Archives de catégorie : Recensions

L’art délicat du manifeste épistémologique

À partir de Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2011, 471 p. Reprise revisée (et autorisée) d’un compte rendu paru initialement dans la Revue française de sociologie, n° 4, 2012, p. 571-574.

SKMEn première lecture, Social Knowledge in the Making (SKM) ne laisse pas indifférent et excite la curiosité : pour qui veut étudier les pratiques de savoir des disciplines traitant de la vie sociale, l’ouvrage édité par Charles Camic, Neil Gross et Michèle Lamont fournit une introduction utile et un programme de recherche relativement intégré. Puisque nous vivons censément dans des sociétés saturées par la connaissance, des sociétés de la connaissance, que celle-ci frappe donc par son ubiquité, son caractère expansif et l’extrême variété de ses expressions, le projet d’une sociologie des pratiques du « social knowledge » devrait se justifier par soi selon les auteurs. La notion très extensive de « social knowledge » est le pivot de l’ouvrage et englobe les « informations descriptives et les assertions analytiques au sujet des actions, comportements, états subjectifs et capacités des êtres humains et/ou relatifs aux propriétés et aux processus des unités agrégées ou collectives », auxquelles s’ajoutent des « assertions normatives » empiriquement fondées et les « technologies et outils du savoir » (p. 3, souligné dans le texte). Malgré l’omniprésence de ces réalités, les trois sociologues soulignent l’existence de « lacunes », ces pratiques cognitives étant peu étudiées en tant que telles selon eux. Alors que les sciences de la nature sont l’objet d’innombrables monographies et la chasse gardée d’un domaine aux contours toujours flous, les Science and Technology Studies (STS), il y aurait semble-t-il urgence à se mettre au travail. Ainsi, tous les auteurs contribuant à SKM traitent à leur manière le problème de la construction en pratiques de ces savoirs. Les objets retenus sont très variés (pratiques historiographiques, préparation d’une communication à une conférence, modes d’évaluation des recherches académiques, sondages, usages de l’objectivité, techniques d’anticipation et de modélisation de scénarios dans des conjectures géopolitiques incertaines, analyse financière, etc.) et laissent deviner un champ de recherche extensible à l’envi.

Continuer la lecture de L’art délicat du manifeste épistémologique

L’historien sur la table des opérations

À partir de Sylvie Lindeperg, La voie des images. Quatre histoires de tournage au printemps-été 1944, Paris, Éditions Verdier, 2013, 288 p.

La voie des imagesPenser par le cinéma, penser par les images, sérieusement s’entend, c’est-à-dire en les considérant comme producteurs de savoirs, suppose d’en dépasser l’usage purement illustratif. Pour ma première contribution à Zilsel, je vais user d’un tour connu des amateurs de cinéma des premiers temps, l’escamotage, puisqu’à la place d’un billet en bonne et due forme je reviens sur la dernière publication d’une historienne du cinéma, Sylvie Lindeperg. Cela me permettra en effet d’introduire une réflexion élargie qui, au fil des billets, portera à la fois sur les statuts de l’« image » et du « visuel » dans la recherche en sciences humaines et sociales et dans les science studies, mais également sur le possible (l’improbable ?) métier de chercheur-spécialiste-en « études cinématographiques et audiovisuelles » et/ou en « études visuelles ». Je dis bien « possible » car de récents exemples montrent que n’importe quel universitaire, à condition qu’il se munisse d’un appareil d’enregistrement et glose sur ses photos de séjours vagabonds, à l’occasion de colloques ou de vacances, peut se ranger parmi lesdits spécialistes et commettre des ouvrages qui traiteront de tout sauf d’image. De la même manière, les films à succès (Matrix et consorts) — car je m’intéresse au premier chef aux films — n’ont pas été comme on dit bankables seulement pour les producteurs : certains philosophes en quête de reconnaissance ont su en tirer un profit (symbolique) non négligeable. Seulement, existe-t-il un véritable domaine, je n’ose parler de « champ », qui régulerait tout ça ? L’entreprise passionnante d’André Gunthert et des contributeurs du carnet « culture visuelle » le réalise à sa façon. Le travail historiographique dont je rendrai compte maintenant également.

Continuer la lecture de L’historien sur la table des opérations