Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche

Dans ce billet,  nous évoquerons cette activité étrange (pour les outsiders comme pour les insiders) qu’est la communication en colloque, de la préparation à la performance orale. Comme le Carnet Zilsel dispose d’une rubrique « Conference advisor », il n’est pas inutile de pousser un peu la réflexion sur cet aspect du travail intellectuel. C’est un billet sur le fil, il faut bien le dire. Ça l’est notamment parce que le risque est grand de compiler les anecdotes, les expériences subjectives, ou encore de jouer complaisamment avec les clichés. Proposant donc autre chose qu’une introspection ostentatoire, ces considérations ne prétendent pas à la généralisation ni à l’universalisation. À l’approche de la pause estivale, elles assument aussi leur côté décalé, à la limite du sérieux. Elles restent une tentative d’appréhender un exercice ordinaire de la recherche (les chercheurs se doivent de communiquer les résultats de leurs travaux à leurs collègues) qui s’organise, paradoxalement, sur le mode de l’inattendu, en ce sens que les réactions des pairs sont, par définition, non prévisibles. C’est donc dans cet entre-deux d’une pratique banale de l’activité de chercheur et d’une performance à chaque fois inédite (enfin, pas toujours : certain-e-s conférencier-e-s ont tendance à se répéter) que nous inscrirons ce billet. Comment organise-t-on cette tension entre ces pôles contradictoires de l’expérience orale, de la mise en scène publique et de la soumission (c’est le mot) aux pairs ? Quelles sont les grandes scansions qui mènent de la recherche en train de faire à la recherche en train de se dire ?

Sociologie de la comm’

Prenons d’abord un peu de champ. Dans un chapitre d’ouvrage particulièrement malin, Neil Gross et Crystal Fleming montrent tout l’intérêt d’étudier de près, en quasi temps réel, la fabrication des papers présentés à l’occasion des colloques[1]. Ils restituent les pas hésitants d’un prof de philosophie politique d’une université américaine se rendant à Paris pour le colloque annuel d’une grande association savante internationale. Lui qui avait envoyé sa proposition de comm’ plusieurs mois avant, à quelques jours de l’ouverture du colloque il n’avait à proposer que quelques bribes de réflexion et des gribouillages sur son carnet. Ce colloque, c’était plus qu’un rendez-vous professionnel ; c’était aussi l’occasion de voyager à moindre frais, de retourner à Paris avec son épouse, de flâner entre Beaubourg et le Marais, de goûter à la Ville-Lumière — bref, un séjour so romantic, à la façon de Midnight in Paris. Mais voilà, il fallait faire bonne figure au sein d’un panel qui pouvait réserver de bons papers, présenter quelque chose en 25 minutes qui ne soit pas (complètement) déshonorant, car le conférencier professionnel sait que les piètres performances ne s’oublient pas (surtout lorsqu’il est au top de la hiérarchie). C’est donc in extremis, jusqu’à très tard dans la nuit, que notre philosophe avait bricolé sa « planche ». Après coup, il considèrera qu’il s’en était sorti, sans avoir suscité l’indifférence (une question du public) ni pour autant fait la différence (une seule question, ce qui est peu). Sa réputation était sauve jusqu’au prochain colloque. Comme c’est son métier, le philosophe savait de toute façon qu’il allait devoir remettre le couvert

Le charme discret de la comm', ft. opalines et boiseries vitrifiées. Une conférence en Sorbonne, salle Liard (crédits : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=200)
Le charme discret de la comm’, ft. opalines et boiseries vitrifiées. Une conférence en Sorbonne, salle Liard (crédits : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=200)

Cette histoire est banale, n’est-ce pas ? La raconter in statu nascendi et avec force détails pourrait confiner à la fable pittoresque qui amuserait les seuls universitaires (et/ou les lecteurs de David Lodge) qui y reconnaîtront leur business (as usual), mais il n’en est rien. Gross et Fleming insistent sur le fait que « les conférences peuvent être des sites clés pour l’orchestration sociale du savoir académique » (avec ses rôles, ses partitions, sa scénographie, ses tubes…), et qu’en prenant au sérieux cette pratique sociale, des caractéristiques subtiles de la lebenswelt universitaire-académique peuvent être mises au jour : car « la participation aux conférences ne se réduit pas à voyager à travers le monde, voir de vieux amis, s’informer des derniers potins académiques, ou rester au courant des développements intellectuels récents ; la participation aux conférences est aussi ce moment où l’on se force soi-même, au risque d’un immense embarras si l’on ne parvient pas à le faire à temps, de transformer une idée abstraite ou le plan d’un paper en un texte qui peut être exposé oralement, et dont le pouvoir argumentatif — et l’apport potentiel d’une contribution qui soit significative — peut être mesuré à la réaction du public »[2]. Ça demande beaucoup d’énergie, d’investissement, de risque (si le papier n’est pas à la hauteur). Comme le révèle la trajectoire du philosophe auscultée par les deux sociologues, les conférences peuvent servir de tremplin ou de test, lorsqu’il faut trouver un poste après le PhD ou placer ses idées originales sur le marché. Rien de bien fracassant, dira-t-on, mais le fait est que le colloque, comme institution sociale, n’a que très peu intéressé la sociologie des professions intellectuelles et scientifiques (revue de la littérature par les auteurs à l’appui). Apparaissent pourtant de multiples chantiers : ainsi une sociologie du petit monde des global academics errant de colloque en séminaire, des as de la conf’ inaugurale en série, accumulant les miles, vivotant dans les hôtels de congressistes formatés lounge, etc. ; de même une approche contrastée des dilemmes ordinaires auxquels est confronté/e le/la conférencier-e dans la préparation de son/sa intervention (dilemmes qu’il faut naturellement relier au statut du/de la conférencier-e) : pourquoi ai-je envoyé cette fichue proposition ? Qu’est-ce qui m’a pris lorsque j’ai accepté de donner une conférence plénière dans un colloque à des années-lumière de mes thèmes habituels ? Comment vais-je remplir le temps qui m’est trop généreusement alloué alors que je n’ai rien à dire ? Vais-je lire ce texte que je désespère de réduire parce qu’il est déjà trop long ? Utiliserai-je un PowerPoint pour cacher la misère ? Etc., etc. Continuer la lecture de Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche