Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

Le sociologue des sciences en formation continue qui, comme moi, trouve un certain charme à Leiden, ne pouvait qu’être inspiré par la publicité postée sur leur site annonçant des places toujours disponibles pour la formation « Measuring Science and Research Performance » proposée du 8 au 12 septembre 2014. Bon, j’apprendrais par la suite que le contingent habituel de fonctionnaires coréens était exceptionnellement réduit pour cause de vacances, ce qui peut expliquer les places restantes. Ni le prix (je laisse au lecteur le plaisir de chercher l’information sur le site) ni la seconde partie du titre du cours – ah, la performance de la recherche ! – ne m’ont détourné d’y participer. Il faut dire que le CWTS (Centre for Science and Technology Studies) est le must en termes de scientométrie (« this means studying scientific and academic research from a scientific point of view »[1]). Ils ont des énormes bases pour lesquelles des chercheurs viennent de toute l’Europe ; ils conçoivent des logiciels que tout bon scientométricien est censé connaître (VOSviewer) ; ils publient dans Scientometrics, Research Policy et autres revues spécialisées. En bref, ils sont visiblement bons dans leur domaine et sollicités par les agences nationales et européennes pour la production d’indicateurs sur la science. D’ailleurs, cette année ils fêtent leur quart de siècle et affichent fièrement « 25 years of meaningful metrics ».

Logo_Blauw
Meaningful logo (crédits : CWTS)

Mais pourquoi parler de ce cours ? Les conférences, à la limite, relèvent d’une actualité pertinente pour la recherche. Quel intérêt de venir vous conter par le menu une formation professionnelle ? Déjà parce que le public visé est – aussi – un peu les chercheurs impliqués dans la science policy. Mais surtout parce que cela relève d’un début d’observation participante d’un phénomène qui, aussi contesté peut-il être, n’en est pas moins d’une actualité brûlante. Qu’il s’agisse de la formalisation, de la diffusion ou de l’utilisation des indicateurs de mesure de la science, sans compter la mise en logiciels, méthodes et livres des métriques de l’innovation au service d’acteurs stratégiques cherchant la réflexivité sur leurs pratiques : c’est peu dire que la question est d’actualité, comme on dit dans les gazettes[2]. Et ce n’est pas moi qui vous le dis : c’est l’autre chercheuse allemande réalisant une thèse sur l’institutionnalisation de la scientométrie qui semble aussi jouer ce jeu trouble à mi-chemin entre observation participante et formation.

Mesurer la science, certes, mais au service de la « performance ». Science de la science, certes encore, mais au service des politiques scientifiques. Que nous promet donc cette formation ? Nous allons recevoir des exposés sur l’analyse des citations, l’exploitation de l’analyse des réseaux et des cartographies de la science. Nous allons être initiés à l’impact « sociétal » de la recherche. Mais comme on n’apprend jamais mieux qu’en mettant la main à la pâte, les « apprenants » conduiront un travail tout au long de la semaine à travers une série de « travaux pratiques » et réaliseront ainsi en petits groupes une évaluation de la performance d’une université. Ça fait chic, n’est-ce pas. À notre service, des indicateurs bibliométriques avancés (je souligne), les outils « maison » de cartographie, des données en voulez-vous en voilà… Tout ce qu’il faut pour faire une évaluation, quoi. Sauf le montant du budget recherche des universités et le nombre de leurs ressources humaines. Ça c’est bon pour le chercheur has been. Continuer la lecture de Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

L’État durable. Sur la vitalité d’une sociologie politique des structures

À propos de Pierre Lascoumes, Laure Bonnaud, Emmanuel Martinais, Jean-Pierre Le Bourhis, Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État, Paris, PUF, 2014, 200 p.

L’ouvrage que Pierre Lascoumes a rédigé avec Laure Bonnaud, Jean-Pierre Le Bourhis et Emmanuel Martinais constitue une pièce d’importance dans le renouvellement des problématiques sur l’État que la sociologie politique a insufflé depuis une dizaine d’années. Les réflexions sur les instruments de gouvernement avaient déjà balisé un champ de recherche qui intégrait à la fois les impératifs d’une science politique attentive aux procédures concrètes de l’action publique et les attentes d’une sociologie des organisations soucieuse de ne pas perdre de vue la place des acteurs dans leurs structures.

dev durDans Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État, les auteurs se saisissent d’une réforme administrative et politique d’ampleur (la fusion du ministère de l’écologie et de celui de l’industrie) pour ensuite en suivre les effets, les conséquences, les remodelages, les reconfigurations. Fondée sur des analyses d’archives institutionnelles (notamment les organigrammes et leurs vies successives) et de nombreux entretiens, l’enquête est envisagée comme une série de focus sur des moments précis de la réforme et sur des plans d’action variés. De la machinerie ministérielle aux réarrangements régionaux, de la lutte des grands corps d’ingénieurs aux remaniements des pratiques professionnelles, la vue est ample, mais toujours précise.

Continuer la lecture de L’État durable. Sur la vitalité d’une sociologie politique des structures

Fictions et fonctions de la cosmologie « grand public »

À propos de Jean-François Robredo, Le Big Bang est-il un mythe ?, Paris, PUF, 2014, et de Thomas Lepeltier, La face cachée de l’univers. Une autre histoire de la cosmologie, Paris, Seuil, « Science Ouverte », 2014.

Cosmoagonies

De Stephen Hawking à Trinh Xuan Thuan, de Steven Weinberg aux frères Bogdanov, en passant par Hubert Reeves, les livres sur la cosmologie colonisent les sections « Science » des tables des librairies, aux côtés des livres sur la théorie de l’évolution, la théorie du chaos, des manuels promettant de nous (nous, les « nuls » en puissance) faire comprendre les plus grandes (et compliquées) théories scientifiques en moins d’une minute, et des petits illustrés de science amusante vaguement héritiers de Tom Tit. Exploitant la fascination populaire pour les frontières indéterminées et habilement manipulées entre science et métaphysique, ces ouvrages sur l’univers, véritables marronniers scientifico-existentiels de la vulgarisation, ressassent sans cesse les mêmes interrogations sur le pourquoi-du-comment-des-choses, sur les preuves de l’(in)existence de Dieu, sur l’éventuelle présence de son Doigt dans les lois de la nature ou ailleurs, ou sur la prédestination, l’évolution et la transformation de toute chose.

Chaque année est plus ou moins riche en publications de ce type, et le cru 2014 contient quelques spécimens s’interrogeant, une fois encore, sur la crédibilité scientifique de la théorie du Big Bang. Il s’agit ici de proposer un compte rendu de deux de ces ouvrages, publiés chez deux éditeurs réputés sérieux (les PUF et le Seuil dans la collection « Science Ouverte »), déployant des réflexions connexes, sur l’éventuelle dimension « mythique » de la cosmologie contemporaine, mais dans des directions radicalement différentes, et constituant, il me semble, chacun dans leur genre, des cas typiques. Continuer la lecture de Fictions et fonctions de la cosmologie « grand public »

La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Du 9 au 11 juillet 2014 s’est tenu à Bordeaux le colloque « Science, innovation, technique et société ». Il était organisé à l’initiative des collègues bordelais, en particulier Pascal Ragouet, du centre Émile Durkheim (Émile, totem de l’étape), et sous la double égide des Réseau Thématique (RT) 29 de l’Association française de sociologie (AFS) et du Comité de Recherche (CR) 29 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Avec quelques camarades, j’y ai participé du début jusqu’à la fin. Pour n’en pas perdre la mémoire, j’en proposerai ici un compte rendu dans la rubrique « Conference advisor ». Subjective, cette restitution le sera à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il y a en théorie autant de restitutions possibles que de participants, chacun conservant un souvenir personnel de ce qu’il s’est passé, conditionné par ses expériences interactionnelles sur place et ses capacités d’observation, d’attention aux choses et de mémorisation. Ce retour d’expérience sera subjectif aussi parce que j’assumerai mes partis pris. Quelques commentaires critiques l’exprimeront au fil du texte.

Jour 1 : mise en bouche

Ce n’est pas tous les jours que les chercheurs/ses intéressé-e-s par les sciences et/ou les techniques (et/ou l’innovation, toujours à toutes les sauces) ont l’occasion de se retrouver. Je dis « chercheurs/ses intéressé-e-s » sans préciser d’appartenance(s) disciplinaire(s), parce que je me suis vite rendu compte que, contre ce à quoi je m’étais d’ailleurs préparé (l’identité disciplinaire de la « puissance invitante » le laissait pensait, à tout le moins), il ne s’agissait pas d’un colloque de sociologie-des-sciences-pour-sociologue-des-sciences. S’intéresser à la science, à la technique, à l’innovation, avec tout ce que l’on peut subsumer sous ces termes élastiques, était en effet le commun dénominateur, un principe d’agrégation thématique accueillant qui autorisait un maximum d’enrôlements et a priori un coût d’entrée peu élevé. À première vue, on dira « tant mieux » car s’il y a bien quelques séminaires çà et là, des congrès durant lesquels une ou deux sessions « études des sciences » se tiennent, il est bien rare de pouvoir échanger avec plus d’une dizaine de personnes. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, ce domaine reste encore confidentiel en France. C’était donc par principe une bonne nouvelle de savoir qu’à Bordeaux, au tout début de l’été, devait s’organiser un tel événement, sur trois jours en plus. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)