Archives de catégorie : Recensions

Les scansions du monde. L’épaisseur des rythmes à l’époque médiévale

À partir de Jean-Claude Schmitt, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 2016.

Jean-Claude Schmitt s’est fait une spécialité des objets historiques complexes et denses : qu’il s’agisse des cultes inscrits dans le temps long (comme celui rendu au Saint Lévrier[1]), des gestes[2], des revenants[3] et des rêves[4], l’anthropologie historique qu’il a entreprise depuis une quarantaine d’années explore les replis les moins saisissables de l’époque médiévale. Son dernier ouvrage – qu’il classe lui-même dans le registre de l’« histoire transversale » (p. 687) – ne déroge pas à la règle : l’objet visé, les rythmes, imprègne toute la société du Moyen Âge et pourtant il ne se donne pas à voir dans une claire évidence en toute circonstance. C’est donc à une archéologie des scansions que se livre Jean-Claude Schmitt dans cet opus très richement illustré.

a17769-1Pour rendre compte d’une telle somme, il faut à la fois donner à voir l’ampleur des domaines couverts par l’auteur (car les scansions sont disséquées dans leur multiplicité la plus grande), et sonder les lignes de force (théorique et empirique) qui informent des avancées historiographiques. Je reviendrai donc, dans une première partie, sur l’économie générale du livre, les choix opérés, les terrains couverts et les points de jonction repérés entre les secteurs de la vie humaine travaillés par la question des rythmes. Dans une deuxième partie – Carnet Zilsel oblige –, je détaillerai quelques exemples de scansions liées aux savoirs, à leur organisation, à leur production et à leur diffusion. Si j’insiste sur ce point plus longuement, c’est qu’il m’a semblé que les pratiques savantes étaient profondément structurées par les rythmes à l’époque médiévale. Il y a dans ce rapport étroit des productions de connaissances aux rythmes une question anthropologique d’importance que les appels contemporains insistants à la « slow science » rendent aiguë.

L’entrelacement des rythmes

L’ouvrage se découpe en six grandes parties, comme les six jours de la Création – et ce choix ne doit rien au hasard. Il s’agit de donner au livre « une scansion en rapport avec son objet ». Le découpage en six jours (le septième étant consacré au repos) dans la Genèse est en quelque sorte « le rythme originel le plus fondamental de la civilisation » que Jean-Claude Schmitt étudie (p. 18). Toutefois, cette articulation entre l’entreprise historique et la scansion principielle du Moyen Âge n’est pas la seule raison de cette découpe singulière. En effet, la première journée s’organise autour d’un contraste entre notre conception moderne des rythmes et celle de l’époque médiévale. Puis, c’est aux scansions corporelles et planétaires qu’est consacrée la deuxième journée. Le troisième jour vise les césures temporelles, le quatrième les rythmes spatiaux, le cinquième les cycles narratifs et le sixième introduit les disruptions. L’objet rythme est donc saisi dans une économie spiralaire qui débute au plus près de nos préoccupations, suit les mouvements des corps, intègre la rythmique sociale des heures et des jours, détaille la mesure des voyages, rend compte des temps mémoriels et interroge ce qui brise les scansions. Du proche au lointain, de l’organique au cognitif, le livre décompose non pas seulement les rythmes, mais toute la société médiévale dans ses structures les plus fines. Si la question religieuse traverse l’ensemble des espaces sociaux travaillés par les rythmes, les mesures et les scansions, l’approche adoptée qui incite le lecteur à suivre un rythme oscillant entre la familiarité des questions évoquées (l’anniversaire, la danse, le calendrier) et l’étrangeté de leur scansion, permet de suivre la cadence d’une recherche. C’est ce rythme fondamental de l’historien (celui qui lui fait s’interroger sur le passé à l’aune de problématiques nécessairement contemporaines[5]) qui sert de trame à l’ensemble du livre.

Jean-Claude Schmitt (source : datuopinion.com)
Portrait en scansion : Jean-Claude Schmitt (source : datuopinion.com)

En reprenant la méthode régressive déjà expérimentée par Nathan Wachtel[6], Jean-Claude Schmitt commence par étudier la question des rythmes à l’époque contemporaine. Les rythmes, pour les 19e et 20e siècles, saturent toutes les pratiques sociales : du travail (avec le taylorisme) à l’éducation (avec les rythmes scolaires), toute la vie humaine est prise dans des scansions multiples. Si les rythmes concernaient prioritairement – de façon réflexive – la musique et le langage jusqu’au 18e siècle, l’industrialisation progressive de l’Occident a introduit une nouvelle politique des scansions. Les déplacements, la soumission aux impératifs machiniques, la structuration du travail et de toutes les activités par des horaires fixes transforment toute l’armature sociale. Le monde dans lequel évolue un individu en 1900 est quasiment définissable par les rythmes qui le composent. Jean-Claude Schmitt opère un détour par les arts pour rendre compte non pas de l’omniprésence des rythmes, mais de leur consubstantialité à l’époque contemporaine : Paul Klee et Leopold Survage ont obsessionnellement travaillé les scansions en décomposant jusqu’aux mouvements du corps (p. 45). Continuer la lecture de Les scansions du monde. L’épaisseur des rythmes à l’époque médiévale

Esprit es-tu las ?

A propos de Philippe Corcuff, Pour une spiritualité sans dieux, Textuel, 2016.

Pour une spiritualité sans dieux appartient à la catégorie désormais très répandue de l’essayisme prophétique, censé saisir l’esprit du temps en 100 pages aérées. Sans enquête, sans méthode, sans rigueur, voici la fast-sociology (ou plutôt fast-philosophy) : des ouvrages kleenex vite écrits, vite lus, vite oubliés. Son auteur, Philippe Corcuff, occupe le pôle radical-chic d’un spectre essayiste dont le pôle conservateur-choc serait tenu par Laurent Bouvet (ses essais sont tout aussi mollassons et tout autant dépourvus de fondements empiriques). Le livre propose d’interroger le sens de la vie, le rapport au spirituel, la tentation de la sagesse. Il tombe à pic pour les élèves de terminale devant réviser en vue de l’épreuve de philo. Mais en fait, dans le détail, on en apprend que très peu sur cette « spiritualité » sans Dieu ; en revanche, les fiches bibliographiques sur les Grands Auteurs sont bien à jour. L’ensemble baigne dans un pseudo-œcuménisme théorique. Et s’il n’y avait quelques piques contre André Comte-Sponville et Élisabeth Badinter (on a les adversaires qu’on peut), l’ouvrage serait une aimable fable aux teintes multicolores à ranger, pieusement, dans le rayon « Sagesse », pas très loin du fatras bouddhiste ou de la psychologie de bazar.

Si l’on s’est décidé à faire une recension critique du livre de Corcuff, ce n’est pas tant qu’il mérite une attention particulière, mais c’est qu’il est le symptôme d’une prétention scientifique et politique rabattue sur une théorisation indigente et un empirisme nul (toute ressemblance avec un autre essai dont il a été question n’est pas fortuite sur le fond comme sur la forme). Car arguer (notamment p. 9) d’un recours aux « disciplines universitaires » que sont la sociologie et la philosophie politique signifie très clairement que l’auteur se situe dans l’espace contraignant des règles académiques. Et que, par conséquent, il s’agira plus que d’un simple avis sur le monde tel qu’il va ou tel qu’il pourrait être. Malheureusement, on se rend compte à la lecture qu’il n’en est rien et que le livre constitue à la fois un déni de travail sociologique (ou philosophique), mais également une curieuse façon de prendre la parole en-tant-qu’intellectuel-mais-pas-plus-que-tous-ceux-qui-veulent-prendre-la-parole-mais-un-peu-plus-quand-même-puisqu’il-publie-dans-sa-collection.

On abordera le petit livre comme la pièce à conviction d’une pratique qui, à l’heure où les sciences sociales sont régulièrement remises en cause par les journalistes mal formés et les « responsables » politiques, contribue un peu plus encore à décrédibiliser le travail (certes un peu austère et laborieux) d’enquête, de théorisation et d’analyse qu’elles promeuvent. Continuer la lecture de Esprit es-tu las ?

L’atome postcolonial

À partir de Gabrielle Hecht, Uranium africain. Une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.

Gabrielle Hecht avait livré dans Le Rayonnement de la France[1] une analyse historique aiguisée de la volonté de puissance des autorités politiques françaises incorporée à la technologie nucléaire. Elle poursuit ici son programme de recherche dans Uranium africain, une histoire globale, en étudiant la façon dont l’Afrique, bien qu’au cœur des politiques d’extraction et d’exploitation de l’uranium, a été travaillée en profondeur par des désignations partielles de « nucléarité ». Avouons que le terme n’est pas élégant. Mais il a l’avantage de restituer la spécificité d’un processus de qualification des pratiques de saisie et de transformation du combustible nucléaire. Gabrielle Hecht ouvre son livre sur une distinction qui me paraît fondamentale et qui situe son travail très au-dessus du tout-venant constructiviste lorsqu’il est question du supposé mélange entre science et politique :

« la radioactivité est un phénomène physique qui existe indépendamment qu’il soit détecté ou politisé. La nucléarité, en revanche, est un phénomène technopolitique issu de configurations politiques et culturelles affectant les choses scientifiques et techniques ; elle émerge des relations sociales selon lesquelles le savoir est produit. La nucléarité n’est pas la même partout (…). La nucléarité n’est pas la même pour tout le monde (…). La nucléarité n’est pas la même à tout moment » (p. 22).

En s’intéressant à la nucléarité, Gabrielle Hecht propose donc de comprendre comment une ressource minière donnée est politisée selon les lieux, les circonstances, les époques. On sent bien que d’autres, sans coup férir, aurait confondu volontairement radioactivité et nucléarité pour s’empresser de crier à l’hybridation miraculeuse. Or, Uranium africain démontre avec brio, que la séparation que l’auteure opère dans l’analyse entre les propriétés physiques d’un minerai et le travail de politisation qui peut l’accompagner est fructueux d’un point de vue épistémologique (puisqu’il restitue un effort toujours continué de certains acteurs pour exclure la radioactivité de la nucléarité) comme d’un point de vue politique (la période postcoloniale est toute entière façonnée par cette distinction).

9782021166002

Mais il y a plus encore. Gabrielle Hecht remarque que les différentes intervenants des filières nucléaires en Afrique (industriels, administratifs, politiques, scientifiques ou techniciens) constituent la nucléarité en exception ou en banalité selon les circonstances et les besoins. C’est-à-dire qu’il s’agit de désigner le processus d’incorporation du matériau nucléaire dans la société comme quelque chose d’inédit, devant être traité sous le régime du spécifique ou bien de le qualifier comme une matière absolument classique ne relevant que des règles d’administration communes. Un même combustible pourra, selon les époques, être envisagé comme exceptionnel ou totalement banal selon les intérêts en jeu. On retrouve dans cette attention soutenue aux définitions d’un objet ou d’un processus la « problématisation sous dépendance » mise en exergue par Emmanuel Henry à propos de l’amiante[2]. Ainsi armée, l’analyse des différentes configurations politiques permettant la double qualification d’une nucléarité exceptionnelle ou d’une nucléarité banale offre une série d’études de cas (sur le Gabon, l’Afrique du Sud, le Niger, Madagascar) suffisamment solides pour qu’apparaisse le tableau éminemment complexe d’un postcolonialisme nucléaire articulant domination capitaliste, paternalisme hérité de la colonisation, racisme et négligence sanitaire. Continuer la lecture de L’atome postcolonial

La sociologie comme elle se lit

À propos de Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

La sociologie comme elle s’écrit est un livre sur les livres, un livre sur les gens qui prennent la peine d’écrire des livres, et un livre pour les lecteurs qui considèrent que les livres sont une ressource intellectuelle inestimable – y compris les livres qui tombent des mains. Pour son auteur, Jean-Louis Fabiani, c’est un livre de bilan : le bilan de décennies de lectures ; pour le lecteur, c’est le témoignage d’un observateur participant de l’histoire des sciences humaines sociales depuis le début des années 1970. Et c’est pourquoi c’est un livre recommandable. Mais La sociologie comme elle s’écrit, c’est aussi un bilan de compétences herméneutiques : à travers ses lectures l’auteur défend la pratique de la recension et de l’exégèse, et plus encore ici de la collectio, du recueil et de l’assemblage de « textes apparemment dissemblables » (p. 16). Ce n’est pas le premier essai dans le genre « livre sur les livres »[1], mais cela n’enlève rien de son intérêt. Lisons-le donc, en écrivant.

Qu’est-ce qu’un sociologue qui lit ?

« Le sociologue ne doit jamais cesser d’affûter ses compétences de lecteur. En lisant, en écrivant. » (p. 17) Cet aspect-là du « métier de sociologue » est sans nul doute essentiel, et J.-L. Fabiani fait bien de le rappeler dans le prologue. Pourtant son titre, « Portrait du sociologue en lector », laisse apparaître ce qu’il en coûte de revêtir les habits du lecteur. Défendre et illustrer cette disposition intellectuelle, c’est dans une certaine mesure ramer à contre-courant. Car comme l’écrit J.-L. Fabiani, les carrières universitaires incitent plutôt à la créativité et à l’originalité (p. 9). Lire les autres, c’est suspendre le fil de ses propres recherches le temps d’une recension. Et le petit producteur académique de se laisser distancer par la concurrence dans la course à la publication. Mais ce n’est pas tout. On sait que Pierre Bourdieu, se remémorant ses années de khâgne et sa vocation refroidie d’historien de la philosophie, a contribué à façonner la figure repoussoir du lector, cette créature étrange végétant dans les eaux usées de l’academica mediocritas, cacatoès qui s’imagine en auctor par le seul jeu de ses commentaires scolastico-scolaires[2]. Cette charge n’était pas infondée, c’était de bonne guerre même, Bourdieu s’estimant victime d’un éternel misreading. À distance donc de cette posture caricaturée à l’excès sous sa plume féroce, Bourdieu exigeait de ses lecteurs qu’ils soient des lectores-auctores (p. 11). Il pensait bien faire, lui qui lisait beaucoup les auteurs de sa trempe, comme l’illustrent les longues séances d’explication de textes scandant ses premiers cours au Collège de France[3]. Mais n’est pas Bourdieu qui veut. Cela suppose de se mettre à la hauteur d’un auctor sûr de son pouvoir auctorial. D’avoir une œuvre avant de se risquer à lire un pair.

0a4c14697d

Pourtant, lire les autres, c’est aussi se placer dans le sens de l’enquête. J.-L. Fabiani souligne qu’Émile Durkheim était un infatigable lecteur et que sa revue, L’Année sociologique, faisait la part belle au compte rendu. Un peu désuète à l’heure du tout-terrain, cette sociologie de cabinet n’en recèle pas moins une grande force : elle rappelle combien la lecture, et l’écriture l’accompagnant, sont aussi créatrices. Enfin, pas n’importe comment. Il est des lectures expédiées et sans intérêt, des notes de lecture n’apportant rien d’autre qu’une nouvelle quatrième de couverture, des lectures qui n’ont d’autre fin que d’installer le lector en thésauriseur d’une « rente symbolique ». À l’inverse, le rendement d’une bonne lecture se mesure à sa capacité de faire surgir autre chose par l’interprétation, une plus-value cognitive, des « effets de connaissance et d’intelligibilité » (p. 12). Vous pensiez l’avoir lu, eh bien lisez ce compte rendu, le livre commenté s’y trouve transfiguré. Condenser, restituer, situer dans l’espace des possibles, mettre en perspective, (se) confronter, mais aussi lire entre les lignes, chercher à rendre raison des blancs et des manques, faire craquer les paquets de sens trop bien emballés : un texte, ça se presse comme un citron. Et il faut mettre du cœur à/dans l’ouvrage. Parler d’un livre qu’on a lu pour en dire quelque chose d’à peu près sensé, cela demande autant d’application que d’implication.

J.-L. Fabiani, qui transbahute son « vieil habitus de lecteur » (p. 12) de recension en recension, a de qui tenir. Ce travail du review essay, il s’y est familiarisé au contact de Jean-Claude Chamboredon – vous savez, le co-auteur du Métier de sociologue (1968) que l’on oublie hélas souvent de citer. Chamboredon transforma ce « genre mineur en un lieu d’innovation intellectuelle » (p. 12), et ses élèves ­­– parmi lesquels J.-L. Fabiani – d’emboîter le pas. Le prologue est l’occasion de se raconter à travers l’expérience de la lecture. J.-L. Fabiani livre peu à peu son panthéon référentiel et ses affinités sélectives. Il en a croisé du monde, entre les rédactions de Critique, des Actes de la recherche en sciences sociales ou de feu la revue Préfaces ; sans compter les séjours à l’étranger, en particulier à l’université de Californie à San Diego au cours des années 1970, où J.-L. Fabiani eut l’occasion de mettre des visages sur ses lectures sociologiques (Bennet Berger, Aaron Cicourel, Randall Collins, Cesar Graña, Joseph Gusfield) (p. 14).

Portrait du sociologue en Hannibal lector Pierre Bourdieu (crédits : college-de-france.fr/)
Portrait du sociologue Pierre Bourdieu en Hannibal lector (crédits : college-de-france.fr/)

La table des matières laisse deviner l’éclectisme mais aussi les choix ponctuels d’un lecteur sur une vingtaine d’années. Certains auteurs sont aujourd’hui canonisés. C’est le cas de Pierre Bourdieu (chap. 1, fatalement) et de Michel Foucault (chap. 3), dont les ouvrages continuent de susciter des milliers de recensions à travers le monde. Le processus de canonisation est en cours pour d’autres : Andrew Abbott (chap. 5)[4] et Bruno Latour (chap. 11, comme pour clore la marche). Ne déméritant pas une seconde, les autres auteurs commentés dans La sociologie comme elle s’écrit apportent tous à la pratique des sciences sociales, chacun à sa façon, et il se pourrait même que certains soient déjà canonisés par quelques happy few dans l’indifférence des échelles de cotation mainstream : Jean-Claude Passeron (chap. 2), Daniel Cefaï (chap. 4), Ivan Ermakoff, Randall Collins, Gérard Lenclud, Luc Boltanski, Cyril Lemieux (respectivement chap. 6, 7, 8, 9 et 10). Ce cortège est hétéroclite en première lecture. Il est très masculin, très blanc, très « 54/105 Boulevard Raspail », très franco-étasunien. Où se trouve donc la cohérence ? Pourquoi avoir retenu ces recensions-là plutôt que d’autres ? Pourquoi cet énigmatique sous-titre, De Bourdieu à Latour ? Cela relève-t-il du simple affichage vendeur pour attirer l’attention du lecteur-client ou d’une véritable intention théorique ? Pour tâcher d’y voir clair, observons donc à l’œuvre les lectures de J.-L. Fabiani – sans toutes les reprendre, car­ il ne faudrait pas que ce compte rendu exonère de les lire. Continuer la lecture de La sociologie comme elle se lit

Le tribunal des flagrants délires « sociologiques »

« Les sciences sociales sont au fond toujours hantées (…) par la tentation du philosophe-Dieu et qui prend dans le cas des sciences sociales, la forme de la tentation du sociologue-roi tout puissant qui agit par la représentation (…). Je pense que chez tout sociologue, et a fortiori, dans l’état actuel de la division du travail scientifique, chez tout économiste, il y a un petit Hegel qui sommeille et l’ambition d’opposer le savoir absolu, le savoir du Tout, le savoir de celui qui possède la connaissance du Tout au savoir partiel des individus. (…) Vous le voyez, le philosophe et le sociologue qu’on oppose souvent s’assignent inconsciemment le même rôle et si la sociologie exerce une telle fascination sur la jeunesse c’est en grande partie parce que c’est un rôle de roi ou de Dieu, qui surplombe les consciences, bref le rôle que la philosophie s’est toujours assigné et dont la sociologie est la forme moderne. »
    Pierre Bourdieu, Sociologie générale vol. 1, Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Seuil/Raisons d’agir, 2015, p. 274-275.

En ce début d’année 2016, il est difficile d’échapper au battage journalistique autour du dernier essai de Geoffroy de Lagasnerie, sobrement intitulé Juger. L’État pénal face à la sociologie[1]. Dans le moment de fébrilité « post-traumatique » qui serait le nôtre, l’essai qu’il vient de faire paraître (dans sa « série » éditoriale, « À venir », chez Fayard) intrigue les rédactions et ce qu’il reste d’amateurs du débat d’idées à la française. Le « jeune philosophe et sociologue » propose un « ouvrage exigeant et néanmoins renversant », lit-on par exemple dans un chapô du magazine « trendy » Grazia[2]. Il y propose d’« interroger » le « système du jugement et de la répression » (p. 17), et à travers lui de « penser » la Justice, le droit, la pénalité ou le rapport à la loi. Juger et les prises de position médiatiques de son auteur ne font pas l’unanimité, attirant autant les louanges que les critiques. Dans cet article, nous proposerons d’évaluer de près ce nouvel opus. Juger l’essai sur pièces, en somme, afin de désembuer les arguments d’une « théorie » qui déconstruit plus vite que son ombre. Tuons d’emblée tout suspense : nous n’avons pas été convaincus. Juger souffre d’approximations, de raccourcis, d’impensés et d’erreurs de raisonnement.

couv-juger-okCet essai est organisé en quatre parties principales auxquelles s’ajoute une cinquième partie conclusive, d’ordre méthodologique. La première partie amorce l’observation d’un aspect de la vie d’un tribunal : l’audience. La production du sujet par le droit est l’occasion pour G. de Lagasnerie d’esquisser ce qu’il appelle une « théorie répressive du pouvoir ». L’auteur entend non seulement rendre compte du processus judiciaire dans ses apories normatives, mais également mettre au jour l’efficace d’une pratique critique lorsqu’elle prend le droit et ses manifestations pour objets. La deuxième partie est consacrée dans la foulée aux formes de violence produites dans l’enceinte du tribunal et plus globalement dans les cadres de l’État. Ce sont les deux termes du débat, « État » et « violence », que G. de Lagasnerie prétend reconceptualiser. Revenant aux procédures concrètes de décision des peines, la troisième partie est, elle, concentrée sur le jugement et les grilles perceptives qui le rendent possibles : la place de la responsabilité dans le dispositif judiciaire (et plus globalement dans la philosophie pénale) sont centrales dans l’analyse. La quatrième partie est une descente anthropologique dans les logiques profondes de la peine et de la répression. L’auteur souhaite démontrer que les cadres de la pénalité sont « fictifs » en ce sens qu’ils réfèrent toujours à des schèmes socio-culturels historiquement situés. Au terme de ce parcours, G. de Lagasnerie tire une leçon sociologique de sa mise à plat des conditions d’organisation de la pénalité et du jugement par l’État. L’essai s’achève sur un « appendice » d’une trentaine de pages dans lequel G. de Lagasnerie se propose ni plus ni moins de « Repenser la sociologie critique », mais se contente en fait de mettre en scène une rupture formidablement régressive sur un plan intellectuel et politique avec une sociologie mainstream érigée en ennemi théorique et politique – non sans tacler au passage, avec un ressentiment à peine dissimulé, les sociologues censés avoir sacrifié au « mythe du terrain » et à l’ethnographie la plus descriptive. Continuer la lecture de Le tribunal des flagrants délires « sociologiques »