Savoir en faisant (et réciproquement). Le pragmatisme incandescent de John Dewey

À propos de John Dewey, La quête de certitude. Une étude de la relation entre connaissance et action, trad., Paris, Gallimard, 2014, « Bibliothèque de Philosophie », 334 p. 

Le pragmatisme est à la mode, pour le meilleur et pour le pire. Entre les labellisations hâtives et les querelles de (sous-)chapelles, le pragmatisme ressemble de plus en plus à un patrimoine qu’on défend ou à un héritage qu’on se dispute. Je ne me fais aucune illusion sur les effets éventuellement cathartiques d’un retour aux textes, mais la publication récente d’essais importants de John Dewey[1] est peut-être (!) l’occasion d’apprécier à sa juste valeur la force analytique d’un pragmatisme rigoureux dans l’énonciation de ses principes autant que souple dans ses usages.

product_9782070142835_195x320John Dewey, était, à n’en pas douter, un promoteur original du pragmatisme, qu’il concevait comme une philosophie non dogmatique plaçant l’expérience du monde au cœur de ses analyses. Mais loin de céder aux accès d’un présentisme (d’un instantisme, pourrait-on dire), ses arguments théoriques intègrent la dimension temporelle comme une donnée essentielle, non pas seulement pour détailler le cours des actions et la façon dont les personnes s’y prennent pour composer avec la durée, mais également pour comprendre comment le rapport individuel à l’expérience sensible se construit. C’est d’ailleurs cet intérêt pour l’évolution, en Occident, dans la façon de comprendre le monde naturel et celui des valeurs, qui motive les Gifford Lectures que tient Dewey en 1929. Elles servent de base à La quête de la certitude.

Comment être certain de la certitude ?

La notion de certitude sert de point d’entrée à John Dewey : les individus, immergés dans un environnement hostile, cherchent à se rassurer ; ils cherchent dans les rituels et les suppliques un moyen de conjurer les puissances contraires et, dans le même temps, ils élaborent des « arts » pour employer la nature. Cette quête de la sécurité et de la certitude a d’abord privilégié les activités cognitives. Le for intérieur n’offre que des frustrations restreintes. Les pratiques concrètes, en revanche, sont toujours susceptibles de receler des incertitudes et des variations d’état. La philosophie a pris le relais de la religion et s’est tournée vers les spéculations intellectuelles, domaine clos et confortable du sûr. La philosophie grecque a pris le parti de distinguer la complétude ontologique comme supérieure à l’incomplétude de la génération et du changement. Tout ce qui évolue signale un inachèvement. Au contraire, la « Réalité véritable » (p. 39) est ontologiquement autonome puisque pleine. Ce cadre-là, estime Dewey, n’a pas changé depuis l’Antiquité, même si la façon de l’articuler a beaucoup évolué. Il en résulte une sorte de bipartition incorporée entre une connaissance supposée totale dans son essence et un agir toujours soumis aux transformations. Quête de certitude et stabilité ontologique se nouent ainsi solidement à partir de la philosophie grecque, pour construire une certaine façon d’envisager la connaissance. Continuer la lecture de Savoir en faisant (et réciproquement). Le pragmatisme incandescent de John Dewey