Blurbs

Le Carnet Zilsel ne fait pas l’unanimité un an après sa création. L’illustrent en effet ces instantanés de critique favorables ou carrément hostiles prélevés de la boîte email, un matin de novembre 2014 :

« Ce Carnet me réjouit. Je ne suis pas d’accord avec toutes les prises de position des auteurs – leur attachement à la Rationalité occidentale les rend faillibles et parfois ennuyeux –, mais ils ont raison de lâcher la bride sans retenue académique ou esprit de sérieux. C’est une superbe expression de l’anarchisme méthodologique que je me suis efforcé de définir. Continuez donc, jeunes gens. »
Paul F., d’outre-tombe.

« Je ne comprends pas cette hargne. Quelle mouche les a piqués ? Les sciences sociales sont aujourd’hui en complète (r)évolution et les auteurs n’emboîtent pas le pas. Tandis que nos disciplines se transforment sous l’effet de nouvelles méthodes, d’une polydisciplinarité riche d’hybridité conceptuelle et de synergies épistémiques, d’ontologies posthumanistes et de théories socialement robustes, le Carnet Zilsel nous refait le coup de la Modernité philosophique en bois et de l’Épistémologie de papa. C’est inquiétant, dénué d’imagination et surtout pathétique. Circulez il n’y a rien à lire. »
Hansel McDonald, éditeur de l’International Journal of Big & Digital PostHumanities.

« Pourquoi “Zilsel” au fait ? Je ne vois toujours pas où est le lien avec l’auteur du Génie. »
Un fidèle et fin connaisseur du Cercle de Vienne ayant découvert par hasard le Carnet.

« Les analyses proposées sur ce qu’ils appellent de ce côté-ci de la Manche un “carnet de recherche” sont intéressantes même si il faut bien dire qu’elles pèchent parfois par un manque regrettable de profondeur historique. S’ils se frottaient davantage aux archives de l’époque moderne, ces jeunes et intrépides auteurs constateraient à quel point les sciences et les techniques combinent des corps, des objets de litige et des lieux de véridiction dans la lutte impitoyable pour le crédit. »
Steven Simon, auteur de Béhémots et la chambre à bulles (1992).

« … »
Une lectrice, sans voix.

« Un “carnet” de Mencheviques de la science, inféodé aux forces du Capital, incapable de dégager un horizon révolutionnaire pour la science prolétarienne d’après-demain. Des petits bourgeois à l’intérieur desquels doit se cacher ce traître de Lev Davidovitch. Voilà ce que c’est, Zilsel. »
Joseph S., auteur d’un Matérialisme dialectique expliqué aux enfants d’Octobre.

« You’re doing a great job my friends, but trust me there is a danger: don’t fall in love with yourselves. »
Slavoj Ž., performer.

« Ce qui vient sans pour autant venir, ce qui s’épuise dans l’instantanéité précaire d’un geste théorique, ce qui construit en économisant la force de la dé-construction, à la façon de la promesse, du pro-mettre : c’est donc ça qui s’énonce sous le mot Zilsel ­– un mot tellement énigmatique et néanmoins annonciateur d’isolement : le zèle seul. »
Jacques D., grammatologue.

« Ça manque cruellement d’ontologies et d’hybridités hyperconnectées. Je ne vois aucun cosmogramme replaçant les actants humains et non-humains ainsi que Gaïa dans le processus d’alignement/traductif dans les termes duquel le Cosmos advient. D’ailleurs le Carnet-de-recherche-forum-public-Zilsel ne s’ouvre pas au parlement des choses, ce qui est symptomatique d’une peur de penser. Encore des anthropocentristes du siècle passé. »
Un étudiant du cours « Humanités Digitales », Science Po, Paris.

« Je vois dans la flamboyance des comptes rendus aux formes baroques, l’inventivité scrupuleuse d’une génération disruptive. Sous les traits digitalisés d’une discursivité ironique, le rire du grand Friedrich perce en des points de capitons saturés de sens. Zilsel, c’est le savoir/pouvoir réalisé, la biopolitique faite Carnet de recherche ».
Michel F., philosophe crépusculaire.

« These folks are damn good. That’s the best #STS blog EVER! #ThoughtProvoking »
Un fan sous pseudo, @IFuckingLoveAndHateSTS, tweet, 4 octobre 2014, 21:56.

« Le rationalisme n’est donc pas mort ! Quand bien même ces jeunes auteurs sont parfois à la limite de l’amateurisme lorsqu’ils traitent des problèmes épistémologiques qui les dépassent trop visiblement, ils offrent le spectacle d’une science exigeante. »
Edouard de B., philosophe à son compte, auteur d’un Traité d’épistémologie sociale & néo-rationaliste pour les temps obscurs (Éditions de la Lumière rédemptrice, coll. « Nous finirons bien par avoir raison », 2012).

« Je les aurai bien pris comme Community Managers pour ma start-up de brain-draining basée à L.A. Mais ces ringards préfèrent faire de la science publique. Rien qu’avec le mot “éthique” on comprend où on met les pieds. »
Richard S. Swap, fondateur de l’association à but festif et lucratif « C’me on ! Give me your Knowledge for Nothing ».

« Qu’il est facile de se gausser des politiques de l’innovation technique, de l’économie de la connaissance ou des Science Studies qui toutes feraient le lit du capitalisme le plus condamnable… Regardez-y de près : le Carnet Zilsel crache dans la soupe, il donne dans la mauvaise foi et use des vieilles ficelles. Il représente bien en cela cette tendance puérile qu’ont les jeunes chercheurs “radicaux-chics” d’aujourd’hui à singer les tics critiques qui agitèrent les mêmes aînés qu’ils s’amusent à défier, confortablement assis derrière leur écran. Leur petit jeu n’intéresse qu’eux au final. »
Steven W., titulaire de la chaire « Science and Technology for Society  », Business School F. von Hayek, , Oxbridge University, & PDG du think tank « Robust and Distributed Knowledge For Smart Societies », Bruxelles.

« Ces gens n’aiment pas débattre. Ils jouent les vertueux mais se laissent aliéner par une bonne conscience critique qui finira par les rendre illisibles. »
Coordinateur d’un collectif de jeunes chercheurs-ses.

« Quelle mauvaise foi. Quelle arrogance. Quelle méchanceté. »
Anonyme.

« Pompe sex air porn. »
Message automatique envoyé par un-e inconnu-e sur l’adresse mail du Carnet Zilsel (les sujets traités n’y sont pas pour rien).

5 réflexions au sujet de « Blurbs »

  1. Jeunes, jeunes, ces commentateurs n’ont que ce mot à la bouche ! Il ne faut pas exagérer.
    Vous allez voir, le statut de « jeune chercheur » se perd très vite…

  2. Extraordinaires critiques. Comme souvent avec les post-modernes, l’argument ad hominem est le seul avancé, comme un argument de fond n’est pas opposable. En somme c’est l’arme du pauvre (en arguments).

    Bravo Zilsel, continuez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques