Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

On pourrait attendre des recherches engagées depuis les années 1980 qu’elles aient clarifié le mot « technoscience » en lui assignant un périmètre défini. Ce travail de clarification conceptuelle n’a pas abouti : on trouve dans la littérature actuelle non seulement les deux sens « historiques » du mot (génie ou ensemble des sciences et des techniques), mais bien d’autres usages dont la signification n’est guère plus stabilisée. On a ainsi évoqué l’« indissolubilité » entre science et technique (Hottois 1984), la « fusion de science, d’organisation et d’industrie » (Latour 1999), plus récemment, même, les rapports entre technoscience et capitalisme (Pellizzoni et Ylönen 2012). Les textes suffisent à montrer cette dispersion :

« Technoscience met en évidence deux caractères : l’indissolubilité des deux pôles théorique et technique-opératoire ; le primat ultime de la technique sur la theoria » (Hottois 1984 : 60).

« Érigée en système totalisant, la technique devient technoscience, aboutissement idéologique de l’idéal de libération. Dans son élan émancipateur, la technoscience s’est infiltrée dans toutes les sphères de la vie humaine » (Leblanc 1999 : 151).

« Although in English the word “technology” tends to replace the word “technique”, I will make use of both terms throughout, reserving the tainted term “technoscience” for a very specific stage in my mythical pragmatogony » (Latour 1999 : 178).

« Autrefois séparées, science et technique sont maintenant unies sous la dénomination de technoscience » (Rollet 2001 : 2).

« La notion de technoscience… paraît appropriée pour désigner la science contemporaine » (Hottois 2004 : 13-14).

« La technoscience… remet en question la revendication d’autonomie de la science par rapport aux enjeux économiques et sociaux… » (Bensaude-Vincent 2009 : 37).

« The close connection between neoliberalism and technoscience is implicit in the latter’s focus on supply-side economics, knowledge, innovation… » (Pellizzoni, Ylönen 2012).

« Il est légitime, à propos des NST [Nano Science and Technology] de parler de “technoscience”, précisément parce que cette échelle “nano” permet de moins en moins d’établir une frontière entre science et technologie” (Caune 2012 : 38).

« The previous suggestions of how to distinguish science and technoscience do not imply that the technosciences are a recent phenomenon that somehow supersedes the sciences » (Carrier and Nordmann 2011 : 471).

Même en laissant de côté la référence à Ellul (la technoscience envahissante), force est de constater que la réflexion menée depuis trente ans n’a pas doté le mot technoscience d’un référent stable : les auteurs hésitent toujours entre orientation totalisante et orientation particularisante. Dans ces conditions, débattre de la pertinence ou de l’utilité du mot équivaut à chercher les propriétés d’un objet indéfini.

2. Le mot technoscience est fondé sur une relation inclarifiable

Les effets présumés de la « technoscience » sur la réorganisation des rapports entre science et technique se déduisent de la relation très spéciale liant les deux blocs que les auteurs nomment « intrication »[1] (entanglement) (Pickering 1995 : 54 ; Law et Mol 2000 ; Nowotny 2006 : 19 ; Nordmann 2006 : 2), « fusion » (fusion) (Latouche 1995 ; Hottois in Goffi 2006 : 26 ; Bensaude-Vincent 2009) ou « tissu sans couture » (interwoven fabric) (Latour 2006 : 32). Ces expressions, qui tentent d’effacer l’articulation entre science et technique, sont-elles justifiées  ? On peut en prendre la mesure en étudiant les objections adressées à la technoscience et l’accueil que leur ont réservé ses partisans.

Commençons par les objections. Ralph Pearcy disait déjà : « Such a techno-science is impossible… » (1960 : 307). Dans la décennie suivante, Joseph Agassi (1974) a proposé une distinction importante : alors que les théories sont considérées comme vraies si elles résistent à la falsification, ce critère ne vaut ni de la science appliquée, ni de la technologie. La science appliquée est préoccupée par la mise en œuvre : elle ne cherche pas à falsifier les théories. La technologie considère qu’un artefact ou un procédé technique est viable quand il est corroboré dans les conditions particulières du test : il n’y a pas de falsification. D’où la conclusion d’Agassi : si la science procède par falsification ; la science appliquée et la technologie par confirmation, leur fusion est impossible.

Trente ans plus tard, Jean-Pierre Séris fera part de nouvelles réserves :

« On a introduit depuis peu le terme de “technoscience” pour désigner le complexe de sciences et de techniques qui contrôle et commande la cohérence de la recherche et du développement. Complexe scientifico-technique, industriel et post-industriel, qui est une réalité sociologique, économique et politique. Nous nous interrogeons sur l’opportunité du recours à ce terme. Il est peu de découvertes scientifiques qui ne se monnaient aujourd’hui presque aussitôt en spectaculaires retombées technologiques (le laser), peu de découvertes scientifiques qui n’empruntent à une technologie leurs conditions mêmes de possibilité (le génie génétique). L’opposition grecque entre une épistémè contemplative, désintéressée et une technè utilitaire, active, débrouillarde et pratique ne nous parle plus… C’est un fait. Seule la nature de cette liaison fait problème : parlera-t-on de parenté, de symbiose, de parasitisme, de collusion, de confusion, de couplage, de feed-back ? Étant donné cet état de choses, la technique et l’art sont diamétralement séparés » (Séris 1994 : 202).

Dans la décennie suivante, c’est encore à la confusion du mot que s’en prend Mario Bunge (2012 : 51-56). Les différences entre science et technologie sont nombreuses : 1) La science étudie la réalité, la technologie s’emploie à la changer ; 2) Il n’existe pas de recouvrement total entre la science et la technologie ; 3) Il existe des visées applicatives en dehors de toute science (la technique) et des sciences sans visée applicative ; 4) Les chercheurs produisent des biens publics, les ingénieurs des biens privés. La publicité accordée à la technoscience résulterait d’une offensive contre la science, que certains mèneraient par ignorance et que d’autres mèneraient à partir de doctrines qui abhorrent la science. En outre, la confusion se décline sur le plan ontologique (les artefacts technologiques ne sont pas naturels mais créés par l’homme), sur le plan épistémologique (chercher à comprendre le monde est sans rapport avec le fait de concevoir des objets), sur le plan axiologique (les scientifiques n’évaluent pas leurs objets d’étude, ce que font les ingénieurs) et sur le plan praxéologique (la science n’a pas la dimension utilitariste de la technologie) (Bunge 2012 : 52-53).

Mammoth magnet for the 60-inch cyclotron,  (crédits : Courtesy of Lawrence Berkeley National Laboratory, via Flickr)
Le pouvoir attracteur de « technoscience ». Mammoth magnet for the 60-inch cyclotron, (crédits : Courtesy of Lawrence Berkeley National Laboratory, via Flickr)

Qu’ont répondu les partisans de la technoscience aux objections de Pearcy (1960), Agassi (1974), Séris (1994) et Bunge (2012) ? À ma connaissance, excepté quelques tentatives de Carrier et Nordmann (2010) et Nordmann (2011), aucun auteur n’a engagé le travail de révision demandé par Séris[2].

Prolongeons l’examen de la notion d’intrication. Si la science et la technique sont « intriquées », alors il devrait exister une correspondance entre opérations théoriques (scientifiques) et opérations pratiques (techniques). Si la théorie est fausse, les opérations pratiques seront déduites « à tort » de la théorie : l’application ne produira pas dans le réel les effets prédits par la théorie. Par ailleurs, si la théorie n’a pas d’application, les opérations pratiques seront indéfinies. Examinons ces deux cas en détail :

  1. Le rapport entre les opérations théoriques et les opérations pratiques est rompu dans tous les cas où la théorie est fausse. La balistique de Tartaglia, qui ne faisait pas intervenir la parabole, a été corrigée par Torricelli en 1641. Galilée a donné une équation parabolique de la caténaire ; sa fausseté a été démontrée par Leibniz, Huygens et Bernoulli en 1691. La détermination de l’épaisseur des piédroits par Blondel a été réfutée par Bélidor en 1729. Le modèle de l’univers statique de Einstein a été infirmé par Hubble en 1929. Les inégalités de Bell ont été invalidées par les expériences d’Aspect en 1982. Si ces théories, qui constituent des « manipulations théoriques » de concepts, ont été réfutées, c’est que leurs équations n’ont pas de corrélat empirique. Dans tous ces cas, il n’y a pas de correspondance entre les opérations théoriques et pratiques.
  2. Le rapport entre les opérations théoriques et les opérations pratiques est rompu dans le cas de la science fondamentale. Il est aujourd’hui politiquement incorrect d’affirmer que la science fondamentale existe après tous les discours produits sur le thème de la « science impure », mais une profession de foi utilitariste ne se substitue pas au réel. Bien que certaines théories dépendent de finalités pratiques — en chimie, par exemple —, cet énoncé n’est pas vrai en général. Les mathématiques, la physique théorique, l’astrophysique ou la paléontologie poursuivent essentiellement des buts de connaissance. Si certaines théories mathématiques ont des applications (l’algèbre de Boole appliquée à l’électronique et à l’informatique ; les probabilités appliquées à l’actuariat ; la théorie de l’optimisation appliquée à la recherche opérationnelle), les mathématiques fondamentales n’en ont généralement pas. La MSC2010 recense les titres couvrant l’ensemble des domaines mathématiques dans un document de cinquante pages. Chaque titre peut être développé. Sur GoogleScholar, le mot « cohomology » retourne 232 000 publications ; le mot « hypersurface » 97 900 publications, etc. Les 6000 entrées de cette classification représentent au total plus d’un milliard de publications en mathématiques pures. À quelles opérations pratiques sont-elles associées ? Ces découvertes se caractérisent justement par le fait qu’il est impossible d’exhiber une utilité qui serait « la source, le moyen et la cible de la recherche contemporaine ».

L’objection peut être résumée sous la forme d’un dilemme :

— soit l’intrication admet que les éléments intriqués sont distincts, et dans ce cas la technoscience ne parvient pas à se démarquer des formes poussées d’interdépendance entre science et technique qui ont été décrites depuis longtemps dans la littérature[3] ;
— soit l’intrication est poussée jusqu’à l’indistinction des éléments intriqués, et la notion interdit alors toute analyse des rapports entre science et technique.

3. Le mot technoscience ne décrit pas un phénomène nouveau

Beaucoup de textes écrits au sujet de la « technoscience » mettent en avant la nouveauté du phénomène qu’elle tente de décrire. Les recherches historiques de Cyrus Mody parviennent à des résultats plus nuancés :

« From his historical perspective, Cyrus Mody is skeptical of any grand claim about epochal breaks. Thus he argues that key aspects of current technoscience can be found in postwar nuclear physics (Alvarez and nuclear weapons), in early-twentieth-century physical chemistry (Langmuir and lightbulbs), in the study of electricity and magnetism in the second half of the nineteenth century (Kelvin and the telegraph), and even in seventeenth-century mechanics » (Nordmann 2011 : 10).

Peu d’auteurs reconnaissent l’ancienneté de la technoscience. N’imaginant pas que la science et la technoscience puissent avoir une existence parallèle, ils pensent que la seconde balayera tôt ou tard la première. La littérature regorge d’exemples où la flèche du temps — « l’avant / l’après » — est utilisée pour régler le passage de la science à la technoscience :

« Autrefois séparées, science et technique sont maintenant unies sous la dénomination de technoscience. Ce terme renvoie à deux réalités complémentaires : d’une part, la participation de plus en plus active des techniciens (au sens large) dans le processus de la recherche scientifique ; d’autre part, la contribution essentielle de la science à la plupart des grandes innovations techniques contemporaines » (Rollet 2001 : 2, mes italiques).

Les deux arguments avancés dans cet extrait sont opposables. Ni la contribution de la science à l’innovation technologique, ni la participation des techniciens à la recherche scientifique ne sont des faits nouveaux. Détaillons ces objections.

  1. La contribution de la science à l’innovation technologique n’est pas nouvelle : c’est la définition même de la technologie. En quoi la contribution de la science au progrès technologique inciterait-elle à adopter une conception nouvelle de leurs rapports ? Il suffit de se reporter à la section précédente pour constater que cette nouveauté n’a pas été justifiée.
  2. Dès que les scientifiques ont commencé à utiliser des instruments scientifiques, leur réalisation a été l’affaire des techniciens. On peut citer quelques exemples tirés de l’histoire des sciences :

En 1843, François Arago entreprend de mesurer la vitesse de la lumière à l’aide d’un instrument à miroir tournant. Il en confie la réalisation à Bréguet.
En 1849, Fizeau mesure la vitesse de la lumière au moyen d’un instrument à roue dentée construit par Gustave Froment. La source de lumière est une lampe Drummond.
En 1850, Foucault reprend le dispositif à miroir tournant. La vitesse est contrôlée par une sirène fabriquée par Cagniard de Latour. Plus tard le dispositif sera amélioré en remplaçant la turbine à vapeur par une soufflerie régulée de Cavaillé-Coll.
En 1869, Janssen invente avec Deslandres le spectrohélioscope. Le faisceau lumineux est dirigé par un héliostat de Silberman sur un spectroscope de Ignazio Hoffmann.
En 1874, Janssen utilise un revolver photographique pour filmer le passage de Vénus. Un premier prototype est fabriqué par Deschiens. Celui-ci ne donne pas satisfaction à Janssen, qui en confiera finalement la réalisation à Redier.
En 1875, il conçoit une lunette photographique solaire. Les lentilles achromatiques sont fabriquées par Prazmowski, pendant que le photographe Arents se charge de mettre au point un collodion iodo-bromuré sensible aux ultra-violets.

Bréguet, Froment, Cagniard de Latour, Cavaillé-Coll, Silberman, Hoffmann, Deschiens, Prazmowski, Redier, Arents… La participation des techniciens à l’aventure scientifique est inscrite dans la longue durée. Ces observations s’opposent au diagnostic d’une transformation irréversible et imminente de la science et de la technologie.

4. Le mot technoscience a un contenu émotionnel

Si le mot « technoscience » est parfois associé à des nouveautés identifiables — Projet Génome Humain (Hottois in Goffi 2006), chimie de synthèse, nanotechnologies (Carrier et Nordmann 2011) — il caractérise souvent des changements qui n’ont pas de point d’application défini. Le discours tire alors sa cohérence d’un appel à l’émotion (les « peurs » et « espoirs » associés au mot) qui se laisse parfois aller à de pures projections sur un futur indéfini.

atomic-toy-guns
“Atomic” space guns, 1950s (crédits : http://gajitz.com/)

L’association de la peur et de l’espoir au mot technoscience est ancienne : le mot a été créé pendant la Guerre Froide, période marquée par les recherches sur les armements nucléaires alors que le souvenir des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki était encore vif. Schieldrop (1956) joue de cette corde pour inciter les ingénieurs à développer les technologies pacifiques. Le courant écologique a exploité la même veine : les technologies modernes sont dangereuses pour l’homme et pour la nature, qu’on parte de l’étude d’un problème ponctuel comme les pesticides (Clement 1965) ou d’une vue d’ensemble inspirée par Ellul (Caldwell et DeVille 1968). Les inquiétudes portées aujourd’hui par certains s’inscrivent dans cette filiation.

Les espoirs engendrés par la technoscience dérivent de la même matrice : Schieldrop (1956) tourne le dos à la mise au point d’armements destructeurs en appelant à une « union sacrée » des ingénieurs de tous les pays. Sa conférence-manifeste à des accents utopiques marqués. Si la veine prophétique est toujours exploitée aujourd’hui, elle utilise des thèmes littéraires différents : convergence NBIC, post- ou transhumanisme. Sur ces sujets, les auteurs combinent réalité et fiction. Cet amalgame définit le « changement de régime » ou la « mutation de civilisation » qui est censée advenir :

« À supposer que d’ici quelques générations, la technoscience réussisse à prolonger d’une façon apréciable la vie humaine, et sans même tenir compte des bouleversements socio-politico-économiques que cette possibilité entraînerait, ne serions-nous pas déjà confrontés avec une mutation de l’humain aux conséquences absolument imprévisibles ? » (Hottois 1996 : 37).

« We should therefore not be surprised that the question of technoscience, if it arises, can be taken up by scientists. For it casts them in the painful but honorable role of representatives of a radically new mutation, without equivalent in human history » (Stengers 2000 : 11.2).

« Le concept de post-humanité évoque un horizon nécessaire pour la pensée. Il renvoie à l’idée d’une nouvelle loge conquise pour l’être humain, profilée par les technosciences… » (Szczyglak in Goffi 2006 : 108).

« Le concept de technoscience recouvre bien autre chose qu’un simple renversement de hiérarchie entre science et technique … Il s’agit d’un changement de régime » (Bensaude-Vincent 2009 : 10-11).

« Nordmann pointe alors une mutation de civilisation : tandis que la modernité se définirait comme une prise de conscience par l’homme des limites de sa compréhension et de ses pouvoirs… les technosciences inaugureraient un mouvement inverse en nous poussant à placer nos espoirs dans une technique dissociée de nos efforts de compréhension » (Guchet 2011 : 94).

« Par la technoscience, ce sont les frontières mêmes de la mort qui seront reculées et la porte de l’immortalité sera éventuellement ouverte » (Lasserre 2011 : 112).

« The previous suggestions of how to distinguish science and technoscience do not imply that the technosciences are a recent phenomenon… None of the arguments and evidences cited so far suffices to substantiate the claim that there was an epochal break between an age of science and an age of technoscience » (Carrier and Nordmann 2011 : 471, 479).

Si l’on excepte le jugement de Carrier et Nordmann, le mot technoscience a toujours une dimension futuriste par laquelle il achoppe sur deux obstacles logiques. Au contraire d’une prophétie astrologique, une prédiction doit : 1/ pouvoir être justifiée rationnellement ; 2/ avoir des coordonnées d’espace-temps.

Développons ces deux points :

1/ Les utopies technoscientifiques n’explicitent pas l’ordre qui les fondent. Elles ne sont pas en mesure de prendre un format conditionnel liant une condition (si) et une conséquence (alors) parce que nous ne savons pas prédire scientifiquement le futur. Il suffit de se décentrer un peu, pour voir que nous disposons d’une longue liste d’échecs similaires. En 1958, John von Neumann perçoit l’imminence de la « singularité essentielle » : point de l’histoire à partir duquel les inventions technologiques ne seront plus faites par l’homme mais par les robots[4]. En 1970, Marvin Minsky, spécialiste d’intelligence artificielle, annonce qu’on disposera « dans trois à huit ans » d’une machine ayant l’intelligence d’un être humain[5]. En 1987, Hans Moravec, du Robotics Institute du Carnegie Mellon, annonce que l’on pourra « dans un délai étonnamment court » transférer les pensées d’un être humain sur disque dur et le rendre immortel[6]. En 2005, Ray Kurzweil prévoit la disparition des ordinateurs en 2010[7]. Nous sommes en 2015, et aucune de ces prophéties ne s’est jamais réalisée.

2/ Un autre critère pour distinguer une authentique prédiction à propos de la technoscience d’une simple prophétie astrologique est de vérifier qu’elle possède des coordonnées d’espace-temps. Si oui, la prédiction est testable : on pourra la vérifier ou l’infirmer. Si elle n’a pas de coordonnées, elle n’est pas testable. Or la technoscience en tant que nouveauté radicale n’est pas dotée de coordonnées spatio-temporelles ; elle n’est donc pas testable. N’étant pas testable, elle n’est pas un concept descriptif-explicatif.

5. Le mot est peu connu des scientifiques et des ingénieurs

L’assertion que le mot serait employé par les chercheurs — « un paquet fabriqué par les chercheurs pour résoudre des problèmes de priorité » (Latour 1987 : 282), « the question of technoscience… taken up by scientists » (Stengers 2000 : 11.2) — peut être mise à l’épreuve. Au contraire des concepts analytiques, qui jouissent d’une grande stabilité dans le temps ou dans l’espace (système décimal de position, force, quantité de mouvement, bactérie, etc.), les slogans ne suscitent qu’un enthousiasme momentané ou restreint, souvent dans une communauté qui s’en sert comme signe de reconnaissance. La fréquence d’un mot dans la langue écrite est un bon indicateur de la taille de la communauté qui l’utilise. Employées à bon escient, les méthodes bibliométriques permettent d’objectiver ce point[8].

Gilbert U-238 Atomic Energy Lab (1950-1951) (crédits : orau.org)
Mallette technoscientifique. Gilbert U-238 Atomic Energy Lab (1950-1951) (crédits : orau.org)

Une requête lancée sur GoogleScholar [intitle :technoscience, 1945-2013] produit 656 occurrences. Retirons les titres n’ayant reçu aucune citation. Il reste 313 références. Si l’on classe ces publications par discipline, on constate que le mot technoscience est utilisé par des auteurs de : 31% philosophie, histoire, didactique, 30% sciences sociales, 23% art et littérature (études du genre, science-fiction), 6% politique, 5% environnement et agriculture, 4% sciences et ingénierie. Premier constat : l’usage du terme « technoscience » par les scientifiques et les ingénieurs est tout à fait minoritaire (entre 4 et 9%).

Si l’on détaille le premier ensemble 31%, on voit que le mot technoscience est utilisé par des auteurs se réclamant de : 18% phénoménologie, éthique, esthétique, 9% histoire et philosophie des sciences, 4% didactique des sciences. Les seuls auteurs informés du développement des sciences et techniques sont issus des catégories : science et ingénierie 4%, et, au sein de l’ensemble précédent, histoire et philosophie des sciences 9%, didactique des sciences 4%. Soit au total 17%. Par différence, on parvient au résultat qu’une écrasante majorité des auteurs — ils sont 83% — emploient le mot technoscience sans connaître ni les sciences, ni les techniques.

Reclassons maintenant les 313 publications citées au moins une fois par nombre décroissant de citations reçues. Pour chaque titre, nous indiquons le nombre de citations reçues (colonne 1), le nombre cumulé de citations en pourcentage (colonne 2), la discipline, l’auteur et le titre de la publication (colonne 3). On obtient le classement suivant (Table 1).

Table 1. Publications les plus citées dont le titre contient technoscience (1950-2013)
Table 1. Publications les plus citées dont le titre contient technoscience (1950-2013)

La liste exhaustive des publications utilisant le mot technoscience entre 1950-2013 peut être utilisée pour visualiser la distribution du nombre de titres (y) par citations reçues en fréquences cumulées (x). Cette distribution est apparentée à une loi de puissance : beaucoup de titres reçoivent peu de citations, peu de titres reçoivent beaucoup de citations[9] (Figure 1).

Figure 1. Nombre de citations (abscisses) vs nombre de titres (ordonnées)
Figure 1. Nombre de citations (abscisses) vs nombre de titres (ordonnées)

L’examen de la Figure 1 montre que, parmi les 313 titres employant le mot « technoscience », un seul titre cyborg-féministe recueille 41.69% des citations (Haraway 1997). Trois titres totalisent plus de 50% des citations (Haraway 1997 ; Law 2002 ; Law et Mol 2000). 24 titres recueillent ensemble plus de 75% des citations. Le premier titre signé par des scientifiques (Liebert et Schmidt 2010)[10] apparaît en queue de classement avec 16 citations (le nombre total de citations exprimées avant d’arriver à ce titre est égal à 88.46%). Par conséquent, le terme technoscience n’est pratiquement jamais utilisé par les scientifiques et les ingénieurs.

6. Le mot technoscience est utilisé par une communauté restreinte

Les disciplines scientifiques portent des noms stables, qui appartiennent à une arborescence où chaque discipline (physique) donne naissance à des spécialités (optique), où chaque spécialité se ramifie en sur-spécialités (interférométrie) et en « sur-sur-spécialités » (interférométrie optique à longue base), au sein desquelles on trouve encore des problèmes et des concepts restreints (ligne à retard). La communauté de l’interférométrie optique à longue base est moins nombreuse que celle de l’interférométrie ; celle-là moins nombreuse que les opticiens, celle-là moins nombreuse que les physiciens. Il est raisonnable de penser qu’un mot a une fréquence d’emploi proportionnelle à la taille de la communauté qui l’utilise.

Comparons le mot technoscience à l’arbre des sciences de manière à détecter le niveau auquel elle se situe. Les mesures présentées ont été faites à l’aide de Ngram sur une période de temps étendue (1850-2000) afin d’enregistrer l’émergence et le déclin des disciplines et des spécialités. L’enquête n’a pas été prolongée au-delà de 2000 pour éviter les fluctuations liées au délai d’enregistrement des titres. Le mot « technoscience » a été comparé aux différentes niveaux de la classification des sciences. Pour chaque nom (colonne 1) nous avons mesuré la fréquence en 2000 (colonne 2) et la fréquence maximale (colonne 4) entre 1850 et 2000 (colonne 5). Nous indiquons également le rapport de la fréquence ft d’un terme à la fréquence f du mot technoscience : ce rapport est noté f/ft (colonnes 3 et 6).

Table 2. Fréquences d’emploi des termes scientifiques et techniques (1850-2000)
Table 2. Fréquences d’emploi des termes scientifiques et techniques (1850-2000)

Le classement par fréquence montre que les noms des domaines ont des fréquences d’emploi de l’ordre de 10–4 ; les disciplines et les spécialités, de l’ordre de 10–5 ; les sur-spécialités, de l’ordre de 10–6 ; les problèmes et concepts, de l’ordre de 10–7. (Une fréquence f = 1·10–7 signifie que le terme apparaît une fois dans dix millions de livres.)

Premier constat : les mots science et technology ont des fréquences 1000 à 1500 fois plus élevées que celle du mot technoscience, et rien ne permet de penser que les fluctuations des termes classiques résulteraient de l’apparition de la technoscience. Le « contenant » est 103 plus petit que les « contenus » qu’il est censé absorber.

On ne peut pas davantage situer la technoscience au niveau des disciplines constituées comme les mathématiques, la physique ou la chimie (Figure 2). Ces dernières ont des fréquences d’emploi 200 à 300 fois plus élevées que celle du mot discuté.

Figure 2. Fréquence des termes désignant les disciplines stables
Figure 2. Fréquence des termes désignant les disciplines stables

Même remarque à propos des spécialités (electricity, mechanics, electronics), des sur-spécialités (microscopy, spectroscopy, spectrometry), des problèmes (dispersion, polarization, diffraction) qui ont  des fréquences 80 fois plus élevées ; des instruments (interferometer, monochromator, diffraction grating) qui ont des fréquences 5 à 10 fois plus elevées.

On ne trouve des fréquences comparables qu’au niveau des concepts restreints comme spectral distribution, Bessel functions ou Rayleigh scattering (Figure 3).

Figure 3. Fréquence des termes désignant les concepts restreints
Figure 3. Fréquence des termes désignant les concepts restreints

Avec à peine plus de 300 articles cités entre 1945 et 2013, et des locuteurs dix fois moins nombreux que les spécialistes de la biréfringence, la communauté qui emploie le mot technoscience coïncide en gros avec celle des seuls auteurs de Gender and Science Studies. Par leur nombre restreint, ces auteurs ne peuvent avoir aucun impact significatif sur le développement global des sciences et des techniques, même lorsqu’ils interviennent dans des instances politiques. Cette deuxième analyse laisse également entrevoir que le mot n’est pas « banni » des scientifiques, comme certains le prétendent. Si tel était le cas, ce bannissement devrait laisser une trace dans les analyses bibliométriques, ce qui n’est pas le cas. Il existe une explication beaucoup plus simple de l’absence du mot « technoscience » dans les milieux scientifiques et techniques : le mot y est inconnu.

7. L’usage du mot technoscience est en déclin

Beaucoup d’auteurs considèrent que le mot technoscience est de plus en plus utilisé car il constituerait un concept « heuristique » pour décrire des transformations qui affectent les sciences et les technologies dans le monde contemporain :

« La technoscience progresse—multipliant les perspectives au sein même de son absolue cécité futurologique… » (Hottois 1988 : 313).

« La technoscience semble s’imposer aujourd’hui… » (Chassay 2006 : 133).

« La notion de technoscience devait alors valoir essentiellement pour sa fonction heuristique… force est de constater que les attentes ont été très largement satisfaites » (Guchet 2011 : 84).

« La science contemporaine ne se pense plus en dehors du rapport étroit qui l’unit à la technique et à la technologie, au point où l’on parle désormais davantage de technoscience que de science » (Sokal 2014 : 178).

Qu’en est-il réellement de cet essor ? Reprenons les mêmes outils bibliométriques et lançons une requête sur Ngram sur la période 1900-2010. L’histogramme résultant montre que, loin d’être un terme de plus en plus utilisé, le mot « technoscience », après avoir connu un pic en 2001 — un an après le lancement de la stratégie de Lisbonne — est revenu à la fréquence qu’il avait en 1993 (Figure 4).

Figure 4. Fréquence d’usage du terme technoscience
Figure 4. Fréquence d’usage du terme technoscience

Le recul de la « technoscience » depuis quinze ans interroge le pouvoir heuristique qu’aurait ce mot pour décrire et expliquer les transformations des sciences et techniques dans le monde contemporain. Rien n’indique que sa pertinence soit de plus en plus reconnue.

Conclusion

Cette deuxième note, qui visait à estimer la portée du mot « technoscience » à partir de ses significations historiques, parvient à sept résultats :

  1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini, qui désigne tantôt la réunion des sciences et des techniques ; tantôt l’intersection entre sciences et techniques (génie, sciences de l’ingénieur). Comme la différence symétrique des deux ensembles est non vide, le tout n’est pas identique à la partie. Le choix entre les deux est impératif ; il n’a pas été fait.
  2. La notion, fondée par l’« intrication » des sciences et techniques, est mal-formée : soit les éléments intriqués sont distincts et la technoscience ne se démarque pas des formes d’interdépendance décrites antérieurement dans la littérature ; soit les éléments intriqués sont identiques et le mot « technoscience » interdit toute analyse des interactions entre science et technologie.
  3. Le mot technoscience ne décrit pas un phénomène nouveau : des pratiques scientifiques de ce type existent depuis le 16e siècle. Dans ce cas, pourquoi utiliser un néologisme aujourd’hui ?
  4. La forte composante émotionnelle du mot technoscience (les peurs, espoirs et prophéties qui lui sont associés) compromettent son accès au statut de concept descriptif-explicatif.
  5. Le vocable étant pratiquement inconnu des scientifiques et des ingénieurs, on voit mal comment il pourrait orienter concrètement l’organisation des rapports entre sciences et techniques.
  6. Le mot est utilisé par une communauté fermée dont le périmètre coïncide à peu près avec celui des auteurs des Gender and Science Studies.
  7. L’usage du mot technoscience est en déclin depuis une quinzaine d’années. Le mot est revenu à sa fréquence d’occurrence de 1993.

Les difficultés du mot « technoscience » que nous venons d’étudier suggèrent soit de l’abandonner, soit de le redéfinir. Les arguments des deux solutions sont présentés à la suite sans ordre de préférence.

Solution 1 : Abandon
Ceux qui souhaitent abandonner le mot technoscience peuvent se contenter de l’argument selon lequel le terme est un buzzword : « An important-sounding word or phrase often of little meaning used chiefly to impress laymen/Un mot ou une phrase grandiloquent qui souvent ne veut pas dire grand chose et est utilisé essentiellement pour impressionner les profanes » (Merriam-Webster Dictionary). Le mot étudié répond aux trois éléments de cette définition : (1) la « popularité » du mot autour de l’an 2000 ; (2) la « vacuité » du mot, qui résulte de son périmètre indéfini ; (3) la prophétie d’un changement civilisationnel, qui produit des effets de « grandiloquence ».

Solution 2 : Redéfinition
Ceux qui veulent utiliser le mot technoscience doivent le redéfinir. On peut procéder à partir des issues les plus favorables des critiques précédentes : 1. donner au mot un périmètre restreint (i.e. le « génie ») ; 2. abandonner l’« intrication » au profit d’un rapport d’interaction intelligible ; 3. admettre que le mot décrit un phénomène ancien ; 4. éliminer sa composante émotionnelle non épistémique qui débouche sur des promesses invérifiables. Quant aux points 5, 6 et 7, n’étant pas modifiables, ils peuvent être laissés de côté. Que reste-t-il ? Un mot susceptible de devenir un concept, mais qui décrit un phénomène limité et se trouve en concurrence avec des termes plus anciens.

1/ Le terme est appelé à décrire des phénomènes limités, incompatibles avec une mutation de civilisation. Le « génie », les « sciences techniques », les « sciences de l’ingénieur » n’ont pas vocation à remplacer l’ensemble des sciences et des techniques. Si l’on suit les auteurs du domaine qui font des nanotechnologies l’exemple paradigmatique de la technoscience, on rappellera que, dans la période 2000-2010, les nanotechnologies ont représenté moins de 2,1% des publications déposées sur la base arXiv, moins de 1,5% des brevets de la base de l’EPO. Il est difficile, sur cette base, de prophétiser une mutation civilisationnelle…

2/ Une fois redéfini, le mot « technoscience » se trouve en concurrence avec des termes anciens. Si la technoscience ne provient pas d’une intrication entre science et technique, mais d’une interaction classique (« interaction » de Bernal, « relation symbiotique » de Rescher, etc.), comment justifier le recours à un mot, connu dans l’immédiat après-guerre, mais que ces auteurs n’ont pas jugé bon d’employer ? Si la technoscience se réduit au « génie » ou aux « sciences techniques » (Hansson 2007), comment justifier l’emploi de ce mot par rapport à des termes stabilisés depuis plusieurs siècles ?

Si l’abandon et la redéfinition du mot posent des problèmes spécifiques, la deuxième solution paraît aussi la plus lourde : son examen montre que le mot technoscience décrit des phénomènes relativement banals, et tire l’essentiel de son pouvoir de séduction de ses aspects émotionnels non épistémiques… La trace empirique presque nulle de la « technoscience » (Sections 5 à 7) dit à peu près à quel niveau il faut référer les craintes et les espoirs qui lui sont associés.

Dominique Raynaud

Références

Agassi, J., 1974, The Confusion between Science and Technology in the Standard Philosophies of Sciences, F. Rapp, ed., Contributions to a Philosophy of Technology. Studies in the Structure of Thinking in the Technological Sciences, Dordrecht, D. Reidel : 40-59.
Bandurski, B.L., 1973, Ecology and Economics-Partners for Productivity, Annals of the American Academy of Political and Social Science 405 : 75-94.
Bar Ilan, J. 2008, Which H-Index? A Comparison of WoS, Scopus and Google Scholar, Scientometrics 74(2) : 257-271.
Bensaude-Vincent, B., 2009, Les Vertiges de la technoscience, Paris, La Découverte.
Bernal, J.D., 1957, Science in History, London, Watts.
Blissett, M., 1972, Politics in Science, Boston, Little Brown.
Bunge, M., 2012, Evaluating Philosophies, New York, Springer.
Caldwell, L.K., DeVille, W.B., 1968, A Syllabus for the Study of Science, Technology and Public Policy, Bloomington, Indiana University.
Caldwell, L.K., DeVille, W.B., Lindesmith, G.W., Schuchman, H.L., 1969, Science, Technology and Public Policy : A Selected and Annotated Bibliography, Bloomington, Indiana University.
Carrier, M., Nordmann, A., 2011, Science in the Context of Application, New York, Springer.
Castellano, V., 1965, Corrado Gini : a Memoir, Metron 24 : 3-84.
Caune, J., 2012, Excursions épistémologique et historique dans les sentiers de la convergence, B. Miège et D. Vinck, eds., Les Masques de la convergence : enquête sur sciences, industries, aménagements, Paris, Éditions des archives contemporaines : 25-42.
Chassay, J.F., 2006, La confrontation des genres, L. Vigneault et R. Blais, eds., Culture et technoscience, Laval : Presses universitaires de Laval, 131-145.
Clauset, A., Shalizi, C.R., Newman, M.E.J., 2009, Power-Law Distributions in Empirical Data, SIAM Review 51(4) : 661-703.
Clement, R.C., 1965, Robert L. Rudd, Pesticides and the Living Landscape, Natural Resources Journal 4 : 432-434.
Durandet, J., 1960, Analyses, Génie chimique 83(1) : 23-29.
Gingras, Y., 2014, Les Dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris, Raisons d’agir.
Goffi, J.-Y. éd., 2006, Regards sur les technosciences, Paris, Librairie philosophique J. Vrin.
Guchet, X., 2011, Les technosciences : essai de définition, Philonsorbonne 5, en ligne : http ://philonsorbonne.revues.org/348.
Hansson, S.O., 2007, What is Technological Science? Studies in History and Philosophy of Science Part A, 38 : 523-527.
Haraway, D.J., 1997, Modest_Witness@Second_Millenium. FemaleMan©_Meets_OncoMouse : Feminism and Technoscience, London-New York, Routledge.
Harzing, A.W., Wal, R. van der, 2009, A Google Scholar h-index for journals : An alternative metric to measure journal impact in Economics & Business? Journal of the American Society for Information Science and Technology 60(1) : 41-46.
Hottois, G., 1977, L’inflation du langage dans la philosophie contemporaine, thèse de doctorat, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.
Hottois, G., 1984, Le Signe et la technique. La philosophie à l’épreuve de la technique, Paris, Montaigne.
Hottois, G., 1988, L’avenir du signe, A. Robinet, ed., Doctrines et concepts. Cinquante ans de philosophie de langue française, Paris, J. Vrin : 309-317.
Hottois, G., 1996, Entre symboles et technosciences : un itinéraire philosophique, Seyssel, Champ Vallon.
Hottois, G., 2004, Philosophie des sciences, Philosophie de la technique, Paris, Odile Jacob.
Kousha, K., Thelwall, M., 2007, Google Scholar Citations and Google Web/URL Citations : A Multi-Discipline Exploratory Analysis, Journal of the American Society for Information Science and Technology 58 : 1055-1065.
Kurzweil, R., 2005, The Singularity is Near : When Humans Transcend Biology, New York, Penguin.
Lambright, W.H., 1976, Governing Science and Technology, Oxford, Oxford University Press.
Lasserre, F., 2011, Le Monde dans tous ses états, Laval, Presses universitaires du Québec.
Lasswell, H.D., 1946, The Interrelations of World Organization and Society, The Yale Law Journal 55-5 : 889-909.
Latouche, S., 1995, La Mégamachine. Raison techno-scientifique, raison économique et mythe du progrès, Paris, La Découverte.
Latour, B., 1987, Science in Action, How to Follow Scientists and Engineers through Society, Cambridge, Harvard University Press ; trad. fr. La Science en action, Paris, La Découverte, 1989.
Latour, B., 1999, Pandora’s Hope : Essays on the Reality of Science Studies, Cambridge, Harvard University Press.
Latour, B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.
Law, J., Mol, A., 2000, Situating Technoscience : an Inquiry into Spatialities, Lancaster, Centre for Science Studies, Lancaster University.
Law, J., 2002, Aircraft Stories : Decentering the Object in Technoscience, Durham, Duke University Press Books.
Leblanc, A, 1999, Technoscience et normativité médicale, J.F. Malherbe, ed., Compromis, dilemmes et paradoxes en éthique clinique, Namur/Montréal, Artel-Fides : 143-158.
Nordmann, A., 2006, Collapse of Distance : Epistemic Strategies of Science and Technoscience, Copenhagen, Danish Philosophical Association, March 2006, http ://www.uni-bielefeld.de.
Nordmann, A. et al., 2011, Science Transformed ? Debating Claims of an Epochal Break, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.
Nowotny, H., 2006, Cultures of Technology and the Quest for Innovation, Oxford, Berghahn Books.
Pearcy, R., 1960, The Scientist’s Dilemma, The Listener 63 : 307.
Pellizzoni L., Ylönen M. eds. (2012) Neoliberalism and Technoscience. Critical Assessments, London, Ashgate.
Pickering, A., 1995, The Mangle of Practice : Time, Agency and Science, Chicago, The University of Chicago Press.
Rescher, N., 1978, Scientific Progress : A Philosophical Essay on the Economics of Research in Natural Science, Pittsburgh, University of Pittsburg Press ; trad. fr. Le Progrès scientifique, Paris, PUF, 1993.
Roherty, J.M., 1960, Oskar Morgenstern, The Question of National Defense, New York, Random House, 1959, American Political Science Review 54(2) : 530-531.
Rollet, L., 2001, Jalons pour une éthique des sciences et des techniques, C. Mouchot, éd., Regards croisés sur l’éthique, Lyon, Textes et Prétextes : 285-312.
Rosenthal, A.H., 1973, Public Science Policy and Administration, Albuquerque, University of New Mexico Press.
Schieldrop, E.N., 1956, På skilleveien i dette angstens og håpets århundre, Teknisk ukeblad 42 : 17-18 ; trad. A century of fear and hope at the crossroads, Mechanical Engineering 81(3), 1959 : 44-45.
Schrödinger, E. 1935, Die gegenwärtige Situation in der Quantenmechanik, Die Naturwissenschaften 50 : 844-849.
Séris, J.-P., 1994, La Technique, Paris, Presses universitaires de France.
Sokal, P., 2014, Bled Études supérieures, Classes préparatoires, Paris, Hachette.
Stengers, I., 2000, The Invention of Modern Science, Minneapolis, University of Minnesota Press.
Suttmeier, R.P., 1977, Recent Developments in the Politics of Chinese Science, Asian Survey 17(4) : 375-392.
Ulam, S., 1958, John von Neumann 1903-1957, Bulletin of the American Mathematical Society 64 : 1-49.
Werskey, G., 1975, Science and Ideology in the Soviet Union, The British Journal for the History of Science 8(3) : 240-245.


[1] Le mot intrication (Verschränkung) a été proposé pour la première fois par Schrödinger (1935) pour qualifier deux particules dont les états quantiques sont corrélés après leur séparation. En sociologie des sciences, le terme est une métaphore. Si le terme avait été extrapolé en conservant le sens qu’il a en physique quantique, il aurait signifié que la science et la technologie se développent sans ignorer leur passé commun, idée somme toute assez banale.

[2] L’un des rares auteurs à signaler la question posée par Séris est Hottois, qui accuse Séris de dénoncer le mot technoscience au moyen « des qualifications les plus péjoratives : “amalgame, agglutination, fusion, confusion, collusion” » (2004 : 175-177). On notera qu’« amalgame » et « agglutination » ne figurent pas dans le texte de Séris ; que « parenté », « symbiose », « couplage » et « feedback » qui n’ont pas de sens péjoratif chez Séris, ne sont pas repris dans le commentaire.

[3] John Bernal identifie six processus établissant les rapports entre science et technologie, cf. Table 8 : « Interactions of science and technique » (1957 : 930-931). La même étude des rapports entre science et technique a conduit Nicholas Rescher a penser que la relation de la technologie à la science est un « processus symbiotique » (1978 : 148). Pourquoi cette relation devrait-elle être rebaptisée « intrication » ? Les auteurs actuels utilisent le mot technoscience sans justifier pourquoi un néologisme est nécessaire, ni expliquer en quoi la technoscience impliquerait autre chose qu’une interaction, une interdépendance ou un processus symbiotique entre la science et la technologie.

[4] Ulam fait état du contenu des discussions qu’il a eu avec von Neumann : « One conversation centered on the ever accelerating progress of technology and changes in the mode of human life, which gives the appearance of approaching some essential singularity in the history of the race beyond which human affairs, as we know them, could not continue » (Ulam 1958 : 5).

[5] « In from three to eight years we will have a machine with the general intelligence of a human being » (Minsky 1970 ; mes italiques).

[6] « In an astonishingly short time, scientists will be able to transfer the contents of a person’s mind into a powerful computer, and in the process make him, or at least his living essence, virtually immortal » (Moravec 1987 ; mes italiques).

[7] « By 2010 computers will disappear. They’ll be so small, they’ll be embedded in our clothing, in our environment. Images will be written directly to our retina, providing full-immersion virtual reality, augmented real reality. We’ll be interacting with virtual personalities » (Kurzweil 2005 ; mes italiques).

[8] Laissons de côté les critiques portant sur l’usage évaluatif et souvent individuel de ces mesures (Gingras 2014). On recense alors quatre biais principaux : le biais catégoriel (articles vs livres) ; le biais temporel (récent vs ancien) ; le biais linguistique (anglais vs autres langues) et le biais disciplinaire (sciences exactes vs autres sciences). La comparaison des différentes bases de données montre que les bases WoS et Scopus fournissent des résultats fortement corrélées, et que gScholar intègre davantage de publications en mathématiques, informatique et sciences sociales (Kousha et Thelwall 2007 ; Harzing et van der Wal 2008 ; Bar Ilan 2008). Compte tenu de ces observations, nous avons retenu gScholar, qui est la base la plus intégrative. Les noms d’auteurs sont considérés ici comme des données empiriques régulières, conformément à l’usage qui prévaut dans l’étude des distributions de chercheurs, depuis au moins Lotka.

[9] Cette note n’ayant pas pour objectif de préciser la nature de cette distribution, je me contente de signaler que Clauset, Shalizi et Newman (2009) ont proposé un protocole pour déterminer si les données répondent à une loi de puissance, une loi log-normale ou à une loi d’un autre type.

[10] Wolfgang Liebert, physicien de formation, travaille à l’Institut für Sicherheits- und Risikowissenschaften de Wien. Jan C. Schmidt, est philosophe à la Hochschule de Darmstadt.


Une réflexion au sujet de « Note critique sur le mot « technoscience » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *