Archives de catégorie : Conference advisor

Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

J’ai été un peu surpris de la forme de cet article de recherche […]. J’ai été assez étonné de lire ce qui me semble par passage être une sorte d’étude des centraliens à travers le prisme d’une conférence de sociologie, plutôt que l’étude des conférences de sciences humaines à travers l’œil d’élèves ingénieurs (ce qui me semblait être le sujet initial, je comprends cependant qu’il était difficile de nous l’annoncer de cette manière).
    Élève-ingénieur, 2e année.

J’enseigne la sociologie des sciences à l’École Centrale de Paris (ECP), pour des élèves-ingénieurs en deuxième année. Le programme porte sur les liens entre recherche et entrepreneuriat. J’y analyse les dynamiques et les discours économiques et politiques incitant les jeunes diplômés à se lancer dans la création de start-up et de spin-off. J’essaie de défaire des idées largement partagées par les élèves d’un établissement formant les « Leaders, innovateurs, entrepreneurs » de demain : celles du « schéma linéaire d’innovation », de l’entrepreneur héroïque, du chercheur académique reclus dans sa « tour d’ivoire », des sciences et techniques comme « moteurs de la croissance », etc. Le décor planté, nous traitons le thème de la Slow-science, lequel s’est récemment imposé à l’agenda de la mise en politique(s) des sciences et techniques. En même temps que je préparais mon cours, j’ai découvert l’annonce d’une conférence à venir d’Isabelle Stengers. Invitée au séminaire Citoyenneté académique : slow-science et recherche action, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) où j’ai fait ma thèse, la philosophe belge devait reprendre ses méditations sur l’avènement possible d’« une autre science ». La date de son intervention coïncidant avec celle d’une des séances de mon cours : l’heure venait pour moi d’organiser ma première sortie de classe. Pour faire prendre l’air aux élèves. Pour les extraire de l’atmosphère douillette d’une école d’élite (G. Lazuech, 1988) nichée au pied du parc de Sceaux et les exposer aux bourrasques avant-gardistes – qui ne sont parfois que des coups de vent – dont l’EHESS se pense la génératrice. J’ai aussi mis au point un protocole expérimental : l’idée était de demander aux élèves centraliens de rédiger en groupe de quatre un compte-rendu de la conférence d’I. Stengers, incluant une synthèse des arguments défendus par la philosophe et une description ethnographique de l’événement.

Le 105, boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)
Le 105 boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)

Résultat de cette expérimentation, l’article qui suit a été composé en deux étapes. J’ai rédigé un premier texte en m’appuyant, d’une part, sur les textes des élèves et, d’autre part, sur mes notes complétées de retranscriptions extraites de l’enregistrement de l’intervention d’I. Stengers. Cette version bêta terminée, je l’ai soumise aux étudiants en leur demandant de la commenter, de proposer des prolongements, et s’il le fallait d’objecter aux interprétations proposées. Ces remarques compilées, j’ai repris la rédaction : j’ai coupé des passages jugés inexacts par les élèves, ajouté certaines remarques et modulé les analyses en fonction de leurs suggestions. Cette démarche emprunte aux méthodes de « triangulation ethnographique ». Elle repose premièrement sur une multiplication des points de vue relatifs à un même phénomène (investigator triangulation [N. K. Denzin, 1978]), afin d’obtenir une description complexifiée. Deuxièmement, les principaux intéressés doivent éprouver la « solidité » des primes observations et interprétations dans le but de révéler des points de désaccords entre enquêtés et enquêteur et enjoindre ce dernier à les expliquer (M. Kleine, 1990). Bonne surprise : les premiers comptes-rendus sont riches. Ils témoignent de l’étrangeté d’une conférence de SHS pour des non-initiés. Et, rapporter dans un même texte l’argumentation de l’auteur de L’invention des sciences modernes (1993) et ce qu’en ont retenu les centraliens permet d’observer presque in vivo comment un discours relevant des sciences humaines et sociales est saisi et interprété par des « non-spécialistes ». C’est une sorte de démarche itérative et collective d’analyse sociologique qui se trouve ainsi mise en œuvre. Continuer la lecture de Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ?

Sous la conduite de son Secrétaire Perpétuel, l’historien Hervé Hasquin[1], l’Académie royale de Belgique a mis sur pied le Collège Belgique, à savoir une offre de cours-conférences directement inspirée du Collège de France. La mue et l’entrée concrète de la vénérable institution dans le 21e siècle s’accompagnent de la mise en ligne de tous les cours-conférences et colloques organisés par et à l’Académie. Comme de nombreuses académies européennes, celle de Belgique fut fondée au 18e siècle (1772). Période charnière, comme on va le voir, pour le développement des relations entre recherche scientifique et autorités politiques…

Les 30 avril et 7 mai 2015 derniers, les professeurs Robert Halleux (FNRS/Université de Liège) et Chantal Grell (UVSQ) proposaient ainsi un cours-conférence intitulé « La naissance des politiques scientifiques en Europe : science et grandeur des États (17e-18e siècles) ». En réalité, leurs présentations résultaient de recherches menées dans le cadre d’un programme international financé par l’Académie internationale d’histoire des sciences. Le but du projet ? Tout simplement réaliser une histoire comparée des politiques scientifiques depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours… La bagatelle en somme. Prononcée à Bruxelles, ce cours-conférence a, en 2015, une résonance particulière puisque le gouvernement fédéral belge par l’intermédiaire de la Secrétaire d’État en charge de la Recherche Scientifique entend réorganiser de la cave au grenier l’Agence fédérale de la Politique Scientifique (BELSPO)… Les premières mesures ont pu être observées au mois d’avril dernier – durant le week-end de Pâques, tout un symbole ! – quand on a appris le licenciement avec effet immédiat du président du comité de direction de BELSPO, Philippe Mettens. Hasard ou pas, l’ex-responsable de la politique scientifique fédérale belge était présent le 7 mai lors de la seconde partie du cours-conférence. Tout un symbole (bis) !

Importance des interactions entre chercheurs et monde politique

Recherche scientifique, académies et pouvoirs publics. Voilà un cocktail (d)étonnant que nous ont servi Robert Halleux et Chantal Grell et qui imprégnera les quelques lignes qui vont suivre. Le constat est d’ailleurs assez clair pour nos deux orateurs. Depuis ce que l’on appelle communément la révolution scientifique amorcée au 17e siècle, les chercheurs/scientifiques ont eu besoin du pouvoir politique pour financer leurs travaux. Ou du moins ils ont pu compter dessus jusqu’à un certain point. La course aux financements, les deadlines intenables, l’orientation des axes de la recherche, etc. ne seraient donc pas des inventions du 21e siècle ? Horresco referens.

La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)
La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)

Continuer la lecture de Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ?

Philosophie en scène

À propos de Bienvenue dans l’angle alpha, d’après Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, adaptation et mise en scène de Judith Bernard, Metullum (Melle, 79), 17 janvier 2015.

On se doute, rien qu’en l’imaginant, qu’il n’est pas simple de théâtraliser la philosophie contemporaine. Plus encore lorsqu’elle prend l’allure d’une proposition articulée aux sciences sociales. Pourtant, c’est un tour de force que réussi avec brio la compagnie Ada en se saisissant du livre de Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza[1]. Sous le titre Bienvenue dans l’angle alpha (entre Alphaville de Godard et Bienvenue à Gattaca d’Andrew Nicoll, le référentiel SciFi n’est pas anodin), c’est – littéralement – la projection dramatique d’une pensée actuelle sur le néolibéralisme. Nous sommes environ 200 personnes, ce samedi soir de janvier, dans le Metullum de Melle, au cœur du Moyen Poitou. Loin de Paris, donc, et du théâtre de la Manufacture des Abbesses où se joue la pièce du 4 janvier 2015 au 11 février 2015. Expérience curieuse que d’être, pour une fois, l’escale provinciale d’une représentation qui – faute d’audace probablement des salles extra-parisiennes – ne se donne pas hors de la capitale. La salle elle-même est neuve, son acoustique est remarquable (mêmes les chuchotements des acteurs s’entendent au niveau des derniers rangs où je me trouve). Sur scène, avant que tout commence, trône un escabeau rouge vif. Il s’agit pratiquement du seul accessoire et toute l’ingéniosité de la mise en scène réside dans le déploiement de son ergonomie (qu’on n’imaginait pas si étendue, il faut bien le dire) et l’épuisement de ses possibles représentations (il sera tour à tour joug pour travailleurs enrôlés, support sur lequel est déposé le capital, espace configuré pour la discipline salariale, prison enserrant les récalcitrants, et, associé à un drap triangulaire, surface de projection d’une iconographie hilarante, j’y reviendrai).

Mettre des corps en mouvement, un projet philosophique ?

Mais de quoi s’agit-il donc ? De mettre en scène Spinoza relu par Marx ? De dramatiser l’Éthique pour donner à voir un « structuralisme des passions » que les ouvrages de Frédéric Lordon explorent[2] ? C’est à la fois tout cela, Bienvenue dans l’angle alpha, et bien plus encore.

affiche-g02La pièce s’ouvre sur la définition, aussi rugueuse que profonde, du conatus par Spinoza : « Chaque chose autant qu’il est s’efforce de persévérer dans son être » (Éthique III, 6). Tous les corps s’animent selon ce régime fondamental de perpétuation de l’effort dans son être. Quoi de plus théâtral que des corps traversés de pulsions, polarisés par des affects, fixés par des passions ?
La chorégraphie philosophique s’observe dans le pari somatique de la mise en scène. Les cinq comédiens s’agencent dans l’espace selon un code sous-jacent qu’on saisit très vite. Un acteur, sans quitter l’ordonnancement global de la scénographie, se détache par moment pour être la voix de l’auteur. Cette voix docte, les autres la bousculent, l’interpellent, l’attendent, la contrarient ou la louent selon les circonstances. Un autre acteur tient le rôle du capital : patron plein de « bon sens » à la bouche, il est alternativement désinvolte, autoritaire, incrédule (qu’on puisse résister à l’affectation du désir maître qu’est le capital le dépasse), coopératif ou ricaneur. Le corps-capital est à la fois élastique (pour enrôler avec plus ou moins de souplesse les autres dans son désir d’agir) et rigide (lorsqu’il s’agit d’affirmer l’impérieuse nécessité du labeur). Les autres corps sont malmenés, ballotés, tiraillés, enchâssés dans l’escabeau de la souffrance partagée. Mais l’organique résiste également. Et les corps se soulèvent contre le déterminisme spinoziste ou l’injustice patronale. Continuer la lecture de Philosophie en scène

La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

C’est à quatre mains que nous reprenons le compte rendu du colloque « Science, innovation, technique et société » co-organisé par le CR 29 de l’AISLF et du RT 29 de l’AFS (voir la première partie rédigée par Arnaud Saint-Martin). En poursuivant en binôme cette restitution (inter-)subjective, nous proposons une sorte de saisie sur le vif de la sociologie des sciences et techniques actuelles dans l’aire francophone. Sans ériger l’événement en panoptique de la spécialité dans toutes ses dimensions, l’occasion d’un colloque est une chance de saisir, dans leurs grands axes, les nervures du travail – théorique et empirique – en cours.
Mais avant de commencer, précisons qu’à l’inverse de la première partie, nous avons préféré ne pas nommer certain-e-s collègues dont nous présentons les recherches au pas de charge. Car par moments, des critiques seront formulées, la barque sera chargée. Il nous a paru éthiquement préférable et plus juste que l’anonymat soit préservé un minimum, afin de ne pas laisser des traces susceptibles d’atteindre à la « web-réputation » de collègues pour la plupart en thèse, donc éventuellement excusables (mais surtout, vulnérables). Mais, quoique touchés in extremis par la grâce et la compassion altruiste (un effet post-Latouring ?), nous n’en continuerons pas moins de porter la critique dès qu’il le faut. À découvert, cela va sans dire !

Retour de goûter : la session de trop

9 juillet 2014, toujours. À 16h20, les travaux reprennent et nous intégrons l’Atelier 3 dédié au thème « la médiation et la médiatisation ». Première intervention sur les « Fablabs ». Ces espaces de coopération rassemblant des initiatives technologiques et sociales constituent les nouveaux « lieux de savoir » explorés par les sociologues. Le laboratoire traditionnel – celui-là même que Latour et Woolgar exploraient dans la Californie des années 1970 – n’est plus le centre des attentions. C’est d’ailleurs moins la question de la production des savoirs scientifiques qui est en jeu que les formes de « communauté » partageant des projets (avec tout ce que l’imprécision de ce terme peut renfermer…). On s’intéresse aux solidarités socio-techniques dans les hackerspaces, reconduisant les valeurs d’une certaine contre-culture américaine. L’analyse proposée se centre sur des cas français assez variés : des espaces semi-professionnalisés où se mènent des approches d’innovation technique aux tentatives locales de rassembler des acteurs d’une même commune pour faire aboutir une réalisation partagée. On apprendra, au cours de l’exposé, qu’il existe une labellisation officielle « Fablabs », une charte aussi, preuve s’il en est que les nouvelles formes de mise en cohérence des initiatives « citoyennes » ou « collectives » s’appuient sur des modalités d’institutionnalisation finalement on ne peut plus classique. De même le soutien, même virtuel, même très éloigné, même sans logo, du MIT ou d’un autre campus américain prestigieux fait toujours office d’attracteur symbolique. On a certes regretté, dans la présentation, qu’aucune tentative de montée en généralité n’ait été esquissée : l’approche descriptive, appuyée sur des observations denses et des entretiens, manque hélas une partie de son efficace théorique en restant au seuil de l’analyse (la citation expresse de l’inusable boundary object n’aide d’ailleurs pas). La sociologie du travail, la sociologie des organisations ou la sociologie politique aurait pu servir de matrice – même très générale – pour questionner ces plateformes à peine formées. On songe ici à ce qu’un questionnement sur les impensés (ou les trop bien pensés) politiques d’une association d’ingénieurs partageant leur matériel de bricolage pour monter un projet d’imprimante 3D aurait pu donner : l’investissement par le don/contre-don, les socialisations dispersant ou reconfigurant les hiérarchies professionnelles, les modalités de financement et de sponsoring ouvrant la voie à des interprétations intéressantes. L’enquête commençant, le jugement mérite donc d’être suspendu. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

Le sociologue des sciences en formation continue qui, comme moi, trouve un certain charme à Leiden, ne pouvait qu’être inspiré par la publicité postée sur leur site annonçant des places toujours disponibles pour la formation « Measuring Science and Research Performance » proposée du 8 au 12 septembre 2014. Bon, j’apprendrais par la suite que le contingent habituel de fonctionnaires coréens était exceptionnellement réduit pour cause de vacances, ce qui peut expliquer les places restantes. Ni le prix (je laisse au lecteur le plaisir de chercher l’information sur le site) ni la seconde partie du titre du cours – ah, la performance de la recherche ! – ne m’ont détourné d’y participer. Il faut dire que le CWTS (Centre for Science and Technology Studies) est le must en termes de scientométrie (« this means studying scientific and academic research from a scientific point of view »[1]). Ils ont des énormes bases pour lesquelles des chercheurs viennent de toute l’Europe ; ils conçoivent des logiciels que tout bon scientométricien est censé connaître (VOSviewer) ; ils publient dans Scientometrics, Research Policy et autres revues spécialisées. En bref, ils sont visiblement bons dans leur domaine et sollicités par les agences nationales et européennes pour la production d’indicateurs sur la science. D’ailleurs, cette année ils fêtent leur quart de siècle et affichent fièrement « 25 years of meaningful metrics ».

Logo_Blauw
Meaningful logo (crédits : CWTS)

Mais pourquoi parler de ce cours ? Les conférences, à la limite, relèvent d’une actualité pertinente pour la recherche. Quel intérêt de venir vous conter par le menu une formation professionnelle ? Déjà parce que le public visé est – aussi – un peu les chercheurs impliqués dans la science policy. Mais surtout parce que cela relève d’un début d’observation participante d’un phénomène qui, aussi contesté peut-il être, n’en est pas moins d’une actualité brûlante. Qu’il s’agisse de la formalisation, de la diffusion ou de l’utilisation des indicateurs de mesure de la science, sans compter la mise en logiciels, méthodes et livres des métriques de l’innovation au service d’acteurs stratégiques cherchant la réflexivité sur leurs pratiques : c’est peu dire que la question est d’actualité, comme on dit dans les gazettes[2]. Et ce n’est pas moi qui vous le dis : c’est l’autre chercheuse allemande réalisant une thèse sur l’institutionnalisation de la scientométrie qui semble aussi jouer ce jeu trouble à mi-chemin entre observation participante et formation.

Mesurer la science, certes, mais au service de la « performance ». Science de la science, certes encore, mais au service des politiques scientifiques. Que nous promet donc cette formation ? Nous allons recevoir des exposés sur l’analyse des citations, l’exploitation de l’analyse des réseaux et des cartographies de la science. Nous allons être initiés à l’impact « sociétal » de la recherche. Mais comme on n’apprend jamais mieux qu’en mettant la main à la pâte, les « apprenants » conduiront un travail tout au long de la semaine à travers une série de « travaux pratiques » et réaliseront ainsi en petits groupes une évaluation de la performance d’une université. Ça fait chic, n’est-ce pas. À notre service, des indicateurs bibliométriques avancés (je souligne), les outils « maison » de cartographie, des données en voulez-vous en voilà… Tout ce qu’il faut pour faire une évaluation, quoi. Sauf le montant du budget recherche des universités et le nombre de leurs ressources humaines. Ça c’est bon pour le chercheur has been. Continuer la lecture de Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme