Note historique sur le mot « technoscience »

Le terme « technoscience » connaît une certaine popularité dans l’étude des sciences (philosophie, sociologie et histoire des sciences). Dominique Raynaud propose d’en examiner les attendus et les enjeux dans une mise au point en deux temps. Dans ce premier billet, il propose une approche historique qui tend à montrer que ce néologisme n’a pas été inventé par Bruno Latour (1987) ou Gilbert Hottois (1977). Citations et coups de sonde bibliographique à l’appui, il en date l’apparition dans l’immédiat après-guerre. Cela résout le problème d’attribution. Une deuxième note explorera les significations que le mot « technoscience » a revêtu entre 1946 et aujourd’hui, et tentera de restituer les objections auxquelles le mot a été confronté.

Cette note se propose d’étudier la signification et la portée du mot « technoscience », qui jouit depuis une trentaine d’années d’une certaine popularité dans l’étude des sciences et des techniques. Le mot, qui met en relief l’« intrication » (entanglement)[1] ou le « tissu sans couture » (intervowen fabric) entre sciences et techniques, semble, en première approximation, se justifier du fait que les sciences contemporaines ont été le théâtre de mutations importantes : mise en place de vastes organisations de recherche, lancements de programmes internationaux, développement des rapports entre science et industrie, intervention croissante de l’État dans la gestion des organismes de recherche.

Ne sachant pas a priori si la technoscience est un « concept », une « catégorie » ou une « notion », j’ai adopté la plus grande réserve en la qualifiant provisoirement de « mot ». Ses significations seront étudiées à l’aide de méthodes historiques : nous rechercherons ses premières occurrences dans la littérature et préciserons le sens qu’il a dans chaque contexte.

Le problème d’attribution

Les sociologues des sciences et techniques attribuent généralement le terme « technoscience » à Latour (1987). C’est, dit Latour au cours des années 1980, « un paquet fabriqué par certains chercheurs pour résoudre des problèmes de priorité, de préséance, de responsabilité et d’étiquette, pour exclure le travail de ceux qui ne portent pas de blouse blanche et pour couronner quelques lauréats du prix Nobel » (1987 : 282). Le terme a été repris par beaucoup de collaborateurs, directs ou indirects (Stengers 1997 ; Haraway 1997[2] ; Law et Mol 2000 ; Law 2002 ; Nowotny et Weiss 2000 ; Nowotny et Felt 2002 ; Anderson 2002 ; Pickering 2003 ; Barnes 2005).

Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)
La technoscience, c’est pas sorcier ! Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)

Les philosophes des sciences et techniques ont justement fait remarquer que le mot technoscience a été introduit par le philosophe belge Gilbert Hottois qui définit la technoscience par « l’indissolubilité des deux pôles théorique et technique-opératoire » (Hottois 1984 : 60). Cette attribution est acceptée de tous (Prades 1992 : 13 ; Séris 1994 : 215 ; Lebrun 1997 : 116 ; Guchet 2011 : 83 ; Hottois 2004 : 176 ; Verbeek 2005 : 9 ; Goffi 2006 : 21 ; Puech 2008 : 22 ; Bensaude-Vincent 2009 : 9 ; Grison 2011 : 28 ; Carrier et Nordmann 2011 : 469 ; Veenhoven in Brey et al. 2012 : 63, etc.) Le philosophe belge en a revendiqué la paternité plusieurs fois :

« Or, je n’avais rien lu d’Ellul, dont j’ignorais même l’existence, lorsque j’ai introduit le terme “technoscience” » (Hottois 2004 : 176-177).

« Depuis peu d’années, j’ai décidé de revendiquer l’enfant prodigue, qui devint ainsi, en 2003, l’objet de leçons au Collège de France, publiées en 2004 — peut-on rêver d’une plus belle reconnaissance? J’ai commencé à utiliser le mot au milieu des années soixante-dix [Voir les premiers textes repris dans Entre symboles et technosciences, Champ Vallon, 1996. Mon usage de “techno-science” est courant dès ma thèse de doctorat, L’inflation du langage dans la philosophie contemporaine, soutenue à Bruxelles en 1977, et publiée, abrégée, sous le même titre en 1979 aux Éditions de l’Université de Bruxelles.] Je l’ai fait figurer dans le titre d’un article dès 1978 : “Éthique et Techno-Science”, publié dans une revue belge de “Philosophie et de morale laïque” : La pensée et les hommes » (Hottois in Goffi 2006 : 22).

L’attribution du mot à Hottois est rarement débattue. Il arrive même que, lorsque certains tentent de prolonger l’exercice généalogique avant 1977, la discussion tourne court :

E. Seguin : « La légende veut que ce soit Bruno Latour qui ait inventé le terme “technoscience”. En réalité, le créateur de ce mot qui allait connaître une exceptionnelle popularité est Gilbert Hottois. Le philosophe des sciences et des techniques a utilisé ce terme pour la première fois dans son ouvrage Le signe et la technique [1984].Tout porte donc à croire que, comme cela arrive (ô si peu souvent !) dans le monde universitaire, Latour a fait un emprunt en omettant… de le reconnaître ».

J.L. Trudel : « Ce serait quand même plus convaincant si on rappelait au passage que le mot “techno-science” apparaît pour la première fois en 1960 dans ce passage d’un compte rendu de l’ouvrage de Morgenstern, The Question of National Defense, signé par James M. Roherty ».

E. Seguin : « Il n’est aucunement besoin de remonter à un compte-rendu publié en 1960 pour discuter de la technoscience comme science performative » (Seguin 2011).

Une rapide recherche bibliographique confirme l’observation de Jean-Louis Trudel : le mot apparaît bien dans la recension du livre de Morgenstern : « Whether a current study is produced by a researcher center, a committee, or a single author it inevitably succumbs to the techno-science of our time » (Roherty 1960 : 530). Mais la recherche bibliographique montre également que le terme « technoscience » a été utilisé depuis (au moins) 1946[3] par des auteurs dont il n’est jamais question dans la littérature philosophique ou sociologique. On peut en dresser la liste.

Occurrences historiques

Le mot « technoscience » semble avoir été forgé par substantivation de l’adjectif « technoscientific », utilisé pour la première fois en 1946 (dans une perspective de politique des sciences) par Harold D. Lasswell, politiste, psychanalyste et théoricien de la communication de masse — nommée propagande à l’époque (Lasswell 1946, 1948, 1957). Le mot décrit un trait de la société moderne : « technoscientific civilization », « technoscientific pattern of modern civilization », « technoscientific industrialism »… Le mot désigne l’ensemble indifférencié des sciences et des techniques, comme on utilise — avec la même indistinction — la tradition ou l’industrie pour construire le couple « sociétés tradionnelles » vs. « sociétés industrielles ». Le terme ne pouvait être forgé que par une personne très extérieure au domaine.

Le dessus des cartes : « technoscience » et escalade nucléaire (crédits : International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, via Flickr, 2012)
Le dessus des cartes : technoscience et escalade nucléaire (crédits : International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, via Flickr, 2012)

Une occurrence ancienne du substantif « technoscience » (Teknovitenskap) figure dans la conférence que l’ingénieur-mathématicien Edgar N. Schieldrop prononça devant le Dansk Ingeniørforenings pour le 70e anniversaire de Niels Bohr. La conférence-manifeste fut publiée en 1956 sous le titre På skilleveien i dette angstens og håpets århundre (A Century of Fear and Hope at the Crossroads). Des extraits furent traduits en plusieurs langues et diffusés par diverses organisations à travers le monde pour détourner les ingénieurs de la mise au point des armements nucléaires (nous sommes en pleine Guerre froide) et les inciter à développer les aspects bénéfiques de la technologie. C’est ainsi que le texte fut repris en mars 1959 par le Mechanical Engineering :

« The discoveries of science follow one upon the other because men are curious, eager for knowledge, and gifted. In the wake of the primary discoveries of science the technical advances follow more and more closely. This has the character of an almost uncontrollable automatic process. It is also an irreversible one because a valid concept is inextinguishable. Men will seek and, in the nature of things, find ; and what they find is sometimes dangerous. Sooner or later we were bound to reach the stage — we have, in fact, long since done so — when life here on earth became a matter of ever-increasing risk. At this critical stage we are bound to ask if the human race, with the vast power techno-science has placed in its hands, really understands how watchful it must be if the world is not plunged into a disaster surpassing all our nightmares. [Schieldrop se demande :] Should we not then — we men of science and technology in all countries — make every effort to find the means to enable a team of the élite minds among us to prepare a blueprint that in broad but concrete terms will show all mankind what a wonderful place could be made of this planet?

Scientists and technicians should co-operate in demonstrating to the world at large the promise of a future made possible by modern science and technology. »

L’expression « technological science » utilisée concurremment par Schieldrop explique directement la construction de « technoscience », mot-valise formé de « technological » et de « science » par apocope de -logical. Mais qu’est-ce que la technological science? C’est l’ensemble des méthodes et connaissances de la technologie (qui sont tantôt dérivées de la science pure par relation d’application (i.e., la « science appliquée ») tantôt élaborées spécifiquement au contact d’un problème pratique (i.e., la « technologie » stricto sensu, par exemple : la théorie des déblais et remblais de Monge)[4].

Le néologisme devait ensuite réapparaître en janvier 1960, dans un compte-rendu publié par la revue du Génie chimique :

« Un enseignement supérieur soucieux de prolonger les considérations théoriques de base par la science, ou technoscience, telle qu’elle naît d’une pratique industrielle orientée vers son propre progrès y trouvera un instrument sans équivalent pour cette branche du génie chimique » (1960 : 28).

L’auteur, qui signe la recension de ses initiales J.D., est très probablement Jean Durandet, directeur de recherche à l’Institut français du pétrole, professeur à l’École nationale supérieure du pétrole et des moteurs, et auteur d’un article dans le numéro 84 (1960) de la même revue. Le terme « technoscience » n’apparaît pas dans le livre signalé : André et Luc-André Bouron, Calcul et disposition des appareils de distillation (1959). Dans la recension, les mots « science » ou « technoscience » — on notera l’hésitation — s’appliquent au « génie chimique », secteur industriel inspiré du modèle américain (chemical engineering) et introduit en France (Toulouse et Nancy) à l’instigation des ingénieurs-chimistes Henri Wahl, Maurice Letort et Pierre Le Goff, notamment. Tous séjournèrent aux États-Unis dans les années 1950 pour étudier les procédés mis en œuvre outre-Atlantique (Grossetti et Detrez 1998). Dans ce contexte, on peut traduire « technoscience » par « génie chimique » ou, pour généraliser, « sciences de l’ingénieur », puisque ceux qui s’adonnent à cette activité sont les ingénieurs et les techniciens. Les liens qui unissent France et États-Unis suggèrent que le mot a pu être utilisé dans les milieux américains, soit par influence de Lasswell (peu probable), soit par influence de Schieldrop. Une étude de la littérature grise de chemical engineering pourrait le confirmer.

Trois mois plus tard, en mars 1960, le chimiste anglais Ralph Pearcy répond à un article de Stephen Toulmin paru dans le Listener du 11 février :

« Professor Stephen Toulmin, outside science and looking in, sees a dilemma : scientists must choose between a well-rewarded, blinkered, unadventurous life as mere technologists, making better and better manuscripts ; or they must be prepared to spurn the rewards of thereby they have a chance of grappling with the unknown on the frontiers of science. This is a chimera. In the first place, “curious, critical, eccentric individuals” will still arise even despite the monolithic, bureaucratically organized techno-science, which professor Toulmin seems to fear. In the second place, such a techno-science is impossible while the individual scientist is still rewarded by his most precious achievement : the acclaim of his fellow-scientists for a (necessarily iconoclastic) improvement of a scientific theory ; and there is no sign of this spur being blunted » (1960 : 307).

Le contexte de la lettre montre que « technoscience » peut ici être traduit par « technologie », au sens de l’activité propre des ingénieurs. On notera que le mot est explicitement perçu dans son extériorité au domaine des sciences : « Professor Toulmin, outside science and looking in… »

L’expression réapparaît ponctuellement en 1962 (Proceedings of the American Power Conference), en 1964 (The Mazes of Modern Government : The States, the Legislature, the Bureaucracy, the Courts, de LeRoy Collins), avec le sens de domaine indifférencié des sciences et des techniques.

En 1965, le terme est à nouveau employé dans l’hommage à Corrado Gini, tout juste décédé, rendu par son assistant Vittorio Castellano. Il y est question des « new statistics… slowly being goaded by the sirens of Techno-Science in the laboratories of industry » (Castellano 1965 : 33). Deux points caractérisent cet emploi : 1/ l’équivalence entre technoscience et « génie industriel » ; 2/ une dépréciation du terme qui persiste jusqu’à l’époque contemporaine.

La même année, le mot apparaît pour la première fois dans le contexte de l’écologie politique qui a grandement contribué à sa diffusion et à son succès. L’ornithologue américain Roland C. Clement signe un compte-rendu de Robert L. Rudd, Pesticides and the Living Landscape (1964) pour le Natural Resources Journal, dans lequel il écrit :

« The mischief this intellectual lag [that biology is reducible to chemistry] has caused is understandable, but less excusable. It occurred because scientists who have not yet outgrown nineteenth century positivism allowed technology to outrun them. We have yet to come to terms with the tremendous power technoscience has given us » (1965 : 432).

La référence à l’écologie politique explique deux traits du mot dans ce contexte : 1/ sa composante émotionnelle, car le « pouvoir immense » de la technoscience désigne ici la capacité à détruire la planète ; 2/ l’indifférenciation des sciences et des techniques, qui résulte à la fois de l’opposition artifice vs. nature et de l’approche globale préconisée par l’écologie.

La pollution de l'air : un pacte de la révolution industrielle. Fumée s'échappant d'une usine sucrière, en Floride (crédits : Kim Seng, via Flickr, 2013)
La pollution de l’air : un pacte de la révolution industrielle. Fumée s’échappant d’une usine sucrière, en Floride (crédits : Kim Seng, via Flickr, 2013)

C’est encore dans le contexte d’émergence de l’écologie politique que de nouvelles occurrences du mot apparaissent dans A Syllabus for the Study of Science, Technology and Public Policy, publié par les politistes Lynton K. Caldwell et William B. DeVille en 1968, et dont un chapitre est justement intitulé « Implications of Technoscience for Society » :

« The revolutionary developments of the present era, in atomic energy, in communications, in medicine, in automation, are technoscientific. They are application of advanced scientific thought and sophisticated technologies… In the technoscientific society of the 20th century, technology rather than science appears to be the dominant element. Explanation lies in the direct applicability of technology to practical affairs. Technology can directly serve economic, military, and civil purposes. Science informs the mind, but usually must be translated into technological terms before it can change the external characteristics of society » (Caldwell et DeVille 1968 : 33).

Les auteurs avancent des arguments qui justifient, selon eux, la nécessité d’un contrôle politique du bloc des sciences et techniques. Le premier est celui de l’« auto-accroissement des techniques », thème emprunté à la grande fresque d’Ellul sur la technique :

« A major theme is the automatic and self-augmenting character of technology, dealt with most explicitly in the book The Technological Society, by the French sociologist Jacques Ellul. The inevitability of technological development under favorable conditions is widely accepted and vigorously disputed. The issue is the extent to which societies of men can control and direct their scientific and technological development » (Caldwell et DeVille 1968 : 33).

L’autre argument justifiant le contrôle est le caractère inédit, « sans précédent », du développement des sciences et techniques au 20e siècle :

« Advancements in medicine, engineering, genetics, pharmacology, and industrial chemistry have given rise to novel circumstances in which the rights of individuals and of society cannot be defined by historical predecent » (Cadwell et DeVille 1968 : 141).

Quelle que soit leur faiblesse[5], ces arguments ont inspiré le contrôle politique des sciences et des techniques. On notera que Lynton K. Caldwell, professeur à l’Université de l’Indiana à Bloomington, fut le principal artisan du National Environment Policy Act (Public Law 91-190). Comme le mot technoscience figure dans le livre de 1968, mais pas dans les articles précédents — et notamment pas dans l’article princeps de l’écologie politique de 1962 — il se peut que le terme ait été proposé par son assistant. L’année suivante, Caldwell publiera avec William B. DeVille, accompagné de Gertrude W. Lindesmith et Hedvah L. Schuchman, une bibliographie annotée sur la politique de la science (Caldwell et al. 1969).

Le mot connaîtra le succès dans les sciences politiques américaines avec une érosion croissante de son orientation écologique. Le terme est tout d’abord repris par Marlan Blissett (1972). L’année suivante, Albert H. Rosenthal (1973) édite un ouvrage collectif avec les contributions de Lynton Caldwell, Rensis Likert (spécialiste du management) et de plusieurs acteurs impliqués dans la politique et le management de la science : Nicholas J. Oganovic et Harold H. Leich (US Civil Service Commission), Dwight Waldo (Berkeley’s Bureau of Public Administration puis Institute of Governmental Studies), Elmer B. Staats et William D. Carey (Bureau of Budget), Wesley J. Hjornevik (NASA). La même année, le terme est utilisé par Bruce L. Bandurski (1973). Le mot réapparaîtra ensuite dans un compte-rendu de Gary Werskey (1975) portant sur la science en URSS, par W. Henry Lambright (1976), puis par Richard P. Suttmeier (1977) dans un article consacré à la politique de la science en Chine.

Science en (raréf)action (crédits : hylobatidae.org)
Science en (raréf)action (crédits : hylobatidae.org)

Si, dans les années 1960, Caldwell et DeVille ont utilisé le mot technoscience dans la perspective de l’écologie (le milieu naturel est détruit par les pollutions industrielles, l’industrie recourt à la technologie, donc il faut contrôler l’ensemble de la chaîne scientifique-technologique pour préserver l’environnement), la notion est vite revenue dans le giron de l’utilitarisme le plus étroit (la recherche fondamentale et la recherche appliquée sont onéreuses, l’argent public doit être dépensé pour répondre à des utilités, donc il faut contrôler l’ensemble de la chaîne scientifique-technologique).

Conclusion

Cette étude historico-bibliographique permet d’affirmer que le mot « technoscience » est en circulation au moins depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce qui règle le problème d’attribution entre Latour (1987) et Hottois (1977). Il est difficile d’indiquer la date précise à laquelle le mot est apparu, car toute bibliographie est tributaire des sources disponibles qui ne sont pas toutes numérisées. De manière à ne pas exclure la possibilité que le mot ait été employé dans la « littérature grise » à des dates antérieures, on doit se contenter d’un terminus ante quem : l’adjectif est déjà utilisé par Lasswell (1946) ; le substantif est déjà employé par Schieldrop (1956). Le mot a été ensuite repris par Roherty (1960), Durandet (1960), Pearcy (1960), LeRoy Collins (1964), Castellano (1965), Clement (1965), Caldwell et DeVille (1968), Caldwell, DeVille, Lindesmith, Schuchman (1969), Blissett (1972), Rosenthal (1973), Bandurski (1973), Werskey (1975), Lambright (1976), Suttmeier (1977), date à laquelle le terme sera repris, avec le succès que l’on sait, par Hottois (1977) et Latour (1987).

Philosophes et sociologues des sciences et techniques ont adopté le mot technoscience en s’inspirant tantôt de Hottois, tantôt de Latour, tantôt des deux à la fois, mais en oubliant l’origine de ce terme. Comme cette histoire exhibe une tendance surprenante — le mot est presque toujours employé par des auteurs qui ont une vision extérieure de la science et de la technologie — nous consacrerons une deuxième note aux objections qui ont été adressée à ce mot.

Dominique Raynaud

Image en bandeau : Fusée Soyouz sur le pas de tir, via techno-science.net.

Références

Anderson, W., 2002, Postcolonial Technoscience, Social Studies of Science, Special Issue.
Bandurski, B.L., 1973, Ecology and Economics-Partners for Productivity, Annals of the American Academy of Political and Social Science 405 : 75-94.
Barnes, B., 2005, Elusive Memories of Technoscience, Perspectives on Science 13(2) : 142-165.
Bensaude-Vincent, B., 2009, Les Vertiges de la technoscience, Paris, La Découverte.
Blissett, M., 1972, Politics in Science, Boston, Little Brown.
Brey, P., Briggle, A., Spence, E., eds., 2012, The Good Life in a Technological Age, New York, Routledge.
Brunet P., Dubois M., 2012, Cellules souches et technoscience : sociologie de l’émergence et de la régulation d’un domaine de recherche biomédicale en France, Revue française de sociologie 53 : 391-428.
Caldwell, L.K., DeVille, W.B., 1968, A Syllabus for the Study of Science, Technology and Public Policy, Bloomington, Indiana University.
Caldwell, L.K., DeVille, W.B., Lindesmith, G.W., Schuchman, H.L., 1969, Science, Technology and Public Policy : A Selected and Annotated Bibliography, Bloomington, Indiana University.
Carrier, M., Nordmann, A., 2011, Science in the Context of Application, New York, Springer.
Castellano, V., 1965, Corrado Gini : a Memoir, Metron 24 : 3-84.
Clement, R.C., 1965, Robert L. Rudd, Pesticides and the Living Landscape, Natural Resources Journal 4 : 432-434.
Durandet, J., 1960, Analyses, Génie chimique 83(1) : 23-29.
Ellul, J., 1977, Le Système technicien, Paris, Calmann-Lévy.
Ellul, J., 1988, Le Bluff technologique, Paris, Hachette.
Erhard, J.B., 1799, « Über die Erforderniß eines Organons der Heilkunde », Magazin zur Vervollkommnung der theoretischen und praktischen Heilkunde, h.g. von Dr. A. Röschlaub, 2 : 17-20.
Goffi, J.-Y. éd., 2006, Regards sur les technosciences, Paris, Librairie philosophique J. Vrin.
Grison, F., 2011, Les Sciences autrement. Éléments de philosophie à l’usage des chercheurs curieux, Versailles, Éditions Quæ.
Grossetti, M. et Detrez, C., 1998, Le génie chimique en France : la difficile genèse d’une science appliquée, EASST’98 General Conference.
Guchet, X., 2011, Les technosciences : essai de définition, Philonsorbonne 5.
Haraway, D.J., 1997, Modest_Witness@Second_Millenium. FemaleMan©_Meets_OncoMouse : Feminism and Technoscience, London-New York, Routledge.
Hottois, G., 1977, L’inflation du langage dans la philosophie contemporaine, thèse de doctorat, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.
Hottois, G., 1984, Le Signe et la technique. La philosophie à l’épreuve de la technique, Paris, Montaigne.
Hottois, G., 2004, Philosophie des sciences, Philosophie de la technique, Paris, Odile Jacob.
Lambright, W.H., 1976, Governing Science and Technology, Oxford, Oxford University Press.
Lasswell, H.D., 1946, The Interrelations of World Organization and Society, The Yale Law Journal 55-5 : 889-909.
Lasswell, H.D., 1948, The Prospects of Cooperation in a Bipolar World, The University of Chicago Law Review 15(4) : 877-901.
Lasswell, H.D., 1957, The Political Science of Science, Scientific Monthly 84(1) : 34-44.
Latour, B., 1987, Science in Action, How to Follow Scientists and Engineers through Society, Cambridge, Harvard University Press ; trad. fr. La Science en action, Paris, La Découverte, 1989.
Law, J., Mol, A., 2000, Situating Technoscience : an Inquiry into Spatialities, Lancaster, Centre for Science Studies, Lancaster University.
Law, J., 2002, Aircraft Stories : Decentering the Object in Technoscience, Durham, Duke University Press Books.
Lebrun, J.P., 1997, Un Monde sans limite, Toulouse, Érès.
Nowotny, H., Weiss, M., 2000, Shifting Boundaries of the Real : Making the Invisible Visible, Zürich, ETH Hochschulverlag.
Nowotny, H., Felt, U., 2002, After the Breakthrough : The Emergence of High-Temperature Superconductivity as a Research Field, Cambridge, Cambridge University Press.
Pearcy, R., 1960, The Scientist’s Dilemma, The Listener 63 : 307.
Pickering, A., 2003, On Becoming : Imagination, Metaphysics, and the Mangle, E. Selinger, D. Ihde, eds., Chasing Technoscience : Matrix for Materiality, Bloomington, Indiana University Press : 96-116.
Prades, J. éd., 1992, Technoscience. Les fractures des discours, Paris, L’Harmattan.
Puech, M., 2008, Homo sapiens technologicus, Paris, Le Pommier.
Roherty, J.M., 1960, Oskar Morgenstern, The Question of National Defense, New York, Random House, 1959, American Political Science Review 54(2) : 530-531.
Rosenthal, A.H., 1973, Public Science Policy and Administration, Albuquerque, University of New Mexico Press.
Schieldrop, E.N., 1956, På skilleveien i dette angstens og håpets århundre, Teknisk ukeblad 42 :17-18 ; trad. A century of fear and hope at the crossroads, Mechanical Engineering 81(3), 1959 : 44-45.
Seguin, E., 2011, Dans le coin gauche la Science, dans le coin droit la technoscience.
Séris, J.-P., 1994, La Technique, Paris, Presses universitaires de France.
Stengers, I., 1997, Sciences et pouvoirs, Bruxelles, Labor.
Suttmeier, R.P., 1977, Recent Developments in the Politics of Chinese Science, Asian Survey 17(4) : 375-392.
Verbeek, P.P., 2005, What Things Do : Philosophical Reflections on Technology, Agency, and Design, Pennsylvania State University Press.
Werskey, G., 1975, Science and Ideology in the Soviet Union, The British Journal for the History of Science 8(3) : 240-245.


[1] L’intrication est la relation la plus souvent citée. D’autres auteurs retiennent des rapports mois contraignants : « interaction », « relation symbiotique » ou simple « porosité » (Dubois et Brunet 2012). Voir « Deuxième note sur la technoscience », Section 2.
[2] Haraway (1997) soutient un point de vue cyborg-féministe sur la technoscience qui serait, selon elle, « the new nature of no nature » — formulation que je me garderai de commenter.
[3] La recherche a été réalisée de la façon suivante : 1° nous avons visualisé sur Ngram l’histogramme 1800-2000 des fréquences du mot technoscience dans sept langues européennes : technoscience (anglais, français) ; Technowissenschaft (allemand) ; технонаука (russe) ; tecnociencia (espagnol) ; tecnoscienza (italien) ; 2° nous avons recherché les titres contenant les occurrences les plus anciennes en basculant la recherche sur GoogleBooks et Hathi Trust ; 3° Pour les langues non prises en charge par Ngram, nous avons recherché les occurrences sur les mêmes bases en triant les résultats par date de publication. Ces occurrences sont : tecnociência (portugais) ; technowetenschap (néerlandais) ; teknovetenskap (suédois) et τεχνοεπιστήμη (grec). La recherche produit un certain nombre de faux positifs, notamment : G. Michaut et P. Schricke, Description de la langue française (1934) ; A. Clow and N.L. Clow, The Chemical Revolution (1952) ; G. Bachelard, Le Matérialisme rationnel (1953). Au chapitre des mots composés, M. Grevisse, Le Bon Usage (1955) et J. Marouzeau, Notre Langue (1955) donnent le sens du préfixe : « techno- (science) » — étymologie fautive car elle demanderait d’identifier technologie et épistémologie. La contiguïté des deux mots a pu influencer la construction du mot en français en lui donnant un périmètre indéfini. Voir « Deuxième note sur la technoscience », Section 1.
[4] L’expression « science technique » paraît être d’origine allemande. Johann Erhard pointe en 1799 « l’absence d’un enseignement approprié, et, s’il s’agit d’une science technique, d’une méthode appropriée de son application » [mangelnden Lehren zweckmäßig aufzufinden und darzustellen, und, wenn es eine technische Wissenschaft ist, die richtige Methode ihrer Anwendung] (Erhard 1799 : 17). Erhard assimile donc « science technique » et « science appliquée », ce qui n’est plus le cas de nos jours.
[5] Ellul définit la notion d’auto-accroissement par une supposition : « J’entends par auto-accroissement le fait que tout se passe comme si le système technicien croissait par une force interne, intrinsèque et sans intervention décisive de l’homme » (1977 : 229), sans jamais établir la réalité du phénomène. Prenons le préfixe auto-. En plusieurs passages Ellul prétend que « le choix technique s’effectue de lui-même », ou qu’« à l’intérieur même du cercle technique, le choix s’effectue automatiquement » parce que le choix technique est un choix fondé en logique. Le présupposé de l’unicité des solutions révèle la méconnaissance qu’avait Ellul de son objet, car ce présupposé est faux à la fois dans le domaine technique (la technodiversité montre la variété des choix qui peuvent être utilisés pour résoudre un même problème) et dans le domaine scientifique (il existe plus de trois cents démonstrations différentes du théorème de Pythagore ; une équation indéterminée admet une infinité de solutions). La contribution propre d’Ellul est d’avoir tiré de cette erreur une vision apocalyptique de la technique : la technique c’est « Béhémoth », le « monstre », Livre de Job, 40 :15-24, auquel nous ne pourrions plus résister : « La prolifération des techniques a fini par encercler les points de résistance… sans qu’il y ait de réaction hostile ou de refus de la part de l’humain, parce que tout ce qui lui est proposé… dépasse infiniment toutes ses capacités de résistance » (Ellul 1988 : 35).


2 réflexions au sujet de « Note historique sur le mot « technoscience » »

  1. Merci pour ce travail précis et argumenté. C’est tellement pénible de voir la philosophie se faire vider de son contenu à coups d’incantations magiques et délirantes.

    Une petite remarque, le livre de Boghossian, Fear of knowledge, a été traduit par Ophélia Deroy, préface de Jean-Jacques Rosat sous le titre La peur du savoir, sur le relativisme et le constructivisme de la connaissance, chez Agone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *