Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales

À propos de Florian Vörös (ed.), Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2015.

Les porn studies n’ont pas surgi dans un complet désert bibliographique. Les études historiques, sociologiques et anthropologiques sur la sexualité sont nombreuses depuis les travaux pionniers de Margaret Mead sur les Samoans. Même si l’histoire de la sexualité s’est longtemps confondue avec une histoire de la reproduction, les approches culturalistes ont permis de dépoussiérer la chose et de donner une épaisseur toute somatique aux tremblements érotiques de la chair. De Foucault à Lacqueur, le croisement des pratiques sexuelles et des investissements politiques n’a cessé d’interroger. C’est donc sur ce substrat particulièrement riche que les porn studies sont apparues. Dans le grand mouvement nord-américain de découpages thématiques en « studizes » parfois réduites à la taille d’un confetti, l’obscénité sexuelle et ses représentations médiatiques ont peu à peu été quadrillées par des questionnements sociologiques, anthropologiques et historiques des plus pertinents. Il en résulte aujourd’hui un foisonnement théorique et empirique tel qu’il est n’était pas inutile de produire une anthologie raisonnée (à défaut d’être raisonnable) des porn studies. Le parti pris de Florian Vörös est de n’esquiver aucun des débats politiques et méthodologiques traversant les études sur la pornographie et, dans le même temps, d’assumer des choix clairs. En ouvrant cette anthologie sur une réflexion (empruntée à Linda Williams) concernant le double du terme « obscénité » (à la fois ce qui est vulgaire et ce qui est « placé hors de la scène » [p. 5]), Florian Vörös indique nettement le parti pris des choix effectués : saisir les lignes de transgressions sans hésiter à les nommer comme telles. Je suivrai d’ailleurs la voie qu’il propose en conservant au mot « obscène » sa double signification la rendant – en pratique – imperméable aux tentatives de réification.

editions-amsterdam-cultures-pornographiques-florian-voros-394x591La pornographie (et les études qui en cernent les productions et les manifestations) est en effet par son objet même (les sexualités présentées dans une obscénité plus ou moins travaillée) soumis à un régime de haute tension morale. Florian Vörös rappelle que les « sex wars » opposait une ligne féministe anti-porno qui voyait dans l’analyse critique de la pornographie une justification potentielle des dominations dont celle-ci est porteuse, à une ligne tout aussi féministe mais persuadée que c’est l’exploration rigoureuse des conditions sociales et historiques d’émergence de la pornographie qui sont la condition du dévoilement des structures de pouvoir engrammées. L’anthologie qu’a rassemblée Florian Vörös est axée sur cette deuxième voie. Avec cette idée lancinante que les porn studies pourraient permettre à un discours argumenté des sciences sociales de venir faire pièce au traditionnel couplet « médico-pyschologique » (p. 16). Cette ambition politique et méthodologique présente l’intérêt de déplacer les termes quelque peu dépassés des « sex wars ». En voulant « ouvrir la boîte noire du mainstream » (p. 18), les études pornographiques féministes présentées dans l’ouvrage ne se limitent pas à une (indispensable) exploration des marges et de leurs potentialités émancipatrices. Il s’agit aussi bien d’aller voir dans la machinerie phallo-centrée et capitaliste la plus sombre que de signaler les tentatives de récupération libérale du développement sexuel personnel. La question économique est venue déborder les traditionnelles interrogations culturelles sur les représentations. Le retour d’un certain souci des conditions de production et de réception accompagne une analyse féministe et antiraciste de la pornographie. De ce point de vue, l’anthologie tient toutes ses promesses. Les textes les plus essentiels de la thématique porn sont présentés dans des traductions de qualité. On notera en particulier un effort tout particulier pour rendre aux articles et chapitres une fluidité qui paraît tout de suite plus évidente en anglais qu’en français. Je propose d’explorer quelques-uns des aspects qui m’ont semblé les plus saillants.

La pornographie a pleine main

Le spectacle pornographique est d’abord une affaire d’organes, de chairs, de fluides, de « tripes » même assure Laura Kipnis (p. 27). Mêlant gêne et substrats culturels, la pornographie est un objet particulièrement révélateur puisqu’elle « expose la culture à elle-même ».Mais la difficulté est grande de pouvoir faire admettre que la pornographie porte « un agenda politique » spécifique (p. 29). Car les formes de domination (genrées, raciales, sociales) qui s’expriment dans les médias porn les plus divers informent nécessairement sur l’état du monde et les rapports de force en cours. Kipnis insiste sur la dimension subversive de la pornographie en remarquant que les corps montrés dans la crudité de leurs élans érotiques, les monstrations orgasmiques outrancières ou les débauches d’effets organiques sont des marqueurs puissants des conventions sociales ancrées. L’héritage (très marqué dans les pays anglo-américains) d’un puritanisme qui centre sa répudiation des manifestations corporelles sur le sexe explique, au moins en partie, pourquoi la pornographie s’organise en une transgression (toujours relative à des cadres moraux, culturels et politiques bien déterminés et historiquement fluctuants). Et si les pudibonderies victoriennes sont en reflux, d’autres bornes esthético-morales viennent arrêter le regard sur le décent et l’indécent : c’est ainsi que la pornographie gérontophile, avec ces corps marqués par le temps, parvient à choquer. L’outrance des pulsions sexuelles médiatisées est un bon révélateur des frontières qui structurent les pratiques sociales. Et ces frontières ne cessent d’évoluer, de se reconfigurer au fil du temps. L’illusion (très appuyée par un discours pro-pornographique totalement naïf) qui consiste à prendre l’état actuel de la performance filmique érotique pour une subversion réalisée, témoigne d’une insuffisante réflexivité sur les limitations du montrable, du dicible et du faisable. Et précisément, parce que la pornographie est une mise en scène des « petites obsessions sordides », elle est « indissociable du franchissement de la ligne rouge qui sépare le public du privé » (p. 37).

(crédits : Lara Favaretto, via http://bookshelfporn.com/)
Pluralisme. Anthologie #BookPorn 1 (crédits : Lara Favaretto, via http://bookshelfporn.com/)

Kipnis avance une hypothèse séduisante (quoique malheureusement insuffisamment documentée) sur l’expression publique de plus en plus marquée de la pornographie dans « la vie culturelle américaine » : l’impossibilité pour les classes sociales dominées d’accéder aux classes supérieures produirait, en retour, un rejet des convenances bourgeoises fondées sur la pudeur et le recouvrement des corps (p. 39). L’explication en termes de classes (qui fait se rejoindre deux plis de l’explication sociologique, à savoir une analyse des stratifications sociales et une analyse des formations culturelles) mériterait un étayage empirique plus substantielle. Mais elle demeure originale en ce qu’elle permet de problématiser (enfin !) avec beaucoup de subtilité ce que Kipnis appelle « les paniques morales qui entourent la pornographie » (p. 41) : si l’on met en parallèle l’idée répandue (mais non démontrée) que les médias porn sont des générateurs de violence et la difficulté qu’il y a à faire admettre aux États-Unis que les armes à feu sont le vecteur principal de la violence (alors que la chose est empiriquement fondée), il devient tout de suite assez clair que des rapports de classe sous-tendent ce qui est présenté comme une mise en catégorie morale essentialisée et naturalisée (« le porno c’est mal », « les armes à feu servent à se défendre »). La pornographie rabattue du côté populaire par les élites est associée à l’idée d’une forme de régression dans l’ordre sensuel, de rusticité des rapports sociaux et d’absence de complexité. Et « l’hégémonie néolibérale » de venir accentuer la volonté politique des élites de réduire la « frange la plus répugnante de la culture populaire » (p. 43). Cette analyse de la situation de la pornographie en termes de classe est prometteuse en ce qu’elle permet de renouer les pratiques culturelles et les stratifications sociales, mais il reste à mesurer par des enquêtes empiriques de possibles effets retour d’une « pornographisation » des élites (par le vecteur commercial du « porno chic » des grandes marques). Les luttes sociales ne sont pas univoques et les réappropriations hype de la pornographie comme genre supposé populaire pourraient n’être que le dernier avatar d’une domination bourgeoise insatiable.

Chercheur-e-s engagé-e-s : pénétration et porosité pornographique

Dans un chapitre aussi éclairant qu’enlevé, Susanna Paasonen propose de faire le point sur la question « du ressenti personnel et de la force affective des textes » (p. 61). Question déjà difficile pour toutes les pratiques anthropologiques et sociologiques qui impliquent une observation participante, mais qui est redoublée dans le contexte pornographique par l’obscénité du sujet. Paasonen prend pour point de départ ses propres recherches sur le porn web : elle a archivé les spams pornographiques entre 2002 et 2004. L’analyse d’une grammaire générale des signes et des repères iconographiques dans ces spams pouvait transformer un sujet scabreux en « graphiques proprets » (p. 62). Et du coup, l’idée d’une étude des réactions potentielles à l’invasion de spams obscènes devenait obsolète. Paasonen fait le pari que ce n’est pas l’exclusion d’une lecture (qu’elle soit paranoïaque, compréhensive, impliquée ou même herméneutique) mais au contraire le « va-et-vient » entre ces différents registres qui peut assurer une couverture analytique productive. Paasonen remarque que c’est d’abord sa propre gêne qu’il l’a surprise à la lecture des spams pornographiques. Même si les spams sont, par définition, des surfaces de faible adhérence affective, la création d’une distance entre le chercheur et l’objet reste une question ouverte. Il existe donc des « dynamiques de lecture » (p. 65) qui associent dans un complexe réactif les émotions charnelles, la prise en compte du contexte spectatoriel, les conventions morales, les fantasmagories personnelles, les soubassements culturels partagés… bref, un ensemble difficilement démêlable d’affects (dans un sens au fond très spinoziste). Paasonen remarque à bon droit que cet ensemble noué de relations d’affectations du chercheur par l’objet pornographique reste très peu étudié. Elle explore donc les ressorts de ce silence gêné.

Installation "aMAZEme", au Clore Ballroom, Royal Festival Hall à London (crédits :Tony Kyriacou / Rex Features, via http://www.telegraph.co.uk/)
Voyeurisme. Anthologie #BookPorn 2. Installation « aMAZEme », au Clore Ballroom, Royal Festival Hall à London (crédits :Tony Kyriacou / Rex Features, via http://www.telegraph.co.uk/)

Le militantisme anti-pornographique américain s’est avéré très efficace pour articuler toute expression pornographique à la négativité affective. Et les ressentis personnels douloureux sont ainsi captés pour mener une croisade davantage morale que politique. Si ces expériences affectives négatives sont cruciales pour dévoiler les rapports de domination genrés et racialistes qui sont présents dans l’univers de la pornographie médiatisée, elles ne recouvrent cependant pas toutes les expériences pornographiques et surtout, note Paasonen, elles tendent à réifier et à figer l’objet « pornographie » dans son acception la plus violente et phallocentrée. Mais la pornographie est bien plus vaste que cela, bien plus diverse. Il existe ainsi une pornotopie (p. 71) qui envisage la libération des désirs, mais en respectant toujours certains codes narratifs : première fois, soumission, domination, les topoï sont éculés et leur remuement infini et masturbatoire dit assez la quadrature du cercle érotique. Mais Paasonen fait remarquer, à bon droit, que ce n’est pas parce que le contrôle est le cœur palpitant de l’affectation pornographique qu’il serait un pur monolithisme. Les rôles peuvent changer, la soumission se transformer en domination, la circulation des corps et des modalités de contrôle des désirs et des plaisirs viennent confondre une lecture simpliste des rapports induits par la médiatisation de l’obscénité.

Au final l’entrée par les affects s’avère difficile à appréhender, car les réactions devant l’étalage des corps en mouvements, le spectacle des chairs crues ou la redondance des scènes obscènes ne sont pas univoques, elles font se succéder et s’accumuler la gêne, la surprise, la répulsion, l’attirance… Il ne s’agit donc pas de concevoir une sorte de grille interprétative des affects premiers, mais bien plutôt d’admettre la vulnérabilité du chercheur devant le matériau pornographique. Les classements sociaux valident (globalement) l’idée d’une dégradation populaire associée au porn ; dans le même temps, la pulsion charnelle habite chacun avec des intensités variables : il est évident que la rencontre de ces forces affectives contradictoires (le désir d’une certaine conformité sociale et le complexe érotique personnel) produit des effets inattendus qui ne sont pas à négliger dans l’appréhension de l’objet « pornographie ». Chez Paasonen, il n’y a nulle complaisance ethnocentrée pour évoquer cette dimension méthodologique, mais au contraire une vraie et légitime attention à ce que l’objet pornographique fait à celui/celle qui l’étudie.

Scientia sexualis : la pornographie vient par la science

Linda Williams est l’une des pionnières du champ des porn studies ; elle anotamment rédigé un livre qui fait désormais référence : Hard Core : Power, Pleasure and the « Frenzy of the Visible »(1989) dont Florian Vörös a choisi de faire traduire un chapitre dans cette anthologie. En se fixant sur les origines de la pornographie en mouvement, Williams restitue le contexte historique qui a rendu possible l’expression érotique obscène. Assez inévitablement, elle se place dans la lignée des travaux de Michel Foucault sur la « science du sexe », c’est-à-dire cette obsession scientifique pour la vérité du sexe, comme si le désir devait être impérativement triangulé par la connaissance. L’idée que Williams retient de Foucault est celle de « points de passages de savoir, de pouvoir et de plaisir » qu’offrent les différentes disciplines prenant le sexe pour objet à partir du 19e siècle (tout particulièrement la médecine et la psychologie). L’articulation savoir/pouvoir est à l’œuvre, précisément, dans « le domaine de l’optique » (p. 84) ; on sait la période prolixe en invention de toutes sortes pour projeter ou visionner des images. C’est bien la volonté de décomposer par l’image animée le mouvement des corps qui, de loin en loin, va hâter la production pornographique.

Tout commence à la fin du 19e siècle en Californie (ce qui est gouteux quand on sait que la porn valley aujourd’hui l’épicentre de la production pornographique mondiale), où un ancien gouverneur du nom de Leland Stanford demande au photographe Eadweard Muybridge de capter le mouvement d’un de ses chevaux pour savoir si, oui ou non, les quatre sabots sont en suspension à un moment ou à un autre lorsque l’équidé prend l’allure du trot (pour ceux que ça intéresse vraiment, la réponse est oui). Muybridge se produisait pour expliquer son travail et surtout, grâce à son zoopraxiscope, à mettre en évidence les allures des chevaux dans une décomposition fine de leurs mouvements. Et bien sûr, les humains succédèrent aux chevaux dans ce genre de démonstration animée. Encyclopédiste du mouvement photographié, Muybridge publie onze volumes d’Animal Locomotion dans lesquels des hommes et des femmes exécutent, nus, des tâches diverses et quotidiennes. La sexualisation explicite des corps féminins et même leur fétichisation est introduite par la combinaison inédite d’un encodage scientifique et d’une distribution iconographique du plaisir : les femmes font des gestes gratuits ou marquent une certaine gêne. Le proto-cinématographe tenterait ainsi d’introduire un récit toujours à venir sur le désir féminin ; la fétichisation et la sexualisation du corps des femmes dans une entreprise scientifique de captation des mouvements indiquent assez le jeu de pouvoir excluant et prohibitif à/dans l’œuvre.

(crédits : unknown, via http://bookshelfporn.com/)
Sadisme. Anthologie #BookPorn 3 (crédits : unknown, via http://bookshelfporn.com/)

Le fait que les corps soit désormais montrable non plus simplement par des images fixes, mais par une animation d’iconographies, transforme considérablement le rapport à la fétichisation. Trois dispositifs (le social, le psychique et le technologique) se conjuguent pour produire une configuration inédite du pouvoir venant implanter le plaisir dans un rapport singulier au corps féminin fétichisé (et reconduit dans la domination qu’il supporte). Prenant ses distances avec la tentation psychanalytique déshistoricisante, Williams montre bien que le support scientifique et technologique de la monstration sexuelle restructure la « machine » fantasmagorique.

Dans la suite du chapitre, l’auteure travaille à relier les expérimentations techniques de Muybridge et les codes du film pornographique hard core. L’intensification de la visibilité (de la décomposition des mouvements à la frénésie sexuelle en « gros plan »), la recherche d’un savoir sur le corps de l’autre (de manière obsessionnelle et sans aucun filtre conventionnel), l’échec récurrent dans les tentatives de montrer le plaisir féminin visent tous (dans les machines de Muybridge comme dans le moindre film hard core) à produire la « confession involontaire du plaisir » (p. 102). Même si toutes ces tentatives sont vaines (ou plus précisément parce qu’elles sont vaines), elles engagent une économie limitée du désir, un reflux des plaisirs et une contenance des fantasmes, tous enchâssés dans la volonté de savoir et de connaître ce qui ne peut l’être que par corps.

Bouclant la boucle de sa démonstration, Linda Williams conclut en évoquant le film des laboratoires Edison, L’éternuement de Fred Ott, produit dans les années 1890. À l’origine destiné à être un film de démonstration, L’éternuement s’est transformé en objet esthético-scientifique. C’est un journaliste du Harper’s Weekly qui avait suggéré de filmer l’éternuement d’une « jeune et jolie jeune personne » (p. 105). C’est finalement un technicien du laboratoire, Fred Ott, qui sera le héros de ce petit montage d’images. Mais qu’il fût question de voir une femme dans ce moment suspendu (et, par définition, incontrôlé) de l’éternuement signale bien cette volonté de fouiller les soubresauts somatiques du plaisir. Cette confession de l’involontaire fait partie de l’histoire longue du désir masculin de tenir à distance et de maîtriser le désir féminin en l’auscultant sous l’angle de la fétichisation. Comme si la répétition des images (scientifiques ou érotiques) avait quelques choses à dire d’un mystère créé de toute pièce pour perpétuer une situation de domination. Il reste qu’aucun dispositif technologique n’est contraint de produire un déterminisme ad libitum. En suivant Foucault, Williams maintient que les productions pornographiques recèlent, potentiellement, des foyers de résistance et de retournement qu’il s’agit de retrouver et d’activer. Sur ce point elle laisse toutefois le lecteur sans repères.

« Devrais-je castrer Lacan ? » (Oui)

On l’aura remarqué, les textes rassemblés dans cette anthologie discutent pied à pied les propositions de la psychanalyse,freudienne et lacanienne principalement. Précisément, Lacan est pris à parti par Heather Butler dans un texte particulièrement bien construit sur l’émergence d’une pornographie lesbienne se détachant (plus ou moins – et c’est là que l’analyse est intéressante) des codes masculins. Pour étudier les rapports entre la pornographie lesbienne et la pornographie hétérocentrée, Butler s’appuie sur un corpus de films produits entre 1968 et 2000. Le marqueur lesbien des films pornographique est la récurrence de la dyade butch/fem comme décomposition de l’ordre sexuel lesbien. Entreprenant une étude filmique somme toute assez classique, l’auteure entend ainsi rendre compte d’une évolution fondamentale dans le cinéma pornographique lesbien : le débordement et la subversion (potentielle) des codes phallocentrés.

Commençant avec The King, réalisé par Looney Bear en 1968, Butler y décèle une « tentative surprenante et apparemment sincère de présenter une représentation authentique des lesbiennes » (p. 164). Dans un style kitch, avec un montage bricolé et des ruptures narratives, le film parvient malgré tout à imposer la pornographie lesbienne comme une voie spécifique et non un décalque de la pornographie hétérosexuelle. Si les années 1970 constituent un véritable désert pour l’érotisme lesbien, Butler remarque que le porn hétéronormé, à la même époque, surexploite les scènes entre femmes installées comme des préliminaires aux dispositifs de « vrai » sexe (p. 169).

Des années 1980, Butler retient le film Erotic in Nature, qui tente de spécifier le genre pornographique lesbien en le détachant du codage hétérosexuel, en le prenant comme foyer d’inventivité sexuelle sans précédent. Les scènes se passent toutes dans la nature, mais le double sens du terme « nature » permet de souligner que la sexualité lesbienne est elle-même naturelle. Pourtant, « quelque chose sonne faux » dans le film (p. 174) : certes les corps sont filmés, certes une tension sexuelle anime le celluloïd, mais à force de montrer « un échange réciproque et non violent » (p. 175), c’est toute la charge politique d’une pornographie lesbienne qui semble s’évanouir. Le film veut rompre avec l’agressivité sexuelle masculine, mais il tend à recréer une représentation lesbienne qui serait totalement séparée des codes hétérosexuels, épurée de toutes les scories hétéronormées.

Phallogocentrisme. Anthologie #BookPorn. Série "We Who Wait", par Kyle Scully (source : http://art-sponge.com/2010/12/we-who-wait-by-kyle-scully/)
Phallogocentrisme. Anthologie #BookPorn 4. Série « We Who Wait », par Kyle Scully (source : http://art-sponge.com/2010/12/we-who-wait-by-kyle-scully/)

Cependant, les rapports de force au sein du mouvement féministe tendent à s’inverser dès le milieu des années 1980. Des réalisatrices de films pornographiques lesbiens (comme Nan Kinney ou Debbie Sundahl) adoptent un point de vue plus pro-actif dans la défense d’une « plus grande visibilité des lesbiennes et de leur sexualité » (p. 176). Dans leur film Suburban Dyke, elles mettent en scène une routinisation du désir lesbien – semblable à celle supposée du désir hétérosexuel – que les actrices combattent en réintroduisant le jeux de rôle butch/fem et en activant l’artefactualité du gode. Ce dernier est un point focal de la spécificité lesbienne : « Est-ce un substitut du pénis ? Remplace-t-il l’organe mâle ? Est-ce un phallus ? Est-ce un fétiche ? (…) Peut-il être castré ? Devrais-je le castrer ? (…) Devrais-je lire une interprétation féministe de Lacan ? Devrais-je castrer Lacan ? (…) » (pp. 181-182). Le gode, soutient Butler, n’est pas un « phallus au sens lacanien » (p. 183), puisque, pris dans les rets du désir lesbien, il devient un artefact qui ne peut pas reproduire l’éjaculation. Ceci reconduit l’idée d’un manque, mais qui n’est pas un « manque dans la sexualité lesbienne » (p. 184).

La pornographie lesbienne des années 1990 étend le périmètre de l’obscénité abordé dans les années 1980 tout en promouvant « le sexe à moindre risque ». Les dispositifs sexuels se diversifient, les manifestations du désir sont alors l’élément central de la narration. Et finalement, le décentrement commencé avec l’introduction du gode se radicalise en ne faisant du pénis qu’un instrument du plaisir parmi d’autres.

Au final, c’est une recomposition des sexualités que Heather Butler décrit : en déréglant les idéologies dominantes de la pornographie hétérocentrée ainsi que les allants de soi des contestataires anti-porn, elle parvient à montrer que ce sont les mécanismes complexes de modelage des désirs à partir de stéréotypes prégnants qu’il importe de subvertir plutôt que de contourner.

Images licencieuses : la pornographie sur carte postale

L’anthologie proposée par Florian Vörös couvre une large gamme d’ancrages disciplinaires classiques. Et l’histoire n’est pas absente de ce panorama,bien que la majorité des études présentées relèvent de la sociologie culturelle ou des travaux sur le genre. Le chapitre que Lisa Sigel consacre aux cartes postales pornographes constitue une belle entreprise d’historicisation des représentations sexuelles obscènes. Les années 1880-1890 constituent un moment charnière dans l’histoire de l’érotisme et de sa popularisation. Si la licence sexuelle était présente dans les écrits, c’est cependant à partir de ce moment qu’elle prend la forme d’une production iconographique massive et démultipliée à l’échelle du monde. La pornographie restait jusque-là, sous sa forme écrite, un produit élitiste : « l’accès aux représentations pornographiques était principalement réservé aux hommes blancs et riches qui jouissaient de privilèges politiques, économiques et culturels » (p. 198). Les ouvrages sont alors couteux et « difficiles à trouver », lardés de références antiques : ils excluent donc les classes populaires. Les cartes postales vont permettre à ces dernières de consommer une nouvelle forme de pornographie, moins chère, directement accessible.

Ce n’est pas parce que le support est nouveau que les tropes visuels employés ne réfèrent pas à d’anciennes formes pornographiques. C’est ainsi que « l’imagerie racialiste autour des sujets coloniaux et des peuples étrangers » (p. 200) ainsi que la réification des sujets féminins vont alimenter les représentations sur carte postale. La nudité des « indigènes exotiques » est construite par le regard occidental, l’usage de la couleur, en particulier, vient souligner une prétendue sexualité primitive désinhibée. Le corps des femmes, quant à lui, est naturalisé pour mieux y implémenter l’idée d’une « accessibilité des femmes “indigènes” » (p. 206).

(crédits : appleisapple, 2010, via Flickr)
Exhibitionnisme. Anthologie #BookPorn 5 (crédits : appleisapple, 2010, via Flickr)

Une grande partie des cartes postales pornographiques des ères victorienne et edwardienne ne visent qu’à la reproduction du monde tel qu’il est. L’ordre social racialiste et phallocentré est maintenu y compris dans les images pornographiques. La chose est un peu plus complexe avec les cartes comiques qui peuvent ridiculiser la sexualité bourgeoise ou plus généralement les puissants – et donc produire une dénonciation de classe – mais les normes sexuelles ne sont pas ébranlées sur leur fondement.

Quelle est la réponse de la classe dominante à cette montée en puissance d’une pornographie diffusant à travers toutes les couches de la société ? La « panique morale » qui s’empare des dominants (clergé, aristocratie, bourgeoisie, puritains de tout poil) fait affleurer un partage des représentations relativement sensibles. C’est ainsi que lorsque les cartes postales reproduisent des tableaux de nu-e-s que l’on retrouve dans les musées, la justification des dominants consiste à réaffirmer l’idée d’une hiérarchie sociale et culturelle : c’est ainsi que détachée du musée et des cénacles élitaires et distribuée en milliers de cartes postales, la peinture d’un nu perd sa valeur esthétique pour devenir un produit illégitime. Les classes dominantes perçoivent bien le danger qu’il y a, pour elles, à ce que les classes dominées voient dans ces petits rectangles de carton la façon dont elles pouvaient être mises en scène dans la fantasmagorie des élites. C’est tout « l’effort sur le contrôle social » (p. 224) que la pornographie populaire vient contrarier : il n’existe plus d’entre-soi bourgeois ou aristocratique, et l’objectivation du regard porté par les puissants sur les plus faibles transformés en fantasmes reconduisant la domination prend les allures d’une menace sociale et politique.

Porno 2.0 : une économie turgescente ?

L’anthologie n’aurait pas été complète si elle n’abordait pas la question des infrastructures économiques sous-tendant la pornographie. Car la sexualité la plus crue est aussi (voir même d’abord) une économie, une (sexe) machine à cash. Dans le chapitre que Sharif Mowlabocus consacre à « l’industrie du porno en ligne », ce sont toutes les ambiguïtés d’une pseudo-libération des corps, des désirs et des plaisirs, pris dans les structures du capital, qui sont mises au jour. L’enquête de Mowlabocus porte plus spécifiquement sur le site XTube, simple plateforme d’exposition de séquences pornographiques pour les particuliers. Le visionnage des films mis en ligne est payant. Le site « encourage les utilisateurs à publier leurs propres contenus » (pp. 232-233) sur un mode très participatif. Il n’y a pas de « contrats de diffusion exclusive à grande échelle » (p. 233). L’utilisateur est en fait construit comme le point de focalisation des attentes – selon des schèmes plus ou moins stéréotypés dont Mathieu Trachman a montré l’inertie dans les productions pornographiques[1]. XTube tend à indifférencier les pratiques, à mélanger amateurs et professionnels de la pornographie, à élargir le champ des indexations, à ne pas sélectionner des corps pré-formatés, des pratiques sexuelles attendues. Mais Mowlabocus remarque que sous les dehors d’une pornographie alternative, c’est bien une captation capitaliste des affects qui régit le site. En monnayant les prestations filmiques (quelle que soit leur qualité), et en centrant les demandes sur l’utilisateur-ice, XTube recompose un marché de l’image pornographique et une demande de production accélérée. Les « corps réels », transformés en « corps numériques » (p. 244), deviennent les produits d’appels d’une économie des affects dans laquelle la concurrence néolibérale vient ordonner les positions : XTube recommande aux auteurs de produits pornographiques d’alimenter très régulièrement le flux pour accroître les ventes ; le site incite également les utilisateurs à en dire davantage sur eux pour étendre leur popularité. Derrière la disponibilité de la sexualité numérisée, ce sont les ressorts capitalistes traditionnels de la concurrence des corps qui apparaissent. C’est d’ailleurs tout le mérite du chapitre de Sharif Mowlabocus que de ne pas céder aux sirènes d’une pseudo-économie du web qui serait fondamentalement différente de l’économie traditionnelle dans l’instauration des rapports de force.

Digitalisme. Anthologie #BookPorn X. Installation de 10 000 ouvrages pourvus de LED. Melbourne, en 2012 (crédits : http://flavorwire.com/328661/10000-unwanted-books-fill-the-streets-of-melbourne)
Digitalisme. Anthologie #BookPorn 6. Installation de 10 000 ouvrages pourvus de LED. Melbourne, en 2012 (crédits : http://flavorwire.com/328661/10000-unwanted-books-fill-the-streets-of-melbourne)

*

*          *

L’anthologie des études pornographiques que présente Florian Vörös constitue, à n’en pas douter, un livre important dans l’extension francophone de ces nouvelles thématiques. Surtout, l’ouvrage donne une place substantielle non pas seulement aux débats théoriques (certes intéressants mais parfois tellement abstraits qu’il laisse froid) mais aux recherches empiriques les plus informées. Car s’il y a bien un domaine dans lequel il est nécessaire de circonscrire et de cartographier des terrains variés, c’est bien celui des porn studies : d’une part pour éviter les déchaînements puritains et néo-conservateurs, d’autre part pour révéler la perpétuation des effets de dominations (genrés et racialistes, notamment). Le livre s’élève très au-dessus des études culturelles les plus informes sur la pornographie (souvent à mi-chemin entre le manifeste gnagnan et le tract pseudo-politique) pour engager une interprétation sérieuse d’un phénomène social et politique complexe. Le domaine de la sexualité outrancière et de l’obscénité érotique est un objet d’étude comme les autres : la stratégie consiste donc à déminer les tentatives de délégitimation tout comme les essais de survalorisation d’un potentiel émancipateur. Il ne s’agit pas non plus de rendre la pornographie froide (ce qui paraît de toute façon bien difficile), mais de la considérer comme l’un des nombreux points de focalisation des transformations contemporaines, l’un des multiples lieux (mais peut-être le plus intense) où se nouent, dans les chairs, les désirs et les plaisirs, l’économie des fantasmes conformés et la politique du capital.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)

Image en bandeau : une rue de Madrid, par vitelone, via Flickr, 2008.


[1] Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *