Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (2/3)

Reprise de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. La thèse soutenue et publiée, Francis pose ensuite les premiers jalons d’un programme de recherche qui s’étayera sur différents objets et terrains à partir du début des années 1990. Il reconstitue la maturation de ses recherches sur la preuve et la genèse d’Experts et faussaires (1995). Des concepts-clés apparaissent alors (« prise », « tangible », etc.) et révèlent peu à peu leur pouvoir de rupture avec le mainstream des théories de l’action. C’est l’occasion également de réitérer des critiques énoncées à l’encontre de la théorie de l’acteur-réseau qui commence de s’imposer, au Centre de Sociologie de l’Innovation et ailleurs, par la force d’enrôlements et de traductions redoutablement efficaces. C’est notamment en explorant les points aveugles et les implicites politiques (qui le sont de moins en moins avec le temps) de cette approche aujourd’hui résistible que Francis s’est donné les moyens de progresser.

Comment es-tu passé du cadre qui sous-tend La Faute professionnelle, ouvrage qui, dans sa forme, est encore très académique, à celui, plus surprenant, en tout cas singulier, que présente le livre avec Christian Bessy, Experts et faussaires ?

Comme Christian Bessy, j’avais obtenu de rester au Centre d’Études de l’Emploi après ma thèse. Nous n’avions pas de direction précise, en dehors de celle qui consistait à valoriser et à publier comme il se doit – même si à l’époque la pression était bien moindre qu’aujourd’hui. Nous avions aussi en charge un séminaire consacré aux conventions de qualité. Dès 1991, l’idée a ainsi émergé de travailler sur des objets qui résistaient aux cadres théoriques dans lesquels nous baignions en allant regarder du côté des affaires de faux et de contrefaçons. Drôle d’idée quand on y pense. Cela dit, les investissements consentis vis-à-vis du droit – Christian Bessy ayant lui aussi fortement étudié le droit social – nous aidaient à explorer les enjeux liés à la propriété intellectuelle. Et c’est aussi à ce moment-là qu’eut lieu la première rencontre avec Marie-Angèle Hermitte, déjà bien engagée dans les questions de brevetabilité du vivant et des lignées végétales en particulier (voir son récit dans Le droit saisi au vif, [Hermitte 2013]). Et de fil en aiguille, la logique d’enquête sur l’étrange jeu entre experts et faussaires nous a conduits dans des directions inattendues. À travers plusieurs textes intermédiaires, on a fini par fixer les choses autour du concept de « prise » qui nous semblait concentrer les qualités requises pour dire ce que les autres modèles ne disaient pas.

Nouvelle édition d'Experts et faussaires, augmentée d'une postface, à paraître fin mars 2014 dans la collection « Pragmatismes » des Éditions Pétra
Nouvelle édition d’Experts et faussaires, augmentée d’une postface, à paraître fin mars 2014 dans la collection « Pragmatismes » des Éditions Pétra

Entre temps, l’expérience informatique amorcée quelques années plus tôt avait changé de régime avec l’arrivée de Jean-Pierre Charriau. Ensemble, nous avons conçu les grandes lignes du logiciel Prospéro – le nom a été choisi fin 1994, à l’issue d’une représentation de La tempête mise en scène par Peter Brook aux Bouffes du Nord, un des plus beaux moments de théâtre auquel j’ai assisté, qui m’a conduit à lire et relire l’œuvre de Shakespeare. Dans la même période, sur les conseils de Luc Boltanski et de Claudine Herzlich, je me suis présenté au concours des maîtres de conférences de l’EHESS, en 1993, puis en 1994. Bruno Latour m’avait invité à rejoindre le CSI mais pour des raisons multiples je ne m’y voyais pas – la forte imbrication du CSI dans les montages de projets en réseaux m’effrayait quelque peu. En même temps, j’avais de plus en plus de choses à faire et à dire sur les sciences et les techniques. D’ailleurs, mon projet pour l’EHESS était intitulé « Pour une sociologie de la preuve ». Ce projet a donné lieu à un texte exploratoire, Essai sur le tangible (1996, toujours en ligne), et transformé beaucoup plus tard en article pour Raisons pratiques sous le titre « L’épreuve du tangible » (Chateauraynaud 2004). C’est là un point qui vous intéresse plus particulièrement : au fil du temps, j’avais acquis un certain background en sociologie des sciences, dépassant largement les seuls travaux de Callon et Latour, et qui prenait sa source dans un séminaire animé par Benjamin Matalon – quelqu’un qui a eu une certaine influence sur ma manière de lire la sociologie et l’histoire des sciences. Avec la question de la preuve, j’explorais l’espace des possibles théoriques et empiriques au-delà du partage un peu convenu entre constructivisme et positivisme : il s’agissait de regarder systématiquement, dans un large éventail d’activités, comment s’y prennent les acteurs pour élaborer des preuves. Et sur cette question, il me semblait clairement intenable de passer en force avec des expressions comme celle de « réseau hétérogène ». La difficulté à former des preuves allait, dans le même mouvement, devenir un des ressorts de l’étude des alertes et des controverses autour des risques, ce qui tombait plutôt bien puisque le principe de précaution commençait à s’imposer et que la notion d’incertitude devenait de plus en plus centrale – ce qui m’a conduit, sans doute par esprit de contradiction, à remobiliser l’opuscule de Wittgenstein, De la certitude (1965).

Dans tes travaux, tu mets beaucoup l’accent sur des « épreuves de vérité », notion qui n’est pas très compatible avec l’explication par les réseaux…

Du confort d'imaginer les acteurs en guignols. Théâtre des marionnettes, vers 1930 (source : Gallica.fr)
Du confort d’imaginer les acteurs en guignols. Théâtre des marionnettes, vers 1930 (source : Gallica.fr)

C’est exact. L’enquête menée avec Bessy, autour de l’expertise et de l’activité des faussaires, correspond à un moment d’affirmation d’une différence, celle que se doit de produire tout chercheur vis-à-vis des aînés auxquels il est tenu, dit-on, de payer sa dette. Pour sortir des sentiers que nous avions nous-mêmes contribué à tracer, nous sommes allés chercher assez loin : d’abord dans la phénoménologie, chez Maurice Merleau-Ponty, Martin Heidegger, Gilbert Simondon, Gilles Deleuze, avec en particulier son ouvrage sur Leibniz, Le Pli, Michel Henry, ou encore, plus proches de nous Fernando Gil ou Francesco Varela, que j’avais eu la chance de rencontrer directement. Cela permettait de déplacer le regard et de pointer, dans les nouvelles sociologies, l’absence de toute phénoménologie de la perception. Les acteurs étaient dépeints comme capables de s’engager dans des situations mais sans disposer de faculté perceptuelle, sans capacité de recoupement, et surtout sans apprentissage perceptuel. Il s’agissait dès lors d’interroger les fondements des théories de l’action et du jugement en les prenant en quelque sorte à rebours : en entrant par la fabrique continue des prises sensibles sans lesquelles non seulement les acteurs décrochent assez vite du monde réel mais aussi s’interdisent d’ancrer leur créativité autrement que dans de purs systèmes symboliques, dans des représentations pour ainsi dire désincarnées. Après les réseaux, les justifications, les interactions et les conventions, retour à la matière et au corps ! C’était un pari risqué mais fondé, là encore, sur le croisement de nos lectures avec toute une casuistique : celle des multiples procédures de mise en évidence des faux et, symétriquement, de validation de pièces authentiques dans les domaines les plus divers. Au cœur des processus étudiés, on voyait les acteurs passer de choses non remarquées, non pertinentes (unnoticed, irrelevant), à la fixation de preuves et d’évidences. Décrire l’engagement corporel dans les objets, le travail perceptuel nécessaire à l’ancrage des catégories de l’action et du jugement, ouvrait de multiples pistes de recherche – et après coup je me dis que je suis loin de les avoir toutes explorées.

J’ai beaucoup discuté, au cours de cette période, avec Bernard Conein qui nous avait fait découvrir la littérature sur la cognition distribuée, l’ergonomie cognitive et tout un ensemble d’auteurs comme Hutchins, Norman ou Suchman. La discussion avec Conein a pu se déployer sur un terrain commun, celui du pilotage de centrale nucléaire, que nous avons observé ensemble et dont j’ai déjà parlé. Dans la description des situations, Conein apportait la théorie de la cognition distribuée et j’introduisais l’engagement du corps dans l’espace de travail : c’était parfaitement complémentaire (Chateauraynaud, 1997). Tout ceci m’a aussi conduit à lire énormément de textes sur la cognition et les rapports entre indices et signes. En remontant le fil des traditions, je m’étais notamment arrêté sur Peirce, qui était alors beaucoup plus lu, en France au moins, pour sa sémiologie que pour son pragmatisme, et sur Gibson, dont le concept d’affordance (Gibson, 1979) s’est mis à circuler peu de temps après dans les sciences sociales. Certains considèrent d’ailleurs que le concept de prise est une traduction de celui d’affordance, alors que dans nos travaux il avait une fonction plus symétrique (voir Experts et faussaires, 1995 : 268-269).

Dans l’article de 1991 pour la revue Critique sur la nouvelle anthropologie des sciences et des techniques (Chateauraynaud 1991), tu reproches à la théorie de l’acteur-réseau de ne présenter que la dimension toujours ouverte et jamais stabilisée des opérations de chaînage formant le réseau. Comment articules-tu stabilité et changements ?

Je pense toujours qu’il y a un grand intérêt heuristique à regarder ce qui bouge, ce qui change, ne serait-ce que parce que les inerties et les résistances sont rendues manifestes dans le même mouvement – la figure de la balistique complexe décrivant des suites de rebonds, que j’ai beaucoup utilisée ces dernières années, renvoie aussi en miroir la résistance ou la résilience des milieux. S’il y a un plan qui fait défaut à la dynamique des réseaux, ce n’est pas tant la stabilité prise pour elle-même que le travail de maintenance qui est sous-jacent à la perpétuation ou à la tenue de route des agencements et des dispositifs. La stabilité est une notion problématique. Quand on pense aux écosystèmes par exemple, il n’y a pas de stabilité mais plutôt des formes d’équilibre dynamique. Formes d’érosion ou de sédimentation, espèces envahissantes ou en voie de disparition, sécheresses et inondations, migrations, usages différenciés des ressources : les écosystèmes bougent. Par contraste, on a tendance à concevoir les dispositifs techniques humains, ou à finalité humaine, comme plus stables que les milieux naturels, alors même qu’ils entrent aussi dans des boucles et des cycles de vie (à l’image de la durée de vie des installations nucléaires) qui évoquent plus la métastabilité que la stabilité. Sans convoquer les thèses du fameux livre de Tainter, The Collapse of Complex Societies (1988), la stabilité suppose de la maintenance, c’est-à-dire des techniques et des pratiques de veille et d’attention, toute une économie du maintien de l’ordre, et donc des professions et des institutions, lesquelles sont aussi en transformation. C’est là un point aveugle de toute une série de sociologies, et de la théorie de l’acteur-réseau en particulier. La reproduction est sous contrainte d’un travail de maintenance porté par certains acteurs. On oublie souvent des pans entiers d’activités qui font tenir les réseaux, les dispositifs ou les institutions et rendent possibles leurs performances. Ça me fait penser au film de Fellini, Prova d’Orchestra (1978) dans lequel l’orchestre, qui doit jouer une œuvre de Nino Rota, se met en grève. Il n’y a plus aucune possibilité de faire la représentation et le chef d’orchestre ne comprend plus rien.

Des couacs dans la répétition. Prova d'orchestra, par Federico Fellini, 1978 (source : avcesar.com)
Des couacs dans la répétition. Prova d’orchestra, par Federico Fellini, 1978 (source : avcesar.com)

Quand j’ai rédigé l’article sur Latour et Callon, à la demande de Vincent Descombes, je sortais de la Faute professionnelle et j’avais en tête tous ces gens qui font tenir les choses, tourner les machines et qui se débattent avec des contraintes souvent indiscernables pour d’autres. Allons plus loin : le lanceur d’alerte se loge déjà là. Si l’on regarde d’où partent les premiers signaux d’alerte, c’est très souvent de ces opérateurs de stabilité qui sont au contact des choses et qui font face à tout ce qui dysfonctionne : ils évoluent dans les plis, les fissures, les trous, les zones d’ombre, où s’expriment les frictions entre les dispositifs et des milieux en interaction. Vu d’en haut tout est codé et représenté, conçu comme stabilisé et bien ordonné : d’où la violence des surgissements de ce qui apparaît subitement hors contrôle. On retrouve ici les thèmes de la vigilance et de l’attention aux choses qui sont au centre de mes recherches. Ces thèmes peuvent d’ailleurs être reliés à la question de la souffrance au travail. La théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth (2000) doit être transposée avec parcimonie sur les cas empiriques mais elle atteint sa cible avec l’invisibilité de ceux qui œuvrent à faire tenir les choses. Il y a des blessures que la sociologie ne peut ignorer sous peine d’accroître le sentiment de mépris. Lequel peut parfois s’exprimer de façon radicale – on l’a vu autour des événements de décembre 1995 et bien d’autres mobilisations dont le mouvement de la recherche en 2009. Le mépris, on a pu le lire récemment sous la plume même de Bruno Latour qui, dans un entretien au Monde en septembre 2013, parle des français comme d’un peuple de « geignards ». Or, s’il y a des frondes, des oppositions des coups de colère, c’est qu’il y a des raisons. Et la sociologie n’est pas là pour dénoncer la préférence pour le conflit, mais pour saisir au plus près ce qui produit une colère légitime.

Pour revenir à ton texte de 1991, dans Critique, tu pointes notamment l’état d’incertitude permanent dans lequel les acteurs des réseaux callono-latouriens sont toujours pris et tu soulignes l’impossibilité de maintenir cette incertitude. S’agit-il d’après toi d’un effet pervers d’une ethnométhodologie sans fondement ou bien d’une sorte d’idéal technico-politique (pour ne pas dire technocratique) projetée sur les acteurs ?

Un des enjeux des sciences sociales, on vient de le voir, est le statut des énoncés relatifs à la stabilité des structures sociales. En énonçant que des contraintes s’imposent aux acteurs et qu’ils ne peuvent s’y soustraire sans en payer le prix ou sans être sanctionnés (chez Durkheim c’est constitutif du propos sociologique ; chez Bourdieu, cela a pris la forme des « lois de la gravitation sociale » auxquelles on ne saurait déroger sans chuter lourdement…), le sociologue tient deux discours à la fois – double discours qui a également fait la force de la pensée de Foucault : redoubler l’ordre social en le posant comme incontournable ; fournir les premiers éléments d’une prise de conscience ou d’une rébellion fournissant des prises pour un travail d’émancipation ou en tout cas de critique du système. Concernant le modèle porté par le CSI, il s’agissait avant tout de se débarrasser de toute hypothèse liée à l’existence de cadres ou de structures, posés ou donnés a priori, avant toute description et donc de considérer les choses en train de se faire et uniquement sous cet angle – celui des séquences de traduction ou, plus tard, des associations. Cela présentait l’avantage d’éviter le discours, métathéorique et hyper normatif, sur le poids des structures et des représentations sociales, pour lui substituer, chemin faisant, un autre discours normatif, valorisant l’innovation ou la capacité de déplacement permanent – qui sied parfaitement à l’acteur doué pour esquiver les épreuves ou en relativiser la portée, en se dégageant des contraintes pour aller chercher ailleurs des ressources ou des alliances… Or, évidemment, c’est minimiser, ou faire mine d’oublier, tout ce qui a été forgé, agencé, institué, distribué antérieurement et qui pèse sur les situations et les acteurs qui les traversent. À l’époque j’avais été frappé par l’absence totale d’énoncé de Callon ou Latour, et leurs épigones, sur ce qui fait le statut si particulier des personnes dans les enquêtes de sciences sociales – et dans l’article j’invoque notamment la philosophie de Paul Ricœur – Soi-même comme un autre venait de paraître (Ricœur 1990). La permanence de la personne est un problème pratique qui se pose aux acteurs, pas seulement lorsqu’ils élaborent des biographies, fixent des points d’origine ou des identités, affirment une subjectivité ou une intériorité, mais aussi quand il faut s’assurer de la loyauté de ses alliés ou de ses délégués – question qui aurait dû intéresser la sociologie de la traduction. Concevoir des entités purement connexionnistes, définies et redéfinies constamment par les cartes de liens, par les réseaux, peut ainsi conduire à bien des apories et surtout revient à valoriser des dispositifs particuliers, ceux qui enchantent les networkers et les brokers de tous poils, qui ont vite fait de reconfigurer les liens qui les arrangent ou les intéressent sans s’arrêter sur les personnes, conçues comme des ressources… ou comme des obstacles.

Par ailleurs, pour en venir à l’histoire des sciences, je trouvais que la théorie de l’acteur-réseau était un peu légère et passait souvent en force. Cela s’est confirmé par la suite. Mais, il ne faut pas tout rejeter en bloc, comme lorsque monte la querelle du relativisme ou du postmodernisme : un des axiomes générateurs de l’ethnométhodologie radicale est redoutablement efficace. Dans chaque action, interaction, situation, performance, les acteurs doivent réaliser concrètement l’ordre social. C’est flagrant sur le problème de la maintenance des dispositifs et des dispositions. Être humain cela suppose un travail continu sur soi et sur son milieu, et c’est pourquoi, plus intuitivement que de manière systématique au début, j’ai très tôt mis l’accent sur la phénoménologie de l’attention (aujourd’hui montée en politique avec le « care »). Mais en réalité, il en va de même pour tout dispositif, tout instrument, tout système de signes : il faut maintenir les agencements et la possibilité d’avoir prise dessus. Autrement dit, au-delà de l’opposition entre incertitude radicale et stabilité des systèmes, il y a la médiation du travail de veille et de maintenance, lequel est parfois rendu visible lorsque les tensions ou les frictions s’intensifient – pensons aux incidents sur un parc aéronautique ou dans des centrales nucléaires, ou encore les maladies nosocomiales dans les hôpitaux. Quand les mauvais signes font masse ou s’organisent en série, on redescend d’un cran dans la vie des réseaux – et face à la crise de la vache folle, Latour lui-même a retenu la leçon : il a revu son argument et a clamé qu’il fallait veiller sur les réseaux ! J’ai fait allusion tout à l’heure au travail sur les administrateurs-réseaux en informatique, acteurs sans lesquels la société de l’information s’effondrerait comme un château de cartes (Chateauraynaud, Trabal 2007). Les enjeux de « sécurité informatique » sont un des nœuds hypersensibles de la période récente, qu’on les prenne sous l’angle de la stabilité des réseaux ou de la surveillance et du contrôle – l’affaire Snowden, qui m’a poussé à définir un lanceur d’alerte de type 2 renouant avec le dévoilement et la dénonciation, est aussi instructive que passionnante sous ce rapport.

Dans ta thèse sur la faute professionnelle, tu envisages une sociologie pragmatique qui ne renonce pas à l’analyse des rapports de force en contexte, mais aussi hors de leur lieu d’exercice. Est-ce là une des voies du pragmatisme que tu as spécifiquement creusée ?

Orson Welles dans Macbeth, en 1948 (source : doctormacro.com)
Orson Welles dans Macbeth, en 1948 (source : doctormacro.com)

Il était difficile de traiter sérieusement des relations de travail sans introduire des rapports de pouvoirs ou des rapports de forces. Dans une forme de système axiomatique, je m’efforce de poser une règle de symétrie entre épreuves de forces et épreuves de légitimité. Une de mes sources d’inspiration – que je partageais avec un autre pensionnaire du GSPM du début, Sebastien McEvoy, linguiste et littéraire (1995) – n’est autre que William Shakespeare, dont la plupart des chefs-d’œuvre dépeignent finement les rapports entre force et justice, pouvoir et légitimité, morale et cruauté, avec tous les cycles et les renversements possibles et surtout cette ligne de crête formée par la perception sensible des signes d’un renversement ou d’un dédoublement en marche… Dans La faute professionnelle, mon problème est précisément de saisir les changements de régime des acteurs, depuis les arrangements liés aux activités ordinaires jusqu’au dévoilement d’alliances et d’oppositions. À l’époque une lecture joue un rôle important dans l’espace de raisonnement que j’essaye de construire tout en évitant les effets de doctrine : Habermas et la théorie de l’agir communicationnel (1987) ont eu beaucoup plus d’influence sur ce que j’ai fait que cela n’apparaît – au moins avant que je revienne de manière plus directe sur les questions d’argumentation.

Toute la question est de penser les rapports, les forces et les faiblesses dans les processus qui les font naître ou les réactivent, et d’en cerner les modalités d’expression – ce qui implique de se donner des cadres d’analyse capables de voir se déployer des forces, des pouvoirs ou des puissances (concepts assez différents dès que l’on creuse un peu) et de saisir la manière dont les acteurs eux-mêmes leur donnent corps, les éprouvent, les qualifient, et parfois ne parviennent pas à avoir prise dessus. Finalement, cette notion de prise qui surgit en 1992, à l’issue d’une première série d’enquêtes avec Christian, est avant tout une notion qui renvoie à des jeux de forces et de faiblesses – et j’en ai retrouvé un peu plus tard de belles figurations dans le magnifique livre de Détienne et Vernant sur la métis des Grecs (1974). Il y avait ainsi plusieurs illustrations de la prise, le prédateur, l’alpiniste ou encore le judoka…

Fin de la deuxième partie. Suite et fin à venir dans un prochain billet.

 

 Propos recueillis par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

Références citées

Chateauraynaud, F., 1997, « Vigilance et transformation. Présence corporelle et responsabilité dans la conduite des dispositifs techniques », Réseaux, n° 85, septembre-octobre 1997 : 101-127.
Chateauraynaud, F., 2004, « L’épreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissements de la preuve », Raisons pratiques, vol. 15 : 167-194.
Chateauraynaud, F., Bessy, C., 1995, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.
Chateauraynaud, F., Trabal, P., 2007, « Des vigiles invisibles : les administrateurs-réseaux et la sécurité informatique », Annales des télécommunications, vol. 62, n° 11-12 : 1293-1311.
Detienne M., Vernant, J.-P., 1974, Les ruses de l’intelligence. La métis des Grecs, Paris, Flammarion.
Gibson, J. J., 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.
Habermas, J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, trad., Paris, Fayard, 2 tomes.
Hermitte, M.-A., 2013, Le droit saisi vif. Sciences, technologie et formes de vie, Paris, Pétra.
Honneth A., 2000, La Lutte pour la reconnaissance, trad., Paris, Cerf.
McEvoy S., 1995, L’invention défensive. Poétique, linguistique, droit, Paris, Métailié.
Ricoeur P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.
Tainter J. A., 1988, The Collapse of Complex Societies, Cambridge, Cambridge University Press.
Wittgenstein, L., 1965, De la certitude, trad., Paris, Gallimard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *