Faire l’éloge de la grandeur savante vers 1900

Comment s’organisent et sont façonnés les images et valeurs, les stéréotypes et représentations plus ou moins partagés du travail scientifique ?[1] Pour donner quelques éléments de réponse à ces questions qui en amorcent d’autres, je résumerai une série de résultats d’une enquête socio-historique, qui visait à rendre raison de l’élaboration de la « grandeur savante », c’est-à-dire le processus par lequel un ensemble composite de valeurs épistémiques et morales est attribué à des acteurs scientifiques, individuel et collectif. La grandeur s’associe ici à des définitions générales de la persona savante. À l’intersection de l’individuel et du collectif, la notion maussienne de persona révèle la qualification des identités socioculturelles – ici dans les sciences – et les divers rôles endossés par les individus[2]. Parmi les possibles, l’on peut citer les catégories de classement disciplinaire dont le sens peut fluctuer d’un contexte à l’autre (physicien, mathématicien, astronome), les mots identificatoires (savant, homme de science, amateur, etc.), en plus des dispositions éthiques qui cadrent l’exercice de la science (la vocation, le désintéressement, le mérite, l’intégrité morale…). La construction de la persona savante met en récit des allants de soi, des répertoires de symboles et des qualités attendues, et pas n’importe comment, puisque le récit s’inscrit dans le cadre culturel à partir duquel l’image collective du savant est façonnée par ceux-là mêmes qui sont habilités (ou pas, ou peu) à dire ce qu’est la science. Cette fabrique en personne(s) de la grandeur savante, je l’illustrerai par deux études de cas se recoupant dans un même contexte historico-culturel : les éloges funèbres de l’Académie des sciences de Paris et les stéréotypes de la grandeur astronomique à la Belle Époque.

Institut de France (crédits : patrimoine-histoire.fr)
Une science sous la coupole de l’Institut de France (crédits : patrimoine-histoire.fr)

Un mot peut-être, pour expliquer pourquoi je me suis intéressé aux éloges funèbres et, chemin faisant, à la grandeur savante ; car je suis bien conscient que, au premier abord, le sujet est exotique voire quelque peu morbide. Pour ravitailler la base de données prosopographique que j’avais conçue pour les besoins de ma thèse, qui portait sur l’astronomie française sous la Troisième République, j’ai « dépouillé » – comme l’on dit avec délicatesse – des dizaines de dossiers d’anciens membres de l’Académie des sciences. Ces dossiers sont plus ou moins épais, à la mesure de la grandeur du membre de l’Institut ; ils rassemblent et classent les documents selon un ordre invariable : premières notes soumises aux Comptes rendus, campagne pour l’élection, notices sur les recherches en cours, correspondances et, fermant la marche, des documents nécrologiques. Cette dernière catégorie m’a intrigué. J’avais déjà constaté l’usage des oraisons et des éloges funèbres comme sources secondaires dans l’historiographie. Il arrive que des historiens de l’astronomie puisent dans ces récits-fleuves sans toujours en critiquer les sources ni le cours à la confluence du bio- et de l’hagiographique. Or, en examinant plus attentivement ce genre expressif et en particulier ce qu’il révèle des représentations ordinaires de la science la plus légitime, c’est-à-dire celle qu’évalue et thésaurise l’Académie des sciences de Paris, l’idée m’est venue d’en faire la source primaire d’une enquête socio-historique : l’éloge funèbre à la Belle Époque en tant qu’il qualifie, exprime et reconduit la grandeur académique[3]. C’est ce fil d’enquête que je reprendrai aujourd’hui en l’enrichissant : dans une première séquence, je resserrerai l’analyse que j’ai proposée de l’éloge académique dans un article passé inaperçu – et pour cause –, puis j’exposerai trois registres de construction de la grandeur savante dans l’astronomie fin-de-siècle – les registres cassinienprofessionnel et uranien.

Une grandeur académique faite d’éloges

Commençons donc pas les éloges funèbres. Pour en bien comprendre la fabrication, il faut multiplier les angles d’analyse et les pistes empiriques : (1) étudier de près les codes de composition et la rhétorique de l’éloge, des avant-textes à la performance orale des secrétaires perpétuels sous la coupole, chaque année en séance publique ; (2) déterminer les conditions de possibilité de l’éloge funèbre en tant qu’il est une production symbolique visant à entretenir l’entre-soi et l’aura des membres de l’Institut ainsi qu’à affirmer publiquement l’autorité de la Science et de ceux qui l’incarnent ; (3) se donner les moyens d’objectiver la réception de ces éloges, à partir notamment des comptes rendus publiés dans la presse quotidienne.

Gaston Darboux (crédits : tiré de l'ouvrage Ernest Lebon, Gaston Darboux, Gauthier-Villars, 1910, via Wikimedia Commons)
Une persona savante ? L’équation personnelle de Gaston Darboux (crédits : tiré de l’ouvrage Ernest Lebon, Gaston Darboux, Gauthier-Villars, 1910, via Wikimedia Commons)

Tout d’abord, comment ces textes sont-ils composés ? La consultation des archives des secrétaires perpétuels livre des indices. Je me suis particulièrement intéressé au travail du mathématicien Gaston Darboux (1842-1917). Ce dernier actualise ce rite solennel encodé par Fontenelle dans le premier tiers du 18e siècle à partir des codes rhétoriques du discours épidictique[4], et que d’autres secrétaires stylisèrent depuis lors, de Cuvier à Pasteur. En 1901, Darboux consacre son premier éloge funèbre à son prédécesseur Joseph Bertrand (1822-1900), comme le veut la tradition. Le discours mêle les éléments biographiques et les aperçus des contributions scientifiques. Le portrait est croqué d’un mathématicien qui, très tôt, en particulier dans sa thèse soutenue à l’âge de 19 ans, exprima ses « dons naturels » dans la science ; et qui, sans forcer son talent, devint un grand savant doublé d’un « véritable écrivain » élu à l’Académie française. Ravivant la figure du savant polymathe, « aussi bon qu’il était illustre, et aussi spirituel qu’il était bon »[5], Bertrand est un modèle de vertu épistémique. Et le nom propre d’un patrimoine commun de valeurs.

On pourrait multiplier les fragments de texte dans lequel les immortels sont grandis. Dans les traces d’existences vouées à la science, le secrétaire perpétuel cherche le génie, l’exceptionnel, mais aussi le pittoresque. Et il se regarde écrire. Parce que l’éloge, c’est un exercice grave : il faut faire montre de style, et c’est à la capacité du savant à se faire littérateur que l’on reconnaît les grands secrétaires perpétuels. L’éloge est ainsi prétexte à se grandir soi-même grâce aux autres. Comme le souligne en ce sens Jean-Claude Bonnet, « le discours consacré aux morts, dans ses métamorphoses, est toujours d’abord le sacre des vivants »[6]. Et la parenthèse de se refermer quand le secrétaire perpétuel décède, et que son remplaçant fait son éloge.

Si les éloges funèbres portent au-delà du Quai Conti, c’est qu’ils mettent en texte l’autorité institutionnelle, intellectuelle et morale de l’Académie des sciences. Parmi d’autres véhicules sémiotiques, l’éloge réalise la domination charismatique du savant et, par extension, du groupement duquel il est issu : l’Académie fait la science qui fait l’Académie. Il n’est pas nécessaire d’approfondir cet aspect car il est bien connu en histoire des sciences : la première classe de l’Institut de France forme l’élite de la science, son irrépressible centre d’attraction intellectuelle et institutionnelle[7]. Son pouvoir s’affirme et se confirme sans peine dans l’environnement culturel et idéologique pro-science de la Troisième République. L’identité entre la science et le régime politique s’illustre typiquement dans la célébration d’icônes savantes : par exemple Louis Pasteur (1822-1895), « figure de la science, métamorphose romantique et traduction positiviste de l’exemplum classique et du Panthéon révolutionnaire », selon Claire Salomon-Bayet[8]. Il en résulte l’organisation d’un culte et d’une liturgie de masse, par l’action efficace d’un groupe de « grands prêtres »[9]. Ces porte-parole de la science s’instaurent ainsi en modèles d’agir, garants de la justesse morale de la méritocratie scientifique – et de la méritocratie tout court.

Séance publique des cinq Académies, 1910 (source : gallica.bnf.fr)
De la science plein la coupole. Séance publique des cinq Académies, 1910 (source : gallica.bnf.fr)

Dernier point, pas le plus aisé à documenter : la réception des éloges. Ils sont lus en public, ils constituent une épreuve d’éloquence. La grandeur du secrétaire perpétuel comme celle du savant célébré sont en quelque sorte performées, et les archives de la presse conservent des traces de l’impression que ce travail de façade faisait aux publicistes du Temps, du Journal des Débats, Le Figaro ou du Siècle. L’évènement mondain pour le Tout-Paris était couvert avec force détails, tant sur le contenu des éloges, leur déclamation que sur l’ambiance de la séance. En 1901, un nouveau secrétaire perpétuel se lance au pupitre. Le journal La Presse reconnaît chez Darboux

« [un] orateur, au style coloré, aux phrases brillantes ; il cadence sa parole avec une maîtrise qui étonne, de la part d’un homme qui n’est pas un littérateur, et il sait faire ressortir chaque finesse de son discours, avec un art surprenant, de la part d’un savant qui n’a nul besoin de posséder le talent oratoire »[10]

La même année, tel autre publiciste du Siècle est impressionné par le style de Marcelin Berthelot (1827-1907), lui aussi reçu à l’Académie française : le chimiste – qui cumulait plus que de raison – « n’est pas seulement “un savant” ; il est “le savant” par excellence, le prototype du travailleur de laboratoire qui consacre ses journées et ses veilles aux découvertes capables d’améliorer le sort de l’humanité »[11] Confondant le génie scientifique et le génie national, le Journal des débats salue tout aussi pieusement la mémoire de Darboux après l’annonce de sa mort en 1917 :

« [Il] a été un savant éminent dont le nom restera dans toutes les divisions de la mathématique ; ce fut encore un citoyen utile ; tout ce qu’il a été, c’est à ses propres vertus qu’il l’a dû, et il a représenté un type d’homme et de savant comme il en faudrait davantage pour la gloire et pour la santé morale et intellectuelle du pays »[12]

Les accès et les excès de lyrisme, la rhétorique élégante, par moments grandiloquente : voilà autant d’empreintes d’un emballement vers 1900. Les savants célébrés le sont toujours plus, pendant qu’une masse de travailleurs s’active en silence dans les laboratoires des facultés des sciences, et échappent d’autant plus à ce processus des avantages cumulés.

Une sanctuarisation de la grandeur astronomique ?

D’une coupole d’autres, j’en viens maintenant aux figures de la grandeur astronomique. La définition et l’image désirable de l’astronome ne sont pas homogènes ni univoques ; au contraire, une multiplicité de qualifications (et disqualifications) ont cours à la fin du 19e siècle, et certaines persévèreront bien après. De façon schématique, trois registres peuvent être distingués : cassinien, professionnel et uranien. Ils définissent chacun une définition jugée désirable de l’activité astronomique et de ce qu’il en coûte d’endosser l’identité savante d’astronome.

Façade sud de l'Observatoire de Paris (source : culture.gouv.fr)
Un sanctuaire pour l’astronomie française. Façade sud de l’Observatoire de Paris (source : culture.gouv.fr)

Le registre cassinien qualifie une grandeur indexée au régime académique. C’est un registre d’exception, le mode d’être d’une élite des sciences astronomiques, en particulier de la mécanique céleste. Entre autres documents exploitables, les évaluations des directeurs et les campagnes précédant les élections dans les observatoires ou à l’Académie rendent manifestes les qualités attendues d’un grand astronome. Dans le vaste corpus qui m’a servi à dresser ce portrait-robot, je citerai les propos de l’académicien Rodolphe Radau (1835-1911) au sujet d’Henri Deslandres (1853-1948), astronome titulaire à l’Observatoire de Meudon :

« Il possède les qualités indispensables à ceux qui veulent frayer des routes nouvelles et faire avancer la Science par des travaux personnels : un zèle inlassable, qui lui a permis d’approfondir, en quelques années, la théorie et la pratique de l’Astronomie physique ; – l’esprit d’invention, on pourrait dire de divination, qui l’a conduit à poser et à pondre des problèmes d’une haute importance ; – enfin le jugement sûr et pondéré, qui est nécessaire pour délimiter la portée de conceptions nouvelles et pour en assurer l’application vraiment utile. »[13]

Parmi ces astronomes distingués, les anciens élèves de l’X et de la rue d’Ulm sont majoritaires ; ils occupent les meilleures places, celles de titulaire et directeur d’observatoire, sans que cela émeuve particulièrement les autres travailleurs, entrés pour certains sans diplôme et ayant progressé dans les échelons en tenant leur rang. Ces divisions et ces hiérarchies persévèrent et s’appuient sur de lointains ancêtres. L’ouvrage Histoire de l’observatoire de Paris, de sa fondation à 1793 que l’astronome titulaire et académicien Charles Wolf (1827-1918) a publié en 1902 a ici valeur de symptôme : en effet, c’est un monument à la mémoire des  illustres astronomes qui firent la gloire de l’observatoire royal, plus précisément de la lignée des Cassini – Cassini I, Cassini II, Cassini III, Cassini IV, directeurs de l’Observatoire de père en fils. C’est, en d’autres termes, un ancien régime de la grandeur astronomique. Néanmoins, se lamente Wolf, la Révolution et sa « Sainte-Égalité » (sic) le balaiera :

« l’Observatoire et l’Académie des sciences, ces deux vestiges glorieux de la munificence royale, devaient disparaître dans le torrent irrésistible qui nivelait tout en renversant toutes les supériorités »[14].

Les « vrais principes de l’organisation d’un observatoire »[15], figés dans la pierre du « sanctuaire de l’astronomie française », définissent bien plutôt une « communauté perpétuelle qui ne peut avoir lieu sans inconvénient, qu’autant qu’il y aura un chef et ses subordonnés. »[16] L’astronome titulaire, au sommet de la hiérarchie du « corps des astronomes », est d’abord un titre ; et sa valeur redouble naturellement lorsque l’astronome est élu à la section d’astronomie de l’Académie des sciences.

À quelques références près, le registre professionnel a longtemps échappé à l’historiographie. Et pour cause, il renvoie une image a priori peu favorable et attractive, celle de la science établie, la science d’État et ses pratiques à l’extrême limite de la bureaucratie savante[17]. Cette astronomie de service est prévisible et disciplinée. Qu’il s’agisse de l’observation sous les coupoles, de l’infaisable Carte du ciel photographique administrée par l’Observatoire de Paris, qu’il s’agisse encore des calculs astrométriques ou de la détermination de l’heure, les services sont réglés comme du papier à musique. Dans ce système qui s’est peu à peu imposé après la refondation des observatoires sous la Troisième République, dans les années 1880, l’astronome n’est jamais aussi grand que lorsqu’il est assidu, zélé et méritant. La recherche, dans ces conditions, est une affaire personnelle et elle est pratiquée en surplus des obligations de service scientifique. Ce tableau est certes celui qu’idéalisent les directeurs d’observatoires ; car en réalité, ils s’épuisent souvent à rappeler leurs subordonnés à l’ordre de leurs devoirs. Constatant les manquements et les sauts dans la productivité, ils récompensent en effet à tout-va et recrutent à bas coût des travailleurs dits « auxiliaires », dont ils savent que jamais il ne leur viendrait à l’idée de devenir astronome[18]. C’est le cas, bien documenté, des « dames » des bureaux de calcul – les « calculatrices » donc – qui, sous la surveillance de ces messieurs les astronomes titulaires, contribuent dans l’anonymat le plus complet à l’industrie astronomique[19].

Fêtes du millénaire normand, statue de Le Verrier, cour de l'Observatoire de Paris, en 1911 (source : gallica.bnf.fr)
Urbain Le Verrier ou l’aura cosmique du mécanicien céleste. Fêtes du millénaire normand, statue de Le Verrier, cour de l’Observatoire de Paris, en 1911 (source : gallica.bnf.fr)

Le troisième registre, uranien, qualifie les « amateurs d’astronomie ». C’est notamment sous la plume de leur porte-parole, Camille Flammarion (1842-1925), que ces observateurs trouvent grâce. L’auteur de L’Astronomie populaire  (1880), best-seller réédité tant de fois, conçoit les termes d’un « culte voué à Uranie »[20], personnification de l’astronomie « libre » et « indépendante », entendez hors les murs des observatoires d’État. À Juvisy, où il a installé son observatoire, et à Serpente, où la Société Astronomique de France qu’il a fondée tient salon, les « volontaires » et les observateurs les plus « désintéressés » causent canaux de Mars et éclipses solaires. Ils le font à distance plus ou moins respectueuse des observatoires d’État, que Flammarion dénigre à longueur de pages : « Pourquoi toujours vouloir nous endormir sur l’oreiller du gouvernement ? Ce n’est pas ainsi que marchent la science indépendante, le progrès et la liberté. Nous ne sommes plus des enfants en lisière ! Commençons donc nous-mêmes. Aide-toi : le ciel t’aidera. »[21] En comparaison des services désintéressés des astronomes « libres » et auto-suffisants, les « professionnels » représentent un coût pour la science et pour l’État selon Flammarion : « des centaines de mille francs et même des millions, pris sur nos impôts toujours croissants, versés dans des établissements de l’État, et qui n’apportent rien, absolument rien, à la Science. »[22] Évaluant le travail de l’Observatoire de Paris en 1903 tel qu’il est exposé dans son rapport annuel, Flammarion affirme aussi dans la même veine qu’« il n’est pas nécessaire d’être un grand esprit pour diriger un établissement. Le principal est d’avoir les qualités de bon administrateur »[23]. Les astronomes en titre sont petits et leurs maigres aspirations sont corrompues par le traitement qu’ils perçoivent. L’astronome est un amateur ou il n’est pas astronome.

Cette critique de l’astronomie de profession devient un genre prisé vers 1900. Ainsi, dans L’Astronomie en 1902, le publiciste Wilfrid de Fonvielle (1824-1914) sape les fondements d’une science d’État encombrée par des savants qu’on devine médiocres :

« Il n’y a pas de savant par brevet. Il en est des parchemins académiques comme des autres, ils ne valent que ce que vaut l’homme qui en est revêtu. C’est aux yeux des niais qu’ils jettent de la poudre. Mais le nombre des gens instruits augmente assez pour que le public éclairé soit fixé sur la valeur des corporations scientifiques, qui ne sont le plus souvent que des coalitions de pédants. »[24]

La critique est aussi le fait de professeurs installés. Pas plus nuancé que Fonvielle, le physicien Henri Bouasse (1866-1953), de la Faculté des sciences de Toulouse, dépeint dans la préface à son Astronomie théorique et pratique (1918) des petits fonctionnaires au travail astronomique :

« Nos professionnels sont des professionnels. Adroits dans leur petit truc, sachant couper la seconde en 10 ou 20 morceaux à l’œil et à l’oreille, sachant régler leur lunette méridienne, ou même sachant développer une équation différentielle jusqu’à la puissance n + 1 des excentricités, alors que le précurseur ne l’a développée que jusqu’à la puissance n, ils font leur métier avec une conscience admirable. (…) Leur précision (!?) transforme l’Astronomie en un orgue de barbarie abrutissant. »[25]

À l’exception de ses seuls œuvres, rien n’est digne de louange chez Bouasse, puisque même l’astronomie populaire et la vulgarisation scientifique sont qualifiées de « poisons intellectuels » juste bons à « épater le bourgeois »[26]. Et sa science à lui en est l’antidote.

Camille Flammarion à Juvisy, au milieu des années 1880 (crédits : Wikimedia Commons)
Au foyer d’Uranie, Camille Flammarion à Juvisy, au milieu des années 1880 (crédits : Wikimedia Commons)

Face aux débordements du « culte uranien », les astronomes de profession hésitent entre deux attitudes : d’une part, marquer la différence par – c’est selon – un surcroît d’indifférence ou de condescendance ; de l’autre, recycler le registre « amateur » pour nourrir une nouvelle rhétorique professionnelle. Avec la mort de Flammarion en 1925, la Société Astronomique de France perd son entrepreneur moral, et des astronomes de profession – pour certains ayant choisi la carrière astronomique après avoir lu L’Astronomie populaire – reprennent les choses en main : le schisme, communément perçu comme inévitable, finit de partager la science (tout court) et la science amateur (et d’amateurs).

Ainsi donc, de la même façon que le registre de la grandeur académique est diversement façonné, les registres de la grandeur académique évoluent et répondent à des préoccupations. Dans les limites du champ de l’astronomie « officielle », des combinaisons et des aménagements normatifs peuvent s’opérer ; par exemple pour les astronomes qui s’adonnent à « la recherche », l’assemblage des grandeurs cassinienne et uranienne peut garantir une certaine idée de la vocation et de l’autonomie scientifiques, contre la morale professionnelle du service et ses astreintes liberticides. C’est la montée en puissance d’une telle composition cassino-uranienne qui peut s’observer après 1936 à travers l’avènement de la recherche astronomique de la Caisse nationale de la recherche scientifique, déstabilisant le modèle de l’observatoire-bureau.

*

*             *

Résumons pour finir : l’éloge funèbre sert la définition de la grandeur académique et de la vie savante ; cette grandeur est retraduite dans un monde des observatoires fonctionnellement lié à l’Institut ; les astronomes composent avec d’autres référentiels pour s’auto-représenter en tant que « corps », et ces définitions de contribuer à la sédimentation d’identités socio-intellectuelles jamais complètement stabilisées. Et pour cause : à trop définir les images et les valeurs, l’on court le risque de perdre ce supplément d’âme dont Paul Valéry dramatisait l’ineffable part :

« Nous sommes ce que nous croyons être et ce que l’on croit que nous sommes, et personne (ni nous) ne le peut préciser. La singularité de l’Académie est d’être indéfinissable. Si elle ne le fût, sa gloire ne serait point du tout ce que l’on sait qu’elle est : toute chose dont on ne peut se faire une idée nette perd de sa force de prestige et de sa résonance dans l’esprit. »[27]

Bref, n’en parlons plus et laissons vibrer l’autorité auto-évidente de la Science académique.

En guise d’ouverture, il me semble qu’il y a matière à poursuivre la prospection et l’analyse des mécanismes par lesquels des acteurs et des institutions s’emploient à représenter la science. Aujourd’hui, d’autres figures et typifications circulent, qu’il serait intéressant d’objectiver : de l’homo academicus surdoté en capital scientifique au chercheur-précaire qui se désespère d’attendre son heure, du chercheur-entrepreneur créateur de start-up au thésard qui divertit les amphis en 180 secondes, en passant par l’expert du diagnostic et le professeur ès-généralités brillant sur les plateaux télé, bref des figurations – ou défigurations diront certains – se prévalant avec plus ou moins de bonheur et de sagacité de l’autorité de la science.

Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)

Image en bandeau : Funérailles du général Langlois, sis à la maison de l’Académie, février 2012 : à la tribune, Henri Poincaré prononce son éloge. Crédits : BnF.


[1] Ce texte reprend une conférence donnée à l’occasion colloque « Les métiers du travail scientifique : images et valeurs, réalités et défis », Centre d’Alembert, University Paris-Sud, Orsay, 20 mai 2015.
[2] Lorraine Daston et Otto Sibum, « Introduction : Scientific Personae and Their Histories », Science in Context, vol. 16, n° 1-2, 2003, p. 1-8 ; Marcel Mauss, « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de “Moi” », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. 68, 1938, p. 263-281.
[3] Arnaud Saint-Martin, « Autorité et grandeur savantes à travers les éloges funèbres de l’Académie des sciences à la Belle Époque », Genèses, n° 87, 2012, p. 47-68.
[4] Charles B. Paul, Science and Immortality. The « Eloges » of the Paris Academy of Sciences (1699-1791), Berkeley, University of California Press, 1980 ; Volker Schröder, « Entre l’oraison funèbre et l’éloge historique : l’hommage aux morts à l’Académie française », Modern Language Notes, vol. 116, n° 4, 2001, p. 666-688 ; Michael Shortland, et Richard Yeo, « Introduction », in M. Shortland et R. Yeo (éd.), Telling Lives in Science : Essays on Scientific Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 1-44.
[5] Gaston Darboux, Éloges académiques et discours. Paris, A. Hermann & fils, 1912, p. 60.
[6] Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres : oraison funèbre, éloge académique, nécrologie », in Pierre Nora (éd.), Les lieux de mémoire, vol. 2 : La nation. Paris, Gallimard, 1986, p. 217-241.
[7] Maurice Crosland, Science under Control. The French Academy of Sciences, 1795-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.
[8] Claire Salomon-Bayet, « La gloire de Pasteur », Romantisme, vol. 28, n° 100, 1998, p. 159-169.
[9] Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Minuit, 1990, p. 28-35.
[10] La Presse, 17 décembre 1901.
[11] Le Siècle, 3 mai 1901.
[12] Journal des débats, 25 février 1917.
[13] Rapport de M. Radau, Comité secret, séance du 24 novembre 1902, ms, Dossier Henri Deslandres, Archives de l’Académie des sciences. Souligné par RR.
[14] Charles Wolf, Histoire de l’observatoire de Paris, de sa fondation à 1793, Paris, Gauthier-Villars, 1902. p. 337.
[15] Ibid., p. 342.
[16] Ibid., p. 341.
[17] Pour une vue d’ensemble, voir Arnaud Saint-Martin, « L’astronomie française à la Belle Époque. Professionnalisation d’une activité scientifique », Sociologie du travail, vol. 53, n° 2, 2011, p. 253-272.
[18] À la limite du best-of, je renvoie à cet autre article : Arnaud Saint-Martin, « Un spectre hante l’observatoire : le statut paradoxal des auxiliaires », Carnets de bord en sciences humaines, n° 11, 2006, p. 40-50.
[19] Jérôme Lamy, « La Carte du ciel et la création du “Bureau des dames” à l’observatoire de Toulouse (fin 19e-début 20e siècles) », Nuncius, Journal of the history of science, vol. XXI, 1, 2006, p. 101-120.
[20] Camille Flammarion, « Progrès et travaux de la Société », L’Astronomie, n° 11, 1897, p. 179.
[21] Camille Flammarion, Astronomie populaire, Paris, Flammarion, 1880, p. 831.
[22] Camille Flammarion, « L’Observatoire de Nice et l’astronomie en France », L’Astronomie, n° 4, 1885, p. 212. Souligné par l’auteur.
[23] Camille Flammarion, « Les travaux de l’Observatoire de Paris », L’Astronomie, n° 17, 1903, p. 492.
[24] Wilfrid de Fonvielle, « Les amateurs et l’astronomie », L’Astronomie, n° 16, 1902, p. 547-548.
[25] Henri Bouasse, Astronomie théorique et pratique, Paris, Delagrave, 1918, p. IX.
[26] Ibid., p. XIX.
[27] Paul Valéry, « Fonction et mystère de l’Académie », dans Regards sur le monde actuel et autres essais. Paris, Gallimard, 1945 [1935], p. 250.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *