Ceci n’est pas un manifeste

L’ordre des savoirs ausculté

L’ambition centrale du carnet de recherche Zilsel sera de rendre compte des façons de concevoir les sciences, les savoirs et les techniques d’un point de vue qui emprunte à la fois à l’histoire, à la sociologie, à l’anthropologie et à la philosophie. Il s’agit, à travers ce prisme clairement interdisciplinaire, de faire droit aux analyses que les sciences humaines et sociales et la philosophie peuvent produire sur les connaissances savantes, leurs moyens de production et les conditions de leur mise en circulation dans l’espace social. Les participants au carnet Zilsel porteront une grande attention aux objets nouveaux qui peuvent émerger en sociologie, en histoire, en anthropologie et en philosophie des sciences et des techniques. De même, ils resteront soucieux d’une inscription dans l’historiographie longue des champs d’objets dans lesquels ils viennent à opérer : loin des zeitgeist parfois tapageurs ou des modes dans les « études des sciences » (science studies), souvent sans lendemain, ils mettront en lumière les strates successives de questionnements sur les savoirs.

Précisons d’ailleurs que les termes « savoirs » ou « sciences » renvoient ici à l’ensemble des opérations de connaissance, qu’elles se situent du côté des sciences mathématiques, physiques, biologiques et d’ingénieurs, ou du côté des sciences sociales, des humanités, des sciences morales, juridiques ou économiques. Le spectre des objets possibles est très étendu en même temps que la focale d’analyse se veut raisonnablement limitée. Ces terrains, nous ne les envisagerons pas du point de vue d’une théorie de la connaissance déconnectée du réel. Non seulement nous nous donnerons des objets très ordinaires — les sciences et techniques sont omniprésentes, c’est un fait —, mais en plus nous ferons en sorte de les analyser de façon claire et lisible. Last, but not least, nous n’édulcorerons pas les éventuelles prises de position et les motifs de friction dans le traitement d’objets potentiellement disputés ou à disputer.

Le choix d’un nom propre 

Mais pourquoi « Zilsel », au fait ? Pourquoi un nom propre, celui d’Edgar Zilsel (1891-1944), oublié qui plus est ? Rappelons que Zilsel a un parcours biographique et scientifique atypique qui témoigne, pour le collectif réuni par le carnet, d’une attitude devant les pratiques de recherche à défendre et à revendiquer. Zilsel commence en Autriche, dans les années 1920, des études de philosophie qui lui font fréquenter le célèbre Cercle de Vienne, au sein duquel il est en marge puisqu’il glisse de la philosophie analytique à l’histoire des sciences, tout en s’inscrivant dans la mouvance de l’austro-marxisme. Encore son histoire des sciences n’a-t-elle rien à voir avec celle qui se pratique alors sur le vieux continent : s’intéressant à la notion de « génie » de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, Zilsel propose une historicisation des nomenclatures ingénieurs et artistiques sur le long terme. Il en ressort une thèse stimulante sur les dangers qu’il y a à se saisir des concepts sans les passer préalablement au tamis des interprétations passées. Fuyant le nazisme, Zilsel part pour les États-Unis où il vit de bourses diverses et de cours dans les Collèges du secondaire. Il publie plusieurs maîtres-articles sur les racines sociologiques de la science moderne, dans lesquels il propose une interprétation marxiste de l’avènement de nouvelles pratiques de savoirs au 17e siècle. Il montre comment les connaissances des artisans sont peu à peu intégrées aux corpus universitaires pour former une nouvelle stratégie de connaissance fondée sur le doublet théorie/empirie. Ne parvenant pas à trouver de poste et vivant douloureusement une situation d’exil scientifique, Zilsel se suicide en Californie en 1944.

Parce qu’il incarne, jusque dans sa disparition, une certaine forme d’intransigeance dans l’adversité, parce qu’il ne cesse, depuis les années 2000, de faire retour dans les Science and Technology Studies (pourtant peu soupçonnables de souci patrimonial…), parce qu’il s’est efforcé de produire des cadres conceptuels rigoureux, appuyés sur des données nombreuses, le nom même de Zilsel s’est imposé comme une évidence. Il renvoie tout à la fois à l’exigence heuristique qui sera la nôtre dans ce carnet, à l’ouverture d’esprit sans concession et à cette position d’hétérodoxie à la marge qui caractérise une approche décalée des sciences humaines et sociales s’intéressant aux mondes de la connaissance.

Une intention programmatique et une méthode de travail

Le carnet de recherche Zilsel vise à déployer, par un effet de pointillisme propre au blogging scientifico-intellectuel, un programme de recherche collectif original et non dogmatique sur l’analyse des sciences et techniques. Non seulement il sera rendu compte des recherches en cours, des ouvrages qui nous apparaissent les plus marquants dans le domaine, mais aussi des textes de recherche originaux (des auteurs du carnet ou de leurs « invités »), des esquisses de raisonnements conceptuels, des pistes théoriques, des débats sur le choix des données, les questions sur la collecte des matériaux empiriques viendront nourrir une réflexion collective en actes. Il s’agira ainsi de faire connaître la recherche en marche, les sciences (des sciences et techniques) en train de se faire, au plus près des opérations concrètes que réalisent les chercheurs en sciences sociales travaillant sur ces objets. Comptes rendus de terrain, analyses d’archives, questionnaires, participations à des séminaires ou à des colloques, implications dans des travaux collectifs : l’ensemble de ces expériences de recherche sera livré sous la forme de textes, d’images, de sons, éventuellement de films qui donneront à lire et à voir les détails de pratiques de recherche. Nous inclurons également des entretiens réalisés auprès de chercheurs dont nous apprécions les travaux et qui, pour certains, pourraient à terme participer à l’expérience du Carnet Zilsel.

Reliés par des recherches antérieures et des intérêts de connaissance communs, associés via des séminaires passés et présents (au Collège international de philosophie l’année dernière, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines depuis trois ans), les rédacteurs de Zilsel espèrent en outre attirer de nouveaux contributeurs et former ainsi un collectif stabilisé et en progrès.

Coda : bibliographie zilselienne

Jardine, Nicholas, 2003, « Zilsel’s Dilemma », Annals of Science, 60 (1), p. 85-94.
Krohn, Wolfgang, Raven, Diederick, 2000, « The ‘Zilsel Thesis’ in the Context of Edgar Zilsel’s Research Programme », Social Studies of Science, 30 (6), p. 925-933.
Krohn, Wolfgang, Lenhard, Johannes, 2006, « Das Gesetz der großen Zahlen. Edgar Zilsels Versuch einer Grundlegung physikalischer und sozio-historischer Gesetze », in Hartbecke, Karin, Schütte, Christian (eds.), Naturgesetze. Historisch-systematische Analysen eines wissenschaftlichen Grundbegriffs, Paderborn, mentis Verlag, p. 291-318.
Nemeth, Elisabeth, 2007, « Logical Empiricism and the History and Sociology of Science », in Richardson, Alan (ed.), The Cambridge Companion to Logical Empiricism, Cambridge, Cambridge University Press, p. 278-302.
Nemeth, Elisabeth, 2011, « Edgar Zilsel on Historical Laws », in Dieks, Dennis et al. (eds.), Explanation, Prediction, and Confirmation, Dordrecht, Kluwer, p. 521-532.
Raven, Diederick, 2003, « Edgar Zilsel in America », in Hardcastle, Gary, Richardson, Alan (eds.), Logical Empiricism in North America, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2003, p. 129-148.
Raven, Diederick, 2003, « Edgar Zilsel’s Research Programme: Unity of Science as an Empirical Problem », in Stadler, Friedrich (ed.), The Vienna Circle and Logical Empiricism: Re-Evaluation and Future Perspectives, Dordrecht, Kluwer, p. 225-234.
Raven, Diederick, Krohn, Wolfgang, 2000, « Edgar Zilsel: his life and work (1891-1944) », in Edgar Zilsel, The Social Origins of Modern Science, Dordrecht, Kluwer.
Shapin, Steven, 1981, « Zilsel thesis », in W.F. Bynum, E.J. Brown, Roy, Porter, (eds.), Dictionary of the History of Science, Londres, The Macmillan Press Ltd, p. 450.
Wulz, Monika, 2012, « The material memory of history : Edgar Zilsel’s epistemology of historiography », Studies in East European Thought, 64 (1-2), p. 91-105.
Zilsel, Edgar, 1940, « Copernicus and Mechanics », Journal of the History of Ideas, 1, p. 113-118.
Zilsel, Edgar, 1941, « Physics and the Problem of Historico-sociological Laws », Philosophy of Science, 8, p. 567-579.
Zilsel, Edgar, 1941, « The Origins of William Gilbert’s Scientific Method », Journal of the History of Ideas, 2, p. 1-32.
Zilsel, Edgar, 1942, « The Genesis of the Concept of Physical Law », The Physical Review, vol. LI (3), p. 245-279.
Zilsel, Edgar, 1942, « The Sociological Roots of Science », The American Journal of Sociology, vol. 47, p. 544-562.
Zilsel, Edgar, 1993, Le génie. Histoire d’une notion de l’Antiquité à la Renaissance, trad., Paris, Editions de Minuit.

Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques