L’atome postcolonial

À partir de Gabrielle Hecht, Uranium africain. Une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.

Gabrielle Hecht avait livré dans Le Rayonnement de la France[1] une analyse historique aiguisée de la volonté de puissance des autorités politiques françaises incorporée à la technologie nucléaire. Elle poursuit ici son programme de recherche dans Uranium africain, une histoire globale, en étudiant la façon dont l’Afrique, bien qu’au cœur des politiques d’extraction et d’exploitation de l’uranium, a été travaillée en profondeur par des désignations partielles de « nucléarité ». Avouons que le terme n’est pas élégant. Mais il a l’avantage de restituer la spécificité d’un processus de qualification des pratiques de saisie et de transformation du combustible nucléaire. Gabrielle Hecht ouvre son livre sur une distinction qui me paraît fondamentale et qui situe son travail très au-dessus du tout-venant constructiviste lorsqu’il est question du supposé mélange entre science et politique :

« la radioactivité est un phénomène physique qui existe indépendamment qu’il soit détecté ou politisé. La nucléarité, en revanche, est un phénomène technopolitique issu de configurations politiques et culturelles affectant les choses scientifiques et techniques ; elle émerge des relations sociales selon lesquelles le savoir est produit. La nucléarité n’est pas la même partout (…). La nucléarité n’est pas la même pour tout le monde (…). La nucléarité n’est pas la même à tout moment » (p. 22).

En s’intéressant à la nucléarité, Gabrielle Hecht propose donc de comprendre comment une ressource minière donnée est politisée selon les lieux, les circonstances, les époques. On sent bien que d’autres, sans coup férir, aurait confondu volontairement radioactivité et nucléarité pour s’empresser de crier à l’hybridation miraculeuse. Or, Uranium africain démontre avec brio, que la séparation que l’auteure opère dans l’analyse entre les propriétés physiques d’un minerai et le travail de politisation qui peut l’accompagner est fructueux d’un point de vue épistémologique (puisqu’il restitue un effort toujours continué de certains acteurs pour exclure la radioactivité de la nucléarité) comme d’un point de vue politique (la période postcoloniale est toute entière façonnée par cette distinction).

9782021166002

Mais il y a plus encore. Gabrielle Hecht remarque que les différentes intervenants des filières nucléaires en Afrique (industriels, administratifs, politiques, scientifiques ou techniciens) constituent la nucléarité en exception ou en banalité selon les circonstances et les besoins. C’est-à-dire qu’il s’agit de désigner le processus d’incorporation du matériau nucléaire dans la société comme quelque chose d’inédit, devant être traité sous le régime du spécifique ou bien de le qualifier comme une matière absolument classique ne relevant que des règles d’administration communes. Un même combustible pourra, selon les époques, être envisagé comme exceptionnel ou totalement banal selon les intérêts en jeu. On retrouve dans cette attention soutenue aux définitions d’un objet ou d’un processus la « problématisation sous dépendance » mise en exergue par Emmanuel Henry à propos de l’amiante[2]. Ainsi armée, l’analyse des différentes configurations politiques permettant la double qualification d’une nucléarité exceptionnelle ou d’une nucléarité banale offre une série d’études de cas (sur le Gabon, l’Afrique du Sud, le Niger, Madagascar) suffisamment solides pour qu’apparaisse le tableau éminemment complexe d’un postcolonialisme nucléaire articulant domination capitaliste, paternalisme hérité de la colonisation, racisme et négligence sanitaire.

L’atome, le marché et la perpétuation coloniale

Dans la première partie de son enquête, Gabrielle Hecht retrace l’histoire tortueuse de l’uranium comme minerai susceptible d’être constitué en ressource capitalistique. C’est « la construction de savoirs » (sur les « réserves, les prévisions et les prix » [p. 62]) qui, précise-t-elle, a permis la formation d’un marché. Celui-ci devait rendre le minerai commun en désynchronisant les attentes économiques des exigences politiques (p. 63). Tous les calculs visant à fixer un prix à l’uranium achoppaient sur le manque de données concernant la disponibilité du matériau lui-même. C’est au sein de l’OCDE et conjointement avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, que les premières informations sur « les ressources d’uranium à l’échelle mondiale » (p. 68) sont publiées sous la forme d’ouvrages aux couvertures pourpres qui leur vaudront le surnom de « Livres rouges ». Ce travail d’alignement des connaissances géologiques constituait un premier pas vers une marchandisation du matériau. La fixation du prix passe par la « projection du prix d’une transaction au comptant » par la Nuclear Exchange Corporation aux États-Unis (p. 71). Cela ne correspond pas, comme le note très justement Gabrielle Hecht, au « prix des contrats à long terme ». Le prix ainsi créé ne pouvait pas, à proprement parler, permettre l’existence d’un marché. D’autant que d’autres structures capitalistes se sont empressées, à leur tour, de promettre des prix sur contrats à long terme ainsi que des « négociations directes » (p. 73). Les organismes capables de construire ces offres de prix (comme Uranex) visaient une banalisation complète de l’uranium, son assimilation absolue aux flux classiques des matières premières. C’est la société Rio Tinto Zinc (RTZ) qui, en 1971, constitue un véritable « cartel » (p. 74) fixant des quotas et des prix minimums d’achat. Les exploitants canadiens, australiens, français et sud-africains, au sein de RTZ, organisaient ainsi une « collusion des vendeurs » (p. 75). À l’intérieur d’un cadre marchand visant à faire de l’uranium un minerai classique, se jouait des tentatives croisées pour le requalifier selon des critères d’exceptionnalité :

« Certes les membres du cartel travaillaient à faire de l’oxyde d’uranium une marchandise au prix décidé à l’avance dans le cadre d’un marché contrôlé, mais ils étaient en même temps concurrents, susceptibles de chercher à descendre en dessous des prix sur lesquels ils s’étaient entendus et de dépasser les quotas fixés. La discipline interne ayant ses limites, ils tiraient parti de l’exceptionnalité du nucléaire pour se surveiller les uns les autres. » (p. 75)

Malgré toutes les tentatives pour former un prix structuré, le marché de l’uranium ne se constitua jamais complètement. En effet, le travail de banalisation avec un matériau qui ne l’était manifestement pas requérait « des efforts continus » (p. 77). Cette tension capitaliste était d’autant plus forte dans les années 1960 et 1970 que la décolonisation modifiait les rapports de force.

Dans un chapitre particulièrement inspiré, Gabrielle Hecht retrace les liaisons toxiques entre la France, ses anciennes colonies africaines et l’uranium. L’historienne restitue les contours spécifiques des relations entre la France et le Gabon d’une part, et le Niger de l’autre. Ces deux derniers pays ont, dans le cadre de leur affirmation souveraine postcoloniale, développé trois stratégies distinctes concernant leurs ressources d’uranium. D’abord, en réclamant les moyens d’un développement équilibré financé par l’entremise d’infrastructures minières ; puis, en exigeant de pouvoir participer à la fixation du prix de l’uranium ; enfin, en tirant parti de l’éventuelle banalité du matériau nucléaire pour décider à qui le vendre en toute liberté.

Avant de savourer le yellowcake, fragment brut de minerai d'uranium (source : gabonvertjaunebleu.blogspot.fr)
Avant de savourer le yellowcake, fragment brut de minerai d’uranium (source : gabonvertjaunebleu.blogspot.fr)

Gabrielle Hecht déploie dans ces pages une analyse particulièrement subtile en ce qu’elle prend soin de restituer toutes les configurations politiques menant aux retournements successifs dans le traitement public de la catégorie « nucléaire ». Le site d’uranium gabonais était géré par la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF). Les autorités françaises continuèrent, après la décolonisation, à faire comme si le minerai était français. Toutefois, le régime de domination continua sous couvert de développement. Soutenu par la France dans sa position dictatoriale, Omar Bongo essaya de s’affranchir des exigences françaises dans la production d’uranium, en approchant l’Iran.

Au Niger, c’est autour de la fixation du prix que s’est organisée la tension postcoloniale. Gabrielle Hecht remarque que la situation est compliquée par les relations exécrables que Jacques Foccart, conseiller dédié à la perpétuation coloniale sous la litote faussement neutre de « Françafrique », entretenait avec le CEA, faisant tout ce qu’il pouvait pour ralentir les efforts de l’institution française (sur laquelle il n’avait pas prise) dans son travail d’asservissement des ressources minières africaines (p. 103). Où l’on voit que la domination n’est pas une relation monolithique, mais se distribue selon des lignes d’affordance parfois surprenantes. Le président du Niger Hamani Diori souhaitait tirer profit des ressources en uranium de son pays ; pour cela, il lui fallait faire reconnaître l’exceptionnalité de l’uranium, ce que refusait les ingénieurs français. Le coup d’État contre Diori, mené par Koutché en 1974, eut pour conséquence une intégration plus forte du Niger dans le marché mondial de l’uranium.

Au final, le Gabon a cherché à rendre l’uranium banal (pour l’aligner sur les autres ressources), tandis que le Niger l’inscrivait dans le régime de l’exceptionnalité pour agir sur le prix. Toutefois, la dépendance infrastructurelle des deux anciennes colonies à l’endroit de la France rendait extrêmement difficile leur possibilité d’émancipation minière. La nucléarité variable et volatile sert des ambitions parfois similaires (se dégager de la tutelle perpétuée de la France) mais selon des configurations politiques différentes.

Le cas de l’Afrique du Sud, bien qu’inscrit dans une configuration coloniale, est tout à fait particulier. Le racisme d’État associé aux ambitions capitalistes portant sur l’uranium ont délimité une économie politique « de l’exceptionnalisme nucléaire » (p. 127). Une tension opère dès les années 1960 entre l’État qui, par l’intermédiaire l’Atomic Energy Board (AEB), valide les ventes d’uranium et les entreprises d’exploitation, lesquelles sont rassemblées dans la Nuclear Fuel Corporation (NUFCOR). La banalisation du minerai servait le pouvoir raciste d’Afrique du Sud pour défendre l’idée d’un marché fondamentalement désencastré du contexte politique (p. 128). Les entreprises s’opposèrent notamment à l’AEB à propos d’un « projet de construction d’une usine de production d’hexafluorure d’uranium » (p. 132). L’État comptait alors sur cette infrastructure pour « dépolitiser » ses activités minières, dans un environnement international de plus en plus opposé à l’apartheid.

Le charme discret de l'extraction minière. Ici, la mine de Rössing, s. d., en Namibie (source : http://www.rossing.com/riotinto.htm)
Le charme discret de l’extraction minière. Ici, la mine de Rössing, s. d., en Namibie (source : http://www.rossing.com/riotinto.htm)

La mine de Rössing en Namibie illustre cette lutte autour de l’exceptionnalité ou de la banalité de l’uranium en Afrique du Sud. Théoriquement, depuis 1974, les ressources naturelles namibiennes ne pouvaient plus être vendues sans l’accord du Conseil des Nations Unies pour la Namibie (CNUN) – même si, dans les faits, la géopolitique laissait des marges de manœuvre confortables à ceux qui voulaient mener des transactions. La raison capitaliste fut la plus forte, puisque « malgré cette mauvaise publicité, les clients de Rössing maintinrent leurs contrats jusqu’au milieu des années 1980 » (p. 139). Gabrielle Hecht décrit par le menu toutes les opérations de dissimulation et d’opacification de la provenance de l’uranium namibien pour éviter aux acheteurs d’avoir à avouer leurs coupables accord avec l’État raciste d’Afrique du Sud. L’inventivité bureaucratique se combine avec une étonnante fluidité aux intérêts capitalistiques pour construire un véritable labyrinthe de sociétés écran. L’exemple sud-africain met en lumière un autre aspect colonial de l’exceptionnalité/banalité de l’uranium : le marché du minerai était construit/conçu comme un instrument de neutralisation politique « capable » de faire oublier la mise au ban international (très progressive) du pays.

Dans la première partie de son ouvrage Gabrielle Hecht retrace donc les frontières mouvantes (voire intermittentes) du statut de l’uranium dans trois pays d’Afrique. La nucléarité était une qualité qui n’était pas attribuée de façon évidente aux anciennes colonies produisant du minerai. Il fallait des circonstances particulières (comme un positionnement sur le marché mondial, des relations tendues avec le pays anciennement dominant) pour que le régime d’exception ou celui de la banalisation soit activé. Encore ce déclenchement était-il toujours soumis à un travail d’alignement des intérêts n’allant pas de soi…

Corps, travail, risque : la dangerosité (du) nucléaire à l’épreuve

L’industrie nucléaire – et on a trop tendance à l’oublier –, ce sont d’abord et avant tout des corps au travail : les corps des mineurs qui remontent le minerai des veines ouvertes dans la roche, le corps des employés transformant le matériau extrait en combustible, les corps de ceux qui transportent ces produits… Ce n’est pas simplement pour faire droit à une histoire matérialiste des sciences et des techniques que Gabrielle Hecht pointe l’importance du somatique dans la problématique (du) nucléaire. C’est surtout parce que les liens entre l’exposition aux radiations et la morbidité restent longtemps invisibles. Si l’exposition au danger du matériel nucléaire est bien connu depuis l’entre-deux, ce sont principalement les « expositions externes » qui sont prises en compte jusque dans les années 1960-70. En revanche, les descendants du radon affectant les poumons concernent les « expositions internes » et ont été pris en charge plus tardivement. Sur ce point les approches expertes des Américains et des Français divergeaient considérablement. Les premiers envisageaient le nucléaire du point de vue épidémiologique, quand les seconds l’abordaient depuis l’expérience accumulée dans les centrales nucléaires. Nosologie vs. dosimétrie, tel était l’enjeu de la lutte.

Paysage miné dans le désert. Le site d'Arlit, au Niger (crédits : AFP/Pierre Verdy, via http://www.rfi.fr/afrique/20140604-uranium-le-niger-rien-cacher-accord-areva)
Paysage miné dans le désert. Le site d’Arlit, au Niger (crédits : AFP/Pierre Verdy, via http://www.rfi.fr/afrique/20140604-uranium-le-niger-rien-cacher-accord-areva)

En Afrique du Sud, le problème du radon émerge dans les années 1960. En éludant la question raciale et celle des corps les plus exposés au danger, les experts s’en tenaient des résultats négatifs pour les populations blanches testées (p. 177). La prise en compte du radon exige des transformations infrastructurelles dans les mines, tout particulièrement une meilleure aération. Ce qui a un coût. Or, les entreprises installées en Afrique dans les années postcoloniales cherchaient précisément « à réduire le budget affecté à la protection des travailleurs » (p. 180).

Le problème des normes et de la standardisation dans la mesure des effets du radon supposait la délimitation d’un corps de données fiables (ce qui n’existait pas). Mais surtout, le plus marquant dans ce procès d’expertise controversée, c’est l’absence et l’invisibilisation des travailleurs africains eux-mêmes. Tout une série d’évitements et de contournements présidait à la disparition de ces corps pourtant en première ligne.

Peu à peu, cependant, cette invisibilité ne put plus être organisée sans soulever des questions. Pour autant, c’est une géométrie variable de la visibilisation que Gabrielle Hecht met en exergue. Ainsi, à Madagascar, les ouvriers disposaient bien de dosimètres, mais « il n’existait pas de directives explicites concernant la manipulation des matériaux radioactifs » (p. 211). Le danger était parfois signalé par les « superviseurs », parfois non. De plus, c’est seulement le risque d’exposition au rayonnement gamma qui était surveillé, pas les dangers associés au radon et aux poussières. En somme, la nucléarité des mines malgaches « était précaire et intermittente » (p. 213).

Le cas Gabonais est édifiant. Dans les années 1960, le port de films-badges permettant de mesurer l’exposition aux radiations était modulé en fonction des interprétations d’un usage supposé inapproprié. À partir de 1968, c’est même le calcul de l’exposition qui fut révisé. Les « acrobaties arithmétiques » ont permis de davantage exposer les travailleurs aux radiations. Les responsables français de la mine faisaient tout leur possible pour empêcher les travailleurs gabonais de faire le lien entre l’uranium et la santé défaillante de certains d’entre eux. Et ce ne sont pas seulement les employés de la mine qui sont touchés dans leur activité quotidienne : les stériles, ces résidus d’extraction encore rayonnant, ont servi pour construire la cité des techniciens et des travailleurs manuels. Toute une population était donc concernée par le risque nucléaire. L’éclatement des revendications a rendu plus ardu encore la reconnaissance d’une nucléarité partout présente et désormais inscrite au plus profond des corps.

Bus Rio Tinto en partance vers la mine d'uranium de Rössing, en Namibie (crédits : jbdodane, http://www.mining.com/)
Bus Rio Tinto en partance vers la mine d’uranium de Rössing, en Namibie (crédits : jbdodane, http://www.mining.com/)

En Afrique du Sud, le travail d’invisibilisation reposait sur un postulat raciste maquillé en considération bureaucratique :

« Les chercheurs qui étudiaient le radon en Afrique du Sud ont longtemps soutenu que les mineurs noirs n’étaient pas des sujets de recherche “adaptés”, dans la mesure où ils étaient des travailleurs migrants, employés pour de courtes périodes. Cela légitimait la conclusion apparemment évidente selon laquelle, si les travailleurs blancs ne contractaient pas de cancers du poumon à la suite de leur exposition au radon, les travailleurs noirs ne devaient a fortiori pas être affectés. » (p. 247)

Si dans les années 1940, la nucléarité des mines d’uranium était reconnue en Afrique du Sud, peu à peu les instruments de mesure, les schémas d’acquisition des données et les ressources expertes pour prendre en compte les spécificités d’une exposition à un minerai radioactif ont disparu. La question de la nucléarité resurgit avec le processus démocratique postapartheid, mais elle « resta fragile » et « pour la plupart des mineurs, elle ne constitua pas une ressource politique » (p. 263). À l’inverse en Namibie, Gabrielle Hecht montre comment la politisation des problématiques nucléaires fut rendue possible, mais aussi comment cette politisation ne permit pas une prise en compte complète du problème. Dans l’usine de Rössing, le syndicat minier, parallèlement à sa lutte contre les discriminations, entrepris – d’abord par un appel à l’AIEA – une première visibilisation du problème des expositions aux radiations. Mais les points techniques vérifiés par l’AIEA ne correspondaient pas à ceux souhaités par le syndicat (p. 277). Lorsque le syndicat finit par trouver un expert « indépendant », Reinhart Zaire, celui-ci, après la délivrance de premiers résultats montrant des dégradations chromosomiques chez les ouvriers exposés, mit en œuvre son propre agenda politique et scientifique avant de disparaître. Les mesures suivantes n’ont pas confirmé les travaux de Zaire. La politisation et l’internationalisation des problèmes namibiens recelaient une difficulté supplémentaire : les ONG environmentalistes avaient pour visée principale la suppression des activités nucléaires, les employés namibiens voulaient de meilleures conditions de travail, pas la suppression de leur source de revenus.

*

*           *

En conclusion, Gabrielle Hecht insiste sur cette fluctuation de la nucléarité en Afrique et sur son intensification soudaine lorsque des matériaux radioactifs sont volés pour servir des entreprises terroristes. La qualification d’un matériau qui peut être banalisé pour les besoins d’un marché en quête de fixation des prix ou d’une dictature raciste souhaitant prendre pied sur la scène internationale, ou bien, au contraire, rentrer dans l’exceptionnalité quand il s’agit de l’interdire à certains pays pour conserver un monopole postcolonial, tout cela organise une analyse historique particulièrement convaincante. Je l’ai souligné au début de cette recension, l’intérêt de la notion de nucléarité réside précisément dans la rupture qu’elle opère avec les tentatives d’hybridation molle qui courent les rues encombrées du constructivisme mainstream. On voit très bien ce qu’un auteur moins scrupuleux aurait pu faire en confondant nucléarité et radioactivité. Le principe d’une séparation entre les propriétés physiques d’un matériau et ses qualifications socio-politiques conjoncturelles est non seulement heuristiquement fécond, mais il est aussi très efficace du point de vue critique. Il permet en particulier de restituer les ambivalences, les clairs-obscurs, les situations de retournement, les procès engagés sans être terminés… bref toutes ces situations dans lesquels les rapports de force ne sont jamais totalement évidents à rapporter. On ajoutera que l’admirable travail de restitution, qui articule récits de vie et vues plus amples, se fonde sur une exploration archivistique remarquable et de nombreux entretiens. L’appendice (pp. 315-327), retraçant la façon dont les archives ont été recueillies ainsi que les méandres pour arriver jusqu’aux dépôts d’archives, constitue un codicille méthodologique indispensable. C’est ainsi l’une des grandes qualités de ce beau livre que de fournir des outils analytiques pour penser des catégories floues et variables, des configurations labiles et troublées, sans pour autant noyer l’objet d’enquête dans l’irrésolution du « tout est dans tout et réciproquement » des interprétations vagues du nexus science-politique.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)

Image en bandeau : site de Trinity, dans le Nouveau Mexique, où le premier test d’une arme nucléaire a eu lieu en 1945. Crédits : Charles, 2010, via Flickr.


[1] Gabrielle Hecht, Le rayonnement de la France. Energie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, trad., Paris, La Découverte, 2004.
[2] Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 131.


2 réflexions au sujet de « L’atome postcolonial »

  1. Merci infiniment pour avoir attiré mon attention sur ce livre. J’avoue connaître mal ce champ de recherche. Je vous suis reconnaissant d’avoir pointé quelle était ici l’originalité de la démarche de l’auteur.
    Vous dites (en conclusion) : « Je l’ai souligné au début de cette recension, l’intérêt de la notion de nucléarité réside précisément dans la rupture qu’elle opère avec les tentatives d’hybridation molle qui courent les rues encombrées du constructivisme mainstream. On voit très bien ce qu’un auteur moins scrupuleux aurait pu faire en confondant nucléarité et radioactivité. »
    En toute franchise et sans malice, il se trouve que non, je ne vois pas du tout ce qu’aurait pu faire un auteur moins scrupuleux. Je ne saisi pas ce que vous entendez pas constructivisme mainstream . Mais vous éveillez ma curiosité.
    Je voudrais bien creuser la question, j’aimerais donc vous demander d’expliciter ce point, avec quelques références que je pourrais consulter pour comparer.
    Merci d’avance (et je précise qu’il n’y a pas

  2. Bonjour,
    Merci pour votre très aimable commentaire. Ce que j’avais en tête en parlant d’un auteur moins scrupuleux c’est l’usage que fait Bruno Latour du terme « persuader » dans son étude du travail de Frédéric Joliot-Curie pendant le second conflit mondial. L’idée de Latour est de montrer que la solidité d’un énoncé dépend de sa capacité à circuler le plus largement possible et à aligner le plus possible d’alliés. Joliot-Curie mène des recherches sur la fission nucléaire dans son laboratoire du Collège de France. Il travaille également avec les autorités du ministère de la Guerre pour obtenir de l’uranium nécessaire à ses expériences. Latour veut rompre avec la bipartition classique entre internalisme et externalisme (qui verrait se séparer sur les plans de l’analyse les rapports de Joliot-Curie aux autorités politiques et ses recherches en laboratoire), et se persuade qu’il faut suivre la façon dont Joliot-Curie tente de nouer les actants afin de les arrimer à ses propres fins. Latour assure que le physicien négocie avec le ministre en même temps qu’il tente de « persuader un neutron » de se conformer à ses théories. Voilà, à mon sens, un exemple typique d’abus sémantique : depuis quand négocie-t-on avec un neutron pour le convaincre de quoi que ce soit ? Le travail fait auprès du ministère pour persuader les autorités d’obtenir du minerai est-il du même ordre que celui qui consiste à mener des expériences sur des particules ? Je crois qu’on à là un effet de manche typique des STS so 80’s, fait de vaines provocations et de pseudo-ruptures avec l’histoire de la discipline sociologique. Dans le livre de G. Hecht, le même type de raisonnement aurait pu conduire à une analyse en termes de radioactivité n’existant que là où elle servait des intérêts bien déterminés. Un auteur moins scrupuleux aurait pu dire : « il n’y a de la radioactivité que là où des actants ont intérêts à la mettre au jour, à en activer l’efficace ». Voilà pourquoi, à mon sens, le traitement analytique qu’opère G. Hecht est cent coudées au-dessus de ces tentatives (il faut dire assez désuètes aujourd’hui) de plier par le langage toutes les composantes du monde. L’étude de Latour sur Joliot-Curie est extraite de son livre L’espoir de Pandore (La Découverte, 2001). J’en donne une analyse dans un article de 2007 : https://chrhc.revues.org/242#ftn104
    Bien cordialement
    Jérôme Lamy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *