Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Dans la rubrique « Séminaire » du Carnet Zilsel, hélas sous-alimentée, nous avons surtout repris les minutes du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps. Nous l’avons fait pour une raison simple de proximité, comme il est organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin (disclaimer : rédacteur du présent chapô), avec la complicité de nombreux rédacteurs du Carnet. Pour cette saison 3, le séminaire a porté sur les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Cinq séances se sont succédées depuis l’automne 2014. Lors de la première séance, le 14 novembre 2014, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ont présenté une recherche (interminable !) sur l’histoire sociale et configurationnelle de la sociologie historique des sciences et techniques. Le papier en support de leur intervention sera bientôt publié par la Revue d’histoire des sciences et ils en décriront la lente maturation dans un prochain billet zilselien. La deuxième séance du 19 décembre 2014 nous a transportés dans l’Allemagne du début du 20e siècle. Sur la base d’une recherche intensive dans les archives, Marc Joly (Centre Georg Simmel/EHESS) est revenu sur la naissance de la Société allemande de sociologie, telle qu’elle peut s’analyser à travers les rapports pour le moins compliqués de trois acteurs centraux : Georg Simmel, Ferdinand Tönnies, Max Weber. Comme d’habitude, l’invité était discuté par un collègue spécialiste des questions du jour. Cette séance-là Wolf Feuerhahn (CAK/EHESS) a ainsi donné la réplique. Le 30 janvier 2015, nous avons découvert un étrange objet des sciences juridiques, les « Mélanges ». Notre camarade Laurent Willemez (Printemps/UVSQ) a restitué la rationalité et les codes de ce genre expressif, lequel révèle la structuration sociale et intellectuelle d’une discipline académique, le droit du travail. L’exposé était cette fois discuté par Pierre-Yves Baudot (CESDIP/UVSQ). Le 20 mars 2015, nous avons reçu Christopher Donohue (National Human Genome Research Institute). Les lecteurs-rices du Carnet Zilsel connaissent désormais fort bien son travail. En effet, notre petite équipe s’était mobilisée en décembre 2014 pour échanger avec lui et Will Thomas, les animateurs du blog Ether Wave Propaganda. L’invitation avait vocation à approfondir la conversation transatlantique et transcarnetière. L’intervention de Christopher, iconoclaste et très stimulante, était intitulée «  Why Joseph Agassi is no longer read as much: reflections on the history and present state of the history and sociology of science ». On peut la lire sur EWP en plusieurs parties (ici, , encore ici, enfin là pour finir). Dans l’ultime séance de la saison, le 3 avril dernier, notre camarade de la team Zilsel Volny Fages s’est à nouveau immergé dans la trame tourbillonnaire de sa thèse portant sur les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle. C’était l’occasion de discuter une multitude de problèmes enchevêtrés qui nous concernent au premier chef : reconstruction des « marges » de la science et de l’« autorité socio-épistémique », normativité de l’analyse, positionnement méthodologique de/dans l’enquête, affiliation ou résistance à l’ordre des disciplines, etc. Comme il est de bonne méthode de battre le fer tant qu’il est chaud, nous publierons ci-après le texte à peine retouché et refroidi de Volny.

Il y a environ six mois, la commande était simple et claire : parle-nous de ta thèse et raconte-nous ta manière d’appréhender les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Rien que ça. Toujours plein d’entrain j’ai accepté sans hésiter, me disant qu’il est toujours bon de revenir sur ce que l’on a fait et de tenter d’y mettre un peu d’ordre. Quand je me suis attelé à la tâche, je me suis rendu compte que j’avais probablement été un peu présomptueux et catégorique dans le titre que j’avais alors donné pour mon intervention (pour mémoire : « Entre histoire sociale et sociologie historique, ou comment décrire les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle sans sombrer dans une nébuleuse méthodologique »). Présomptueux d’abord car je me suis bien peu replongé dans mes travaux de thèse depuis trois ans et que le temps passé risque de me rendre parfois un peu imprécis, je m’en excuse par avance. Présomptueux ensuite car malgré mon combat héroïque, durant mes années de thèse, avec mes sources, mes acteurs, mes objets, avec les traditions historiographiques auxquelles il semblait alors naturel que je me rattachasse (j’ai nommé l’histoire de l’astronomie), je ne me suis jamais vraiment posé la question du rattachement ou de la caractérisation disciplinaire de mon travail – objet du séminaire d’aujourd’hui. Qu’étais-je alors en train de faire ? De l’histoire sociale ? C’est l’avis de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme. De la sociologie historique ? Il semblerait que ce soit l’avis de mes camarades du Carnet Zilsel et du séminaire SoS. Je reste, quant à moi, encore aujourd’hui circonspect. Et l’on comprendra sans peine pourquoi dans les développements qui suivent.

Rendre visibles les invisibles

Une historiographie de l’astronomie centrée sur l’étude des héros de l’histoire

En abordant mon travail de thèse, l’idée était d’aller regarder ce qui se passait dans le domaine de la cosmologie en France avant Einstein afin d’interroger le désert supposément identifié par les historiens de la cosmologie (Jacques Merleau-Ponty parle de « docte ignorance »[1]).
Rapidement, il m’est apparu que cette démarche était très largement téléologique et conduisait inévitablement à une impasse. Chercher des traces de cosmologie relativiste avant Einstein, des précurseurs s’interrogeant sur l’origine de l’univers en tant qu’entité globale physico-mathématique était une erreur classique et, j’en fis l’expérience amère, ne pouvait conduire qu’à une absence de résultats.

L'ambiance feutrée de la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris (crédits : PSL)
L’ambiance feutrée de la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (crédits : PSL)

Plein de fougue, ayant déjà identifié plusieurs auteurs abordant la question de l’origine des astres et du système solaire, auteurs qualifiant généralement eux-mêmes leurs théories de « cosmogonies », je commençais par aller chercher du côté de l’Observatoire de Paris et de ses archives. Les tenanciers de l’histoire de l’astronomie me réservèrent un accueil bien tiède, oscillant entre incompréhension et mépris. Il me fut signifié rapidement que je ne trouverai rien à l’Observatoire car mon objet de recherche était dépourvu de pertinence. Il était dépourvu de pertinence car les astronomes de l’époque (avant 1915) ne s’intéressaient pas aux questions cosmologiques. Ils ne s’intéressaient pas à ces questions car il n’y en avait pas de trace dans les archives de l’Observatoire. La boucle était bouclée et ce raisonnement implacable me laissait plus que perplexe.
Mais, de fait, après de nombreuses heures de recherche, il s’est avéré que les archives de l’Observatoire contiennent bien peu de choses pouvant suggérer l’existence de pratiques cosmogoniques/cosmologiques au sein de cette institution centrale de l’astronomie française durant la période que j’étudiais. Pour autant, pouvait-on en déduire l’inexistence de ces questionnements chez les astronomes urbi et orbi ? Pouvait-on en déduire que la question cosmogonique est non pertinente lorsque l’on s’intéresse à l’ensemble des pratiques scientifiques du second 19e siècle en France ? Probablement pas. J’inclinais, en tout cas, à le croire, en ces heures aurorales de l’entrée en thèse.
Plus qu’un constat d’échec, cette absence cosmogonique dans le saint des saints de l’astronomie officielle déterminera la problématique de l’ensemble de mon travail ultérieur. Comment l’étude des pratiques cosmogoniques allait-elle pouvoir éclairer les rapports problématiques, parfois conflictuels, entre autorité institutionnelle et autorité épistémique ? Il s’agissait, je le présentais, d’étudier les marges, de questionner leurs évidences construites a posteriori.
M’efforçant de faire abstraction des confusions rétrospectives, je me proposais de re-dissocier les différentes formes de marginalité, socio-économiques, institutionnelles, et épistémiques, pour tenter de comprendre les mécanismes ayant conduit à leurs superpositions partielles dans les identités attribuées aux acteurs depuis les institutions centrales. Mais n’allons pas trop vite.

Décentrer le regard archivistique pour voir les invisibilisés

Circonscrire le corpus

Conscient désormais que je ne ferai pas une pré-histoire de la cosmologie relativiste, il fallait préciser l’objet de ma recherche. L’idée était d’étudier les auteurs de théories/hypothèses relatives à l’origine du système solaire, des astres (étoiles, voie lactée, nébuleuses, comètes, etc.), en prenant au sérieux leurs pratiques, leurs théories, leurs expérimentations, leur volonté de produire une connaissance scientifique. Ce dernier point constitue une seconde démarcation de mon objet (outre la définition du contenu des travaux) : devant la multitude d’auteurs aux statuts divers, j’ai choisi de ne conserver que ceux qui étaient clairement engagés dans une démarche cosmogonique à un moment de leur carrière et qui, d’une façon ou d’une autre, recherchaient une certaine reconnaissance par les institutions savantes. Il s’agissait, en somme, des auteurs visant explicitement une production scientifique reconnue comme telle par ceux qu’ils identifiaient comme leurs pairs.

Décentrer le regard en variant les sources

Ainsi défini mon corpus allait peu à peu se peupler d’individus pour la plupart largement inconnus des historiens. Pour les identifier, il a d’abord fallu décentrer mon regard archivistique et m’écarter des institutions astronomiques. Bredouille à l’Observatoire, la moisson sera bien plus fructueuse dans d’autres espaces moins étroitement contrôlés par les gatekeepers de la science officielle.

L'Académie des sciences, cadenas de la libido sciendi (crédits : Bruno Pereira, 2012, via Flickr)
L’Académie des sciences, cadenas de la libido sciendi (crédits : Bruno Pereira, 2012, via Flickr)

L’Académie des sciences par exemple, pourtant vitrine de la science officielle, organe central de fabrication de la légitimité scientifique dont une des missions est alors de séparer le bon grain de l’ivraie des ambitions extra-institutionnelles de scientificité, est une source essentielle permettant d’identifier les auteurs marginalement intégrés, ou exclus, de la science institutionnalisée telle qu’elle se structure à partir du second 19e siècle. Les Comptes rendus des séances hebdomadaires de l’Académie des sciences (les CRAS pour les intimes) sont parsemés de Mémoires envoyés à l’institution pour examen, de Notes décrivant des calculs expliquant la formation des planètes ou de présentations succinctes d’une théorie cosmogonique plus ou moins générale. Ses archives permettent notamment de retrouver (lorsque l’on a un peu de chance) les Mémoires manuscrits envoyés par les auteurs, et les décisions de l’institution sur les suites à donner à ces tentatives (renvoi aux auteurs, publication partielles dans les CRAS, renvoi à une commission, etc.).
Mais bien d’autres sources permettent de faire émerger ces auteurs invisibilisés par l’histoire. Par exemple les sociétés savantes, leurs bulletins et, parfois, leurs archives. Je pense notamment à la Société Astronomique de France de Camille Flammarion qui sera un lieu privilégié d’exposé et de discussion de théories cosmogoniques. Mais on peut aussi trouver des traces de travaux cosmogoniques dans diverses sociétés savantes de province (à Montpellier ou dans le Bourbonnais par exemple), permettant d’élargir encore le spectre des auteurs identifiés.
Ayant parcouru le plus systématiquement possible archives, publications diverses, catalogues variés, j’ai pu identifier une cinquantaine d’auteurs actifs durant ma période, s’étendant des années 1860 jusqu’aux années 1920, et rentrant dans le périmètre que je m’étais fixé. Il me fallait alors comprendre qui étaient ces auteurs de cosmogonies et comment et pourquoi ils se retrouvaient exclus de la vie scientifique, en particulier de la vie astronomique.

Adopter une focale biographique

L’étape suivante de mon travail a donc consisté à aller enquêter dans diverses archives pour retrouver des traces de ces auteurs, connus pour certains d’entre eux (comme Henri Poincaré, Hervé Faye, ou Stanislas Meunier) beaucoup moins pour d’autres (comme Émile Belot, Jean Chacornac, ou Edmé Voizot). J’ai donc tenté, et réussi pour la plupart, à reconstituer des trajectoires de vie et à intégrer la production cosmogonique de ces auteurs dans ces trajectoires.

Best-seller cosmogonique : L'origine dualiste des mondes et la structure de notre Univers, par Émile Belot, 1924 [1911] (source : bons-livres.fr)
Best-seller cosmogonique : L’origine dualiste des mondes et la structure de notre Univers, par Émile Belot, 1924 (source : bons-livres.fr)

Derrière l’auteur d’une théorie un peu « folle » (André Blavier ne parle-t-il pas de « fous littéraires ») sur l’origine du monde mobilisant des champs magnétiques, des frottements fluides, des explosions, ou des tourbillons à la Descartes, il m’a été possible de retrouver l’ingénieur des mines en retraite (Émile Roger), le sous-officier de marine en mission aux Indes et utilisant son temps libre sur son bateau (Julien Delauney), l’ingénieur des tabacs travaillant à sa cosmogonie dans son bureau de directeur d’une manufacture (Émile Belot), le principal de collège autodidacte considéré comme un « grand génie » par les notables de sa commune (Edmé Voizot), l’ingénieur des travaux publics appliquant le calcul harmonique à la description des nébuleuses (Féréol Butavand), l’inventeur chimiste incarcéré pour haute trahison et profitant de son séjour en prison pour écrire une vaste théorie cosmogonique (Eugène Turpin), le général d’État-Major publiant une cosmogonie juste avant de mourir, la considérant comme son chef d’œuvre (Hercule Lafouge), ou l’industriel filateur de coton travaillant à l’étude des propriétés des fluides élastiques et prolongeant son travail par une cosmogonie générale (Hippolyte Chaverondier).

Des cosmogonies pêle-mêle : comment penser le collectif ou l’insuffisance biographique

L’identification de ces auteurs et de leurs théories ainsi que de leurs pratiques (expérimentales pour certains) a ainsi fait émerger une grande diversité, une grande hétérogénéité dont il n’était pas envisageable de faire l’économie d’une mise en ordre. Quel sens par exemple donner au télescopage, le temps d’un travail de thèse, entre un Poincaré ou un Faye, deux stars de la science française de l’époque, et un Chacornac, astronome déchu, accusé de paranoïa par Le Verrier, interné pour cela, et écrivant des Mémoires cosmogoniques inédits directement envoyés aux ministres de l’Instruction Publique (Duruy puis Simon) ?
Une approche « simplement » biographique, même en creusant quelques sillons dans une perspective microhistorienne, ne m’informerait pas aisément sur le pourquoi de cet engouement cosmogonique, sur le profil particulier des auteurs se lançant dans une telle entreprise cognitivo-éditoriale, sur leur insertion « collective » (si collectif il y a) dans les transformations socio-historiques à l’œuvre dans les sciences durant le second 19e siècle, notamment à un niveau institutionnel.
Il allait falloir théoriser un peu, un tout petit peu.

La question des marges

Spécifier les marges, les (re)peupler de monstres

C’est à ce stade là que m’est apparue l’importance de la question de marginalité. Ou plutôt des marginalités. Il fallait prendre au sérieux l’absence de questionnements cosmogoniques dans les grandes institutions astronomiques. Il fallait aussi prendre au sérieux le mépris de la plupart des scientifiques intégrés dans le système à l’égard de ces entreprises à la fois sérieuses et en total décalage avec les thématiques en vogues au cœur de l’activité scientifique de l’époque. Il fallait encore prendre au sérieux la volonté farouche de certains auteurs de travaux cosmogoniques d’être reconnus comme faisant partie de la communauté scientifique. Il fallait surtout prendre au sérieux ce pullulement de discussions cosmogoniques dans des espaces d’expression scientifique extra-institutionnel.

Institutionnaliser les Belot studies ?  Affiche de la journée d'étude « Les Belot : chercher, expliquer et pérenniser l’ordre dans le cosmos, la manufacture et la société », organisée par Volny Fages et François Vatin en 2010 (source : http://actualites.ehess.fr/nouvelle3797.html)
Institutionnaliser les Belot studies ? Affiche de la journée d’étude « Les Belot : chercher, expliquer et pérenniser l’ordre dans le cosmos, la manufacture et la société », organisée par Volny Fages et François Vatin en 2010 (source : http://actualites.ehess.fr/nouvelle3797.html)

Pour comprendre la dynamique socio-historique conduisant certains individus à assumer une position d’outsider tout en cherchant éperdument à être reconnus par les insiders, il faut notamment, me semble-t-il, désindexer l’autorité épistémique sur l’autorité sociale (notamment celle octroyée aux « nouvelles élites » par leur passage par les grandes écoles) dans nos descriptions et interroger les rapports socio-historiques qui se tissent entre, d’une part, ces deux formes d’autorité et, d’autre part, les marginalités institutionnelles alors en train d’être construites à l’ombre d’un processus au long cours de professionnalisation des sciences.
Il m’est alors apparu que le cas des auteurs de théories cosmogoniques constitue un point d’entrée privilégié pour une analyse, depuis leurs marges, des institutions scientifiques qui se structurent, se ferment, et dont les normes implicites d’appartenance (et cette dimension implicite est importante) se modifient substantiellement. La lumière rasante des marges institutionnelles, des marges épistémiques, et, plus rarement, des marges sociales (essentiellement des élites déclassées), permet, il semble, de relire certains pans de l’historiographie de la période en la repeuplant de monstres de la pensée (pour parler comme Michel Foucault).

Monstres du savoir et élites sociales : une dissociation des autorités

Un des résultats de mon travail est par exemple d’avoir identifié et documenté une surreprésentation des (nouvelles) élites sociales chez les auteurs de théories cosmogoniques, et en particulier des ingénieurs et des officiers militaires anciens polytechniciens. J’ai ainsi proposé une explication à ce constat en termes de dissociation, réalisée par les institutions centrales de la science, entre autorité épistémique et autorité sociale. Alors que durant tout le 19e siècle, jusqu’aux années 1870-1880, le statut social conféré par le label « ancien élève de l’École Polytechnique » faisait de vous un scientifique dans de nombreux cercles et suffisait souvent à vous permettre de publier chez un éditeur scientifique important comme Gauthier-Villars et/ou de vous donner accès aux Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, cela devient de plus en plus difficile durant les décennies qui suivent. La communauté scientifique verrouille ses accès, l’École normale supérieure prend une importance croissante (par rapport à l’École polytechnique), et la plupart des thématiques deviennent, techniquement (mathématiquement) ou matériellement (financièrement), inaccessibles aux amateurs de (la) science, c’est-à-dire aux exclus du processus de professionnalisation. Au début du 20e siècle, le fait d’appartenir à certaines élites sociales est toujours une condition nécessaire à l’acquisition d’une autorité épistémique importante dans un domaine déterminé, elle n’est désormais plus une condition suffisante.

Les CRAS : l'autorité socio-épistémique en ration hebdomadaire (source : http://fr.wikisource.org/)
Les CRAS : l’autorité socio-épistémique en ration hebdomadaire (source : http://fr.wikisource.org/)

Le domaine de l’étude de l’origine des astres, largement laissé de côté par les astronomes de métier (pour diverses raisons), constituera une survivance d’un système socio-épistémico-institutionnel ancien, permettant des revendications de scientificité tous azimuts, lequel disparaîtra vers la fin des années 1920 (à la mort de son principal héraut Émile Belot).

Un éclectisme conceptuel indiscipliné ?

Dans la pratique, afin de creuser le plus loin possible l’idée d’une relecture de l’historiographie des sciences de la période par sa/ses marge(s), j’ai choisi de structurer mon mémoire de thèse en chapitres permettant d’appliquer cette relecture à des objets, des questionnements, des thématiques classiques de la période.
J’ai ainsi interrogé ce que mes auteurs de cosmogonies pouvaient apporter à la compréhension des pratiques et de la sociabilité à l’Observatoire de Paris, à l’Académie des sciences, aux espaces de « science populaire ». Ce qu’ils pouvaient mettre en lumière comme types de pratiques mathématiques, iconographiques, ou expérimentales, et les marginalités épistémiques que celles-ci peuvent porter. Enfin, comment la question des origines cosmiques s’insère et éclaire les relations tendues, complexes, entre science, politique, et religion au tournant du siècle.
Plutôt que d’adopter/adapter une théorie générale, de plus ou moins grande portée, afin de décrire les groupes sociaux dans lesquels évoluaient mes acteurs, de saisir leurs actions et leurs pratiques, plutôt que de tenter une théorisation plus ou moins maladroite, il m’est apparu heuristique (et plus modeste) d’adopter une démarche plus pragmatique conceptuellement, choisissant localement les concepts les plus susceptibles de m’être utiles. Il s’agissait (et il s’agit encore) d’assumer une sorte d’« éclectisme » théorique plus ou moins indiscipliné.
Pour étudier les rapports de force à l’Observatoire et la constitution d’une tradition cosmogonique marginale souterraine, j’ai utilisé le concept d’« économie morale » tel que Lorraine Daston l’a reformulé, en prolongeant les analyses proposées par John Tresh sur François Arago. Pour étudier les diffractions de la cosmogonie dans les publications populaires, j’ai proposé de distinguer « science pour le peuple » et « science par le peuple » afin de nous redonner une prise analytique non condescendante permettant d’envisager la possibilité d’une « science populaire » (en l’occurrence cosmogonique) là où l’on ne voyait que de la vulgarisation, et s’interroger spécifiquement sur les fonctions de la vulgarisation en tant que telle. Pour parler des identités sociales des auteurs de cosmogonies, j’ai fait usage, au gré de mes exemples et pour les besoins de mon argumentation, de l’habitus bourdieusien, de la persona de Marcel Mauss, ou de la notion de loisir sérieux de Robert Stebbins.
Mais ces usages sont loin de faire système, et loin même de le vouloir.

*

*              *

Mon travail historique ne peut probablement pas être dissocié de tentatives plus ou moins abouties de réflexions sur les manières de fabriquer un/des récit(s) collectifs autour de mon objet, et s’appuie sur un refus catégorique d’une érudition anecdotisante qui ne parviendrait pas, à un moment ou un autre, à se déprendre d’une approche trop exclusivement biographique. Certains historiens ont choisi la voie de la prosopographie, ce n’est pas celle que j’ai empruntée, convaincu de la trop petite taille et de la trop forte hétérogénéité de mon corpus.
Mais fais-je pour autant quelque chose relevant de la sociologie historique ? Par l’incessante (re)définition de mes catégories analytiques et de l’extension de mon corpus, probablement. Mais, en l’état, je ne peux m’empêcher de ressentir un léger décalage dans cette caractérisation disciplinaire. Donnons la parole à Bourdieu pour tenter de donner corps à mon incertitude :

« Faire de la sociologie historique ou de l’histoire sociale, c’est traiter un cas particulier, mais en le constituant, selon la formule de Bachelard, comme cas particulier des possibles, en saisissant sa particularité comme telle, particularité qu’on peut comparer aux cas possibles. »[2]

Passons sur l’indistinction qu’il fait entre sociologie historique et histoire sociale, qui constitue probablement plus une manière de s’accaparer l’histoire sociale qu’un véritable énoncé théorique. Le cas des auteurs de théories cosmogoniques constitue clairement un cas particulier, mais est-ce un « cas particulier des possibles » ? Et mon travail cherche-il à l’établir comme tel ?
Se pose ici explicitement la question de la généralisation, ou plutôt des niveaux de généralisation envisageables, souhaitables et souhaités, respectivement au sein des disciplines historiques et sociologiques. Sans conclure réellement, j’aimerais que cet exemple alimente nos réflexions sur les interstices disciplinaires que nous occupons, libres ou contraints, et, réflexivement, sur les formes d’autorités (épistémiques) qui nous gouvernent. Tout un programme.

Volny Fages

Image en bandeau : Panorama de la Voie lactée (crédits : ESO)


[1] Jacques Merleau-Ponty, La science de l’univers à l’âge du positivisme : étude sur les origines de la cosmologie contemporaine, Paris, Vrin, 1983.
[2] Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 143.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *