Archives de catégorie : Annonces

Lancement de la revue Zilsel !

Nous sommes ravis d’annoncer (enfin !) le lancement de la revue semestrielle Zilsel, publiée par les Éditions du Croquant. Elle prolonge et complète l’expérience éditoriale du Carnet Zilsel. Elle sera disponible en librairie à partir de 3 janvier prochain et peut être commandée dès maintenant via le site des éditions (420 pages, 19 €, franco de port pour la revue papier, 14 € pour la version électronique).

Cette première livraison donne le ton. Elle est composée d’analyses originales basées sur des enquêtes et des réflexions amples, d’essais critiques sur la philosophie d’Alain Badiou, de rééditions de textes classiques, d’un entretien avec l’historien Roger Chartier sur les transformations contemporaines du livre et de l’écrit et, enfin, d’une série de notes critiques d’ouvrages récents. Ces contributions sont documentées, critiques, engageantes et, pour certaines, clivantes. Chacune à sa manière, elles partagent une même ambition, qui est de faire bouger les lignes et les fronts de recherche, d’instiller le doute contre toutes les formes de dogmatisme et d’ouvrir des brèches, pas seulement dans les limites aujourd’hui rognées des mondes universitaires et de la recherche.

Les articles seront bientôt disponibles sur une plateforme de revues en ligne. Nous sommes en cours de négociation multilatérale, c’est en bonne voie. Nous mettrons en place un système d’abonnement dès que possible. Enfin, le numéro 2 est annoncé pour septembre 2017. Il est d’ores et déjà sur le métier. Il inclura un long entretien avec Diane Vaughan, un article inédit de Pierre Bourdieu sur la science présenté par Loïc Wacquant, un dossier sur les controverses en STS, des échanges d’arguments tranchés mais polis, et quelques surprises encore.

Bonne lecture !

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin, pour la rédaction

Couverture du numéro 1, conçue par Alain Oriot, du Croquant

Couverture du numéro 1, conçue par Alain Oriot, du Croquant


Composition de l’équipe éditoriale

Directeurs de la publication : Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin

Comité de rédaction : Nicolas Benvegnu, François Briatte, Isabelle Bruno, Guillaume Carnino, Béatrice Cherrier, Cynthia Colmellere, Denis Colombi, Marine Dhermy-Mairal, Christopher Donohue, Volny Fages, Jean Frances, Yann Giraud, Morgan Jouvenet, Olessia Kirtchik, Séverine Louvel, Sébastien Plutniak, Daniel Poitras, Manuel Quinon, Oliver Schlaudt, Émilien Schultz.

Sommaire du premier numéro

Éditorial

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Ceci n’est (toujours) pas un manifeste »

Confrontations

Renaud Debailly et Mathieu Quet, « Passer les Science & Technology Studies en revue-s. Une cartographie du champ par ses périodiques »

Claude Rosental, « Les conditions sociales des échanges dans la Silicon Valley. Complexe militaro-industriel, entrepreneuriat scientifique et démos »

Christopher Donohue, « “La philosophie est un extrémisme logique”. L’œuvre de Joseph Agassi »

Boris Attencourt, « Badiou versus Finkielkraut. Débat du siècle ou débat dans le siècle ? » 

Frictions

Arnaud Saint-Martin, « Un canular philosophique, et après ? »

Anouk Barberousse et Philippe Huneman, « L’agriculture (bio) et l’événement. Retour sur un canular métaphysique »

Pascal Engel, « Il Bidone. La soi-disant ontologie mathématique d’Alain Badiou »

Pierre Schapira, « L’Éloge des mathématiques d’Alain Badiou ou le fantasme d’une théorie absolue »

Marc Joly, « Du chauvinisme en philosophie »

Libres échanges

« L’histoire entre les lignes ». Entretien avec Roger Chartier. Réalisé par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin

Friches

Jérôme Lamy, « Le grand remembrement. La sociologie des savoirs ruraux depuis les années 1950 »

Classiques

Everett C. Hughes, traduit et présenté par Baptiste Coulmont, « La Gleichschaltung de l’annuaire statistique allemand. Un cas de neutralité professionnelle »

Nathalie Heinich, « Génie d’une sociologie du génie »

Critiques

Jean Frances, « En science, l’important c’est de contribuer » (David Pontille, Signer ensemble, 2016)

Jean Frances et Stéphane Le Lay, « La pensée easy rider » (Matthew Crawford, Éloge du carburateur, 2010, et Contact, 2016)

Yann Giraud, « Le blues du dominant » (Pierre Cahuc et André Zylberberg, Le négationnisme économique, 2016)

Arnaud Saint-Martin, « Gold Flush : d’un prêt-à-penser la Silicon Valley » (Éric Sadin, La silicolonisation du monde, 2016)

Vincent-Arnaud Chappe, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Le tribunal des flagrants délires “sociologique“ » (Geoffroy de Lagasnerie, Juger, 2015)


Image en bandeau : Imprimerie du journal Le Samedi, à Montréal, en 1939, par Conrad Poirier. Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, via Wikimedia Commons.

Des pixels et du grammage. Mutations d’un projet éditorial

Ceci n’est pas un billet, ni même un article-billet. Comme c’est la mode, rangeons-le dans le genre « communiqué ». Pour une fois (!), nous serons brefs. Nous tenions à informer nos cher-e-s lectrices-eurs que nous préparons depuis quelques semaines un nouveau projet éditorial. En janvier 2017, nous lancerons le premier numéro de la revue semestrielle Zilsel­ (Science, technique, société), aux Éditions du Croquant. C’est un nouveau défi, de nouvelles exigences, une nouvelle folie. Des pages se tourneront donc, sur papier cette fois.

Une expérience, un carnet

Lorsque nous avons créé et lancé le Carnet Zilsel en octobre 2013, nous n’imaginions pas le genre d’activité que cela suppose. Notre premier bilan d’étape publié en mai 2014 sur l’incontournable carnet Devenir historien-ne laisse entrevoir notre enthousiasme de primo-carnetiers. C’était encore un processus inchoatif, un peu bordélique même, et nous prenions goût au blogging. Nous avons publié beaucoup de textes (90, sans compter le présent « communiqué »), certains très (trop ?) longs. Ces textes auraient pu être soumis à des revues, mais nous avons préféré alimenter le Carnet Zilsel plutôt que garnir nos CV. Des textes, hors catégorie, ont légèrement secoué. D’autres suivront. Le Carnet Zilsel s’est avéré un excellent pas de tir pour faire décoller nos missiles balistiques. On ne s’étonnera pas que ces articles-billets orientés disputatio sont les plus consultés. Avec le temps, le risque était d’ailleurs grand de s’enfermer dans ce registre. Pour autant, c’est sans doute l’activité qui demande le plus d’investissement et d’exigence, qu’il s’agisse des lectures, des relectures, des rédactions, des réponses aux commentaires, etc. L’art de la dispute suppose un mélange subtil d’argumentations au cordeau, de justesse voire de tension dans l’écriture, et la dramatisation n’est pas étrangère à l’exercice. Mais à quelques notes critiques près, l’essentiel de nos textes se veut constructif, traitant de livres que nous avons appréciés (il faut le répéter, car il arrive parfois qu’on nous reproche un ton « trop critique », alors qu’en comptant large nous n’avons produit qu’une dizaine de comptes rendus ou de notes clairement engagés dans la disputatio). Les quelques entretiens que nous avons réalisés témoignent également de nos préférences. Le Carnet Zilsel, c’est donc l’espace rêvé pour nous exprimer – nous, c’est-à-dire notre petite équipe, les collègues qui nous ont peu à peu rejoints, les (hélas) rares lectrices-eurs qui nous ont fait l’amitié de nous confier des textes inédits. Certes, nous avons eu un peu de mal à maintenir le flux : un billet par semaine, c’était trop audacieux. Non seulement cela demandait un effort permanent et conséquent d’écriture (en même temps, certains membres de l’équipe sont graphomanes, cette limite est donc toute relative !), mais en plus nous usions sans doute nos lectrices-eurs. Donc à la rentrée 2015, nous avons décidé de publier toutes les deux semaines, ce qui est déjà pas mal.

Encore une revue ?

Le Carnet Zilsel est une chouette aventure, mais il est temps de monter en puissance, bref d’éditer une revue. Nous ne mentirons pas : cette idée nous a toujours traversé l’esprit. Il y a quelques années, nous avions même commencé à élaborer un projet de maison d’édition, vite jeté aux oubliettes parce que c’était alors objectivement irréaliste. La revue qui vient n’est pas l’aboutissement du carnet de recherche, le projet tel qu’il s’invente aujourd’hui n’a jamais été anticipé ni prémédité au moment de l’inscription sur hypotheses.org. L’enjeu, maintenant que nous sommes lancés en coulisses, est de penser la combinaison entre ces formats, à construire des points de passage et des zones d’indépendance. Le défi n’est pas mince. Nous n’en dirons pas davantage parce que nous sommes en cours de réflexion.

Nous avons conscience que, par bien des aspects, monter une revue est complètement déraisonnable. Organiser un carnet de recherche, c’est déjà beaucoup de temps et d’énergie, mais ce n’est rien en comparaison d’une structure éditoriale appelée à durer. Et pourtant tout se met en place ! Des indices dans le désordre : le comité de rédaction est quasi complet, il inclut près d’une vingtaine de membres, tous rassemblés autour des thèmes de prédilection du Carnet. L’équipe est interdisciplinaire et internationale. Le conseil scientifique est en formation, il est composé (pour l’instant) d’une trentaine de collègues dont nous estimons les travaux (il y aurait peu de surprises). Les deux premiers numéros sont en voie de calage et les premiers papiers sont « commandés ». Du point de vue éditorial, Zilsel fonctionnera à peu près comme la revue « historique » des Éditions du Croquant, Savoir/Agir : l’équipe de rédaction se chargera de préparer les numéros, d’aider à l’écriture des articles, évaluera les textes reçus spontanément, selon un système d’évaluation ouvert et transparent (l’auteur-e évalué-e connaîtra les relectrices-eurs, et vice versa). Il n’y aura pas de dossier a priori (ou alors à la marge, si c’est utile et pertinent), des rubriques organiseront chaque numéro (Études, Friches, Entretiens, Classiques, Critiques, en plus des bonus). Autre point auquel nous tenons : Zilsel sera francophone. C’est, l’air de rien, un choix assez crucial quand on connaît l’hégémonie de l’anglais dans le domaine que nous couvrons. Dans la mesure du possible, nous essayerons de solliciter et de traduire des textes de collègues de pays dont les activités ne sont pas assez connues en France (continent sud-américain, Asie, Russie, Europe de l’Est, etc.). Enfin, nous travaillons en ce moment à la confection de la maquette. Inutile d’en dire plus car c’est en construction et il faut ménager un peu de suspense. La seule chose que l’on peut dire est que les numéros dépasseront 250 pages et que nous tenons à ce que des textes longs puissent être publiés, y compris dans la rubrique des notes critiques.

Tout cela est en cours de définition. Les premières réunions du comité de rédaction seront bientôt organisées. Ce sera l’occasion de décider collectivement des choix stratégiques et de bien réfléchir à notre positionnement scientifique, éditorial et politique dans l’environnement relativement encombré des revues de sciences humaines et sociales. C’est un work in progress, il nous reste beaucoup de points à préciser (logistique éditoriale, fonctionnement du comité, diffusion, présence à venir sur une plateforme en ligne, probablement Cairn.info, etc.). Mais à y bien réfléchir, ce n’est pas le plus difficile. L’avenir est ouvert. Il l’a toujours été. Nous ignorions seulement jusqu’à quel point.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)
& Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)

Image en bandeau : sergign/Shutterstock.com.

Séminaire Sociologie des sciences (SoS) : programme de l’année 2013/2014

Co-organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, chercheurs au laboratoire Printemps, le séminaire de Sociologie des Sciences (SoS) mensuel se donne pour objectif de présenter divers aspects de l’actualité de la recherche sur la production, la régulation et l’usage des données scientifiques. La première séance se déroulera le 29 novembre 2013.

A noter, l’organisation à venir en mai 2014 d’une journée d’étude consacrée aux rapports entre sciences et politique.

Informations pratiques :

Date : 4 séances, de novembre 2013 à mars 2014
Ouvert à tous

Lieu : Laboratoire Printemps – UVSQ, 47 bd. Vauban – 78280 Guyancourt, Bât. Vauban – 6e étage – salle 604

29 novembre 2013, de 14h à 16h

Jérôme Lamy (Labex SMS, Université de Toulouse) : « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences et techniques ».

Discutant : Frédéric Lebaron (Printemps)

10 janvier 2014, de 14h à 16h
Morgan Jouvenet (Printemps) : « Les sciences de la stratosphère et leur politique. Une étude cas (et un programme de recherche) ».
Discutant : Jérôme Lamy (Printemps)

7 février 2014, de 14h à 16h
Michel Dubois (GEMASS, CNRS/Université Paris-Sorbonne) : « Réguler la recherche sur l’embryon : approche comparée des instruments de politique scientifique et de leurs effets ».
Discutants : Ronan Le Roux (CETCOPRA, Université Paris 1), Arnaud Saint-Martin (Printemps)

28 mars 2014, de 14h à 16h
– Romain Juston (Printemps) : « Les pratiques de recherche au-delà du slogan : pour une sociologie combinée de la science et du droit dans l’étude de l’expertise médico-légale ».
Discutants : Caroline Protais, Arnaud Saint-Martin (Printemps)
– Morgan Jouvenet & Arnaud Saint-Martin : présentation de la journée d’études « Sciences/politiques » du mois de mai.