Archives de catégorie : Canular Tremblay

Du comique de répétition : un nouveau canular, tué dans l’œuf in extremis

Le 8 décembre 2015, une camarade bien intentionnée nous transmet gentiment par courriel un appel à contributions de la revue Management & Avenir. Cette dernière couvre le vaste domaine des « sciences, techniques et pratiques de gestion ». La revue publie huit numéros par an (huit !) et est accessible via Cairn.info. Le thème de ce « cahier spécial » attire aussitôt notre attention : « Émergence de la post-modernité en entreprise : Quel management se met en place ? » Tiens tiens, cela rappelle une littérature que nous connaissons fort bien ici. Il ne nous faut pas longtemps pour deviner qui est à l’origine de cette interrogation frappant la rétine. La liste du « comité scientifique » – alors « en cours de constitution », et il l’est toujours après vérification – permet très vite de situer : François Silva, Aline Scouarnec, Zigmunt Bauman, Michel Maffesoli, Véronique Chanut, Jacques Igalens, Denis Jeffrey, Michel Lallement, Jean Marie Peretti, Fabian Sanabria, Patrick Tacussel, Maurice Thévenet, Manuel Zacklad. En dehors de Z. Bauman, M. Maffesoli et D. Jeffrey ou M. Lallement (mais que vient-il faire dans cette galère ?), nous ne connaissons pas grand monde dans ce comité. De l’extérieur, le mélange est en tout cas assez savoureux : icônes de la sociologie postmoderne slash gestionnaires et formateurs RH d’école de comm… euh de « business school » (notamment la « Kedge Business School », où plusieurs membres du comité enseignent et poursuivent leurs « recherches »). Passons sur la rationalité exotique de la composition du casting pour jeter un œil sur l’argumentaire :

Le cœur des économies aujourd’hui est structuré par la numérisation. Ainsi, l’émergence de la société postmoderne correspond à d’autres logiques que celles de la modernité dans lesquelles les deux premières révolutions industrielles se sont inscrites. Les changements à l’œuvre dans le monde professionnel sont profonds. La numérisation des entreprises correspond à des modifications majeures de leurs prestations. Pour la plupart, leur business model est en train de se transformer. Nos grilles de lecture actuelles ne permettent plus d’appréhender les nouveaux questionnements, tout comme nos modes opératoires sont de moins en moins appropriés pour répondre aux problèmes qui émergent. Nous devons maintenant concevoir de nouvelles grilles de lecture conceptuelles pour lire et traduire les nouvelles réalités émergentes qui sont en ruptures dans toutes leurs dimensions, à la fois culturelles donc symboliques, philosophiques, comportementales, méthodologiques, organisationnelles… Ainsi, si nous voulons comprendre ce qui est en train de se passer, voire savoir anticiper, ou à tout le moins participer à ces changements, nous devons nous appuyer sur des concepts nouveaux et/ou revisités afin de faire émerger des pratiques véritablement innovantes et porteuses d’avenir. (…)

Le cahier spécial souhaite proposer une réflexion sur les différentes démarches en cours dans le monde de l’entreprise centrées sur les conditions d’émergence de ces nouvelles pratiques managériales. Certains évoquent « l’entreprises (sic) libérée » pour décrire ce qui est en train d’émerger. Les managers vont-ils continuer à être des acteurs majeurs de ces changements ? Comment évoluent les modes de fonctionnement des équipes ? Quels sont les leviers d’actions et quelles sont les limites des nouvelles démarches en cours ?  

Nous ne sommes pas déçus : tout est là, scintillant de baroquismes postmodernes que le texte adapte à la lebenswelt du manager de « l’entreprise libérée » (?). On se dit, c’est formidable, la problématique est cousue de fil blanc : pour (se) sauver, les DRH doivent changer le logiciel du management par le truchement de « concepts innovants », ce que la « sociologie postmoderne » d’inspiration maffesolienne apporte sur un plateau depuis bientôt quarante ans. Le salut passerait par la relecture du Temps des tribus (1988) : les managers n’ont qu’à « revisiter » ce paradigme pour hâter l’« enracinement dynamique » de cette « société postmoderne » qui, décidément, n’en finit pas d’émerger. Les orientations de travail suggérées par les responsables de l’appel sont tout aussi édifiantes et annoncent des lendemains qui réenchantent : Continuer la lecture de Du comique de répétition : un nouveau canular, tué dans l’œuf in extremis

La position de la revue Sociétés dans l’espace discursif de la sociologie française

27 juin 2015, le maffesolisme bougeotte encore. Certes, la revue de « Sciences Humaines et Sociales » Sociétés ne paraît plus depuis que l’ineffable Jean-Pierre Tremblay y a placé son fake dans le numéro 4 de l’année 2014, mais les signes sont patents d’une résilience qui force l’admiration : ainsi le dionysisme demeure-t-il une valeur sûre des Éditions CNRS, via notamment les Cahiers européens de l’imaginaire, les journées du CEAQ viennent de se tenir « en Sorbonne » les 23 et 24 juin 2015, les « invitations à l’imaginaire » de l’Espace Ricard ne connaissent toujours pas la crise, et last but not least, M. Maffesoli – lorsqu’il n’égratigne pas M. Quinon et A. Saint-Martin dans la réédition de ses Nouveaux Bien-pensants – promet la publication d’un essai sur l’Autolib’, sur un air de « Gaya Scienza » (chiche !). Parce que la polémique n’est pas éteinte et que même @JeanPieTremblay s’y invite avec force tweets, l’équipe du Carnet Zilsel entend donc maintenir la pression. Dans ce nouveau billet versé dans la rubrique « Canular Tremblay », Yves Gingras et Marc Bertin proposent une analyse tranchante de la position de Sociétés dans l’« espace discursif » de la sociologie française. C’est simple et efficace. Reste néanmoins à convaincre celles et ceux qui, pour des raisons qu’il faudra un jour totalement élucider, persistent à penser que le maffesolisme vaut sa minute de peine.

Le canular visant à montrer (ou peut-être simplement à rappeler…) que la revue Sociétés, fondée et dirigée par Michel Maffesoli (jusqu’en mars 2015), publie des textes dont le contenu se résume souvent à un jargon postmoderne sans contenu empirique vérifiable, a fait couler beaucoup d’encre. Arrivant quelques mois après la tempête, notre texte ne vise pas à ajouter au débat épistémologique – important – sur les critères qui devraient guider une démarche sociologique conçue comme une contribution scientifique à la connaissance du monde social. Nous proposons plutôt d’utiliser les outils de l’analyse automatique de textes pour répondre à la question suivante : dans l’espace discursif de la sociologie, peut-on vraiment distinguer le style de la revue Sociétés, imité et même parodié par l’actant Jean-Pierre Tremblay, de celui des revues de sociologie françaises les plus importantes ?

La structure de l’espace éditorial de la sociologie française a déjà été analysée par François Briatte qui, en se fondant sur les lieux de publication des auteurs, a bien montré que « la revue Sociétés fait partie d’un ensemble de revues “de niche”, dont les auteurs restent largement “entre eux” »[1]. Ses trois études bibliométriques ont clairement  « établi la nature marginale de la revue Sociétés dans l’espace éditorial sociologique »[2].

(crédits : Raphael Desrosiers, 2014, via Flickr)
Le maffesolisme à la limite du borne-out (crédits : Raphael Desrosiers, 2014, via Flickr)

Alors que ces résultats sont fondés sur les pratiques de publication des auteurs qui circulent (ou pas) entre les revues, nous proposons ici d’analyser le contenu textuel des principales revues françaises de sociologie pour identifier les positions qu’elles occupent dans ce que nous appellerons l’espace discursif de la sociologie française. L’analyse factorielle des correspondances (AFC) devrait alors nous faire voir si la revue Sociétés se distingue vraiment – par son contenu plutôt que par ses auteurs – des autres revues. Comme nous le constaterons, cette approche confirme parfaitement les résultats obtenus par François Briatte : Sociétés occupe bel et bien une position unique dans l’espace discursif et s’oppose en fait, par son contenu, à toutes les principales revues de sociologie françaises. On peut même dire qu’elle ne circule pas dans le même espace car elle en est toujours séparée sur l’axe horizontal. Continuer la lecture de La position de la revue Sociétés dans l’espace discursif de la sociologie française

D’une polémique à l’autre… en passant par la compréhension. Petite note bio-méthodologique

Le 7 mars 2015 sur le Carnet Zilsel, l’article de Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin sur le « maffesolisme » paraissait, dans lequel ils révélaient le pot-aux-roses : la « revue de Science Humaines et Sociales » Sociétés s’était fait berner par un faux article sur l’Autolib’ d’un sociologue fictif, Jean-Pierre Tremblay, illustrant par l’absurde l’imposture d’un courant (d’air ?) de la sociologie française. L’affaire est désormais si connue qu’il n’est plus lieu de la résumer encore (voir la page sur Wikipédia, pour une synthèse rapide). Deux mois après la publication du billet-fleuve, le constat est clair que la polémique a pris le pas sur la véritable discussion argumentée. Polémiste par défaut, M. Maffesoli a tout fait pour personnaliser le « débat » dans diverses interviews données à la presse. Il fallait sauver la face coûte-que-coûte en usant les vieilles ficelles de l’éristique et du dialogue de sourds. Quitte à laisser filer des contre-vérités et des caricatures. Manuel Quinon reprend le fil de la critique rationnelle et met les points sur les i dans cette note bio-méthodologique. À partir de sa recherche de thèse en cours (de finition) sur la « galaxie de l’imaginaire », il propose une réflexion substantielle sur l’articulation de la compréhension et de la critique dans le travail d’objectivation du « maffesolisme ». De quoi couper court aux spéculations et aux insinuations qui prolifèrent depuis mars. Mais cette mise au point se veut également pédagogique. Ayons confiance dans la perfectibilité cognitive de l’homo sociologicus : les sociologues imaginaires qui, au CEAQ ou à Montpellier, s’inventent des objets et des terrains d’étude trouveront sans doute quelque intérêt à lire la note, et pourraient même se convertir à la sociologie (il n’est pas interdit de rêver, n’est-ce pas ?).

Un samedi soir, Paris, Goutte-d’Or. Soirée pour l’anniversaire d’un ami. Je ne connais pas grand-monde, et c’est tant mieux : des gens à découvrir, des intérêts à partager. Un sympathique physicien, avec lequel nous parlons thèse et post-thèse, et auquel je raconte la publication par la revue Sociétés de notre article bidon sur l’Autolib’, coécrit avec Arnaud Saint-Martin sous le pseudonyme de « Jean-Pierre Tremblay »[1]. Nous rions de bon cœur, alors que je résume le contenu délirant de notre pastiche, le « retour à la matrice », « l’existence qui précède l’essence », et autres calembours grotesques doublés de surinterprétations crépusculaires. Prenant un nouveau verre, je me fraie un chemin entre les ilots interactionnels, jusqu’à un petit groupe situé au fond de la pièce, duquel a émané un mot incongru – si l’on considère en tout cas les circonstances : « psychanalyse ». J’écoute, et interviens. Outre un ami de longue date, l’échange se fait avec un couple de philosophes. Nous évoquons nos intérêts de recherche respectifs : Heidegger, l’Ecole de Francfort, la psychanalyse, l’épistémologie. Le groupe se dissout, et se reforme un peu plus tard dans la soirée, après quelques nouveaux verres. Le léger différend, qui était apparu plus tôt en ce qui concerne notre intérêt respectif pour la psychanalyse, prend cette fois une tournure assez tranchée. Et se déplace, surtout, sur le plan méthodologique, après que j’ai présenté tour à tour mon travail de thèse, et le canular sur l’Autolib’.

Mon interlocuteur : « – Je ne comprends pas… Comment peux-tu travailler sur un sujet que tu critiques en même temps ?
– En, fait, le “maffesolisme”, même s’il est le point de départ de ma thèse, avec l’affaire Teissier, n’est qu’une petite partie de mon terrain, qui porte bien plutôt sur le réseau de chercheurs “ésotéristes” fédéré dans les années 1960, 70 et 80, par l’islamologue Henry Corbin et le sociologue Gilbert Durand…
– Oui, mais même s’il s’agit d’une petite partie, comment peux-tu travailler là-dessus de manière objective, si tu les critiques par ailleurs ?
– Hé bien, comme je te l’indiquais, ce n’est qu’une petite partie de mon terrain… Mais je ne vois pas bien ou serait la contradiction : tu peux bien critiquer, dans un premier ou dans un second temps, les bases épistémologiques d’une théorie particulière, le mode d’administration de la preuve qui y prévaut, et, dans un autre temps, chercher à décrire et à comprendre cette théorie dans toutes ses ramifications conceptuelles, en mettant en suspend la question de son adéquation avec la réalité, non ?
– Tu critiques Maffesoli, mais tu es d’accord avec ce que disent Henry Corbin et Gilbert Durand, Durand que Maffesoli présente pourtant comme son “Maître” ?
– (moi, m’échauffant un peu :) Non, pas du tout ! Leur vision du monde, à Corbin et à Durand, leur conception ésotériste d’une “chevalerie spirituelle” garante de l’équilibre cosmique, n’est pas du tout ma tasse de thé ! Je suis agnostique, moi, je ne crois pas en l’existence d’une connaissance secrète salvatrice, réservée à une élite spirituelle, et capable de sauver l’humanité… Mais so what ? C’est comme si tu reprochais à un ethnologue de faire un terrain exotique, parce qu’il n’est pas acquis à la vision du monde des indigènes qu’il étudie…
– (mon philosophe, toujours calme et sceptique :) Humm… Donc tu travailles sur des objets que tu n’apprécies pas ? Pas plus Maffesoli, que Durand et Corbin…
– (moi, agacé :) – Mais où est le problème, encore une fois ? Moi, je cherche à comprendre ces braves gens, comme le ferait n’importe quel ethnologue perdu en Amazonie. Et même si leurs visions respectives de l’homme et du monde ne sont pas les miennes, ça n’empêche pas que j’ai bien plus de sympathie pour les théories de Durand et Corbin, qui constituent l’objet central de ma thèse, que pour celles de Maffesoli, que je critique à l’occasion. De même, comme je te le disais tout à l’heure, que j’ai beaucoup plus de sympathie pour les grandes fresques philosophico-apocalyptiques de Heidegger et de l’Ecole de Francfort (ce sont de belles histoires, après tout, non ?), que pour les élucubrations et falsifications freudiennes. Même si je ne crois, à titre personnel, à aucune de ces charmantes mythologies intellectuelles.
– (mon philosophe, toujours imperturbable et sceptique) : Mouais… Reste que je ne comprends toujours pas bien comment tu peux…
– (moi, tranchant :) Et moi je ne comprends pas pourquoi tu n’écoutes pas ce que je te répète depuis tout à l’heure, et pourquoi tu me mets dans une boîte qui n’est pas la mienne ! Parlons d’autre chose… »

Car en effet, ce dialogue de sourds aurait pu s’éterniser. Reste que les questions soulevées par mon interlocuteur, et notre incompréhension réciproque, se sont prolongées en moi bien après la fin de l’échange. Si l’excellent vin rouge ingurgité avait probablement contribué à crisper les positions, il reste que mon philosophe posait des questions pertinentes, questions que j’avais vaguement anticipées avant que nous rendions public notre canular sur l’Autolib’, et auxquelles il m’était alors bien difficile de répondre.

Retour sur une polémique, et ses « arguments »

Quelques jours plus tard, à la suite de cette soirée, je prenais connaissance des premiers éléments de réponse de Michel Maffesoli face au canular dont il se déclarera la « victime »[2]. De notre analyse détaillée du « maffesolisme »[3], il n’en sera jamais question dans la bouche ou sous la plume du directeur de publication de Sociétés, qui ne l’a vraisemblablement pas lu : il parle à ce propos d’une simple « lettre » sans « aucun argument »[4] pour désigner… notre texte de 35 pages, dans lequel nous explicitons pourtant les règles de composition « maffesoliennes » que nous avons suivies pour rédiger notre pastiche – pastiche que le premier intéressé jugera toutefois, à différentes reprises, « bien fait […], avec une bonne utilisation […] de mes propres termes [et] expressions »[5], « bien fait et astucieux […], amusant qui plus est »[6], « pas sot du tout », « très bien fait », « corresponda[nt] bien [à mon propre style] »[7].

Rouleau de Complot (crédits : Arturo de Albornoz, tenemosunplan.com, via Flickr)
Rouleau de complot (crédits : Arturo de Albornoz, tenemosunplan.com, via Flickr)

Sans percevoir, semble-t-il, l’aspect contradictoire de ses propos, M. Maffesoli confirmera même de manière très explicite la validité des thèses les plus fantaisistes (car correspondant en effet à sa métaphysique anthropologique et sociale) de notre faux article maffesolien[8]. Sans donc jamais aborder la seule chose pertinente dans le cadre d’une discussion intellectuelle « normale », à savoir les arguments que nous avions avancés, et qui reposaient sur la quadruple analyse de son lexique (opaque), de sa rhétorique (marquée par des oppositions binaires et des oxymores oraculaires), de sa conception conjecturale (mais fortement structurée et axiologisée) de l’homme et du monde, et de son mode d’administration de la preuve (caractérisé par le biais de confirmation), M. Maffesoli formulera, en guise de réponse, des hypothèses hasardeuses tantôt basées sur la théorie du complot (il serait un « bouc émissaire », et nous serions quant à nous deux « chevaux légers », manipulés par de « vieux caciques de la sociologie » souhaitant « régler des comptes » par personnes interposées[9]), tantôt ad hominem (nous serions « jaloux »[10], « malveillants »[11], « infantiles »[12], « frileux »[13], voire même, pour creuser la veine de la psychologie conjecturale que M. Maffesoli semble affectionner, et qui laisse pour le moins songeur, « impuissants »[14]). Continuer la lecture de D’une polémique à l’autre… en passant par la compréhension. Petite note bio-méthodologique

Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie

« La sociologie n’est pas une science », a déclaré le directeur-fondateur de la revue Sociétés dans un entretien donné au Monde le 18 mars 2015. Le canular de l’ineffable Jean-Pierre Tremblay tout comme l’article de debunking signé par le duo Quinon & Saint-Martin témoigneraient donc d’un immense, « juvénile » et regrettable malentendu. Sans qu’il soit nécessaire de pousser loin l’effort d’argumentation, le duo et l’équipe solidaire du Carnet Zilsel ne sont pas convaincus. Vraiment pas. Et c’est pourquoi, malgré les critiques (encore rares, il faut dire) et les quelques blasé-e-s qui, ici ou là, pensent que l’expérimentation « Tremblay » est un coup d’épée dans l’eau, nous poursuivrons le travail d’enquête collectif encore quelque temps. Car ce n’est pas tous les jours que nos disciplines s’agitent sur le fond. Dans ce nouveau billet, Michel Dubois livre une expérience de pensée suggestive : si Jean-Pierre Tremblay était encore de ce monde et qu’il se décidait à faire carrière à l’aide de son marteau critique (car on ne se refait pas), quelle serait pour lui la stratégie la plus optimale pour s’établir durablement en France ?

L’accusation est évidemment injuste : les revues scientifiques, entend-on trop souvent, seraient par principe fermées aux travaux des jeunes chercheurs. Il faut savoir gré à la revue Sociétés d’en finir une bonne fois pour toutes avec cette idée-reçue. « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années »… disait Corneille. Et à l’évidence les évaluateurs de la revue Sociétés ont tôt fait de reconnaître l’« âme bien née » de Jean-Pierre Tremblay, ce jeune sociologue inscrit à l’Université de Laval (sic). Son article au titre prometteur « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris » s’est depuis hissé en un temps record dans le top 10 des articles les plus consultés sur la plateforme Cairn.info[1].

Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l'enquête et lorgne désormais du coté des Vélib' (crédits : ASM, mars 2015)
Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l’enquête et lorgne désormais du coté des Vélib’ (crédits : ASM, mars 2015)

Jean-Pierre, ou plus exactement les farceurs dont il est le porte-parole, a du talent à revendre. Malgré la supercherie dont elle a été victime, la revue Sociétés tient là sans doute l’un de ses très bons papiers pour la période 2014-2015[2]. Comme cela a été souligné à de multiples reprises, l’article présente bien quelques menus défauts. Avec son absence de terrain, sa phraséologie obscure, son surrégime interprétatif permanent, etc. il n’apprend rien à son lecteur. Mais il a le mérite indéniable d’être souvent très drôle. Jean-Pierre aurait d’ailleurs été inspiré de conserver cette drôlerie au-delà de la publication initiale, dans son texte de « révélation »[3]. Mais le souffle potache initial cède désormais un peu de terrain à l’« esprit de sérieux » et à l’usage du « marteau » auquel ont recours certains habitués du Carnet Zilsel[4].

A ce stade, il est trop tôt pour savoir si Jean-Pierre Tremblay fera école (une refondation « tremblaysienne » de la sociologie est-elle envisageable ?), mais son succès fulgurant soulève à mon sens au moins trois questions. Une question d’usage tout d’abord : on sait qu’un sociologue ne se déplace jamais sur ses terrains sans sa « boîte à outils », mais a-t-il réellement besoin d’un marteau ? Autrement dit le debunking est-il utile à la sociologie ? Une question généalogique ensuite : Jean-Pierre (Tremblay) est-il réellement, comme le prétendent certains, le fils caché d’Alan (Sokal), physicien de l’Université de New York rendu célèbre par un autre canular ? J’ai quelques doutes à ce sujet. Et pour finir une question d’avenir professionnel (à ne jamais négliger pour un doctorant) : si Jean-Pierre décide de faire carrière dans le debunking, mais il est jeune, et ses choix ne sont sans doute pas arrêtés à ce stade, à quels critères se fier pour identifier ses prochaines victimes ? Continuer la lecture de Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie

Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Une semaine après la révélation du canular, l’improbable « Jean-Pierre Tremblay » n’est déjà plus qu’un souvenir et un spectre-qui-hante sur la plateforme Cairn.info. L’article a en effet été retiré par la rédaction de la « revue des Sciences Humaines et Sociales » Sociétés. Son directeur, qui en appelle à la raison pour une fois, s’est fendu d’un étonnant – c’est peu dire – mot d’excuse. Alors, on arrête ? Non, surtout pas. Le travail de démontage et d’enquête collective doit pouvoir continuer parce que ces moments de vérité sont trop rares dans nos disciplines. Dans le prolongement donc de l’article de révélation et d’analyse du canular co-signé par Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin (et publié le 7 mars 2015), la rédaction du Carnet Zilsel propose d’approfondir la discussion les semaines prochaines. Bernard Lahire, le premier, enfonce le clou dans l’article qui suit. Il revient d’abord sur les suites douces-amères de la thèse d’astrologie d’É. Teissier, puis met en avant les vertus du canular lorsque la cible visée par la critique rationnelle finit par se dérober.

Le canular soigneusement préparé par deux jeunes sociologues français, Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin, pour porter un éclairage critique sur la nature très problématique de ce qui se publie dans la revue française Sociétés, dirigée par Michel Maffesoli, est un formidable coup de maître dont on se souviendra longtemps. Par une mystification démystificatrice, les auteurs de ce canular provoquent l’éclat de rire, mais font surtout voler en éclat le sérieux d’une entreprise anti-scientifique qui se pare des attributs de la science.

Flash-back : l’« affaire Teissier » comme révélatrice d’une faute professionnelle et d’une imposture collective

Comme ils le rappellent dans le texte qui révèle les tenants et aboutissants de ce canular[1], la décision d’élaborer une telle farce s’inscrit dans l’histoire récente de la discipline sociologique. Il y a bientôt près de quatorze ans, la très médiatique astrologue, Elizabeth Teissier, soutenait une « thèse » de sociologie à l’Université Paris V-Sorbonne, sous la direction de Michel Maffesoli[2]. Alertés par Jean-Paul Krivine (rédacteur en chef de la revue Science et pseudo-sciences) de l’imposture (la toute nouvelle doctorante ne cachant pas son souhait de voir entrer l’astrologie à l’université), Jean-Claude Pecker (astrophysicien, membre de l’Institut, professeur honoraire au Collège de France) et Jean Audouze (astrophysicien, directeur du Palais de la découverte) prirent l’initiative de former un comité de relecture pluri-disciplinaire de la « thèse ». Les défenseurs de la candidate, et en tout premier lieu son directeur de thèse, s’étaient indignés publiquement du fait que les premières dénonciations de cette soutenance de thèse dans la presse avaient été émises par des personnes n’ayant pas lu la thèse. Une telle indignation était, malheureusement, assez classique : ceux qui méprisent en permanence les règles les plus élémentaires de la vie scientifique n’hésitent jamais à accuser ceux qui ont l’impudence de le dire tout haut, de faire preuve d’un manquement coupable aux règles. Ils évoquaient, par ailleurs, de simples « dérapages » dans la thèse, et banalisaient le scandale en laissant penser que la chose était courante en sociologie.

Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)
Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)

Continuer la lecture de Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular