Archives de catégorie : Oldies but goodies

Georges Duby, historien des techniques

Si l’on associe volontiers l’historien Georges Duby à la conceptualisation de la féodalité[1] ainsi qu’au renouvellement de l’histoire de la chevalerie[2], on ne souligne que très (trop) peu souvent son apport à l’histoire des techniques. Bien sûr aucun ouvrage majeur de sa bibliographie n’est entièrement consacré aux techniques ; mais il subsiste un certain nombre d’articles et des pages éparses dans ses livres qui témoignent d’une attention soutenue aux savoirs matériels, aux connaissances pratiques et à l’instrumentation des activités humaines[3]. On peut y déceler la persistance à bas bruit d’un intérêt toujours actif pour cette question des techniques, dont Lucien Febvre regrettait, au début des Annales, qu’elle ne fut pas plus centrale pour la discipline histoire.

Je propose de renouer ici les fils de cette histoire des techniques dispersée dans l’œuvre de Duby, de recomposer – avec les lacunes inhérentes à ce genre d’exercice – les points saillants d’une réflexion qui a porté sur les techniques agricoles, les arts de la guerre et, plus globalement, sur la place des artefacts dans les évolutions sociales et culturelles du Moyen Âge. Dans cette esquisse, on prendra garde de ne point fixer ce qui n’était que quelques lignes de fuite dans une œuvre épaisse de questions nombreuses ; on fera également attention de ne pas considérer ces quelques pierres de touche comme des problématiques totalement closes sur elles-mêmes. Il faut plutôt saisir ces épures d’une histoire des techniques au Moyen Âge comme des points de capiton d’une analyse toujours soucieuse de reconstituer la matérialité d’une époque. Et l’on se demandera, in fine, si le marxisme discret de Duby n’opérait pas avec force à travers cet intérêt obsidional pour les techniques.

Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)
Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)

Assurément, les analyses de Duby ont été corrigées et amendées par des travaux plus récents et une documentation nouvelle[4]. Par exemple, le schéma du passage de l’assolement biennal à l’assolement triennal est aujourd’hui largement remis en cause au profit d’une variation beaucoup plus grande des modes de rotation des cultures. Mais là n’est pas l’important : toutes les recherches en sciences sociales sont vouées à être dépassées, et c’est même l’une de leurs raisons d’être. L’enjeu est davantage de comprendre comment Duby a inscrit une réflexion sur la matérialité et les techniques en lien avec les formes d’organisation et de structuration des sociétés. Loin d’un matérialisme abstrait, l’historien s’est efforcé de construire une réflexion sur la technique comme infrastructure participant aux transformations sociales et culturelles d’une époque. Ce qui méritait bien de développer une mise au point critique. Continuer la lecture de Georges Duby, historien des techniques

Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Lorsque nous avons choisi le nom de ce carnet de recherche à la rentrée 2013, Edgar Zilsel était encore une référence à la marge, méconnue et assurément iconoclaste dans le Grand Récit qui, encore aujourd’hui, est fait au sujet des origines des Science and Technology Studies. Marxiste au sein du Cercle de Vienne dont il fut membre, juif dans une Europe convulsée par l’antisémitisme, sociologue-historien sans poste mais accroché à des convictions épistémologiques fortes, exilé aux États-Unis sans véritable soutien, intellectuel malheureux qui finira par se suicider dans l’indifférence : la trajectoire d’Edgar Zilsel fut aussi tragique qu’atypique. Il est difficile, malgré la précision des nécrologies, de se rendre compte de ce que fut concrètement le parcours couvert d’obstacles d’Edgar Zilsel. On ne retient de lui en général que ses productions intellectuelles originales sur les racines sociologiques de la modernité savante. Mais l’en-deçà de cette production n’est que très difficilement approchable. Le fils d’Edgar Zilsel, Paul (1923-2006), physicien émérite et politiquement engagé, a laissé un témoignage poignant sur la vie américaine, si précaire, de son père. Si les mots de Paul Zilsel à l’endroit de son père sont emplis de bienveillance et d’admiration, ils conservent la trace d’une vie de misère que rien, dans les écrits d’Edgar, ne laisse imaginer. Réclusion psychiatrique de sa femme, enfer bureaucratique, reproches des membres de la famille restés en Europe sans pouvoir échapper à la monstruosité nazie, immersion difficile dans la langue anglaise…. Mais aussi obstination à démontrer la justesse de ses analyses matérialistes, entêtement à compulser les ouvrages des bibliothèques afin d’étayer ses argumentations, persévérance dans l’écriture. Paul Zilsel relate avec justesse l’écart qui grandit très vite entre le jeune homme qu’il était, lui, prêt à conquérir sa place en Amérique, et les efforts sans nom que son père devait faire pour se maintenir dans le flux d’une vie commencée ailleurs.

En reproduisant ici ce texte (que nous a très aimablement transmis Nathalie Heinich, après l’avoir elle-même publié en 1999 dans feu la revue Histoire et Anthropologie), nous souhaitons d’abord rendre un hommage sincère à cette persistance intellectuelle qui a animé la vie d’Edgar Zilsel, et pour laquelle il a consenti d’immenses sacrifices. Nous formulons aussi l’espoir de parvenir un jour à publier en français ses principaux textes d’histoire et de sociologie des sciences. En n’oubliant jamais ce qu’il lui a fallu de larmes et de souffrance pour écrire, convaincre et argumenter.

À propos d’Edgar Zilsel

D’Edgar Zilsel, les lecteurs français ne peuvent guère connaître que son livre sur le génie (Die Entstehung des Geniebe­grif­fes), publié à Tübingen en 1926, réédité en 1972 et tardive­ment traduit en 1993 sous le titre Le Génie. Histoire d’une notion, de l’Antiquité à la Renaissance[1]. Quoique ce livre constitue une rare et sans doute unique tentative pour étudier d’un point de vue historique la genèse de la notion de génie, il est resté trop méconnu, en dépit des éloges qu’en donnèrent en leur temps Croce et Luckacs ; et quoique son auteur ait publié par la suite des livres et des articles importants en épistémologie, histoire et sociologie des sciences ainsi que de littérature et d’art, sa réputation ne dépasse pas jusqu’à présent un petit cercle de connaisseurs. Continuer la lecture de Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Sources et ressources de la pensée sociologique

À propos de François Vatin, Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique. Politique, épistémologie et cosmologie, Paris, La Découverte/MAUSS, coll. « Recherches », 2005.

Cet ouvrage de François Vatin, paru il y a dix ans, regroupe trois articles publiés dans les années qui précèdent, articles présentés ici sous une forme révisée et augmentée pour les deux premiers d’entre eux, déjà volumineux dans leur version originale. On n’en finira donc pas de les redécouvrir.

41DEHHYMKXL._SY344_BO1,204,203,200_Ainsi que l’indique le titre du recueil, et comme l’énonce l’auteur dans l’introduction, la problématique commune à ces essais est celle relative à l’émergence, en Europe, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d’un questionnement proprement « sociologique ». « Il s’agit en somme de concevoir le contexte qui, dans le monde des idées comme dans le monde des faits, a conduit à l’émergence d’une science positive de la société, irréductible à la philosophie morale comme à l’économie politique » (p. 6). Et ce détour par trois moments clefs de la constitution de la discipline sociologique, tributaires pour chacun d’eux d’un questionnement spécifique (« politique », « épistémologique » et « cosmologique », pour reprendre les termes de l’auteur), ne serait pas sans apporter des éléments pertinents pour la compréhension des problématiques contemporaines propres à la discipline : « Ce contexte, je le crois toujours actuel. En tentant de l’énoncer et de l’éclairer, je désigne donc aussi ce qui me paraît être encore aujourd’hui la mission intellectuelle de la sociologie » (p. 6). A l’inverse des hagiographies convenues, l’objectif de François Vatin, à travers l’examen minutieux de ces trois moments, est bien de réinscrire certaines problématiques sociologiques dans ce que Braudel appellerait une « moyenne durée », afin, écrit Fr. Vatin, de « débusquer les fausses nouveautés qui font foison dans nos disciplines », de souligner « l’ancienneté des débats qui traversent les siècles, sous des formes chaque fois renouvelées » — « ce détour productif »  étant lui-même un moyen « pour mieux penser le présent » (p. 18). Continuer la lecture de Sources et ressources de la pensée sociologique

L’ontologie au village : Montaillou et le « Grand Partage »

Dans l’entretien qu’il a accordé au Carnet Zilsel au printemps dernier, Simon Schaffer proposait d’aller déloger les ontologies partout où l’on ne s’attendrait pas à les voir en action. Loin des laboratoires, des jardins botaniques, des plateformes génomiques ou des observatoires astronomiques, ce serait dans les espaces de confrontations soudaines autour de la subsistance frumentaire qu’il faudrait, par exemple, chercher l’arrière monde structurant les pratiques et les discours des individus, les repères – nombreux, organisés de façon complexe – qui orientent quotidiennement leurs actions. Pari ambitieux, à n’en pas douter, mais qui vaut d’être tenté, parce qu’il impose de se saisir d’objets inhabituels ou inattendus pour la sociologie et l’histoire des sciences. Pari démesuré, également, parce qu’il suppose qu’il soit possible de saisir le code fondamental organisant les modes d’existence.

 ‘The Maastricht Hours’, Liège 14th century (crédits : http://discardingimages.tumblr.com/).
Spinoza : ‘L’homme n’aura jamais la perfection du cheval’ (rockin-k-ranch.fr). Illustration : ‘The Maastricht Hours’, Liège 14th century (crédits : http://discardingimages.tumblr.com/)

C’est cette trame existentielle que Philippe Descola a tenté de mettre au jour dans son maitre-ouvrage Par-delà nature et culture (Descola 2005). En caractérisant l’ontologie comme une certaine manière de considérer les rapports entre humains et non-humains, l’anthropologie propose une grille universelle des liens de physicalité et d’intériorité entre les êtres. Ainsi l’animisme envisage la continuité mentale entre humains et non-humains et leur discontinuité physique. Le naturalisme considère les discontinuités mentales et les continuités physiques. Le totémisme au contraire postule des continuités morales et physiques entre humains et non-humains dont des groupes totémiques entiers se séparent. Enfin, l’analogisme suppose de considérer des discontinuités totales et permanentes entre humains et non-humains, ce qui ouvrent la voie à une série de renvois entre des singularités partout saillantes. On ne cachera que dans le Carnet Zilsel, la disruption humain/non-humain irrite (j’euphémise). Abondamment mobilisée par Bruno Latour dans sa sociologie de l’acteur-réseau, la notion pose un ensemble insoluble de problèmes davantage qu’elle ne permet d’en résoudre : le doublet humain/non-humain est auto-réifiant (ce sont bien les humains qui engagent le partage), la catégorie non-humain comprend des êtres doués d’intentionnalité et d’autonomie relative et des objets inanimés, les modalités d’interaction entre des humains n’est certainement pas comparables (sur bien des points) avec les interactions humains/non-humains… La liste des réserves est quasi sans fin, les réponses aux questions insistantes qui sont posées à cette soudaine subdivision du monde (notamment ce frustre retour à l’hylozoïsme présocratique [Schaffer 1991]) sont pour le moins insuffisantes. Autant le dire clairement, je ne suis pas convaincu par cette bipartition surfaite des « entités » (comment les qualifier lorsqu’on les rapproche ?) peuplant le monde. Mais puisqu’il est possible de mettre à l’épreuve le modèle des ontologies de Philippe Descola, il nous faut intégrer le problème de ces catégories d’humains et de non-humains dans l’épaisseur même de la recherche. Continuer la lecture de L’ontologie au village : Montaillou et le « Grand Partage »

Longévité d’une œuvre : l’Histoire de la folie de Michel Foucault

Qu’est-ce qui, dans l’histoire intellectuelle, installe un œuvre, un livre, un article, une série de recherches, dans la durée ? Il s’agira dans ce billet de questionner le processus qui fait d’un texte un point d’appui durable pour les discussions, les débats, les prolongements, les continuations (plus ou moins directes). Soit, au départ, un livre aux apparences canoniques, puisqu’il s’agit de la version publiée d’une thèse de doctorat, celle de Michel Foucault, Histoire de la folie. histoire de la folie TELOn sait la réception enthousiaste (mais aussi agacée) d’un jury attentif à voir les premiers jalons d’une pensée prometteuse Sans céder à la téléologie, la thèse de Foucault tranche clairement, dans l’ordre de la philosophie comme celui de l’histoire des sciences au début des années 1960. Plusieurs ouvrages récents (Artières et al. 2011, Artières, Bert 2011, Lorenzini, Sforzini 2013) reviennent sur la genèse et les vies ultérieures de l’œuvre de Foucault. Ils seront l’occasion, pour moi, d’interroger les conditions socio-historiques d’une persistance intellectuelle. Comment et pourquoi un texte continue-t-il de polariser l’attention des lecteurs (nombreux) ? Doit-on tout rabattre sur le génie d’un texte qui renverrait à une forme de transcendance des idées, les meilleures devenant par une opération quasi mystique celles qui restent ? Ou bien peut-on construire un schéma global de longévité à partir d’une double articulation des pratiques de recherche et de leurs ancrages socio-intellectuels ? Je reviendrai, dans un premier temps, sur la formation du texte source, sa lente infusion dans la nuit suédoise, ses publications successives, en France et à l’étranger, ainsi que sur le tranchant d’une méthodologie ni réductible aux canons de l’histoire ni assimilable à un exercice scolaire de philosophe. Je détaillerai, ensuite, le feu polémique qui n’a cessé d’entourer le livre, formant le cercle d’une discussion que la mort de Foucault n’a pas apaisé.

Le grand remuement d’une thèse

La nef des fous, par Jérôme Bosch, vers 1500, Musée du Louvre (source : Wiki)
La nef des fous, par Jérôme Bosch, vers 1500, Musée du Louvre (source : Wiki)

Philippe Artières et Jean-François Bert (2011)[1] ont recomposé le puzzle matériel qui mène des origines du sujet de thèse de Foucault jusqu’à ses prolongements traduits dans le monde entier. Il manque une pièce (et de taille !) dans cette histoire des traces graphiques : le manuscrit lui-même, aujourd’hui disparu. Comme une béance originelle, le texte de la main de Foucault manque à toutes les recompositions de son histoire. La critique génétique est, du coup, inconsolable.

Continuer la lecture de Longévité d’une œuvre : l’Histoire de la folie de Michel Foucault