Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie

À partir de Hans-Jörg Rheinberger, Introduction à la philosophie des sciences, Paris, Éditions La Découverte, collection « Repères », 2014, 128 p. 

« Ce terme de ‘périodisation’ sera le fil conducteur de cet essai. Il indique une action humaine sur le temps et souligne que son découpage n’est pas neutre. Il s’agira ici de mettre en évidence les raisons plus ou moins affichées, plus ou moins avouées qu’on eues les hommes de découper le temps en périodes, souvent assorties de définitions qui soulignent le sens et la valeur qu’ils leur confèrent. »
Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p.12.

Appropriation d’un domaine

rheinbergerDrôle d’ouvrage que celui de l’épistémologue et historien des sciences allemand Hans-Jörg Rheinberger. Les « introductions » sont censées être des outils pédagogiques de type manuel, des « repères » en somme. Pourtant, dès les premières pages, ne le présente-t-il pas comme un « essai » (p. 4) qui dresse dans le même temps un « aperçu » (ibidem) au format plutôt ordinaire ? Ambivalence de l’approche – entre originalité et classicisme – certes, mais aussi ambivalence de l’objet lui-même, car l’auteur entend bien défendre une certaine vision de ce à quoi renvoie le titre. Car voilà, la philosophie des sciences dont il sera question dans cet ouvrage, quelle est-elle ? Le tour du propriétaire est connu. La philosophie des sciences ne peut être confondue avec la théorie de la connaissance (scientifique), réduction qui caractériserait la tradition anglo-saxonne. La théorie de la connaissance ne peut pas être non plus limitée à l’épistémologie. Dans son livre, Rheinberger s’accorde avec une certaine épistémologie, inscrite cette fois-ci dans une « tradition française », dont la propriété intellectuelle distinctive consiste à rendre compte en premier lieu des conditions historiques « sous lesquelles, et les moyens avec lesquels les choses sont transformées en objets de savoir et, d’autre part, sur les manières par lesquelles le processus de production scientifique de connaissances est initié et entretenu. » (p. 5) Davantage qu’une épistémologie historique figée, c’est donc à une épistémologie historicisée, c’est-à-dire mise en œuvre, que l’on a affaire. Cela tombe bien, c’est justement l’intitulé de la version américaine de cette Introduction[i]. Son hypothèse veut donner à voir la série de réflexions, marquée par le passage d’une histoire de l’épistémologie à une épistémologie prenant en compte l’histoire des sciences, qui aurait délimité l’espace d’existence de l’épistémologie historique.

Portrait(s) de famille

Cette histoire contemporaine est découpée en six tranches plus ou moins fines. Six moments vis-à-vis desquels la place de la philosophie des sciences est réinterrogée au regard de la relation qu’elle entretient avec la pratique historiographique, pour aboutir en fin de compte à l’instauration d’un domaine d’études visible. Pour chacun d’entre eux, un certain nombre de figures tutélaires sont convoquées de manière très didactique. Elles ont œuvré chacune à leur manière, selon Rheinberger, à la constitution du programme de recherche de l’« épistémologie historique. » Je propose de procéder à un passage en revue pour signifier cela.

Stollen (crédits : Whitney in Chicago, via Flickr)
Stollen (crédits : Whitney in Chicago, via Flickr)

Le premier chapitre rend compte du développement, marqué « fin-de-siècle », d’une approche conventionnaliste de l’étude des sciences qui casse le modèle de la connaissance des lois de la nature à l’œuvre jusqu’alors, suivant laquelle ce n’est plus l’essence des objets scientifiques ou de « la » science qui est au centre de la réflexion mais leur.s histoire.s (p. 18). L’épistémologie se régionalise du même coup ; elle devient « locale ». La sollicitation d’auteurs (philosophes, scientifiques), tels que Emil Du Bois-Reymond, Ernst Mach, Otto Neurath, Henri Poincaré, Pierre Duhem, Wilhem Dilthey, voire de façon plus originale Émile Boutroux, sert ici l’exposition séminale des disputes qui alimenteront l’épistémologie du XXème siècle : comment (et pourquoi d’ailleurs) établir un équilibre entre un objectivisme obtus d’un côté et l’indéterminisme ou la pure contingence de l’autre ?

Les deux autres chapitres reviennent sur des formes d’historicisation de la connaissance scientifique qui illustreraient la réflexion dans l’entre-deux-guerres. Deux bons morceaux pour rappeler les changements intervenus dans l’activité scientifique en propre (renforcement des rapports de la science avec l’industrie) et des réflexions sur la place des productions scientifiques. Dans le premier volet, représenté ici par Gaston Bachelard et Ludwick Fleck, l’accent est mis sur les propriétés expérimentales et sociales de la production de la connaissance scientifique que ces deux penseurs ont su valoriser, certes de façon distincte, dans leurs travaux respectifs. Comprenons bien. Ce que met en avant Rheinberger ici, c’est le « laboratoire » et c’est la « culture », soit deux des principaux marqueurs d’une certaine tendance des science studies. Parce qu’il suit toujours une trame chronologique des plus classiques, on aurait pu s’attendre à ce qu’à ce moment-là de sa restitution il accorde aux travaux marxistes, qu’il qualifie avec pudeur d’« historiographie externaliste », une place qui aille au-delà de la demi-page (p. 28, il ne faut pas la rater). Y sont mentionnés Henryk Grossmann et Boris Hessen. Une simple évocation, ni plus ni moins, d’un ensemble de travaux qui ont cependant joué un rôle déterminant dans l’historicisation du savoir scientifique. Cette historiographie – « externaliste » donc – des sciences n’est pourtant pas ignorée des chercheurs en science studies (après tout, ce billet est publié dans le bien nommé carnet « Zilsel », non ?). Peut-être ne cadre-t-elle pas assez justement avec le portrait de famille qu’on voit se dessiner au fil de la lecture. Elle serait hors-cadre, externe en somme…

Dans la famille 'sciences & techniques', je demande M. le chimiste (crédits : Taffeta, via Flickr)
Dans la famille ‘sciences & techniques’, je demande M. le chimiste (crédits : Taffeta, via Flickr)

Est-ce dû seulement à un problème de format ? N’y avait-il pas suffisamment de place ? Les pages étant somme toute assez aérées, qu’il me soit permis d’écarter l’argument de la limite de caractères. Le second volet ne laisse pas l’ombre d’un doute. Rheinberger l’annonce clairement : il entend « présenter un ensemble d’autres positions de cette période. Les parcours, les motifs et les provenances philosophiques de leurs représentants étaient de natures très variées. » (p. 47). Le titre alternatif aurait pu être : unité dans la diversité – encore et toujours cette fichue ambivalence ! L’image qui en résulte est caustique : tout se passe comme si nous assistions à une réunion de famille où tout le monde est invité à la même table, à l’exception de tonton Marx et de ses neveux, que l’on met à l’écart. Parce que dans ce troisième chapitre, ont droit à une sous-partie réservée : Popper, Husserl, Heidegger et Cassirer.

Le quatrième chapitre met en lumière les études qui ont émergé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pour Rheinberger, ce moment peut être singularisé par le fait que l’on assisterait à un changement dans l’ordre des relations entre l’histoire et l’épistémologie, autrement dit que l’on passerait d’approches qui envisageaient d’historiciser l’épistémologie à des tentatives d’épistémologisation de l’histoire. Un tel changement de styles de recherche et de méthodes se manifesterait principalement au travers de quatre noms. Il se ferait jour dans les travaux d’Alexandre Koyré, dont l’historiographie des idées était en rupture avec les pratiques « présentistes » de l’époque, suivant laquelle les savoirs passés étaient jugés à l’aune des connaissances contemporaines. Il se poursuivrait chez Thomas Kuhn, en tant que parangon de la discontinuité auprès des promulgateurs de l’épistémologie historique, jusqu’à la mise en abyme auto-réflexive (on se rappellera du « Enfin Thomas Kuhn vint…[ii] »), qui occupe ici aussi la place centrale, pour ne pas dire de bascule, qui existe dans la quasi-totalité des historiographies des STS. Mais aussi de Stephen Toulmin, qui a démontré que la science ne peut être comprise sous le seul mode de l’argumentation formelle. Et pour finir, de Paul Feyerabend, en défenseur des actions non strictement logiques, comprendre « anarchiques », dans le développement de la connaissance scientifique.

Déconstruction à la carte (crédits : woley.wordpress.com, 8 juin 2012)
Déconstruction à la carte (crédits : woley.wordpress.com, 8 juin 2012)

Dans le chapitre suivant, Rheinberger donne à voir une autre transformation qui aurait été opérée dans les années soixante, principalement en France, et qu’on a pris l’habitude de ranger sous la double étiquette de « structuralisme » et de « post-structuralisme ». Les figures y sont, là encore, bien connues. Georges Canguilhem tout d’abord, est celui qui renouvelle à époque les rapports de la théorie de la connaissance avec l’histoire des sciences. Il pose les bases de ce que sera une analyse du discours scientifique saisi à la lumière de son historicité, notamment au prisme des concepts. C’est un espace par lequel s’engouffrera Michel Foucault ; en effet, son archéologie du savoir conteste la primauté accordée à une conception de l’histoire des idées dominante qui part du point de vue du sujet pantocrator, à savoir une histoire comprenant une genèse, une finalité, le tout lié par un même fil continu où, justement, tout se tient. La démarche archéologique foucaldienne prête au contraire davantage attention aux multiples pratiques – autre thème central de cette tradition des sciences studies à laquelle se réfère Rheinberger – qui sont autant de processus situés, desquels émergent des discours qui donnent à connaître le savoir. Ces formes discursives, qu’il s’agirait de relever et de décrire, font partie d’un processus de production qui n’a pas de finalité : en ce sens, il ne peut y avoir de synthèse de la connaissance. L’autre grand nom mobilisé dans cette partie focalisée sur les pratiques discursives est celui de Jacques Derrida. Ceux qui fréquentent Rheinberger savent que c’est une référence incontournable de ses travaux, dont il a néanmoins du mal à légitimer pleinement la présence dans cette publication : la science et Derrida, pardon, la science chez Derrida, se résumerait, si je puis dire, à sa collaboration au tout début de sa carrière avec Canguilhem et à son « Introduction » à L’Origine de la géométrie de Husserl. En réalité, c’est au travers des réflexions contenues dans De la grammatologie, tout particulièrement à propos de l’importance de la pratique de l’écriture comme instrument du penser/de pensée le savoir en ne laissant que des traces in-fondées, que Derrida intègre ce chapitre. Plus largement, c’est l’apport conjoint de la rhétorique et du textualisme à l’étude des sciences que l’auteur souligne ici.

La dernière tranche de cette introduction à la philosophie des sciences porte, sans surprise, sur l’histoire récente (sic), dont les principaux hérauts se nomment Ian Hacking et Bruno Latour. Ils sont dans le cas présent réunis dans la même tentative de dresser, ou de révéler (c’est selon), une autre anthropologie que celle qui a été reconnue et légitimée tout au long de l’époque moderne, proprement anthropocentrée. Cet ensemble de contributions, à visée clairement ontologique, a intégré les acquis du tournant pragmatique, duquel émerge un questionnement sur les modes d’existence des productions scientifiques, tant matérielles que conceptuelles, qui participent au réel (ce sont les « actants » de la Théorie de l’Acteur-Réseau ; ce sont également les « epistemic things » dans le répertoire de Rheinberger[iii]). Last but not least, l’auteur fournit un addendum portant sur un topos des STS : l’étude des controverses scientifiques, qui représente depuis trente ans le résultat du développement de cette épistémologie historique.

Limites du name dropping

Derrière l’apparente description chronologique, plutôt triste assez peu originale – sous la forme de la juxtaposition de notices intellectuelles – j’ai tenu à relever les enjeux analytiques, selon moi trop implicites, qui œuvrent à la promotion de ce que j’ai appelé « une certaine tradition des science studies », et dont le Max Plank Institute for the History of Science, auquel appartient Hans-Jörg Rheinberger, serait le pourvoyeur le plus visible, sinon le plus connu. Tout est affaire de local, de culture, d’instrumentation et d’expérimentation, de discontinuité, de pratiques (situées), d’inachèvement, d’interdisciplinarité, ou encore d’hybridation – dont l’« épistémologie historique » elle-même serait le résultat. L’article qu’a affûté Yves Gingras à ce sujet est vraiment réjouissant[iv]. Il y démont(r)e les stratégies de labellisation par lesquelles des individualités (notamment Lorraine Daston et Jürgen Renn, qui ne sont d’ailleurs pas cités par l’auteur) ont su entretenir jusqu’à récemment l’idée d’un groupe de chercheurs cohérent réunis autour d’un programme de recherche solide et bien installé. Prophétie auto-réalisatrice qui attend encore son messie. Que tous ces auteurs usant et abusant de cette étiquette de l’« épistémologie historique » ne soient pas ou peu cités par Rheinberger (Galison est à peine sollicité) confirmerait l’analyse de Gingras d’une hétérogénéité de fait, pour ne pas dire de dissensus, vis-à-vis de ce prétendu programme.

(crédits : keepcalm-o-matic.co.uk)
Un Grand Récit de plus ? (crédits : keepcalm-o-matic.co.uk)

Mais nous ne sommes pas confrontés à une ambivalence près. L’intitulé français de l’ouvrage de Rheinberger entend privilégier le point de vue la philosophie des sciences mais c’est l’histoire des sciences qui paraît être en définitive le point centrifuge de tout son travail. Mais encore, on s’attendrait à ce que le ressort d’une présentation philosophique soit celui de l’analyse, pourtant l’auteur juxtapose des fiches de lecture (à titre de contre-exemple parmi d’autres, L’Histoire des sciences, de Jean-François Braunstein – l’histoire ! – propose une thématisation bien plus élaborée et hardie[v]). La discontinuité et la rupture prônées par les contributeurs affiliés à l’« épistémologie historique » sont restituées sur une trame chronologique et, dans le même temps, celle-ci va en progressant alors que les auteurs mobilisés dans cet ouvrage sont rassemblés au motif qu’ils défendent la non-cumulativité, voire l’inachèvement des savoirs. Autre situation ambiguë, l’« épistémologie historique » mobiliserait, on pourrait même dire recruterait parmi les outsiders (p. 116) mais on réduit alors à la portion congrue la place accordée aux « historiographies externalistes. » Elle devrait donc prétendre à former l’un des programmes de recherche les plus créatifs des STS mais la restitution de son développement suinte ici l’historiographie pré-Annales (mise en série chronologique de portraits ; tel penseur, sa vie, son œuvre au regard de cette épistémologie historique). D’ailleurs, une approche philosophique véritablement soucieuse de l’historiographie aurait davantage souligné les moments de bascule ou de rupture (à défaut de traiter les passages et les transitions, tels qu’on les retrouve dans les démarches prétendument continuistes de la périodisation de la connaissance). Ce à quoi s’ajoute, chose étonnante, l’individualisation, voire la personnification de périodes (la table des matières est éloquente : chaque sous-partie est configurée par un nom), alors que les science studies ont constamment cherché à se distinguer de l’histoire des sciences old school, en élaborant justement des approches dépersonnalisées (les chercheurs en STS étudient alors des activités et des pratiques scientifiques, mêlées à d’autres activités et pratiques non-scientifiques). Bref, on a connu Introduction plus recherchée et évidente.

Finalement, pour quoi Rheinberger a-t-il réuni tout ce joli monde? À la lumière de l’interprétation proposée par Gingras, on peut en effet se demander si l’occasion de ce portrait de famille (ou cette série de portraits selon un air de famille) n’était pas plutôt l’enterrement que le baptême d’un espace déterminé de recherches.

 Thomas Béraud

Image en bandeau : montage sur le Lac Léman, par Grégoire Chappuis, via Flickr.


[i] Hans-Jörg Rheinberger, On Historicizing Epistemology. An Essay, Stanford, Stanford University Press, 2010, 128 p.
[ii] Michel Callon, Bruno Latour (sous la dir.), La science telle qu’elle se fait. Anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, Éditions Pandore, 1982, p.17.
[iii] Hans-Jörg Rheinberger, Toward A History of Epistemic Things. Synthesizing Proteins in the Test Tube, Stanford, Stanford University Press, 1997, 325 p.
[iv] Yves Gingras, « Naming Whithout Necessisty. On the genealogy and uses of the label ‘historical epistemology’ », Revue de synthèse, tome 131, 6e série, n° 3, 2010, p. 439-454.
[v] Jean-François Braunstein, L’histoire des sciences. Méthodes, styles et controverses, Paris, Vrin, 2008, 384 p. 


2 réflexions au sujet de « Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie »

  1. Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie | Zilsel good articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *