Archives de catégorie : Articles

Parce qu’en fin de compte, tout ne se vaut pas : l’épistémologie à l’usage de la sociologie. Retour d’expérience

Ce texte a été présenté lors de la – très réussie ! – Journée d’étude « À quoi sert l’épistémologie en sciences humaines et sociales ? », qui s’est tenue à la Maison des sciences de l’homme et de la société, à Lille le 6 février 2015. L’intervention est livrée brute et sans modification dès le lendemain. Elle servira de base à un texte plus élaboré, puisque des actes sont envisagés. Il y a des chances que la deuxième partie disparaisse, parce que l’épistémologie est tout de même une affaire sérieuse. En attendant, la voici en exclusivité dans le Carnet Zilsel. J’en profite pour remercier tou-te-s les twittos (cités nommément, car il n’y a rien de scandaleux dans leurs tweets me semble-t-il) qui ont nourri mon esquisse ludique et sauvage de typologie !

« À quoi sert l’épistémologie en SHS ? » J’ai remué dans tous les sens cette question que je me suis efforcé de prendre au sérieux. L’on pourrait répondre de dizaines de façons ; il n’est certes pas aisé de choisir car l’on risque à tout moment de basculer dans l’essentialisation, l’analyse platement fonctionnelle ou l’utilitarisme facile de la doxa de la « boîte à outils ». La pente est savonneuse et les mauvaises langues auront beau jeu de considérer qu’il s’agit là d’une interrogation rhétorique ou d’un prétexte à rassemblement qui ne prêtera pas à conséquence. Poser la question de l’utilité ou des services que pourrait rendre l’épistémologie des/aux/en SHS, c’est aussitôt susciter un raisonnement de biais et polariser des attitudes qui tranchent. « Ça sert à ça, à ça et ça, à ça et mais pas à ça, l’épistémologie », dira-t-on avec aplomb, comme pour s’assurer ou se rassurer. Poser la question, poser cette question, la poser en plus dans le cadre d’une journée d’étude dédiée, cela n’est pas incident. Peut-être une réponse est-elle attendue ; peut-être des points de vue seront entendus, mais tout compte fait ce mode d’interpellation laisse insatisfait – à tout le moins si l’on choisit de traiter le problème sans réciter les paraboles des grands livres de l’épistémologie des SHS et de la théorie de la connaissance sociologique donnés (encore ?) à lire sur les bancs de l’université, et en apportant autre chose qu’une conviction épistémologique plus ou moins décidable. Et je laisse de côté, pour l’instant, l’inscrutabilité référentielle du syntagme « épistémologie en SHS » : il y aurait de quoi interroger ses présupposés, en particulier le singulier et le parti pris qu’il existe quelque chose comme l’épistémologie dans les SHS.

Plutôt que de développer un plaidoyer pro domo, je varierai sur des usages, des modes de justification et des significations associées à l’« épistémologie en SHS ». Je reprends la ficelle de Gabriel Abend qui, dans un article paru en 2008[1], s’efforce de faire ressortir les différentes et pour certaines concurrentes significations que le terme « théorie » revêt dans le langage des sciences sociales. Sans entrer dans le détail de la démonstration, il en dégage sept acceptions et, passé leur exposition, en propose l’analyse. Abend n’est pas satisfait des ambiguïtés lexicales et de la « situation difficile » de la polyphonie qu’il diagnostique, et développe contre cela une « thérapie sémantique ». L’enjeu pour lui est, notamment, de sortir des réductionnismes (« la théorie, c’est ça et pas autre chose ») qui préparent le terrain de politiques d’expansion et d’hégémonie épistémologique (« la théorie, c’est la nôtre, et vous avez tout intérêt à en respecter la grammaire si jamais vous avez quelque prétention à faire de la théorie »). La « thérapie sémantique » consiste à clarifier les références contrastées à « la théorie », à suspendre l’évidence des définitions des Grands Problèmes Théoriques et, ultimement, à reconnaître l’utilité politique de mécanismes institués dans les communautés d’utilisateurs de l’idiome sociologique, par exemple l’argumentation et la discussion rationnelles. Et les réifications et rigidifications de toutes sortes de perdre (de) leur sens en « théorie » comme en raison pratique au filtre de cette critique déflationniste.

Le problème qui est le mien ici est un peu différent, quoique dans « la théorie » comme dans « l’épistémologie » des processus d’essentialisation et de finalisation sont également à l’œuvre. L’idée est de réfléchir sur le recours à l’épistémologie en SHS, d’essayer d’en saisir les significations au vol, en situation. Qu’est-ce que ça signifie de parler d’épistémologie, en SHS, ici et maintenant ? Et plus encore, qu’est-ce que ça implique de parler sous l’autorité de l’épistémologie en SHS ? On le devinera sans peine, il n’est pas lieu de monter en généralité ni de caractériser une épistémologie en SHS qui vaudrait une fois pour toutes, dans l’abstraction des contextes où elle est invoquée (ou révoquée), mais à la différence de faire varier des discours chargés d’évidence. Cette stratégie réplique sur ses objets celle d’un Steven Shapin qui, dans une mise au point récente et salutaire sur l’histoire des sciences et les Science studies, invitait ses collègues à « baisser le ton »[2] (lowering the tone). Continuer la lecture de Parce qu’en fin de compte, tout ne se vaut pas : l’épistémologie à l’usage de la sociologie. Retour d’expérience

Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

Cet article part d’une minuscule anicroche, une de celles qui émaillent régulièrement le microcosme académique. Une petite chicanerie sans conséquence, que chacun va vite renvoyer à son insignifiance. Mais qui mérite pourtant qu’on y revienne et qu’on s’y arrête, du fait justement de l’insignifiance à laquelle chacun souhaite la renvoyer.

Un colloque doit bientôt être organisé autour de la question de la rationalité scientifique contemporaine, et l’argument l’annonçant évoque « l’audience croissante du relativisme sociologisant dans les milieux de décision [qui] accompagne aujourd’hui l’encouragement à la recherche à court terme au détriment d’une recherche moins finalisée mais porteuse d’avenir ». Le coup est parti sur les listes de diffusion. Aussitôt, dans les antichambres électroniques, on s’étonne de tant de simplisme, on s’indigne. Que signifie ce « relativisme sociologisant » ? Et quel rapport avec la science ? Et comment peut-on oser rapprocher ce « relativisme sociologisant » de la mesquinerie comptable du « nouveau management » de la recherche (Vilkas 2009), sachant les luttes menées par les sociologues et les historiens – tous probablement « relativistes » – contre l’emprise de la pensée marchande sur la pensée scientifique ? N’y a-t-il pas là un raccourci paresseux, voire un contre-sens honteux ? Et puis comment peut-on imaginer que ce « relativisme sociologisant » puisse avoir l’oreille des « décideurs » (en admettant qu’une telle catégorie ait un sens) ?

Et rapidement, ce sont les Science and Technology Studies (STS) qui entrent en scène, pour tout de suite protester de leur innocence, et réclamer que l’on revienne à des choses plus sérieuses. Et tout aussi rapidement le sujet s’épuise, et chacun retourne à ces choses plus sérieuses.

crédits : http://horizon2020projects.com/).
La recherche en mode (2) Euro Millions (crédits : http://horizon2020projects.com/)

C’est que le relativisme, dans le champ des STS, est un sujet sensible, au point d’en devenir fantomatique. Y penser toujours, n’en parler jamais. On peut encore, bien sûr, avec ces manières dont le monde académique a le secret, exorciser ce spectre à coup de discours savants. Mais s’en inquiéter vraiment, et examiner cette inquiétude, c’est aujourd’hui presque une faute de goût, une grossièreté. Le relativisme ne doit plus être un sujet pour les STS aujourd’hui. Il ne l’est d’ailleurs plus vraiment depuis une quinzaine d’année. C’est que la dernière fois qu’il en fut vraiment question, ça n’a pas laissé de bons souvenirs. La « guerre des sciences » a déjà presque vingt ans, mais elle laisse encore un goût de cendre. La blague de potache d’un physicien facétieux (Sokal 1996) a tourné à l’avalanche d’invectives, à la bagarre collective, et tout le monde s’en est retourné un peu sale, un peu barbouillé. Et depuis, comme ces vieilles disputes familiales qu’on préfère oublier en s’imaginant que le temps en fera son affaire, on évite juste le sujet. On s’agace, on hausse les épaules lorsque le vieil oncle remet ça sur la table au moment du gigot dominical, et puis on passe vite à autre chose. Et ça suppure tranquillement. Continuer la lecture de Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Dans cet article, Ronan Le Roux nous montre dans quelle mesure les buzzwords scientifiques et techniques (BST) restent un phénomène mal défini. Il l’illustre avec le cas des biologies « -omiques » (génomique, protéomique, etc.), pour questionner l’existence de critères objectifs permettant de construire les BST comme objets d’étude. Il envisage d’abord que les BST puissent être un artefact, dus à l’hétéronomie de notre perception, et/ou à une interférence entre instrument et phénomène observé (performativité de la scientométrie sur les pratiques d’écriture et de mise en visibilité à l’heure du numérique). Il met en doute ensuite le fait que la lexicométrie fournisse un modèle naturel de BST. Comme il le souligne, on ne peut définir les BST sans jugement de valeur, notamment en cherchant à les situer dans une typologie des néologismes scientifiques et techniques. Ils semblent devoir rester des objets flous et hétérogènes, convenant mieux à des études de cas comparatives.

Difficile aujourd’hui d’échapper aux « buzzwords » : mots à succès, mots à la mode, mots-phares, mots-étendards, formules, « petites phrases », mantras… Qui n’en a vu ou entendu, en tweet ou en 4×3, dans le cadre d’une conférence plénière ou d’une conversation de couloir, savamment agencés ou glissés comme en passant ? Fleurant la futilité sinon l’entourloupe, progéniture d’un brainstorming entre consultants ou trouvaille nec plus ultra de ténor cathodique, ils semblent pareillement destinés à conquérir le marché des temps de cerveaux disponibles ou à aveugler les masses par quelque tour de passe-passe sémio-cognitif, suscitant par réflexe d’humanisme cultivé la méfiance de tout citoyen nourri à l’esprit des Lumières et soucieux d’un bon usage du λόγος pour l’harmonie de la Cité.

Métastases lexicales d’une société hyperconnectée, on ne les conjure qu’en les détournant par des rituels jubilatoires consistant à les neutraliser par un excès d’usage (écholalies ironiques et autres « business lotos »). Cet exorcisme par mithridatisation impliquant a minima pour les locuteurs d’amplifier l’usage même de ce qu’ils souhaiteraient éventuellement voir disparaître, de vaincre le mal par le mal, la nature du buzzword apparaît en pleine lumière : sitôt franchi le seuil critique d’adoption qui le fait exister en tant que tel, son cycle de vie ne peut être interrompu et ne s’épuisera qu’en parvenant à son terme, après quoi il ira rejoindre le cimetière des expressions ringardes – sauf à trouver une seconde jeunesse dans son recyclage par un autre groupe social. C’est sans doute parce qu’un buzzword en tant que buzzword ne peut avoir de détracteur qu’il est aussi bien une instance remarquable de cette « voix de personne » (Valéry), atteignant précisément sa performativité maximale lorsqu’il n’a plus d’auteur et que sa signification s’attrape aussi peu que fumée entre les doigts.

alliageUn dossier récent de la revue Alliage est consacré au « Technobuzz »[1], les buzzwords de la technoscience. Le sourcil se lève spontanément : les buzzwords ne font-ils pas des ombres dans la caverne, ne sont-ils pas l’arsenal terminologique du sophiste contemporain, toute communication de leur part avec l’Académie et le ciel des Idées n’est-elle pas antinomique ou impitoyablement filtrée ? C’est le point de vue adopté, semble-t-il, dans l’article « Buzzword » de Wikipédia : « Les buzzwords dénoncés comme tels ont une fonction inverse du vocabulaire scientifique », ils seraient en fait du côté de la charlatanerie et de ce que les psychologues appellent « effet Dr Who ». Pourtant, ces frontières entre science et société ne sont pas perçues aujourd’hui si étanches qu’elles fassent du thème abordé par ce dossier d’Alliage un non-sujet. Bien au contraire, cette circulation transfrontalière est sans aucun doute un terreau fertile pour les buzzwords, pour le meilleur comme pour le pire : le meilleur, lorsque la société civile se saisit des Frankenstein de la « technoscience » (OGM, dépistage prénatal, nanotechnologies, etc.) comme d’autant d’objets de sains débats démocratiques ; le pire, avec ce que l’on pourrait appeler cette fois « l’effet Omega 3 », lorsque l’industrie, produisant des molécules comme M. Jourdain de la prose, épate le bourgeois avec un terme savant magnifiant tel aspect parfois trivial en guise d’argument de vente.

Aspects méthodologiques de l’étude des circulations conceptuelles entre disciplines scientifiques. Cas d’un dialogue de sourds entre biologistes et mathématiciens dans les années 1960

Lorsque les concepts sont mis en circulation, ils suscitent des appropriations généralement contrastées. Quand bien même leurs concepteurs les auraient rigoureusement définis, il subsiste du jeu pour les éventuels utilisateurs qui voudraient les cuisiner à leur propre sauce. Et les usages les plus féconds sont alors parfois les plus éloignés des conditions de définition initiales. Cela circule, bon gré mal gré. Dans ce billet, l’historien et philosophe Ronan Le Roux propose une variation sur des usages situés du concept de « machine » que stimula la lecture de Norbert Wiener, père de la cybernétique. C’est l’occasion pour lui de revenir sur son travail de thèse (La cybernétique en France, 1948-1970, EHESS, 2010, à paraître en 2015 aux éditions Classiques Garnier), et plus particulièrement sur le problème qu’il s’est posé du choix de la théorie la plus adéquate pour rendre compte des transferts conceptuels dans les champs scientifiques qu’il étudiait alors. Loin de s’accommoder du pluralisme ambiant sans néanmoins trancher aveuglément pour LA théorie qui expliquerait tout, Ronan a finalement été convaincu de la fécondité de « l’approche transversaliste » en sociologie des sciences et techniques, et il nous explique pourquoi.

Le jeune chercheur est souvent comme devant ces petits labyrinthes illustrés, où plusieurs entrées sont possibles pour atteindre quelque Saint Graal, et les trajets suffisamment entortillés pour que l’on ne puisse deviner d’avance quel est le bon, quels sont des impasses ou chausse-trappes, et quels autres ne font que nous faire ressortir par l’une des autres entrées en ayant seulement frôlé l’objectif. Une différence est que l’architecte-illustrateur a conçu son labyrinthe en y introduisant délibérément une complexité qui bruite l’intuition visuelle et l’empêche de réduire le coût exploratoire, tandis que l’objet de recherche, pour paraphraser Norbert Wiener, « joue franc jeu » : son incertitude est sincère. Une autre différence, qui nous importe ici davantage, est que le labyrinthe illustré peut être recommencé encore et encore, tandis que la recherche académique n’offre pas vraiment ce luxe – en particulier pour des doctorants, formés, comme on peut s’y attendre, pour préférer telle entrée à telle autre, et dans l’impossibilité de les parcourir d’avance, et en quelque sorte « impunément », puisque chaque choix engage automatiquement un positionnement dans le champ, avec ses alliés et ses adversaires.

Bref, je me trouvai ainsi avec plusieurs voies d’accès à mon objet doctoral, prédisposé à en privilégier certaines et à en disqualifier d’autres. Cet objet de recherche peut être désigné de différentes façons, résumons-les ainsi : les transferts conceptuels dans le cadre des pratiques interdisciplinaires de modélisation, dans la France d’après-Guerre. Le champ des études sociales sur les sciences a été progressivement gagné par l’intérêt thématique pour l’étude des circulations intellectuelles, du point de vue, notamment, de leurs conditions pratiques. En l’absence d’un cadre analytique unifié et explicite, ce thème fait l’objet de traitements divers et variés comme les différentes entrées d’un labyrinthe, sans qu’apparaissent très clairement les avantages et inconvénients respectifs de différentes approches, et leurs éventuelles (in)commensurabilité et (in)compatibilité. Pour ma part, j’ai choisi d’employer l’approche « transversaliste » définie par Terry Shinn, tandis que d’autres approches plus connues, telles la sociologie de la traduction, ou encore l’anthropologie des objets-frontières, ne me satisfaisaient pas (toutes seront brièvement rappelées et définies, avec des références, plus loin dans le texte). Je n’ai pas regretté ce choix. Mais voilà-t-y pas qu’un point de détail soulève un paradoxe : c’est que l’approche transversaliste se présente comme un cas particulier de l’approche interactionniste, qui elle-même se présente comme un prolongement de l’approche acteur-réseau… Le soi-disant labyrinthe aux multiples entrées n’était-il pas en fait un long spaghetti enroulé sur lui-même, et dont n’importe quel point d’attaque finit tout également par vider le plat ? La réponse est non, mais encore faut-il comprendre pourquoi.

Continuer la lecture de Aspects méthodologiques de l’étude des circulations conceptuelles entre disciplines scientifiques. Cas d’un dialogue de sourds entre biologistes et mathématiciens dans les années 1960

Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (2/2)

Seconde partie de l’article d’Emmanuel Barot. Approfondissant les arguments du billet précédent, l’auteur élabore avec force un diagnostic sur l’état du monde universitaire. De quoi (ré)équiper la critique au-delà des slogans et des manifestations d’humeur éphémères. En résumé : COGNITAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !

II. La toyotisation de la pensée

Depuis les années 1960 différents courants de gauche passés au postmodernisme ont rejoint les théoriciens libéraux ou néolibéraux pour affirmer que la théorie marxiste de la valeur et de la plus-value, quand bien même elle aurait été valable au XIXème siècle, avait été frappée d’obsolescence par les « Trente Glorieuses » et les régimes sans cesse innovants d’enrôlement du travail intellectuel dans le capitalisme. Pourtant reconnaître la différence entre productions matérielle et intellectuelle, et la complexification induite par les révolutions technologiques dans les mécanismes de reproduction élargie du capital, n’impose aucunement de laisser entendre que l’accumulation de ce dernier ferait partie du passé. À l’occasion de la mise en perspective historique de la crise universitaire mondialisée proposée, on a notamment montré dans la partie précédent que l’insertion organique des institutions scolaires dans les rapports marchands était largement antérieure au « néo-libéralisme » et à leur privatisation croissante sous l’effet des contre-réformes qui sévissent aujourd’hui. On va examiner maintenant, avec Marx, les régimes spécifiquement actuels de la « marchandisation des savoirs », en esquissant un élargissement partiel à la production intellectuelle de l’idée de « toyotisation », du nom de cette méthode « Toyota », d’abord née dans l’industrie et maintenant en cours de généralisation dans les services publics, d’organisation standardisée, et optimale pour le profit, de la production, et de transformation du travailleur en pure source de profit psychologiquement façonnée pour supporter le système et être incapable de lui résister.

Continuer la lecture de Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (2/2)