L’effet sofistique

À propos de Marco Vidal, Fist, label « Zones », Éditions La Découverte, 2015, 156 p.

« C’est précisément là que doivent intervenir les exercices spirituels, afin d’opérer peu à peu la transformation intérieure qui est indispensable. Nous ne possédons aucun traité systématique qui codifierait un enseignement et une technique des exercices spirituels. Pourtant les allusions à telle ou telle de ces activités intérieures sont très fréquentes dans les écrits de l’époque hellénistique et romaine. Il faut bien en conclure que ces exercices étaient bien connus, qu’il suffisait d’y faire allusion parce qu’ils faisaient partie de la vie quotidienne des écoles philosophiques, qu’ils faisaient donc partie d’un enseignement oral traditionnel. »
Pierre Hadot, Exercices spirituels, Paris, Albin Michel, 2002, p. 24-25.

Le chaînon manquant 

Ce livre, qui ne traite pas de la pugilistique (ainsi que le laisserait croire l’image en couverture), on le doit en partie à Jean-Luc – heureuse anagramme – dont l’entretien au début des années quatre-vingt dans le magazine « Gaipied » a suscité l’émoi chez notre auteur. Il est la matrice de toutes ses interrogations, de tous ses fantasmes à propos du fist fucking. À la fois initiateur et expert. C’est la représentation de Jean-Luc et sa chaîne chromée de deux mètres cinquante de long et de trois kilos, introduite aux heures de dragues nocturnes au ras de l’anus, que l’on va retrouver tout au long de cette enquête.

téléchargementCar Marco Vidal, le nom d’emprunt de ce « professeur de philosophie, écrivain et critique », nous annonce-t-on d’emblée, entend empoigner la formule de Michel Foucault, pour qui le fist fucking représente la seule véritable innovation sexuelle de l’époque moderne. Confronté à cette déclaration péremptoire, l’étonnement de Vidal est double. Tout d’abord, les pratiques sexuelles n’ont cessé de se renouveler au travers de développements technologiques (téléphone, Internet…) qui sont sans doute plus significatives de notre contemporanéité, comme on dit. Et puis, quoi ? A-t-il réellement fallu attendre l’aménagement des backrooms du célèbre club de San Francisco « Les Catacombes », ce « temple du trou du cul », selon la restitution qu’en fait Gayle Rubin (dont la Fistinière représenterait l’importation locale ?), pour que s’instaure et s’institutionnalise une nouvelle pratique[i] ? Continuer la lecture de L’effet sofistique

Le sociologue Bourdieu et l’historien Chartier, à voix nue

À propos de Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010. Compte rendu initialement paru dans la Revue française de sociologie, vol. 52, n° 2, 2011, p. 384-387.

Le sociologue et l’historien rassemble les textes repris de cinq émissions « À voix nue », diffusées en février 1988 sur France Culture. Pierre Bourdieu s’y entretient avec son hôte Roger Chartier. C’est encore l’occasion pour le sociologue de mettre sa sociologie à la page en présence d’un condisciple, en particulier de se livrer à un exercice subtil d’interdisciplinarité, puisqu’il est question des rapports entre sociologie et histoire. On pourra toujours trouver matière à gloser sur les raisons d’éditer aujourd’hui de tels documents. Il est sûr qu’ils ne tomberont pas dans les oreilles de sourds ; par exemple, de sociologues désirant marquer la différence avec la discipline histoire, d’historiens cherchant chez Bourdieu les indices d’une incurable hégémonie sociologique, ou encore d’historiens des sciences sociales bien heureux de trouver une pièce à ajouter à ce dossier. Mais délaissons pour l’instant ces questions pour découvrir plutôt ce qui est donné à lire.

9782748901184FSUne multitude de thèmes sont traités au cours de ces échanges, certains précisément, d’autres évoqués en passant. Le ton est à la badinerie, à la malice, aux bons mots, aux petites confidences (publiques) entre amis se tutoyant. Bourdieu se montre cabotin, pince-sans-rire, n’hésitant pas à taquiner ses contemporains. Son humeur grinçante s’illustre par endroits. Et des clés apparaissent ça et là, l’air de rien : « Très souvent il y a des choses que j’écris en riant ; malheureusement, il n’y a pas de signe pour exprimer le rire par écrit, c’est une des grosses lacunes de la symbolique graphique. » (p. 22). Aucun smiley n’apparaît dans le texte, mais on y décèle sans peine la satisfaction de Bourdieu, bien conscient des effets potentiels de ses petites piques. Quitte à prêter le flanc à la critique, qu’il ne craint pas (« pour me réfuter, il faut se lever de bonne heure, il faut travailler. C’est un peu arrogant, mais bon… » [p. 26]). À l’évidence, Bourdieu se sait écouté, de la même façon qu’il s’écoute. De l’arrogance au contrepied, il ne cesse de jouer avec ses interlocuteurs (Chartier et l’auditeur) : il fait la leçon aux historiens, pulvérise leurs tentations historiographiques avant-gardistes et déconcerte ses propres lecteurs en bricolant un panthéon imaginaire baroque. Continuer la lecture de Le sociologue Bourdieu et l’historien Chartier, à voix nue

Les forteresses vides du pouvoir. Architecture et politique dans l’Italie de la Renaissance

À propos du livre de Patrick Boucheron, De l’éloquence architecturale. Milan, Mantoue, Urbino (1450-1520), Paris, Éditions B2, 2014, 68 p.

C’est une évidence qu’il est parfois nécessaire de rappeler : l’architecture est un exercice politique majeur. Il n’est de monumentalité qui ne soit adossée à une certaine idée de la puissance d’agir. Par-delà ce qui semble être un truisme, le dénouage du couple architecture-politique s’avère néanmoins plus complexe : où commence l’intention politique ? Où s’arrête l’exercice du gouvernement ? Est-ce dans l’assemblage des blocs de pierre que se loge le pouvoir de dire ou de faire ? Est-ce dans le parcours imposé par les espaces découpés et cloisonnés que l’on trouve la force d’une autorité qui conduit les pas là où elle le souhaite ? Ces questions ne sont pas aisées à trancher. Car à chaque époque, le jeu d’équilibre entre la construction des palais, des temples ou des forteresses et le type de politique menée n’a cessé d’évoluer. Investissant la place, le bref ouvrage de Patrick Boucheron se propose de clarifier l’ordre du monumental dans la politique italienne de la Renaissance. Plus exactement, il envisage trois villes, Milan, Mantoue et Urbino et (donc) trois formes d’architectures spécifiques du pouvoir. Que se passe-t-il de 1450 à 1520 dans ces cités italiennes qui traduisent une « éloquence architecturale » particulière ? Quelles formes politiques viennent soudain se coaguler dans des pratiques d’édification voisines (sans être semblables) d’une ville à l’autre ?

La forme (politique) d’une ville

de-l-eloquence-architecturalePatrick Boucheron commence son enquête en suivant la piste des recommandations du célèbre architecte Leon Battista Alberti. Ce dernier, dans son traité De re aedificatoria paru en 1452, reliait explicitement la beauté d’un monument et l’intimidation qu’il pouvait susciter. Le pouvoir, en embellissant les lieux qu’il occupe, produit une sorte d’invulnérabilité. Bien sûr, rien dans l’histoire politique et architecturale ne confirme cette proposition théorique. Et la prose mordante d’un Machiavel viendra dissiper ces songes illusoires d’une beauté monumentale intouchable. Quelque chose de fondamental s’est joué dans l’Italie de la Renaissance qui, plus tard, touchera tous les États européens. Une certaine conception du pouvoir, inscrite dans la pierre et les agencements spatiaux, s’est construite durant cette période avant de s’étendre à d’autres contrées. Le paradoxe – résumé dans le vers d’Horace que cite Patrick Boucheron : « La Grèce conquise conquit son vainqueur farouche » – réside dans le fait qu’il est nécessaire de bien saisir comment la politique architecturale péninsulaire s’est établie pour comprendre ensuite quel type d’absolutisme opèrera dans l’Europe moderne. Continuer la lecture de Les forteresses vides du pouvoir. Architecture et politique dans l’Italie de la Renaissance

La ville, lieu (de la) critique ?

À propos de Cécile Gintrac et Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

C’est peu dire que la géographie urbaine critique est un champ de recherche particulièrement bouillonnant. Profitant des entreprises de croisement multiples favorisées par la montée en puissance des « studies » sur les campus anglo-saxons, l’honorable discipline géographie en a profité pour muter sous diverses formes. Parallèlement à cet éclatement (tout relatif[1]) des espaces disciplinaires classiques, les transformations politiques des années 1960 et 1970 reconfigurent les possibilités d’un discours académique critique et radical, même si ces deux termes recouvrent des positionnements très variés. L’ouvrage dirigé par Cécile Gintrac et Matthieu Giroud est une anthologie d’articles et de chapitres de géographes anglo-saxons et allemands dont les travaux ont porté sur la ville. Cette coupe dans l’épaisseur de la géographie urbaine est – nécessairement – un peu arbitraire, même si la logique des choix qu’opèrent les directeurs de l’édition est parfaitement lisible : postcolonial studies, marxisme et études féministes fixent les points de repères du type de critique mis en œuvre pour comprendre les transformations contemporaines de la ville. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont rassemblé des textes chronologiquement étalés dans le temps, ce qui donne à voir les déplacements successifs de la géographie critique ; ils ont également associé dans le volume des auteurs de générations différentes mais très souvent liés entre eux par des rapports académiques parfois étroits (Don Mitchell est l’étudiant de Neil Smith qui est lui-même le doctorant de David Harvey, figure tutélaire planant sur tout l’ouvrage). Difficile de situer les travaux critiques français sur la mappemonde des géographies radicales (le pluriel s’impose car très clairement toutes les radicalités ne s’organisent pas dans le même plan) et l’on ne s’étonnera pas, donc, de ne trouver aucun auteur français dans l’anthologie.

71QwK+SYrYLL’ouvrage offre donc une vue d’ensemble (avec ses biais et ses points aveugles, c’est inévitable) sur un type de recherche géographique, que l’on pourrait caractériser – en première approximation – comme une géographie instruite des rapports de domination et consciente des efforts analytiques à accomplir pour se défaire du discours commun réifiant sur le monde tel qu’il est. La géographie, comme toutes les sciences sociales, mais peut-être plus que d’autres, est tout particulièrement susceptible de tomber dans le piège d’un surlignement du réel (qu’on cache parfois pudiquement sous le nom de « terrain », terme commode pour parfois contourner les obstacles politiques et épistémologiques). Sans y prendre garde, on en vient vite à naturaliser l’espace, à prendre pour des évidences toute une série de constructions humaines situées, sédimentées dans des histoires sociales et culturelles plus ou moins longues et ressortissant de jeux de pouvoir complexes. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont bien raison de pointer la nécessité de penser aussi « contre l’espace » (p. 15). Car c’est cette fausse évidence d’un quotidien toujours inscrit dans la spatialité (urbaine en l’occurrence) qu’il faut sans cesse combattre et contre laquelle les outils d’analyse doivent être suffisamment fins pour décrire des échelles géographiques diverses et, en même temps, suffisamment puissants pour prendre dans ses rets des phénomènes aussi massifs que la néolibéralisation des pratiques immobilières ou la criminalisation du territoire par le droit.

Afin de donner à entrevoir (sans l’épuiser) la richesse du livre, je propose de situer quelques-uns de ses chapitres le long de deux axes qui donnent à voir l’amplitude des coordonnées critiques choisies par les éditeurs. Continuer la lecture de La ville, lieu (de la) critique ?