Parce qu’en fin de compte, tout ne se vaut pas : l’épistémologie à l’usage de la sociologie. Retour d’expérience

Ce texte a été présenté lors de la – très réussie ! – Journée d’étude « À quoi sert l’épistémologie en sciences humaines et sociales ? », qui s’est tenue à la Maison des sciences de l’homme et de la société, à Lille le 6 février 2015. L’intervention est livrée brute et sans modification dès le lendemain. Elle servira de base à un texte plus élaboré, puisque des actes sont envisagés. Il y a des chances que la deuxième partie disparaisse, parce que l’épistémologie est tout de même une affaire sérieuse. En attendant, la voici en exclusivité dans le Carnet Zilsel. J’en profite pour remercier tou-te-s les twittos (cités nommément, car il n’y a rien de scandaleux dans leurs tweets me semble-t-il) qui ont nourri mon esquisse ludique et sauvage de typologie !

« À quoi sert l’épistémologie en SHS ? » J’ai remué dans tous les sens cette question que je me suis efforcé de prendre au sérieux. L’on pourrait répondre de dizaines de façons ; il n’est certes pas aisé de choisir car l’on risque à tout moment de basculer dans l’essentialisation, l’analyse platement fonctionnelle ou l’utilitarisme facile de la doxa de la « boîte à outils ». La pente est savonneuse et les mauvaises langues auront beau jeu de considérer qu’il s’agit là d’une interrogation rhétorique ou d’un prétexte à rassemblement qui ne prêtera pas à conséquence. Poser la question de l’utilité ou des services que pourrait rendre l’épistémologie des/aux/en SHS, c’est aussitôt susciter un raisonnement de biais et polariser des attitudes qui tranchent. « Ça sert à ça, à ça et ça, à ça et mais pas à ça, l’épistémologie », dira-t-on avec aplomb, comme pour s’assurer ou se rassurer. Poser la question, poser cette question, la poser en plus dans le cadre d’une journée d’étude dédiée, cela n’est pas incident. Peut-être une réponse est-elle attendue ; peut-être des points de vue seront entendus, mais tout compte fait ce mode d’interpellation laisse insatisfait – à tout le moins si l’on choisit de traiter le problème sans réciter les paraboles des grands livres de l’épistémologie des SHS et de la théorie de la connaissance sociologique donnés (encore ?) à lire sur les bancs de l’université, et en apportant autre chose qu’une conviction épistémologique plus ou moins décidable. Et je laisse de côté, pour l’instant, l’inscrutabilité référentielle du syntagme « épistémologie en SHS » : il y aurait de quoi interroger ses présupposés, en particulier le singulier et le parti pris qu’il existe quelque chose comme l’épistémologie dans les SHS.

Plutôt que de développer un plaidoyer pro domo, je varierai sur des usages, des modes de justification et des significations associées à l’« épistémologie en SHS ». Je reprends la ficelle de Gabriel Abend qui, dans un article paru en 2008[1], s’efforce de faire ressortir les différentes et pour certaines concurrentes significations que le terme « théorie » revêt dans le langage des sciences sociales. Sans entrer dans le détail de la démonstration, il en dégage sept acceptions et, passé leur exposition, en propose l’analyse. Abend n’est pas satisfait des ambiguïtés lexicales et de la « situation difficile » de la polyphonie qu’il diagnostique, et développe contre cela une « thérapie sémantique ». L’enjeu pour lui est, notamment, de sortir des réductionnismes (« la théorie, c’est ça et pas autre chose ») qui préparent le terrain de politiques d’expansion et d’hégémonie épistémologique (« la théorie, c’est la nôtre, et vous avez tout intérêt à en respecter la grammaire si jamais vous avez quelque prétention à faire de la théorie »). La « thérapie sémantique » consiste à clarifier les références contrastées à « la théorie », à suspendre l’évidence des définitions des Grands Problèmes Théoriques et, ultimement, à reconnaître l’utilité politique de mécanismes institués dans les communautés d’utilisateurs de l’idiome sociologique, par exemple l’argumentation et la discussion rationnelles. Et les réifications et rigidifications de toutes sortes de perdre (de) leur sens en « théorie » comme en raison pratique au filtre de cette critique déflationniste.

Le problème qui est le mien ici est un peu différent, quoique dans « la théorie » comme dans « l’épistémologie » des processus d’essentialisation et de finalisation sont également à l’œuvre. L’idée est de réfléchir sur le recours à l’épistémologie en SHS, d’essayer d’en saisir les significations au vol, en situation. Qu’est-ce que ça signifie de parler d’épistémologie, en SHS, ici et maintenant ? Et plus encore, qu’est-ce que ça implique de parler sous l’autorité de l’épistémologie en SHS ? On le devinera sans peine, il n’est pas lieu de monter en généralité ni de caractériser une épistémologie en SHS qui vaudrait une fois pour toutes, dans l’abstraction des contextes où elle est invoquée (ou révoquée), mais à la différence de faire varier des discours chargés d’évidence. Cette stratégie réplique sur ses objets celle d’un Steven Shapin qui, dans une mise au point récente et salutaire sur l’histoire des sciences et les Science studies, invitait ses collègues à « baisser le ton »[2] (lowering the tone). Continuer la lecture de Parce qu’en fin de compte, tout ne se vaut pas : l’épistémologie à l’usage de la sociologie. Retour d’expérience