Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)

Ultime séquence de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. Dans les paragraphes qui suivent, Francis met en série des prises de position sur différents sujets et les restitue dans leur contexte de pertinence. Comme les intervieweurs — Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin — sont légèrement insistants sur ce point précis, il se situe très explicitement par rapport aux STS. Il prend ses distances aussi avec certains développements scolastico-scolaires de la sociologie pragmatique. Par contraste, on comprend d’autant mieux le sens et la portée de la « pragmatique des transformations » qu’il a conçue et fait progresser au sein du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. L’originalité de la sociologie pratiquée par Francis et ses collègues du GSPR* ressort également dans sa conception de l’engagement et de la prise (sociologique) sur le cours du monde (la banalisation de la figure du « lanceur d’alerte » en fut un révélateur) ou la part d’expérimentation anarchisante qu’il est de bonne méthode d’instaurer dans la recherche (mais pas à la Feyerabend !). Refuser le confinement académique, s’ouvrir aux processus disruptifs et aux surgissements phénoménaux inattendus, proposer de nouveaux jeux de langage et des prises conceptuelles contre-intuitives : autant d’exigences pragmatiques pour les chercheurs qui ne se satisfont pas des bonnes vieilles recettes et du confort mental qu’offre leur discipline native. Dans ses variations balistiques cette sociologie a des chances de rebondir encore et encore à l’avenir, et c’est en cela que réside sans doute sa force. Dont acte !

* Disclaimer : à ce point de l’entretien, les intervieweurs confessent qu’ils ne sont pas neutres, qu’ils ont déjà travaillé et même qu’ils continueront de travailler avec Francis sur différents dossiers, au GSPR et ailleurs. Ils assument leurs préférences et leurs affinités épistémologiques, et le choix des collègues interviewés pour le Carnet Zilsel en est l’expression. On l’aura deviné, la stratégie d’enquête restituée — et incarnée — dans ces trois billets leur apparaît productive, et ils sont fort ravis d’avoir contribué à la rendre préhensible par des publics qui ne la connaissaient pas ou peu.

 

Tu as dit, à plusieurs reprises, qu’il existait trois pragmatismes au moins : les « pères fondateurs », le nouveau pragmatisme (Rorty, Putnam), le pragmatisme à la française (qui se décline lui-même en trois branches avec un pragmatisme durkheimien, une version plus interactionniste et l’ANT). Peux-tu les caractériser ?

Mon point de vue a pas mal évolué sur cette question des rapports entre sociologies et pragmatismes. Je prépare d’ailleurs un texte sur ce sujet pour un volume de Raisons pratiques coordonné avec Yves Cohen, qui se définit comme un historien des pratiques. Il approfondira les liens entre pragmatisme et sciences sociales, et s’intéressera à la place de l’histoire là-dedans, afin de donner une suite ou une réplique francophone aux réflexions de James Kloppenberg (2004). La sociologie pragmatique est revendiquée comme label par ceux qui en proposent désormais un « mode d’emploi ». Mais elle est plurielle, ne serait-ce que parce qu’elle a subi pas mal de chocs et de transformations au fil des décennies qui nous séparent des premières formulations théoriques dont nous avons déjà parlé et qui n’avaient pas véritablement le pragmatisme comme source d’inspiration. Les philosophes pragmatistes sont absents de la bibliographie de De la justification (1991), et si l’on trouve des références à James ou à Dewey du côté de l’ANT, ce n’est pas central avant les années 2000 — c’est surtout Antoine Hennion qui a le plus réinvesti les auteurs pragmatistes ces dernières années. Dans les nouvelles sociologies, le pragmatisme a essentiellement été présent par le biais de la pragmatique de l’énonciation en linguistique, qui mettait l’accent sur les performances en situation comme révélatrices mais aussi créatrices des compétences linguistiques, ou encore via l’ethnométhodologie des sciences — le coup de force de Latour a d’ailleurs consisté à lier cette orientation avec des courants de pensée comme la sémiotique d’Algirdas Greimas et la philosophie des sciences de Michel Serres… Mais il y a d’autres options possibles, comme celles qu’explore Daniel Cefaï avec qui j’entretiens des échanges continus.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)