À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Dans cet article, Ronan Le Roux nous montre dans quelle mesure les buzzwords scientifiques et techniques (BST) restent un phénomène mal défini. Il l’illustre avec le cas des biologies « -omiques » (génomique, protéomique, etc.), pour questionner l’existence de critères objectifs permettant de construire les BST comme objets d’étude. Il envisage d’abord que les BST puissent être un artefact, dus à l’hétéronomie de notre perception, et/ou à une interférence entre instrument et phénomène observé (performativité de la scientométrie sur les pratiques d’écriture et de mise en visibilité à l’heure du numérique). Il met en doute ensuite le fait que la lexicométrie fournisse un modèle naturel de BST. Comme il le souligne, on ne peut définir les BST sans jugement de valeur, notamment en cherchant à les situer dans une typologie des néologismes scientifiques et techniques. Ils semblent devoir rester des objets flous et hétérogènes, convenant mieux à des études de cas comparatives.

Difficile aujourd’hui d’échapper aux « buzzwords » : mots à succès, mots à la mode, mots-phares, mots-étendards, formules, « petites phrases », mantras… Qui n’en a vu ou entendu, en tweet ou en 4×3, dans le cadre d’une conférence plénière ou d’une conversation de couloir, savamment agencés ou glissés comme en passant ? Fleurant la futilité sinon l’entourloupe, progéniture d’un brainstorming entre consultants ou trouvaille nec plus ultra de ténor cathodique, ils semblent pareillement destinés à conquérir le marché des temps de cerveaux disponibles ou à aveugler les masses par quelque tour de passe-passe sémio-cognitif, suscitant par réflexe d’humanisme cultivé la méfiance de tout citoyen nourri à l’esprit des Lumières et soucieux d’un bon usage du λόγος pour l’harmonie de la Cité.

Métastases lexicales d’une société hyperconnectée, on ne les conjure qu’en les détournant par des rituels jubilatoires consistant à les neutraliser par un excès d’usage (écholalies ironiques et autres « business lotos »). Cet exorcisme par mithridatisation impliquant a minima pour les locuteurs d’amplifier l’usage même de ce qu’ils souhaiteraient éventuellement voir disparaître, de vaincre le mal par le mal, la nature du buzzword apparaît en pleine lumière : sitôt franchi le seuil critique d’adoption qui le fait exister en tant que tel, son cycle de vie ne peut être interrompu et ne s’épuisera qu’en parvenant à son terme, après quoi il ira rejoindre le cimetière des expressions ringardes – sauf à trouver une seconde jeunesse dans son recyclage par un autre groupe social. C’est sans doute parce qu’un buzzword en tant que buzzword ne peut avoir de détracteur qu’il est aussi bien une instance remarquable de cette « voix de personne » (Valéry), atteignant précisément sa performativité maximale lorsqu’il n’a plus d’auteur et que sa signification s’attrape aussi peu que fumée entre les doigts.

alliageUn dossier récent de la revue Alliage est consacré au « Technobuzz »[1], les buzzwords de la technoscience. Le sourcil se lève spontanément : les buzzwords ne font-ils pas des ombres dans la caverne, ne sont-ils pas l’arsenal terminologique du sophiste contemporain, toute communication de leur part avec l’Académie et le ciel des Idées n’est-elle pas antinomique ou impitoyablement filtrée ? C’est le point de vue adopté, semble-t-il, dans l’article « Buzzword » de Wikipédia : « Les buzzwords dénoncés comme tels ont une fonction inverse du vocabulaire scientifique », ils seraient en fait du côté de la charlatanerie et de ce que les psychologues appellent « effet Dr Who ». Pourtant, ces frontières entre science et société ne sont pas perçues aujourd’hui si étanches qu’elles fassent du thème abordé par ce dossier d’Alliage un non-sujet. Bien au contraire, cette circulation transfrontalière est sans aucun doute un terreau fertile pour les buzzwords, pour le meilleur comme pour le pire : le meilleur, lorsque la société civile se saisit des Frankenstein de la « technoscience » (OGM, dépistage prénatal, nanotechnologies, etc.) comme d’autant d’objets de sains débats démocratiques ; le pire, avec ce que l’on pourrait appeler cette fois « l’effet Omega 3 », lorsque l’industrie, produisant des molécules comme M. Jourdain de la prose, épate le bourgeois avec un terme savant magnifiant tel aspect parfois trivial en guise d’argument de vente.

L’État, la nature et le capital : le triptyque infernal. Compte rendu et entretien flash avec Razmig Keucheyan

Il est rare, pour ne pas dire exceptionnel, qu’un essai de sociologie politique dise, en quelque 200 pages, l’essentiel d’une époque. C’est le cas du très beau livre de Razmig Keucheyan, dont le titre et le sous-titre annoncent d’emblée les couleurs (rouge/vert) : La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique. Ni plus, ni moins, le défi à relever consiste à rendre raison du rapport que nous entretenons avec la nature (le « nous » renvoyant pour l’essentiel à l’Occident moderne dans ses développements les plus divers).

La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, La Découverte, coll. Zones, 2014
La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, coll. Zones, 2014

On sait les débats contemporains sur l’ontologie naturaliste particulièrement vifs, mais la thèse radicale de Keucheyan permet de l’éclairer sous un jour nouveau. En règle générale, l’ontologie naturaliste est vue comme une certaine conception occidentale sur « la nature », séparée des pratiques humaines. Dans cette coupure fondamentale se verrait le rapport d’instrumentalisation de l’homme sur son environnement et sa capacité à produire son cadre de vie, ses modes d’explication du monde et ses principes politiques. Keucheyan travaille assez différemment le problème de l’ontologie naturaliste en introduisant et en assumant un questionnement marxiste pour aborder la crise environnementale contemporaine. C’est une option théorique forte qui particularise ce projet dans la littérature existante. Partant du principe, rappelé en son temps par Walter Benjamin, que le « capitalisme ne mourra pas de mort naturelle », Keucheyan suit les différents points d’appuis d’une écologie totalement prise dans les rapports capitalistes de domination. Il ne s’agit plus de savoir si l’homme-occidental-moderne est séparé de « la Nature » dans sa façon de la construire, de s’approprier ou de l’utiliser (c’est le sujet d’innombrables dissertations chargées de renvois à Descartes, il fallait s’en déprendre), mais de penser le capitalisme comme un fait anthropologique total auquel n’échappent ni l’homme ni la nature, quels que soient les rapports qu’ils entretiennent l’un avec l’autre. Le renversement est ici d’importance, puisqu’à distance (raisonnable) d’une histoire environnementale qui n’en finit pas de s’auto-délimiter en permanence, prise qu’elle est par la nécessité d’affirmer sa différence épistémologique et professionnelle, l’ouvrage de Keucheyan propose un cadrage tout à la fois sociologique et politique des transformations écologiques actuelles. Parce que l’on comprend assez vite qu’il y a urgence, l’auteur fait bien de ne pas perdre de temps à surjustifier son propos. Il confronte le lecteur fissa au genre de processus délétères qu’on aurait certes tort de laisser à la seule considération des (rares) chercheurs qui s’y intéressent. Continuer la lecture de L’État, la nature et le capital : le triptyque infernal. Compte rendu et entretien flash avec Razmig Keucheyan

Des formes modernes et contemporaines de la vie scientifique. The Scientific Life de Steven Shapin

À propos de : Steven Shapin, 2008, The scientific life. A moral history of a late modern vocation, Chicago & London, The University of Chicago Press, 486 p.

Steven Shapin, marginal sécant

The Scientific Life est l’ouvrage d’un marginal. Steven Shapin l’affiche d’emblée, dans les premières lignes de sa préface : il n’a jamais considéré son rattachement à une discipline comme quelque chose de très sérieux. S’il est aujourd’hui (depuis 2004) professeur d’histoire des sciences à Harvard, il a en effet curieusement effectué la presque totalité de sa (belle) carrière en dehors des départements d’histoire. Figure centrale des science and studies studies (STS), il a passé 20 ans dans un département STS à Edinburgh, puis 15 ans dans un département de sociologie en Californie, à San Diego. Avant cela, comme le rappelle Jean-Yves Grenier dans Libération, « le plus illustre représentant de la nouvelle école anglo-saxonne d’histoire des sciences » était biologiste.

À venir : The Life ScientificComment expliquer cette – finalement heureuse – marginalité disciplinaire ? S. Schaffer a livré quelques indices pour répondre à cette question dans l’entretien qu’il a récemment accordé au Carnet Zilsel, en relatant avec bonhomie le début de sa propre carrière en tant qu’historien des sciences : le projet d’une histoire sociale des sciences n’était alors pas forcément très bien accueilli par les mandarins de l’histoire classique. Shapin occupe une place de choix dans ce récit, puisque le livre qu’ils ont publié ensemble en 1986, Leviathan and the Air Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life (Princeton University Press), est devenu un classique – sinon le classique – des STS, cité par tous, et toujours commenté. Shapin signera par la suite d’autres grands ouvrages (notamment A Social History of Truth: Civility and Science in Seventeenth-Century England, University of Chicago Press, 1994 ; The Scientific Revolution, University of Chicago Press, 1996) et une multitude d’articles et de chapitres couvrant une impressionnante variété de questions. Une partie d’entre eux se trouvent dans un imposant recueil, au titre explicite : Never Pure: Historical Studies of Science as if It Was Produced by People with Bodies, Situated in Time, Space, Culture and Society, and Struggling for Credibility and Authority (2010 Johns Hopkins University Press). On ajoutera encore que la plume de Shapin déborde volontiers de la littérature scientifique, au profit des lecteurs du New Yorker ou (surtout) de la London Review of Books. C’est dire aussi que ses centres d’intérêt l’entrainent sur des terrains contemporains, voire à faire de la sociologie ou de l’ethnographie – comme c’est le cas dans l’étonnant épilogue de The Scientific Life[1]. Continuer la lecture de Des formes modernes et contemporaines de la vie scientifique. The Scientific Life de Steven Shapin

La philosophie a une histoire sociale : recension d’« À toute voile vers la vérité » et entretien flash avec Stéphane Van Damme

À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Seuil, 2014
À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Seuil, 2014

Le dernier livre de Stéphane Van Damme constitue un apport majeur à l’histoire des sciences. Il entend mener une histoire sociale de la philosophie. Il s’agit de ne plus se livrer à la seule exégèse des textes, ni au seul examen des traditions philosophiques et de leurs transformations successives. Certes ce travail sur les connaissances produites, sur les positions épistémologiques adoptées, sur les programmes intellectuels défendus est fondamental, indispensable (comment pourrait-il en être autrement ?) ; mais il n’est pas/plus suffisant, car il tend à rabattre sur la seule activité cognitive ce qui a été conçu. Or c’est à une philosophie entendue comme expérience concrète du monde, menée par des êtres de chairs et de sang, traversés de passions, dont l’historien doit pouvoir rendre raison. Centré sur les 17e et 18e siècles, À toute voile vers la vérité (titre savoureux qui paraphrase Oldenburg le secrétaire de la Royal Society) explore donc en quatre parties les contours d’une pratique sociale de plein exercice qui ne s’épuise pas dans les seuls textes accessibles au philosophe et à l’historien de la philosophie d’aujourd’hui.

Philosophie : mode d’emploi

Dans la première partie de l’ouvrage, Van Damme montre qu’il est bien difficile de circonscrire ce que signifie être philosophe à l’époque moderne. Il existe certes un cursus philosophique dans les universités ou les enseignements confessionnels. Continuer la lecture de La philosophie a une histoire sociale : recension d’« À toute voile vers la vérité » et entretien flash avec Stéphane Van Damme