La position de la revue Sociétés dans l’espace discursif de la sociologie française

27 juin 2015, le maffesolisme bougeotte encore. Certes, la revue de « Sciences Humaines et Sociales » Sociétés ne paraît plus depuis que l’ineffable Jean-Pierre Tremblay y a placé son fake dans le numéro 4 de l’année 2014, mais les signes sont patents d’une résilience qui force l’admiration : ainsi le dionysisme demeure-t-il une valeur sûre des Éditions CNRS, via notamment les Cahiers européens de l’imaginaire, les journées du CEAQ viennent de se tenir « en Sorbonne » les 23 et 24 juin 2015, les « invitations à l’imaginaire » de l’Espace Ricard ne connaissent toujours pas la crise, et last but not least, M. Maffesoli – lorsqu’il n’égratigne pas M. Quinon et A. Saint-Martin dans la réédition de ses Nouveaux Bien-pensants – promet la publication d’un essai sur l’Autolib’, sur un air de « Gaya Scienza » (chiche !). Parce que la polémique n’est pas éteinte et que même @JeanPieTremblay s’y invite avec force tweets, l’équipe du Carnet Zilsel entend donc maintenir la pression. Dans ce nouveau billet versé dans la rubrique « Canular Tremblay », Yves Gingras et Marc Bertin proposent une analyse tranchante de la position de Sociétés dans l’« espace discursif » de la sociologie française. C’est simple et efficace. Reste néanmoins à convaincre celles et ceux qui, pour des raisons qu’il faudra un jour totalement élucider, persistent à penser que le maffesolisme vaut sa minute de peine.

Le canular visant à montrer (ou peut-être simplement à rappeler…) que la revue Sociétés, fondée et dirigée par Michel Maffesoli (jusqu’en mars 2015), publie des textes dont le contenu se résume souvent à un jargon postmoderne sans contenu empirique vérifiable, a fait couler beaucoup d’encre. Arrivant quelques mois après la tempête, notre texte ne vise pas à ajouter au débat épistémologique – important – sur les critères qui devraient guider une démarche sociologique conçue comme une contribution scientifique à la connaissance du monde social. Nous proposons plutôt d’utiliser les outils de l’analyse automatique de textes pour répondre à la question suivante : dans l’espace discursif de la sociologie, peut-on vraiment distinguer le style de la revue Sociétés, imité et même parodié par l’actant Jean-Pierre Tremblay, de celui des revues de sociologie françaises les plus importantes ?

La structure de l’espace éditorial de la sociologie française a déjà été analysée par François Briatte qui, en se fondant sur les lieux de publication des auteurs, a bien montré que « la revue Sociétés fait partie d’un ensemble de revues “de niche”, dont les auteurs restent largement “entre eux” »[1]. Ses trois études bibliométriques ont clairement  « établi la nature marginale de la revue Sociétés dans l’espace éditorial sociologique »[2].

(crédits : Raphael Desrosiers, 2014, via Flickr)
Le maffesolisme à la limite du borne-out (crédits : Raphael Desrosiers, 2014, via Flickr)

Alors que ces résultats sont fondés sur les pratiques de publication des auteurs qui circulent (ou pas) entre les revues, nous proposons ici d’analyser le contenu textuel des principales revues françaises de sociologie pour identifier les positions qu’elles occupent dans ce que nous appellerons l’espace discursif de la sociologie française. L’analyse factorielle des correspondances (AFC) devrait alors nous faire voir si la revue Sociétés se distingue vraiment – par son contenu plutôt que par ses auteurs – des autres revues. Comme nous le constaterons, cette approche confirme parfaitement les résultats obtenus par François Briatte : Sociétés occupe bel et bien une position unique dans l’espace discursif et s’oppose en fait, par son contenu, à toutes les principales revues de sociologie françaises. On peut même dire qu’elle ne circule pas dans le même espace car elle en est toujours séparée sur l’axe horizontal.

Méthode

À partir d’un corpus composé d’articles de revues scientifiques en sciences humaines et sociales provenant des sites Cairn.info et Persée, nous avons effectué une analyse statistique des données textuelles. Nous avons retenu les principales revues de sociologie françaises, soit : Actes de la recherche en sciences sociales (Actes), L’Année sociologique, Revue européenne des sciences sociales (RESS), Revue française de sociologie (RFS) et, bien sûr, Sociétés qui constitue notre objet d’étude. Pour des fins de comparaison, nous avons ajouté deux revues d’anthropologie, L’Homme et Gradhiva, afin de voir si Sociétés ne serait pas, en fait, plus proche du discours des anthropologues que de celui des sociologues. Pour chacune de ces revues, nous avons retenu 108 articles sur la période qui va de 2001 à 2013. Le corpus comprend 20 articles de Michel Maffesoli, de même que l’article de Jean-Pierre Tremblay, de façon à situer ce dernier par rapport à Maffesoli et à sa revue.

L’outil d’analyse utilisé est Iramuteq. Outre le fait d’être un logiciel distribué sous les termes de la licence GNU GPL et donc librement accessible, il permet de faire des analyses statistiques sur des corpus textuels. Cette analyse permet de distinguer les types de discours de façon automatique. Après une lemmatisation du corpus, du calcul des occurrences, la constitution d’un index hiérarchique et enfin une segmentation, l’algorithme classe les segments selon leurs oppositions.

(crédits : Jon Senior, 20017, via Flickr)
Le maffesolisme, pas près de tomber en carafe ? (crédits : Jon Senior, 20017, via Flickr)

Nous avons effectué plusieurs tests en ajoutant et en enlevant des textes pour évaluer la stabilité des résultats. Ainsi, on a construit des corpus de la revue Sociétés avec et sans les (nombreux) textes de Michel Maffesoli. On constate toujours que cette revue s’oppose aux autres de façon claire et nette en ce sens que le contenu de ses textes, en termes de lexique surtout, se positionne dans un quadrant distinct des autres revues de sociologie qui occupent un espace commun du côté droit mais s’opposent en partie sur l’axe vertical. De même, les revues d’anthropologie sont assez proches et définissent aussi, par leur lexique propre, un quadrant distinct. Les textes de Maffesoli eux-mêmes, considérés comme corpus distinct demeurent toujours très près de ceux de sa revue même lorsque les textes de son fondateur en sont exclus.

Résultats

La Figure 1 montre la distribution des revues dans l’espace discursif. On y voit clairement que la revue Sociétés est isolée dans le quadrant 4 (en bas à gauche), que les revues d’anthropologie sont dans le quadrant 1 (en haut à gauche) et que les revues de sociologie occupent tout l’espace situé du côté droit (quadrants 2 et 3). Dans ce sous-espace, on observe une opposition entre Actes et RFS, alors que  cette dernière côtoie L’Année sociologique et la RESS. Ces oppositions s’expliquent par le contenu thématique et lexical des revues.  Prenons quelques exemples de distribution des  mots parmi les revues: les mots « socialité », et « postmodernité », sont très utilisés dans Sociétés mais peu présents dans les autres revues (Tableaux 1 et 2). Par contre, « social » est présent dans toutes les revues et ne les distingue donc pas (Tableau 3), alors que le concept de « champ », caractérise fortement la revue Actes de la recherche. C’est donc le lexique qui sert ici de mesure de proximité ou de distance.

Figure 1 : L’espace discursif des revues de sociologie
Figure 1 : L’espace discursif des revues de sociologie

Comme le montre la Figure 2, Jean-Pierre Tremblay se situe, sans surprise, aux côtés de Michel Maffesoli et de sa revue. Cela confirme, au passage, la cohérence de la méthode d’analyse car le texte de Tremblay se voulait évidemment un concentré radicalisé du style de la revue. Ces oppositions sont d’ailleurs confirmées par la classification  hiérarchique descendante qui place dans une classe à part Maffesoli-Tremblay-Sociétés.

Figure 2 : proximité de Tremblay, Maffesoli et Sociétés dans l’espace discursif des revues de sociologie
Figure 2 : proximité de Tremblay, Maffesoli et Sociétés dans l’espace discursif des revues de sociologie

Dernier élément de confirmation – si besoin était – de la très forte marginalité de la revue Sociétés : l’analyse des citations entre revues montre sans ambiguïtés qu’elle ne fait aucunement partie du corpus des revues habituellement citées par les principales revues de sociologue étudiées ici. Alors que des revues comme Actes et RFS, pourtant opposées sur d’autres aspects, s’intercitent de façon importante (toujours parmi les 2 les plus citées de leur liste), aucune de ces deux revues (ni les autres) n’inclut Sociétés parmi les 40 premières revues qu’elles citent. La Figure 3 montre les principales revues du réseau.

Figure 4 : Réseau d’intercitation des principales revues de sociologie française
Figure 4 : Réseau d’intercitation des principales revues de sociologie française

Conclusion

Ces quelques éléments de positionnement de la revue Sociétés dans l’espace discursif plus large de la sociologie et de l’anthropologie, ne permettent évidemment pas de trancher le débat épistémologique sur la « scientificité » des écrits qu’elle publie. Il est en effet peu probable qu’une analyse automatique des textes réussisse un jour l’exploit de définir objectivement la « scientificité » d’un texte, cette propriété n’étant pas d’abord syntaxique mais méthodologique. Après tout, même les frères Bogdanov ont réussi à publier des articles insensés dans des revues de physique[3]… Ce que les méthodes quantitatives de la bibliométrie et de l’analyse des textes montrent toutefois clairement est que, quel que soit le statut que chacun peut bien décider d’accorder à la revue de Maffesoli, on peut affirmer avec certitude qu’elle ne fait pas partie, ni par ses auteurs, ni par son contenu, de l’espace commun des revues de sociologie généralement considérées comme les plus centrales de la sociologie française. Ces résultats peuvent aussi être interprétés comme une confirmation de la thèse même de Maffesoli qui dit ne pas vouloir faire œuvre de « science » en publiant sa revue… En ce sens, il peut toujours se dire que sa marginalité est voulue, assumée et même revendiquée.

Un corollaire de notre démonstration à l’effet que Maffesoli et sa revue circulent dans un espace parallèle à celui des revues de sociologie est que l’on devrait peut-être cesser de s’en occuper et de s’en préoccuper… sauf, bien sûr si, par hasard l’on croise des maffesoliens sur notre chemin.

Yves Gingras et Marc Bertin


[1] François Briatte, « L’entre-soi éditorial des revues de sociologie », Polit’Bistro, 12 mars 2015
[2] François Briatte, « Un “stress test” des revues de sociologie connectées par leurs auteurs », Polit’Bistro, 16 mars 2015.
[3] Pour une brève analyse de ce cas voir, Yves Gingras, Propos sur les sciences, Paris, Raisons d’agir, 2014, p. 98-107.

Annexes

 

Tableau 1 : Fréquence relative du mot « socialité » dans les revues de sociologie et d’anthropologie
Tableau 1 : Fréquence relative du mot « socialité » dans les revues de sociologie et d’anthropologie

 

Tableau 2 : Fréquence relative du mot « postmoderne» dans les revues de sociologie et d’anthropologie
Tableau 2 : Fréquence relative du mot « postmoderne» dans les revues de sociologie et d’anthropologie

 

Tableau 3 : Fréquence relative du mot « social» dans les revues de sociologie et d’anthropologie
Tableau 3 : Fréquence relative du mot « social» dans les revues de sociologie et d’anthropologie

 

Tableau 4 : Fréquence relative du mot « champ» dans les revues de sociologie et d’anthropologie
Tableau 4 : Fréquence relative du mot « champ» dans les revues de sociologie et d’anthropologie

Une réflexion sur « La position de la revue Sociétés dans l’espace discursif de la sociologie française »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *