Aspects méthodologiques de l’étude des circulations conceptuelles entre disciplines scientifiques. Cas d’un dialogue de sourds entre biologistes et mathématiciens dans les années 1960

Lorsque les concepts sont mis en circulation, ils suscitent des appropriations généralement contrastées. Quand bien même leurs concepteurs les auraient rigoureusement définis, il subsiste du jeu pour les éventuels utilisateurs qui voudraient les cuisiner à leur propre sauce. Et les usages les plus féconds sont alors parfois les plus éloignés des conditions de définition initiales. Cela circule, bon gré mal gré. Dans ce billet, l’historien et philosophe Ronan Le Roux propose une variation sur des usages situés du concept de « machine » que stimula la lecture de Norbert Wiener, père de la cybernétique. C’est l’occasion pour lui de revenir sur son travail de thèse (La cybernétique en France, 1948-1970, EHESS, 2010, à paraître en 2015 aux éditions Classiques Garnier), et plus particulièrement sur le problème qu’il s’est posé du choix de la théorie la plus adéquate pour rendre compte des transferts conceptuels dans les champs scientifiques qu’il étudiait alors. Loin de s’accommoder du pluralisme ambiant sans néanmoins trancher aveuglément pour LA théorie qui expliquerait tout, Ronan a finalement été convaincu de la fécondité de « l’approche transversaliste » en sociologie des sciences et techniques, et il nous explique pourquoi.

Le jeune chercheur est souvent comme devant ces petits labyrinthes illustrés, où plusieurs entrées sont possibles pour atteindre quelque Saint Graal, et les trajets suffisamment entortillés pour que l’on ne puisse deviner d’avance quel est le bon, quels sont des impasses ou chausse-trappes, et quels autres ne font que nous faire ressortir par l’une des autres entrées en ayant seulement frôlé l’objectif. Une différence est que l’architecte-illustrateur a conçu son labyrinthe en y introduisant délibérément une complexité qui bruite l’intuition visuelle et l’empêche de réduire le coût exploratoire, tandis que l’objet de recherche, pour paraphraser Norbert Wiener, « joue franc jeu » : son incertitude est sincère. Une autre différence, qui nous importe ici davantage, est que le labyrinthe illustré peut être recommencé encore et encore, tandis que la recherche académique n’offre pas vraiment ce luxe – en particulier pour des doctorants, formés, comme on peut s’y attendre, pour préférer telle entrée à telle autre, et dans l’impossibilité de les parcourir d’avance, et en quelque sorte « impunément », puisque chaque choix engage automatiquement un positionnement dans le champ, avec ses alliés et ses adversaires.

Bref, je me trouvai ainsi avec plusieurs voies d’accès à mon objet doctoral, prédisposé à en privilégier certaines et à en disqualifier d’autres. Cet objet de recherche peut être désigné de différentes façons, résumons-les ainsi : les transferts conceptuels dans le cadre des pratiques interdisciplinaires de modélisation, dans la France d’après-Guerre. Le champ des études sociales sur les sciences a été progressivement gagné par l’intérêt thématique pour l’étude des circulations intellectuelles, du point de vue, notamment, de leurs conditions pratiques. En l’absence d’un cadre analytique unifié et explicite, ce thème fait l’objet de traitements divers et variés comme les différentes entrées d’un labyrinthe, sans qu’apparaissent très clairement les avantages et inconvénients respectifs de différentes approches, et leurs éventuelles (in)commensurabilité et (in)compatibilité. Pour ma part, j’ai choisi d’employer l’approche « transversaliste » définie par Terry Shinn, tandis que d’autres approches plus connues, telles la sociologie de la traduction, ou encore l’anthropologie des objets-frontières, ne me satisfaisaient pas (toutes seront brièvement rappelées et définies, avec des références, plus loin dans le texte). Je n’ai pas regretté ce choix. Mais voilà-t-y pas qu’un point de détail soulève un paradoxe : c’est que l’approche transversaliste se présente comme un cas particulier de l’approche interactionniste, qui elle-même se présente comme un prolongement de l’approche acteur-réseau… Le soi-disant labyrinthe aux multiples entrées n’était-il pas en fait un long spaghetti enroulé sur lui-même, et dont n’importe quel point d’attaque finit tout également par vider le plat ? La réponse est non, mais encore faut-il comprendre pourquoi.

Comment ces différentes approches peuvent-elles donc avoir un air de famille, mais une valeur différente ? Si ce type de question ne pose pas de problème outre mesure la plupart du temps (n’est-il pas courant d’avoir un « chouchou » entre des êtres présentant un air de famille), encore faut-il expliquer comment on y répond dans un contexte de recherche. Le chercheur a le droit (et ne peut sans doute s’empêcher) d’avoir ses chouchous, son entrée préférée dans le labyrinthe, mais il est supposé en répondre (à part sans doute le chercheur post-moderne, qui assume son deuil de tout surmoi épistémologique, mais – est-il justement un chercheur ? Je laisse la question ouverte en passant, à titre de contribution à l’esprit polémique du Carnet Zilsel).

Il s’agit donc de se poser la question (épistémologique) de la valeur (méthodologique) de ces approches, de leur choix et de la façon de les utiliser : a fortiori dans le contexte « souple » des sciences sociales, toutes les approches sont-elles équivalentes et sui generis, ou bien certaines sont-elles comparables, sujettes – si l’on m’autorise le terme – à benchmarking ? C’est à une telle comparaison que je consacre cet article, à partir de l’étude de cas d’une situation de rencontre interdisciplinaire entre biologistes et mathématiciens lors d’un congrès en 1962.

Labyrinthe de carton, par Michelangelo Pistoletto (copyright : Bruno Parmentier, 2012, via Flickr)
Labyrinthe de carton, par Michelangelo Pistoletto (copyright : Bruno Parmentier, 2012, via Flickr)

Les collaborations des biologistes avec des ingénieurs, des physiciens ou des mathématiciens sont aujourd’hui devenues courantes et productives, tant du point de vue de l’instrumentation matérielle que conceptuelle. C’est le cas notamment pour les modèles de régulation inspirés de la technologie (rétrocontrôles). Pourtant, ces instruments conceptuels étaient disponibles dès les années 1950, avec l’émergence de la cybernétique. Pourquoi une pleine transmission opératoire n’a-t-elle pas eu lieu à ce moment-là ? Différents scénarios et explications ont été avancés, soit dans le cadre d’études relevant de l’histoire et de la philosophie des sciences, soit dans le contexte de l’émergence disciplinaire de la « biologie des systèmes » (émergence qui s’accompagne, comme souvent, de la constitution d’une généalogie des précurseurs). Selon l’approche adoptée, les points de vue peuvent diverger assez radicalement quant à la factualité de ce qui est transmis, mais aussi quant au bilan épistémologique de ces aléas de transmission conceptuelle.

Quatre approches sont comparées schématiquement : acteur-réseau, interactionniste, culturaliste, transversaliste. Bien qu’elles soient en un sens articulables ou « emboîtées », elles ne s’accordent pas sur la constructibilité du fait de la transmission conceptuelle : seule l’approche transversaliste, parmi celles examinées, rend compte adéquatement de l’échec de l’échange, tandis que les autres approches ne rendent pas compte de cet échec (c’est-à-dire que selon elles, l’échange a bien lieu, ou, plutôt, elles ne permettent pas de dire si l’échange a lieu ou non, sauf à tronquer sa nature). En dépit de leur air de famille, toutes ne manifestent donc pas la même précision à l’égard de la qualification des faits : on peut montrer comment une approche gagne en précision lorsqu’on lui ajoute des contraintes (que l’on explicitera par rapport au cas présenté).

Le biologiste et les mathématiciens

Machine à penser. Abbaye de Royaumont (copyright : royaumont.com)
Machine à penser : l’Abbaye de Royaumont (copyright : royaumont.com)

En juillet 1962, au colloque organisé à Royaumont sur « Le concept d’information dans la science contemporaine », le biologiste André Lwoff, qui obtiendra le Prix Nobel trois ans plus tard, présente une communication intitulée « Le concept d’information dans la biologie moléculaire ».

En fait, il aborde des aspects qui ne se limitent pas à l’information proprement dite. Il explique de façon vulgarisée la structure et le rôle de l’ADN dans la reproduction, et insiste sur la dualité (structurale et fonctionnelle) de « l’ordre biologique ».

« La machine vivante fonctionne grâce à un système très précis et très bien réglé de rétroactions (feed-back), et cet ensemble de mécanismes de rétroaction assure l’économie du métabolisme[1] ».

Dans la salle est présent, notamment, le mathématicien Norbert Wiener. A priori, le père de la cybernétique est en terrain conquis. Le canal interdisciplinaire semble établi dans des conditions optimales : quelques mois auparavant vient de paraître la retranscription de conférences que Lwoff avait données au MIT en 1960 ; dès la deuxième page, on peut y lire que « La formule qui suit est un essai de résumé des vues exposées par Norbert Wiener dans son livre fascinant La cybernétique : « Les organismes vivants sont des démons de Maxwell métastables dont l’état de stabilité est la mort »[2]».

Conept d'info
Le concept d’information dans la science contemporaine, Gauthier-Villars/Minuit, 1965

Il se trouve qu’au même moment, Wiener s’intéresse à une interprétation biologique de son modèle d’analyse et de synthèse des transducteurs[3]. Il s’en servira pour montrer que les définitions classiques du vivant ne permettent plus d’en séparer les machines. Or c’est exactement une telle définition que donne Lwoff au début de sa conférence[4]. Au moment de la discussion, Wiener soumet alors, en français, la question de la pertinence de son modèle pour les phénomènes présentés par le biologiste[5]:

Wiener : « J’ai été très intéressé par les détails de la conversion des fonctionnements en structures et des structures en fonctionnements. J’ai discuté une méthode mathématique dans les machines pour cette conversion réciproque ; les détails sont très différents, mais je crois que la différence n’est pas aussi absolue qu’on pourrait le croire ».

L’enjeu consiste donc à donner à la notion de machine un contenu formel et opératoire qui puisse être transmis aux biologistes. Mais Lwoff va rapidement essayer de rompre les amarres lancées par Wiener, autrement dit de défaire la commensurabilité que le mathématicien essaye d’instaurer et d’exploiter entre l’objet biologique et l’objet technologique.

Wiener : « Ce doit être une dynamique des perturbations. La théorie purement mathématique des données de la reproduction des machines contient très fortement cet élément aléatoire et je suis convaincu qu’il n’est pas exclu non plus dans la théorie que vous avez formulée ».

Lwoff : « Je ne suis pas mathématicien, je ne suis pas capable de comprendre les théories mathématiques. Je crois en effet qu’il y a quelque chose d’assez aléatoire dans la reproduction d’une machine, étant donné que l’on n’a jamais vu une machine se reproduire alors qu’au contraire un organisme vivant se reproduit identiquement à lui-même avec une probabilité de 1 ». […]

Wiener : « L’existence de variations démontre que la probabilité n’est pas 1 ». […]

Lwoff : « Il est difficile de concevoir comment une machine peut se reproduire au niveau moléculaire : le problème de la reproduction est le suivant : si l’on considère la machine dans ses éléments structuraux essentiels, fondamentaux, c’est une question de reproduction de molécules. Or vous ne pouvez pas reproduire une molécule de fer ; dans l’organisme vous pouvez reproduire des molécules, séparer deux molécules complémentaires et vous aurez la spécificité à condition qu’elle réside dans une séquence ».

Wiener : « Je suis d’accord, mais une machine de dimension moléculaire est quand même une machine ».

Lwoff : « Oui, comme l’être vivant ».

Wiener : « J’ai bien conscience que les détails de la reproduction sont très différents, mais on a quand même une machine et le même ordre d’idées peut s’appliquer aux machines de dimensions moléculaires ; je crois quand même qu’on doit considérer les deux théories ensemble en retenant toujours cette distinction d’échelles ».

Un autre mathématicien, le polonais Henryk Greniewski, entre à son tour en lice et enfonce le clou :

Greniewski : « […] l’exposé de M. Lwoff était très clair. On peut en considérer le texte écrit ; on peut le donner à un homme qui ne comprend rien à la biologie, mais qui est bon mathématicien ; il va faire l’analyse formelle de ce texte ; puis il nous dira : M. Lwoff a fait un bon exposé d’un groupe de transformations ».

Le biologiste, acculé par le feu croisé de ses interlocuteurs, se prête un instant au recadrage sémantique :

Lwoff : « Les machines se rapprocheraient donc de plus en plus des êtres vivants ? » [à comparer avec ce qu’il dit dans sa conférence de la « machine vivante », cf. ci-dessus].

Norbert Wiener
Norbert Wiener

On mesure l’écart sémantique entre le biologiste et les modélisateurs : lorsque ceux-ci parlent de machines, ils parlent d’un objet abstrait, réalisable dans plusieurs contextes matériels (donc vivant aussi bien que technologique) ; or Lwoff croit (ou fait mine de croire) qu’ils parlent de machines « en fer »… Le mathématicien René de Possel se joint à la discussion mais va en fait alimenter la confusion, en parlant de machines matériellement construites, donnant ainsi au biologiste un prétexte pour camper sur sa position. Il apparaît donc que les mathématiciens font preuve de maladresse pour faire comprendre à leur interlocuteur biologiste leur conception de la machine[6].

Un certain Vermeersch intervient ensuite dans la conversation (côté modélisateurs), en tentant une autre approche :

Vermeersch : « Quand on parle de reproduction il s’agit de reproduction d’une structure ; structure cela ne veut rien dire que relation entre éléments, et vous dites que ces éléments sont des molécules ; ce n’est pas nécessaire. On peut avoir de plus grands éléments, et, si on a les mêmes relations entre les éléments, il y a reproduction. »

Lwoff : « Une base purique, c’est une molécule, deux bases puriques liées, c’est une autre molécule, et un million de bases puriques c’est une macromolécule. Au mot molécule, vous pouvez donner le sens que vous voulez ; à partir du moment où vous avez une structure unique, telle que si vous la coupez en deux vous avez deux molécules différentes, le tout est une molécule. Une séquence linéaire ne peut pas être coupée en deux, mais vous pouvez la reproduire en produisant une structure complémentaire, une séquence complémentaire. »

L’Ordre biologique  (1969), par André Lwoff
L’Ordre biologique
(1969), par André Lwoff

L’écart s’est creusé – il est en fait double : d’une part, Vermeersch a effectivement une conception naïve des molécules, et il ne comprend pas que pour les biologistes moléculaires, les molécules sont le support intrinsèque de l’information génétique, et que l’on ne peut abstraire celle-ci de ce support, contrairement au modèle de Wiener, dans lequel l’information est collectée par un signal qui traverse la machine et s’en trouve modulé, fournissant ainsi l’empreinte à partir de laquelle on peut dupliquer la machine. Le signal y est indépendant des propriétés matérielles de la machine. Le second écart concerne les modèles évoqués par les mathématiciens, puisque Vermeersch, tout comme de Possel, a en vue les caractéristiques structurelles de la machine (les « éléments »), et non, comme dans le modèle de Wiener, les caractéristiques fonctionnelles. Ainsi, la discussion en arrive à un stade d’incompréhension réciproque fondée sur une vision naïve que chaque interlocuteur se fait de la discipline de l’autre : aux machines en fer de Lwoff répondent les molécules-éléments de Vermeersch, entités simplistes dont Bachelard pointerait le caractère substantialiste. Des deux côtés, on ignore les progrès épistémologiques accompli par l’autre, les notions restent prises dans la langue naturelle. Mais, alors que le dialogue interdisciplinaire devrait être l’occasion de dissiper les malentendus, chacun accuse l’autre et se replie sur son habitus disciplinaire :

Lwoff : « Vous pouvez tout concevoir, mais ce qui est remarquable c’est que beaucoup de théoriciens ont spéculé sur la vie et sur la reproduction et que finalement toutes les constructions théoriques n’ont abouti à rien ; c’est seulement l’analyse des phénomènes au niveau moléculaire qui a conduit à cette constatation, à cette solution très simple mais que personne n’avait prévue [la duplication de la double hélice d’ADN]. »

Alors que Lwoff donne une interprétation épistémologique du différend qui l’oppose aux mathématiciens, Wiener, d’une façon tout à fait conforme à sa vision de l’interdisciplinarité, en donne une interprétation sociologique :

Wiener : « Il n’y a pas une opposition entre les deux points de vue, mais je suis convaincu qu’en quelques années on trouvera le moyen de combiner les deux points de vue et l’on trouvera là-dedans quelque chose d’identique. À mon avis la différence n’est pas une différence vraiment scientifique ; c’est que Monsieur est chimiste et que moi je suis mathématicien. »

Dans le cas présent, le biologiste est de mauvaise foi en n’assumant pas son usage du mot machine, et les mathématiciens (Greniewski, tout du moins) sont arrogants en prétendant pouvoir prescrire spontanément une formalisation adéquate. Tous sont inconséquents : Lwoff, parce qu’il élude toute tentative de donner un contenu plus technique à la notion de machine dont il semble pourtant incapable de se passer ; et les mathématiciens, qui se révèlent particulièrement maladroits à faire valoir l’intérêt de leur démarche, et qui ne sont même pas capables de s’entendre entre eux sur le type de modèle discuté (plus grave : qui glissent de l’un à l’autre sans apparemment s’en rendre compte).

Commentaire

La lecture de cette discussion (dont seuls certains moments significatifs sont ici restitués) fait apparaître un échec, une fin de non-recevoir. Pourtant, une collaboration semblait acquise, et le biologiste continuera même de revendiquer une influence cybernétique des années plus tard. La transmission interdisciplinaire n’est donc pas inexistante, mais très limitée. Comment rendre compte de ce qui est transmis et de ce qui ne l’est pas ? Que se passe-t-il exactement, comment construire le fait de la transmission et de ses vicissitudes ?

Du point de vue de la « sociologie de la traduction »[7], il paraît malaisé de qualifier la situation. Il semble qu’il y a intéressement du biologiste, mais y a-t-il traduction, et qu’est-ce-que cela signifierait exactement ? Le fait que le biologiste continue de se revendiquer de la cybernétique des années plus tard, d’en utiliser le vocabulaire (même de façon seulement métaphorique) et les diagrammes, pourrait permettre de dire qu’il y a eu traduction. Mais on voit aussi bien que cela ne débouche sur aucune collaboration de travail, que la connexion ne se fait pas complètement. Comment différencier s’il y a eu traduction ou s’il n’y a pas eu traduction ? S’il n’y a pas eu traduction, la « théorie de l’acteur-réseau » se désintéresse à vrai dire d’expliquer pourquoi, et, s’il y a eu traduction, au fond on ne voit pas très bien ce que cela change. Cette approche, en déconstruisant et déspécifiant toutes sortes de critères et de catégories, s’avère adaptable à un nombre indéfini de situations, et renonce d’autant à véritablement en rendre compte.

Le modèle interactionniste, qui se présente comme un dérivé du précédent, fonde la possibilité de cohésion collaborative, entre des communautés dont les intérêts et représentations (ou « cultures ») divergent, sur le partage d’un « objet-frontière »[8] et l’existence d’un espace de rencontre (zone de transaction[9]). Ces conditions minimales semblent réunies : le congrès est la zone de transaction, tandis que le lexique et les diagrammes dont fait usage le biologiste constituent une notion de « machine » biologique qui peut faire office d’objet-frontière. Là encore, à s’en tenir aux critères de définition, une interaction a lieu, on peut en identifier les conditions, mais cela ne nous dit rien du caractère très mitigé du résultat de l’interaction, et de ce que cela signifie. La maladresse des mathématiciens ne fournissant pas d’excuse suffisante au biologiste pour réfuter que son objet se prête à toute formalisation, cela implique que les raisons de son éludation sont à chercher à l’extérieur de l’interaction immédiate.

L’approche culturaliste[10], héritière d’un post-modernisme aux tonalités foucaldiennes et de l’« anarchisme épistémologique » de Paul Feyerabend, considère le langage comme un point de perméabilité de représentations, mythes, idéologies, dans les pratiques scientifiques. La science serait une instance culturelle comme les autres, elle produit du « discours » obéissant aux mêmes lois que le reste de la culture. L’approche a donc pour principe d’appliquer à ses objets une grille d’analyse « littéraire » en interprétant les interactions discursives en termes de figures de style, pour y faire apparaître des connotations reliant les thèmes scientifiques ou techniques à tout ce qu’on voudra d’autre (puisque l’interprète est libre de suivre les chaînes d’associations d’idées comme bon lui semble). Typiquement, les études culturalistes consacrées à la cybernétique[11] ont voulu montrer que les sciences du vivant ou les sciences économiques étaient contaminées par ce qu’elles appellent la « cyborg science » depuis la seconde Guerre Mondiale, autrement dit que de vastes pans de la connaissance humaine étaient désormais souterrainement instrumentalisés par le complexe militaro-industriel américain pour modifier les représentations de l’humain afin d’étendre son empire. Outre que ce type d’approche choisit de se soustraire à toute réfutation, renonçant délibérément à toute explication pour se contenter d’établir des « corrélations » qualitatives, elle présente l’inconvénient, bien que se revendiquant d’un semiotic turn, d’écraser en fait tous les contenus symboliques (ou « discursifs ») sur le seul plan d’un mode unique de génération de sens, inspiré de la sémiologie littéraire (mais dont la méthodologie est souvent implicite et laissée à la discrétion de l’interprète). Dans le cas présent, comme souvent, il s’agit de relever l’usage de métaphores circulant entre mathématiciens et biologistes. Le fait que le biologiste parle de machine, qu’il utilise un lexique emprunté à la cybernétique, sera un indice suffisant de l’influence de la cyborg science. Ainsi, non seulement le fait qu’il y ait formalisation ou non ne change rien à l’interprétation culturaliste, mais de toute façon dès le départ la question de la valeur épistémologique est écartée. Or ces paramètres semblent difficilement négligeables dans le cas présent.

Le modèle transversaliste[12] s’intéresse à la façon dont différents régimes de pratiques de recherche s’articulent pour produire les connaissances scientifiques. En particulier, il met en évidence l’existence d’un régime dit « technico-instrumental », représenté par l’activité de praticiens qui circulent « transversalement » entre différentes disciplines spécialisées pour y adapter à chaque fois une instrumentation générique (matérielle ou conceptuelle/méthodologique). Ce modèle se base entre autres sur les « zones de transaction » de l’approche interactionniste, mais en y ajoutant d’autres contraintes théoriques et spécifications : des relations de champ bourdieusiennes, et le fait que les objets-frontières y sont des objets techniques. Ce modèle représente ainsi un cadre beaucoup plus précis pour saisir les subtilités de la transmission conceptuelle avortée. L’enjeu est celui de la possibilité de construire pour les biologistes un concept qui ait un contenu technique (et pas seulement un habillage lexical), pour que l’usage métaphorique du mot « machine » soit remplacé par un instrument conceptuel opératoire. La formalisation en tant que telle n’est pas suffisante, puisqu’il faut qu’elle soit adaptée aux problèmes biologiques. Le dialogue de sourds reflète que le stade d’efficience technique, de mise en œuvre opérationnelle, n’est pas atteint : seul un lexique est transmis, pas l’instrumentalité du concept.

André Lwoff, à droite aux côtés de François Jacob et Jacques Monod
André Lwoff, à droite aux côtés de François Jacob et Jacques Monod

Le fait de transmission (avec son ratage) étant alors construit, il reste à l’expliquer. Les relations de champ y pourvoient : on est dans le cas de figure de la mathématisation comme colonisation symbolique, le biologiste essayant d’échapper à un pouvoir menaçant car impliquant l’institution de normes techniques exogènes[13]. La rencontre difficile engendre l’explicitation des habitus disciplinaires[14]. La ligne de clivage résulte d’une tradition de résistance persistante[15], mais pas seulement : pour les biologistes moléculaires de l’époque, investir dans une massification des travaux de « paillasse » plutôt que dans la formalisation (et les collaborations interdisciplinaires qui vont avec) était une option tout à fait défendable d’un point de vue épistémologique. À l’époque on commençait doucement à explorer l’échelle moléculaire, alors qu’aujourd’hui on croule sous les données ; cette différence entraîne que la modélisation n’aurait pas eu le même rôle dans chaque cas : elle se présente beaucoup plus aujourd’hui comme un besoin (pour ordonner le déluge de données biologiques), ce qui n’était pas le cas dans les années 1960 (où elle aurait joué un rôle davantage heuristique, avec un risque effectivement plus grand de formalisation spéculative). Les biologistes ont donc opté pour une instrumentation (matérielle, de laboratoire) au détriment d’une autre (celle de la modélisation) : aucune option n’étant épistémologiquement fautive, c’est celle qui détourne le moins de l’habitus qui l’emporte.

Du point de vue de l’approche transversaliste, cela représente un cas de mise en compétition de deux offres relevant du régime technico-instrumental (qui propose) par rapport à une demande relevant du régime disciplinaire (qui dispose). Dès lors que les biologistes ont fait leur choix et qu’ils perçoivent leurs besoins comme saturés, ils tendent à se fermer à l’offre non privilégiée. On comprend ainsi que notre biologiste soit d’autant plus prompt à se replier sur une position de refus.

L’approche transversaliste, à condition de l’étendre aux cas de compétition entre instrumentations et aux cas de configurations conflictuelles entre les régimes disciplinaire et technico-instrumental, s’avère donc adéquate pour comprendre ce qui fait obstacle dans la situation interdisciplinaire considérée. Les autres approches évoquées, sans être nécessairement « fausses » pour autant, ne permettent pas d’interpréter précisément ce qui se passe : les acteurs sont « intéressés » à un processus de « traduction », ils partagent un objet-frontière et des métaphores « machiniques », mais ne s’accordent pas sur des critères de signification et ne débouchent pas sur un échange constructif ; les métaphores, dans le cas présent, ne font ni sens partagé ni cohésion. C’est en ajoutant des contraintes qu’on obtient un modèle plus précis : contraintes de champ et contraintes d’objet[16].

Ronan Le Roux


[1] A. Lwoff, « Le concept d’information dans la biologie moléculaire », in Le concept d’information dans la science contemporaine, Paris, Éditions de Minuit, p. 181.
[2] A., Lwoff, Biological Order, Cambridge, MIT Press, 1962, p. 4. La référence à Wiener est toujours dans la version française de 1969.
[3] Un transducteur désigne un appareil quelconque par la façon dont il transforme un signal d’entrée (input) en sortie (output). Il s’agit d’une définition très abstraite de la machine, généralisée à partir de l’analyse des circuits électroniques. La méthode de Wiener permet de faire reproduire l’action d’un transducteur par un autre transducteur.
[4] Soit un « système indépendant de structures et de fonctions interdépendantes capables de se reproduire » (« Le concept d’information dans la biologie moléculaire », p. 174). Il ajoute plus loin : « [l’organisme vivant] est aussi capable de variation » (p. 179), à comparer avec ce qu’il dit dans sa discussion avec Wiener.
[5] La discussion est publiée à la suite de la conférence, dans la référence indiquée, pages 183-202.
[6] Un atelier avait eu lieu dans le cadre du colloque, dans lequel Wiener a présenté son modèle, mais il faut croire que ni Lwoff ni de Possel n’y étaient. La dispersion sémantique était donc préalable à la tentative de transmission.
[7] M., Akrich, M. Callon M., B. Latour, Sociologie de la traduction, textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, 2006.
[8] S. L., Star, J.R., Griesemer, « Institutional Ecology, ‘Translations’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39 », Social Studies of Science 19(3), p. 387–420.
[9] P., Galison, Image and Logic: A Material Culture of Microphysics, Chicago, University of Chicago Press, 1997.
[10] J. Rouse, « What Are Cultural Studies of Scientific Knowledge? », Configurations 1(1), p. 57-94.
[11] Notamment : D., Haraway, « A Manifesto for Cyborgs: Science, Technology, and Socialist Feminism in the 1980s », Socialist Review, 15(2), 1985, p. 65-107 ; E.F., Keller, Making sense of life. Explaining biological development with models, metaphors and machines, Cambridge (Ma) / London, Harvard University Press, 2002 ; P., Mirowski, Machine Dreams: Economics Becomes a Cyborg Science, Cambridge University Press, 2002.
[12] T., Shinn, P., Ragouet, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Raisons d’Agir, 2005 ; T., Shinn, Research-Technology and Cultural Change. Instrumentation, Genericity, Transversality, GEMAS Studies in Social Analysis, Oxford, Bardwell Press 2008.
[13] Y., Gingras, « What Did Mathematics Do to Physics? » History of Science, vol. 39, décembre 2001, p. 383-416 ; « Mathématisation et exclusion : Socio-analyse de la formation des cités savantes », in J.-J. Wunenburger (dir.), Bachelard et l’épistémologie française, Paris, PUF, 2003, p. 115-152.
[14] P., Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001.
[15] M., Morange, « Mathématiques et biologie : les raisons d’une histoire tumultueuse », , in S. Roux (dir.), La mathématisation comme problème, Paris, Éditions des archives contemporaines , 2011, p. 149-159 ; Lange J.-M., « Rencontre entre deux disciplines scolaires, biologie et mathématiques : première approche des enjeux didactiques de la formation des enseignants de biologie », Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education, vol.4, n°5, 2005, p. 485-502.
[16] Puisqu’en considérant que l’objet au centre de la transaction (ici un concept de « machine » biologique) n’est pas un objet X, une « boîte noire » dont les propriétés n’ont aucune incidence sur la situation elle-même, ni seulement un « objet-frontière » qui ne sert que de prétexte à une interaction sociale, ni un simple mot donnant lieu à des métaphores, mais un objet technique, c’est-à-dire que tout l’enjeu consiste à lui donner une forme opérationnelle et à l’insérer dans un environnement technicisé de construction de connaissances, on saisit exactement quel type de caractéristique marque la limite de l’échange entre les acteurs.


Une pensée sur “Aspects méthodologiques de l’étude des circulations conceptuelles entre disciplines scientifiques. Cas d’un dialogue de sourds entre biologistes et mathématiciens dans les années 1960”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *