Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris

Un vis-à-vis pour commencer : Sheila Jasanoff est professeure de Science and Technology (STS) à l’Université de Harvard, aux États-Unis. Elle a publié de nombreux travaux sur l’expertise judiciaire et, plus largement, sur les relations entre science et droit. En ce qui me concerne, je suis doctorant en sociologie et j’effectue une thèse sur la médecine légale, à la croisée de la sociologie des sciences et de la sociologie du droit. On comprendra dès lors que la venue à Paris de Sheila Jasanoff pendant le mois de juin ne pouvait pas me laisser indifférent. Je l’ai d’abord fréquentée tout au long de l’année, à distance, en silence, que ce soit à travers mes lectures ou à l’occasion de présentations écrites et orales[1]. J’ai ainsi tenté de mettre les thèses de la « coproduction » (i.e. la grande innovation conceptuelle de l’auteure) à l’épreuve de mes matériaux empiriques et des questions de recherche que j’y ai adossées.

Sheila Jasanoff, Harvard University, PSL Lectures - Conférences Diderot, 12, 17, 23 juin
Avis à la population STS et au-delà : Sheila Jasanoff, PSL Lectures, Conférences Diderot, Paris, 12-17-23 juin 2014 (sources : www.univ-psl.fr)

À l’approche de l’été, après une année à lire et à en deviser avec les collègues, j’ai donc découvert dans ma boîte mail les nombreuses annonces de conférences qui présentent et discutent les travaux (autour) d’une des leaders des STS. Impossible cependant d’assister aux prises de parole répétées de Jasanoff tant les rencontres organisées étaient nombreuses (j’en ai repéré au moins cinq sur deux semaines !). C’est difficile à concilier avec la vie ordinaire du doctorant-sociologue, entre le labo et les terrains. Aussi, il a fallu choisir. Deux événements ont plus particulièrement retenu mon attention, parce qu’ils apparaissaient a priori comme un prolongement possible des lectures de certains travaux de Jasanoff que je connais bien[2]. On peut y voir un intérêt de connaissance assez instrumental : il fallait que ces déplacements me servent d’une façon ou d’une autre. Mais en même temps, j’étais intrigué par la mention, dans les argumentaires et le design de ces événements, d’un principe de l’échange avec Jasanoff. « Échanger » : c’était en effet sous cette bannière que les organisateurs pensaient l’interaction avec une experte concernée de ces questions. Nous ne sommes plus ici dans le cadre plus classique de la conférence académique, durant laquelle des conférenciers présentent leurs travaux à la chaîne dans des sessions préformatées (confer l’« anatomie » proposée par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ici même) ; dans ce cas précis, on pouvait s’attendre à une configuration interactionnelle différente, un petit « forum hybride » tourné vers la discussion plus informelle, prétexte à des prises de parole relâchées, un peu à la façon de la « table ronde », tout cela avec Sheila Jasanoff en guest star. Intéressé, stimulé même, mais pas toujours convaincu par les propositions théoriques de Jasanoff (en deux mots, celles-ci n’adhèrent pas très bien à l’approche ethnographique de l’activité des experts telle que je la mets en œuvre), ces moments d’« échange » où l’interaction rompaient l’ordre de la performance académique attendue étaient a priori les plus intéressants. Et c’est sur cet aspect à la fois omniprésent (car affiché pour vendre les événements) et étrangement sous-entendu que je varierai dans ce billet. À ce stade, il n’est pas inutile de préciser que je ne suis pas « expert » de l’œuvre déjà très étoffée de références et de commentaires de Sheila Jasanoff ; j’essaie plutôt d’en mobiliser certains développements dans mon travail de thèse — c’est donc une référence, dans tous les sens du terme. Je ne prétends pas non plus restituer de façon extensive les échanges nourris ni la richesse de ce qu’il s’est dit pendant ces journées, mais de rendre compte – à titre de terrain exploratoire – de l’esprit de dialogue qui a présidé à leur organisation et à leurs affichages. Ce faisant, on peut également réfléchir aux limites communes aux événements scientifiques qui se proposent de faire dialoguer la « communauté scientifique » avec ce que j’appellerai, provisoirement, pour insister sur la portée internationale des recherches qu’elle mènent, une « star académique ». Continuer la lecture de Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris