Newton, les Sex Pistols et la pompe à air : l’histoire des sciences généraliste de Simon Schaffer (2/2)

Suite et fin de l’entretien avec Simon Schaffer (première partie ici). Comme c’est un classique incontournable, nous l’avons interrogé sur la genèse du Leviathan and the Air-Pump corédigé avec son camarade Steven Shapin. C’est l’occasion, pour Simon, de revenir sur les usages non anticipés et pas toujours productifs dont le livre – traitant au départ des usages sociaux de la science – a été l’objet dès après sa parution en 1985. La réception n’a pas été sans malentendus et c’est encore une source de perplexité pour l’auteur. Nous n’avons pas manqué de l’interroger également sur ses prises de position critiques dans le champ des STS qui se consolidait à l’époque. Sa recension du Pasteur de Bruno Latour est à cet égard un beau morceau de bravoure. Il est intéressant de découvrir à nouveau comment il l’a composée, pourquoi il maintient son évaluation plus que sceptique et, surtout, encourage en substance à déminer ce dispositif descriptif (plus qu’explicatif) à l’avenir. On apprend beaucoup aussi sur la façon dont Simon a été amené à envisager les études des sciences made in France dans les années 1990. Il faut croire que là encore les perceptions diffèrent des deux côtés de la Manche…
En bout de course, Simon précise son positionnement en tant que professionnel de l’histoire : il est clair, de son point de vue, qu’il faut défendre et incarner coûte-que-coûte une attitude
généraliste, afin notamment de lutter contre les inerties et les dérives de l’hyperspécialisme, taclé avec autant d’énergie et de conviction par Steven Shapin. En résumé, si « l’histoire ça fait bouger, [si en outre] c’est une machine à faire voyager dans le temps », alors il est de bonne méthode de continuer à prospecter sans s’enfermer dans des carcans disciplinaires (quand bien même il est légitime de vouloir défendre une certaine pratique de l’histoire) ou tout type de posture politico-intellectuelle qui plomberait le voyageur sur la route. Donc, en toute simplicité, show must go on !

Tu publies en 1985, avec Steven Shapin, un livre fondamental pour les STS, Leviathan and the Air-Pump. Peux-tu nous raconter comment tu en es venu à collaborer avec Steven Shapin sur cet ouvrage ? Quels étaient les enjeux, pour vous, de publier une étude qui se proposait de construire une vue d’ensemble sur les articulations entre un système politique (en l’occurrence celui de l’Angleterre hobbesienne du 17e siècle) et une nouvelle forme d’administration de la preuve (celle de Boyle et de la méthode expérimentale) ? Aviez-vous pressenti le succès incroyable de cet ouvrage, sa consistance originaire ? Qu’avez-vous pensé de ses réemplois massifs et parfois imprécis, de ses rattachements heuristiques pour le moins contrastés ? Le livre sert par exemple de base au livre-manifeste de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, et il est salué par Pierre Bourdieu dans son dernier cours au Collège de France…

Steven Shapin, Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton University Press, 2011 [1985]
Best-seller : Steven Shapin, Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton University Press, 2011 [1985]
J’avais donc rencontré Steven Shapin lors de ma soutenance de thèse. C’est un très bon historien qui savait mieux que moi exploiter les archives. En 1980, GS Rousseau et Roy Porter publient un livre collectif intitulé The Ferment of Knowledge (avec des textes de Crosland, Forbes, Heilbron, Porter) qui opérait une sorte de triage disciplinaire (chimie, physique…). Shapin insistait pour qu’il y ait, dans le volume, un chapitre sur les « social uses of science » : c’était une exploitation et une réécriture des approches de Robert K. Merton. Le texte de Shapin est formidable, c’est une sorte de recueil d’autres études. Heilbron a écrit un chapitre sur la philosophie naturelle expérimentale au 18e siècle. Roy était très inquiet puisqu’il trouvait qu’il s’agissait d’une approche un peu restreinte, sinon narrow. Il m’a donc demandé si je pouvais écrire un texte qui amplifierait la question. C’est ce que j’ai essayé de faire en introduisant les mots clés : Foucault, Bachelard (je venais de lire La psychanalyse du feu), Kuhn. Cela formait un contraste triangulaire : Shapin, Heilbron, Schaffer. À ce moment Steve voulait écrire un grand livre sur le social/moral uses of science au 17e siècle (le choix n’était pas tranché entre les mots). Nous avions à disposition, à ce moment-là, de grands papiers de Steve tirés de sa thèse (sur la Société Royale d’Edimbourg) notamment : sur la construction des publics, sur l’autorité épistémique, etc. Pour ce grand livre, Steve avait identifié un débat presque ignoré jusque-là entre Hobbes et Boyle que nous devions traiter en deux ou trois paragraphes. Un des problèmes majeur de cette controverse c’est que les textes étaient en latin. Steven me propose après ma thèse de travailler sur Hobbes et de collaborer avec lui sur ce chapitre. Finalement, ces petits paragraphes ont « un peu » grandi pendant les trois années qui ont suivi. Avec Steven nous avions un texte dactylographié qui circulait entre Londres (j’étais à Imperial College à l’époque) et Edimbourg. Nous n’avions ni ordinateurs ni courriers électroniques. La rédaction du livre c’était surtout du papier et du Tipp-Ex, notre fluide de correction. Nous avons travaillé dans un renfermement presque complet, comme les vrais grands historiens, sans aucune idée des implications de ce que nous faisions. Il y avait bien quelques dialogues, notamment avec Harry Collins, que nous essayions de convaincre qu’il était possible de faire des études de controverse avec les morts.

Continuer la lecture de Newton, les Sex Pistols et la pompe à air : l’histoire des sciences généraliste de Simon Schaffer (2/2)

Cet obscur objet du désir

À propos de François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

« À l’encontre des postures précédentes où prédomine la pulsion de mort, on peut repérer un autre groupe de postures axées sur la jouissance libidinale ou la satisfaction érotique (érotisation de la recherche et de ses “objets”). Le “choix de l’objet” est donc ici la quête d’un plaisir sexuel, que celui-ci prenne sa source dans des “objets” ou des choses (fétichisme, scatophilie), dans le moi propre du chercheur (auto-érotisme, narcissisme), dans des espèces animales ou des êtres “monstrueux” (zoophilie, bestialisme, nécrophilie) ou dans d’autres êtres humains (hétérosexualité, homosexualité, pédophilie, bisexualité). Ici aussi, évidemment, Éros est plus ou moins associé à Thanatos, car il y a une dimension mortifère dans l’auto-érotisme et même l’amour orgastique absolu évoque la perte de conscience : la “petite mort”. Dans ces postules ce n’est pas la haine de l’“objet”, la volonté de l’agresser, de le détruire, de l’anéantir, qui guide la recherche, mais l’amour de l’“objet”, l’attrait qu’il provoque, la séduction qu’il exerce, en sachant aussi que l’amour et la haine sont dans une relation ambivalente (union des contraires et possibilité de transformation en leur contraire). On distinguera là trois postures : l’auto-érotisme, la captation et la fusion. »
Magali Uhl et Jean-Marie Brohm, Le Sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines, Bruxelles, La Lettre volée, 2003 : 84.

J’avais proposé à mes camarades du Carnet Zilsel de réaliser la recension de cette publication dès son annonce sur les réseaux sociaux, sans avoir clairement d’avis sur l’objet introduit. Cette Introduction aux Porn Studies que nous propose François-Ronan Dubois accompagnait et guidait idéalement la sortie au début de l’année 2014 de la première revue académique dédiée aux porn studies, en même temps qu’était offerte au lectorat francophone la traduction d’un ouvrage référence sur la représentation de la sexualité sur les écrans (Linda Williams, Screening Sex, Paris, Capricci, 2014 [éd. originale Duke University Press, 2008]). À défaut de trouver une rime aussi riche pour 2014 qu’avec 2013, reconnaissons que ce début d’année est bien celui des publications sur la pornographie[1].

61556Pour moi qui m’intéresse principalement aux études cinématographiques, le terme « porn studies » renvoie irrémédiablement aux travaux de Linda Williams, professeur de rhétorique et d’études filmiques à l’université de Berkeley (où enseigne également Judith Butler, dont il sera question dans le carnet ces prochaines semaines). Ses travaux m’ont toujours semblé attachés à ce domaine des études cinématographiques qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans l’histoire de la représentation politique des corps, du désir et de la jouissance[2]. Même lorsqu’elle a publié en 2004 chez Duke UP son Porn studies, la ligne éditoriale m’a paru claire. Les auteurs de cet ouvrage collectif ne cherchaient pas à débattre de la nature de la pornographie mais entendaient avant toute chose faire part de leur expérience d’enseignement et de recherche à partir de matériaux visuels pornographiques (il reste assurément à ce jour l’un des témoignages les plus explicites à propos des conditions pratiques et matérielles de la recherche sur et par le cinéma). Le rapprochement de la pornographie et du cinéma (i.e. l’interrogation sur la limite) est régulièrement débattu ; la place du regard et du réalisme vis-à-vis de la représentation sexuelle à l’écran a ainsi été dernièrement vivement interrogée (et célébrée) à l’occasion de la sortie de films dans le circuit de distribution en salles mainstream (notamment les deux volumes de Nymphomaniac de Lars Von Trier, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche…). Sinon, hormis les films, il y a bien eu dans mon parcours universitaire la lecture enthousiaste des travaux « méta-éthiques » de Ruwen Ogien et ceux, plus spécifiquement juridiques, de Marcela Iacub (la Iacub d’avant les cochonneries dans Libé), de la casuistique en somme, or de telles réflexions ne portaient pas sur le « porn » mais bel et bien sur la pornographie. Les autres travaux, par exemple sociologiques ou ethnographiques, ne me paraissent pas s’adresser particulièrement aux chercheurs en études pornographiques : Le Travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013) est une excellente enquête de la sociologie du travail et des professions (bibliographie à l’appui). Autre temps, autres mœurs de la recherche ? De manière biaisée, je comptais sur la publication de François-Ronan Dubois pour m’éclairer, non pas sur l’objet « porn » en propre, mais sur le prétendu domaine des porn studies.

Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir

Newton, les Sex Pistols et la pompe à air : l’histoire des sciences généraliste de Simon Schaffer (1/2)

C’est peu dire que nous l’attendions, cet entretien. La petite équipe autogérée du Carnet Zilsel (ici au garde-à-vous : Volny Fages, Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin) avait convié Simon Schaffer dans un café vers Oberkampf, le 2 avril 2014 à Paris, pour discuter — entre autres sujets — d’histoire des sciences. Nous savions par avance que la conversation emprunterait des voies que nous n’avions pas prévues. Et tant mieux.
9782021036169
À peine assis, Simon commença par une confidence. Le professeur d’histoire des sciences de l’université de Cambridge venait tout juste de contribuer à La Fabrique de l’histoire, l’indispensable émission de France Culture, et il bouillonnait de questions et de perplexité sur le statut de sa spécialité en France : « J’ai été vraiment surpris, en participant à [cette] émission (…), par la représentation publique de l’histoire des sciences. J’ai pu percevoir chez les journalistes, des historiens, une vraie fascination pour les sciences. Je m’apprêtais à payer ma dette à l’endroit de l’épistémologie française, aux pères fondateurs (comme Costabel, Taton…), mais ce ne sont pas les questions que l’on m’a posées. Les récits, en revanche, ont suscité l’intérêt des journalistes. J’ai été surpris, sidéré même, qu’un recueil d’articles des années 1980 puisse apparaître comme quelque chose de neuf. » « Simon Schaffer, le fondateur des science studies », telle fut le leitmotiv des piges et des présentations des intermédiaires culturels lors de la parution de son dernier livre La fabrique des sciences modernes (Le Seuil, 2014). À se demander en effet ce que l’on fabrique en histoire aujourd’hui… Non pas que ces identifications audibles sur des scènes de la culture autorisée soient dans l’erreur. Disons plutôt qu’elles reconduisent un certain nombre de poncifs de l’historiographie du champ que Simon s’est fait fort de mettre à distance dans l’entretien qu’il nous a accordé. Hiatus entre les attendus des deux côtés de la Manche et anticipations multi-situées sur ce qui est supposé compter comme « histoire des sciences » hier, ici et maintenant, et sans doute demain : il est clair qu’il fallait en revenir aux fondamentaux et tordre des clichés.
Suivant un protocole qui commence à être rôdé, nous lui avons demandé de revenir sur les moments clés de sa trajectoire académique. Il fut ainsi question de la genèse des Science and Technology Studies (STS), des récits trop bien lustrés que l’on imprime de manuels en digests, et plus l’entretien progressait plus la conscience d’une nécessaire déconstruction s’insinuait. Le résultat est détonnant et rafraîchissant. C’est tout l’univers bouillonnant des années 1970 qui réapparaît dans cette première partie, avec son lot d’incertitudes et de provocations épistémologiques. Pour qui s’ennuie à (re-re)lire l’histoire ronronnante des STS, ces quelques réminiscences offriront un contrepoint salutaire. Et plus encore, inciteront à retrouver ce qui fit la force de ces basculements fondateurs pour toute une génération : l’insouciance et l’intrépidité.

Tu as commencé par des études de physique, comment s’est faite ta conversion à l’histoire des sciences ? A partir de quelles lectures et de quels corpus de références as-tu décidé d’organiser tes recherches doctorales ?

Conversion, c’est le mot, plus que parfait. À Cambridge, dans le milieu des années 1970, la structure des cours d’histoire et de philosophie des sciences était redevable à la bataille des années 1940 entre Herbert Butterfield et les scientifiques marxistes, Joseph Needham et J. D. Bernal. Butterfield était un protestant, conservateur, idéaliste, qui donnait un cours sur la révolution scientifique et sur les origines de la science moderne. Il avait lu Zilsel, Sorokin, Merton, Hessen : il les considérait comme ses ennemis absolus. Il estimait que les questions scientifiques et d’histoire des sciences étaient trop importantes pour être traitées par les scientifiques (ce qu’étaient Bernal et Needham). Il existait donc un chiasme puissant à Cambridge : presque tous les scientifiques enseignant l’histoire des sciences étaient marxistes alors que le département d’histoire était conservateur. Bref, depuis les années 1950, il y avait donc des cours d’histoire des sciences pour les scientifiques et j’ai pu bénéficier de cette pratique dans les années 1970. Il faut rappeler qu’à Cambridge, il n’y avait qu’un seul cours en sciences naturelles (c’est-à-dire que toutes les sciences, naturelles et exactes étaient enseignées ensemble), c’est encore le cas aujourd’hui – je déteste l’hyperspécialisation, je trouve donc que c’est une bonne chose – et on peut, si l’on veut, faire presque la moitié de son cursus en science en suivant des cours d’histoire et de philosophie des sciences (c’est un choix assez rare quand même). Cela permet donc de former des scientifiques avec une importante culture historique et philosophique.

Continuer la lecture de Newton, les Sex Pistols et la pompe à air : l’histoire des sciences généraliste de Simon Schaffer (1/2)

Foucault à tort et à travers (2/2)

Dans ce second billet, Jérôme continue l’auscultation. Parce qu’il fallait bien en choisir quelques-uns dans l’océan des références à Foucault pour éviter de sombrer, il a choisi de revenir sur deux articles publiés récemment par Sezin Topçu et Jean-Baptiste Fressoz. Comme leurs travaux sont discutés et relativement visibles, c’est un choix qui s’impose de lui-même. Jérôme met en œuvre le même genre de travail critique qu’il a proposé dans le billet précédent, où Foucault apparaissait à peine entre chiens et loups. C’est direct, cela vise l’essentiel sans trop se perdre en vaines réductions sémantiques. Et puis surtout, cela engage le critique que les références allusives à Foucault continuent d’indisposer. Cela engage d’autant plus que Jérôme vient de publier un ouvrage collectif avec Jean-François Bert intitulé Michel Foucault : un héritage critique (Paris, CNRS Éd., 2014), dans lequel précisément une politique des usages du commun foucaldien est défendue, laquelle suppose un peu plus qu’une utilisation cosmétique des notions ou d’inoffensives et scolaires révisions à la marge. Bref, foucaldiens de tous les pays, encore un peu d’effort !

Une molle gouvernementalité

Dans un article récemment paru dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, Sezin Topçu propose une approche des pouvoirs et des résistances aux technosciences par l’analyse de la gouvernementalité. Il s’agit là d’un concept finalement très peu exploité par Foucault. Le philosophe le définit ainsi dans son cours au Collège de France du 1er février 1978 :

« Par “gouvernementalité”, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, quoique très complexe, de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité. Deuxièmement, par “gouvernementalité”, j’entends la tendance, la ligne de force qui, dans tout l’Occident, n’a pas cessé de conduire, et depuis fort longtemps, vers la prééminence de ce type de pouvoir qu’on peut appeler le “gouvernement” sur tous les autres : souveraineté, discipline, et qui a amené, d’une part, le développement de toute une série d’appareils spécifiques de gouvernement [et, d’autre part], le développement de toute une série de savoirs. Enfin, par « gouvernementalité », je crois qu’il faudrait entendre le processus, ou plutôt le résultat du processus par lequel l’État de justice du Moyen Âge devenu au XVe et XVIe siècles État administratif, s’est trouvé petit à petit “gouvernementalisé” » (Foucault 2004 : 111-112).

C’est peut dire qu’une telle épaisseur définitionnelle laisse peu de place aux envolées exégétiques. Mais dans le même temps, l’incarnation empirique (si l’on peut dire) est conditionnée par cette tri-dimensionnalité, c’est-à-dire le calcul visant les populations, la prééminence du gouvernement disciplinaire et la gouvernementalisation de l’État. C’est donc à l’intersection de ces trois propositions que l’on peut détecter une gouvernementalité en action.

Continuer la lecture de Foucault à tort et à travers (2/2)

Des raisons de croire (ou pas) à « la sociologie comme science » de Raymond Boudon

À partir de Raymond Boudon, Le Rouet de Montaigne : une théorie du croire, Paris, Hermann, 2013.

« Quel conseil intellectuel donneriez-vous à un jeune Français de 20 ans ?
Apprendre à distinguer rigoureusement entre l’esprit critique, base du progrès de la connaissance, et l’esprit de critique, expression des passions et de l’idéologie. »

Raymond Boudon, « Les Français sont bien plus soucieux d’équité que d’égalité », propos recueillis par Mathieu Laine, Le Figaro Magazine, 31 août 2012.

« En somme, la sociologie de Raymond Boudon n’est certainement pas loin d’être la meilleure dont nous disposions (…). »
Emmanuel Picavet, compte rendu de Raymond Boudon, Croire et savoir. Penser le politique, le moral et le religieux, Paris, PUF, 2012, in Revue européenne des sciences sociales, vol. 52 (1), p. 277-281.

le-rouet-de-montaigne_opt (1)Le Rouet de Montaigne est le dernier livre publié par le sociologue Raymond Boudon, quelques mois après son décès survenu en avril 2013. Il reprend des textes de conférences et des articles déjà parus ça et là, et réalignés pour l’occasion dans une brève introduction où le « style Boudon » (sobriété, simplicité d’exposition, concision…) est immédiatement reconnaissable. Sans qu’il s’agisse néanmoins d’un livre à part entière[1], Le Rouet fournit une ultime actualisation en cinq chapitres du programme de l’auteur. À quelques coquilles près[2], l’opus se lit vite et bien, entre autres raisons parce qu’il n’excède pas 200 pages (aérées, très peu de notes de bas de page, peu de références bibliographiques) et qu’il est composé comme un recueil d’essais à consulter dans l’ordre qu’il conviendra.

Pourquoi en proposer le compte rendu ? Comme Raymond Boudon s’y emploie à codifier les « principes » de la/sa science sociologique, qu’il s’en réfère à « la science » pour réaliser cet objectif, qu’au surplus il tient un discours sur les études des sciences et techniques (peu convaincant, comme on le verra), son Rouet constitue un parfait matériau pour le genre de sociologie de la connaissance (sociologique) auquel le Carnet Zilsel s’efforce de contribuer.

Continuer la lecture de Des raisons de croire (ou pas) à « la sociologie comme science » de Raymond Boudon