Supplément été : le conference loto

Les claviers des MacBook® crépitent à l’unisson au rythme des idées-force et des buzzwords qui défilent sur un écran : pas de doute, vous êtes dans un colloque (ou un congrès, ou une école d’été, ou, pénible anglicisme, une « conférence »).

Nombre de ces moments de sociabilité, et néanmoins baromètres scientifiques, ayant lieu pendant l’été, le Carnet Zilsel vous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Plus besoin de choisir entre écouter les orateurs et risquer de sortir une culpabilisante grille de Sudoku dans un coin de la salle : il suffit désormais de jouer au Conference Loto. Inspiré par les Business Lotos, il n’était malheureusement pas difficile d’en adapter le principe au monde académique.

Au-delà du côté léger et estival, cela peut donner à réfléchir sur ce qu’est devenu l’exercice globalisé de présentation de soi et de son travail de recherche sur le marché cognitif international (anglophone) – car c’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’ils sont au casse-pipe et payent un droit d’entrée toujours croissant, post-docs et thésards intervenant dans ces raouts offrent à l’auditeur attentif aux logiques de reproduction sociale, avec la saillance particulière des situations d’apprentissage et d’appropriation des codes, un éventail de routines rhétoriques souvent indicatrices de ce qui s’y joue : innover tout en étant dans le moule, manager sa stratégie de distinction.

La pratique de la « présentation » a ses professionnels et manifeste un certain continuum formel entre sphères académique, business, spectacle, etc. La place, sans doute croissante, des dispositifs de communication scénique et/ou numérique dans les rituels sociaux d’échange scientifique n’introduit-elle pas peu à peu une normativité insidieuse, n’incite-t-elle pas à s’inspirer d’un savoir-faire transversal ? Le fait d’être de plus en plus souvent et implicitement enregistré, voire filmé, a-t-il un impact sur les attitudes et pratiques des conférenciers (demandez-vous si vous ferez la même communication et répondrez pareillement aux questions et commentaires en sachant que vous allez être filmé/e et podcasté/e dans les jours qui suivent, « droit à l’oubli » ou non) ? A-t-il un impact sur les garde-robes des collègues ? Le hipster swag va-t-il s’imposer au détriment du fort-en-thème pincé ? Le charisme médiatique devient-il un paramètre du darwinisme académique ? Le fleurissement des blogs et pages perso dans le monde de la recherche modifie-t-il, au-delà de la simple visibilité, les critères de reconnaissance traditionnels ? Le réenchantement des formations doctorales doit-il inclure des ateliers de relooking et de PNL ? Les écoles doctorales ont-elles vocation à devenir des star academies ?

Parce que cela peut faire du bien d’en rire, au moins au mois d’août, laissons parler la grille des expressions aussi récurrentes qu’agaçantes – que les lecteurs sont invités à enrichir.

grille

Il y a plusieurs façons de jouer :

Avec des collègues, définissez à l’avance une grille d’expressions qu’il s’agit de cocher à chaque fois que l’orateur les prononce. Lorsque, par exemple, trois expressions sont cochées, le ou la gagnant/e est le premier ou la première des collègues qui se lève en disant quelque chose de convenu à l’avance (dans les business lotos, il s’agit de crier « bullshit! », mais c’est une option difficilement praticable ; on peut la remplacer, par exemple, en posant à l’orateur une question définie à l’avance et composée elle aussi d’expressions-types).

Une variante consiste à devoir employer délibérément dans son propre exposé un certain nombre d’expressions définies à l’avance par les collègues. Celui ou celle des collègues qui ne parvient pas à caser les expressions qui lui sont attribuées a perdu. Les joueurs de niveau avancé pourront s’envoyer en direct, par sms, les mots à utiliser dans le cours même de l’exposé.

Ou on peut tout simplement s’amuser à recenser et réutiliser cyniquement ces expressions.

Bien entendu, de nombreuses combinaisons sont possibles à partir des unités élémentaires du tableau. Exemple :

– [Question faisant suite à l’exposé] Thanks for this fascinating presentation. I was wondering etc.
Ummm… You’re asking ayyyy very important question. Problem is: rethinking the take-home message tells a different story. How do you connect the dots? Etc. etc.

De là, la tentation est forte d’imaginer des dispositifs plus élaborés, notamment sur le principe des générateurs aléatoires d’articles scientifiques, qui ne sont pas juste là pour nous divertir, mais sont utilisés comme des détecteurs d’éditeurs/organisateurs/évaluateurs voyous. Alors… Une application smartphone destinée à générer des questions ou commentaires dépourvus de sens, pour tester en direct la probité des congressistes ? Et pourquoi pas, lorsque la reconnaissance vocale aura progressé, un logiciel qui ratisserait la Toile en temps réel pour analyser les podcasts et autres MOOC toujours plus nombreux en quête de tics rhétoriques quelconques ? Et qui établirait au jour le jour les statistiques par expression, par chercheur, par équipe… Passer de la « surveillance intellectuelle de soi » à la surveillance instrumentée de tous ; ou comment l’implémentation du surmoi épistémologique bachelardien dans un panoptique numérique (qui ferait le bonheur des agences d’évaluation) transformerait la recherche en un cauchemar orwellien. Jouons donc, tant que nous le pouvons encore !

Ronan Le Roux

Image en bandeau : http://www.cannesbeach.eu/.