La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Du 9 au 11 juillet 2014 s’est tenu à Bordeaux le colloque « Science, innovation, technique et société ». Il était organisé à l’initiative des collègues bordelais, en particulier Pascal Ragouet, du centre Émile Durkheim (Émile, totem de l’étape), et sous la double égide des Réseau Thématique (RT) 29 de l’Association française de sociologie (AFS) et du Comité de Recherche (CR) 29 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Avec quelques camarades, j’y ai participé du début jusqu’à la fin. Pour n’en pas perdre la mémoire, j’en proposerai ici un compte rendu dans la rubrique « Conference advisor ». Subjective, cette restitution le sera à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il y a en théorie autant de restitutions possibles que de participants, chacun conservant un souvenir personnel de ce qu’il s’est passé, conditionné par ses expériences interactionnelles sur place et ses capacités d’observation, d’attention aux choses et de mémorisation. Ce retour d’expérience sera subjectif aussi parce que j’assumerai mes partis pris. Quelques commentaires critiques l’exprimeront au fil du texte.

Jour 1 : mise en bouche

Ce n’est pas tous les jours que les chercheurs/ses intéressé-e-s par les sciences et/ou les techniques (et/ou l’innovation, toujours à toutes les sauces) ont l’occasion de se retrouver. Je dis « chercheurs/ses intéressé-e-s » sans préciser d’appartenance(s) disciplinaire(s), parce que je me suis vite rendu compte que, contre ce à quoi je m’étais d’ailleurs préparé (l’identité disciplinaire de la « puissance invitante » le laissait pensait, à tout le moins), il ne s’agissait pas d’un colloque de sociologie-des-sciences-pour-sociologue-des-sciences. S’intéresser à la science, à la technique, à l’innovation, avec tout ce que l’on peut subsumer sous ces termes élastiques, était en effet le commun dénominateur, un principe d’agrégation thématique accueillant qui autorisait un maximum d’enrôlements et a priori un coût d’entrée peu élevé. À première vue, on dira « tant mieux » car s’il y a bien quelques séminaires çà et là, des congrès durant lesquels une ou deux sessions « études des sciences » se tiennent, il est bien rare de pouvoir échanger avec plus d’une dizaine de personnes. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, ce domaine reste encore confidentiel en France. C’était donc par principe une bonne nouvelle de savoir qu’à Bordeaux, au tout début de l’été, devait s’organiser un tel événement, sur trois jours en plus.

Les marques, elles vous marquent (crédits photo : ASM, via Instagram)
Les marques, elles vous marquent (ou pas) (crédits photo : ASM, via Instagram)

9h30 : arrivée dans le hall de la fac, site de la Victoire. La dernière fois que je suis venu ici, c’était à l’occasion d’un congrès de l’AFS, en 2006. Ça remonte. J’étais en milieu de thèse, à l’époque je n’en voyais même pas la fin, j’étais un doctorant parmi tellement d’autres, un jeunot quoi. Passé par le rite de la soutenance il y a déjà quelques années maintenant, je me déplace dans les colloques avec une belle affiliation institutionnelle « CNRS » accotée à mon patronyme ; je suis dedans mais il faut bien le dire, encore un peu novice dans la profession. Depuis 2006, les choses ont manifestement changé. Ici aussi, ça fusionne à tous les étages. Les logos de l’« Université de Bordeaux » marquent la nouvelle identité sémio-visuelle-institutionnelle des lieux. C’est hype, graphique, ça imprime à coup de design pubard bien léché, mais il s’en faut de beaucoup pour que tout le monde soit convaincu par la pertinence de ce regroupement (je le vérifierai à l’occasion de conversations avec les « locaux »).

Comme d’habitude, je me présente trop tôt pour le check-in. Peu de monde, pas de bouchon pour récupérer les badges, sacs et bloc-notes siglés. Les premiers congressistes et les bons élèves sont là malgré tout, picorant les viennoiseries proposées au buffet « petit-déjeuner ». Je n’avais pas déjeuné pour l’occasion et fait mes provisions pour la matinée (il n’y a pas de petits plaisirs). Tout commence pour le mieux : c’est un très beau cadre, le soleil inonde la cour intérieure, l’air est presque chaud, l’année universitaire est terminée. C’est le moment aussi des premières discussions entre participant-e-s, s’envisageant à l’aide des badges. Un-e Goffmanien-ne y trouverait matière à de captivantes mises en abyme de l’expérience sociale du colloque. On se regarde de loin, on évite les regards de ceux/celles avec qui la distance est vitale, on théorise éventuellement les interactions rentables avant de se lancer ; mais aussi on fait mine de se rapprocher, après avoir jaugé l’étiquette de façon plus ou moins habile, on échange les premières banalités sur la météo et les éventuelles difficultés liées au TGV ou à l’hôtellerie. Qu’elles interviennent après quelques semaines ou quelques années, les retrouvailles sont toujours sympathiques loin des lieux habituels.

Le colloque n’a pas encore commencé que nous sommes en retard. Il paraît que cela se fait ici, que le « quart d’heure académique » est plus qu’une règle (naturellement, ce quart d’heure varie selon les lieux, interprété différemment selon qu’on le subit à Toulouse, Marseille, Lyon…). Avec quelques minutes dans la vue, le petit groupe dans lequel je m’étais inséré gagne néanmoins peu à peu l’amphi Pitres (oui, c’est le nom), loué pour l’occasion (oui, loué, car désormais un colloque, ça se paie le prix fort et au sein du même établissement). Chacun trouve place sur les bancs. Je me place tout en haut, pour être au calme, dedans mais pas vraiment, pas trop loin des portes de sortie — sait-on jamais, on pourrait finalement préférer le soleil à l’exposé. Tout le monde n’est pas encore là, mais il faut débuter. En chaire et en boss, Pascal Ragouet fait sauter le premier bouchon. Pas de cadrage par la sociologie des sciences, comme on aurait pu s’y attendre ; on en saura peu sur les enjeux, si ce n’est l’accent mis sur l’importance des « débats » dans nos disciplines (lesquelles déjà ?) et l’intérêt multivarié de se retrouver pour discuter/échanger. Pour avoir usé du bazooka « transversaliste » dans le déjà ancien Controverses sur la science (2005), Ragouet est plutôt bien formé en la matière. Son discours pétille, proposant une variation drolatique sur ce que ça peut signifier d’organiser un tel événement lorsque l’on s’y prend à la dernière minute. Le récit est ponctué de véritables leçons de sagesse bouddhique : « Quand les dates sont arrêtées, tout s’accélère ». L’organisateur en chef (et peut-être à son corps défendant) nous raconte quelques coulisses. Il met les formes, nous informe et remercie les gens qui l’ont (plus qu’)aidé, en particulier les doctorant-e-s, très dévoué-e-s pendant les trois jours. Si l’objectif de ce discours d’accueil était de créer d’emblée les conditions d’un colloque-dans-la-bonne-humeur, alors c’est un succès. On est fin prêt, le sourire aux lèvres.

Une conférence plénière

Après l’avoir rapidement introduit (quand même, on ne le présente plus dans le milieu), Ragouet cède vite la parole à Michel Grossetti, sociologue au CNRS. La conférence plénière est un rite qu’il n’est pas évident de négocier, sauf lorsque l’on a un peu de bouteille. Expérience oblige, le conférencier dispose d’une heure et demie, et c’est bien plus que les vingt minutes réservées aux autres participants (les plus jeune devront attendre quelques années). L’exposé de Grossetti s’intitule « Dix croyances répandues sur la géographie des activités scientifiques et des innovations ». Je ne le résumerai pas dans tout son long, car cela serait fastidieux. En résumé, l’idée de cette conférence de commande (comme le précise Grossetti dans son introduction) est de tordre quelques « allants de soi » ou « a priori » qui équiperaient les politiques en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation (tout cela étant, on le découvre vite au fil des arguments, assez interchangeable dans l’esprit des « responsables » politiques). Au moyen d’une « socio-géographie » collective (Grossetti se fait ici le porte-parole d’une équipe, celle du projet ANR « Géoscience », prolongé via le Labex toulousain « Structuration des Mondes Sociaux », a.k.a. « SMS ») réancre spatialement les problématiques tarte-à-la-crème dont les gazettes nous rabattent les oreilles : multiplication des techniques de mesure de l’excellence ou de la performance, classements à la Shanghai, développement de politiques d’« aménagement scientifique », regroupement des universités, comme à Bordeaux justement, différenciation de leur rôle, « initiatives d’excellence », etc. Tout ceci ne concerne pas que la France, du reste. Perplexe et alternant le descriptif et le normatif (un truc de sociologue des sciences), Grossetti pense qu’il n’est pas/plus raisonnable de mener des politiques sur des « évidences », et c’est la raison pour laquelle il ramerait à contre-courant. Passé l’énoncé de constations « évidentes » cette fois du point de vue socio-(histo-)spatial objectivé qui donc est le sien (entre autres constats, il faut examiner de près la socio-genèse des « structures », qui imposent une forme d’inertie dans le temps et des effets d’irréversibilité trouvant leur racine dans des décisions prises il y a parfois très longtemps), le sociologue toulousain plaide pour une appréhension ouverte des phénomènes qu’il se propose d’analyser, reliant des domaines d’investigation souvent séparés (science studies, higher education studies, étude des professions, études sur l’innovation, histoire des sciences, scientométrie, sociologie des sciences, etc.).

logo
SMS, concentré de sciences sociales (crédits : http://sms.univ-tlse2.fr/)

Son dispositif argumentatif est simple et didactique, quoique un peu répétitif à la longue : dans un tableau à double entrée qui fait office de trame, une « croyance » est confrontée aux « résultats des études empiriques ». Ces dernières reposent notamment sur des statistiques descriptives relatives à des centaines de villes à l’échelle du globe et une analyse de données géocodées. Sur de jolies cartes, l’assistance est invitée à observer la répartition des publications suivant les « agglomérations » en France, l’analyse située des réseaux de collaboration, à l’aide des citations. Vu la nature de cet exposé de circonstance (on n’a pas trop le temps d’entrer dans le détail du travail de codage fait en amont), les cartes valent pour (dé)monstration et l’on se rend compte d’un coup d’œil de certaines régularités de la structuration socio-spatiale des activités scientifiques. Il y a de la concentration, encore et toujours, et les « initiatives » actuelles le renforcent, des Labex aux Idex, jusqu’aux ineffables « COMUEs ». L’exposé atteint donc le but qu’il s’était assigné : on est forcé à l’« évidence », à ces évidences. Après, je n’approfondirai pas la substance des « dix croyances » parce que ça mènerait trop loin dans la discussion. Je renvoie à un article de synthèse de ces travaux[1], dans lequel Grossetti et ses collègues mettent en évidence les effets d’un processus de « déconcentration », lequel déjouerait, sans néanmoins la miner totalement (l’existence de structures comme le Labex « SMS » suffit à l’attester), une logique d’ancrage spatial très ancienne.

Avec les précautions d’usage, ces divers « résultats » seraient directement convertibles en préceptes pour l’action. Certains ne sont pas risqués. On peut par exemple être d’accord sur l’anticipation selon laquelle la politique de regroupement des universités, qui les rendraient plus « performantes », risque de ne rien donner, si ce n’est un surcroît de complexité dans le millefeuille institutionnel de l’ESR français (qui n’en avait certes pas besoin !) et sans doute aussi un surcoût (ça s’entretient, ces méta-structures chapotant des structures et infrastructures déjà bien pourvues, qu’une superstructure de paille parvient à peine à justifier…). Toutefois, si le propos est aisé à suivre sur la forme, l’argumentaire n’est pas sans quelques équivoques qu’il serait bon de questionner. D’abord, l’idée (positiviste ?) que ces politiques tour à tour efficaces et désastreuses ne reposeraient sur rien d’autre que des « croyances » ou des « allants de soi » qu’une authentique administration (scientifique) de la preuve aurait les moyens de faire craquer de l’intérieur. Soit, ces politiques seraient pensées en dépit du bon sens et de faits visiblement têtus ; mais alors, si c’est bel et bien le cas, il faudrait l’expliquer, en engageant au plus vite une sociologie des effets anticipés (ou pas) de ces « croyances » peu ou pas garanties, de ces prophéties de bonheur académique qui orientent l’action, plutôt que de déplorer leur inconsistance ou l’inconséquence stratégique des experts ès-concentration. Cela supposerait que soient définies plus précisément le contenu de ces « croyances », leur socio-genèse, les conditions de leur perpétuation ; de voir en outre sur quelques « données » elles reposent malgré tout (car en effet, ces politiques s’appuient sur des tonnes d’expertise, qu’on le veuille ou non, et dont certaines sont issues de nos chères science studies). Dans une situation d’enquête assez analogue, David Edgerton[2] avait bien montré comment le sacro-saint « modèle linéaire de l’innovation » a été inventé par des commentateurs académiques sans réelle prise avec les processus d’innovation concrets ; mais à force de récitation et de projection, le modèle qu’ils avaient fini par faire durcir dans leurs discussions expertes est parvenu à contraindre l’action dans une réalité que celui-ci avait contribué à modeler. On ne compte plus en effet les approches « théoriques » en économie ou en sciences de gestion et les politiques scientifiques qui veulent briser la linéarité (présumée) des processus d’innovation, par le jeu d’une co-construction salvatrice, qui enrôlerait les « utilisateurs » dès les phases de conception, au nom de la Croissance et de la Prospérité. Là aussi, ces « croyances » plus ou moins robustes et formalisées, et en tout cas informées par des théories sophistiquées et légitimées par leurs porteurs (qui ont une certaine puissance de frappe, il faut dire), n’en vérifient pas moins leur performativité et agissent sur les réalités qu’elles ont façonnées. Les experts trouvent en plus quelques éléments probatoires dans les cas jugés édifiants et dignes d’imitation. On peut se reporter à la mystique des clusters importée avec une superbe confiance en France (ah ! la Silicon Valley !, ah ! le MIT !), malgré les limites d’un modèle « en toc ». Outre cette réflexion à mener sur le statut et le mode d’existence (si l’on peut oser cette formule désormais préemptée) des « croyances », il manque une mise en perspective du cadrage théorique initial. Dix croyances ? Pourquoi dix, au fait ? Pourquoi celles-ci, si cela n’est pas exhaustif ? D’autant plus qu’elles n’ont pas le même statut dans la démo. Sans compter non plus que certaines croyances sont un peu fondées, quand d’autres ne résisteraient pas à l’épreuve des faits (des faits qui, pour certains, et soit dit en passant, ont été établis par Grossetti il y a une vingtaine d’années, ce qui n’est pas sans poser le problème d’une éventuelle continuité et en tout cas rend impérieuse l’actualisation des résultats…). C’est le travers de ce type de stratégie argumentative (les « dix thèses éclectiques » en histoire des sciences et techniques de Edgerton, les « dix problèmes » de l’histoire des sciences de Galison, sans parler des dix commandements !), ça donne un côté artificiel et forcé. Cela dit, Grossetti fait bien de rappeler qu’il s’agit d’un programme de recherche de longue haleine dont il livre seulement les premières données. Car, souligne-t-il encore, la géographie des sciences et de l’innovation est encore en construction ; elle aurait besoin de se renforcer cependant qu’elle produit tout de même quelques résultats qu’il serait « utile de connaître et de discuter ».

Pour l’instant, tout cela reste un « débat » de spécialistes. On ne saura pas dans quelle mesure et selon quelles modalités ces résultats pourraient être convertis en motifs d’action dans le contexte très chaud des transformations de l’ESR français. Mais on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi les chercheurs — forts de leurs résultats robustes — n’entrent pas dans l’arène pour forcer un peu le destin ? Parce que pendant ce temps-là, d’autres spécialistes des études des sciences ne se font pas prier pour intervenir dans ce monde qui est aussi le nôtre, et certains d’entre eux ont réussi à vendre leur prêt-à-penser les sciences et techniques[3] — que l’on pense, par exemple, à l’innovation cuisinée à la « Mode 2 » de la New Production of Knowledge : théorie hier disputée par une poignée d’universitaires-experts-consultants et d’experts-universitaires du conseil, aujourd’hui diluée dans la langue politico-administrative des instances de la recherche & développement de l’Europe, que les demi-habiles persévèrent à ranger dans la case « sociologie des sciences ».

Quand l'attention plafonne en cours de conférence, il reste toujours d'autres objets à scruter (crédits : ASM)
Quand l’attention plafonne en cours de conférence, il reste toujours d’autres objets à scruter (crédits : ASM)

Fin de conférence. Quelques questions sont posées après les applaudissements. Comme c’était à prévoir, chacun réfère à son expérience et à ce qu’il peut observer chez lui. On fait vite le tour. Ces sujets concernent autant qu’ils peuvent consterner. J’écoute à moitié et regarde le plafond. Ce serait beaucoup dire que j’ai réussi à être attentif durant toute l’intervention. Dans ce genre de séance, on n’est pas concentré sur le seul conférencier. On papote à voix basse avec les collègues à côté, on surfe sur Internet. Depuis le haut des travées, on pouvait aussi voir les participant-e-s prendre (ou pas, ou peu, c’est selon) leurs premières notes, réagir à l’exposé des « croyances » en messe basse, trier les petites affaires dans le pack « Université de Bordeaux ». Je surveillais aussi la progressive activation du Live Tweet. Sous le hashtag « STSBdx », les premiers gazouillis ont commencé de paraître, grâce notamment aux efforts de « tweetos » persévérants (@tybalt83, exemplaire d’assiduité pendant tout le colloque), produisant pour plus tard une archive utile à mobiliser.

12:30, fin de séance, fin de location : nous sommes autorisés à quitter les lieux. Les premiers groupes se forment avant les premières sessions. Il fait toujours aussi beau, place de la Victoire, et c’est l’heure de grignoter. Victoire, donc.

Jour 1, 14h-16h : session « financement et transformations de la recherche »

Retour de McDo, il faut faire vite pour se rendre au lieu du colloque, i.e. deux salles louées (oui, louées) de l’« Université de Bordeaux ». Arrivé sur place, on comprend que l’on ne pourra pas tout suivre et qu’il faudra choisir hélas, comme les communications (on ne dit plus « conférences ») sont ventilées dans deux « ateliers ». Même si certain-e-s s’autorisent des allers-retours entre les sessions, j’ai tendance à rester dans la même. J’ai choisi d’assister à la première pour au moins deux raisons : le sujet du financement de la recherche m’intéresse (qui ne l’est pas ?) et des camarades doivent y présenter leurs travaux. Comme tout le monde, je prends donc place dans la salle. On est désormais loin de l’amphi Pitres, le cadre est plus intimiste et propice aux discussions. Et les exposés de commencer. Ici non plus je ne les résumerai pas intégralement ni n’évoquerai toutes les planches. Car après tout, je ne suis pas secrétaire de séance ! (Il faut dire pour ma défense que tout va très vite, ce n’est pas évident de faire le tri entre les flux de parole et les « présentations » sur PowerPoint, on passe parfois du coq à l’âne au hasard d’une programmation qui changera souvent pendant le colloque…)

A gauche ? Vers les hautes sphères ? La sociologie des sciences en quête d'orientation (crédits : ASM)
A gauche ? Vers les hautes sphères ? La sociologie des sciences en quête d’orientation (crédits : ASM)

Première salve : Émilien Schultz (doctorant au GEMASS, Paris-Sorbonne) expose des résultats tirés de sa thèse en cours sur l’ANR. Il présente une étude comparée chimie durable/génomique végétale des modes d’« action à distance » de l’ANR sur la structuration des collectifs de recherche. En gros, quels sont concrètement les effets de ce dispositif de financement aujourd’hui bien installé (malgré les critiques qu’il a pu essuyer) sur l’organisation et la recherche scientifique ? Schultz tente un rapprochement de la sociologie classique des communautés scientifiques avec l’approche foucaldienne de la « population ». C’est osé mais pourquoi pas. La communauté scientifique serait dans cette perspective une « population à gouverner », qu’il s’agirait de faire croître à la façon de plants dans un champ à cultiver, à distance en l’occurrence (on ne saura pas si l’expérimentation ANR relève de la chimie durable ou de la génomique végétale, cela dit). Quelle est la « nature » de cette population qui est au bout des canaux de financement et actionne les pompes ? Schultz veut y voir de plus près (« concrètement ») et délimite un « périmètre empirique » sur la base de statistiques sur les projets déposés. Il en infère des régularités morphologiques : en chimie « verte » les initiatives sont plus délocalisées, alors qu’en génomique végétale c’est plus compact et centralisé. Ces constats ne sont pas sans rappeler les enquêtes, déjà anciennes, de Terry Shinn sur la sociologie comparée des laboratoires de physique et de chimie. On repère au fur et à mesure comment l’agence entend peser sur la structuration de la recherche française. Si j’ai bien compris, Schultz identifie des ordres socio-cognitifs locaux, une « grappe » (cluster, cuisiné à toutes les sauces) de projets, révélant en l’occurrence qu’« on construit quelque chose vraiment ». (Soit dit en passant, il faudrait approfondir l’étude de l’usage des adverbes de renforcement de l’évidence et de la conviction, en tant qu’ils expriment peut-être une normativité sous-jacente, tout comme l’inusable et très impersonnel pronom « on ».) Il se livre ensuite à des analyses sophistiquées sur les modes d’identification et d’objectivation des « communautés ». L’utilisation d’un « détecteur de communauté » sur Gephi me laisse perplexe (l’utilisation souvent cosmétique du logiciel, en règle plus générale), mais au moins cela donne d’intéressantes et très visuelles projections en 2D. Les « chercheurs centraux » (c’est-à-dire les « nœuds centraux » dans les réseaux) apparaissent, les nervures colorées des réseaux également. Schultz évoque un gros travail de statistique et de modélisation (avec des régressions de Poisson !) réalisé en amont pour caractériser les « communautés » et « sous-communautés », mais j’ai vite été lâché par l’argument. Mais quoi qu’il en soit, le sociologue fait bien d’attirer l’attention sur la nécessité de regarder plus finement quelles sont les communautés gouvernées (et s’il y en a bel et bien, ce qui n’est pas dit…) et de pousser l’analyse méthodologique de ce que les administrateurs aiment à appeler les « impacts ». Un des intérêts majeurs de la recherche de Schultz, me semble-t-il en tout cas, est de prolonger sur de nouvelles bases empiriques et méthodologiques la bonne vieille sociologie des sciences mertonienne (confer les Cole, Gieryn…), celle-là même qui étudiait les effets du financement et des fléchages des gros guichets de la science étasunienne (la NSF, typiquement) sur les pratiques scientifiques et le façonnement des « communautés »[4].

J’écoute ensuite la communication de Jean Frances, que j’ai eu l’occasion de côtoyer au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’EHESS. Il reprend les résultats de la thèse qu’il a soutenue récemment, et qu’il a d’ailleurs présentée dans le Carnet Zilsel, sur les transformations des études doctorales en France. Il revient plus précisément ici sur la communication promotionnelle de la recherche qui tend à devenir une norme dans l’apprentissage du métier, et ce dès la thèse. En France comme ailleurs, il est en effet de plus en plus demandé aux thésards de faire montre de compétences de démonstrateurs et de pubards (voir les travaux de Claude Rosental sur le sujet). L’exemple des « Doctoriales », décrit dans la thèse de Frances, et d’autres innovations improbables du genre « Ma thèse en 180 secondes », laissent apparaître les ficelles d’un commerce qui semble prospérer. Observant ces « dispositifs » in situ, en ethnographe participant, désormais docteur parmi les doctorants, Frances décrit comment des coaches et des experts apprennent aux futurs chercheurs à s’incarner « en pompe à innovation » et à briller sur les podiums. Les Business games et les session poster sont autant de scènes sur lesquelles les soldats de l’armée des prolétaires de réserve de l’ESR ont l’opportunité de se présenter et de se vendre. L’esprit scientifique, c’est bien sympathique mais ça ne pèse pas lourd à côté du modèle de l’entrepreneur de savoir qui sait comment « reconfigurer un projet scientifique ». On apprend avec stupeur qu’il existe à présent quelque chose comme le « doctoriant-e », c’est-à-dire la créature des « doctoriales », et qu’à cette espèce s’impose une ligne de comportement engrammée dans des « tutoriels » et des guides de bonnes pratiques : lorsqu’il parle, le « doctoriant » préférera les phrases clés aux longues phrases, il usera de l’humour (le doctorant « riant », n’est-ce pas ?), il simplifiera au maximum son langage technique… Le type de science que ces marchands essaient d’inculquer rase les pâquerettes : de l’application, rien que de l’application, de la recherche qui ne vise qu’à déboucher et à engranger des résultats illico convertibles en brevet. Tout ceci se développe maintenant, sous nos yeux. Ces « dispositifs » bricolés à coup de représentations New Age, de darwinisme social et de mythologies qui ont la vie dure (encore la Silicon Valley, toujours Steve Jobs…) embarrassent d’autant plus qu’ils s’insinuent dans notre monde académique et prélèvent au passage quelques euros — qu’on aimerait voir affectés à des formations, je veux dire de vraies formations. C’est tout l’intérêt de cette recherche que d’essayer de décrire sans rire et d’analyser sans juger, tout en laissant paraître, l’air de rien, le potentiel destructeur de ces outils au service de la « réforme » des études doctorales. Et l’on perçoit à la fin de l’exposé qu’il s’agit d’un processus en cours, et qu’en conséquence il est essentiel d’en continuer l’étude ici et demain. Comme les fabricants de formations sont très inventifs et parviennent à distiller leur came un peu partout dans l’ESR, il y a des chances (des risques plutôt) que le sociologue-ethnographe ait encore beaucoup de grain à moudre à l’avenir.

Installation kubrickienne, cour intérieure de l'université (crédits : ASM)
Installation kubrickienne, cour intérieure de l’université (crédits : ASM)

Le drame de la sociologie des sciences et techniques, c’est qu’elle a affaire à des gens qui parlent, se prévalent d’expertises parfois imbitables et, cela arrive parfois, attendent des choses d’elle. Quand un contrat est passé avec des organisations qui commandent telle ou telle « étude », il n’est pas toujours évident de savoir de quoi il en retourne et les malentendus naissent vite de ces non-dits et de ces projections plus ou moins fantasmées sur ce que la sociologie est à même d’apporter aux acteurs. La recherche-action déplacée sur le terrain de la science en action, cela n’est pas toujours une sinécure et, pour le-la sociologue qui aimerait fidéliser des clientèles, cela demande pas mal de savoir-faire. Dans un exposé réflexif qui tombe à pic après les communications précédentes, Marie Ponnet et Alina Surubaru (École des Mines de Nantes & Université de Bordeaux) reviennent sur ce qu’il en coûte de négocier un terrain dans le cadre d’une recherche placée sous l’autorité institutionnelle d’une « chaire d’entreprise » (je n’en dis pas plus pour préserver le flou identificatoire, comme j’ai l’impression que l’exposé relevait aussi de la confidence-entre-sociologues). On le sait depuis longtemps (quand on fait du terrain, à tout le moins), l’inconfort peut être grand lorsque la sociologie est hasardée en entreprise avec des objectifs, des moyens et un cadre d’exercice précisé à l’avance. Les deux sociologues (alors en postdoc) décrivent par le menu comment leur recherche s’est ainsi d’abord élaborée via la chaire sous les dehors d’un « dialogue » avec des parties prenantes. Il aura fallu composer avec les sciences de gestion (la chaire relève de la spécialité), avec lesquelles les sociologues ont souvent du mal à composer (qu’ils sont « méchants » ! qu’ils sont « vendus » ! qu’ils sont « naïfs » ces gestionnaires !). Il aura été également nécessaire de créer un « design institutionnel », avec son lot de convention de partenariat, de comitologie, de « COPIL » (Comité de pilotage, pour les initiés), de gouvernance, etc. L’inconfort naît ici de la précarité des chercheurs recrutés en CDD et de la difficulté d’ouvrir les terrains. Les sociologues soulignent qu’il n’a pas été évident de présenter l’expertise sociologique et ça le sera encore moins au moment des premières restitutions. Au moins les sociologues peuvent-elles se reposer sur des sujets plan-plan qui font la pérennité de la sociologie en entreprise, du type « facteurs organisationnels et humains dans la conduite du changement » ; car, on le saisit bien, l’enjeu pour les sociologues embedded est de durer et de se donner un peu d’autonomie dans un contexte de recherche fort contraint. Pour cela encore s’agit-il de contenter des créanciers qui s’estiment d’abord « clients » et, allez savoir pourquoi, pensent qu’en matière sociale les sociologues ont réponse à tout.

Les phases « Q&A » sont évidemment convenues mais laissent le temps à chacun-e d’exposer ses arguments et simplement montrer qu’il existe. N’en jetez plus : le colloque part sur de bonnes bases.

Arnaud Saint-Martin

(Suite dans un prochain billet.)
Image en bandeau : passerelles, cour intérieure, site de la Victoire, Université de Bordeaux (crédits : ASM).

[1] Grossetti, Michel, Denis Eckert, Yves Gingras, Laurent Jégou, Vincent Larivière, Béatrice Millard. « Cities and the geographical deconcentration of scientific activity: A multilevel analysis of publications (1987-2007) », Urban Studies, 20 novembre 2013.

[2] David Edgerton, 2005, « “The linear model” did not exist: reflections on the history and historiography of science and research in industry in the twentieth century », in Karl Grandinand Nina Wormbs (eds.), The Science-Industry Nexus: History, Policy, Implications, New York, Watson, p. 31-57.

[3] Terry Shinn, « Nouvelle Production du Savoir et Triple Hélice [Tendances du prêt-à-penser les sciences] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 141-142, 2002, p. 21-30.

[4] Pour une présentation de ses travaux, voir son site.


3 réflexions au sujet de « La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *