La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

C’est à quatre mains que nous reprenons le compte rendu du colloque « Science, innovation, technique et société » co-organisé par le CR 29 de l’AISLF et du RT 29 de l’AFS (voir la première partie rédigée par Arnaud Saint-Martin). En poursuivant en binôme cette restitution (inter-)subjective, nous proposons une sorte de saisie sur le vif de la sociologie des sciences et techniques actuelles dans l’aire francophone. Sans ériger l’événement en panoptique de la spécialité dans toutes ses dimensions, l’occasion d’un colloque est une chance de saisir, dans leurs grands axes, les nervures du travail – théorique et empirique – en cours.
Mais avant de commencer, précisons qu’à l’inverse de la première partie, nous avons préféré ne pas nommer certain-e-s collègues dont nous présentons les recherches au pas de charge. Car par moments, des critiques seront formulées, la barque sera chargée. Il nous a paru éthiquement préférable et plus juste que l’anonymat soit préservé un minimum, afin de ne pas laisser des traces susceptibles d’atteindre à la « web-réputation » de collègues pour la plupart en thèse, donc éventuellement excusables (mais surtout, vulnérables). Mais, quoique touchés in extremis par la grâce et la compassion altruiste (un effet post-Latouring ?), nous n’en continuerons pas moins de porter la critique dès qu’il le faut. À découvert, cela va sans dire !

Retour de goûter : la session de trop

9 juillet 2014, toujours. À 16h20, les travaux reprennent et nous intégrons l’Atelier 3 dédié au thème « la médiation et la médiatisation ». Première intervention sur les « Fablabs ». Ces espaces de coopération rassemblant des initiatives technologiques et sociales constituent les nouveaux « lieux de savoir » explorés par les sociologues. Le laboratoire traditionnel – celui-là même que Latour et Woolgar exploraient dans la Californie des années 1970 – n’est plus le centre des attentions. C’est d’ailleurs moins la question de la production des savoirs scientifiques qui est en jeu que les formes de « communauté » partageant des projets (avec tout ce que l’imprécision de ce terme peut renfermer…). On s’intéresse aux solidarités socio-techniques dans les hackerspaces, reconduisant les valeurs d’une certaine contre-culture américaine. L’analyse proposée se centre sur des cas français assez variés : des espaces semi-professionnalisés où se mènent des approches d’innovation technique aux tentatives locales de rassembler des acteurs d’une même commune pour faire aboutir une réalisation partagée. On apprendra, au cours de l’exposé, qu’il existe une labellisation officielle « Fablabs », une charte aussi, preuve s’il en est que les nouvelles formes de mise en cohérence des initiatives « citoyennes » ou « collectives » s’appuient sur des modalités d’institutionnalisation finalement on ne peut plus classique. De même le soutien, même virtuel, même très éloigné, même sans logo, du MIT ou d’un autre campus américain prestigieux fait toujours office d’attracteur symbolique. On a certes regretté, dans la présentation, qu’aucune tentative de montée en généralité n’ait été esquissée : l’approche descriptive, appuyée sur des observations denses et des entretiens, manque hélas une partie de son efficace théorique en restant au seuil de l’analyse (la citation expresse de l’inusable boundary object n’aide d’ailleurs pas). La sociologie du travail, la sociologie des organisations ou la sociologie politique aurait pu servir de matrice – même très générale – pour questionner ces plateformes à peine formées. On songe ici à ce qu’un questionnement sur les impensés (ou les trop bien pensés) politiques d’une association d’ingénieurs partageant leur matériel de bricolage pour monter un projet d’imprimante 3D aurait pu donner : l’investissement par le don/contre-don, les socialisations dispersant ou reconfigurant les hiérarchies professionnelles, les modalités de financement et de sponsoring ouvrant la voie à des interprétations intéressantes. L’enquête commençant, le jugement mérite donc d’être suspendu. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie

À partir de Hans-Jörg Rheinberger, Introduction à la philosophie des sciences, Paris, Éditions La Découverte, collection « Repères », 2014, 128 p. 

« Ce terme de ‘périodisation’ sera le fil conducteur de cet essai. Il indique une action humaine sur le temps et souligne que son découpage n’est pas neutre. Il s’agira ici de mettre en évidence les raisons plus ou moins affichées, plus ou moins avouées qu’on eues les hommes de découper le temps en périodes, souvent assorties de définitions qui soulignent le sens et la valeur qu’ils leur confèrent. »
Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p.12.

Appropriation d’un domaine

rheinbergerDrôle d’ouvrage que celui de l’épistémologue et historien des sciences allemand Hans-Jörg Rheinberger. Les « introductions » sont censées être des outils pédagogiques de type manuel, des « repères » en somme. Pourtant, dès les premières pages, ne le présente-t-il pas comme un « essai » (p. 4) qui dresse dans le même temps un « aperçu » (ibidem) au format plutôt ordinaire ? Ambivalence de l’approche – entre originalité et classicisme – certes, mais aussi ambivalence de l’objet lui-même, car l’auteur entend bien défendre une certaine vision de ce à quoi renvoie le titre. Car voilà, la philosophie des sciences dont il sera question dans cet ouvrage, quelle est-elle ? Le tour du propriétaire est connu. La philosophie des sciences ne peut être confondue avec la théorie de la connaissance (scientifique), réduction qui caractériserait la tradition anglo-saxonne. La théorie de la connaissance ne peut pas être non plus limitée à l’épistémologie. Dans son livre, Rheinberger s’accorde avec une certaine épistémologie, inscrite cette fois-ci dans une « tradition française », dont la propriété intellectuelle distinctive consiste à rendre compte en premier lieu des conditions historiques « sous lesquelles, et les moyens avec lesquels les choses sont transformées en objets de savoir et, d’autre part, sur les manières par lesquelles le processus de production scientifique de connaissances est initié et entretenu. » (p. 5) Davantage qu’une épistémologie historique figée, c’est donc à une épistémologie historicisée, c’est-à-dire mise en œuvre, que l’on a affaire. Cela tombe bien, c’est justement l’intitulé de la version américaine de cette Introduction[i]. Son hypothèse veut donner à voir la série de réflexions, marquée par le passage d’une histoire de l’épistémologie à une épistémologie prenant en compte l’histoire des sciences, qui aurait délimité l’espace d’existence de l’épistémologie historique. Continuer la lecture de Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie

Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?

À propos de Claire Tollis, Laurence Créton-Cazanave, Benoit Aublet (dir.), L’Effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Éditions Glyphe, 2014.

Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Allez-y ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». (…)

Puis il se tourna vers les disciples et leur dit en privé: « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !  En effet, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu ».

Luc (X : 1-3 et 23-24)

 Les travaux de doctorants (ou de jeunes docteurs) portent souvent la marque hésitante d’une entrée dans la communauté scientifique. Il en résulte des maladresses, des ambiguïtés, des errements bien compréhensibles. La fraîcheur des comptes rendus de thèse  compense, le plus souvent, les défauts inhérents aux premiers pas académiques. C’est avec cet a priori bienveillant que j’ai ouvert l’ouvrage du bien nommé « Latouring Club », intitulé L’effet Latour et sous-titré : Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux. Voilà donc de jeunes impétrants se saisissant des travaux de Bruno Latour pour comprendre les effets de leur lecture sur les travaux et les analyses en cours.

v_book_1528En fait, la désillusion intervient rapidement. Je passe sur les agaçantes familiarités qui tentent assez maladroitement de montrer la proximité/distance des auteurs avec Bruno Latour et dont ils espèrent (en vain) rendre le lecteur complice. De « Bruno » (p. 251) à « Dr Latour » (p. 191), en passant par « l’Ami Bruno » (p. 159), toutes les interpellations faussement impertinentes de l’auctorialité créent davantage de distance avec celui qui lit qu’elles ne permettent le rapprochement. On comprend, dès l’introduction, que les représentants du « Latouring Club » se sont bien amusés à se discuter et à écrire leurs textes, mais on se sent très vite exclu de cet entre soi.

Je laisserai également de côté les irritantes erreurs de renvoi dans les bibliographies. On se perd à chercher des textes référencés dont l’année ne correspond pas ou qui sont carrément manquants.

Non, ce qui énerve vraiment à la lecture de l’ouvrage, c’est qu’il n’y circule aucun air frais sur la façon de lire un auteur qui n’a jamais cessé de susciter des débats. On y renifle plutôt l’odeur de l’encens devant l’autel. La dévotion transpire à chaque page, l’absence presque totale de point de vue un tant soit peu critique (le mot est honni et semble valoir excommunication, j’y reviendrai) est quasiment revendiquée. Dans cette atmosphère empesée de religiosité dévote, on recueille la parole du Maître, on la discute entre exégètes, on prononce des anathèmes, on célèbre la clairvoyance de l’Auteur. Les textes sacrés (ceux qui disent la nouvelle manière de comprendre la science, de penser la controverse, de suivre les « actants », de compter les humains et les non-humains) ne sont jamais passés au trébuchet décapant de la discussion sérieuse. Pourtant, les occasions n’ont pas manqué, depuis les questions de Simon Schaffer (1991) sur le retour à l’hylozoïsme présocratique que suppose la théorie de l’acteur-réseau, jusqu’aux interrogations sur la commensurabilité des modes d’existence (Saint-Martin 2013), en passant par le travestissement sémantique de truismes descriptifs en radicalisme de paille (Gingras 1995) et l’impossibilité de maintenir des réseaux ouverts indéfiniment (Chateauraynaud 1991). Il y là matière à débat. Et on aurait pu s’attendre à ce que les certitudes latouriennes portées en chaire depuis tant d’années soient un tant soit peu remises en cause. Il n’en est rien, bien au contraire. Le livre des disciples enamourés qu’il m’a été donné de lire ressemble à un long prêche célébrant la Divine parole. Continuer la lecture de Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?