Tous les articles par Rédaction

Bernard Stiegler : lost in disruption ?

Bernard Stiegler est depuis quelques années une figure de proue de l’académisme médiatique. Sa voix chaude, traînante et légèrement chuintante est connue des auditeurs de radio – il enchaîne aussi conférences publiques et académiques (300 vidéos sur internet depuis huit ans), en même temps qu’une intense production d’essais (plus de 30 ouvrages depuis 1994).

Le caractère très abondant de cette production nécessiterait une analyse détaillée, portant sur la cohérence et/ou l’évolution de la pensée. Cette analyse ne semble pas avoir été faite puisque le philosophe est reçu (au sens de la réception de ses idées) au fil de l’eau. Côté médias, le rythme intense d’un livre publié tous les 9 mois[1] brouille la ligne de partage entre la promotion d’un ouvrage et l’analyse de fond. On est là dans une forme de « dévoration médiatique »[2] – de l’auteur comme du media lui-même : le rythme de production d’ouvrages s’impose au media, qui ne peut prendre de recul (à supposer que ce soit sa vocation) ; par invitations et tribunes de presse répétées, le media s’auto-dévore, en quelque sorte.

Quant à la réception en milieu universitaire, une question se pose : Stiegler est-il encore un universitaire (ou un chercheur) ? Il semble en fait naviguer depuis quelques années dans cet entre-deux que constitue l’académisme mondain ou « zone médiane », exploitant sa « rente de visibilité »[3] et préoccupé de l’accroître. S’il existe une littérature secondaire à son sujet[4], elle semble plus se rattacher à un phénomène tribal qu’à une réelle analyse critique. Comme souvent, personne ne prend le temps de se pencher de manière critique sur pareille œuvre, et la tâche devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que le temps passe.

« Bernard Stiegler au cours de l’une de ses nombreuses interventions », dans les années 2000 (Source : Wikimedia commons, auteur Joseph Paris)

Peut-être Stiegler a-t-il construit une œuvre philosophique, mais nous voudrions montrer ici que depuis cinq ans, sa parole dans les sphères intermédiaire (telle que mentionnée supra) et médiatique (grand public : radio et conférences) est plus proche de l’idéologie que de la pensée rationnelle, à l’instar d’un Badiou, et comme lui maniant à l’excès jargon et analogies. Son discours récent a quitté les rives de la pensée construite tout en souhaitant s’y rattacher – Stiegler opérant un véritable transfert de légitimité depuis son analyse philosophique (construite, sous réserve d’inventaire) vers un discours politico-médiatique tonitruant, aux fondements peu assurés. Continuer la lecture de Bernard Stiegler : lost in disruption ?

« “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

Roberto Pippo est du genre modeste, il se présente à vous sans arrogance ni faux-semblants. Il est direct, franc, volontiers séducteur, il n’y va pas par quatre chemins pour vous persuader de l’importance de sa cause. L’excellence, il l’a dans la peau et la défend bec et ongles. Parce que l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique qu’il préside s’est aujourd’hui imposée comme le point de passage obligé de la recherche scientifique de pointe, en France comme à l’international, parce qu’il est un personnage truculent et inévitable, le Carnet Zilsel a désiré en savoir plus. M. Pippo a accepté de nous rencontrer pour une brève mais féconde interview. Avec une déroutante sincérité, il nous a livré les secrets d’une savante alchimie, qui transforme l’air en vent. S’il n’est pas toujours évident de suivre le CEO de l’ANES dans tous ses raisonnements, tant ils rompent avec les habitudes de la communauté de l’ESR, on doit lui reconnaître un talent inouï : celui de donner goût à l’« excellence » et de nous projeter dans un avenir radieux où chaque entrepreneur de l’innovation techno-scientifique peut devenir milliardaire pourvu qu’il sache jouer du pipeau. L’ESR, rappelait récemment Roberto Pippo non sans provocation, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. C’est bien l’intérêt et la puissance de l’ANES que d’aider à faire le tri, l’air de rien !

Commençons par le début : pourquoi l’ANES ?

C’est une bonne question ! Je n’y avais jamais réfléchi ! D’ailleurs je crois que personne n’y a jamais réfléchi… c’est curieux ! Je pense qu’à l’ANR non plus d’ailleurs !

Vous tenez un discours radical sur la gestion et le pilotage de l’ESR. Faut-il approfondir l’autonomie des universités ? Qu’en est-il de votre projet de les connecter de façon plus « synergétique » avec l’univers de l’entreprise, que vous considérez comme salvateur ?

Je préfère le terme d’université agile. Pour moi, les universités doivent être flexibles, numériques et connectées. Nous en reparlerons sûrement, mais je crois sincèrement à la dématérialisation totale de l’université. C’est un vrai challenge pour la #FrenchTech et le projet est actuellement en co-maturation dans une pépinière. Notre Sink Tank[1] ANES-PEPITE travaille également sur la question.

Grand auditorium du siège de l’ANES, quelques minutes avant l’annonce des résultats de l’année 2016 (crédits : Delegación de Turismo, Ayuntamiento de Aranjuez, 2007, via Flickr)

Continuer la lecture de « “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7). Continuer la lecture de L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

La lutte climatique des classes

À propos d’Andreas Malm, L’anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital, traduit par Étienne Dobenesque, Paris, La Fabrique, 2017.

L’anthropocène a fait une entrée remarquée dans le lexique politique, sociologique et historien. Concept forgé par les géologues[1], l’anthropocène désigne la période pour laquelle l’activité humaine constitue la principale force de transformation de la Terre. Dans sa migration vers les sciences sociales, la notion a fini par désigner toutes les formes plus ou moins clairement identifiables de modification du climat et de l’environnement sous l’influence des êtres humains[2].

 

Dans son livre L’anthropocène contre l’histoire, Andreas Malm n’y va pas par quatre chemins : il entreprend d’interroger la vacuité de l’anthropocène comme concept politique. Sa thèse se résume ainsi : toute l’humanité n’a pas engagé une destruction avancée de la nature et des ressources terrestres, seule la classe capitaliste a élaboré un système d’exploitation généralisé dont on s’aperçoit maintenant qu’il ne détruit pas seulement la vie des travailleurs, mais s’attaque aussi à l’environnement. Comme le note l’auteur, « la série de technologies énergétiques qui ont succédé à la vapeur – l’électricité, le moteur à combustion interne, le complexe pétrolier (…) – ont toutes été introduites suite à des décisions d’investisseurs, parfois avec l’apport essentiel de certains gouvernements, mais rarement suite à des délibérations démocratiques » (p. 11). Il est donc tout à fait abusif de parler d’« anthropocène » en généralisant à l’humanité tout entière, puisque ce sont les tenants du capital qui sont responsables de la mobilisation des énergies carbonées dans l’économie contemporaine. L’argument, invariablement opposé à cette analyse de la rupture climatique par le jeu des antagonismes de classe, est que « même si toute l’espèce humaine » n’est pas « responsable » des transformations environnementales, c’est bien « au sein de l’espèce humaine » que se situe « son origine » (p. 13). Mais Malm rétorque que c’est un moyen fort commode de naturaliser de nouveau le réchauffement climatique en l’imputant à une espèce particulière (p. 14). Parce que la dégradation environnementale a une histoire, qu’elle est compréhensible du point de vue des transformations sociales et politiques des communautés humaines, il est dès lors important de repérer quels sont les acteurs qui ont produit cette situation de crise globale, afin de penser les (ir)responsabilités. Revenant à la conception marxiste des rapports sociaux de production – qui visent à dénaturaliser toutes les étapes d’une soi-disant maîtrise du feu, conçue comme une fin humaine évidente –, Malm construit son ouvrage autour d’une historicisation radicale et exigeante de l’adoption des énergies carbonées dans le régime capitaliste contemporain. Il envisage donc à la fois la tâche des historiens dans un « monde en réchauffement » (p. 23), les racines du « capital fossile », l’effet fictionnel de ce grand bouleversement et, enfin, quelques éléments pour « conjurer » la « catastrophe imminente ». Ces différents angles d’approche, même s’ils ne sont pas combinés de façon évidente, permettent malgré tout de dégager quelques lignes de force d’une nouvelle histoire du réchauffement climatique. Continuer la lecture de La lutte climatique des classes

Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou

Vous croyiez avoir tout vu lors de notre campagne présidentielle ? D’autres surprises vous attendent. Selon une récente étude, basées sur des méthodes scientifiques novatrices, Philippe Poutou serait en passe de gagner cette élection. Les projections de la cladopolitique, récente discipline qui entend appliquer les acquis de la biologie évolutive à la théorie politique, lui donnent en effet une confortable avance de 17 points[1].

Raoul Dupleux, professeur au Centre de Recherches En Théorie INtégratives (FNRS/Université de Dax), auteur de l’étude et père de cette nouvelle approche, n’en est pas à son coup d’essai. En 2002 et selon les mêmes algorithmes, il avait prévu le Brexit et annonçait l’élection de Donald Trump à la présidence américaine, alors que celui-ci était encore présentateur de l’émission de TV Réalité The Apprentice[2].

D’après Dupleux, la cladopolitique permet de dépasser le flou qui entoure toute étude basée sur les intentions de vote, en se focalisant sur la dynamique intrinsèque du changement d’intention électorale. Galilée avait révolutionné la physique en substituant l’accélération à la vitesse comme cible de l’analyse du mouvement, de même la cladopolitique entend remettre la science politique sur ses pieds en dépassant l’opacité sondagière inhérente au recueil d’opinions, et en privilégiant à la statique des croyances la dynamique des préférences. La cladopolitique repose en effet sur le transfert des méthodes éprouvées de la cladistique – école aujourd’hui dominante en analyse phylogénétique de l’évolution biologique – à la réalité sociale. Dupleux l’a développée dans les années 1990, et il en reste aujourd’hui l’un des rares praticiens. Cela ne l’étonne guère : en biologie même, la cladistique aura mis pas moins de trente ans à s’imposer. Moralité, il s’agit donc simplement d’être patient.

La cladistique, initiée par le biologiste danois Willi Hennig en 1961, a révolutionné la classification biologique en ne considérant comme pertinentes que les questions de distance relative entre espèces dans une métrique de la similarité, indépendamment de toute hypothèse sur leurs temps d’évolution ou leur ancestralité. Comparer des ressemblances entre trois individus permet ainsi de dire qui est plus proche de qui que de qui, et ainsi d’inférer lesquelles ont un ancêtre commun qui n’est pas ancêtre commun du troisième, donc de construire des arbres phylogénétiques minimaux. Les clades, groupements d’organismes ainsi reconstruits, sont donc des groupes constitués de tous les descendants d’une même espèce hypothétique. Selon la cladistique, un groupe biologique authentique inclut tous, et uniquement tous, les descendants d’une espèce. La cladistique conduisit parfois à des résultats contre-intuitifs, comme la découverte selon laquelle – biologiquement parlant – les poissons n’existent pas en réalité[3], puisque le groupe que l’on appelle ainsi n’est pas un authentique groupe biologique. On ne s’étonnera donc pas que, transposées à la politique, les méthodes cladistiques mènent à des résultats inattendus, tels que le succès électoral présumé de Philippe Poutou.

Président Poutou (Source : Sipa Press/JDD, http://www.lejdd.fr/Politique/Philippe-Poutou-Hollande-est-notre-adversaire-777849)

Continuer la lecture de Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou