L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)

Suite et fin de la restitution de la première séance du séminaire SoS du laboratoire Printemps. Comme on le constatera, les deux séquences sont parfaitement complémentaires et apportent chacune un éclairage sur le thème du séminaire « science/politique ». Les recherches embryonnaires de Morgan Jouvenet sur les sciences de la stratosphère et leur politique trouvent en effet un écho dans le programme de recherche que Jérôme Lamy s’efforce de consolider depuis quelques années. Ce programme ambitieux déploie l’hypothèse d’un « régime régulatoire » des sciences et techniques, laquelle hypothèse serait en mesure de rendre compte à nouveau frais l’énigme du gouvernement « par » et « pour » les sciences. Respectant à la lettre le protocole « exposé/commentaire critique » du séminaire, Frédéric Lebaron discute ensuite l’exposé. Il propose notamment des pistes d’approfondissement à partir de ses propres travaux sur la science économique.

D’une improbable expérience de tourisme scientifique naquit une hypothèse

Dans son introduction au séminaire, Arnaud Saint-Martin s’est dit très curieux d’écouter Jérôme développer son hypothèse, pour au moins deux raisons. La première, d’ordre scientifique, tient à l’envie de savoir jusqu’où ce cadre théorique général est en mesure de démontrer sa pertinence explicative dans l’approche d’une gamme très étendue de savoirs et de pratiques savantes à diverses échelles spatiotemporelles. D’après Arnaud, le travail d’interprétation sélective d’une grande variété de données et l’ajustement conjectural-expérimental des interprétations auxquels se risque Jérôme constituent une originalité. Cette stratégie d’enquête procède par abduction, et non pas classiquement à l’aide de lourdes déductions ou d’inductions fastidieuses, et c’est pourquoi elle engendre des (re)découvertes théorico-empiriques.

La seconde raison qui explique la curiosité d’Arnaud est plus personnelle, quoique tout à fait dicible. Il se trouve que dans une vie antérieure, il a fait émerger les prémisses de ce programme avec Jérôme et qu’il se sent donc concerné. Sans l’épuiser, il évoque ce moment de créativité en roue libre au terme duquel la vague notion d’un « régime officiel » (et non point « régulatoire », à l’époque) est apparue. C’était en novembre 2006, à l’occasion d’un congrès terne et décevant de la History of Science Society (de concert avec la Society for Social Studies of Science et la Philosophy of Science Association), dans la ville pluvieuse de Vancouver. L’ambiance n’était certes pas propice à la sérendipité. C’était un séjour morne, lost in translation, une réunion pour scholars nord-américains se sur-connaissant dans laquelle les jeunes Frenchies avaient des chances de se sentir paumés. Très ironiquement il faut dire, les sociologues-historiens étaient pris dans le même complexe de dépaysement contrarié qu’éprouvèrent les astronomes-voyageurs français découvrant « l’Amérique » un siècle plus tôt, complexe dont Arnaud devait d’ailleurs restituer la rationalité dans sa communication au congrès (Saint-Martin 2008)…

Continuer la lecture de L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)