Archives de catégorie : Conference advisor

La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Du 9 au 11 juillet 2014 s’est tenu à Bordeaux le colloque « Science, innovation, technique et société ». Il était organisé à l’initiative des collègues bordelais, en particulier Pascal Ragouet, du centre Émile Durkheim (Émile, totem de l’étape), et sous la double égide des Réseau Thématique (RT) 29 de l’Association française de sociologie (AFS) et du Comité de Recherche (CR) 29 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Avec quelques camarades, j’y ai participé du début jusqu’à la fin. Pour n’en pas perdre la mémoire, j’en proposerai ici un compte rendu dans la rubrique « Conference advisor ». Subjective, cette restitution le sera à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il y a en théorie autant de restitutions possibles que de participants, chacun conservant un souvenir personnel de ce qu’il s’est passé, conditionné par ses expériences interactionnelles sur place et ses capacités d’observation, d’attention aux choses et de mémorisation. Ce retour d’expérience sera subjectif aussi parce que j’assumerai mes partis pris. Quelques commentaires critiques l’exprimeront au fil du texte.

Jour 1 : mise en bouche

Ce n’est pas tous les jours que les chercheurs/ses intéressé-e-s par les sciences et/ou les techniques (et/ou l’innovation, toujours à toutes les sauces) ont l’occasion de se retrouver. Je dis « chercheurs/ses intéressé-e-s » sans préciser d’appartenance(s) disciplinaire(s), parce que je me suis vite rendu compte que, contre ce à quoi je m’étais d’ailleurs préparé (l’identité disciplinaire de la « puissance invitante » le laissait pensait, à tout le moins), il ne s’agissait pas d’un colloque de sociologie-des-sciences-pour-sociologue-des-sciences. S’intéresser à la science, à la technique, à l’innovation, avec tout ce que l’on peut subsumer sous ces termes élastiques, était en effet le commun dénominateur, un principe d’agrégation thématique accueillant qui autorisait un maximum d’enrôlements et a priori un coût d’entrée peu élevé. À première vue, on dira « tant mieux » car s’il y a bien quelques séminaires çà et là, des congrès durant lesquels une ou deux sessions « études des sciences » se tiennent, il est bien rare de pouvoir échanger avec plus d’une dizaine de personnes. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, ce domaine reste encore confidentiel en France. C’était donc par principe une bonne nouvelle de savoir qu’à Bordeaux, au tout début de l’été, devait s’organiser un tel événement, sur trois jours en plus. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Supplément été : le conference loto

Les claviers des MacBook® crépitent à l’unisson au rythme des idées-force et des buzzwords qui défilent sur un écran : pas de doute, vous êtes dans un colloque (ou un congrès, ou une école d’été, ou, pénible anglicisme, une « conférence »).

Nombre de ces moments de sociabilité, et néanmoins baromètres scientifiques, ayant lieu pendant l’été, le Carnet Zilsel vous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Plus besoin de choisir entre écouter les orateurs et risquer de sortir une culpabilisante grille de Sudoku dans un coin de la salle : il suffit désormais de jouer au Conference Loto. Inspiré par les Business Lotos, il n’était malheureusement pas difficile d’en adapter le principe au monde académique.

Au-delà du côté léger et estival, cela peut donner à réfléchir sur ce qu’est devenu l’exercice globalisé de présentation de soi et de son travail de recherche sur le marché cognitif international (anglophone) – car c’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’ils sont au casse-pipe et payent un droit d’entrée toujours croissant, post-docs et thésards intervenant dans ces raouts offrent à l’auditeur attentif aux logiques de reproduction sociale, avec la saillance particulière des situations d’apprentissage et d’appropriation des codes, un éventail de routines rhétoriques souvent indicatrices de ce qui s’y joue : innover tout en étant dans le moule, manager sa stratégie de distinction.

La pratique de la « présentation » a ses professionnels et manifeste un certain continuum formel entre sphères académique, business, spectacle, etc. La place, sans doute croissante, des dispositifs de communication scénique et/ou numérique dans les rituels sociaux d’échange scientifique n’introduit-elle pas peu à peu une normativité insidieuse, n’incite-t-elle pas à s’inspirer d’un savoir-faire transversal ? Le fait d’être de plus en plus souvent et implicitement enregistré, voire filmé, a-t-il un impact sur les attitudes et pratiques des conférenciers (demandez-vous si vous ferez la même communication et répondrez pareillement aux questions et commentaires en sachant que vous allez être filmé/e et podcasté/e dans les jours qui suivent, « droit à l’oubli » ou non) ? A-t-il un impact sur les garde-robes des collègues ? Le hipster swag va-t-il s’imposer au détriment du fort-en-thème pincé ? Le charisme médiatique devient-il un paramètre du darwinisme académique ? Le fleurissement des blogs et pages perso dans le monde de la recherche modifie-t-il, au-delà de la simple visibilité, les critères de reconnaissance traditionnels ? Le réenchantement des formations doctorales doit-il inclure des ateliers de relooking et de PNL ? Les écoles doctorales ont-elles vocation à devenir des star academies ?

Parce que cela peut faire du bien d’en rire, au moins au mois d’août, laissons parler la grille des expressions aussi récurrentes qu’agaçantes – que les lecteurs sont invités à enrichir.

grille

Il y a plusieurs façons de jouer :

Avec des collègues, définissez à l’avance une grille d’expressions qu’il s’agit de cocher à chaque fois que l’orateur les prononce. Lorsque, par exemple, trois expressions sont cochées, le ou la gagnant/e est le premier ou la première des collègues qui se lève en disant quelque chose de convenu à l’avance (dans les business lotos, il s’agit de crier « bullshit! », mais c’est une option difficilement praticable ; on peut la remplacer, par exemple, en posant à l’orateur une question définie à l’avance et composée elle aussi d’expressions-types).

Une variante consiste à devoir employer délibérément dans son propre exposé un certain nombre d’expressions définies à l’avance par les collègues. Celui ou celle des collègues qui ne parvient pas à caser les expressions qui lui sont attribuées a perdu. Les joueurs de niveau avancé pourront s’envoyer en direct, par sms, les mots à utiliser dans le cours même de l’exposé.

Ou on peut tout simplement s’amuser à recenser et réutiliser cyniquement ces expressions.

Bien entendu, de nombreuses combinaisons sont possibles à partir des unités élémentaires du tableau. Exemple :

– [Question faisant suite à l’exposé] Thanks for this fascinating presentation. I was wondering etc.
Ummm… You’re asking ayyyy very important question. Problem is: rethinking the take-home message tells a different story. How do you connect the dots? Etc. etc.

De là, la tentation est forte d’imaginer des dispositifs plus élaborés, notamment sur le principe des générateurs aléatoires d’articles scientifiques, qui ne sont pas juste là pour nous divertir, mais sont utilisés comme des détecteurs d’éditeurs/organisateurs/évaluateurs voyous. Alors… Une application smartphone destinée à générer des questions ou commentaires dépourvus de sens, pour tester en direct la probité des congressistes ? Et pourquoi pas, lorsque la reconnaissance vocale aura progressé, un logiciel qui ratisserait la Toile en temps réel pour analyser les podcasts et autres MOOC toujours plus nombreux en quête de tics rhétoriques quelconques ? Et qui établirait au jour le jour les statistiques par expression, par chercheur, par équipe… Passer de la « surveillance intellectuelle de soi » à la surveillance instrumentée de tous ; ou comment l’implémentation du surmoi épistémologique bachelardien dans un panoptique numérique (qui ferait le bonheur des agences d’évaluation) transformerait la recherche en un cauchemar orwellien. Jouons donc, tant que nous le pouvons encore !

Ronan Le Roux

Image en bandeau : http://www.cannesbeach.eu/.

Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris

Un vis-à-vis pour commencer : Sheila Jasanoff est professeure de Science and Technology (STS) à l’Université de Harvard, aux États-Unis. Elle a publié de nombreux travaux sur l’expertise judiciaire et, plus largement, sur les relations entre science et droit. En ce qui me concerne, je suis doctorant en sociologie et j’effectue une thèse sur la médecine légale, à la croisée de la sociologie des sciences et de la sociologie du droit. On comprendra dès lors que la venue à Paris de Sheila Jasanoff pendant le mois de juin ne pouvait pas me laisser indifférent. Je l’ai d’abord fréquentée tout au long de l’année, à distance, en silence, que ce soit à travers mes lectures ou à l’occasion de présentations écrites et orales[1]. J’ai ainsi tenté de mettre les thèses de la « coproduction » (i.e. la grande innovation conceptuelle de l’auteure) à l’épreuve de mes matériaux empiriques et des questions de recherche que j’y ai adossées.

Sheila Jasanoff, Harvard University, PSL Lectures - Conférences Diderot, 12, 17, 23 juin
Avis à la population STS et au-delà : Sheila Jasanoff, PSL Lectures, Conférences Diderot, Paris, 12-17-23 juin 2014 (sources : www.univ-psl.fr)

À l’approche de l’été, après une année à lire et à en deviser avec les collègues, j’ai donc découvert dans ma boîte mail les nombreuses annonces de conférences qui présentent et discutent les travaux (autour) d’une des leaders des STS. Impossible cependant d’assister aux prises de parole répétées de Jasanoff tant les rencontres organisées étaient nombreuses (j’en ai repéré au moins cinq sur deux semaines !). C’est difficile à concilier avec la vie ordinaire du doctorant-sociologue, entre le labo et les terrains. Aussi, il a fallu choisir. Deux événements ont plus particulièrement retenu mon attention, parce qu’ils apparaissaient a priori comme un prolongement possible des lectures de certains travaux de Jasanoff que je connais bien[2]. On peut y voir un intérêt de connaissance assez instrumental : il fallait que ces déplacements me servent d’une façon ou d’une autre. Mais en même temps, j’étais intrigué par la mention, dans les argumentaires et le design de ces événements, d’un principe de l’échange avec Jasanoff. « Échanger » : c’était en effet sous cette bannière que les organisateurs pensaient l’interaction avec une experte concernée de ces questions. Nous ne sommes plus ici dans le cadre plus classique de la conférence académique, durant laquelle des conférenciers présentent leurs travaux à la chaîne dans des sessions préformatées (confer l’« anatomie » proposée par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ici même) ; dans ce cas précis, on pouvait s’attendre à une configuration interactionnelle différente, un petit « forum hybride » tourné vers la discussion plus informelle, prétexte à des prises de parole relâchées, un peu à la façon de la « table ronde », tout cela avec Sheila Jasanoff en guest star. Intéressé, stimulé même, mais pas toujours convaincu par les propositions théoriques de Jasanoff (en deux mots, celles-ci n’adhèrent pas très bien à l’approche ethnographique de l’activité des experts telle que je la mets en œuvre), ces moments d’« échange » où l’interaction rompaient l’ordre de la performance académique attendue étaient a priori les plus intéressants. Et c’est sur cet aspect à la fois omniprésent (car affiché pour vendre les événements) et étrangement sous-entendu que je varierai dans ce billet. À ce stade, il n’est pas inutile de préciser que je ne suis pas « expert » de l’œuvre déjà très étoffée de références et de commentaires de Sheila Jasanoff ; j’essaie plutôt d’en mobiliser certains développements dans mon travail de thèse — c’est donc une référence, dans tous les sens du terme. Je ne prétends pas non plus restituer de façon extensive les échanges nourris ni la richesse de ce qu’il s’est dit pendant ces journées, mais de rendre compte – à titre de terrain exploratoire – de l’esprit de dialogue qui a présidé à leur organisation et à leurs affichages. Ce faisant, on peut également réfléchir aux limites communes aux événements scientifiques qui se proposent de faire dialoguer la « communauté scientifique » avec ce que j’appellerai, provisoirement, pour insister sur la portée internationale des recherches qu’elle mènent, une « star académique ». Continuer la lecture de Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris

Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche

Dans ce billet,  nous évoquerons cette activité étrange (pour les outsiders comme pour les insiders) qu’est la communication en colloque, de la préparation à la performance orale. Comme le Carnet Zilsel dispose d’une rubrique « Conference advisor », il n’est pas inutile de pousser un peu la réflexion sur cet aspect du travail intellectuel. C’est un billet sur le fil, il faut bien le dire. Ça l’est notamment parce que le risque est grand de compiler les anecdotes, les expériences subjectives, ou encore de jouer complaisamment avec les clichés. Proposant donc autre chose qu’une introspection ostentatoire, ces considérations ne prétendent pas à la généralisation ni à l’universalisation. À l’approche de la pause estivale, elles assument aussi leur côté décalé, à la limite du sérieux. Elles restent une tentative d’appréhender un exercice ordinaire de la recherche (les chercheurs se doivent de communiquer les résultats de leurs travaux à leurs collègues) qui s’organise, paradoxalement, sur le mode de l’inattendu, en ce sens que les réactions des pairs sont, par définition, non prévisibles. C’est donc dans cet entre-deux d’une pratique banale de l’activité de chercheur et d’une performance à chaque fois inédite (enfin, pas toujours : certain-e-s conférencier-e-s ont tendance à se répéter) que nous inscrirons ce billet. Comment organise-t-on cette tension entre ces pôles contradictoires de l’expérience orale, de la mise en scène publique et de la soumission (c’est le mot) aux pairs ? Quelles sont les grandes scansions qui mènent de la recherche en train de faire à la recherche en train de se dire ?

Sociologie de la comm’

Prenons d’abord un peu de champ. Dans un chapitre d’ouvrage particulièrement malin, Neil Gross et Crystal Fleming montrent tout l’intérêt d’étudier de près, en quasi temps réel, la fabrication des papers présentés à l’occasion des colloques[1]. Ils restituent les pas hésitants d’un prof de philosophie politique d’une université américaine se rendant à Paris pour le colloque annuel d’une grande association savante internationale. Lui qui avait envoyé sa proposition de comm’ plusieurs mois avant, à quelques jours de l’ouverture du colloque il n’avait à proposer que quelques bribes de réflexion et des gribouillages sur son carnet. Ce colloque, c’était plus qu’un rendez-vous professionnel ; c’était aussi l’occasion de voyager à moindre frais, de retourner à Paris avec son épouse, de flâner entre Beaubourg et le Marais, de goûter à la Ville-Lumière — bref, un séjour so romantic, à la façon de Midnight in Paris. Mais voilà, il fallait faire bonne figure au sein d’un panel qui pouvait réserver de bons papers, présenter quelque chose en 25 minutes qui ne soit pas (complètement) déshonorant, car le conférencier professionnel sait que les piètres performances ne s’oublient pas (surtout lorsqu’il est au top de la hiérarchie). C’est donc in extremis, jusqu’à très tard dans la nuit, que notre philosophe avait bricolé sa « planche ». Après coup, il considèrera qu’il s’en était sorti, sans avoir suscité l’indifférence (une question du public) ni pour autant fait la différence (une seule question, ce qui est peu). Sa réputation était sauve jusqu’au prochain colloque. Comme c’est son métier, le philosophe savait de toute façon qu’il allait devoir remettre le couvert

Le charme discret de la comm', ft. opalines et boiseries vitrifiées. Une conférence en Sorbonne, salle Liard (crédits : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=200)
Le charme discret de la comm’, ft. opalines et boiseries vitrifiées. Une conférence en Sorbonne, salle Liard (crédits : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=200)

Cette histoire est banale, n’est-ce pas ? La raconter in statu nascendi et avec force détails pourrait confiner à la fable pittoresque qui amuserait les seuls universitaires (et/ou les lecteurs de David Lodge) qui y reconnaîtront leur business (as usual), mais il n’en est rien. Gross et Fleming insistent sur le fait que « les conférences peuvent être des sites clés pour l’orchestration sociale du savoir académique » (avec ses rôles, ses partitions, sa scénographie, ses tubes…), et qu’en prenant au sérieux cette pratique sociale, des caractéristiques subtiles de la lebenswelt universitaire-académique peuvent être mises au jour : car « la participation aux conférences ne se réduit pas à voyager à travers le monde, voir de vieux amis, s’informer des derniers potins académiques, ou rester au courant des développements intellectuels récents ; la participation aux conférences est aussi ce moment où l’on se force soi-même, au risque d’un immense embarras si l’on ne parvient pas à le faire à temps, de transformer une idée abstraite ou le plan d’un paper en un texte qui peut être exposé oralement, et dont le pouvoir argumentatif — et l’apport potentiel d’une contribution qui soit significative — peut être mesuré à la réaction du public »[2]. Ça demande beaucoup d’énergie, d’investissement, de risque (si le papier n’est pas à la hauteur). Comme le révèle la trajectoire du philosophe auscultée par les deux sociologues, les conférences peuvent servir de tremplin ou de test, lorsqu’il faut trouver un poste après le PhD ou placer ses idées originales sur le marché. Rien de bien fracassant, dira-t-on, mais le fait est que le colloque, comme institution sociale, n’a que très peu intéressé la sociologie des professions intellectuelles et scientifiques (revue de la littérature par les auteurs à l’appui). Apparaissent pourtant de multiples chantiers : ainsi une sociologie du petit monde des global academics errant de colloque en séminaire, des as de la conf’ inaugurale en série, accumulant les miles, vivotant dans les hôtels de congressistes formatés lounge, etc. ; de même une approche contrastée des dilemmes ordinaires auxquels est confronté/e le/la conférencier-e dans la préparation de son/sa intervention (dilemmes qu’il faut naturellement relier au statut du/de la conférencier-e) : pourquoi ai-je envoyé cette fichue proposition ? Qu’est-ce qui m’a pris lorsque j’ai accepté de donner une conférence plénière dans un colloque à des années-lumière de mes thèmes habituels ? Comment vais-je remplir le temps qui m’est trop généreusement alloué alors que je n’ai rien à dire ? Vais-je lire ce texte que je désespère de réduire parce qu’il est déjà trop long ? Utiliserai-je un PowerPoint pour cacher la misère ? Etc., etc. Continuer la lecture de Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche

Artillerie lourde. Boutefeux conceptuels en histoire des sciences

« […] les superstructures de la société civile sont comme le système des tranchées dans la guerre moderne. […] il arrivait, au cours de cette dernière guerre, qu’une attaque acharnée d’artillerie donnât l’impression d’avoir détruit tout le système défensif adverse, mais n’en avait détruit en fait que la surface extérieure […] »

Gramsci A., « Notes sur Machiavel, sur la politique et sur le Prince moderne », Cahiers de prison, 16[1].

Se rassembler autour des travaux d’un individu est une pratique courante dans le monde scientifique. A fortiori en sciences humaines et sociales. Ces rassemblements revêtent des formes diverses, allant de l’hommage à un pair (retraité), l’exhumation d’un génie (tenu pour) oublié, à l’actualisation de la pensée (dévoyée) d’un fondateur (tenu pour) bien connu. Depuis, disons, une vingtaine d’années (et nous prierons la charité du lecteur pour cette approximation) les rassemblements autour de penseurs associés au large spectre du marxisme s’organisent plus fréquemment. Ici même Zilsel, par ici et là-bas Marx, et ailleurs Gramsci. Dans notre petite typologie, une place particulière est tenue par ce genre de rassemblements : car, dès lors que la figure tutélaire X ayant motivé la réunion se trouve aussi être politiquement estampillée, la méfiance attise rapidement l’œil critique et l’appréciation se porte rapidement sur le terrain des légitimités : qui donc fait ainsi appel à X ?, et quelles sont ses raisons ? Il en va ainsi : radicalité résonne souvent en culte à peine voilé d’authenticité.

C’est la récurrence de ce type d’appréciations, entendu de-ci de-là après avoir assisté à l’atelier Science as Cultural Hegemony : Gramscian Concepts for the History of Science, (22–24 janvier 2014, Barcelone), qui me pousse à en proposer un compte-rendu dans une forme qui s’efforcera d’échapper au réflexe puriste. La méthode en sera simple : tâcher de décrire empiriquement ce en quoi consista ce rassemblement ci. Non seulement – et non surtout – du point de vue de ses contenus mais avant tout de lui de ses pratiques : vers une ethnographie des armureries conceptuelles.

Continuer la lecture de Artillerie lourde. Boutefeux conceptuels en histoire des sciences