Archives de catégorie : Recensions

Des raisons de croire (ou pas) à « la sociologie comme science » de Raymond Boudon

À partir de Raymond Boudon, Le Rouet de Montaigne : une théorie du croire, Paris, Hermann, 2013.

« Quel conseil intellectuel donneriez-vous à un jeune Français de 20 ans ?
Apprendre à distinguer rigoureusement entre l’esprit critique, base du progrès de la connaissance, et l’esprit de critique, expression des passions et de l’idéologie. »

Raymond Boudon, « Les Français sont bien plus soucieux d’équité que d’égalité », propos recueillis par Mathieu Laine, Le Figaro Magazine, 31 août 2012.

« En somme, la sociologie de Raymond Boudon n’est certainement pas loin d’être la meilleure dont nous disposions (…). »
Emmanuel Picavet, compte rendu de Raymond Boudon, Croire et savoir. Penser le politique, le moral et le religieux, Paris, PUF, 2012, in Revue européenne des sciences sociales, vol. 52 (1), p. 277-281.

le-rouet-de-montaigne_opt (1)Le Rouet de Montaigne est le dernier livre publié par le sociologue Raymond Boudon, quelques mois après son décès survenu en avril 2013. Il reprend des textes de conférences et des articles déjà parus ça et là, et réalignés pour l’occasion dans une brève introduction où le « style Boudon » (sobriété, simplicité d’exposition, concision…) est immédiatement reconnaissable. Sans qu’il s’agisse néanmoins d’un livre à part entière[1], Le Rouet fournit une ultime actualisation en cinq chapitres du programme de l’auteur. À quelques coquilles près[2], l’opus se lit vite et bien, entre autres raisons parce qu’il n’excède pas 200 pages (aérées, très peu de notes de bas de page, peu de références bibliographiques) et qu’il est composé comme un recueil d’essais à consulter dans l’ordre qu’il conviendra.

Pourquoi en proposer le compte rendu ? Comme Raymond Boudon s’y emploie à codifier les « principes » de la/sa science sociologique, qu’il s’en réfère à « la science » pour réaliser cet objectif, qu’au surplus il tient un discours sur les études des sciences et techniques (peu convaincant, comme on le verra), son Rouet constitue un parfait matériau pour le genre de sociologie de la connaissance (sociologique) auquel le Carnet Zilsel s’efforce de contribuer.

Continuer la lecture de Des raisons de croire (ou pas) à « la sociologie comme science » de Raymond Boudon

Les rimes de la modernité

MusesÀ propos de Hugues Marchal (ed.), avec la contribution de Philippe Chométy, Caroline De Mulder, Bénédicte Elie, Laurence Guellec, Sophie Laniel-Musitelli, Muriel Louâpre, Catriona Seth, Nicolas Wanlin et Alexandre Wenger, Muse et ptérodactyles. La poésie de la science de Chénier à Rimbaud, Paris, Le Seuil, 2013, 650 p.

 

Les 214 poèmes qui constituent cette anthologie de la poésie scientifique au 19e siècle sont bel et bien les éléments entr’aperçus d’un « continent disparu », comme le soutient Hugues Marchal. Le plus souvent en vers, parfois en proses, ces textes portent témoignage d’un genre littéraire qui fut au centre de la production artistique. Présenter des découvertes scientifiques sous la contrainte d’une métrique parfaite, ou faire rimer « phosphates » et « carbonates » (comme l’ose Jules Arbelot en 1882), la forme littéraire la plus recherchée s’est, un temps, conjuguée sur le mode de la science triomphante. C’est un moment dense de l’histoire des relations tumultueuses entre littérature et science que cette anthologie restitue ; une période où ces grands secteurs de l’activité humaine se sont affrontés, accordés, distendus, rapprochés, sur un mode particulier. L’arc chronologique s’étend de la Convention (dont on connaît le rôle, en France, dans la structuration des savoirs disciplinaires) à 1900, époque à laquelle la poésie scientifique n’apparaît plus que comme un exercice désuet, sinon ridicule.

L’époque moderne se prolonge un peu au 19e siècle en imposant encore pour quelques temps la figure de « l’honnête homme » capable de circuler entre différents espaces d’expression. Mais la scission s’opère à travers une série de processus historiques croisés : les pratiques scientifiques se fractionnent en segments cognitifs fins, la littérature forge ses propres canons réflexifs sur le romanesque et, enfin, l’idéal du progrès scientifique continu est sérieusement remis en question à la fin du 19e siècle.

Continuer la lecture de Les rimes de la modernité

Une sociologie de l’idéologie antitotalitaire : le champ intellectuel français emporté sur sa droite

IntellectelloGauche_UNE72D’après Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981), par Michael Scott Christofferson, Marseille, Agone, « Éléments », 2013, 622 p[1].

Michael Scott Christofferson offre une étude originale et documentée des enjeux de l’antitotalitarisme en France dans les années 1970. Il propose une socio-histoire du champ intellectuel français sous l’angle d’une offensive idéologique anticommuniste. L’enjeu de l’ouvrage est immense puisqu’il fait contrepoids à une vulgate (néo)libérale d’après laquelle l’antitotalitarisme constitue une évidence morale à ne surtout pas interroger. L’idée d’une disqualification, par le totalitarisme, d’une gauche intellectuelle restée fidèle au marxisme, n’est pas — loin s’en faut — le produit d’une révélation politique que les écrits de Soljenitsyne auraient validée. C’est un mouvement lent, mais néanmoins visible de réaction idéologique que Christofferson décrit.

Autopsie du tropisme antitotalitaire

L’ouvrage — version publiée de sa thèse de doctorat soutenue sous la direction de Robert Paxton — s’ouvre sur les conditions de réception du concept de « totalitarisme » en France. Le poids politique et intellectuel du Parti Communiste Français (PCF) ainsi que sa relation maintenue avec l’URSS ont configuré le débat antitotalitaire dans des formes spécifiques ; d’autant plus que la montée en puissance de la gauche tout au long des années 1970, et son alliance avec le PCF, suscitent des craintes et des réprobations à droite comme au sein de la gauche anticommuniste.

Continuer la lecture de Une sociologie de l’idéologie antitotalitaire : le champ intellectuel français emporté sur sa droite

Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

un-monde-closÀ propos de Paul Edwards, Un monde clos. L’ordinateur, la bombe et le discours politique à l’époque de la guerre froide, Paris, Éditions B2, 2013, 212 p.

L’ouvrage de Paul Edwards publié par les éditons B2 sous le titre Un monde clos n’en est pas vraiment un. Entendons-nous, il s’agit bien d’un parallélépipède de papier composé de feuilles imprimées et reliées entre-elles. Mais le livre-matériel n’est pas nécessairement un livre-œuvre. Car en fait d’ouvrage, il s’agit d’un chapitre de l’édition américaine de The Closed World (Edwards 1996), chapitre déjà publié en français (Edwards 2004), aujourd’hui (brillamment) retraduit et augmenté d’une introduction conséquente. Le lecteur restera donc sur sa faim de ne découvrir qu’un entremet lorsqu’on lui a promis un repas complet.

Prenons donc cet objet pour ce qu’il est, une version intermédiaire, une « mise en bouche », avant, nous l’espérons la traduction complète de l’ouvrage.

D’un monde clos…

L’introduction (inédite) impressionne par son ampleur de vue. C’est peu dire qu’on adopte ici le point de vue de Sirius pour analyser les transformations massives d’une sphère techno-scientifique aux contours un peu flous il est vrai (la faute à cette hauteur de vue, précisément). La thèse est la suivante : la guerre froide a eu pour conséquence la clôture du monde sur lui-même, enfermant les tensions géopolitiques dans un espace politique, culturel, économique strictement borné. À l’opposé de cette conception, Edwards soutient (en puisant dans la théorie littéraire) que le monde vert (hanté par l’imaginaire et centré sur la nature) offre une alternative à la froide géographie (mentale) de l’après seconde guerre mondiale. Il s’agirait alors de retrouver « la communauté et l’ordre cosmique par la transcendance de la rationalité, de l’autorité, des conventions et de la technologie » (p. 4). À ce niveau de généralité, il est difficile de saisir exactement ce que signifierait une transcendance de la rationalité : s’agit-il de se déprendre des schèmes rationalistes ? Ou bien de considérer qu’il est possible de fonder une autre rationalité ? Visiblement, Edwards installe cette opération transcendantale dans la logique des couples d’opposition : au monde clos de la technologie s’opposent la magie et la nature. Sans que l’on sache très bien néanmoins les opérations cognitives et pratiques qui permettraient de faire jouer ces doublets. D’autant qu’il semble hasardeux, au vu des nombreuses études anthropologiques sur le sujet, d’opposer magie et technologie (voir par exemple : Gell 1988).

Continuer la lecture de Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

L’art délicat du manifeste épistémologique

À partir de Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2011, 471 p. Reprise revisée (et autorisée) d’un compte rendu paru initialement dans la Revue française de sociologie, n° 4, 2012, p. 571-574.

SKMEn première lecture, Social Knowledge in the Making (SKM) ne laisse pas indifférent et excite la curiosité : pour qui veut étudier les pratiques de savoir des disciplines traitant de la vie sociale, l’ouvrage édité par Charles Camic, Neil Gross et Michèle Lamont fournit une introduction utile et un programme de recherche relativement intégré. Puisque nous vivons censément dans des sociétés saturées par la connaissance, des sociétés de la connaissance, que celle-ci frappe donc par son ubiquité, son caractère expansif et l’extrême variété de ses expressions, le projet d’une sociologie des pratiques du « social knowledge » devrait se justifier par soi selon les auteurs. La notion très extensive de « social knowledge » est le pivot de l’ouvrage et englobe les « informations descriptives et les assertions analytiques au sujet des actions, comportements, états subjectifs et capacités des êtres humains et/ou relatifs aux propriétés et aux processus des unités agrégées ou collectives », auxquelles s’ajoutent des « assertions normatives » empiriquement fondées et les « technologies et outils du savoir » (p. 3, souligné dans le texte). Malgré l’omniprésence de ces réalités, les trois sociologues soulignent l’existence de « lacunes », ces pratiques cognitives étant peu étudiées en tant que telles selon eux. Alors que les sciences de la nature sont l’objet d’innombrables monographies et la chasse gardée d’un domaine aux contours toujours flous, les Science and Technology Studies (STS), il y aurait semble-t-il urgence à se mettre au travail. Ainsi, tous les auteurs contribuant à SKM traitent à leur manière le problème de la construction en pratiques de ces savoirs. Les objets retenus sont très variés (pratiques historiographiques, préparation d’une communication à une conférence, modes d’évaluation des recherches académiques, sondages, usages de l’objectivité, techniques d’anticipation et de modélisation de scénarios dans des conjectures géopolitiques incertaines, analyse financière, etc.) et laissent deviner un champ de recherche extensible à l’envi.

Continuer la lecture de L’art délicat du manifeste épistémologique