Philosophie en scène

À propos de Bienvenue dans l’angle alpha, d’après Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, adaptation et mise en scène de Judith Bernard, Metullum (Melle, 79), 17 janvier 2015.

On se doute, rien qu’en l’imaginant, qu’il n’est pas simple de théâtraliser la philosophie contemporaine. Plus encore lorsqu’elle prend l’allure d’une proposition articulée aux sciences sociales. Pourtant, c’est un tour de force que réussi avec brio la compagnie Ada en se saisissant du livre de Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza[1]. Sous le titre Bienvenue dans l’angle alpha (entre Alphaville de Godard et Bienvenue à Gattaca d’Andrew Nicoll, le référentiel SciFi n’est pas anodin), c’est – littéralement – la projection dramatique d’une pensée actuelle sur le néolibéralisme. Nous sommes environ 200 personnes, ce samedi soir de janvier, dans le Metullum de Melle, au cœur du Moyen Poitou. Loin de Paris, donc, et du théâtre de la Manufacture des Abbesses où se joue la pièce du 4 janvier 2015 au 11 février 2015. Expérience curieuse que d’être, pour une fois, l’escale provinciale d’une représentation qui – faute d’audace probablement des salles extra-parisiennes – ne se donne pas hors de la capitale. La salle elle-même est neuve, son acoustique est remarquable (mêmes les chuchotements des acteurs s’entendent au niveau des derniers rangs où je me trouve). Sur scène, avant que tout commence, trône un escabeau rouge vif. Il s’agit pratiquement du seul accessoire et toute l’ingéniosité de la mise en scène réside dans le déploiement de son ergonomie (qu’on n’imaginait pas si étendue, il faut bien le dire) et l’épuisement de ses possibles représentations (il sera tour à tour joug pour travailleurs enrôlés, support sur lequel est déposé le capital, espace configuré pour la discipline salariale, prison enserrant les récalcitrants, et, associé à un drap triangulaire, surface de projection d’une iconographie hilarante, j’y reviendrai).

Mettre des corps en mouvement, un projet philosophique ?

Mais de quoi s’agit-il donc ? De mettre en scène Spinoza relu par Marx ? De dramatiser l’Éthique pour donner à voir un « structuralisme des passions » que les ouvrages de Frédéric Lordon explorent[2] ? C’est à la fois tout cela, Bienvenue dans l’angle alpha, et bien plus encore.

affiche-g02La pièce s’ouvre sur la définition, aussi rugueuse que profonde, du conatus par Spinoza : « Chaque chose autant qu’il est s’efforce de persévérer dans son être » (Éthique III, 6). Tous les corps s’animent selon ce régime fondamental de perpétuation de l’effort dans son être. Quoi de plus théâtral que des corps traversés de pulsions, polarisés par des affects, fixés par des passions ?
La chorégraphie philosophique s’observe dans le pari somatique de la mise en scène. Les cinq comédiens s’agencent dans l’espace selon un code sous-jacent qu’on saisit très vite. Un acteur, sans quitter l’ordonnancement global de la scénographie, se détache par moment pour être la voix de l’auteur. Cette voix docte, les autres la bousculent, l’interpellent, l’attendent, la contrarient ou la louent selon les circonstances. Un autre acteur tient le rôle du capital : patron plein de « bon sens » à la bouche, il est alternativement désinvolte, autoritaire, incrédule (qu’on puisse résister à l’affectation du désir maître qu’est le capital le dépasse), coopératif ou ricaneur. Le corps-capital est à la fois élastique (pour enrôler avec plus ou moins de souplesse les autres dans son désir d’agir) et rigide (lorsqu’il s’agit d’affirmer l’impérieuse nécessité du labeur). Les autres corps sont malmenés, ballotés, tiraillés, enchâssés dans l’escabeau de la souffrance partagée. Mais l’organique résiste également. Et les corps se soulèvent contre le déterminisme spinoziste ou l’injustice patronale.

La plasticité des corps est éprouvée tout au long du spectacle : les corps au travail se collent le long de l’escabeau, dans des positions plus inconfortables les unes que les autres (une comédienne a même la tête en bas), ils se glissent entre les barreaux pour symboliser leur rapport de dépendance au salariat. L’idée scénique fantastique (parce qu’exploitée jusqu’au bout) réside dans ces heurts entre l’artefact et les corps. Ces derniers se heurtent à la structure en bois comme les salariés se cognent à la logique de rendement. L’escabeau pèse sur les corps, les avilie, les travaille, les modèle, les discipline. Il est ce tripalium antique, cet instrument de torture que l’étymologie rattache au mot « travail ».

Les trois âges du capitalisme

Ces corps bien plantés sur les tréteaux, le spectacle s’organise en scènes ouvertes, jamais sentencieuses. La langue de Lordon, dont la truculence se loge dans sa géométrie cinglante, n’est pas facile à reproduire. Elle reste un matériau d’élégance et de jubilation qu’il serait difficile et hasardeux de décalquer. Le pari (réussi) de la pièce est de distiller le verbe lordonnien à dose homéopathique et de l’articuler au verbe non moins géométrique de Spinoza. Il en résulte une fluidité discursive haletante constellée de piques humoristiques ou de running gags hilarants, comme la répétition d’une phrase anodine (« j’aime pas les chiens ») dans des contextes totalement différents les uns des autres, amenant la rupture de cadre systématique.

(crédits : http://ada-theatre.blogspot.fr)
Alignement des conatus (crédits : http://ada-theatre.blogspot.fr)

L’exposé sur le conatus et les affects est à la fois brillant et dense. Les corps (toujours eux) donnent chair aux idées, les fixent dans les limites d’un somatisme qui dit toutes les passions, tristes ou joyeuses. Ainsi, le premier âge du capitalisme pose comme désir-maître la satisfaction des besoins élémentaires permettant de conjurer la peur de mourir. Ce gouvernement par la crainte est redoutable d’efficacité parce qu’il vise les affects les plus tristes. Le capitaliste rayonne, jubile. Il doit cependant composer avec les effets d’une démocratisation lente à se mettre en place mais dont les effets dans l’histoire ne sont pas nuls sur l’engagement d’un rapport de force entre propriétaires et salariés. Mais l’ère du consumérisme permet d’orienter les conatus de tout un chacun vers les grandes surfaces et les délices en cartons pâtes du bonheur marchandisé. Les affects joyeux sont ceux qui mobilisent le mieux la puissance d’investissement des individus. Le capitaliste comprenant soudain tout le parti qu’il a à tirer de cette découverte relance son processus de captation des énergies. Car tout est là : le capital veut tirer des corps toutes l’énergie dont il a besoin pour réaliser ses surprofits. Il faut extraire de la gangue somatique l’effort suffisant (c’est-à-dire maximal) à la rentabilité. La dévoration capitaliste se loge dans cette logique d’une extirpation continue de la force de travail, sous l’empire de passions joyeuses. Finie la peur de mourir, adieu la crainte de la faim… Voici venue l’heure des réjouissances de la consommation : se réaliser dans l’achat et dans la compulsion marchande, même le dimanche ! Entre Alphaville et Gattaca, cette société de la joie par l’achat semble effectivement une sorte d’utopie morbide et crépusculaire.

Mais, bien vite, la machine s’épuise. Le capitaliste, sur scène, semble s’en étonner. Il trouve rapidement une autre solution. Il faut que l’individu néolibéralisé (troisième âge du capitalisme) devienne le désir de l’entreprise. Il doit absolument se conformer à la pulsion du propriétaire : son corps doit faire corps avec le lieu des investissements capitalistes. Être accro à son job, s’investir dans sa boîte… toutes ces sornettes des directeurs de conscience contemporain du marketing et des ressources humaines sont psalmodiées sur scène. Et l’escabeau de trouver son utilité spinoziste la plus complète.

Géométrie de l’escabeau : ouvrir sa gueule et son angle alpha 

Dans le livre de Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude, l’angle alpha désigne l’écart entre les coordonnées de chaque conatus visant à persévérer dans son être et les exigences des structures organisant la société. Plus le désir-maître des structures est puissant, plus le vecteur individuel tend à se confondre avec le désir-maître : l’angle alpha égal zéro. Sur scène la lutte fait rage entre un capital qui veut rabattre les deux pans de l’escabeau l’un sur l’autre, certain ainsi de capter tous les désirs individuels le long de son désir-maître. Mais les conatus individués résistent, et tentent de maintenir un angle perpendiculaire, défi spectaculaire à la colinéarité redoutable du néolibéralisme.

Si les résistances s’organisent, ce n’est plus seulement de 90° que l’escabeau peut s’ouvrir, mais de 180°… Et c’est toute la logique de captation qui s’en trouve dynamitée. La transe est paroxystique et dans la salle, les corps s’animent aussi. On se prend à rêver d’une prise de conscience généralisée des angles alpha soudainement coalisés pour tenir tête à la puissance capitaliste et réduire à néant son désir-maître de thésaurisation permanente.

(crédits : ada-theatre.blogspot.fr)
D’un retournement l’Autre (crédits : ada-theatre.blogspot.fr)

Oui mais voilà, la petite voix spinoziste revient subrepticement doucher les enthousiasmes. Le capitaliste s’adresse aux rebelles : « par quoi allez-vous donc me remplacer ? ». En effet, chez Spinoza, nous sommes totalement et absolument déterminés à être affectés. Autrement dit, il n’existe aucun libre arbitre et nous devons (seulement) choisir entre des déterminations diverses. Ce qui n’est pas rien. Car quitte à choisir ses désirs-maîtres, ceux-là mêmes qui orientent nos perpétuations, autant élire ceux qui se détournent du surprofit et de la logique capitaliste. Certes, nous sommes ultra-déterminés dans un monde d’affectation des puissances (ce qui n’est jamais agréable à entendre), mais nous pouvons choisir nos déterminations (et non les subir).

Lorsque le noir se fait, tout à la fin, et avant que les applaudissements nourris ne se déchaînent (trois rappels et un enthousiasme qui se lit sur les visages), un certain flottement est palpable. Conduit sans coup férir dans les méandres de la pensée spinoziste revisitée par Frédéric Lordon, chacun, dans le public, doit admettre les limites de ses capacités de décision. Partout où nous nous tournons, ce ne sont que conditionnements affectuels et structures incorporées… La leçon est rude, mais elle est aussi émancipatrice. C’est à cette condition d’une lucidité sans fard sur la nécessité d’orientation des conatus, que l’ouverture des angles alpha est possible.

Lorsque la lumière se rallume, après une heure vingt d’un spectacle haletant, les discussions des uns et des autres laissent apparaître la même joie de s’être frotter la cervelle et les sens à un texte d’importance. Les comédiens se mêlent aux spectateurs, les échanges vont bon train. La subtilité de la mise en scène, dont chacun rapporte de menus détails pour mieux s’en réjouir, le dispute au plaisir suprême d’avoir goûté à une philosophie vivante.

*

 *              *

On est donc reparti, dans la nuit froide de janvier, avec l’impression d’avoir vécu quelque chose d’unique : une incarnation des idées. C’est peu dire que les sciences humaines et sociales se donnent du mal pour attraper, dans les discours, ces polarisations, mouvements et fixations corporels. Même l’ethnométhodologie la plus ascétique – pléonasme – ne peut donner à voir ce qu’un corps vit, dit, fait. La chair vivante du spectacle se déploie donc dans un entre-deux qu’il est finalement très rare de capter. Celui où les corps sont des mots prononcés et des concepts vivants.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)

Image en bandeau : spectacle du Living Theater au Teatro Durini de Milan, avec au centre Judith Malina (Comune di Reggio Nell’Emilia, via Flickr).


[1] Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.
[2] Voir notamment Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Le Seuil, 2013 et Frédéric Lordon, L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découverte, 2011.


Une réflexion au sujet de « Philosophie en scène »

  1. Merci pour ce chouette compte rendu, d’autant que l’expérience n’était pas facile à transcrire! Il donne vraiment envie de voir la pièce (et de se replonger dans le bouquin).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *