Cet obscur objet du désir

À propos de François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

« À l’encontre des postures précédentes où prédomine la pulsion de mort, on peut repérer un autre groupe de postures axées sur la jouissance libidinale ou la satisfaction érotique (érotisation de la recherche et de ses “objets”). Le “choix de l’objet” est donc ici la quête d’un plaisir sexuel, que celui-ci prenne sa source dans des “objets” ou des choses (fétichisme, scatophilie), dans le moi propre du chercheur (auto-érotisme, narcissisme), dans des espèces animales ou des êtres “monstrueux” (zoophilie, bestialisme, nécrophilie) ou dans d’autres êtres humains (hétérosexualité, homosexualité, pédophilie, bisexualité). Ici aussi, évidemment, Éros est plus ou moins associé à Thanatos, car il y a une dimension mortifère dans l’auto-érotisme et même l’amour orgastique absolu évoque la perte de conscience : la “petite mort”. Dans ces postules ce n’est pas la haine de l’“objet”, la volonté de l’agresser, de le détruire, de l’anéantir, qui guide la recherche, mais l’amour de l’“objet”, l’attrait qu’il provoque, la séduction qu’il exerce, en sachant aussi que l’amour et la haine sont dans une relation ambivalente (union des contraires et possibilité de transformation en leur contraire). On distinguera là trois postures : l’auto-érotisme, la captation et la fusion. »
Magali Uhl et Jean-Marie Brohm, Le Sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines, Bruxelles, La Lettre volée, 2003 : 84.

J’avais proposé à mes camarades du Carnet Zilsel de réaliser la recension de cette publication dès son annonce sur les réseaux sociaux, sans avoir clairement d’avis sur l’objet introduit. Cette Introduction aux Porn Studies que nous propose François-Ronan Dubois accompagnait et guidait idéalement la sortie au début de l’année 2014 de la première revue académique dédiée aux porn studies, en même temps qu’était offerte au lectorat francophone la traduction d’un ouvrage référence sur la représentation de la sexualité sur les écrans (Linda Williams, Screening Sex, Paris, Capricci, 2014 [éd. originale Duke University Press, 2008]). À défaut de trouver une rime aussi riche pour 2014 qu’avec 2013, reconnaissons que ce début d’année est bien celui des publications sur la pornographie[1].

61556Pour moi qui m’intéresse principalement aux études cinématographiques, le terme « porn studies » renvoie irrémédiablement aux travaux de Linda Williams, professeur de rhétorique et d’études filmiques à l’université de Berkeley (où enseigne également Judith Butler, dont il sera question dans le carnet ces prochaines semaines). Ses travaux m’ont toujours semblé attachés à ce domaine des études cinématographiques qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans l’histoire de la représentation politique des corps, du désir et de la jouissance[2]. Même lorsqu’elle a publié en 2004 chez Duke UP son Porn studies, la ligne éditoriale m’a paru claire. Les auteurs de cet ouvrage collectif ne cherchaient pas à débattre de la nature de la pornographie mais entendaient avant toute chose faire part de leur expérience d’enseignement et de recherche à partir de matériaux visuels pornographiques (il reste assurément à ce jour l’un des témoignages les plus explicites à propos des conditions pratiques et matérielles de la recherche sur et par le cinéma). Le rapprochement de la pornographie et du cinéma (i.e. l’interrogation sur la limite) est régulièrement débattu ; la place du regard et du réalisme vis-à-vis de la représentation sexuelle à l’écran a ainsi été dernièrement vivement interrogée (et célébrée) à l’occasion de la sortie de films dans le circuit de distribution en salles mainstream (notamment les deux volumes de Nymphomaniac de Lars Von Trier, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche…). Sinon, hormis les films, il y a bien eu dans mon parcours universitaire la lecture enthousiaste des travaux « méta-éthiques » de Ruwen Ogien et ceux, plus spécifiquement juridiques, de Marcela Iacub (la Iacub d’avant les cochonneries dans Libé), de la casuistique en somme, or de telles réflexions ne portaient pas sur le « porn » mais bel et bien sur la pornographie. Les autres travaux, par exemple sociologiques ou ethnographiques, ne me paraissent pas s’adresser particulièrement aux chercheurs en études pornographiques : Le Travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013) est une excellente enquête de la sociologie du travail et des professions (bibliographie à l’appui). Autre temps, autres mœurs de la recherche ? De manière biaisée, je comptais sur la publication de François-Ronan Dubois pour m’éclairer, non pas sur l’objet « porn » en propre, mais sur le prétendu domaine des porn studies.

Pourquoi en effet intituler cet ouvrage en recourant à un anglicisme et pas plus simplement entendre proposer un équivalent en français (lequel d’ailleurs ? le « porno » ?) ? Est-ce pour nous refaire le coup des cultural ou des science studies ? On pourrait au premier abord le supposer. Après tout, le format éditorial entretient le doute : comme pour la collection « Repères » aux éditions La Découverte, il s’agit bien là d’une « introduction à ». Après l’Introduction aux sciences studies de Dominique Pestre, les bibliophiles ont pu lire, dans la même collection, un Sciences, techniques et société, rédigé par Christophe Bonneuil et Pierre-Benoît Joly. Sont-ce deux domaines différents ? Est-ce que, pour un autre cas, parler de gender studies plutôt que d’études sur le genre et la sexualité relève d’une différence marquée ? Est-ce qu’il y a une raison particulière de parler de « studize », « porn » qui plus est ? Et quoi, est-ce plus bankable, pour employer un autre anglicisme (on n’ose pas imaginer que le terme d’« études » se soit ringardisé) ; peut-être a-t-on affaire à des études proprement anglophones ou de traditions anglophones qui n’ont pas encore pénétré le marché des idées locales ; ou alors, possibilité inverse, le marché des idées en sciences sociales a atteint à tel niveau de globalisation, qu’il n’est plus du tout pertinent de parler autrement que de porn studies  ?

Sortons nos mouchoirs !

L’objet « pornographie » ne se présente pas de façon immaculée. La première partie de l’ouvrage de François-Ronan Dubois fait état du foisonnement des définitions. Le détour par une présentation historique, de l’Antiquité à nos jours, permet de rappeler, selon le mot de Steven Marcus, que la pornographie est un terme qui caractérise davantage un point de vue qu’une chose[3]. Ses formes n’ont jamais cessé de se multiplier sous différents supports: des textes aux films sur l’Internet, en passant par les reproductions iconographiques (dans la peinture occidentale et asiatique ; dans les comics et les hentaï) et les productions cinématographiques ; et, pour chacun d’entre eux, en genres et sous-genres de plus en plus pointus et surprenants. La prise au sérieux de cet état de prolifération a pour l’auteur la vertu de ne pas réduire un type d’actes à une culture (dans l’espace géographique et l’histoire) ou à des types d’œuvres (36-37) ; ni d’ailleurs de déterminer l’apparition d’un genre, par exemple le gonzo (à savoir l’accumulation de scènes pornographiques sans prétexte au sexe, comme cela a pu être le cas dans le cinéma narratif des années 1960 à 1980), à l’émergence d’une innovation technique comme la VHS ou l’Internet.

Cette hypothèse forte de l’Introduction conforte celle formulée par les auteurs d’une étude sociologique sur la pornographie en ligne dans le cadre du projet Sexualitics¸ qui accompagne la publication de la revue Porn Studies[4]. Étude dans laquelle, au terme d’une analyse quantitative massive des principales plateformes de sites pornographiques en ligne, ils ont pu mettre en évidence que le système de classification pornographique réalisés par les utilisateurs par les tags ne suit pas le schéma durkheimien de catégorisation hiérarchisé et fonctionnel, qui ferait par exemple le tri entre la « bonne » pornographie, certifiant des « bonnes » pratiques sexuelles (i.e. hétérosexuelle, entre individus appartenant à la même classe d’âge et, pour le dire maladroitement, au même groupe ethnique), et une pornographie « anomique ». Les innombrables catégories recensées ne sont pas exclusives ; elles entretiennent au contraire, suivant une logique certes confuse (« a fuzzy logic »), des relations d’enrichissement fantasmagorique mutuelles. « The proliferation of pornographic categories does not only add minor fantasies to major fantasies ; it shows how hegemonic desires provide a path to other desires, and how these other desires can be subsumed in hegemonic ones. » (3-4). Les utilisateurs sont capables de sortir de leur niche.

Ces différents travaux tirent tous dans le même sens. La pornographie est un objet qui (s’)échappe à la définition ; elle est, pour reprendre l’expression de Dubois, une « polymorphie insaisissable » (54) qui obère toute tentation essentialiste. Pour un chercheur s’intéressant à l’étude de la question pornographique, à défaut de s’en être fait une spécialité (il serait quoi : un porn scholar, un pornologist¸ un pornologue ? autant de tags objets de fantasme pour de prochaines productions pornographiques), cet inconvénient sur le papier devient un garde-fou méthodologique précieux. La qualification de ce qui est pornographique ou pas ne se décrète pas sur la base d’un recensement d’actes sexuels (thèse essentialiste), ni même ne saurait être réductible à un contexte (thèse culturaliste). La qualification de la représentation d’actes sexuels comme pornographiques nécessiterait de se départir des jugements d’ordre moraux (conservateurs autant que libéraux) pour se consacrer plutôt à en connaître à froid, au repos, l’histoire générale ainsi que l’histoire particulière des genres. Je suppose que c’est à ce niveau-là que pourrait exister une aire de compétences propres à ce chercheur en études pornographiques. Pourtant l’autorité d’un tel chercheur, son expertise en quelque sorte, ne suffit pas à trancher dans les cas polémiques. Voilà sans doute pourquoi l’essentiel des définitions du caractère pornographique d’actes ou d’œuvres, que l’on retrouve d’ailleurs dans la plupart des travaux sur la pornographie, est le fait de juristes qui s’inscrivent dans le paradigme établi par ailleurs par Linda Williams – de l’ob/scene et de l’on/scene selon lequel la prolifération et accessibilité des représentations pornographiques restent malgré tout grevées par leur caractère obscène (Williams, 2004). Si cette thèse était infirmée, c’est-à-dire que l’obscène ne provoquait plus de polémiques publiques, alors l’objet pornographique n’aurait plus d’intérêt à être étudié particulièrement ; il n’y aurait tout simplement aucune raison de chercher à penser la pornographie.

 « The Academy goes XXX »[5]

Or c’est justement par les polémiques et les débats sur la représentation des ébats que François-Ronan Dubois veut présenter le second chapitre de son ouvrage, chapitre qui porte sur la présentation des « études savantes sur la pornographie ». À sa lecture, on comprend que c’est ce qui a motivé le travail de l’auteur.

Pêche aux références (crédits : Thomas Leuthard, 2010, via Flickr)
Pêche aux références (crédits : Thomas Leuthard, 2010, via Flickr)

Déjà, il commence par une précision qui aurait mérité d’être énoncée dès l’avant-propos, à savoir que là, il a traduit littéralement l’expression porn studies par « études pornographiques », considérant, à juste titre, que le corpus de travaux universitaires prenant pour objet la pornographie s’est fortement enrichi depuis la fin des années 1980 et le début des années 1990. Non seulement il n’était plus honteux ni obscène de prétendre traiter de la pornographie à l’université (aux États-Unis, tout de même enjointes au « politiquement correct »), mais il était entendu qu’elle pourrait devenir un objet pensable sérieusement et objectivement à part entière. Est-ce à dire que des universitaires seraient en mesure de faire une carrière dans les « études pornographiques » et uniquement là-dedans ? Je ne sais pas. Toujours est-il que la désignation du domaine – encore cette histoire de tags – entretient une forme de confusion. C’est en tout cas ce qu’a relevé Linda Williams dans un article récent où elle conteste l’emploi abusif du terme porn[6] . En même temps, elle plaide coupable. Après tout, c’est elle qui a publié l’ouvrage qui a posé les bases de ce « champ » en 2004. Toutefois, dans ses précédents travaux, tout aussi déterminants dans la légitimation de domaine qui se cherche un nom (de domaine, donc), elle n’utilise pas le terme de porn studies mais celui de pornography pour, dit-elle, attirer l’attention sur l’aspect explicite des actes sexuels représentés[7]. Ce glissement terminologique de pornography, à porno puis porn a créé un espace de positionnement et de jugement entre les anti- et les pro-pornographie, dont ne rend pas forcément compte le terme français d’« études pornographiques ». Ce qui est confirmé par la confession sous forme de réflexivité de François-Ronan Dubois : « Il importe donc de préciser que, dans la grande division des universitaires contre ou pour la pornographie, je me situe plutôt dans le second camp et donc plutôt dans celui des porn studies. » (56). Si utiliser le terme de pornography peut apparaitre vieux réac’ (i.e. qui engagerait, suppose-t-on, à ne conserver que les formules policées et cache-sexe faussement objectives, en parlant par exemple de « fellation », voire de « fellatio », avec la langue qui claque sur le palais à l’énonciation du redoublement de la lettre « l », parce que la locution latine ça fait plus chic, plutôt que de « pipe »), y revenir a l’avantage, selon Williams, de maintenir la distance avec l’industrie du porno et donc de ménager la constitution d’une approche distante, critique et en fin de compte « universitaire » qu’il a été si compliquée d’instaurer (cf. chapitre 1) : « When scholars of pornography adopt the slang of an industry for the name of their object of study, it is a little like film or cinema studies calling itself « movie studies » or « flick studies. » The field of film studies has worked hard to earn the respect it now has in the academy and it has done so by not associating itself too closely with mainstream Hollywood. It retains a critical (dis)stance. Pornography Studies needs to work even harder to adopt a stance independent from its major industry. »[8]. C’est la raison qui avait amené Linda Williams à vouloir initialement intituler son Porn Studies de 2004, Pornographies on/scene, avec le terme dans son entier, mais qui a été finalement rejeté par Duke University Press (le slash, pourtant très derridien, apparaissait-il pour cet éditeur libéral moins tapageur et radical chic que l’usage du mot porn ?). Est-ce que la différence entre la complaisance et la connaissance vis-à-vis du « porno » serait finalement qu’affaire de graphie ?

Ces polémiques qu’on a évoquées à l’instant seraient le marqueur, le désignateur, le révélateur – je ne sais pas réellement comment appeler cela – de l’existence du domaine des porn studies. La pornographie, malgré sa diffusion élargie, reste un objet disputé ; il continue à être un point de crispation dans la société dite occidentale (sans parler des autres zones géographiques). Peut-être pourrait-on rapprocher cette démarche de celle développée par Thomas Gieryn à propos de l’autonomisation de la science et des science studies elles-mêmes[9]. « L’entrée par les controverses », où l’activité scientifique est (re)cadrée par les activités politiques et économiques, est un des principaux topoï des STS mainstream. J’avance par conséquent cette concordance à titre évocatoire, car si l’auteur parle bien de « polémique », il ne la définit pas ; il ne dit pas ce qui la distinguerait d’autres configurations de dispute, telles que la « controverse » ou des « affaires ». Concevoir l’existence des porn studies uniquement au prisme de la polémique implique qu’il n’y a pas, contrairement aux controverses, la possibilité de discuter et de se disputer entre pairs, que les chercheurs-prétendant-au-statut-de-spécialistes-de-la-question-pornographique (à défaut de leur attribuer un nom, c’est-à-dire de les qualifier pour qu’ils acquièrent une visibilité et une identité) doivent sans cesse adresser leurs arguments ou les recevoir des publics, hors donc le strict champ académique. Comme j’en faisais état précédemment, on peut s’interroger sur l’autorité, réelle ou supposée, d’un.e tel.lle spécialiste et sur la portée de sa parole.

Cette deuxième partie de l’Introduction, structurée par la présentation de trois perspectives « polémiques » portant sur des disciplines – le droit, la psychopathologie et celle proprement cinématographique – qui ont porté une attention constante à la pornographie, démontre, selon les mots de l’auteur, que « le débat pornographique n’oppose pas les juristes aux psychologues, mais les juristes et les psychologues entre eux » (57). De sorte que la dispute ne se produit pas au sein d’un domaine défini, celui des « études pornographiques », mais entre des disciplines ou des spécialités distinctes vis-à-vis de publics (tels que les groupes militants) et de décideurs politiques. C’est à se demander s’il n’existe pas des objets, saisis par les universitaires, qui ne sont pas nécessairement investis d’un caractère public. Une controverse, rapportée à de tels objets, sera-t-elle inévitablement une controverse publique qui ne pourra jamais s’exprimer seulement dans le giron académique ? (85).

Pornstar wars (crédits : Tim Lawrenz, 2007, via Flickr)
Pornstar wars (crédits : Tim Lawrenz, 2007, via Flickr)

La présentation de la période d’échanges vifs au tournant des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix en procure une illustration. Cette période, nous rappelle Dubois, qui a été parfois nommée sex ou porn wars – comme il y a eu les sciences wars dans les STS –, ne se résume plus aux seuls débats entre les tenants d’une position conservatrice rejetant la pornographie et ceux qui la défende à l’université, elle se manifeste également – c’est pourquoi on parle bien de guerres au pluriel – par un débordement par la gauche et les multiples formes que recouvre la pensée critique. En un sens, la légitimité de la pornographie est actée à l’université ou, disons, que le discours conservateur n’arrive plus à se faire aussi bien entendre. Non, ce qui est désormais remis en cause c’est la représentation de la sexualité produite par la pornographie et, par prolongement, celle qui est étudiée (i.e. le modèle jugé dominant de pratiques hétérosexuelles phallocentriques). À cela, on oppose des pornographies « régionales » (e.g. féministe, queer…) qui fragilisent davantage la possibilité de définir la pornographie. En fin de compte, pour Dubois, le constat est assez clair : l’objet pornographique ne sera jamais domestiqué par le « débat savant ». D’ailleurs, « après plus de quarante ans de discussions, les communautés académiques sont loin d’avoir trouvé un consensus sur la question pornographique » (84). C’est à n’en pas douter l’idée-force de cet ouvrage, la connaissance « savante » sur la pornographie a partie liée avec les investissements axiologiques en politique et en philosophie (105). On parle là de la mise en œuvre d’une éthique du savoir pornographique : « Dans le contexte de la sexualisation de la société, un savoir pornographique est un savoir social qui assainit le rapport aux médias » (100) en rendant intelligible les nombreuses pratiques sexuelles plutôt qu’à les restreignant, comme le font donc, selon l’auteur, les médias. Cet engagement éthique du « discours savant », n’a donc que très peu à voir avec une éthique du chercheur (Max Weber peut retourner à ses démons !), mais se présente carrément sous la forme d’une nouvelle politique de la sexualité.  Cette éthique-politique doit être en mesure de changer les rapports de force, de telle sorte que la société aurait à donner « une raison pour interdire des pratiques et leurs représentations, davantage qu’une raison pour les autoriser. D’une certaine façon, les pratiques sexuelles sont innocentes jusqu’à preuve du contraire » (102). François-Ronan Dubois ne propose par conséquent pas un examen à charge et à décharge des travaux pornographiques. Au contraire, pour reprendre le registre sémantique de la précédente citation, il plaide très franchement pour la reconnaissance d’une pornographie plurielle qui aboutirait à la légitimation d’une sexualité également plurielle.

Le discours savant flou

En tout état de cause, la difficulté à appréhender l’objet des « études pornographiques » (par rapport aux disciplines, par rapport aux enjeux politique et éthique) en amène une autre, que j’ai déjà suggérée : qui sont donc ces personnes qui se consacrent aux porn studies ? Lorsqu’il s’agit de caractériser les porteurs de ce savoir, François-Ronan Dubois reste vague. Si on prend soin de préciser qu’on a (ou qu’on doit avoir) affaire à  des« études savantes » ou des « débats savants » (84), cela signifie-t-il qu’existent des études « profanes » (celles produites par les « groupes militants » ou les « décideurs politiques », qui sont les deux autres types d’acteurs présentés ici) à partir desquelles, par un jeu d’opposition-distinction, elles ont pu asseoir leur légitimité actuelle supposée ? Dubois indique dans sa seconde partie que le changement au sein de l’université d’un discours conservateur à un discours pro-sexe, bien qu’éprouvé par le retour de bâton de l’anti-pornographie (cf. les sex wars) s’est joué essentiellement autour des engagements féministes et queer (61-62). Est-ce que cela signifie qu’’il y a en effet un profil-type de la carrière des enseignants-chercheurs en études pornographiques, que ce soit en France, à tout le moins aux États-Unis, là où les porn studies fleuriraient ? S’agit-il plus de femmes que d’hommes, de jeunes que d’universitaires ayant fait leurs armes dans les années soixante-dix et quatre-vingt ? Combien sont-ils ? Comment sont-ils organisés ? Y a-t-il des laboratoires, des départements et des programmes de recherche dédiés aux porn studies ? Quels sont les objets d’étude qui ont structuré le domaine ? Pourquoi parler de discours « savant » plutôt qu’académique, universitaire sinon scientifique ? (Ibid. : 9) Pourquoi même qualifier ces discours de « savants » alors même qu’ils sont définis par Dubois suivant une orientation politique ? Est-ce que cette distinction est importante ou non ? Après tout, Dubois indique que tout est affaire de compétences : « La tenue d’un discours compétent sur la pornographie est donc à la fois une nécessité et, apparemment, une impossibilité » (Ibid. : 10). Le « savoir pornographique » (Ibid. : 11) légitime et compétent, celui qui s’oppose à une « connaissance superficielle […] particulièrement sensible aux influences morales » (Ibid. : 11) est-il fondé seulement par la mobilisation et la discussion de ressources théoriques ? Cette série de questions provient, certes, d’une préoccupation principalement sociologique qu’on pourrait juger hors de propos. Dubois n’affirme-t-il pas lui-même dès son avant-propos que son « ambition n’a rien ici d’universitaire » (Ibid. : 16) et qu’il refuse en conclusion que la pornographie soit « le terrain de chasse de quelques intellectuels académiques » (114). Il n’empêche, il n’y est pas lui-même insensible lorsqu’il déclare que « depuis quelques années, les porn studies dominent assez largement le champ de la recherche pornographique » (Ibid. : 56). Il paraît marqué par un sentiment ambivalent où se mêle l’amertume : les concepts philosophiques néo-foucaldiens, sont des « instruments de carrières académiques de plus en plus difficiles à mener, naviguant des circuits idéologiquement fermés, les discours conceptuels qui soutiennent les analyses sexualistes sont souvent particulièrement opaques aux néophytes » (113).  Je m’attendais donc à une caractérisation plus affirmée de ce chercheur-type et de ce domaine qui ne sont restitués qu’au prisme d’études théoriques ou de débats juridiques.

Geir Friestad, 2011, via Flickr)
Cinquante nuances de Grey (Geir Friestad, 2011, via Flickr)

Linda Williams, encore une fois, dans le même article rétrospectif, fait le même constat que Dubois. Elle part de l’existence d’un champ d’études qui, depuis notamment la publication de son Porn Studies, s’est considérablement développé. La question qui l’intéresse est de savoir, pour poursuivre sur la métaphore agricole, ce qui a bien poussé et ce qui a proliféré — comme de la mauvaise herbe. Les travaux sur la pornographie gay et queer, ainsi que ceux dédiés à la « race » et aux classes sociales semblent constituer le socle des topics qui se sont le plus développés et le mieux structurés. Le rapport des films pornographiques hard core avec l’avant-garde artistique a représenté un sujet important (Williams, 2014), comme l’illustrent les cas des acteurs porno Sasha Grey et François Sagat. La prolifération des études pornographiques se serait ainsi réalisée, comme par rejet, au détriment des études universitaires sur le porno mainstream. Autrement dit, les multiples sous-champs seraient plus prospères que le champ lui-même. Pour preuve complémentaire, Williams rappelle l’absence frappante, pour un domaine qui domine « assez largement le champ de la recherche pornographique », d’associations professionnelles académiques, de conférences universitaires et d’archives. La mise en branle de la revue Porn Studies au début de cette année préfigure sans doute une évolution dans la professionnalisation des études pornographiques. Mais toujours est-il que la mauvaise herbe pullule. Pour Williams, ce sont les Readers et autres anthologies. Souvent fourre-tout, ils présentent irrémédiablement le champ comme une série de coups d’éclat d’individualités, toujours les mêmes d’ailleurs (Susan Sontag, Catherine MacKinnon, Andrea Dworkin, Laura Mulvey, et aussi Linda Williams…), négligeant ce faisant de présenter au public ce qui indique la vitalité d’un champ d’études, c’est-à-dire la recherche en tant qu’activité sociale — « While enormously important and influential, anthologies alone cannot sustain a field »[10] (Williams, 2014 : 32). Ce qui vaut pour les porn studies vaut tout autant pour les film, les visual et les cultural studies.

Des études pornographiques gonzo ?

Considérées à part, les porn studies donnent l’impression d’un champ en développement mais dont le domaine est cependant bien délimité. Il y a eu appropriation et, possiblement, répartition du territoire (par accumulation primitive ; par disputes). Comme l’essentiel des « studizes », les « études pornographiques » ont émergé dans la vague inter/trans/sub/multi/post-disciplinaire des années quatre-vingt. Indisciplinées, sinon multidisciplinées[11]), elles ne pouvaient pas être envisagées comme une énième discipline ou sous-discipline ; leur existence se réaliserait dans les interstices disciplinaires déjà existants à partir de l’objet lui-même[12].

Le répertoire de la sociologie topologique d’Andrew Abbott conviendrait sans doute ici pour en tester l’intelligibilité[13]. D’un espace laissé vacant, les représentants des différents objets étudiés s’en disputeraient la délimitation par d’incessantes querelles (turf wars). En gros, ils joueraient des coudes pour exister entre différentes disciplines et vis-à-vis d’autres « studizes » et finalement se faire une place reconnue (dominante, comme l’indique Dubois). C’est par un double effet d’engrammage (amalgation), par exemple par l’instauration de sous-champs, et de fusion que ce domaine prendrait corps. Or, justement, comme la seconde partie de l’ouvrage de Dubois le rappelle (à propos des polémiques sous forme d’entre-soi), cela ne prend pas. La remarque de Williams à propos des anthologies est à mon avis également significative : les porn studies donnent l’impression d’être une accumulation de textes (la plupart théoriques) qui ne se répondent pas, qui ne se discutent pas, du moins, jusqu’à présent (la publication de la revue Porn Studies changera peut-être la donne). On me répliquera que j‘adopte une vue de constitution proprement disciplinaire que les « studizes » n’envisagent pas. Pourtant, je recherche un quelconque agencement, ou attelage (yoking, dans le vocable d’Abbott) qui me permettrait de sillonner ce prétendu domaine. Dois-je y inclure le travail de Mathieu Trachman sur le travail pornographique ? Cela reste, comme je l’ai mentionné précédemment, de la bonne vieille sociologie du travail et des professions. Idem, je suppose, des travaux de Baptiste Coulmont sur les sex-shops, on est toujours dans « de la sociologie ». Certes, je me rapporte encore à des disciplines et reconduit ce faisant une représentation peut-être démodée. Or il s’avère que la pornographie, même comprise sous son côté porno, c’est-à-dire comme objet d’études pour lequel on ne se boucherait pas le nez, sinon au regard duquel on déclarerait sa sympathie, est aussi traité dans des disciplines aussi différente que l’esthétique, la philosophie, l’histoire, le droit, etc. D’ailleurs, la dernière partie de l’Introduction de François-Ronan Dubois, sur les conséquences d’un savoir pornographique, alimente à nouveau la confusion entre un discours sur la sexualité en général, dans lequel on peut inclure en effet Nietzsche et Foucault, et un discours issu d’un domaine spécialisé qui s’appellerait porn studies. Ce troisième chapitre ne traite pas de la performativité du discours produit par les études pornographiques en société, de ses conséquences donc ; il présente en réalité le changement social de la normalisation des sexualités qui s’opère dans nos sociétés, au sens où une pornographique hétérosexiste conduit à une gouvernementalité des corps et des pratiques sexuelles. Changement amorcé évidemment bien avant l’émergence de ce domaine sur la scène académique et déjà étudié par les disciplines.

Cela étant dit, les différentes « studizes » questionnent déjà aussi l’objet pornographique et porno. Les études cinématographiques traitent déjà largement des productions à caractère pornographique (cinéma, série, Internet), de même que les études littéraires, les études sur le genre et les sexualités, ainsi que les études féministes… Linda Williams affirmaient d’ailleurs que les sous-champs des Porn Studies (gender, race, class studies) étaient plus fertiles que le champ qui serait sensé les chapeauter (i.e. les agencer, les atteler). Pour l’essentiel de ces « studizes » disséminées, il semblerait que les éléments intégrateurs soient ceux théoriques et philosophiques qui sont constamment cités (i.e. Foucault, Deleuze, Zizek, Butler…). La confédération des différentes « studizes » n’est apparemment pas l’objet d’étude mais le sujet, l’individualité (y aurait-il plus de sens, finalement, à proposer une administration des « studizes » par les foucaldian studies ?). Or la prolifération, incontestable, d’études sur l’objet porn, porno ou pornographique, sans prises réelles – j’ai l’impression qu’on a plus affaire à de la superposition qu’à de l’agencement, ce qui oblige à arrêter là la poursuite de la métaphore topographique-agricole – accentue l’interrogation portant sur l’existence actuelle des porn studies (encore une fois, le projet Sexualitic et la publication de la revue académique Porn Studies peuvent modifier cela). L’enquête sociologique sur la classification menée par ces diables de la tags manie démontrait la présence d’une logique minimale, bien que confuse, dans l’utilisation des multiples qualificatifs des films porno. C’est cette logique structurante, intégratrice, appliquée aux nombreuses études pornographiques que j’aurais souhaité, en tant que sociologue, voir apparaître dans l’Introduction de François-Ronan Dubois, même s’il admet en avoir proposé un vue simplificatrice (113). Ce afin de ne pas considérer que les porn studies, produit académique avant tout  anglo-saxon, ne seraient elles-mêmes qu’un tag auto-légitimant, surtout rapporté au contexte universitaire français (108). Mais peut-être n’est-ce là, en fin de compte, que la lecture d’un fétichiste de la discipline.

 Thomas Béraud


[1] En attendant pour les prochains jours Marie-Anne Paveau, Le Discours pornographique, Paris, La Musardine, 2014.
[2] Philip Rosen (dir.), Narrative, Apparatus, Ideology, New York, Columbia University Press, 1986.
[3]The other Victorians : A Study of Sexuality and Pornography in Mid-Nineteenth-Century England, New Brunswick, Transaction Publishers, 1974.
[4] Antoine Mazières, Mathieu Trachman, Jean-Philippe Cointet, Baptiste Coulmont et Christophe Prieur, « Deep tags: toward a quantitative analysis of online pornography », Porn Studies, 1-2, 2014 : 80-95.
[5] Ilia Blinderman, Page Views, Thursday, May the 2nd, 2013.
[6] Linda Williams, « Pornography, porno, porn: thoughts on a weedy field », Porn Studies, 1-2, 2014 : 24-40.
[7]Ibid. : 33.
[8]Ibid. : 34.
[9] Thomas Gieryn, Cultural Boundaries of Science : Credibility on the Line, Chicago, University of Chicago Press, 1999.
[10] Williams, ibid. : 32.
[11] Yves Gingras, « Existe-t-il des chercheurs multidisciplinés ? », dans Par-delà les frontières disciplinaires : regard sur l’interdisciplinarité : Actes du colloque, Montréal, [s.n.], 1998 : 65-73.
[12] Éric Maigret, « Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires. Paradigmes disciplinaires, savoirs situés et prolifération des studies », in Questions de communication, 24, 2013 :145-167.
[13] Andrew Abbott, « Things of Boundaries », Social Research, vol. 64, 4, 1995 : 857-882.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *