Des pixels et du grammage. Mutations d’un projet éditorial

Ceci n’est pas un billet, ni même un article-billet. Comme c’est la mode, rangeons-le dans le genre « communiqué ». Pour une fois (!), nous serons brefs. Nous tenions à informer nos cher-e-s lectrices-eurs que nous préparons depuis quelques semaines un nouveau projet éditorial. En janvier 2017, nous lancerons le premier numéro de la revue semestrielle Zilsel­ (Science, technique, société), aux Éditions du Croquant. C’est un nouveau défi, de nouvelles exigences, une nouvelle folie. Des pages se tourneront donc, sur papier cette fois.

Une expérience, un carnet

Lorsque nous avons créé et lancé le Carnet Zilsel en octobre 2013, nous n’imaginions pas le genre d’activité que cela suppose. Notre premier bilan d’étape publié en mai 2014 sur l’incontournable carnet Devenir historien-ne laisse entrevoir notre enthousiasme de primo-carnetiers. C’était encore un processus inchoatif, un peu bordélique même, et nous prenions goût au blogging. Nous avons publié beaucoup de textes (90, sans compter le présent « communiqué »), certains très (trop ?) longs. Ces textes auraient pu être soumis à des revues, mais nous avons préféré alimenter le Carnet Zilsel plutôt que garnir nos CV. Des textes, hors catégorie, ont légèrement secoué. D’autres suivront. Le Carnet Zilsel s’est avéré un excellent pas de tir pour faire décoller nos missiles balistiques. On ne s’étonnera pas que ces articles-billets orientés disputatio sont les plus consultés. Avec le temps, le risque était d’ailleurs grand de s’enfermer dans ce registre. Pour autant, c’est sans doute l’activité qui demande le plus d’investissement et d’exigence, qu’il s’agisse des lectures, des relectures, des rédactions, des réponses aux commentaires, etc. L’art de la dispute suppose un mélange subtil d’argumentations au cordeau, de justesse voire de tension dans l’écriture, et la dramatisation n’est pas étrangère à l’exercice. Mais à quelques notes critiques près, l’essentiel de nos textes se veut constructif, traitant de livres que nous avons appréciés (il faut le répéter, car il arrive parfois qu’on nous reproche un ton « trop critique », alors qu’en comptant large nous n’avons produit qu’une dizaine de comptes rendus ou de notes clairement engagés dans la disputatio). Les quelques entretiens que nous avons réalisés témoignent également de nos préférences. Le Carnet Zilsel, c’est donc l’espace rêvé pour nous exprimer – nous, c’est-à-dire notre petite équipe, les collègues qui nous ont peu à peu rejoints, les (hélas) rares lectrices-eurs qui nous ont fait l’amitié de nous confier des textes inédits. Certes, nous avons eu un peu de mal à maintenir le flux : un billet par semaine, c’était trop audacieux. Non seulement cela demandait un effort permanent et conséquent d’écriture (en même temps, certains membres de l’équipe sont graphomanes, cette limite est donc toute relative !), mais en plus nous usions sans doute nos lectrices-eurs. Donc à la rentrée 2015, nous avons décidé de publier toutes les deux semaines, ce qui est déjà pas mal.

Encore une revue ?

Le Carnet Zilsel est une chouette aventure, mais il est temps de monter en puissance, bref d’éditer une revue. Nous ne mentirons pas : cette idée nous a toujours traversé l’esprit. Il y a quelques années, nous avions même commencé à élaborer un projet de maison d’édition, vite jeté aux oubliettes parce que c’était alors objectivement irréaliste. La revue qui vient n’est pas l’aboutissement du carnet de recherche, le projet tel qu’il s’invente aujourd’hui n’a jamais été anticipé ni prémédité au moment de l’inscription sur hypotheses.org. L’enjeu, maintenant que nous sommes lancés en coulisses, est de penser la combinaison entre ces formats, à construire des points de passage et des zones d’indépendance. Le défi n’est pas mince. Nous n’en dirons pas davantage parce que nous sommes en cours de réflexion.

Nous avons conscience que, par bien des aspects, monter une revue est complètement déraisonnable. Organiser un carnet de recherche, c’est déjà beaucoup de temps et d’énergie, mais ce n’est rien en comparaison d’une structure éditoriale appelée à durer. Et pourtant tout se met en place ! Des indices dans le désordre : le comité de rédaction est quasi complet, il inclut près d’une vingtaine de membres, tous rassemblés autour des thèmes de prédilection du Carnet. L’équipe est interdisciplinaire et internationale. Le conseil scientifique est en formation, il est composé (pour l’instant) d’une trentaine de collègues dont nous estimons les travaux (il y aurait peu de surprises). Les deux premiers numéros sont en voie de calage et les premiers papiers sont « commandés ». Du point de vue éditorial, Zilsel fonctionnera à peu près comme la revue « historique » des Éditions du Croquant, Savoir/Agir : l’équipe de rédaction se chargera de préparer les numéros, d’aider à l’écriture des articles, évaluera les textes reçus spontanément, selon un système d’évaluation ouvert et transparent (l’auteur-e évalué-e connaîtra les relectrices-eurs, et vice versa). Il n’y aura pas de dossier a priori (ou alors à la marge, si c’est utile et pertinent), des rubriques organiseront chaque numéro (Études, Friches, Entretiens, Classiques, Critiques, en plus des bonus). Autre point auquel nous tenons : Zilsel sera francophone. C’est, l’air de rien, un choix assez crucial quand on connaît l’hégémonie de l’anglais dans le domaine que nous couvrons. Dans la mesure du possible, nous essayerons de solliciter et de traduire des textes de collègues de pays dont les activités ne sont pas assez connues en France (continent sud-américain, Asie, Russie, Europe de l’Est, etc.). Enfin, nous travaillons en ce moment à la confection de la maquette. Inutile d’en dire plus car c’est en construction et il faut ménager un peu de suspense. La seule chose que l’on peut dire est que les numéros dépasseront 250 pages et que nous tenons à ce que des textes longs puissent être publiés, y compris dans la rubrique des notes critiques.

Tout cela est en cours de définition. Les premières réunions du comité de rédaction seront bientôt organisées. Ce sera l’occasion de décider collectivement des choix stratégiques et de bien réfléchir à notre positionnement scientifique, éditorial et politique dans l’environnement relativement encombré des revues de sciences humaines et sociales. C’est un work in progress, il nous reste beaucoup de points à préciser (logistique éditoriale, fonctionnement du comité, diffusion, présence à venir sur une plateforme en ligne, probablement Cairn.info, etc.). Mais à y bien réfléchir, ce n’est pas le plus difficile. L’avenir est ouvert. Il l’a toujours été. Nous ignorions seulement jusqu’à quel point.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)
& Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)

Image en bandeau : sergign/Shutterstock.com.


9 réflexions au sujet de « Des pixels et du grammage. Mutations d’un projet éditorial »

  1. Excellente nouvelle, serait-ce enfin la revue francophone d' »études des sciences » (oui, cela peut aussi se dire en français!) qui nous manquait!!
    Belle nouvelle aventure !

    1. Bonjour Pierre-Yves,
      Je ne trouve ton message que maintenant. Merci ! Nota bene : n’hésite pas à proposer des papiers ou des notes critiques. Si les deux premiers numéros sont déjà bien remplis, il y a de la marge pour 2018 !
      Amitiés,
      Arnaud

  2. Bravo pour le projet. Une seule chose me chagrine, c’est le fait d’envisager Cairn comme plateforme en ligne.
    Pourquoi ne pas continuer avec celle où vous êtes présentement et publier dans Revues.org ? La réponse est certainement que Cairn est la plateforme où sont mises en ligne les revues des éditions du Croquant et que le modèle économique de Cairn est cohérent avec celui d’une revue papier.
    Une question se pose cependant : le modèle économique des revues qui sont sur Cairn risque d’être remis en cause par les évolutions législatives en cours et ce pour de bonnes raisons. En effet, ces revues disposent (souvent) sur fonds publics du soutien logistique d’ingénieurs et de techniciens qui y travaillent ainsi que (toujours) de celui des responsables éditoriaux qui sont des universitaires. L’accès à ces revues n’a pas à être payé une seconde fois quand des bibliothèques s’y abonnent. Les critiques que l’on fait à Elsevier ou à d’autres valent aussi pour Cairn.
    Ces critiques ne valent pas pour des revues comme Le Débat ou Esprit qui ont une structure de production indépendante mais elle joue pour les revues militantes qui ne peuvent exister qu’en utilisant des fonds publics. Celles-ci devraient renoncer au prestige de l’édition papier et n’être qu’en ligne et ainsi accessibles à tout le monde.

    1. Bonjour Philippe,
      Merci pour tes encouragements. Tu pointes un problème connu de tous et sur lequel nous réfléchissons activement. Pour l’heure et jusqu’à nouveau désordre, nous suivons la politique de notre éditeur.
      Un point crucial : le papier. Tu écris que les revues « militantes » « devraient renoncer au prestige de l’édition papier et n’être qu’en ligne et ainsi accessibles à tout le monde ». Soit, c’est un fait : Jérôme et moi, ainsi que l’ensemble de l’équipe aujourd’hui très mobilisée, nous sommes très attachés au papier. Et nous ne sommes pas les seuls, heureusement. La maquette est en cours d’élaboration, avec un pari un peu fou de sortir 2 numéros hyper riches de 400 pages par an pour un prix relativement abordable (19 euros). L’embargo ne serait que d’1 an, ce qui n’est pas un scandale quand même. Et libre à chaque chercheur de livrer la version pré-print sur son HAL.
      Dernier élément : le Carnet Zilsel continuera de publier des contenus accessibles par tous, toutes les deux semaines, comme c’est le cas depuis 2013. Cela représente près d’une centaine de billets déjà, on ne peut pas dire que nous ne contribuons pas à l’open.
      Amicalement,
      Arnaud, pour la rédaction de Z.

      1. Bonjour,
        Il faut préciser, également, qu’OpenEdition n’est pas 100% open access, afin de s’adapter à la diversité des situations. Voici ce que donne notre catalogue des revues aujourd’hui :
        – Open access (167)
        – Open access Freemium (145)
        – Barrière mobile (67)
        – Barrière mobile avec accès commercial via Cairn (49)
        – Barrière mobile avec accès abonnés (7)
        Bref, il y a une diversité de modèles possible.
        Bien cordialement,
        Marin Dacos

        1. Bonsoir,
          Merci beaucoup pour ces infos. Nous allons voir avec notre éditeur comment nous positionner. L’option « Barrière mobile avec accès commercial via Cairn (49) » paraît la plus optimale.
          Bien à vous,
          Arnaud Saint-Martin

  3. Lecteur régulier du Carnet, je me réjouis de cette initiative. Au plaisir de vous lire et un jour, peut être, de vous soumettre un article.

    Amicalement.

    1. Merci Marc pour ces encouragements ! Nous sommes en phase de bouclage, avec tout ce que l’on peut imaginer d’effervescence et de stress !
      Arnaud, pour Z.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *