Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Le premier numéro de la revue Zilsel circule fort bien et nous en sommes ravis. Tiré de nouveau, il est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies et le site des Éditions du Croquant. Depuis peu, nous sommes également et diffusés sur la plateforme Cairn, et les premières données sur les consultations sont plutôt encourageantes. Donc, nous continuons sur notre lancée et préparons les prochains numéros. Parmi les bonnes résolutions, nous avions esquissé le projet de combiner les publications de la revue et celles du carnet de la façon la plus optimale possible. Car ce n’est pas parce que nous sommes « passés en revue » qu’il faut reléguer au second plan ce qui nous a tant mobilisé dans l’aventure zilselienne. Hors de question même. Donc, nous inaugurons une nouvelle rubrique, « Chutes », qui sera composée de billets publiés en complément des articles parus dans la revue. 420 pages, c’était en réalité très court, il nous aura fallu tailler dans certains textes. Ces coupes n’ont pas épargné l’article de Boris Attencourt, qui porte sur les trajectoires socio-intellectuelles d’Alain Badiou et d’Alain Finkielkraut. En cours d’édition, nous nous étions dit qu’il serait bon de replacer les éléments qui n’étaient pas complètement nécessaires – des « chutes », dirons-nous – pour étayer son argumentaire dans un nouveau billet. C’est annoncé en note de bas de page dans l’article, et désormais en ligne dans notre nouvelle rubrique. On y découvrira des données utiles pour objectiver la structuration des réseaux d’affinité et les partitions subtiles de la scène de l’intelligence contemporaine. C’est aussi l’occasion pour Boris – qui achève une thèse qui promet beaucoup – d’esquisser une réflexion sur son propre rapport à la vie intellectuelle et au possible désenchantement qu’induit l’analyse objectivante des conditions de son développement.
                                                                                                                              La rédaction

L’article que nous avons publié très récemment dans la revue Zilsel engageait un important matériel qui, comme c’est souvent le cas, nous a conduit pour diverses raisons (saturation, format, etc.), à laisser de côté de nombreux traitements. Or, ce que nous nous proposons de faire ici, c’est d’essayer dans une perspective réflexive sur l’analyse déployée de restituer une partie de ces « chutes » en matière d’administration de la preuve ayant jalonné le montage rédactionnel. Il est vrai que si l’on m’avait dit au début de ma thèse que j’écrirais un article sur Badiou et Finkielkraut, j’aurais répondu sans hésitations : « Faut pas exagérer tout de même ! ». Ma recherche a donc été de ce point de vue, et je le dis sans honte, un long travail de déniaisement vis-à-vis du monde intellectuel. Car, le noviciat dans cet univers va nécessairement de pair avec une certaine idéalisation morale des pratiques. En revanche, quelques années après, l’étude de cet espace du vedettariat intellectuel nous révélait toutes ses potentialités objectives et notamment qu’un tel rapprochement entre Badiou et Finkielkraut n’avait rien d’impossible. Toutefois, si j’avais osé anticiper cette rencontre, j’aurais sous doute eu droit à des remarques telles que : « Mais vous n’y pensez-pas ? », « Comment osez-vous ? », « Cela n’a rien à voir ! ». C’est la raison pour laquelle je tiens à remercier Aude Lancelin, Alain Badiou et Alain Finkielkraut d’avoir rendu possible par leur passage à l’acte l’écriture d’un tel papier. Précisons d’ailleurs qu’il aurait pu donner lieu à une suite, compte tenu du fait qu’Aude Lancelin avait cherché à ce qu’Alain Badiou et Bernard-Henri Lévy (un autre « nouveau philosophe ») se rencontrent de la même manière, mais sans succès finalement. Ni le fruit du hasard, ni d’un règlement de compte idéologique, cette co-production répond bien évidemment, et c’est ce que j’ai essayé de démontrer dans le papier, à des conditions sociales de possibilité et, parmi elles, à des carrières académiques marginales dont il faut rappeler qu’elles ne sont pas, loin s’en faut, dénuées de prestige. Il s’agit pour le dire vite de l’université de Vincennes et du Collège international de philosophie en ce qui concerne Badiou et de la revue Le Débat et de l’École Polytechnique du côté de Finkielkraut. Cela explique pourquoi nous avions alors procédé à l’analyse comparée des sujets de thèse encadrés par Alain Badiou depuis les années 1970, en vue d’appréhender sa marginalité universitaire et, tout particulièrement, l’absence de pouvoir reproducteur au sein de la discipline qui la caractérise. L’encadrement doctoral de Badiou ne peut en effet se comprendre qu’en référence à la définition scolaire de la discipline. D’où notre choix de le comparer sur ce plan à un représentant du pôle de l’orthodoxie philosophique, Jean-François Marquet, issu de la même génération de philosophes (il est né en 1938 soit une année seulement après Badiou), professeur à la Sorbonne (Paris 4), spécialiste de philosophie allemande (notamment Schelling auquel il a consacré sa thèse) et qui a de surcroît présidé durant de nombreuses années le jury d’agrégation. D’après le catalogue du SUDOC, Badiou a dirigé 56 thèses de 1973 à 2014 et Marquet 58 de 1974 à 2005. Le traitement des données qui a été effectué requiert deux remarques préalables. Bien que les périodes considérées ne se recoupent pas complètement puisque l’encadrement des thèses pour Marquet compte 9 années de moins, les volumes atteints sont quasi égaux et se prêtent donc tout à fait à la comparaison. D’autre part, le parti a été pris à la lecture des titres et résumés (parfois non disponibles) d’être le plus inclusif possible en faisant figurer les thèses dans toutes les catégories auxquelles elles pouvaient prétendre d’un point de vue nominal. S’il s’agissait là d’éviter de ne trop céder aux opérations de classification un pouvoir de sélection (surtout lorsqu’on a affaire à du contenu flou et des catégories ne s’excluant pas mutuellement) et de redoubler les effets de hiérarchisation déjà présents, nous n’ignorions pas pour autant le fait que les thèses classées dans les mêmes thématiques puissent entretenir des différences qualitatives importantes.

Tableaux. Sujets des thèses dirigées par Alain Badiou de 1973 à 2014 et Jean-François Marquet de 1974 à 2005 

Sujets des thèses dirigées Badiou en % (N = 56*)   Sujets des thèses dirigées Marquet en % (N = 58*)
Notions et approches philosophiques : 46,0%   Notions et approches philosophiques : 56,8%
Sujet, subjectivité, altérité 9,5%   Métaphysique (être, temps, finitude, espace, etc.) 11,5%
Conscience, sens, vérité, éthique 9,5%   Théologie judéo-chrétienne 8,3%
Métaphysique (être, temps, finitude, espace, etc.) 9,0%   Phénoménologie, ontologie 7,3%
Phénoménologie, ontologie 6,0%   Conscience, sens, vérité, éthique 6,8%
Langage, herméneutique,  etc. 4,0%   Vie, vécu, existence, volonté, création, intuition 6,8%
Vie, vécu, existence, volonté, création, intuition 4,0%   Connaissance, sciences, etc. 5,7%
Amour, mensonge et séduction 2,0%   Sujet, subjectivité, altérité 5,2%
Connaissance, sciences, etc. 1,5%   Langage, herméneutique, etc. 2,1%
Corps 0,5%   Islam, croyances négro-africaines 1,0%
Philosophes du XXe siècle : 16,0%   Corps, habitude 1,0%
Deleuze 3,5%   Education 1,0%
Badiou 3,0%   Philosophes (XXe siècle exclu) : 24,5%
Foucault 1,5%   Hegel 3,6%
Merleau-Ponty 1,5%   Kant 3,6%
Althusser 1,0%   Nietzsche 3,6%
Heidegger 1,0%   Kierkegaard 3,1%
Sartre 0,5%   Schelling 2,6%
Bachelard 0,5%   Schopenhauer 2,1%
Adorno 0,5%   Dilthey 1,0%
Benjamin 0,5%   Maine de Biran 0,5%
Gramsci 0,5%   Ravaisson 0,5%
Jacques Derrida 0,5%   Diderot 0,5%
Lacoue-Labarthe 0,5%   Helvetius 0,5%
Lyotard 0,5%   Descartes 0,5%
Milner 0,5%   Leibniz 0,5%
Philosophes (XXe siècle exclu) : 10,0%   Lessing 0,5%
Platon 3,0%   Humboldt 0,5%
Nietzsche 1,5%   Platon 0,5%
Marx 1,0%   Philosophes du XXe siècle : 10,4%
Pascal 1,0%   Heidegger 4,2%
Schopenhauer 0,5%   Bergson 2,1%
Xénophon 0,5%   Levinas 1,0%
Frege 0,5%   Claude Bruaire 0,5%
Hegel 0,5%   Eric Weil 0,5%
Kant 0,5%   Husserl 0,5%
Diderot 0,5%   Herman Cohen 0,5%
Aristote 0,5%   Sartre 0,5%
Esthétique : 9,5%   Patocka 0,5%
Littérature (Baudelaire, Hölderlin, etc.) 5,0%   Philosophie morale et politique : 4,2%
Cinéma, peinture, etc. 3,0%   Droit 2,1%
Architecture, urbanisme, patrimoine 0,5%   La technique, l’Occident 1,6%
Théâtre, danse, etc. 0,5%   Matérialisme 0,5%
Concepts, catégories, etc. 0,5%   Esthétique : 3,6%
Philosophie politique : 9,5%   Concepts, catégories, etc. 1,6%
État, pouvoir, institutions 3,0%   Littérature (Proust, etc.) 1,6%
Événement, désuturation, politique subjective 2,5%   Architecture 0,5%
Marxisme politique (Lénine, Mao, capital, etc.) 2,0%   Psychanalyse (Lacan) 0,5%
Egalité, justice 1,0%   Total 100,0%
Genre 1,0%      
Psychanalyse : 9,0%      
Lacan 6,0%      
Freud 3,0%      
Total 100,0%      

Source : catalogue du SUDOC. Traitement : Boris Attencourt

* Les thèses ont ainsi été comptabilisées dans toutes les catégories où elles étaient susceptibles d’apparaître.

L’examen de la distribution respective des sujets fait clairement apparaître la tension qui s’opère au sein de la discipline entre ses pôles hétérodoxe et orthodoxe. D’emblée, il est frappant de constater chez l’un et l’autre une nette prédominance des notions et approches philosophiques dans la distribution des sujets de thèses (Badiou : 46 % et Marquet : 56%). Ces résultats manifestent de la part de leurs doctorants respectifs un sens des hiérarchies conceptuelles et, à défaut, des prétentions élevées au sein de la discipline, avec des choix tels que la « métaphysique » (Badiou : 9 % et Marquet : 11,5 %), la « phénoménologie et l’ontologie » (Badiou : 9 % et Marquet : 11,5 %) ou encore la « conscience, le sens, la vérité et l’éthique » (Badiou : 9 % et Marquet : 11,5 %). Mais alors qu’il s’agit là pour les doctorants de Marquet de se conformer à l’ordre reproducteur, l’on cherche bien plutôt dans le cas de Badiou à y affirmer une prétention à la transgression académique. C’est la raison pour laquelle on observe chez Marquet une nette tendance au renforcement thématique de la tradition philosophique comme la théologie (8,3 %) ou la connaissance et les sciences (5,7 %), orientations absentes ou quasi nulles chez les doctorants de Badiou qui privilégient eux les thèmes plus littéraires du sujet, de la subjectivité et de l’altérité  (9,5 %) et du langage et de l’herméneutique (4 %). Les autres catégories relèvent de cette même logique opposant production et reproduction. Ce que montrent en premier lieu les rapports inversés entre le nombre de philosophes du XXe et ceux hors XXe. En ce qui concerne les premiers à l’avantage de Badiou (16 %), figurent de nombreux hérétiques consacrés (Deleuze : 3,5 %, Foucault : 1,5 %, Merleau-Ponty : 1,5 %, Althusser : 1 %, Lyotard : 0.5 %). On notera aussi dans cette liste la présence de Badiou lui-même (3 %), incarnant là ce privilège propre aux tenants du pôle producteur de pouvoir faire « école » en se situant en dehors de ses enjeux reproducteurs et de leurs effets de censure. Les philosophes hors XXe nettement plus représentés chez Marquet (24,5 %) se composent majoritairement d’auteurs allemands de premier plan dans l’histoire de la philosophie tels Hegel (3,6 %), Kant (3.6 %), Schelling (2,6 %) ou Dilthey (1 %). Si les sujets relevant de la philosophie politique (4,2 %), de l’esthétique (3,6 %) et de la psychanalyse (0,5 %) demeurent foncièrement marginaux parmi les doctorants de Marquet où les contenus choisis (le droit : 2,1 %  et les concepts et catégories de l’esthétique : 1,6 %) ne dérogent pas ou peu au main stream philosophique, ils occupent une place centrale du côté de Badiou en tant que (in-)signes de subversion intellectuelle. On recense alors dans ces différents domaines les supports désormais routinisés de la déviance philosophique à savoir de l’esthétique (9,5 % dont littérature : 5 % et cinéma et peinture : 3 %), de la psychanalyse (9 % dont Lacan : 6 %) et, enfin, de la philosophie politique[1] (9,5 % dont État, pouvoir, institutions : 3 %, événement, désuturation et politique subjective[2] : 2,5 % et marxisme politique : 2 %).

Les marges du supérieur et un anti-académisme d’école portent des individus tels que Badiou et Finkielkraut à s’orienter vers ces régions intermédiaires entre les univers intellectuels et du pouvoir comme le journalisme (France culture, Le Nouvel obs, etc.), les institutions de la politique culturelle (Beaubourg, le Collège international de philosophie, etc.), la diplomatie culturelle, etc. Déjà plutôt bien inséré au sein de ces circuits politico-mondains aux débuts des années 1980, Finkielkraut va, lui, saisir l’opportunité d’y accroître davantage encore sa centralité en animant à la chaîne de radio publique France culture une émission hebdomadaire (« Répliques »). Or, par son créneau horaire de grande écoute (le samedi matin) et le style outrancier de l’animateur (il ne cesse de faire valoir son point de vue face à des invités complices ou adversaires réels ou présumés), celle-ci s’imposera progressivement comme l’un des lieux phares de la promotion des idées et, en particulier, des siennes néoconservatrices qui concourent depuis la fin des années 1980 à l’intégration de la classe dominante. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer la distribution des invitations à son émission « Répliques » à France Culture depuis son lancement en 1985. Si la distribution reflète avant tout la prédominance de ces clercs associés à la triade des revues conservatrices Esprit, Le Débat, Commentaire avec lesquelles Finkielkraut est en parfaite affinité intellectuelle, l’animateur n’hésite pas à ouvrir les débats quand ils s’y prêtent aux représentants d’autres sphères du pouvoir (grands patrons, journalistes, hauts fonctionnaires, responsables politiques), en vertu du dialogue entre intellectuels responsables et membres éclairés de la classe dirigeante qu’ont instauré ces courants de restauration idéologique.

Tableau. Distribution des invités ayant participé au moins trois fois à l’émission « Répliques » d’Alain Finkielkraut à France Culture de 1985 à 2016 (N=967)* 

Invité(s) Participation(s)
Paul Thibaud 28
Philippe Raynaud 21
Claude Habib 20
Pierre Manent 20
Élisabeth de Fontenay 18
Pierre Pachet 16
Jacques Julliard 15
Régis Debray 15
Jean Daniel 14
Marcel Gauchet 14
Alain Besançon 11
Mona Ozouf 11
Jean-Pierre Le Goff 10
Marc Fumaroli 10
Myriam Revault d’Allonnes 10
Pierre Hassner 10
Renaud Camus 10
Edwy Plenel 9
Jacques Dewitte 9
Luc Ferry 9
Pascal Bruckner 9
Jean-Claude Milner 8
Rémi Brague 8
Bernard-Henri Lévy 7
Emmanuel Carrère 7
Jacques Rupnik 7
Jean Clair 7
Jean-Claude Barreau 7
Michel Deguy 7
Robert Legros 7
Sylviane Agacinski 7
Hubert Védrine 6
Michel Rocard 6
Michel Winock 6
Michèle Tribalat 6
Pierre Nora 6
Robert Redeker 6
Alain Renaut 5
Bérénice Levet 5
Denis Tillinac 5
Dominique Schnapper 5
Gilles Kepel 5
Jean-Claude Monod 5
Jean-Pierre Dupuy 5
Laurent Joffrin 5
Michel Crépu 5
Michel Marian 5
Olivier Rey 5
Olivier Rolin 5
Paul Ricœur 5
Philippe Sollers 5
Pierre Bouretz 5
Pierre Jourde 5
Richard Millet 5
Thérèse Delpech 5
Aleksander Smolar 4
Alexandre Adler 4
Antoine Compagnon 4
Chantal Delsol 4
Claude Lefort 4
Daniel Schneidermann 4
Élie Barnavi 4
Élisabeth Roudinesco 4
Éric Marty 4
Frédéric Beigbeder 4
Guy Coq 4
Hector Obalk 4
Heinz Wismann 4
Henry Laurens 4
Henry Rousso 4
Irène Théry 4
Jean-Claude Casanova 4
Jean-Claude Eslin 4
Jean-Claude Michéa 4
Jean-Luc Nancy 4
Jean-Paul Marcheschi 4
Marc Crépon 4
Martine Leibovici 4
Michel Schneider 4
Michel Terestchenko 4
Michel Wieviorka 4
Monique Canto-Sperber 4
Olivier Duhamel 4
Olivier Godard 4
Olivier Mongin 4
Patrice Gueniffey 4
Philippe de Lara 4
Rony Brauman 4
Sami Naïr 4
Zeev Sternhell 4
Abdelwahab Meddeb 3
Adrien Barrot 3
Alain Badiou 3
Alain Duhamel 3
Alain Seksig 3
Alain-Gérard Slama 3
André Dussollier 3
Bernard Debré 3
Blandine Kriegel 3
Catherine Chalier 3
Chantal Thomas 3
Cornelius Castoriadis 3
Daniel Bensaïd 3
Daniel Bougnoux 3
Daniel Cohen 3
Daniel Cohn-Bendit 3
Daniel Soulez-Larivière 3
Danièle Sallenave 3
Emmanuel Terray 3
Éric Roussel 3
Fabrice Luchini 3
Fethi Benslama 3
François Taillandier 3
Frédéric Gros 3
Frédéric Worms 3
Geneviève Brisac 3
Geneviève Fraisse 3
Georges Bensoussan 3
Guy Sorman 3
Hélène Merlin-Kajman 3
Hervé Juvin 3
Hugues Lagrange 3
Jean Baubérot 3
Jean Baudrillard 3
Jean-Claude Guillebaud 3
Jean-François Mattéi 3
Jean-Luc Marion 3
Jean-Michel Delacomptée 3
Julia Kristeva 3
Luc Boltanski 3
Marc Weitzmann 3
Marcela Iacub 3
Michaël Fœssel 3
Michel Aucouturier 3
Michel Jarrety 3
Michel Onfray 3
Mireille Delmas-Marty 3
Nathalie Heinich 3
Nicolas Baverez 3
Nicolas Tenzer 3
Paul Garde 3
Philippe Lançon 3
Philippe Mesnard 3
Philippe Muray 3
Pierre-André Taguieff 3
Suzanne Julliard 3

Sources : site internet de l’émission et INAthèque. Traitement : Boris Attencourt

* Le nombre des émissions prises en compte par saison qui exclut les rediffusions, est quasi exhaustif à partir de la fin des années 1990 : 5 en 1985-1986 ; 6 en 1986-1987 ; 4 en 1987-1988 ; 4 en 1987-1988 ; 6 en 1989-1990 ; 4 en 1990-1991 ; 6 en 1991-1992 ; 10 en 1992-1993 ; 20 en 1993-1994 ; 19 en 1994-1995 ; 11 en 1995-1996 ; 26 en 1996-1997 ; 39 en 1997-1998 ; 48 en 1998-1999 ; 42 en 1999-2000 ; 47 en 2000-2001 ; 47 en 2001-2002 ; 47 en 2002-2003 ; 48 en 2003-2004 ; 43 en 2004-2005 ; 47 en 2005-2006 ; 44 en 2006-2007 ; 47 en 2007-2008 ; 41 en 2008-2009;  45 en 2009-2010 ;  43 en 2010-2011 ; 46 en 2011-2012 ; 47 en 2012-2013 ; 42 en 2013-2014 ; 39 en 2014-2015 ; 40 en 2015-2016 ; 4 en 2016-2017.

De manière générale, la distribution des participations à l’émission « Répliques » depuis son lancement en 1985, se caractérise par un recrutement parfaitement complémentaire consistant à promouvoir les clercs ayant partie liée avec les circuits de la visibilité intellectuelle, d’une part, et la fraction dirigeante aux prétentions intelligentes qui ne peut que les apprécier, d’autre part. On observe tout d’abord la nette prédominance de cette ligne politico-intellectuelle « antitotalitaire » à laquelle appartient Finkielkraut et qui s’est imposé dans les années 1980 à travers la convergence de réseaux journalisto-académico-politiques néo-conservateurs. D’où la surreprésentation parmi les intervenants les plus réguliers d’éminents responsables de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur (Jean Daniel : 14 émissions) et surtout de nombreux membres et contributeurs des revues Esprit, Le Débat et Commentaire (Paul Thibaud : 28 émissions, Philippe Raynaud : 21 émissions, Jacques Julliard : 15 émissions, Marcel Gauchet : 14 émissions, Mona Ozouf : 11 émissions, Marc Fumaroli : 10 émissions, Luc Ferry : 9 émissions, etc.). Mais au-delà de cette dominante idéologique, cette population des invités se caractérise dans son ensemble par la jonction des ordres temporel et spirituel clivant le champ du pouvoir. Il faut donc lire la sélection de ces divers profils allant des figures de l’universitaire (Pierre Manent : 20 émissions, Rémi Brague : 8 émissions, etc.) au responsable politique (Michel Rocard : 6 émissions, Olivier Duhamel : 4 émissions, etc.) en passant par le journaliste (Laurent Joffrin : 5 émissions, Daniel Schneidermann : 4 émissions, etc.), le haut fonctionnaire (Jean Clair : 7 émissions, Hubert Védrine : 6 émissions, etc.), l’essayiste (Pascal Bruckner : 9 émissions, Denis Tillinac : 5 émissions, etc.) et l’écrivain (Pierre Pachet : 16 émissions, Emmanuel Carrère : 10 émissions) comme ceux partageant une même inclination, celle de la transgression des frontières entre intellectualité et action sous la bannière commune de l’anti-école. C’est la raison pour laquelle on ne compte plus dans cette liste ceux qui accumulent, entretiennent, alimentent ou aspirent à ces carrières multisectorielles qu’ont su maximiser des agents tels que Régis Debray (15 émissions), Bernard-Henri Lévy (7 émissions) ou Alexandre Adler (4 émissions) occupant ou ayant occupé par exemple des positions dans les champs éditorial, journalistique et politique.

B/F (source : Lignes)

Alors il est vrai que pour être totalement rigoureux, il nous fallait aussi préciser l’origine et la nature de ces inclinations extra-universitaires qui animent Badiou et Finkielkraut. Là, on doit bien évidemment disposer d’un solide matériau sur la socialisation primaire et c’est plus que difficile lorsqu’il s’agit d’individus aussi bien armés pour manier les justifications rétrospectives que de se préserver des situations d’enquête. Je m’en suis donc tenu à esquisser certains aspects des origines familiales des deux protagonistes : la bourgeoisie culturelle chez Badiou qui se traduit par une évidente distance au rôle (ricanements, second degré, voix plurielles) et la petite bourgeoise économique en ce qui concerne Finkielkraut qui lui vaut cette espèce de tension toujours à la limite de celui qui en fait trop. Pour ce qui est de la socialisation secondaire et, en particulier, des facteurs scolaires, j’ai notamment pu avancer des éléments de trajectoire avec l’échec en philosophie de Finkielkraut et le fait par exemple de ne pas être germaniste pour Badiou. Mais dans ce registre des dispositions, c’est leur ouvrage « L’explication » qui allait s’avérer le matériau le plus riche en nous offrant le moyen de rendre compte du style académico-mondain qui les caractérise et rend possible un tel dialogue. À l’aide de mesures citationnelles et d’une sélection d’extraits exemplaires, nous nous sommes attachés à montrer que la complicité discursive de ces deux auteurs renferme cette croyance façonnée dans les classes préparatoires littéraires d’excellence (Louis le Grand pour Badiou et Henri IV pour Finkielkraut) de la prévalence de l’érudition ostentatoire et du commentaire pour interpréter le monde et son actualité. Tout au long du livre, Finkielkraut et Badiou ne cessent ainsi de s’adonner à l’accumulation de noms d’auteurs prestigieux, inculcation typique des khâgnes parisiennes de renom comme preuve de la mise en présence de la valeur et de l’authenticité intellectuelles. Ce qui se traduit donc par des volumes élevés de citations savantes dans les propos de Badiou (21 auteurs distincts mobilisés 61 fois au total) et de Finkielkraut (55 auteurs distincts mobilisés 108 fois au total). On le voit : le ratio des citations penche néanmoins nettement en faveur de Finkielkraut (1,4 par page contre 0,8 pour Badiou[3]) contraint de compenser son déficit de légitimité théorico-académique (ENS-Saint-Cloud et agrégation de lettres) par rapport à Badiou (ENS-Ulm et agrégation de philosophie) et, de manière générale, au cursus honorum en philosophie et de se distinguer du journalisme et de sa manipulation jugée le plus souvent béotienne de la culture. On peut d’ailleurs penser que cette tension entretenue par Finkielkraut avec la catégorie des journalistes, est sans doute à son comble compte tenu d’un dispositif conduit par une représentante de la profession, Aude Lancelin, qui plus est agrégée de philosophie.

Tableaux. Nom, fréquence, numéro(s) de pages et usage des citation(s) intellectuelle(s) et polico-journalistique(s) mobilisées par Alain Finkielkraut dans l’ouvrage L’explication

Citations intellectuelles Fréquence Numéro(s) de page Usage(s)
Lévi-Strauss 8 p. 47, 62, 90 90 90 90, 91 et 91 +
Tocqueville 7 p. 121, 121, 125, 125, 126, 126 et 126 +
Albert Camus 7 p. 40, 402 66, 131, 154 et 167 +
Hannah Arendt 6 p. 33, 83, 84, 85, 110 et 167 +
Barthes 5 p. 137, 137, 138, 138 et 138 +
Levinas 5 p. 74, 93, 120, 166 et 167 +
Elisaveta Drabkina 4 p. 153, 153, 153, et 153 +
Simone Weil 3 p. 29, 51 et 171 +
Flaubert 2 p. 137 et 137 +
Hans Jonas 2 p. 159 et 162 +
Jean Soler 2 p. 98 et 99 +
Marc Bloch 2 p. 24 et 29 +
Orlando Figes 2 p. 152 et 152 +
Péguy 2 p. 29 et 130 +
Raymond Aron 2 p. 73 et74 +
René Char 2 p. 40 et 66 +
Franz Rosenzweig 2 p. 93 et 166 +
Wladimir Rabinovitch 2 p. 66 et 67 +
saint Paul 1 p. 94 +
Adam Smith 1 p. 131 +
Aragon 1 p. 96 +
Benjamin Constant 1 p. 125 +
Bernanos 1 p. 29 +
Catherine Kintzler 1 p. 36 +
Claude Lefort 1 p. 167 +
Cornélius Castoriadis 1 p. 167 +
Élisabeth Badinter 1 p. 36 +
Élisabeth de Fontenay 1 p. 36 +
François Furet 1 p. 72 +
Herman Cohen 1 p. 93 +
Isaac Babel 1 p. 152 +
Jaspers 1 p. 85 +
Arthur Koestler 1 p. 28 +
Léo Strauss 1 p. 167 +
Leszek Kolakowski 1 p. 47 +
Maïakoswksi 1 p. 163 +
Michael Walzer 1 p. 78 +
Michel Foucault 1 p. 133 +
Monique Chemillier-Gendreau 1 p. 97 +
Montaigne 1 p. 167 +
Régis Debray 1 p. 36 +
Renan 1 p. 23 +
Renaud Camus 1 p. 106 +
Simon Leys 1 p. 120 +
Soljenitsyne 1 p. 160 +
saint Paul 1 p. 74 neutre
Marx 4 p. 121, 121, 144 et 152
Maurras 2 p. 111 et 111
Sartre 2 p. 40 et 40
Roussau 2 p. 120 et 120
Anatoly Lounatcharski 1 p. 154
Brasillach 1 p. 29
Cécile Winter 1 p. 101
Drumont 1 p. 29
Olivier Mongin 1 p. 58

 

Citations politico-journalistiques Fréquence Numéro(s) de page Usage(s)
Sarkozy 7 p. 27, 31, 40, 42, 42, 42 et 66 +
De Gaulle 2 p. 29 et 95 +
Polanski 2 p. 58 et 59 +
Aaron Finkielkraut 1 p. 143 +
Abraham 1 p. 74 +
Churchill 1 p. 95 +
Fatah 1 p. 79 +
Dreyfus 1 p. 78 +
France Culture 1 p. 108 +
Le Monde 1 p. 56 +
Jean-Claude Bouchet (Maire de Cavaillon) 1 p. 56 +
MEDEF 1 p. 138 +
Michel Rocard 1 p. 165 +
Moïse 1 p. 99 +
Nouvel Observateur 1 p. 137 +
Polytechnique 1 p. 108 +
Rama Yade 1 p. 61 +
Sharon 1 p. 112 +
Spartacus 1 p. 164 +
Unesco 1 p. 90 +
Yannick Noah 1 p. 61 +
Yasser Arafat 1 p. 99 +
Zidane 1 p. 61 +
Institut Smolny 1 p. 153 +
Pétain 3 p. 29, 40 et 42
Diam’s 2 p. 60 et 61
Hitler 2 p. 29 et 99
Lénine 2 p. 156 et 154
Ahmadinejad 1 p. 111
Elie Hobeika 1 p. 112
Hamas 1 p. 79
Hugo Chavez 1 p. 111
Mao 1 p. 164
Mediapart 1 p. 40
ONU 1 p. 111
Pie XII 1 p. 74
Richard Descoings 1 p. 24
Robespierre 1 p. 165
Staline 1 p. 152

Tableaux. Nom, fréquence, numéro(s) de pages et usage des citation(s) intellectuelle(s) et politico-journalistique(s) mobilisées par Alain Badiou dans l’ouvrage L’explication

Citations intellectuelles Fréquence Numéro(s) de page Usage(s)
Marx 19 p. 31, 31, 44, 45, 46, 52, 77, 81, 115, 127, 129, 129, 139, 155, 156, 160, 164, 165 et 171 +
saint-Paul 9 p. 67, 77, 77, 77, 77, 78, 92, 92 et 92 +
Platon 5 p. 135, 135, 135, 135 et 146 +
Cécile Winter 4 p. 102,102,103 et 104 +
Rousseau 3 p. 54, 124 et 124 +
Tocqueville 3 p. 122, 129 et 132 +
Aragon 2 p. 30 et 96 +
Hannah Arendt 2 p. 72 et 82 +
Hegel 2 p. 86 et 88 +
Aristote 1 p. 30 +
Camus 1 p. 96 +
Chateaubriand 1 p. 124 +
Corneille 1 p. 51 +
Galilée 1 p. 163 +
Raul Hilberg 1 p. 71 +
Les Lumières 1 p. 94 +
Nietzche 1 p. 34 +
Paul Celan 1 p. 104 +
Proust 1 p. 51 +
Jean-Claude Milner 1 p. 81
Maurras 1 p. 96


Citations politico-journalistiques Fréquence Numéro(s) de page Usage(s)
De Gaulle 2 p. 96 et 96 +
Lénine 2 p. 79 et 157 +
Parti communiste français 2 p. 140 et 140 +
Arafat 1 p. 83 +
Christ 1 p. 77 +
Guevara 1 p. 164 +
Lumumba 1 p. 164 +
Mao 1 p. 164 +
Rosa Luxembourg 1 p. 164 +
Spartacus 1 p. 164 +
Toussaint Louverture 1 p. 164 +
Trotsky 1 p. 79 +
Raymond Badiou 1 p. 146 +
Eugène Varlin 1 p. 164 +
Louis XIV 1 p. 53 neutre
Pétain 6 p.25, p. 26, p. 30, p. 52, p. 95 et p. 95
Sarkozy 6 p. 25, p. 25, p. 25, p. 26, p. 41 et p. 61
Staline 2 p. 80 et 81
Hamas 2 p. 81 et 94
Eric Besson 1 p. 25
bolcheviks 1 p. 158
Google 1 p. 136
Hezbollah 1 p. 94
Versaillais 1 p. 61

Tableaux. Nom, fréquence, numéro(s) de pages et usage des citation(s) intellectuelle(s) et politico-journalistique(s) mobilisées par Aude Lancelin dans l’ouvrage L’explication

Citations intellectuelles Fréquence Numéro(s) de page Usage(s)
Sartre 3 p. 17, 17 et 18 +
Levinas 2 p. 18 et 18 +
Lévi-Strauss 2 p. 91 et 91 +
Hugo 1 p. 11 +
Marx 1 p. 141 +
Philippe Muray 1 p. 9 +
Proudhon 1 p. 18 +
Rousseau 1 p. 54 +
Walter Benjamin 1 p. 141 +
Jean-Claude Milner 2 p. 14 et 72 neutre
Bernard-Henri Lévy 1 p. 14 neutre
Cécile Winter 1 p. 16 neutre
Claude Lanzmann 1 p. 16 neutre
Marx 1 p. 92 neutre
Péguy 1 p. 14 neutre
Platon 1 p. 135 neutre
Renaud Camus 1 p. 14 neutre
Slavoj Zizek 1 p. 14 neutre
saint-Marc 1 p. 155 neutre
Benny Lévy 2 p. 17 et 18
Toni Negri 1 p. 53


Citations politico-journalistiques Fréquence Numéro(s) de page Usage(s)
Claude Pédriel 1 p. 17 +
Jean Daniel 1 p. 17 +
Caran d’Ache 1 p. 11 +
Indigènes de la République 1 p. 112 neutre
Sarkozy 1 p. 14 neutre
Patrick Buisson 1 p. 66
Sarkozy 1 p. 169
Pavlov 1 p. 13
Staline 1 p. 155

Graphiques. Nom, fréquence et usage des citations intellectuelles et politico-journalistiques mobilisées par Alain Finkielkraut, Alain Badiou et Aude Lancelin dans l’ouvrage L’explication. Cliquer pour agrandir

Lecture :

Il s’agit de réseaux bimodaux orientés modélisant le nom, la fréquence et l’usage des citations des trois auteurs de l’ouvrage.

Position des points : Elle résulte d’une manipulation manuelle puisqu’en l’absence de structuration positionnelle, la distance n’a pas ici à proprement parler de valeur interprétative.

Forme et couleur des points : Carré arrondi jaune = auteur. Cercle bleu = citation(s) intellectuelle(s) positive(s). Cercle orange = citation(s) intellectuelle(s) neutre(s). Cercle rouge = citation(s) intellectuelle(s) négative(s). Cercle vert foncé = citation(s) politico-journalistique(s) positive(s). Cercle vert clair = citations politico-journalistique(s) neutre(s). Cercle gris = citation(s) politico-journalistique(s) négative(s).

Surface des points : Elle est proportionnelle ici à la fréquence de la citation considérée.

L’usage citationnel inflationniste de la part de Badiou et Finkielkraut s’explique avant tout par l’enjeu des luttes de classements qui travaille l’espace de la visibilité intellectuelle. L’un et l’autre trouvent dés lors le moyen dans cette stratégie discursive de mettre en scène la confrontation de leur blason théorique respectif : au structuralisme althussérien (Marx : 19 fois) et à la métaphysique (saint Paul : 9 fois et Platon : 5 fois) que revendique Badiou répondent ainsi les emblèmes brandis par Finkielkraut de l’antitotalitarisme (Tocqueville : 7 fois, Hannah Arendt : 6 fois et Benjamin Constant, Claude Lefort, Cornelius Castoriadis, François Furet : 1 fois) et l’altérité (Lévi-Strauss : 8 fois[4], Lévinas : 5 fois et Simone Weil : 3 fois). Autre modalité de la khâgne présente chez nos co-auteurs, celle qui entend subvertir la pure scolastique en passant un corpus profane au crible d’un ensemble de signifiants doctes. À travers cette variante mondaine de l’académisme, Badiou et Finkielkraut affirment la prévalence d’une culture philosophico-littéraire pour donner du sens à l’actualité, captant ainsi les préoccupations d’intelligibilité de ce grand public cultivé face au flux continu de l’information. Il est clair cependant que la nature et le nombre des citations ne peuvent se faire au détriment du maintien de sa position dans les hiérarchies institutionnelles de la noblesse théorique. Ce que l’on observe parfaitement s’agissant de Badiou et Finkielkraut où dans ce registre le premier s’en tient surtout aux attendus de son rang de théoricien militant (Lénine : 2 fois, Guevara : 1 fois, Mao : 1 fois, Pétain : 6 fois, Sarkozy : 6 fois) tandis que le second en tant qu’essayiste peut sans risque se laisser aller à agrémenter son discours des célébrités de la presse commerciale (Zidane : 1 fois, Noah : 1 fois, Diam’s : 1 fois, Polanski : 1 fois, etc.). En dépit de ces libertés de forme, l’appartenance de Finkielkraut à ce pôle journalistico-éditorial se traduit néanmoins en retour par un maniement nettement plus hétéronome des références où ce dernier prend soin par exemple d’accorder une place à ses dépendances institutionnelles (France Culture : 1 fois, l’École polytechnique : 1 fois, le MEDEF: 1 fois, Le Monde: 1 fois, etc.) ainsi qu’à ceux qu’il considère comme ses alter ego et qui le lui rendent bien (Régis Debray : 1 fois, Élisabeth de Fontenay : 1 fois, Catherine Kinztler : 1 fois, Élisabeth Badinter : 1 fois, etc.). Cette même contrainte de la révérence de l’employé à l’employeur s’exprime également chez Aude Lancelin qui, eu égard à son statut de journaliste au Nouvel Observateur, ne manque pas, elle non plus, l’occasion au détour d’une question de rappeler ceux qui sont les dirigeants historiques de l’hebdomadaire et à qui elle doit d’être là (Claude Pédriel : 1 fois et Jean Daniel : 1 fois). À l’évidence, ce livre semble clairement avoir été conçu avec l’intention en creux que cette « explication » entre deux intellectuels que tout oppose, ne saurait en rester à un dialogue de sourds où chacun camperait sur ses positions. Or, il est clair que ce passage tendanciel de la dispute à l’échange doit être mis en relation avec les intérêts convergents que ne peuvent manquer d’entretenir ceux pour qui les logiques de visibilisation intellectuelle constituent désormais de véritables carrières.

Tableau. Nature des échanges citationnels entre Alain Finkielkraut, Alain Badiou et Aude Lancelin dans l’ouvrage L’explication 

Citations Usage(s) Alain Badiou Usage(s) Alain Finkielkraut Usage(s) Aude Lancelin Echanges citationnels Fréquence totale
Albert Camus + + ne cite pas consensus 8 (1 + 7 + 0)
Aragon + + ne cite pas consensus 3 (2 + 1 + 0)
De Gaulle + + ne cite pas consensus 4 (2 + 2 + 0)
Hamas ne cite pas consensus 3 (2 + 1 + 0)
Hannah Arendt + + ne cite pas consensus 8 (2 + 6 + 0)
Jean-Claude Milner ne cite pas neutre consensus 3 (1 + 0 + 2)
Levinas ne cite pas + + consensus 7 (0 + 5 + 2)
Lévi-Strauss ne cite pas + + consensus 10 (0 + 8 + 2)
Maurras ne cite pas consensus 3 (1 + 2 + 0)
Péguy ne cite pas + neutre consensus 3 (0 + 2 + 1)
Pétain ne cite pas consensus 9 (6 + 3 + 0)
Platon + ne cite pas neutre consensus 6 (5 + 0 + 1)
Renaud Camus ne cite pas + neutre consensus 2 (0 + 1 + 1)
saint Paul + + et neutre ne cite pas consensus 11 (9 + 2 + 0)
Spartacus + + ne cite pas consensus 2 (1 + 1 + 0)
Staline consensus 4 (2 + 1 + 1)
Tocqueville + + ne cite pas consensus 10 (3 + 7 + 0)
Cécile Winter + neutre dissensus 6 (4 + 1 + 1)
Lénine + ne cite pas dissensus 4 (2 + 2 + 0)
Mao + ne cite pas dissensus 2 (1 + 1 + 0)
Marx + + et neutre dissensus 25 (19 + 4 + 2)
Roussau + + dissensus 6 (3 + 2 +1)
Sarkozy + – et neutre dissensus 15 (6 +7 + 2)
Sartre ne cite pas + dissensus 5 (0 + 2 +3)

Graphique. Réseau des citations échangées entre Alain Finkielkraut, Alain Badiou et Aude Lancelin dans l’ouvrage L’explication

Lecture :

Il s’agit d’un réseau bimodal orienté où les points et les liens représentent les citations communes à au moins deux locuteurs parmi les trois ainsi que leur nature consensuelle ou non.

Position des points : Elle résulte d’une manipulation manuelle puisqu’en l’absence de structuration positionnelle, la distance n’a pas à proprement parler de valeur interprétative.

Forme et couleur des points : Carré arrondi jaune = Alain Finkielkraut, Alain Badiou et Aude Lancelin. Cercle bleu = consensus citationnel (combinaisons rencontrées : positif, positif, ne cite pas ; positif, positif, neutre ; négatif, négatif, ne cite pas ; négatif, ne cite pas, neutre ; ne cite pas, positif, neutre ; positif, positif et neutre, ne cite pas) et cercle rouge = dissensus citationnel (combinaisons rencontrées : positif, négatif, neutre ; positif, négatif, ne cite pas ; positif, négatif, positif et neutre ; positif, négatif, positif ; négatif, positif, négatif et neutre).

Surface des points : Elle est proportionnelle ici à la somme des fréquences de la citation considérée.

N’ayant de cesse d’opérer par ses questions, ses relances et, de façon générale, sa présence tout un travail spécifique d’amadouement (affinités électives, ouverture, décontraction, etc.) entre les deux parties, Aude Lancelin joue là parfaitement son rôle de négociatrice rompue à la diplomatie intellectuelle, comme le montre entre autres le fait qu’elle s’efforce de donner des gages d’affinités vis-à-vis des classements de chacun (Marx, Rousseau, Platon, Jean-Claude Milner, côté Badiou et Lévi-Strauss, Lévinas et Renaud Camus, Péguy, côté Finkielkraut). Car, ce qui se joue pour ces agents du journalisme culturel recherchant dans ces dispositif de la rencontre à susciter la (ré-)conciliation des personnes, c’est au fond le secret espoir d’apporter leur contribution à l’histoire des idées sur un autre mode que celui du dépassement théorique qui les exclut. De même, derrière le fait d’accepter de tempérer leurs divergences idéologiques présumées, il y a surtout pour Badiou et Finkielkraut l’opportunité d’accroître leur visibilité respective en pariant sur l’accès à des franges de lectorat, qui n’auraient guères été disposés jusqu’à les voir réunis à ne pas lire un autre que celui ayant déjà leur faveur. Quoi de mieux pour se retrouver entre détenteurs de capitaux littéraires fondés sur le modèle de la khâgne[5] que de puiser alors dans ce répertoire commun du patrimoine littéraire (Albert Camus, Aragon, etc.) et du panthéon des « grands hommes » (De Gaulle, Spartacus, etc.). Mais ces signes d’apaisement ne semblent guère suffisants aux yeux Badiou qui fera preuve d’une certaine magnanimité à l’égard de Finkielkraut en faisant siens quelques-uns de ses auteurs de prédilection comme Tocqueville (3 fois) ou bien Hannah Arendt (2 fois). Enfin, comme le rappelait Pierre Bourdieu à propos du débat entre Barthes et Picard, même les désaccords les plus profonds ne peuvent se faire sans accorder sur l’essentiel à savoir ce pour quoi on ne se dispute pas. À cet égard, la partition citationnelle d’apparence polémique en termes d’auteurs que nous dispensent Badiou, Finkielkraut et Lancelin (on ne se chamaille finalement pas tant que ça : beaucoup sur Marx et Sarkozy et un peu sur Lénine et Mao, Cécile Winter, Rousseau, et Sartre), s’avère un cas particulièrement exemplaire en donnant à voir une même exclusion, celle des sciences sociales dont il semble pourtant difficile de justifier que sur des objets comme l’école ou les jeunes des banlieues où elles ont conquis un vaste crédit elles puissent n’être jamais convoquées. Mais cette omission n’a rien d’un hasard et trahit plutôt un sentiment de défiance vis-à-vis de disciplines mettant en péril la légitimité de ceux qui se réclament ici de cette figure de l’intellectuel s’autorisant à juger et jauger le monde social en surplomb au nom de la croyance dans la toute-puissance de la pensée que leur a conférée les plus hautes institutions scolaires.

*

 *           *

Pour conclure, il nous semble important de revenir sur la fréquentation de ces zones intermédiaires du journalisme, de l’édition, de la culture, du management, etc., qui, on l’aura compris, procurent de la visibilité mais plus encore des visions et des intérêts de la classe dirigeante parmi lesquels ceux de l’accroissement de son capital économique. Ainsi, les revenus tirés des conférences et surtout de la vente des livres sont peut-être encore loin de ceux perçus par les élites économiques et politiques, mais sans comparaison possible en revanche avec les salaires actuels d’un enseignant du supérieur[6]. En dépit des effets réjouissants qu’offre la sociologie lorsque, et c’est le cas ici, la démonstration dépasse de très loin ce que l’on pressentait au départ, il est difficile de ne pas dire de l’époque intellectuelle actuelle qu’elle n’est pas très réjouissante, surtout face à ce type de produits tels que le livre de conversation Badiou/Finkielkraut, qui n’évoque en définitive qu’une espèce de coup éditorial « gagnant / gagnant ». Car, sur le fond, l’opposition qui y est mise en scène ne nous livre rien d’autre que l’inconséquence de deux points de vue sur le monde social associés à deux formes de conservatisme vis-à-vis de l’ordre établi, l’un réactionnaire (« l’école comme idéologie du don ») et l’autre radical (« plus d’école : ça sert à rien ! »). De fait, sans doute faut-il considérer que la diffusion des travaux de sociologie des intellectuels au-delà du cercle des pairs n’a jamais été aussi impérieuse qu’aujourd’hui en permettant notamment de contribuer à se déprendre de ces coups de force opérés par ces circuits de la visibilité où le chic passe pour de l’authentique, la performance pour de l’intelligence et la parole pour des actes.

Boris Attencourt

Image en bandeau : Libracesp (public domain), via Pixabay.


[1] Pierre Bourdieu notait à ce propos le lien entre cet intérêt philosophique sans précédent autour des questions de pouvoir et le contexte des mouvements contestataires étudiants de Mai 68 (cf. Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004, p. 18).
[2] Ce sont là des notions préemptées par Badiou et qu’il s’emploie à appliquer à divers domaines et, en particulier, à celui des idées politiques.
[3] Cette moyenne est calculée à partir du nombre total de citations savantes et de celui de pages que l’on peut rapporter à chacun, à savoir 75,5 (151 divisées par 2).
[4] Précisons qu’il s’agit là d’un Lévi-Strauss duquel on a expurgé ses penchants structuralistes pour en faire un penseur de l’altérité.
[5] Concernant Badiou et sa maîtrise supposée des mathématiques qui semble néanmoins relever moins d’une véritable philosophie des sciences que d’usages métaphoriques, on lira les articles de Pascal Engel, « Il Bidone. La soi-disant ontologie mathématique d’Alain Badiou » et de Pierre Schapira, « L’Éloge des mathématiques d’Alain Badiou ou le fantasme d’une théorie absolue », in Zisel, n° 1, janvier 2017, p. 187-203 & p. 205-215.
[6] Voir à ce sujet les déclarations totalement décomplexées sur le plan des ressources financières que tient l’anthropologue Pascal Picq (« Vous m’auriez connu il y a quinze ans, je n’étais pas sapé comme ça. » ou encore « Je gagne mieux ma vie actuellement que mes collègues professeurs. »), in Caroline Michel, « De 3.000 à 10.000 euros la conférence : le lucratif business des intellectuels », Bibliobs, mis en ligne le 10 février 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *