Archives de catégorie : Entretiens

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)

Ultime séquence de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. Dans les paragraphes qui suivent, Francis met en série des prises de position sur différents sujets et les restitue dans leur contexte de pertinence. Comme les intervieweurs — Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin — sont légèrement insistants sur ce point précis, il se situe très explicitement par rapport aux STS. Il prend ses distances aussi avec certains développements scolastico-scolaires de la sociologie pragmatique. Par contraste, on comprend d’autant mieux le sens et la portée de la « pragmatique des transformations » qu’il a conçue et fait progresser au sein du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. L’originalité de la sociologie pratiquée par Francis et ses collègues du GSPR* ressort également dans sa conception de l’engagement et de la prise (sociologique) sur le cours du monde (la banalisation de la figure du « lanceur d’alerte » en fut un révélateur) ou la part d’expérimentation anarchisante qu’il est de bonne méthode d’instaurer dans la recherche (mais pas à la Feyerabend !). Refuser le confinement académique, s’ouvrir aux processus disruptifs et aux surgissements phénoménaux inattendus, proposer de nouveaux jeux de langage et des prises conceptuelles contre-intuitives : autant d’exigences pragmatiques pour les chercheurs qui ne se satisfont pas des bonnes vieilles recettes et du confort mental qu’offre leur discipline native. Dans ses variations balistiques cette sociologie a des chances de rebondir encore et encore à l’avenir, et c’est en cela que réside sans doute sa force. Dont acte !

* Disclaimer : à ce point de l’entretien, les intervieweurs confessent qu’ils ne sont pas neutres, qu’ils ont déjà travaillé et même qu’ils continueront de travailler avec Francis sur différents dossiers, au GSPR et ailleurs. Ils assument leurs préférences et leurs affinités épistémologiques, et le choix des collègues interviewés pour le Carnet Zilsel en est l’expression. On l’aura deviné, la stratégie d’enquête restituée — et incarnée — dans ces trois billets leur apparaît productive, et ils sont fort ravis d’avoir contribué à la rendre préhensible par des publics qui ne la connaissaient pas ou peu.

 

Tu as dit, à plusieurs reprises, qu’il existait trois pragmatismes au moins : les « pères fondateurs », le nouveau pragmatisme (Rorty, Putnam), le pragmatisme à la française (qui se décline lui-même en trois branches avec un pragmatisme durkheimien, une version plus interactionniste et l’ANT). Peux-tu les caractériser ?

Mon point de vue a pas mal évolué sur cette question des rapports entre sociologies et pragmatismes. Je prépare d’ailleurs un texte sur ce sujet pour un volume de Raisons pratiques coordonné avec Yves Cohen, qui se définit comme un historien des pratiques. Il approfondira les liens entre pragmatisme et sciences sociales, et s’intéressera à la place de l’histoire là-dedans, afin de donner une suite ou une réplique francophone aux réflexions de James Kloppenberg (2004). La sociologie pragmatique est revendiquée comme label par ceux qui en proposent désormais un « mode d’emploi ». Mais elle est plurielle, ne serait-ce que parce qu’elle a subi pas mal de chocs et de transformations au fil des décennies qui nous séparent des premières formulations théoriques dont nous avons déjà parlé et qui n’avaient pas véritablement le pragmatisme comme source d’inspiration. Les philosophes pragmatistes sont absents de la bibliographie de De la justification (1991), et si l’on trouve des références à James ou à Dewey du côté de l’ANT, ce n’est pas central avant les années 2000 — c’est surtout Antoine Hennion qui a le plus réinvesti les auteurs pragmatistes ces dernières années. Dans les nouvelles sociologies, le pragmatisme a essentiellement été présent par le biais de la pragmatique de l’énonciation en linguistique, qui mettait l’accent sur les performances en situation comme révélatrices mais aussi créatrices des compétences linguistiques, ou encore via l’ethnométhodologie des sciences — le coup de force de Latour a d’ailleurs consisté à lier cette orientation avec des courants de pensée comme la sémiotique d’Algirdas Greimas et la philosophie des sciences de Michel Serres… Mais il y a d’autres options possibles, comme celles qu’explore Daniel Cefaï avec qui j’entretiens des échanges continus.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (2/3)

Reprise de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. La thèse soutenue et publiée, Francis pose ensuite les premiers jalons d’un programme de recherche qui s’étayera sur différents objets et terrains à partir du début des années 1990. Il reconstitue la maturation de ses recherches sur la preuve et la genèse d’Experts et faussaires (1995). Des concepts-clés apparaissent alors (« prise », « tangible », etc.) et révèlent peu à peu leur pouvoir de rupture avec le mainstream des théories de l’action. C’est l’occasion également de réitérer des critiques énoncées à l’encontre de la théorie de l’acteur-réseau qui commence de s’imposer, au Centre de Sociologie de l’Innovation et ailleurs, par la force d’enrôlements et de traductions redoutablement efficaces. C’est notamment en explorant les points aveugles et les implicites politiques (qui le sont de moins en moins avec le temps) de cette approche aujourd’hui résistible que Francis s’est donné les moyens de progresser.

Comment es-tu passé du cadre qui sous-tend La Faute professionnelle, ouvrage qui, dans sa forme, est encore très académique, à celui, plus surprenant, en tout cas singulier, que présente le livre avec Christian Bessy, Experts et faussaires ?

Comme Christian Bessy, j’avais obtenu de rester au Centre d’Études de l’Emploi après ma thèse. Nous n’avions pas de direction précise, en dehors de celle qui consistait à valoriser et à publier comme il se doit – même si à l’époque la pression était bien moindre qu’aujourd’hui. Nous avions aussi en charge un séminaire consacré aux conventions de qualité. Dès 1991, l’idée a ainsi émergé de travailler sur des objets qui résistaient aux cadres théoriques dans lesquels nous baignions en allant regarder du côté des affaires de faux et de contrefaçons. Drôle d’idée quand on y pense. Cela dit, les investissements consentis vis-à-vis du droit – Christian Bessy ayant lui aussi fortement étudié le droit social – nous aidaient à explorer les enjeux liés à la propriété intellectuelle. Et c’est aussi à ce moment-là qu’eut lieu la première rencontre avec Marie-Angèle Hermitte, déjà bien engagée dans les questions de brevetabilité du vivant et des lignées végétales en particulier (voir son récit dans Le droit saisi au vif, [Hermitte 2013]). Et de fil en aiguille, la logique d’enquête sur l’étrange jeu entre experts et faussaires nous a conduits dans des directions inattendues. À travers plusieurs textes intermédiaires, on a fini par fixer les choses autour du concept de « prise » qui nous semblait concentrer les qualités requises pour dire ce que les autres modèles ne disaient pas.

Nouvelle édition d'Experts et faussaires, augmentée d'une postface, à paraître fin mars 2014 dans la collection « Pragmatismes » des Éditions Pétra
Nouvelle édition d’Experts et faussaires, augmentée d’une postface, à paraître fin mars 2014 dans la collection « Pragmatismes » des Éditions Pétra

Entre temps, l’expérience informatique amorcée quelques années plus tôt avait changé de régime avec l’arrivée de Jean-Pierre Charriau. Ensemble, nous avons conçu les grandes lignes du logiciel Prospéro – le nom a été choisi fin 1994, à l’issue d’une représentation de La tempête mise en scène par Peter Brook aux Bouffes du Nord, un des plus beaux moments de théâtre auquel j’ai assisté, qui m’a conduit à lire et relire l’œuvre de Shakespeare. Dans la même période, sur les conseils de Luc Boltanski et de Claudine Herzlich, je me suis présenté au concours des maîtres de conférences de l’EHESS, en 1993, puis en 1994. Bruno Latour m’avait invité à rejoindre le CSI mais pour des raisons multiples je ne m’y voyais pas – la forte imbrication du CSI dans les montages de projets en réseaux m’effrayait quelque peu. En même temps, j’avais de plus en plus de choses à faire et à dire sur les sciences et les techniques. D’ailleurs, mon projet pour l’EHESS était intitulé « Pour une sociologie de la preuve ». Ce projet a donné lieu à un texte exploratoire, Essai sur le tangible (1996, toujours en ligne), et transformé beaucoup plus tard en article pour Raisons pratiques sous le titre « L’épreuve du tangible » (Chateauraynaud 2004). C’est là un point qui vous intéresse plus particulièrement : au fil du temps, j’avais acquis un certain background en sociologie des sciences, dépassant largement les seuls travaux de Callon et Latour, et qui prenait sa source dans un séminaire animé par Benjamin Matalon – quelqu’un qui a eu une certaine influence sur ma manière de lire la sociologie et l’histoire des sciences. Avec la question de la preuve, j’explorais l’espace des possibles théoriques et empiriques au-delà du partage un peu convenu entre constructivisme et positivisme : il s’agissait de regarder systématiquement, dans un large éventail d’activités, comment s’y prennent les acteurs pour élaborer des preuves. Et sur cette question, il me semblait clairement intenable de passer en force avec des expressions comme celle de « réseau hétérogène ». La difficulté à former des preuves allait, dans le même mouvement, devenir un des ressorts de l’étude des alertes et des controverses autour des risques, ce qui tombait plutôt bien puisque le principe de précaution commençait à s’imposer et que la notion d’incertitude devenait de plus en plus centrale – ce qui m’a conduit, sans doute par esprit de contradiction, à remobiliser l’opuscule de Wittgenstein, De la certitude (1965).

Continuer la lecture de Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (2/3)

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (1/3)

Francis Chateauraynaud est un chercheur touche-à-tout, original dans l’approche de ses objets – souvent limites – et très en pointe sur le front des études des sciences et techniques. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, fondateur du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) et connu pour avoir créé la notion ô combien populaire de « lanceur d’alerte », il a publié différents ouvrages (La faute professionnelle en 1991, Experts et faussaires en 1995 avec Christian Bessy, Les sombres précurseurs en 1999 avec Didier Torny, et plus récemment Argumenter dans un champ de forces, 2011) qui ont fait date et continuent d’inspirer au-delà de la sociologie, sa discipline native. Autant de bonnes raisons pour que le Carnet Zilsel décide de réaliser un entretien avec lui.
Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin se sont donc rendus le 27 janvier 2014 au « village des irréductibles », sis boulevard Saint-Michel, à Paris, pour engager le dialogue. Quelques allers-retours plus tard, nous livrons un texte riche. Francis revient sur les moments forts de sa carrière, à commencer par sa formation. Il défend une certaine stratégie pragmatique d’insertion dans les milieux qu’il observe et à la vie desquels il participe, en particulier le milieu académique. Les lecteurs intéressés par les développements des sciences sociales en France dans les années 1980 trouveront intérêt à redécouvrir l’effervescence intellectuelle de l’époque, restituée ici par un
 insider perspicace qui résiste aux classements et aux modes d’emplois.
Comme l’entretien est très long, il sera réparti en trois billets.

Confrontation castelologique (Copyright : Francis Chateauraynaud)

Avant toute chose, j’aimerais faire part de mes réserves à l’endroit des exercices autobiographiques. Ils sont sans doute pertinents à certaines occasions, mais, globalement, alors qu’il y a d’immenses tâches d’enquêtes et d’analyses devant nous, on assiste à une dérive narcissique importante dans les milieux intellectuels – cela devient tendance de se raconter, au point qu’il faudrait peut-être instaurer une forme d’egotaxe dont la collecte serait reversée au profit du fonctionnement ordinaire des unités de recherche… Ces réserves portent sur plusieurs aspects puisqu’au gré de la discussion, il y a des éléments personnels sans grand intérêt qui surgissent, ainsi que la description de rencontres ou de ruptures qui ont eu des conséquences plus ou moins fortes, et dont le récit peut parfois être lu comme une sorte de règlement de comptes. Pour avoir fréquenté pendant de nombreuses années la galaxie qui s’est formée autour de personnalités imposantes de la sociologie française, comme Bruno Latour ou Luc Boltanski, dont j’ai fini par m’éloigner, décrire ma trajectoire intellectuelle peut prendre la forme d’un roman à clés, dans lequel se déploie une succession de confrontations théoriques, de jeux institutionnels, de mouvements collectifs et de relations personnelles, le tout ayant été fort chargé en tension émotionnelle. Comme le risque de dévoilement, et d’instrumentalisation, est loin d’être négligeable, je choisis d’interpréter l’exercice que vous proposez comme le prolongement d’un processus réflexif de longue haleine sur la construction, dans un moment assez particulier de la sociologie, d’objets qui n’allaient pas de soi, ce que d’aucuns appelleraient sans doute des « objets frontières ». D’ailleurs, autant que les objets, ce sont les instruments et les chemins d’enquête qu’il importe de rendre plus perceptibles et intelligibles – et de ce point de vue, se ranger sous telle ou telle bannière, comme par exemple « la sociologie pragmatique », est bien insuffisant. J’ajouterai que l’exercice de l’entretien n’est pas non plus celui du séminaire. À l’EHESS, où j’anime des séminaires depuis le début des années 1990, il y a, en séance, une liberté de questionnement, d’exploration et de discussion assez exceptionnelle, très éloignée des dispositifs communicationnels tournés vers un public indéterminé, anonyme ou distant. A ce propos, la tendance actuelle des MOOC, qui pénètre l’EHESS, via le PRES Hesam, à travers le double argument de l’impératif de visibilité et de l’accès de tous aux savoirs, au nom d’une transparence totale, fait peser un risque sur la fabrique des recherches. Plus les formats de communication seront impliqués en amont, moins il nous sera possible d’explorer librement les différents chemins que peut emprunter une enquête ou une discussion : il faudra être bref, clair et précis, ne plus dériver, anticiper la réception à distance, entrer dans des boucles d’évaluation, et donc éliminer au maximum tout ce qui apparaîtra brouillon, incertain, infondé… La définition des lignes de recherche ne se fera plus dans des séminaires mais dans des ateliers conçus pour déployer les tâches prévues dans les « workpackages » des projets financés ou dans les formations conformes aux maquettes validées en haut lieu…

Continuer la lecture de Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (1/3)

Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (2/2)

Yves Gingras (crédits : UQAM)
Yves Gingras (crédits : UQAM)

Suite et fin de l’entretien qu’Yves Gingras a donné au Carnet Zilsel (première partie ici). Après avoir situé quelques étapes et moments importants de sa carrière, Yves évoque des tendances et des travers du travail académique. C’est l’occasion de réitérer des critiques (informées de sociologie des sciences et d’épistémologie) de pratiques trop ordinaires : radicalisme en bois des constructivistes, cynisme conceptuel des entrepreneurs de « théorie », pseudo-innovation, branding de courants sociologiques, recherche effrénée de la labellisation… Quand bien même ses analyses ont toutes les chances de demeurer inaudibles pour les chercheurs qui continuent de concevoir leur travail comme l’accumulation de « buzzwords », de néologismes et d’œuvres « bancables » sans lendemain, la stratégie déployée ici et illustrée par l’exemple depuis des années consiste à produire patiemment des connaissances solides dans des champs d’expertise (sociologie et histoire des sciences), tout en relevant quand il le faut les inepties qui tendent à s’y répandre. Si la seconde tâche est parfois ingrate, elle n’en reste pas moins indispensable. Dont acte !

Quel regard portes-tu, en 1993, sur l’histoire des sciences en France lorsque tu viens pour la première fois ?

L’équipe de La Villette était alors dynamique mais personne ne faisait vraiment de la sociologie des sciences, qui était plutôt monopolisée par le Centre de sociologie de l’innovation à l’École des Mines autour de Bruno Latour et Michel Callon. Or, le hasard a fait que mon texte intitulé « Following Scientists Through Society ? Yes, but at Arm’s lenght »[1], qui critiquait cette école de pensée circulait avant publication sous forme de note de recherche. Dominique Pestre a alors eu la bonne idée d’organiser un débat avec Pickering et Latour. Je connaissais en fait déjà bien mes deux contradicteurs. Le premier échange avec Latour avait eu lieu en fait dès 1981, alors que j’étais encore étudiant. Ce fut lors d’une émission enregistrée pour la Télé-Université. C’était dans le cadre d’un cours de sociologie des sciences construit par Pierre Ouellet, devenu depuis un grand poète, écrivain et professeur de littérature à l’UQAM. Je reprochais (déjà !) à Latour de ne pas vraiment parler des sociologues dont il prétendait pourtant critiquer le travail. Il s’inventait des opposants de paille, en quelque sorte.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (2/2)

Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (1/2)

« Pourquoi si dur ? — dit un jour
au diamant le charbon de cuisine ;
ne sommes-nous pas proches parents ? »
Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

 

Yves Gingras est professeur à l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Dans cet entretien donné au Carnet Zilsel (réalisé le 10 décembre 2013 par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin à Paris, puis complété à distance), il revient sur les étapes-clé de sa carrière, depuis sa formation à l’Université de Montréal jusqu’à ses recherches les plus récentes. On apprendra beaucoup sur d’une part le contexte d’émergence du domaine appelé hier « Science, technologie et société », et de l’autre l’histoire des institutions qui le développèrent dès les années 1970. Les travaux d’Yves sont bien connus des historiens et des sociologues des sciences et techniques. Ils traitent de nombreux thèmes : de la sociologie historique de la physique (au Canada et au Québec, mais pas seulement), de l’histoire des universités, des recompositions du champ scientifique à l’échelle mondiale, à l’aide notamment des méthodes de la scientométrie dont il est un spécialiste. À noter, en passant, qu’il publiera le 9 janvier 2014 aux Éditions Raisons d’agir un ouvrage intitulé Les dérives de l’évaluation de la recherche : Du bon usage de la bibliométrie, synthèse de ses travaux sur la question et mise en garde contre les abus de l’évaluation équipée par l’une des méthodes les plus ordinaires de la sociologie des sciences. Pour naviguer entre ces nombreux fronts de recherche et cette bibliographie foisonnante, on trouvera sur le site de la Chaire la quasi-totalité des articles en accès libre.
Gingras_Yves_001En complément des éléments relatifs à sa trajectoire académique, nous avons souhaité interroger Yves sur sa pratique originale et finalement peu commune de la critique. Il est en effet connu pour une série de comptes rendus et de notes critiques, qui ont joué un rôle certain dans la discussion des développements et des « résultats » d’approches particulièrement visibles dans les STS, comme le sont (l’étaient ?) la théorie de l’« acteur-réseau », l’ineffable « mangle of practice » de Andrew Pickering, ou encore le « programme empirique du relativisme » de Harry Collins. Dans la seconde partie de l’entretien (billet n° 2), il revient sur ces controverses qui n’en sont finalement pas et défend résolument une éthique « conséquentialiste » de la recherche. C’est l’occasion de réfléchir sur le fonctionnement du champ des sciences sociales, en particulier sur la difficile percée d’une rationalité critique qui puisse prévenir l’illusionnisme des révolutions conceptuelles sans lendemain. Il faut souligner en outre qu’Yves intervient sur d’autres scènes que le seul monde académique pour faire valoir un point de vue toujours argumenté sur des sujets relevant de sa compétence. Ainsi, il a tenu de 1997 à 2012 une chronique mensuelle dans le cadre de l’émission radiophonique Les années lumière, diffusée sur Radio-Canada. Un livre d’entretiens en a été tiré (Parlons sciences. Entretiens avec Yanick Villedieu. Les transformations de l’esprit scientifique, Boréal, 2008 ; paru également sous le titre de Propos sur les sciences, Éditions Raison d’agir, 2010). Parler sciences exige des connaissances et l’exercice d’une certaine responsabilité cognitive : message que l’auteur ne cesse de marteler, quitte à cliver dans un domaine STS qui est loin de fonctionner comme champ scientifique.

Commençons par ta formation. Comment es-tu venu à l’histoire et à la sociologie des sciences ?

YG : C’est par l’histoire que je suis arrivé à la sociologie des sciences. Je faisais des études de physique à l’Université Laval à Québec. Lorsque je préparais ma maîtrise, je m’intéressais au fondement des concepts scientifiques. Mon projet de recherche portait alors sur la densité d’impulsion des ondes électromagnétiques dans les diélectriques. J’en ai d’ailleurs publié les résultats dans Physics Letters en 1980. J’étais frappé par le peu d’intérêt porté à cette question qui remontait pourtant à Einstein lui-même qui en avait traité dans un papier écrit avec Jacob Laub publié en 1908. Pour expliquer cet oubli d’un problème plutôt que sa résolution définitive, je me disais qu’il fallait tenir compte de la transformation du contenu des manuels de physique. Le manuel le plus courant au milieu des années 1970, et avec lequel j’avais étudié l’électrodynamique classique, était celui de John David Jackson, Classical electrodynamics, paru d’abord en 1962 et réédité en 1975. À l’époque, c’est la question de l’électromagnétisme dans le vide qui domine la physique car cela est utile pour la physique des particules. Les propriétés des champs dans les milieux continus étant alors reléguées au second plan, traitées superficiellement sinon simplement ignorées. Le contraste avec le livre standard antérieur Electromagnetic Theory de Julius Adams Stratton, paru en 1941, est frappant. Toutefois le problème que j’étudiais est réapparu juste avant que je termine mon mémoire et j’ai été agréablement surpris de le voir brièvement traité dans la seconde édition du livre de Jackson parue en 1975, mais que je n’ai consulté qu’à la fin de mon travail. Dans mon mémoire, avant de résoudre des équations pour comparer les différentes solutions du problème, je consacre le premier chapitre à l’histoire du problème de la densité d’impulsion électromagnétique en retraçant en quelque sorte sa généalogie. Pour réaliser ce chapitre, j’ai lu tout ce que j’ai trouvé sur la philosophie et l’histoire de la physique.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (1/2)