanoff, Designs on Nature: Science and Democracy in Europe and the United States, Princeton University Press, 2007
Sheila Jasanoff, Designs on Nature: Science and Democracy in Europe and the United States, Princeton University Press, 2007

D’autres recherches ont positionné le dialogue sur le terrain des concepts semés par Jasanoff et récoltés par d’autres chercheurs après qu’ils les ont fait germer dans les contextes de leurs propres recherches. Ainsi, Vololona Rabeharisoa présente un modèle de l’« Evidence-based activism » opérant alors un décalage heuristique par rapport aux « arènes » proprement judiciaire ou politique — que Sheila Jasanoff a, comme beaucoup d’autres, étudiées à travers la question des preuves à la base de décisions politiques ou de décisions judiciaires. Au-delà du débat de spécialistes, la discussion a pu intéresser tout sociologue, notamment lorsque Jasanoff invite les chercheurs présents à ne pas prendre pour évidente la notion d’evidence. L’inspiration jasanoffienne est plus claire encore dans l’exposé de Pierre-Benoît Joly qui se propose de partir à la recherche d’une « épistémologie civique européenne ». Sheila Jasanoff développe en effet dans un ouvrage de 2007, Designs of nature, le concept de « civic epistemology » qui qualifie, pour le dire vite, des façons collectives de connaître, que Pierre-Benoît Joly met ici à l’épreuve du cas européen.

Ne prenant quasiment aucune note, Jasanoff écoute. Puisqu’il s’agit de « dialogues », elle est invitée à réagir quand et si elle le souhaite aux différentes communications. C’est plutôt le principe d’un dialogue emboîté qui structure cette journée, principe qui lui permet de réagir après chaque communication, après chaque « panel », et après la journée. C’est elle qui a le dernier mot, ce qui me laisse parfois l’impression d’être venu écouter des chercheurs venus écouter Jasanoff. Un plurilogue plutôt qu’un dialogue, en quelque sorte ?

Intermède : les difficultés de l’observation (qui aimerait bien être totalement) participante du milieu de la recherche

Après la matinée, le dialogue s’est poursuivi à l’occasion d’un déjeuner-buffet à la hauteur d’une invitée en provenance de Harvard. Nous sommes dans une petite pièce jouxtant la salle Champetier. La proximité est plus grande et l’accès aux chercheurs facilité par la file d’attente qu’il nous faut constituer pour atteindre le buffet. C’est l’occasion pour moi de tenter de jouer un rôle plus actif. D’où les premiers échanges avec Jasanoff dans les bras de laquelle je suis littéralement poussé par un interlocuteur trop pressé pour poursuivre la conversation que j’essaie d’entamer avec lui. Or, comme mon anglais présente ce défaut d’empirer avec le stress, le dialogue reste au stade embryonnaire d’échange de politesses. Manqué pour cette fois, je suis contraint de me rabattre sur l’observation d’autres chercheurs « dialoguant » avec elle, position en vérité bien plus confortable, surtout à l’heure du repas.

Des « débats » à haute teneur STS : « réflexivité » et « coproduction »

Pour en savoir plus sur les quelques concepts évoqués ci-dessus, le lecteur peut se référer à l’ouvrage Le Droit et la Science en action, qui rend accessible en français certains travaux de Sheila Jasanoff, grâce au travail de traduction d’Olivier Leclerc. Ce dernier a également rédigé une introduction très claire présentant les travaux de Jasanoff. C’est cet ouvrage qui est présenté et discuté lors de la seconde manifestation à laquelle j’ai assisté. Pour la dernière fois dans l’année, les « débats du centre Alexandre Koyré » ont invité Sheila Jasanoff, Olivier Leclerc (Université Jean-Monnet, Saint-Étienne) et Horatia Muir-Watt (Sciences-Po Paris). Ici encore, on peut réfléchir aux échanges entre Jasanoff et des chercheurs issus d’horizons disciplinaires différents, et entretenant des relations de plus ou moins grande proximité avec ses travaux. Par contraste avec le précédant principe du dialogue emboîté, ce second événement affiche la visée du débat avec Sheila Jasanoff et les chercheurs qui l’invitent, qui travaillent avec elle, qui la lisent ou qui la découvrent. Le « débat » comme déclinaison de la forme dialogue produit ici des effets spécifiques sur les façons d’échanger avec Jasanoff. Tout est fait pour que chacun se sente libre de prendre la parole. La barrière de la langue n’en est plus une : « Sheila comprend très bien notre langue et on peut lui poser des questions en français », précise le modérateur, soucieux de faire vivre le débat. Le format du séminaire de deux heures plutôt que celui de la journée d’étude produit ici une ambiance plus détendue et des échanges plus directs. Ceux-ci sont d’ailleurs favorisés par la disposition des places autour de l’unique grande table ovale du CAK ; là où, lors de la journée d’étude précédemment présentée, l’assemblage des tables dessinant un immense rectangle conférait à la journée un caractère plus solennel, et associait à la prise de parole éventuelle du doctorant un caractère perçu comme risqué (alors même que les deux événements ont rassemblé le même nombre de personnes, tournant autour de 25).

La plupart des échanges s’est structuré autour d’Olivier Leclerc et de Sheila Jasanoff, co-auteurs de l’ouvrage précité. Je m’arrêterai sur trois saillances de ce livre – saisi comme objet matériel – qui ont occasionné les échanges les plus riches.

Jasanoff y voit un livre uniquement du fait que le contenu est compris entre deux couvertures. Un travail de composition éditoriale ad hoc, par conséquent, qui souligne à nouveau l’objectif sous-tendu de mettre en circulation ses travaux dans l’espace francophone. Elle refuse d’y voir une contribution homogène, encore moins un programme de recherche (quand bien même son travail peut être promu comme tel). Il y a là différents papiers sans cohérence d’objets, ni de supports théoriques : la dispersion et l’hétérogénéité sont assumées. C’est d’ailleurs un des intérêts de l’ouvrage pour le lecteur francophone que de rendre accessible et finalement visible ces recherches marquées par une grande versatilité et une capacité de déplacement et de refocalisation permanente.

Sheila Jasanoff & Olivier Leclerc, Le Droit et la science en action, Paris, Dalloz, 2013
Sheila Jasanoff & Olivier Leclerc, Le Droit et la science en action, Paris, Dalloz, 2013

Cette couverture, ensuite, fait figurer les deux co-auteurs sur un même pied d’égalité. C’est d’ailleurs entre eux qu’auront lieu les échanges les plus riches, Olivier Leclerc ayant conclu son intervention par trois points (que je traduis en trois enjeux) afin de lancer le débat : (1) le poids du droit américain dans les analyses de Jasanoff (enjeu comparatif), (2) les supports matériels de la production des faits scientifiques (enjeu de descriptibilité), (3) le rapport entre le droit et la justice (enjeu moral). Le but de l’exercice n’est pas de repartir avec des réponses, mais avec encore plus de questions, et l’on perçoit vite à mesure qu’elles sont instillées dans le « débat » qu’elles sont extrêmement utiles pour « mobiliser » la référence à Jasanoff dans le cadre des recherches sur l’expertise, et plus généralement pour étudier la science et le droit « en action », pour reprendre le refrain si bien connu.

Le dernier élément matériel qui a attiré mon attention, et qui a été discuté pendant la séance, est l’éditeur de l’ouvrage. En choisissant Dalloz, les auteurs ont fait un certains choix, justifiée avec force réflexive par Olivier Leclerc. Le public « cible », ce sont les juristes plutôt que les sociologues du droit. Derrière ce placement de produit, il y a l’idée qu’Olivier Leclerc vise, au-delà de son travail spécifique sur le droit de la preuve, à établir un dialogue entre la « communauté STS » et les juristes[4]. Allant au bout de sa démarche de présentation des conditions d’existence matérielles de l’ouvrage, Olivier Leclerc explique les conséquences que ce positionnement a impliquées en termes de choix des textes. Le fameux texte de Jasanoff sur le procès d’O. J. Simpson[5] est ainsi le grand absent de l’ouvrage. Selon Olivier Leclerc, un certain nombre des analyses qui y sont conduites – comme le fait que la preuve est fondamentalement discursive – serait en effet inaudible pour les juristes baignant dans le contexte français, où le caractère procédural est mis en avant. Principe de prudence académique, donc : en matière de références aussi, il n’y a pas d’importation clé en main (ce qui relève de l’enjeu comparatif évoqué plus haut).

Un éditeur qui pèse lourd (crédits : Lemmanuel, 2012, via Flickr)
Un éditeur qui pèse lourd (crédits : Lemmanuel, 2012, via Flickr)

Le thème de la réflexivité est une tarte à la crème de la sociologie des sciences, depuis que Bloor ainsi que les tenants du « reflexive turn » l’ont installé dans les cerveaux au cours des années 80. On peut considérer qu’Olivier Leclerc se livre à cet exercice de la réflexivité sans filet et que c’est d’autant plus passionnant que ce principe de méthode croise un résultat central des travaux de Sheila Jasanoff : la « coproduction ». Cette thèse, selon laquelle « ce que l’on sait en science dépend dans une large mesure de choix, préalables ou concomitants, sur la manière dont on a décidé de connaître »[6], est déclinée par Jasanoff sur ces différents objets. Par exemple, sur l’expertise judiciaire, cette idée permet de comprendre que les listes d’experts instituées par la justice sont le produit de disciplines scientifiques, en même temps qu’elles contribuent à les créer (la criminalistique, par exemple). Quant au principe de prudence décrit par Olivier Leclerc dans le choix des textes, il montre que le contenu des livres de sciences sociales a à voir avec le contexte de production et de réception sans que l’on puisse savoir ce qui est logiquement premier. Les juristes ne sont-ils pas assez ouverts au raisonnent sociologique à cause de leur discipline ou parce qu’ils n’ont pas accès, dans leurs collections, à ces textes ? On peut se demander ce que devient la sociologie dans ce « dialogue ». Loin de l’évacuer, l’ambition de Leclerc, laquelle s’appuie sur ces travaux de STS, n’est pas de durcir l’opposition entre droit et sociologie, mais, au contraire, de réintégrer le droit dans les sciences sociales.

On ne peut alors pas lui reprocher son choix éditorial – ce qui aurait été de toute façon fort mal venu. Mais il convient de noter que dans cette matinée, la sociologie a parfois été un peu malmenée. Sur ces sujets au croisement de la science et du droit, c’est souvent Bruno Latour qui est cité, et la critique que ses propositions en la matière ont essuyée pendant ce « débat » a quelque peu débordé, à mes yeux, sur la démarche ethnographique : ainsi son étude sur le Conseil d’État est-elle dépeinte par un chercheur en droit comme « hilarante » pour le juriste et son livre, La Fabrique du droit (2002), de « plus anecdotique que fondateur ». Sociologues, encore un effort pour enfin être lisibles par les travailleurs de l’épreuve juridique !

Rencontrer Sheila : un rite initiatique pour une frange de la « communauté STS » ?

En présentant certaines des conditions de réalisations concrètes du dialogue scientifique, sans pour autant l’épuiser, cette analyse a tenté de mettre en lumière les intérêts et les difficultés posées par l’organisation d’événements avec et autour d’une chercheuse réputée et faisant autorité du monde académique globalisé. Après tout, il n’est pas étonnant que la portée potentiellement critique du dialogue soit mise en sourdine dans ces événements qui visent d’abord à faire connaître à un public, parfois novice, les travaux d’un chercheur méconnu en France.

Les récits de rencontre avec Sheila Jasanoff, justement, ont occupé un temps non négligeable de certaines prises de parole lors de ces journées. Ont ainsi été mises en relief les capacités d’écoute et d’échange de Sheila. Le fait de l’entendre appelée par son prénom m’a d’abord étonné, étant peu rompu aux habitudes américaines en matière de dénomination. Si, comme dans tout entre-soi scientifique, l’usage du prénom permet de témoigner en public d’une connaissance privée et de faire étalage des sommets de son capital social, il est plutôt ici le signal de relations tissées de longue date entre des chercheurs invitant et une professeure invitée – et l’on n’en saura pas plus d’ailleurs, sur la constitution de ces réseaux interpersonnels transatlantiques. Un autre effet de ces dialogues réalisés au sein de réseaux de recherches déjà solidement constitués est le sentiment de reproduire dans ces deux dispositifs d’échange l’impression – étonnante, quand on y songe – de venir consulter Sheila Jasanoff. Et c’est tout à fait compréhensible que la venue à Paris d’un Professeur dans la prestigieuse université de Harvard suscite ce type d’interactions dans l’espace scientifique.

tgv
Transport intellectuel à grande vitesse (crédits : UT440 131M, via Flickr)

Et au fait, qu’est-ce que j’ai gardé de ces rencontres, une fois rentré chez moi ? Qu’est-ce que ces conversations ont provoqué chez l’auditeur qui était avant tout invité à écouter sagement, avec bienveillance ? Je n’ai pas oublié qu’au départ, je m’étais déplacé pour observer la « co-production » en temps réel, les thèses de Jasanoff énoncées et justifiées dans le vif. Si j’ai apprécié les « dialogues avec Jasanoff », leur utilité pour mon travail de thèse n’est évidemment pas mesurable, et il faudra encore « dialoguer » à travers d’autres rencontres avec Sheila Jasanoff et ses travaux. Il faudra continuer à lire et attendre la prochaine venue à Paris, en juin 2015 peut-être.

Pour « consulter l’oracle »[7], encore faut-il que celui-ci se manifeste. Or entre les deux « manifestations » dont j’ai rendu compte, quelque chose de cet ordre s’est produit et a déplacé le concept du « dialogue » : parti loin de Paris pour faire du terrain, je croise au retour sur le quai de la gare une certaine… Sheila Jasanoff – qui, entre ces deux conférences, était dans la même ville que moi. L’occasion était trop belle, le hasard tellement heureux : je décide d’aller à sa rencontre, elle me reconnaît et s’arrange pour qu’on soit assis face-à-face dans le train afin de poursuivre les quelques échanges à peine initiés la veille à l’occasion d’un déjeuner-buffet. Le face-à-face en guise de reformulation du vis-à-vis initial, donc : pendant l’heure de trajet jusqu’à Paris, j’ai pu éprouver la sagesse et la bienveillance de Sheila Jasanoff ainsi que son intérêt pour la discussion scientifique, que celle-ci porte sur ses travaux, sur les miens ou sur les enjeux qui traversent les STS. C’est de cette discussion qu’est née l’idée de cette restitution, certaines de ces analyses ayant été « testées » auprès de la principale intéressée. Il est notable de remarquer qu’en matière de « dialogue scientifique », le réseau ferré a été plus propice en émulation et en sérendipité que les réseaux universitaires constitués des STS.

Romain Juston (@sociolol)

Image en bandeau :  California Bakery, via Flickr.

 


[1] Voir le compte-rendu d’une journée d’étude sur l’expertise judiciaire : Romain Juston, « Regards croisés sur l’expertise et les experts », carnet du Laboratoire Printemps, 2 mai 2014.
[2] A ce titre, on doit noter le travail de traduction – linguistique et conceptuelle – effectuée par Olivier Leclerc qui présente et traduit certains chapitres et articles de Sheila Jasanoff sur des thématiques qui font varier la question des relations de la science et du droit. Sheila Jasanoff & Olivier Leclerc, Le Droit et la science en action, Paris, Dalloz, 2013.
[3] Le programme intégral est mis en ligne.
[4] Il a d’ailleurs organisé une journée d’étude dans cette optique.
[5] Sheila Jasanoff, « The Eye of Everyman: Witnessing DNA in the Simpson Trial », Social Studies of Science, vol. 28, 1998, p. 713-740.
[6] Sheila Jasanoff, Olivier Leclerc, ibid., p. 49.
[7] Voir cet autre conference advisor, où l’on croise également Sheila Jasanoff, star de la 4SAcademy : Volny Fages, « Retour de San Diego : Les STS sont mortes, vivent les STS », Carnet Zilsel, 8 décembre 2013. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *