Cet obscur objet du désir

À propos de François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

« À l’encontre des postures précédentes où prédomine la pulsion de mort, on peut repérer un autre groupe de postures axées sur la jouissance libidinale ou la satisfaction érotique (érotisation de la recherche et de ses “objets”). Le “choix de l’objet” est donc ici la quête d’un plaisir sexuel, que celui-ci prenne sa source dans des “objets” ou des choses (fétichisme, scatophilie), dans le moi propre du chercheur (auto-érotisme, narcissisme), dans des espèces animales ou des êtres “monstrueux” (zoophilie, bestialisme, nécrophilie) ou dans d’autres êtres humains (hétérosexualité, homosexualité, pédophilie, bisexualité). Ici aussi, évidemment, Éros est plus ou moins associé à Thanatos, car il y a une dimension mortifère dans l’auto-érotisme et même l’amour orgastique absolu évoque la perte de conscience : la “petite mort”. Dans ces postules ce n’est pas la haine de l’“objet”, la volonté de l’agresser, de le détruire, de l’anéantir, qui guide la recherche, mais l’amour de l’“objet”, l’attrait qu’il provoque, la séduction qu’il exerce, en sachant aussi que l’amour et la haine sont dans une relation ambivalente (union des contraires et possibilité de transformation en leur contraire). On distinguera là trois postures : l’auto-érotisme, la captation et la fusion. »
Magali Uhl et Jean-Marie Brohm, Le Sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines, Bruxelles, La Lettre volée, 2003 : 84.

J’avais proposé à mes camarades du Carnet Zilsel de réaliser la recension de cette publication dès son annonce sur les réseaux sociaux, sans avoir clairement d’avis sur l’objet introduit. Cette Introduction aux Porn Studies que nous propose François-Ronan Dubois accompagnait et guidait idéalement la sortie au début de l’année 2014 de la première revue académique dédiée aux porn studies, en même temps qu’était offerte au lectorat francophone la traduction d’un ouvrage référence sur la représentation de la sexualité sur les écrans (Linda Williams, Screening Sex, Paris, Capricci, 2014 [éd. originale Duke University Press, 2008]). À défaut de trouver une rime aussi riche pour 2014 qu’avec 2013, reconnaissons que ce début d’année est bien celui des publications sur la pornographie[1].

61556Pour moi qui m’intéresse principalement aux études cinématographiques, le terme « porn studies » renvoie irrémédiablement aux travaux de Linda Williams, professeur de rhétorique et d’études filmiques à l’université de Berkeley (où enseigne également Judith Butler, dont il sera question dans le carnet ces prochaines semaines). Ses travaux m’ont toujours semblé attachés à ce domaine des études cinématographiques qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans l’histoire de la représentation politique des corps, du désir et de la jouissance[2]. Même lorsqu’elle a publié en 2004 chez Duke UP son Porn studies, la ligne éditoriale m’a paru claire. Les auteurs de cet ouvrage collectif ne cherchaient pas à débattre de la nature de la pornographie mais entendaient avant toute chose faire part de leur expérience d’enseignement et de recherche à partir de matériaux visuels pornographiques (il reste assurément à ce jour l’un des témoignages les plus explicites à propos des conditions pratiques et matérielles de la recherche sur et par le cinéma). Le rapprochement de la pornographie et du cinéma (i.e. l’interrogation sur la limite) est régulièrement débattu ; la place du regard et du réalisme vis-à-vis de la représentation sexuelle à l’écran a ainsi été dernièrement vivement interrogée (et célébrée) à l’occasion de la sortie de films dans le circuit de distribution en salles mainstream (notamment les deux volumes de Nymphomaniac de Lars Von Trier, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche…). Sinon, hormis les films, il y a bien eu dans mon parcours universitaire la lecture enthousiaste des travaux « méta-éthiques » de Ruwen Ogien et ceux, plus spécifiquement juridiques, de Marcela Iacub (la Iacub d’avant les cochonneries dans Libé), de la casuistique en somme, or de telles réflexions ne portaient pas sur le « porn » mais bel et bien sur la pornographie. Les autres travaux, par exemple sociologiques ou ethnographiques, ne me paraissent pas s’adresser particulièrement aux chercheurs en études pornographiques : Le Travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013) est une excellente enquête de la sociologie du travail et des professions (bibliographie à l’appui). Autre temps, autres mœurs de la recherche ? De manière biaisée, je comptais sur la publication de François-Ronan Dubois pour m’éclairer, non pas sur l’objet « porn » en propre, mais sur le prétendu domaine des porn studies.

Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir