Réponse à la réponse de Pascal Ragouet

Et donc, comme convenu, voici la réponse de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages à la réponse de Pascal Ragouet. Aux lectrices et aux lecteurs d’approfondir à présent, en allant d’abord découvrir l’ouvrage important et discutable (au sens le plus positif du terme) que ce dernier a publié.

Les recensions critiques, réalisées avec le plus grand soin et la plus grande attention qui soit, ont cette vertu heuristique d’amener l’auteur de l’ouvrage recensé à préciser un certain nombre d’éléments ou de points aveugles. A notre longue recension de dix-neuf pages, Pascal Ragouet a ainsi proposé une réponse argumentée de cinq pages : chacun d’entre nous a donc eu le plaisir d’être vraiment lu – chose qui est, somme toute, relativement rare, dans la mesure où les recensions sont, la plupart du temps et au mieux, un moyen pour faire circuler son nom dans les revues et pour attirer l’attention bienveillante de l’auteur, ou au pire un renvoi d’ascenseur qui se fond en éloges et ne mentionne que quelques critiques sans substance – pour la forme.

Du reste, la longueur de la critique et le temps consacré à la lecture est proportionnelle à l’intérêt de l’ouvrage. Un livre inintéressant ne mérite pas qu’on lui consacre la moindre ligne. Loin de nous, donc, de souscrire à la formule de Pascal Ragouet selon laquelle les quelques lignes consacrées à l’intérêt de son livre perdent toute leur valeur face au flot de critiques que nous faisons par ailleurs. Nous redisons que cet ouvrage est une contribution importante à la sociologie des controverses scientifiques, quels que soient nos avis respectifs sur l’avenir de ce courant de la sociologie des sciences et des techniques. Oui, il est bon d’entendre que les sciences sont traversées par des normes et que le mot de « rationalité » n’est pas un gros mot. Oui, la notion d’idioparadigme est stimulante et potentiellement heuristique (peut-être Pascal Ragouet prépare-t-il un autre ouvrage qui vise à en préciser les contours ?).

Nous laisserons de côté les réponses liées à la lecture des auteurs, car la discussion risque fort de tourner en conflit herméneutique et de n’aboutir qu’à une confrontation stérile de citations, aux dépens du contenu.

En revanche, nous souhaiterions revenir une fois encore sur la critique, à notre sens centrale, de la construction théorique de Pascal Ragouet, une construction pleinement axée, si nous l’avons bien lue, autour de la notion de « science normale ». On aurait attendu de l’auteur qu’il nous fournisse effectivement une définition de la « science normale » sans se contenter de renvoyer à Thomas Kuhn, car la confusion du lecteur ne cesse de s’épaissir au cours de l’ouvrage, tant l’usage que Pascal Ragouet en fait semble s’écarter du sens qu’en donnait l’auteur de La structure des révolutions scientifiques, y compris même dans son indétermination caractérisée (indétermination par ailleurs largement réduite dans la postface qu’il publie en 1969, mais passons). Se cacher derrière la pluralité des sens conférés à la « science normale » ne dispense pas, comme chercheur, de restreindre le périmètre scientifique de la notion, et ce d’autant plus qu’elle est au cœur de l’ouvrage. Sans compter que dans ces différents sens, Thomas Kuhn n’a jamais associé normalité et normativité. Rien n’empêche d’apporter un autre contenu aux concepts que l’on utilise, évidemment, mais il faut alors le préciser et le développer, ce qui nous semble insuffisamment fait ici. Cette association demeure implicite et peu questionnée, ce qui finit par fragiliser, du point de vue du lecteur, l’ensemble théorique de l’ouvrage.

Pour terminer, nous tenons à remercier Pascal Ragouet de s’être prêté à cet exercice de disputatio sans lequel nulle science n’est possible et qui, nous l’espérons, aura permis de faire avancer la discussion autour de son ouvrage, nous le répétons, tout à fait intéressant.

Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages

Image en bandeau :  StockSnap, via Pixabay.


3 réflexions au sujet de « Réponse à la réponse de Pascal Ragouet »

  1. Bonjour,
    je n’attends pas d’avoir commandé et donc reçu le N°2 de la revue Zilsel (que j’apprécie) pour réagir. Je conçois très bien qu’une analyse sociologique s’intéresse à l’histoire de la « mémoire de l’eau » et à ses protagonistes. Par contre, je suis très étonné que soit évoquée une controverse à ce sujet. Il y a controverse lorsque deux parties s’opposent de façon « égalitaire », même si l’une d’entre elle a raison, et donc l’autre tord. Pour ce qui concerne la « mémoire de l’eau », il n’y a pas de controverse scientifique. La méthodologie, les résultats des mesures, les supports théoriques, ne satisfaisaient pas aux critères de base de la science et des connaissances scientifiques. Aujourd’hui, l’autorité de Benvéniste apparaît dans des pseudosciences telles que, par exemple, la « médecine quantique » et – il est triste de le constater- par celle de Luc Montagnier qui reprend les idées de Benvéniste avec ses expériences révolutionnaire (et complètement farfelues) sur la reconstitution de l’ADN à partir de signaux numérisés. Ce n’est pas par dogmatisme que la science a rejeté et rejette cette fameuse « mémoire de l’eau », c’est parce que la communauté scientifique s’efforce d’avoir une démarche rigoureuse (oserai-je dire rationnelle et logique?) qui est capable de reconnaître ce qui relève de la science authentique (pour ne pas dire officielle) et de la pseudoscience qui pullule sur internet et dans les médias.
    Par contre, j’y reviens, l’analyse sociologique des acteurs est certainement intéressante.
    Longue vie à la revue Zilsel!
    Francois Vazeille, physicien, directeur de recherche émérite

  2. La controverse scientifique au sujet de la mémoire de l’eau fut de courte durée. La papier original fut imposé à Nature, malgré l’avis des rapporteurs du comité de lecture. Toutes les expériences destinées à reproduire les résultats publiés ont échoué. Il faut souligner que l’étude de Benveniste et al. était financée en partie par Boiron. Il était difficile de conclure à un effet inexistant des substances homéopathiques ! Quant à l’avis de Luc Montagnier, il n’est pas le premier lauréat du prix Nobel à dire des sottises …
    Pour ce qui est de la controverse sociologique, trente ans après ça sent le réchauffé

  3. Je ne voudrais pas que l’on se méprenne: je n’ai rien contre la sociologie bien au contraire. Par contre le fait qu’au 21ème siècle une partie importante de la population continue de croire à un quelconque effet des substances homéopathiques me surprend, alors qu’aucune étude ne va dans ce sens. Il y a trois siècles et demi Molière vilipendait les « Diafoirus » , qui s’exprimaient en latin pour être bien certains que leurs patients ne comprenaient pas ce qu’ils disaient. Aujourd’hui certains médecins répondent que la médecine n’est pas une science mais un art ! Sous entendu l’effet des médicaments n’a pas à être prouvé scientifiquement. C’est de l’obscurantisme pur et simple. C’est là le vrai sujet pour les sociologues. Ceci dit il convient de saluer les artistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *