L’évidence du point de vue satellisé (1)

Application Google Earth sur Android
Application Google Earth sur Android

La dissémination d’images satellites dans les médias et la prolifération d’innombrables applications techniques dans la vie quotidienne (géolocalisation par GPS, applications de smartphones, Google Earth…), ainsi que la publication de plus en plus soutenue d’ouvrages et d’articles de spécialistes sur la question m’ont donné envie de publier une série de billets tirés d’un rapport de recherche qui somnolait sur mon disque dur. Il y est précisément question du statut, de la production et de la mise en circulation de ces images. Rédigé en 2011 en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS) dans le cadre d’un contrat de recherche financé par le Centre National d’Études Spatiales (Cnes), ce rapport d’une centaine de pages visait à tester l’efficace d’une sociologie pragmatique sur le thème à spectre large de l’appropriation sociale des données satellitaires[1]. Comment ces dernières sont « domestiquées » par une variété de communautés d’utilisateurs ? Quels changements induisent-elles dans la perception de la réalité ? Quelle en est la valeur ? Parmi la gamme des données analysables à l’aune de cette problématique, les images étaient les plus accessibles et les plus visibles. Leur interprétation sémiologique pouvait faire émerger de nouveaux problèmes sur l’acculturation des données issues de la technologie satellite. C’est en somme une ligne d’enquête classique de la sociologie des usages des techniques, qu’il s’agissait de mettre à l’épreuve d’un nouveau corpus d’objets.

Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)
Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)

Pour les étudier, on peut naturellement s’appuyer sur la sociologie et l’histoire des techniques astronautiques, en particulier des techniques d’imagerie par télédétection, mais aussi à la sémiologie, à la philosophie, à l’histoire de l’art et ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui les « études visuelles » (visual studies). Ces croisements peuvent donner de beaux résultats. On peut mentionner, parmi les publications les plus récentes, le très « visuel » ouvrage de Laura Kurgan, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics (MIT Press, 2013). Professeure d’architecture à Columbia University, l’auteure explore avec force images le genre de représentations que les technologies satellites contribuent à engendrer (images, bases de données, GPS, systèmes d’information géographique, spatio-cartes, vues synoptiques offertes par Google Earth) et à diffuser à l’échelle de la planète au moyen notamment des satellites de télécommunication. Depuis les premiers satellites de reconnaissance en opération durant la Guerre froide (cas classique de Corona) jusqu’à l’omniprésence actuelle des images satellites issues des systèmes d’observation à haute-résolution du type SPOT (en France, depuis 1986) ou Quickbird et Ikonos (USA), les exemples ne manquent pas. Laura Kurgan s’arrête notamment sur l’effet de représentation des images produites au moment de la guerre du Golfe (1991), au Kossovo (1999) ou à Manhattan au lendemain du 11 septembre 2001. Dans ces exemples, le flottement est manifeste entre ce qui relève de l’observation et de la surveillance, et il est intéressant d’étudier comment les images sont parlées ou surinterprétées pour servir des fins très terre à terre. On se souvient de l’usage fait par Colin Powell à l’ONU en 2003 d’images supposées objectiver la possession d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein. La transparence, souligne Laura Kurgan après Lisa Parks[2] (p. 24-29), était toute relative ; opaques, ces représentations révélaient les manipulations sémiotiques et les montages rendus possibles par cette view from nowhere orbitale. En résumé, Close Up at a Distance passe en revue les différents aspects et la dynamique de diffusion du « régime visuel » institué par ces techniques de télédétection. Ce livre comme d’autres récemment publiés[3] permettent ainsi de prendre toute la mesure de ces fictions de réalité qui frappent la rétine.

Omniprésence de l’image satellite

Vue plongeante de la centrale de Fukushima, mise en circulation médiatique le 14 mars 2011. Source : DigitalGlobe
Vue plongeante de la centrale de Fukushima, mise en circulation médiatique le 14 mars 2011. Source : DigitalGlobe

Au moment où je commençais la recherche vers janvier-mars 2011 (il faut ajouter que ma connaissance des technologies spatiales était alors proche du néant), des événements critiques, massifs et ultra-médiatisés m’ont vite fait prendre conscience de l’importance croissante des données satellites. Effet/biais de focalisation ou pas, peu importe : il était devenu impossible de ne pas voir l’ubiquité de ces biens symboliques de consommation courante. Un seul exemple, terriblement parlant. Le 11 mars 2011, des explosions surviennent dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi à la suite du tsunami qui vient de dévaster des zones côtières du Japon. Tandis que les sources officielles japonaises peinent à donner des informations sûres quant à l’état des réacteurs, les images, toujours les mêmes, ressassent les événements en boucle, en temps réel, sans fin. Dans cet amas confus d’indices du désastre, les images satellites laissent entrevoir une réalité anxiogène depuis un poste d’observation lointain. Participant de la construction médiatique de la perception des catastrophes, elles livrent un point de vue aussi saisissant qu’incontournable. Le cliché « montrant » en vue plongeante certaines parties abimées et pleines de fumée de la centrale est particulièrement confondante. Il est distribué à titre gratuit par la compagnie américaine DigitalGlobe, qui y joue son image. Il fait aussitôt la « Une » de la plupart des grands journaux nationaux (New York TimesTimesLe Monde), s’étale sur les écrans et sur internet, équipe des vues avant/après. Il donne l’image d’une veille continue d’observateurs-machine implacables. Les satellites sont des « témoins » infaillibles et toujours sur le qui-vive : pas un mouvement sur la Terre qui ne leur échappe.

Une nouvelle image, toujours sous copyright DigitalGlobe, est mise en avant lors du journal de 20h, sur France 2, le 16 mars 2011. Le présentateur David Pujadas interroge son confère Nicolas Chateauneuf, qui se tient debout devant un écran géant sur lequel l’image est projetée. S’en suit une théâtralisation de l’évidence :

− D’abord, vous avez une image, une image saisissante à nous montrer. Elle en dit plus que beaucoup de discours.
– Oui David, elle a été prise par un satellite DigitalGlobe [pointant l’image]. Et voici la centrale de Fukushima telle qu’elle était ce matin. Si l’on zoome un peu dans l’image on voit notamment les réacteurs 3 et 4, et ce qui saute aux yeux, eh bien c’est que les bâtiments sont très gravement endommagés.

L’échange est bref. L’ image impose un certain régime d’évidence. Elle saute littéralement aux yeux autant qu’elle frappe l’esprit, se substituant au discours des journalistes, comme tétanisés par l’événement. Cette incrustation de la représentation satellitaire fonctionne encore quinze jours plus tard, lorsque Pujadas et Chateauneuf évoquent la gestion calamiteuse de l’exploitant TEPCO.


Leçon de choses à 20h assistée par Google Earth

Vues désastreuses immersives et animations 3D à l’objectivité visiblement incontestable, le montage suspend l’effort de perception, le fige dans une stupeur post tremblement : il fait écran. Tout cela doit concerner le téléspectateur. Et l’on imagine combien ces montages doivent en effet concerner celles et ceux qui le vivent alors, car comme l’écrit la poétesse Ryoko Sekiguchi, « quand on se sent concerné, l’image n’est plus une image, elle devient réalité ; mais lorsqu’on n’est pas directement touché, l’image conserve son statut d’image, et ce sont ces réalités-images qui nous assaillent chaque fois que le Japon subit une nouvelle catastrophe, et qui se superposent devant nos yeux rivés au poste de télévision. » (Libération, 17 mars 2011). Les catastrophes se succédant à un rythme régulier, superposant toujours plus d’images, d’autres exemples de ces figurations par l’image satellite ne manqueront pas de s’accumuler encore et encore.

Le satellite, méta-énonciateur de vérités

Hong-Kong vu par le satellite Pléiades 1A. Copyright : CNES
Hong-Kong vu par le satellite Pléiades 1A. Copyright : CNES

Dans ces séquences, les images satellites sont assimilées dans les discours, et notamment ceux visant à susciter des opinions ou à éveiller les consciences face à des catastrophes présentes ou à venir. Ces images ne sont pas des objets inertes, elles sont agies autant qu’elles agissent dans les champs d’expérience (visuelle). Elles définissent aussi un certain régime de croyance spécifique[4]. Me référant à Bernard Williams[5], je partirai de l’hypothèse que la technologie satellitaire offre à certaines communautés d’utilisateurs, et a fortiori à ceux qui la façonnent et l’opèrent, l’« avantage de simple position » dans la « division du travail épistémique ». Certains acteurs et/ou collectifs sont tout simplement mieux placés pour dire la vérité (en un sens très lâche) ou constituer des faits objectifs parce qu’ils disposent de moyens d’information ; ils s’autorisent d’un poste d’observation surplombant leur permettant de générer de l’information « utile ». Le satellite rend ainsi manifeste l’efficace du point de vue procuré par sa « simple position » orbitale, il est en quelque-sorte un méta-énonciateur.

Vue d'artiste d'une constellation de satellites d'observation A-Train. Crédits : NASA
Vue d’artiste d’une constellation de satellites d’observation A-Train. Crédits : NASA

Cela n’étonne pas les spécialistes, encore moins les promoteurs de cette technologie de surveillance[6]. Le « grand public » et ses relais semblent tout aussi acquis à ce pouvoir de l’« œil » satellitaire. S’agissant de la prévention, le monitoring des ressources naturelles, la production d’informations environnementales (la raison d’être du programme européen d’observation de la Terre Copernicus, par exemple), comme l’accompagnement logistique des missions humanitaires à l’occasion de catastrophes naturelles, bref l’observation continue du système Terre, les satellites s’imposent aujourd’hui comme des « outils » inévitables. Pour les ingénieurs et les spécialistes de la technologie satellitaire, la compréhension scientifique de certaines problématiques globales, celle du changement climatique en particulier, est pour partie dépendante des avancées dans le domaine. C’est ce que met en avant, parmi d’autres, le météorologue Hartmut Graßl dans un argument volontariste en faveur de la contribution du spatial au confort matériel et moral de l’humanité entière :

Le pré-requis [pour assurer un développement durable] est une compréhension fondamentale du fonctionnement du système Terre. Cette compréhension a besoin de séries de données globales, i.e. elle a besoin de la télédétection satellite et de l’observation de la Terre depuis l’espace. Elle a besoin aussi de modélisations du système Terre, dont les étapes de développement sont largement tributaires de l’amélioration des modes de validation des ensembles de données. Aussi, la télédétection satellite est au cœur des progrès de la compréhension et par conséquent n’agit pas seulement comme un système d’alerte (early warning system) pour l’humanité mais aussi offre des solutions à travers cette compréhension à parfaire.[7]

Peu importe l’épistémologie et la vision politique sous-jacentes à cette façon de voir les choses, transparaît la conviction, largement partagée, que le spatial peut tout, qu’il se situe en amont et en aval de la compréhension des processus naturels à l’échelle globale, qu’il n’est pas seulement un instrument, un outil à perfectionner extérieur à l’action, mais qu’il doit être inséré à l’inverse dans la chaîne des dispositifs utilisés pour aider à résoudre des problèmes aussi décisifs que le changement climatique. Cette conscience du pouvoir de « résolution » des problèmes des satellites est largement tributaire des évolutions techniques. Les satellites actuels permettent de recouper les mesures et de multiplier les évidences, comme le signale Hervé Le Treut :

Les satellites de la première génération faisaient uniquement des photos, principalement dans l’infrarouge et dans le solaire – c’était de l’imagerie, sans l’idée de mesure. Mais très vite des satellites ont fait de vraies mesures calibrées, soit dans des larges bandes de longueurs d’onde (toute l’intégrale du spectre solaire ou terrestre), soit dans des bandes au contraire très spécifiques – le spectromètre IASI du Cnes a plusieurs milliers de bandes d’absorption. Comme toujours dans nos disciplines, c’est l’interaction entre analyse de processus (éventuellement théoriques), modélisation et observation à grande échelle (par avions, ballons, satellites) qui permet de progresser, et qui a permis une mise en cohérence de tout cela : les données satellitaires ont permis à la fois de mesurer une partie des paramètres qui caractérisent le climat (la température, les nuages, les poussières, les aérosols, le vent…) mais aussi de mieux connaître comment change la composition de l’atmosphère en vapeur d’eau, CO2, ozone, méthane…[8]

Les capteurs embarqués sur les plateformes satellites ouvrent de nouvelles possibilités pour les mesures et l’exploration de phénomènes aussi délétères que l’effet de serre.  Plus largement, les satellites artificiels ayant contribué à façonner la réalité de la globalité, les acteurs du spatial et les utilisateurs de leur produits se sentent justifiés à penser qu’il est (ou peut être) désormais un instrument privilégié de la « gouvernance globale »[9]. Les vues de la Terre depuis l’espace circulant dans les médias accréditent de plus la conception selon laquelle la planète, notre planète, est un « patrimoine » unique et précieux pour l’humanité qu’il s’agit de protéger.

Global West, The Blue Marble. Credit : NASA Goddard Space Flight Center Image
Global West, The Blue Marble. Credit : NASA Goddard Space Flight Center Image

Regula Valérie Burri et Joseph Dumit soulignent ce point[10] et ajoutent à juste titre que « cette image de la Terre, bien qu’elle soit largement retraitée, évoque le réalisme d’une photographie, une relation immédiate (i.e. non altérée, sans médiation, directe ou vraie) entre l’observateur et l’objet. Dans des termes sémiotiques, l’image de la Terre observée depuis l’espace, sans nuages, est hyper-réelle : elle est stylisée,  les couches sont réduites, elle est produite pour correspondre non pas à ce que verrait un astronaute mais à un concept idéalisé de la Nature. En sorte que le résultat est plus convaincant qu’une image “réelle”. » Autrement dit, les satellites constituent un point de passage obligé quoique non exclusif dans la configuration des problèmes environnementaux (entre autres), i.e. un point d’ancrage dont la validité dans la conduite des débats est reconnue par les acteurs. Mais que ce point de vue soit crédité d’un tel pouvoir de véridiction, que lui soit conférée la qualité (morale) d’un énonciateur quasi mécanique de vérités[11], rendant par-là même invisible l’activité humaine sans laquelle le système s’effondrerait, rien n’est moins « évident ». Du moins, il reste à interroger cette évidence première, de caractériser le processus par lequel l’évidence se constitue. Car d’emblée ce processus soulève les questions de la confiance et plus largement de l’audience accordées à ces biens symboliques.

Qu’en est-il des vérités construites par l’intermédiaire de ces machines ? Toujours selon Bernard Williams[12], « l’évidence de la vérité peut dépendre d’une technologie et du savoir-faire qui la met en œuvre ». Répliqué sur les vérités médiatisées par des images satellitaires, ce constat attire l’attention sur la logique d’accréditation des « vérités patentes associées à une technologie ». Non seulement la technologie satellitaire aide à produire des vérités qui lui sont intrinsèquement liées sur telles réalités objectivables qui échappaient jusqu’alors au champ de vision[13], mais aussi celle-ci exprime et rend « patente » une certaine forme d’« évidence » associée à ces mêmes vérités. Or cette notion d’évidence est particulièrement présente dans les usages de la donnée satellite. C’est du moins ce qui frappe lorsqu’on étudie, même de façon non systématique, les références variées à l’image satellite.

*

 *                *

L’évidence renvoie ici à plusieurs aspects liés. Elle renvoie déjà à tout ce qui peut appuyer et garantir une représentation de la réalité ; par exemple, la conviction qu’il y aurait « quelque-chose » comme le réchauffement climatique, qu’étaie une multiplicité de preuves factuelles. L’image satellite — tout comme les autres types de données acquises par l’intermédiaire des satellites — est en ce sens un exemple d’évidence : elle rend visible et offre la possibilité de garantir des représentations du réel, d’en révéler la présence, de les configurer, de leur donner corps[14].

Side by side comparison image of the World Trade Center taken on 9/12/01 and 9/8/02 by Landsat 7 flying 438 miles up. Copyright : USGS
Side by side comparison image of the World Trade Center taken on 9/12/01 and 9/8/02 by Landsat 7 flying 438 miles up. Copyright : USGS

Elle fabrique de la « tangibilité », réduit les incertitudes dans l’appréhension des phénomène dont elle construit le champ, permet de trancher entre les interprétations et le cas échéant de clore les débats : l’image, a fortiori lorsqu’elle est « marquante », joue le rôle de « prise » à laquelle peut en appeler chaque acteur en situation de la percevoir[15]. Elle désigne aussi la certitude associée à la perception d’un état de choses sur la base de faits (supposés) incontestables. Dans cette acception, l’évidence s’éprouve de façon absolue, elle ne souffre pas la contradiction, elle est apodictique, de l’ordre de l’« allant de soi » sémiotique, s’imposant immédiatement à l’observation — elle saute littéralement aux yeux. Mais, et cela rejoint l’idée d’une vérité dépendante de technologies, l’évidence s’articule aussi à des pratiques de véridiction, à une capacité technique d’énonciation de vérités surplombantes. En bref, l’image satellite produit à la fois de l’évidence et l’évidence de l’évidence.

Arnaud Saint-Martin

À venir, quelques études de cas (images à l’appui, toujours) et une esquisse d’interprétation sur le statut des images comme « opérateurs de factualité ».


[1] Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz, Arnaud Saint-Martin, Les données satellitaires au cœur des arènes publiques. Opérateurs de factualité et interprétations critiques dans les processus d’alerte et de controverse, rapport final d’une recherche exploratoire financée par le Centre National d’Etudes Spatiales, Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS, septembre 2011, 98 ff°. Pour une présentation succincte de cette recherche, voir ce billet paru sur le carnet du laboratoire Printemps.
[2] Lisa Parks, Cultures in Orbit: Satellites and the Televisual, Durham, Duke University Press, 2005.
[3] Une autre référence, en passant : Lisa Parks, James Schwoch, Down to Earth: Satellite Technologies, Industries, and Cultures, New Brunswick, Rutgers, 2012.
[4] Jacques Fontanille, « Le “réalisme” paradoxal de l’imagerie scientifique », Visible, No. 5, 2009, p. 191-209.
[5] Bernard Williams, Vérité et véracité. Essai de généalogie, trad., Paris, Gallimard, 2006, p. 60-61.
[6] Pat Norris, Watching Earth from Space: How Surveillance Helps Us − and Harms Us, Dordrecht, Springer, 2010.
[7] Hartmut Graßl, « Climate and Environment », in Berndt Feuerbacher, Heinz Stoewer (eds.), Utilization of Space: Today and Tomorrow, Dordrecht, Springer, 2005, p. 108.
[8] Jérôme Chappellaz, Olivier Godard, Sylvestre Huet, Hervé Le Treut, Changement climatique : les savoirs et les possibles, Paris, Éd. La ville Brûle, 2010, p. 63.
[9] Roger-Maurice Bonnet, Lodewijk Woltjer, « Managing the Planet’s Future: The Crucial Role of Space », in Surviving 1,000 Centuries: Can we do it?, Dordrecht, Springer, 2008, pp. 315-365. Cf. aussi Sheila Jasanoff, « Heaven and Earth: The Politics of Environmental Images », in Sheila Jasanoff, Marybeth Long Martello (eds.), Earthly Politics: Local and Global in Environmental Governance, Cambridge, MIT Press, 2004, p. 31-54.
[10] Regula Valérie Burri, Joseph Dumit, « Social Studies of Scientific Imaging and Visualization », in Edward Hackett et al. (eds.), The Handbook of Science and Technology Studies, Cambridge, MIT Press, 2007, p. 299 [297-318].
[11] Encore que, la « mécanicité » de cette énonciation suppose le bon fonctionnement de la machine et de l’ensemble du dispositif au sein duquel elle est intégrée, ce qui n’est pas toujours garanti.
[12] Bernard Williams, Vérité et véracité, op. cit., p. 69 et 70.
[13] Citons, encore, l’exemple des visualisations iconographiques du trou de la couche d’ozone produites par la Nasa dans les années 1980. Ce point est analysé par Sebastian Grevsmühl, dans « Antarctique et Espace : fin et suite de la géographie », Information géographique, Vol. 74, No. 2, 2010, p.115-118. Ces considérations convoquent le problème, classique, du statut de réalité des entités « construites » par ces dispositifs de visualisation. Or comme le souligne Michel Mercier (« Les images de microscopie électronique : construire un réel invisible », Culture technique, No. 22, 1994, p. 34 [25-34]) à partir de l’exemple de la microscopie électronique, « que l’image soit ou non “fidèle à la réalité” n’est peut-être pas la question qu’il faut poser. En effet, ce que nous savons, c’est que l’image elle-même est réelle, et que la méthode qui a permis de l’obtenir est réelle. Mais de l’objet représenté, la seule réalité visuelle dont nous puissions disposer est la somme de la réalité de l’image et de celle du mode de mise en image. La micrographie électronique n’est pas imitation, mais au contraire elle participe à construire la réalité d’un objet invisible dont elle est la transcription la plus immédiatement sensible. »
[14] Norton Wise, « Making Visible », Isis, No. 97, 2006, p. 75-82.
[15] Francis Chateauraynaud, « L’épreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissements de la preuve », in Bruno Karsenti, Louis Quéré (dir.), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2004, p. 167-194.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *