Archives de catégorie : Séminaire

Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Dans la rubrique « Séminaire » du Carnet Zilsel, hélas sous-alimentée, nous avons surtout repris les minutes du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps. Nous l’avons fait pour une raison simple de proximité, comme il est organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin (disclaimer : rédacteur du présent chapô), avec la complicité de nombreux rédacteurs du Carnet. Pour cette saison 3, le séminaire a porté sur les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Cinq séances se sont succédées depuis l’automne 2014. Lors de la première séance, le 14 novembre 2014, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ont présenté une recherche (interminable !) sur l’histoire sociale et configurationnelle de la sociologie historique des sciences et techniques. Le papier en support de leur intervention sera bientôt publié par la Revue d’histoire des sciences et ils en décriront la lente maturation dans un prochain billet zilselien. La deuxième séance du 19 décembre 2014 nous a transportés dans l’Allemagne du début du 20e siècle. Sur la base d’une recherche intensive dans les archives, Marc Joly (Centre Georg Simmel/EHESS) est revenu sur la naissance de la Société allemande de sociologie, telle qu’elle peut s’analyser à travers les rapports pour le moins compliqués de trois acteurs centraux : Georg Simmel, Ferdinand Tönnies, Max Weber. Comme d’habitude, l’invité était discuté par un collègue spécialiste des questions du jour. Cette séance-là Wolf Feuerhahn (CAK/EHESS) a ainsi donné la réplique. Le 30 janvier 2015, nous avons découvert un étrange objet des sciences juridiques, les « Mélanges ». Notre camarade Laurent Willemez (Printemps/UVSQ) a restitué la rationalité et les codes de ce genre expressif, lequel révèle la structuration sociale et intellectuelle d’une discipline académique, le droit du travail. L’exposé était cette fois discuté par Pierre-Yves Baudot (CESDIP/UVSQ). Le 20 mars 2015, nous avons reçu Christopher Donohue (National Human Genome Research Institute). Les lecteurs-rices du Carnet Zilsel connaissent désormais fort bien son travail. En effet, notre petite équipe s’était mobilisée en décembre 2014 pour échanger avec lui et Will Thomas, les animateurs du blog Ether Wave Propaganda. L’invitation avait vocation à approfondir la conversation transatlantique et transcarnetière. L’intervention de Christopher, iconoclaste et très stimulante, était intitulée «  Why Joseph Agassi is no longer read as much: reflections on the history and present state of the history and sociology of science ». On peut la lire sur EWP en plusieurs parties (ici, , encore ici, enfin là pour finir). Dans l’ultime séance de la saison, le 3 avril dernier, notre camarade de la team Zilsel Volny Fages s’est à nouveau immergé dans la trame tourbillonnaire de sa thèse portant sur les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle. C’était l’occasion de discuter une multitude de problèmes enchevêtrés qui nous concernent au premier chef : reconstruction des « marges » de la science et de l’« autorité socio-épistémique », normativité de l’analyse, positionnement méthodologique de/dans l’enquête, affiliation ou résistance à l’ordre des disciplines, etc. Comme il est de bonne méthode de battre le fer tant qu’il est chaud, nous publierons ci-après le texte à peine retouché et refroidi de Volny.

Il y a environ six mois, la commande était simple et claire : parle-nous de ta thèse et raconte-nous ta manière d’appréhender les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Rien que ça. Toujours plein d’entrain j’ai accepté sans hésiter, me disant qu’il est toujours bon de revenir sur ce que l’on a fait et de tenter d’y mettre un peu d’ordre. Quand je me suis attelé à la tâche, je me suis rendu compte que j’avais probablement été un peu présomptueux et catégorique dans le titre que j’avais alors donné pour mon intervention (pour mémoire : « Entre histoire sociale et sociologie historique, ou comment décrire les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle sans sombrer dans une nébuleuse méthodologique »). Présomptueux d’abord car je me suis bien peu replongé dans mes travaux de thèse depuis trois ans et que le temps passé risque de me rendre parfois un peu imprécis, je m’en excuse par avance. Présomptueux ensuite car malgré mon combat héroïque, durant mes années de thèse, avec mes sources, mes acteurs, mes objets, avec les traditions historiographiques auxquelles il semblait alors naturel que je me rattachasse (j’ai nommé l’histoire de l’astronomie), je ne me suis jamais vraiment posé la question du rattachement ou de la caractérisation disciplinaire de mon travail – objet du séminaire d’aujourd’hui. Qu’étais-je alors en train de faire ? De l’histoire sociale ? C’est l’avis de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme. De la sociologie historique ? Il semblerait que ce soit l’avis de mes camarades du Carnet Zilsel et du séminaire SoS. Je reste, quant à moi, encore aujourd’hui circonspect. Et l’on comprendra sans peine pourquoi dans les développements qui suivent.

Rendre visibles les invisibles

Une historiographie de l’astronomie centrée sur l’étude des héros de l’histoire

En abordant mon travail de thèse, l’idée était d’aller regarder ce qui se passait dans le domaine de la cosmologie en France avant Einstein afin d’interroger le désert supposément identifié par les historiens de la cosmologie (Jacques Merleau-Ponty parle de « docte ignorance »[1]).
Rapidement, il m’est apparu que cette démarche était très largement téléologique et conduisait inévitablement à une impasse. Chercher des traces de cosmologie relativiste avant Einstein, des précurseurs s’interrogeant sur l’origine de l’univers en tant qu’entité globale physico-mathématique était une erreur classique et, j’en fis l’expérience amère, ne pouvait conduire qu’à une absence de résultats.

L'ambiance feutrée de la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris (crédits : PSL)
L’ambiance feutrée de la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (crédits : PSL)

Continuer la lecture de Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)

Suite et fin de la restitution de la première séance du séminaire SoS du laboratoire Printemps. Comme on le constatera, les deux séquences sont parfaitement complémentaires et apportent chacune un éclairage sur le thème du séminaire « science/politique ». Les recherches embryonnaires de Morgan Jouvenet sur les sciences de la stratosphère et leur politique trouvent en effet un écho dans le programme de recherche que Jérôme Lamy s’efforce de consolider depuis quelques années. Ce programme ambitieux déploie l’hypothèse d’un « régime régulatoire » des sciences et techniques, laquelle hypothèse serait en mesure de rendre compte à nouveau frais l’énigme du gouvernement « par » et « pour » les sciences. Respectant à la lettre le protocole « exposé/commentaire critique » du séminaire, Frédéric Lebaron discute ensuite l’exposé. Il propose notamment des pistes d’approfondissement à partir de ses propres travaux sur la science économique.

D’une improbable expérience de tourisme scientifique naquit une hypothèse

Dans son introduction au séminaire, Arnaud Saint-Martin s’est dit très curieux d’écouter Jérôme développer son hypothèse, pour au moins deux raisons. La première, d’ordre scientifique, tient à l’envie de savoir jusqu’où ce cadre théorique général est en mesure de démontrer sa pertinence explicative dans l’approche d’une gamme très étendue de savoirs et de pratiques savantes à diverses échelles spatiotemporelles. D’après Arnaud, le travail d’interprétation sélective d’une grande variété de données et l’ajustement conjectural-expérimental des interprétations auxquels se risque Jérôme constituent une originalité. Cette stratégie d’enquête procède par abduction, et non pas classiquement à l’aide de lourdes déductions ou d’inductions fastidieuses, et c’est pourquoi elle engendre des (re)découvertes théorico-empiriques.

La seconde raison qui explique la curiosité d’Arnaud est plus personnelle, quoique tout à fait dicible. Il se trouve que dans une vie antérieure, il a fait émerger les prémisses de ce programme avec Jérôme et qu’il se sent donc concerné. Sans l’épuiser, il évoque ce moment de créativité en roue libre au terme duquel la vague notion d’un « régime officiel » (et non point « régulatoire », à l’époque) est apparue. C’était en novembre 2006, à l’occasion d’un congrès terne et décevant de la History of Science Society (de concert avec la Society for Social Studies of Science et la Philosophy of Science Association), dans la ville pluvieuse de Vancouver. L’ambiance n’était certes pas propice à la sérendipité. C’était un séjour morne, lost in translation, une réunion pour scholars nord-américains se sur-connaissant dans laquelle les jeunes Frenchies avaient des chances de se sentir paumés. Très ironiquement il faut dire, les sociologues-historiens étaient pris dans le même complexe de dépaysement contrarié qu’éprouvèrent les astronomes-voyageurs français découvrant « l’Amérique » un siècle plus tôt, complexe dont Arnaud devait d’ailleurs restituer la rationalité dans sa communication au congrès (Saint-Martin 2008)…

Continuer la lecture de L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)

Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)

La première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps s’est déroulée le 10 janvier dernier. Nous livrons dans ce billet et dans un autre à paraître bientôt un compte rendu de ce qui y a été exposé. C’est pour nous une expérimentation. En effet, les recherches et les discussions de séminaire ne sont généralement pas diffusées — et pour cause —, ou bien alors les notes circulent « sous le manteau » entre collègues plus ou moins impliqués. Animé par les mêmes chercheurs qui contribuent à cet axe « SoS » du Printemps, le Carnet Zilsel propose ici une réimplantation dans la blogosphère scientifique de ces contenus, évidemment retravaillés pour l’occasion. C’est une façon de rendre visibles et préhensibles ces connaissances et hypothèses, énoncées ici sous une forme intermédiaire et assurément provisoire. Autrement dit, une manière de vraiment présenter la recherche « en train de se faire ».

Les coorganisateurs du séminaire, Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ont retenu cette année le thème « sciences/politique ». Dans l’introduction de cadrage, Arnaud en propose une rapide mise en perspective ; puis Morgan présente les grandes lignes d’une recherche en cours sur les sciences de la stratosphère, laquelle met précisément en jeu les relations entre science et politique. Son exposé est ensuite commenté par Jérôme Lamy. Ce billet reconstitue la première partie d’une séance de trois heures. L’autre partie, consacrée à l’enquête menée par Jérôme sur les sciences de gouvernement, sera publiée prochainement sur le carnet.

Quelques associations plus ou moins libres

/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d'écran Word 2010)
/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d’écran Word 2010)
Pour débuter cette première séance de l’année du séminaire de « sociologie des sciences », organisé au laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ) par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ce dernier revient sur la réflexion qui les a conduit à renouveler sa thématique. Cette année ce cycle de séminaires est consacré à un thème classique : « sciences et politique ». Comme l’indique d’emblée Arnaud, les petits malins pourront jouer à l’infini avec les associations de sens stimulées par ce couple qui en appelle d’autres (savoir/pouvoir, typiquement) : science (au singulier) slash politique (au singulier) ; sciences (au pluriel) versus Politique (au singulier majuscule) ; sciences politiques (le tout au pluriel), politiques scientifiques et politiques de la science (pour faire hype) ; sciences du politique (successivement pluriel et singulier), etc. Si l’on ajoute à ces mots des compléments de vocabulaire, les choses iront en se compliquant : champ scientifique slash ou versus ou « et » champ politique ; mondes scientifiques et mondes politiques à l’intersection desquels s’établissent des arènes politiques ; écologies scientifiques arcboutées sur leur territoire socio-épistémique et s’alliant à d’autres (politiques, donc), pour persévérer dans leur constitution native, etc. Par-delà le fétichisme des mots – et pour le dire plus concrètement –, ce qui est visé c’est la relation entre science et politique, soit des espaces socio-intellectualo-professionnels qui continuent d’être à part, ou alors qui ne se recoupent que selon certaines modalités à spécifier et/ou explorer ; autrement dit, ce sont les modes par lesquels s’exerce un effort collectif de démarcation de part et d’autre de la frontière (un boundary work, comme on dit depuis belle lurette en sociologie des sciences).

Continuer la lecture de Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)