Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ?

Sous la conduite de son Secrétaire Perpétuel, l’historien Hervé Hasquin[1], l’Académie royale de Belgique a mis sur pied le Collège Belgique, à savoir une offre de cours-conférences directement inspirée du Collège de France. La mue et l’entrée concrète de la vénérable institution dans le 21e siècle s’accompagnent de la mise en ligne de tous les cours-conférences et colloques organisés par et à l’Académie. Comme de nombreuses académies européennes, celle de Belgique fut fondée au 18e siècle (1772). Période charnière, comme on va le voir, pour le développement des relations entre recherche scientifique et autorités politiques…

Les 30 avril et 7 mai 2015 derniers, les professeurs Robert Halleux (FNRS/Université de Liège) et Chantal Grell (UVSQ) proposaient ainsi un cours-conférence intitulé « La naissance des politiques scientifiques en Europe : science et grandeur des États (17e-18e siècles) ». En réalité, leurs présentations résultaient de recherches menées dans le cadre d’un programme international financé par l’Académie internationale d’histoire des sciences. Le but du projet ? Tout simplement réaliser une histoire comparée des politiques scientifiques depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours… La bagatelle en somme. Prononcée à Bruxelles, ce cours-conférence a, en 2015, une résonance particulière puisque le gouvernement fédéral belge par l’intermédiaire de la Secrétaire d’État en charge de la Recherche Scientifique entend réorganiser de la cave au grenier l’Agence fédérale de la Politique Scientifique (BELSPO)… Les premières mesures ont pu être observées au mois d’avril dernier – durant le week-end de Pâques, tout un symbole ! – quand on a appris le licenciement avec effet immédiat du président du comité de direction de BELSPO, Philippe Mettens. Hasard ou pas, l’ex-responsable de la politique scientifique fédérale belge était présent le 7 mai lors de la seconde partie du cours-conférence. Tout un symbole (bis) !

Importance des interactions entre chercheurs et monde politique

Recherche scientifique, académies et pouvoirs publics. Voilà un cocktail (d)étonnant que nous ont servi Robert Halleux et Chantal Grell et qui imprégnera les quelques lignes qui vont suivre. Le constat est d’ailleurs assez clair pour nos deux orateurs. Depuis ce que l’on appelle communément la révolution scientifique amorcée au 17e siècle, les chercheurs/scientifiques ont eu besoin du pouvoir politique pour financer leurs travaux. Ou du moins ils ont pu compter dessus jusqu’à un certain point. La course aux financements, les deadlines intenables, l’orientation des axes de la recherche, etc. ne seraient donc pas des inventions du 21e siècle ? Horresco referens.

La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)
La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)

Que faut-il toutefois entendre par politique scientifique ? Chantal Grell a rappelé qu’il s’agissait d’une action systématique et coordonnée de l’État concernant la recherche et orientée vers la réalisation d’objectifs sociaux, économiques, etc. Nous sommes donc en présence d’une politique – dans le sens de programme – pensée par et pour la science (thématique zilselienne s’il en est).

Dès l’époque moderne, on voit donc poindre des interactions entre les mondes politique et scientifique. Si les chercheurs ont toujours besoin d’argent pour leurs travaux, les politiques souhaitent davantage disposer d’une expertise scientifique – l’expression est lâchée – pour comprendre, prévoir et agir. La création d’académies à partir de la seconde moitié du 17e siècle est à cet égard la manifestation sans doute la plus claire de cette dynamique dont la logique peut toutefois varier d’un État à l’autre. Les objectifs des gouvernants peuvent, eux aussi, être multiples (progrès militaires, prestige international, bien-être des sujets, etc.) tout autant que le sont les moyens pour les atteindre (infrastructures académiques, salaire aux savants et praticiens, développement de la propriété intellectuelle, etc.). En clair, les problèmes que soulèvent Robert Halleux et Chantal Grell sont d’une actualité fondamentale : comment les structures étatiques et les conjonctures politiques, sociales ou économiques influencent-elles la logique de la découverte scientifique ? Comment envisager l’articulation délicate entre l’idée d’une liberté du chercheur (approche bottom-up) avec celle d’un encadrement voire une planification (par exemple, l’ex-URSS) de la recherche ? Comment cohabitent des idéologies enclines à soutenir et défendre l’importance de la science avec la méfiance affichée par divers milieux (entre autres, un certain écologisme radical) ?

Au diable les contingences matérielles

Le premier cours-conférence, donné par Chantal Grell, proposait d’aborder la création et l’évolution deux « modèles » d’académies fondées au 17e siècle : la Royal Society en Angleterre et l’Académie royale des sciences en France. Pour mettre l’auditoire en condition, l’oratrice a entamé sa présentation par la lecture d’une lettre écrite en mars 1666 par Jean Chapelain (1595-1674)[2] à Hevelius, astronome de Dantzig et auteur du premier atlas lunaire (Selenographia, 1647). En gros, Chapelain reprochait aux recherches d’Hevelius d’être parasitées par ses problèmes personnels, familiaux, etc. Il s’agissait de facteurs extérieurs à la dynamique de la recherche scientifique qui, selon Chapelain, tenaient Hevelius en otage. Au diable les considérations matérielles de l’ici-bas qui vous empêchent de progresser dans vos recherches ! En réalité, Chapelain est convaincu que la science financée par le roi peut certes aider le scientifique mais peut également devenir l’un des instruments de la gloire et de la puissance royales/étatiques… En 1660, la Royal Society est créée en Angleterre tandis que l’Académie royale des sciences de Paris suivra le mouvement six ans plus tard (1666).

Retour à Francis Bacon : penser la collaboration des chercheurs

La précocité du mouvement anglais doit être recherchée, selon Chantal Grell, dans les ressources qu’offre la pensée de Francis Bacon (1561-1626). Le philosophe anglais considéré comme le père de l’approche empiriste était convaincu qu’il ne pouvait y avoir de découvertes scientifiques sans un travail collectif. Il faut dès lors penser la recherche scientifique de manière collaborative, sur le long terme et avec l’appui des deniers de l’État. Selon l’auteur du Novum Organum, la logique de la découverte scientifique est prise dans les entrelacs d’une relation particulière avec le pouvoir politique tout en devant s’organiser en dehors de l’université gardienne du dogme (i.e. la théologie). À y regarder de plus près, le problème soulevé par Bacon est, lui aussi, d’une actualité criante. Durant la première moitié du 17e siècle, les « chercheurs » (les guillemets s’imposent pour éviter l’anachronisme) sont principalement des amateurs passionnés par les techniques, la construction et l’utilisation d’instruments destinés à faire progresser les connaissances scientifiques (lunette astronomique, pompes à air, baromètre, etc.). Pour le dire autrement, ce ne sont en rien des professionnels de la recherche au sens où nous l’entendons aujourd’hui. C’est d’ailleurs bien de cela dont il s’agit dans la lettre de Chapelain à Hevelius. L’astronome de Dantzig était trop occupé à chercher des financements afin de construire lui-même ses instruments qu’il ne pouvait plus dégager du temps pour la recherche proprement dite. Ce qui séduisait encore Bacon était la possibilité d’une professionnalisation de la recherche à partir d’une logique collaborative et d’un financement par l’autorité politique. Il convenait de sortir l’individu, le « chercheur » esseulé, de sa tour d’ivoire afin de créer un environnement favorable à l’émulation. D’une certaine façon, Bacon promouvait ce que de nos jours nous avons coutume d’appeler la mobilité des chercheurs, le travail en réseau et toutes ces approches qui font résolument modernes.

Tranche d'histoire des sciences : Francis Bacon (crédits : Wikimedia Commons)
Tranche d’histoire des sciences : Francis Bacon (crédits : Wikimedia Commons)

Des initiatives tout feu tout flamme

Le 17e siècle est celui de l’efflorescence d’initiatives multiples visant à fédérer les chercheurs, à promouvoir les découvertes scientifiques, le perfectionnement des techniques ou la création de nouveaux instruments. Dans l’espace allemand, Johann Lorenz Bausch (1605-1665) fonde dans les années 1650 un Collegium pour médecins avec d’autres savants qui sera reconnu comme Académie en 1687 par l’empereur Léopold 1er. En Angleterre, Samuel Hartlib (1600-1662) a l’idée dès 1636 de fonder un collège philosophique dans le but de mettre en place une cité utopique de scientifiques. Durant la République de Cromwell, John Wilkins (1614-1672) – beau-frère du Lord Protector – fonde à Oxford l’Experimental Science Club où savants et gentlemen (R. Boyle notamment) discutent librement de recherche et de découvertes scientifiques. Quant aux ducs de Toscane, ils fondent en 1657 l’Academia del Cimento (Académie de l’expérience) qu’ils soutiennent financièrement. Cette académie se spécialise dans la construction d’instruments liés à la barométrie ou la pneumatique. Leur devise est des plus explicites : Provando e Riprovando (En essayant et en réessayant). En France, dès 1623, Marin Mersenne (1588-1648) plaide pour la création d’une académie scientifique catholique soutenue par les princes voire la papauté. À l’image de Bacon, Mersenne pense que pareille entreprise aurait le mérite de permettre une élaboration collective du savoir et de favoriser l’éclosion d’un encyclopédisme.

France-Angleterre : deux institutions pour deux logiques différentes

Le contexte du 17e siècle est on ne peut plus déterminant pour l’histoire des sciences et des techniques. Néanmoins, les voies suivies en France et en Angleterre seront radicalement différentes. La question est donc d’observer les formes que le patronage royal va prendre. De même, il ne faut pas oblitérer trop vite le fait que le contexte international est avant tout celui de conflits militaires (terrestres et maritimes) pour lesquels il est nécessaire de disposer d’une technologie up to date. Dès lors la R&D du 17e siècle dans le secteur militaire (on nous pardonnera cet anachronisme qu’on espère éclairant) est un facteur non négligeable dans l’évolution des techniques, des instruments et des savoirs scientifiques (voir infra).

Royal Society : un modèle libéral sur base volontaire

La Royal Society voit le jour dans le contexte de la Restauration monarchique (1660) par l’intermédiaire du Gresham College fondé à la fin du 16e siècle et de quelques hommes de cours. En 1660, 11 membres de se réunir de façon hebdomadaire, de s’adjoindre rapidement 73 autres personnes pour s’entretenir de considérations expérimentales et parviennent à obtenir le soutien royal. En 1667, ils sont déjà 190 membres.

Le but de la Royal Society ? Le développement graduel de tous les domaines des sciences. Comment financer l’entreprise ? Chaque membre doit théoriquement s’acquitter d’une cotisation lors de la réunion hebdomadaire (en réalité, ce sont les membres fortunés qui effectuent des dons réguliers). L’opposition entre les mondes académique et universitaire sera importante. Sir Isaac Newton, une fois nommé président de la Royal Society, quittera définitivement le monde des colleges universitaires anglais, par exemple. Si l’on compare avec la situation actuelle, il est évident que la plupart des Académiciens sont issus du monde universitaire. C’est notamment le cas de l’Académie royale de Belgique qui récemment a toutefois créé une Classe Technologie et Société composée d’hommes politiques, d’universitaires, d’anciens patrons d’entreprise, etc., en bref des acteurs de la société civile et pas uniquement des universitaires.

Newton, star academy. Royal Society, Crane Court, off Fleet Street, London (1883) (crédits : via Wikimedia Commons)
Newton, star academy. Royal Society, Crane Court, off Fleet Street, London (1883) (crédits : via Wikimedia Commons)

Pour en revenir aux académies de l’époque moderne, leurs membres songent à solliciter l’octroi d’un privilège royal qui les protégerait un minimum. C’est qu’on ne souhaite aucune tutelle ecclésiastique afin d’attirer tous les esprits savants sans aucune discrimination. Une fois la reconnaissance par Charles II obtenue, la Royal Society acquiert une salle de réunion, une autre pour y stocker ses archives et une dernière pour y conduire des expérimentations. Comme toutes les disciplines doivent y être envisagées, cela donne un éventail a priori hétéroclite : travail de la soie, fusion du plomb, fourneau pour y faire éclore les œufs, etc. On ne compte donc pas ses efforts. Qui plus est, Charles II souhaite que la Royal Society examine les propositions de brevets. Pour ce faire, il s’agit de constituer des commissions scientifiques par domaines. Toute ressemblance avec le 21e siècle est évidemment fortuite…

Faire des expériences entre soi, évaluer les innovations via les brevets, etc., c’est très bien mais cela manque un peu d’esprit baconien universel. C’est la raison pour laquelle le premier secrétaire de la Royal Society, Henri Oldenburg (1619-1677), est amené à entretenir une correspondance avec d’autres institutions scientifiques européennes. Sa correspondance est tellement soutenue qu’on en vient à se demander, du côté des autorités, s’il ne fait pas de l’espionnage pour des puissances étrangères. Quoi qu’il en soit, Oldenburg crée la publication de la Royal Society, les Philosophical Transactions et rédige seul les 170 premiers numéros ! Il y publie les résultats d’expérience que l’on aura validés avant bien entendu. On valide alors aussi le propriétaire de l’expérience permettant ainsi une reconnaissance de paternité en quelque sorte. On n’en est pas encore au droit d’auteur, mais la logique sous-jacente n’en est pas tellement éloignée. La correspondance avec les chercheurs étrangers est également publiée dans les Transactions. Une édition latine des Transactions est même lancée en Allemagne (Leipzig) assez rapidement[3]. En résumé, les cotisations/dons des membres assurent des revenus, la correspondance avec des membres étrangers permet de s’insérer dans un réseau de chercheurs – networking quand tu nous tiens – et la diffusion des Philosophical Transactions est internationale – une institution est visible grâce à sa revue. Avec la Royal Society, on a affaire à un système, disons, libéral sur base volontaire.

Si l’hyperactivité d’Oldenbourg a permis de maintenir à flot la publication des Philosophical Transactions, l’intensité tend à diminuer après son décès. Dès 1671, Sir Isaac Newton (1642-1727) est par ailleurs élu comme membre. En 1703, il devient président et le reste jusqu’à sa mort. Newton va quelque peu accaparer la présidence tout en opérant une réorganisation structurelle de la Royal Society : il impose la présence aux réunions et fait entrer des nouveaux membres. Si l’institution anglaise paraît légèrement moribonde au début du 18e siècle – Newton a un peu tendance à imposer ses vues –, elle regagne en vigueur par la suite. De 350 membres au milieu du 18e siècle, la Royal Society en compte plus de 500 en 1800 !

L’Académie royale des sciences : l’archétype du système étatique

Les Anglais étant hyper actifs dans le domaine des découvertes et expérimentations scientifiques, ils vont faire naître quelques interrogations au sein de la monarchie française. L’importance de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) ne peut évidemment être passée sous silence. Sa volonté de disposer d’une marine de guerre moderne implique de facto une modernisation des industries nationales – quand mercantilisme rime avec colbertisme… –. Via la commission des gratifications qui gravite autour de Colbert et que gère Chapelain, il devient possible de nommer et de financer des savants chargés de travailler pour le souverain. En 1666, Colbert soutient logiquement la création de l’Académie royale des sciences : mise à disposition d’une salle de réunion, nomination des premiers membres[4], réunions organisées sous le sceau du secret, engagement d’assistants muets, etc. Les projets personnels sont autorisés, mais les expériences se font en commun et chaque séance porte sur une thématique/question précise préalablement définie. Aucun membre n’étant fortuné comme du côté de la Royal Society, ceci permet de créer un réseau d’obligés dépendant des finances royales. L’Académie lance, deux mois avant la Royal Society, sa revue, Le Journal des savants. La publication se veut (très) généraliste en comparaison des Transactions anglaises : compte rendu d’ouvrages, notices nécrologiques d’hommes importants, nouvelles découvertes scientifiques, inventions mathématiques, analyses de décisions prononcées par les cours et tribunaux, etc. Colbert fonde également l’Observatoire royal (1667) avec l’ambition de pouvoir résoudre le problème du calcul de la longitude en mer, problème qui ne sera toutefois résolu qu’au 18e siècle. L’Observatoire devient rapidement l’institution scientifique qui absorbe les plus grosses dépenses en raison de l’importance accordée par Colbert à la modernisation de la marine. En résumé, on a affaire à une institution où les membres sont « salariés » et ne disposent pas de fortune personnelle, il n’y a pas de réseau officiel de correspondance et, qui plus est, la publication du Journal des savants devient rapidement irrégulière. On est en face d’un système étatique favorisant une professionnalisation de la recherche sous l’impulsion du pouvoir royal.

Entrée principale de l'Institut de France, quai de Conti à Paris VIème (crédits : http://commons.wikimedia.org/wiki/User:Jebulon, via Wikimedia Commons)
Entrée principale de l’Institut de France, quai de Conti à Paris VIème (crédits : http://commons.wikimedia.org/wiki/User:Jebulon, via Wikimedia Commons)

À la suite des investissements effectués par Colbert, l’orientation des recherches menées à l’Académie royale est marquée par Camille Le Tellier de Louvois. Interventionniste, Louvois est le dépositaire d’une vision utilitariste de la science et des découvertes scientifiques en général. À l’image du rationalisme utilitaire caractéristique du siècle des Lumières, Louvois se penche avant tout sur la recherche appliquée aux retours sur investissement immédiats. C’est principalement sous la conduite de Pontchartrain que l’Académie royale connaît une renaissance : statuts organiques (1699), nomination de membres, de membres honoraires, de pensionnaires, d’associés et d’élèves (assistants choisis par les membres titulaires), obligation d’entretenir une correspondance avec les autres savants européens, rédaction de compte rendu de publications, examen et évaluation des machines pour lesquelles l’inventeur sollicite un brevet, etc. En 1785, un nouveau règlement consacre huit nouvelles classes tout en profitant des ressources d’institutions placées sous la supervision de l’Académie (Observatoire, Station de Rambouillet, Jardin du Roi, etc.). La machinerie institutionnelle et centralisatrice française est bel et bien à l’œuvre tout au long du 18e siècle.

Révolution scientifique et États : les outils d’une politique

Créer des académies pour le plaisir n’est – on l’aura compris – pas vraiment l’optique des créateurs-fondateurs de ces institutions qui essaimeront tout au long du 18e siècle. Le professeur Halleux retient trois axes importants définissant, si l’on veut, un programme de recherches : 1) la guerre, 2) la santé publique et 3) la production industrielle.

L’importance du secteur militaire influencera les recherches relatives aux matières explosives, à la construction navale ou au calcul des longitudes en mer. Alors que – comme on l’a indiqué – pouvoir déterminer la longitude en mer était un objectif primordial de l’Observatoire royal de Paris, la Royal Society va considérer qu’il s’agit d’une affaire d’État et qu’à ce titre, elle n’a pas en discuter. On sera peu avancé quand le gouvernement demandera, au 18e siècle, l’état des recherches de la Royal Society dans ce secteur… Charles II fonde toutefois l’Observatoire de Greenwich en 1675 et nomme John Flamstead (1646-1719) au poste d’astronome royal (il n’émarge donc pas de la Royal Society). On perçoit bien, via cet exemple, les logiques différentes qui sous-tendent ces entreprises respectives bien que les objectifs restent, en dernière instance, assez identiques. De même, en termes de résultats, il est patent d’observer que les efforts conscients du pouvoir ont contraint les chercheurs/scientifiques à travailler avec un horizon d’attente particulier.

Greenwich Observatory vers 1960 (crédits : Wikimedia Commons).
Greenwich Observatory vers 1960 (crédits : Wikimedia Commons).

D’un point de vue industriel, on observe, selon Robert Halleux, un véritable changement de système technique. Une technique n’est pas une monade leibnizienne qui vit dans son coin. Les interactions entre matières utilisées dans la production, instruments de production, utilisation envisagée de techniques, transmission des connaissances, rapports à l’innovation, etc. sont déterminantes pour que puisse s’enclencher une évolution du système technique. Un des facteurs importants mis en lumière par Robert Halleux reste le problème de la transmission du savoir technique lui-même. Au 18e siècle, cette transmission se fait principalement par la main, c’est-à-dire par l’intermédiaire d’artisans ayant une connaissance pratique de leur métier. Pour le dire platement : c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Les académiciens européens, peu importe ici leur origine, auront tendance à injecter – c’est le mot de Robert Halleux – des connaissances de physique, de chimie, de mathématique, etc. dans la pratiques des arts et métiers. Pour Robert Halleux, l’enjeu était tout simplement de transformer l’art en science ! Les hauts fourneaux restent un bel exemple. Encore aujourd’hui, les travailleurs qui y sont quotidiennement peuvent avoir une vision quasi anthropomorphique du haut fourneau : il est fatigué, il grogne, etc. C’est en regardant la couleur de la flamme que certains peuvent déterminer quelle quantité de manganèse ou de tout autre minerai il convient d’ajouter. Le chef du haut fourneau s’apparenterait presque à un barman qui fait son cocktail : il connaît de façon empirique les proportions des minerais à prendre et à ajouter sans vraiment maîtriser le fonctionnement interne, technique de son haut fourneau. La connaissance n’est pas encore rationalisée sur la base d’un savoir acquis non empiriquement. C’est précisément contre cette logique que travaillerons les Académies. Ce n’est que progressivement au 19e siècle qu’un renversement des tendances s’opérera.

*

*             *

Parmi les cinq éléments caractérisant le courant des Lumières, Hervé Hasquin retient généralement le rationalisme utilitaire. Corollaire à l’importance que prend la raison critique dans le rapport au monde promu à partir de la fin du 17e siècle, le rationalisme utilitaire trouve une matérialisation claire et nette via la création des académies. Tous les exemples repris plus haut témoignent de ce rapport spécifique à la recherche scientifique. Si l’encadrement par le pouvoir politique diffère entre l’Angleterre et la France, on peut toutefois observer que la vision des gouvernants et des scientifiques est assez similaire : il faut être capable de prolonger la recherche théorique/fondamentale jusqu’à la recherche appliquée. L’air de ne pas y toucher, la philosophie qui sous-tend le développement des académies est aussi celle du progrès et interroge les bornes de l’esprit humain. Néanmoins, la liberté de chercher n’est pas toujours évidente et le cas de l’Académie royale des sciences en France est là pour nous le rappeler. S’il y a une liberté d’inventer, il s’agit avant tout d’une liberté surveillée dans la mesure où la recherche scientifique doit servir les intérêts supérieurs de l’État. Dans une perspective plus actuelle, on est en droit de réfléchir aux modalités pratiques de la recherche scientifique au sens large puisque les politiques étatiques influencent à certains égards les axes de recherches (cf. l’impact sociétal des recherches). A contrario, on observe, dans certains cas, un désengagement programmé du pouvoir politique tout en favorisant le mécénat et le crowdfunding (en Belgique notamment)… On reste in fine frappé par certaines similitudes entre les 17e-18e siècles et le 21e siècle : ne sommes-nous pas tous (un petit peu) des Hevelius à la recherche de financements (publics) pour nos recherches ? Ne nous comportons-nous pas à certains égards comme un Oldenburg avides de networker avec la communauté des chercheurs évoluant dans le même champ disciplinaire ?

Nicolas Simon (@nsmodernhist)

Image en bandeau : Façade est du côté du boulevard du Régent (crédits : Luc Schrobiltgen, via l’Académie royale)


[1] Recteur honoraire et ancien président du CA de l’Université libre de Bruxelles, Hervé Hasquin s’est spécialisé dans l’histoire du 18e siècle et s’intéresse en particulier à tout ce qui relève du rapport à la laïcité dans la pensée des Lumières. Il fit par ailleurs une carrière politique au sein du Mouvement Réformateur (parti libéral) et fut Ministre-Président de la Communauté française de Belgique.
[2] Protégé de Richelieu et de Colbert, il gère en cette période la commission des gratifications qui octroie reconnaissances et soutiens financiers, notamment à des scientifiques.
[3] Oldenburg est d’ailleurs d’origine germanique puisque né à Brême.
[4] Il s’agit surtout de tenir éloigner Huygens, présent en France, de s’en occuper alors qu’il en rêve. Colbert souhaite garder la main sur les nouveaux membres et orienté les recherches qui seront menées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *