Quand le dernier des sociologues aura été étranglé avec les tripes du dernier bureaucrate, aurons-nous encore des « problèmes » ? Le long « mai 68 » des SHS

À propos de Olivier Orain (dir.) « Les “années 68” des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, Paris, Publications de la Sorbonne, n° 26, janvier 2015, 348 p. 

D’un événement l’autre

L’heureuse ressuscitation de la Revue d’Histoire des Sciences Humaines (RHSH), après trois ans d’absence, par la publication de ce numéro ayant pour thème les « années 68 », permet de mesurer la place laissée vacante pour toute entreprise ayant pris pour objet de recherche les sciences humaines et sociales (SHS) en propre. Non pas tant, bien sûr, que nous manquions d’occasions de lire des publications sur « Mai 68 » qu’en raison de la volonté du rédacteur en chef, et principal contributeur du présent titre, le géographe Olivier Orain, d’œuvrer à conserver comme focale une réflexion sur l’historiographie des SHS. À ce titre, il se distingue des approches restituant l’événement au prisme des trajectoires individuelles, du témoignage mémoriel de ses grands acteurs, ainsi que des travaux consacrant ou dénonçant, c’est selon, la symbolique d’une soi-disant « pensée 68 ». S’efforcer de s’attacher à étudier l’histoire des sciences congruente à cet événement – à tout événement aussi prégnant – permettrait donc de se saisir d’un objet chaud qui s’est pourtant au fil des décennies refroidi. Le décalage d’une publication hors année en huit finissant de le banaliser et d’échapper au marronnier éditorial des SHS.

rhshQue ce numéro soit la concrétisation d’un colloque qui s’est tenu justement en 2008 ne doit donc pas minorer l’ambition d’Orain de s’émanciper du carcan commémoratif et de proposer, dans une note conclusive dense de cinquante pages, une réflexion originale sur les rapports d’un événement politique et culturel complexe et les transformations disciplinaires, en l’occurrence ici dans les seules SHS. En ce sens, chacun des contributeurs aura proposé une étude circonscrite apportant à sa façon un éclairage sur ces liens. Cela étant, je préfère restituer les quelques éléments de cadrage développés par Orain nécessaires à la compréhension des enjeux historiographiques sous-tendus, afin d’en relever leurs applications/implications dans les études de cas (en sociologie, géographie, psychiatrie, psychosociologie, en droit ou bien encore en architecture).

Le drainage du champ

 Ce qui structure, pour bonne part, l’ensemble des contributions est le souci de ne pas reproduire les biais de causalité habituels afférents à « Mai 68 » par lesquels pourraient s’expliquer les mutations au sein des sciences en général. Ainsi, dans sa note de fin de volume, Olivier Orain passe en revue une grande partie de la bibliographie francophone à disposition à propos de l’événement qui, selon des vues également excessives, a soit cherché dans une veine épiphénoméniste à lui refuser de lui accorder une réelle importance historique – allant d’une réduction de la surprise de l’événement : ce qui se passe était inscrit dans le passé, immédiat ou lointain (manifestation de l’opposition structure v. événement), à son déni complet – ou alors, deuxième attitude, à lui attribuer une valeur symbolique qui lui confère un statut de borne chronologique inévitable – d’une manière ou d’une autre, qu’il s’agisse d’en confirmer la consécration ou de la dénoncer au travers de pamphlets, il y a un avant et un après 1968, comme il y a eu un avant et un après 1789. L’analyse d’ailleurs est scandée par les anniversaires. Les travaux universitaires publiés dans le feu de l’action laissent place assez rapidement à des essais de prises de position divergentes Dix ans plus tard, les travaux et l’édition de numéros spéciaux d’hommages se mêlent aux biographies générationnelles (voir Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération 68). L’objet « 68 » se constitue alors en boîte noire, lisse et épurée, ou plutôt en aimant à fantasmes, permettant aux intellectuels, plus qu’aux chercheurs, de ferrailler et ce faisant d’exister en polarisant des disputes ad hoc (le « Ferry-Renault » de La pensée 68 qui s’en prend au « structuralisme » et au « post-structuralisme », au « nietzschéisme », à l’ « anti-humanisme »… en est certainement le parangon). Dans tous les cas, « Mai 68 » explique tout et s’explique évidemment par une pensée englobante, un air du temps comme on dit. Son ombre porte en amont (ce qu’Orain nomme, reprenant Michel Dobry, l’« illusion étiologique »[1]) et en aval. C’est à l’encontre des dérives déterministes et fantasmatiques que se sont constitués peu à peu, depuis la seconde moitié des années quatre-vingt-dix et plus encore à l’approche de 2008, des projets scientifiques le concernant et qu’un savoir collectif s’est organisé dans le but d’éclairer les processus historiques à l’œuvre au cours de cette période, loin de toute célébration d’une prétendue part d’ombre dionysiaque de nos sociétés.

pensée 68
Alain Renaut & Luc Ferry, que la pensée soit sans suite ?

Olivier Orain se situe précisément dans la continuité de ces travaux savants qui prennent pour objet la « mythification » de Mai 68 et étudient scrupuleusement les diverses tentatives d’interprétation de son « incidence » sur les changements intervenus alors. Le terme d’« incidences » sera celui privilégié dans le numéro, par rapport à ceux d’« effets » ou de « causalités », car jugé plus souple et donnant la possibilité de restituer les nuances existantes des recompositions et transformations successives de trajectoires individuelles comme collectives qui sont de faibles intensités et non unilatérales. Appliquée à une histoire des savoirs et des savants pouvant prétendre à leur autonomie vis-à-vis des contingences sociales et politiques, ou à tout le moins à une distance critique, cette historiographie-là offre une plasticité bienvenue. Elle permet notamment de présenter ces trajectoires individuelles et collectives sous le motif de la traversée de la période (d’où « les années 68 »), c’est-à-dire d’en étudier pleinement les effets, pragmatiquement parlant, sans nécessairement s’arrêter ou sans commencer l’analyse à ce moment-là (p. 278). Ce que propose finalement  Orain, c’est l’incorporation pleine et entière de l’histoire des sciences et des chercheurs dans ce renouveau historiographique, jusqu’alors marginalisé ou fragmentaire, qui dépasserait le cadre d’une histoire sociale des intellectuels ou d’une histoire institutionnelle.

Une fertilisation des savoirs qui ne sent pas le soufre

Les contributions de ce volume représentent quelques exemples d’incorporation de la date « 68 » dans des histoires disciplinaires distinctes (p. 271). On y retrouve des éléments communs structurants.

Tout d’abord, ce qui a été déplacé au travers des années 68 n’est pas forcément spectaculaire. Ainsi, l’étude fouillée de Marc Joly concernant la rupture Raymond Aron-Pierre Bourdieu, marquée par la scission du Centre de sociologie européenne (CSE), ne s’explique pas uniquement par leur opposition politique. D’après  Joly, Aron a voulu faire de Bourdieu le prochain « grand sociologue », celui qui serait capable de synthétiser les travaux empiriques et de proposer dans le même temps une grande théorie de la société moderne, que seul un normalien était capable de fonder. Exit donc les concurrents directs de l’époque (Boudon, Crozier, Touraine). Selon Aron, Bourdieu était la figure idéale de celui qui reproduirait l’« excellence sociologique à la française ». Or Bourdieu n’a pas souhaité suivre ces règles du jeu de la consécration académique. Plus précisément, Bourdieu, au moyen des Actes de la recherche en sciences sociales, a préféré rompre avec une forme d’excellence à la française, mais il ne s’est pas affranchi du principe de l’excellence, au grand dam de beaucoup de sociologues. L’étude comparative de Jean-Christophe Coffin sur les développements des réflexions sur l’institution psychiatrique en France et en Italie, au travers des figures d’Henri Ey et de Franco Basaglia, illustre un autre type de reconversion qui s’effectue depuis la fin des années soixante mais pas directement à cause d’elles. Ey a disputé les thèses de Michel Foucault dès la sortie de Folie et déraison, en 1961 ; tandis que Basaglia avait remis en cause l’institution psychiatrique lors d’un colloque en 1967. Les « Mai » français et italien n’ont peut-être pas été le tournant de tout (p. 128).

Sous les pavés, la page ? Librairie Shakespeare and Company, à Paris (crédits : Evan Bench 2007, via Flickr)
Sous les pavés, la page ? Librairie Shakespeare and Company, à Paris (crédits : Evan Bench 2007, via Flickr)

Dans un autre registre, l’injonction aux savoirs interdisciplinaires, sinon « indisciplinaires », laissait présager une place croissante des SHS dans des disciplines jusqu’à lors spécialisées. Liora Israël montre par l’expérience de la revue juridique Actes à partir de 1973 comment certains juristes, au nom d’un agir direct et concret, passant notamment par une mise en visibilité et une mise à disposition des décisions jurisprudentielles isolées, ont souhaité accorder une place croissante dans leurs colonnes aux praticiens du social préoccupés par les questions juridiques. Par exemple, les thèmes de la prison et de la pénalité étaient propices à une « hybridation » des savoirs juridiques et des SHS (p. 149). Le bilan de cette entreprise collective, qui a perduré jusqu’en 1992, est en demi-teinte : non seulement les contraintes économiques de la revue et les désillusions politiques de l’arrivée de la gauche au pouvoir ont entamé le moral des contributeurs, mais en outre la place accrue des SHS n’a pas abouti au résultat escompté : la critique sociale s’est peu à peu métamorphosée en simples articles à caractère universitaire. Olivier Chadoin et Jean-Louis Violeau vont quant à eux montrer comment le « croisement disciplinaire » de l’architecture et des SHS –, comprendre ici la sociologie urbaine (principalement de Henri Lefebvre) – au sein des Écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) a été une rencontre d’un soir (et même pas le « grand soir »). Cette expérience des sociologues pionniers dans les écoles d’architecture ne s’établit pas sur des bases disciplinaires : le sociologue n’est pas porteur d’un savoir ou d’un capital scientifique, il est réduit au rôle de trublion contestataire, il est un porte-parole engagé de l’ « habitant » auquel ne se confronte que très peu l’architecte. Malgré cela, ces interventions sociologiques ont offert la possibilité à certains architectes, non seulement de s’engager politiquement sur les voies de la contestation, mais de chercher à reconfigurer le champ de l’architecture et le rôle social de l’architecte. Cela s’est traduit par un emploi profus des notions d’« usages », d’« usagers » et d’« habitants ». Il s’agissait en d’autres termes de donner du sens à l’architecture. Au terme de la lecture de cette contribution, il est difficile de ne pas percevoir de la désillusion.  La rencontre a bien eu lieu mais l’intégration de la sociologie en architecture et, en réciproque, l’apport de l’architecture dans les travaux de sociologie urbaine restent limités. Pris par les contraintes des agences et des projets, les architectes ne lisent plus que rarement les sociologues. Si intégration il y a, elle est lâche, puisqu’elle revient désormais à une pensée du social englobante (pourquoi s’étonner alors que Michel Maffesoli soit un des « sociologues » ressources privilégiés des architectes ? Olivier Orain propose de qualifier ce phénomène d’intégration disciplinaire molle de « fertilisation paradoxale ».

Mythologie(s) (source : fromageoudessert.eklablog.com)
Mythologie(s) (source : fromageoudessert.eklablog.com)

J’inclus également sous ce qualificatif la synchronisation ô combien imparfaite entre la temporalité de l’événement et celle de la discipline. Ce biais du « synchronisme illusoire » (p. 251), si souvent reproduit dans les historiographies, abonde dans le sens d’une « bifurcation », d’un « clivage », d’une « rupture », d’un « effet de bascule » au sein des disciplines en SHS calé sur celui de Mai 68. Or, les déplacements se manifestent plutôt suivant la morphologie du champ universitaire en général et de chaque discipline en particulier. Les travaux de Renaud Debailly et de Mathieu Quet à propos de la sociologie des sciences explorent les liens entre les études sur « Mai 68 », la critique des sciences et l’instauration de la nouvelle sociologie des sciences à compter de la seconde moitié des années soixante-dix, l’un principalement par des entretiens l’autre par une analyse des logiques discursives. Dans les deux cas, il y a mise en parallèle mais non amalgame. Au contraire, Mathieu Quet rend bien compte des effets de glissement et d’effacement par lesquels les protagonistes de ces domaines se défont et recomposent les liens entre la pratique de la critique de la science et la mise en œuvre de la nouvelle sociologie des sciences. C’est différemment que l’article de Nicolas Ginsburger consacré aux mutations ayant cours dans la géographie allemande montre à quel point derrière l’air de famille, ou de congruence, entre les événements politiques et les initiatives de reconfiguration épistémologique, il existe un décalage dans ce synchronisme apparent. Le rejet de la notion centrale et unifiante de Landschaft dans la géographie allemande et la remise en cause de l’organisation de la discipline au cours du congrès professionnel de Kiel de 1969 (le Geoprahentag), ont des effets épistémologiques décisifs sur le remplacement du paradigme empirique (de compilation des faits) par un autre plus théorique. Comme dans le cas de la psychiatrie, il convient de constater que les événements des années 68 vont servir de véhicules aux déplacements disciplinaires ayant déjà cours ou à venir.

Les mauvaises herbes

L’idée de fertilisation, même paradoxale, ne suffit pas à caractériser l’intérêt qu’il y a à se reporter à ce volume. D’autres éléments, que l’on retrouve de contribution en contribution, sont en effet considérés pour rendre intelligible le « moment 68 » et en mesurer ses effets sur les SHS.

Le rejet de l’autorité s’exprime tout d’abord par la recherche de nouvelles règles de travail en communauté tendant à s’affranchir des entreprises individuelles et solitaires du chef d’œuvre que représente la thèse d’État. Les expériences des Actes juridiques et des Actes de Bourdieu sont à ce titre exemplaires. Comme le rappelle Marc Joly, il y avait chez le sociologue l’idée de constituer une équipe qui fonctionnerait à l’image des collectifs utopistes autogérés de ces années-là. Une forme d’organisation répondant à un besoin communautaire – dont Bourdieu resterait le maître – que ne satisfaisait pas le CSE, alors présenté comme une juxtaposition d’axes de recherche peu intégrés. En somme, les années 68 ont été l’occasion de produire une réflexion critique sur les conditions d’exercice professionnel normalisées et orthodoxes. Un aggiornamento qui se présentait sous la forme d’une autoanalyse parfaitement propice aux échanges interdisciplinaires et aux  pratiques hétérodoxes (p. 282-287).

Une conquête fondamentale du long Mai 68 des sciences : la banalisation du jeu de mots (source : http://science-societe.fr/impascience-3/, entre autres pages du site reproduisant les numéros de la revue)
Une conquête fondamentale du long Mai 68 des sciences : la banalisation du jeu de mots (source : http://science-societe.fr/impascience-3/, entre autres pages du site reproduisant les numéros de la revue)

Cette « vocation d’hétérodoxie », selon l’expression de Boris Gobille[2], s’est particulièrement manifestée par le refus des grands partages, dont le plus évident est à mon sens celui concernant la légitimité des objets de recherche. Là encore, la revue de l’équipe de Bourdieu offre un cas éclatant du renouvellement des objets d’études – marqués par la contre-culture pop –, qui se concrétise dans le format de la publication, plus proche du fanzine que de la revue académique. D’ailleurs les feuilles de chou, si ce n’est les revues illustrées, sont constamment mobilisées par les acteurs de la contestation, que soient par les scientifiques critiques de la science (Impasciences, Labo-contestation, et même le bulletin Pandore), les géographes (Brouillons Dupont), etc. Olivier Orain propose d’ailleurs en annexe la reproduction d’un de ces documents ronéotypes, intitulé « Propositions destructives » (vaste programme !), issu de la contestation à l’institut de géographie de Strasbourg, accompagné de commentaires. L’autre distinction battue en brèche est celle du sujet et de l’objet d’étude : le travail collectif impliquait aussi de considérer la parole de ceux qui ne l’avaient justement pas. Il n’est pas étonnant dès lors de lire dans la plupart des articles ici présentés une référence à l’ouvrage de Michel de Certeau, La prise de parole, publiée pour la première fois en 1968[3].

Mais la division empirique/gauchisme et théorie/conservatisme ne va pas de soi. En effet, les articles de Nicolas Ginsburger et Olivier Orain auront montré respectivement pour la géographie de l’Allemagne de l’Ouest et pour la géographie française que la théorie et le quantitatif, au contraire de ce qui existait en sociologie, n’étaient pas nécessairement des marqueurs de l’idéologie dominante et de l’aliénation. Ainsi, les reconfigurations disciplinaires ne se fondent pas sur une base épistémologique commune mais sont à appréhender à part pour le chercheur en SHS qui a pour objet les SHS.

C’est précisément la force de cette historiographie des SHS au cours de « 68 » que de développer des études à l’échelle micro-sociale. À l’encontre d’une vision hégélienne d’une ruse de la raison ou d’un « esprit de Mai » accomplissent (achevant ?) un processus historique au long cours, il s’agit de s’attarder sur des enquêtes contextualisées et situées. Olivier Orain fait régulièrement référence, au fil de ses nombreuses pages, à la publication de Charles Soulié, sur l’histoire de l’université expérimentale de Vincennes, dans laquelle il privilégie des lieux de savoir autres, souvent limités dans l’espace et dans le temps. Ces « effets de lieu » (p. 280) permettent de penser l’histoire des sciences autrement et autre part que dans les laboratoires parisiens. Sans doute est-ce ainsi que l’article de Annick Ohayon dédié à Georges Lapassade et au stage de dynamique des groupes, qui avait réuni 35 participants à Royaumont en 1962, contribue à saisir les effets pluriels de « 68 ».

Roue de l'infortune et Victoria du spectacle (source : On a marché sur Guy Debord !, http://bibliobs.nouvelobs.com/, 17 juin 2013)
Roue de l’infortune et Victoria du spectacle (Crédits : Alessandro Mercuri, via On a marché sur Guy Debord !, http://bibliobs.nouvelobs.com/, 17 juin 2013)

En somme, qu’il s’attache au local, à la pluralisation et à l’éparpillement de ces objets, le chercheur en SHS prend ici le parti du réalisme afin d’appréhender l’événement par ses effets tangibles. C’est par le tangible également que le chercheur saura saisir les motifs expliquant pourquoi telle entreprise collective de savoir a disparu et pourquoi telle autre s’est pérennisée au travers de cette période.

C’est à ce niveau-là que se place Olivier Orain pour rendre compte des trajectoires individuelles au début des années 1970, qui ont conduit certains géographes à polariser le climat en constituant un front de rejet au tournant « gauchiste » du syndicat SNESUP en s’ancrant à droite. Il a une impulsion de symétrisation. « En définitive, Plutôt que de privilégier un point de vue sur l’un ou l’autre « camp » qui se sont fait face – partiellement typés par le statut, l’ancrage générationnel, les valeurs scientifiques, etc. –, c’est la dimension agonistique elle-même que j’ai souhaité mettre en relief » (p. 231).

*

*              *

Nul doute que ce qui se présente comme un programme de recherche suscitera l’intérêt des chercheurs des sciences désireux d’œuvrer à contester les vues simplistes attaquant les SHS au nom d’un « déterminisme » et d’un « sociologisme » convenus, legs de ces longues années 68 (comme Jacques Le Goff parlant d’un long moyen-âge) et pseudo-épouvantails à toute analyse critique. Olivier Orain, puisqu’il semble le porteur unique de ce projet (ce qui interroge tout de même), propose des pistes de travail stimulantes pour aborder autrement la question des incidences et des effets dans les SHS que représente cet événement complexe qu’est « Mai 68 ». Certes, les contributions à ce volume laissent des blancs (l’histoire et les sciences de l’éducation sont par exemple absentes), mais ils seront probablement comblés très prochainement. Il est après tout difficile de l’extérieur de savoir comment tout cela s’est agencé et de juger dans quelle mesure les articles du colloque de 2008 ne situent-ils pas en dehors de la problématique qui a été établie dans les textes de cadrage placés en introduction et en fin de volume ? Peut-être ai-je alors souligné de manière trop appuyée des lignes de cohérence peu évidentes.

Quoi qu’il en soit, il ressort de la lecture de cette publication éclairant la « fertilisation paradoxale » des savoirs par l’événement, un point que je n’ai pas suffisamment abordé : la passion des sciences. La convocation dans la note finale d’une intervention de Michael Pollak en 1989 à l’Institut d’Histoire du Temps Présent à propos de « Mai 68 et les sciences sociales », intitulée « Signes de crise, signes de changement[4] », dans laquelle il tire le bilan des analyses de Homo Academicus de Pierre Bourdieu et fait état de l’« échec du politique » afin de mieux en dégager les conséquences positives vis-à-vis d’une reconversion du travail de recherche ayant pour objectif une utilité sociale, rappelle que si dans chacun des textes, on constate que les scientifiques (j’inclus les chercheurs en SHS) ont émis de sévères critiques à l’endroit de l’ordre des savoirs, des normes instituées de contrôle des carrières ainsi que des emplois de connaissances inadaptées aux enjeux contemporains, il n’empêche, jamais la libido sciendi n’a été remise en cause, à aucun moment l’envie de faire science n’a été démentie.

Thomas Béraud (@THBERAUD)

Image en bandeau : destruction de Vincennes, août 1980,  www.rvdv.net/vincennes.


[1] M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 1986.
[2] B. Gobille, « La vocation d’hétérodoxie », dans D. Damamme, B. Gobille, F. Matonti, B. Pudal (dir.), Mai Juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 73-96.
[3] M. Certeau (de), La prise de parole, Paris, Seuil, 1968.
[4] M. Pollak, « Signes de crise, signes de changement », Cahiers de l’IHTP, « Mai 68 et les sciences sociales », 11, 1989, p. 105-121.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *