Archives de catégorie : À contre-science studies

Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

Continuer la lecture de Note critique sur le mot « technoscience »

Note historique sur le mot « technoscience »

Le terme « technoscience » connaît une certaine popularité dans l’étude des sciences (philosophie, sociologie et histoire des sciences). Dominique Raynaud propose d’en examiner les attendus et les enjeux dans une mise au point en deux temps. Dans ce premier billet, il propose une approche historique qui tend à montrer que ce néologisme n’a pas été inventé par Bruno Latour (1987) ou Gilbert Hottois (1977). Citations et coups de sonde bibliographique à l’appui, il en date l’apparition dans l’immédiat après-guerre. Cela résout le problème d’attribution. Une deuxième note explorera les significations que le mot « technoscience » a revêtu entre 1946 et aujourd’hui, et tentera de restituer les objections auxquelles le mot a été confronté.

Cette note se propose d’étudier la signification et la portée du mot « technoscience », qui jouit depuis une trentaine d’années d’une certaine popularité dans l’étude des sciences et des techniques. Le mot, qui met en relief l’« intrication » (entanglement)[1] ou le « tissu sans couture » (intervowen fabric) entre sciences et techniques, semble, en première approximation, se justifier du fait que les sciences contemporaines ont été le théâtre de mutations importantes : mise en place de vastes organisations de recherche, lancements de programmes internationaux, développement des rapports entre science et industrie, intervention croissante de l’État dans la gestion des organismes de recherche.

Ne sachant pas a priori si la technoscience est un « concept », une « catégorie » ou une « notion », j’ai adopté la plus grande réserve en la qualifiant provisoirement de « mot ». Ses significations seront étudiées à l’aide de méthodes historiques : nous rechercherons ses premières occurrences dans la littérature et préciserons le sens qu’il a dans chaque contexte.

Le problème d’attribution

Les sociologues des sciences et techniques attribuent généralement le terme « technoscience » à Latour (1987). C’est, dit Latour au cours des années 1980, « un paquet fabriqué par certains chercheurs pour résoudre des problèmes de priorité, de préséance, de responsabilité et d’étiquette, pour exclure le travail de ceux qui ne portent pas de blouse blanche et pour couronner quelques lauréats du prix Nobel » (1987 : 282). Le terme a été repris par beaucoup de collaborateurs, directs ou indirects (Stengers 1997 ; Haraway 1997[2] ; Law et Mol 2000 ; Law 2002 ; Nowotny et Weiss 2000 ; Nowotny et Felt 2002 ; Anderson 2002 ; Pickering 2003 ; Barnes 2005).

Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)
La technoscience, c’est pas sorcier ! Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)

Continuer la lecture de Note historique sur le mot « technoscience »

Foucault à tort et à travers (2/2)

Dans ce second billet, Jérôme continue l’auscultation. Parce qu’il fallait bien en choisir quelques-uns dans l’océan des références à Foucault pour éviter de sombrer, il a choisi de revenir sur deux articles publiés récemment par Sezin Topçu et Jean-Baptiste Fressoz. Comme leurs travaux sont discutés et relativement visibles, c’est un choix qui s’impose de lui-même. Jérôme met en œuvre le même genre de travail critique qu’il a proposé dans le billet précédent, où Foucault apparaissait à peine entre chiens et loups. C’est direct, cela vise l’essentiel sans trop se perdre en vaines réductions sémantiques. Et puis surtout, cela engage le critique que les références allusives à Foucault continuent d’indisposer. Cela engage d’autant plus que Jérôme vient de publier un ouvrage collectif avec Jean-François Bert intitulé Michel Foucault : un héritage critique (Paris, CNRS Éd., 2014), dans lequel précisément une politique des usages du commun foucaldien est défendue, laquelle suppose un peu plus qu’une utilisation cosmétique des notions ou d’inoffensives et scolaires révisions à la marge. Bref, foucaldiens de tous les pays, encore un peu d’effort !

Une molle gouvernementalité

Dans un article récemment paru dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, Sezin Topçu propose une approche des pouvoirs et des résistances aux technosciences par l’analyse de la gouvernementalité. Il s’agit là d’un concept finalement très peu exploité par Foucault. Le philosophe le définit ainsi dans son cours au Collège de France du 1er février 1978 :

« Par “gouvernementalité”, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, quoique très complexe, de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité. Deuxièmement, par “gouvernementalité”, j’entends la tendance, la ligne de force qui, dans tout l’Occident, n’a pas cessé de conduire, et depuis fort longtemps, vers la prééminence de ce type de pouvoir qu’on peut appeler le “gouvernement” sur tous les autres : souveraineté, discipline, et qui a amené, d’une part, le développement de toute une série d’appareils spécifiques de gouvernement [et, d’autre part], le développement de toute une série de savoirs. Enfin, par « gouvernementalité », je crois qu’il faudrait entendre le processus, ou plutôt le résultat du processus par lequel l’État de justice du Moyen Âge devenu au XVe et XVIe siècles État administratif, s’est trouvé petit à petit “gouvernementalisé” » (Foucault 2004 : 111-112).

C’est peut dire qu’une telle épaisseur définitionnelle laisse peu de place aux envolées exégétiques. Mais dans le même temps, l’incarnation empirique (si l’on peut dire) est conditionnée par cette tri-dimensionnalité, c’est-à-dire le calcul visant les populations, la prééminence du gouvernement disciplinaire et la gouvernementalisation de l’État. C’est donc à l’intersection de ces trois propositions que l’on peut détecter une gouvernementalité en action.

Continuer la lecture de Foucault à tort et à travers (2/2)

Foucault à tort et à travers (1/2)

« Vous savez, quand on mange froid, on sent le froid, pas le goût. Quand on mange chaud, on sent le chaud, pas le goût. Quand c’est dur, on sent le dur, pas le goût. Quand c’est liquide, on sent le liquide, pas le goût. Donc, il faut manger tiède et mou ».

Alexandre à Véronika dans La Maman et la Putain de Jean Eustache (1973)

Il n’est qu’à consulter l’index de n’importe quel ouvrage de sciences sociales édité récemment pour percevoir combien l’espace est saturé par la référence  foucaldienne (à laquelle, je dois l’avouer, je participe activement). Les écrits de Foucault ont cette particularité de s’échelonner dans le temps. Il y eut, d’abord, de son vivant, ses ouvrages traçant un parcours original de l’Histoire de la folie à l’Histoire de la sexualité, en passant par la naissance de la prison et l’archéologie des sciences humaines. Puis il y eut, après sa mort, les Dits et écrits, rassemblant des textes épars et très hétérogènes : interviews, articles de fond, tracts, pétitions, etc. Depuis la fin des années 1990, ce sont les cours au Collège de France qui viennent densifier et épaissir le corpus foucaldien. Cette matrice d’écrits sert bien souvent aujourd’hui de référentiel un peu fourre-tout. Rappelons qu’après avoir été longtemps au purgatoire de la philosophie, Foucault connaît un retour en grâce (pas totalement inattendu) depuis les années 2000 après un détour américain (Cusset 2005), qui n’est pas sans conséquence sur cette nouvelle réception française. La geste foucaldienne est à ce point disséquée qu’il s’agit maintenant de cerner les usages de Foucault, comme une sorte de prise au deuxième degré : non plus les textes eux-mêmes, mais l’exégèse, non plus la matrice, mais ses résonnances actuelles. Reconnaissons qu’il y a de quoi se perdre parfois dans cette profusion  d’utilisations nombreuses, traversant tous les champs disciplinaires des sciences humaines et sociales.

Il faut également admettre, après Judith Revel, que les attitudes contemporaines face à Foucault ne peuvent sortir du triangle suivant : les juges, les détracteurs et les sauveurs (Revel 2005 :219-230). Échapper à ce triptyque s’avère délicat : comment faire travailler les textes, y porter des critiques productives, dégager les aspects conjoncturels de certaines propositions pour faire surgir des jeux d’écho plus profonds, sans pour autant tomber dans la police épistémologique la plus détestable ? D’un autre côté, comment suivre une œuvre (volontairement) sinueuse, hystérésique et méandrique, sans se croire obliger de génuflexer à chaque chapitre ? C’est donc une posture (très) inconfortable de proximité-critique que je défendrais ici (et que j’ai défendue ailleurs) : il s’agit de prendre les textes de Foucault pour ce qu’ils sont, à savoir des productions prises dans leur époque, visant malgré tout un dépassement théorique de leur horizon de contemporanéité. Ambition frustrante, sans doute, mais néanmoins tenable, en ce sens qu’elle garantit de n’être ni un gardien du temple (non Foucault n’avait pas raison sur tout et non ses analyses n’ont pas toutes été pertinentes), ni un contempteur bas du front (non Foucault n’était pas un postmoderne inconséquent et oui ses travaux ont été parmi les plus originaux de l’après guerre).

Continuer la lecture de Foucault à tort et à travers (1/2)

Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale

Depuis l’engagement du Processus de Bologne et de la Stratégie de Lisbonne, l’Union européenne et les pays membres ont pour ambition de bâtir « la première économie mondiale fondée sur la connaissance ». L’accélération du rythme de la recherche et des processus de « transmutation » des énoncés scientifiques en Startups innovantes est au cœur des préoccupations politiques, de droite comme de gauche. La réalisation d’un tel projet requiert de former les chercheurs à l’entrepreneuriat et de leur inculquer « l’esprit d’entreprise ».

Le « mode 2 », prophétie à réaliser

La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)
La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)

Il ne sera pas question ici de retracer l’histoire de la construction de l’Espace européen de la recherche et celle de l’Espace européen de l’enseignement supérieur (voir I. Bruno, 2008). On peut néanmoins constater, à la suite de P. Brunet et M. Dubois (2012), que du point de vue des registres de justification ces dynamiques de reconfiguration de la recherche procèdent pour partie de l’influence de certaines « théories » des Sciences and Technology Studies (STS), les mêmes qui vantaient hier – et plus timidement aujourd’hui – l’avènement d’un « mode contextualisé de production de connaissances » et l’affaiblissement corrélatif des frontières entre laboratoires académiques et industries. Comme le rappelle D. Pestre, l’analyse posée par H. Nowotny (actuellement président de l’European Research Council) et M. Gibbons dans le manuel à l’usage des « décideurs » en matière d’économie du capital cognitif (The New Production of Knowledge, 1994), et selon laquelle « nous serions passés d’un mode historique et top down […] à un modèle plus hybride de co-formation des savoirs dans des espaces d’un nouveau type […] a beaucoup influencé les administrateurs de sciences, notamment à l’échelle européenne » (2011, p. 217). Si ces thèses descriptives-normatives jouent un rôle certain dans les réorganisations contemporaines de la recherche et de l’enseignement supérieur – en ce qu’elles justifient la construction d’un monde « en réseau » et « par projet » où la circulation des travaux scientifiques et leur transformation en innovation iraient en s’accélérant –, l’influence des théories néoclassiques d’économie de la connaissance semble également décisive (C. Laval, 2009). Selon D. Plihon (2003), nombre de ces analyses reposent en effet sur une observation simple : qu’il s’agisse d’informatique ou de biotechnologie par exemple, les coûts fixes d’élaboration d’une innovation donnée sont extrêmement élevés quand, symétriquement, leur coût de duplication sont relativement faibles – cela étant particulièrement vrai au sujet du marché des logiciels. Ce faisant, cette économie de la connaissance est une économie de rendements croissants. Dès lors, les acteurs économiques soucieux de rentabilité doivent moins tenter de concevoir un bien standard au meilleur prix et le vendre au prix le plus fort que de viser la conception d’un bien innovant afin de pouvoir être le premier à le commercialiser et de s’assurer, conséquemment, d’une « rente de situation » (D. Plihon, 2003, p. 15). Dans un tel monde, les individus animés par l’ambition de créer une entreprise et possédant des connaissances et des compétences rares – dont les savoirs et les savoir-faire scientifiques font sans doute partie – occupent une place de premier plan.

Continuer la lecture de Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale