Où en est la critique ?

À propos du livre d’Éric Loret, Petit manuel critique, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2015.

L’exercice de la critique est parmi les plus difficiles, puisqu’il affronte directement – pour celui qui la pratique comme pour celui qui s’y soumet en produisant une œuvre – la double question de l’universalité d’un goût et de la subjectivité des points de vue. Abîme philosophique dans lequel on peut aisément se perdre, oscillant d’un point à l’autre de la justification (de la) critique. L’essai d’Éric Loret entend rendre compte de l’état actuel de l’exercice critique, de sa difficulté à l’ère du numérique où toutes les apostrophes en commentaires sont possibles. Cette liberté d’interpellation et d’expression du jugement sur les œuvres est plus que salutaire. Théoriquement, elle devrait permettre de miner les oligopoles de la critique et réarmer une philosophie publique de l’expression du goût. En pratique, les choses sont toutefois moins évidentes. Les problématiques autour de l’autorité critique, comme l’absence d’un renouvellement de la forme même de son exercice laissent dubitatifs sur les effets encore à venir d’une démocratisation de la pratique critique. Abordant le problème sous l’angle d’une interrogation à la fois inquiète et informée, Éric Loret (re)met à l’épreuve les catégories kantiennes de la faculté de juger et trace, dans l’épaisseur d’une bibliographie passée au tamis de la critique (!), les contours de ce que pourrait être une émancipation politique par la formation d’un goût qui ne sombrerait pas dans l’hubris d’un tout à l’égo.

LoretMême s’il se concentre uniquement sur la critique dans le domaine de l’art, l’essai d’Éric Loret offre des pistes prometteuses pour un questionnement plus général sur l’exercice même de la critique, dans le domaine des sciences humaines et sociales notamment. En effet, l’exercice critique, dans le domaine de la science, s’articule à la fois à l’exigence de réflexivité (ce que je fais en tant que social scientist, d’où je parle et quels sont les allants de soi dont je peux essayer de me défaire) et à la mise en commun des résultats sous l’empire du jugement par les pairs (un examen rigoureux de la méthodologie, des données obtenues, du cadre analytique employé, des ressources bibliographiques mobilisées, de la pertinence épistémique du travail produit), et c’est pourquoi il est intéressant de comprendre par comparaison sa mise en œuvre dans le champ des pratiques artistiques et culturelles. 

Kant 2.0

Éric Loret fonde sa réflexion sur l’illusion uchronique de « l’œuvre qu’on emmènera sur l’île déserte ». L’inanité d’un choix de livres ou de films qui serait pour soi sans jamais être soumis à la discussion est évidente. L’expression du goût n’a de sens que dans un cadre collectif. Comme acte autoréférentiel, elle ne renvoie qu’à un égotisme dilaté. Kant et sa Critique de la faculté de juger sont ici utilement mis à contribution pour penser l’expérience disputée de la critique. L’écoute d’une pièce musicale ou la lecture d’un ouvrage sont des recréations potentielles pour l’auditeur : mimer la gestuelle du chef d’orchestre ou placer des formes et des couleurs sur des paysages décrits constituent des pratiques perceptives faisant du jeu le point de pivotement de l’exercice critique.

Éric Loret rapporte des expériences esthétiques-limite, lors de l’exposition One on one à l’Institut pour l’Art Contemporain de Berlin en 2012. L’enfermement solitaire dans un cube transformé en salle d’exposition rend l’exercice de la faculté de juger particulièrement difficile. Le partage du sens, l’appui sur les autres personnes (que l’on ne connaît pas forcément mais qui sont, elles aussi, embarquées dans une expérience esthétique) manquent cruellement. Et la temporalité de l’exposition à l’œuvre de devenir problématique à son tour : quand sortir ? quelle est la juste mise à l’épreuve de la confrontation à l’œuvre ? Autant de questions qui permettent de repositionner la collectivité de la perception artistique au centre de l’exercice critique. On ne saurait absolument juger du beau dans une solitude perceptive. Et la retraite volontaire rousseauiste de n’être, précisément, qu’un moyen de remobiliser l’élan vital par lequel la puissance esthétique peut s’exprimer. Car même l’écoute solitaire de la musique suppose un partage d’immédiateté créatrice avec l’œuvre en cours.

La critique, corps et âme (crédits : One on One , via kw-berlin.de/en/exhibitions/one_on_one_52)
La critique, corps et âme (crédits : One on One , via kw-berlin.de/en/exhibitions/one_on_one_52)

Continuer la lecture de Où en est la critique ?

Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie

« La sociologie n’est pas une science », a déclaré le directeur-fondateur de la revue Sociétés dans un entretien donné au Monde le 18 mars 2015. Le canular de l’ineffable Jean-Pierre Tremblay tout comme l’article de debunking signé par le duo Quinon & Saint-Martin témoigneraient donc d’un immense, « juvénile » et regrettable malentendu. Sans qu’il soit nécessaire de pousser loin l’effort d’argumentation, le duo et l’équipe solidaire du Carnet Zilsel ne sont pas convaincus. Vraiment pas. Et c’est pourquoi, malgré les critiques (encore rares, il faut dire) et les quelques blasé-e-s qui, ici ou là, pensent que l’expérimentation « Tremblay » est un coup d’épée dans l’eau, nous poursuivrons le travail d’enquête collectif encore quelque temps. Car ce n’est pas tous les jours que nos disciplines s’agitent sur le fond. Dans ce nouveau billet, Michel Dubois livre une expérience de pensée suggestive : si Jean-Pierre Tremblay était encore de ce monde et qu’il se décidait à faire carrière à l’aide de son marteau critique (car on ne se refait pas), quelle serait pour lui la stratégie la plus optimale pour s’établir durablement en France ?

L’accusation est évidemment injuste : les revues scientifiques, entend-on trop souvent, seraient par principe fermées aux travaux des jeunes chercheurs. Il faut savoir gré à la revue Sociétés d’en finir une bonne fois pour toutes avec cette idée-reçue. « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années »… disait Corneille. Et à l’évidence les évaluateurs de la revue Sociétés ont tôt fait de reconnaître l’« âme bien née » de Jean-Pierre Tremblay, ce jeune sociologue inscrit à l’Université de Laval (sic). Son article au titre prometteur « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris » s’est depuis hissé en un temps record dans le top 10 des articles les plus consultés sur la plateforme Cairn.info[1].

Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l'enquête et lorgne désormais du coté des Vélib' (crédits : ASM, mars 2015)
Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l’enquête et lorgne désormais du coté des Vélib’ (crédits : ASM, mars 2015)

Jean-Pierre, ou plus exactement les farceurs dont il est le porte-parole, a du talent à revendre. Malgré la supercherie dont elle a été victime, la revue Sociétés tient là sans doute l’un de ses très bons papiers pour la période 2014-2015[2]. Comme cela a été souligné à de multiples reprises, l’article présente bien quelques menus défauts. Avec son absence de terrain, sa phraséologie obscure, son surrégime interprétatif permanent, etc. il n’apprend rien à son lecteur. Mais il a le mérite indéniable d’être souvent très drôle. Jean-Pierre aurait d’ailleurs été inspiré de conserver cette drôlerie au-delà de la publication initiale, dans son texte de « révélation »[3]. Mais le souffle potache initial cède désormais un peu de terrain à l’« esprit de sérieux » et à l’usage du « marteau » auquel ont recours certains habitués du Carnet Zilsel[4].

A ce stade, il est trop tôt pour savoir si Jean-Pierre Tremblay fera école (une refondation « tremblaysienne » de la sociologie est-elle envisageable ?), mais son succès fulgurant soulève à mon sens au moins trois questions. Une question d’usage tout d’abord : on sait qu’un sociologue ne se déplace jamais sur ses terrains sans sa « boîte à outils », mais a-t-il réellement besoin d’un marteau ? Autrement dit le debunking est-il utile à la sociologie ? Une question généalogique ensuite : Jean-Pierre (Tremblay) est-il réellement, comme le prétendent certains, le fils caché d’Alan (Sokal), physicien de l’Université de New York rendu célèbre par un autre canular ? J’ai quelques doutes à ce sujet. Et pour finir une question d’avenir professionnel (à ne jamais négliger pour un doctorant) : si Jean-Pierre décide de faire carrière dans le debunking, mais il est jeune, et ses choix ne sont sans doute pas arrêtés à ce stade, à quels critères se fier pour identifier ses prochaines victimes ? Continuer la lecture de Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie

Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Une semaine après la révélation du canular, l’improbable « Jean-Pierre Tremblay » n’est déjà plus qu’un souvenir et un spectre-qui-hante sur la plateforme Cairn.info. L’article a en effet été retiré par la rédaction de la « revue des Sciences Humaines et Sociales » Sociétés. Son directeur, qui en appelle à la raison pour une fois, s’est fendu d’un étonnant – c’est peu dire – mot d’excuse. Alors, on arrête ? Non, surtout pas. Le travail de démontage et d’enquête collective doit pouvoir continuer parce que ces moments de vérité sont trop rares dans nos disciplines. Dans le prolongement donc de l’article de révélation et d’analyse du canular co-signé par Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin (et publié le 7 mars 2015), la rédaction du Carnet Zilsel propose d’approfondir la discussion les semaines prochaines. Bernard Lahire, le premier, enfonce le clou dans l’article qui suit. Il revient d’abord sur les suites douces-amères de la thèse d’astrologie d’É. Teissier, puis met en avant les vertus du canular lorsque la cible visée par la critique rationnelle finit par se dérober.

Le canular soigneusement préparé par deux jeunes sociologues français, Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin, pour porter un éclairage critique sur la nature très problématique de ce qui se publie dans la revue française Sociétés, dirigée par Michel Maffesoli, est un formidable coup de maître dont on se souviendra longtemps. Par une mystification démystificatrice, les auteurs de ce canular provoquent l’éclat de rire, mais font surtout voler en éclat le sérieux d’une entreprise anti-scientifique qui se pare des attributs de la science.

Flash-back : l’« affaire Teissier » comme révélatrice d’une faute professionnelle et d’une imposture collective

Comme ils le rappellent dans le texte qui révèle les tenants et aboutissants de ce canular[1], la décision d’élaborer une telle farce s’inscrit dans l’histoire récente de la discipline sociologique. Il y a bientôt près de quatorze ans, la très médiatique astrologue, Elizabeth Teissier, soutenait une « thèse » de sociologie à l’Université Paris V-Sorbonne, sous la direction de Michel Maffesoli[2]. Alertés par Jean-Paul Krivine (rédacteur en chef de la revue Science et pseudo-sciences) de l’imposture (la toute nouvelle doctorante ne cachant pas son souhait de voir entrer l’astrologie à l’université), Jean-Claude Pecker (astrophysicien, membre de l’Institut, professeur honoraire au Collège de France) et Jean Audouze (astrophysicien, directeur du Palais de la découverte) prirent l’initiative de former un comité de relecture pluri-disciplinaire de la « thèse ». Les défenseurs de la candidate, et en tout premier lieu son directeur de thèse, s’étaient indignés publiquement du fait que les premières dénonciations de cette soutenance de thèse dans la presse avaient été émises par des personnes n’ayant pas lu la thèse. Une telle indignation était, malheureusement, assez classique : ceux qui méprisent en permanence les règles les plus élémentaires de la vie scientifique n’hésitent jamais à accuser ceux qui ont l’impudence de le dire tout haut, de faire preuve d’un manquement coupable aux règles. Ils évoquaient, par ailleurs, de simples « dérapages » dans la thèse, et banalisaient le scandale en laissant penser que la chose était courante en sociologie.

Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)
Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)

Continuer la lecture de Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Le maffesolisme, une « sociologie » en roue libre. Démonstration par l’absurde

Dans son « non manifeste », la rédaction du Carnet Zilsel a affiché très clairement ses ambitions : « nous n’édulcorerons pas les éventuelles prises de position et les motifs de friction dans le traitement d’objets potentiellement disputés ou à disputer. » Des comptes rendus argumentés et des analyses critiques ont ainsi été publiés en nombre depuis novembre 2013, illustrant notre attachement à l’exercice collectif du « scepticisme organisé » cher à Robert K. Merton. Nous sommes convaincus qu’il est indispensable de provoquer la discussion scientifique. Et par tous les moyens s’il le faut. Y compris le canular, c’est-à-dire le moyen le moins attendu – mais pas le moins pertinent – de signifier des oppositions frontales. Dans l’article qui suit (également consultable dans un format PDF plus lisible sur papier : Le maffesolisme, une sociologie en roue libre, Carnet Zilsel, 7 mars 2015), Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin expliquent comment et pourquoi ils ont mystifié la rédaction de la revue Sociétés, tribune éditoriale d’une certaine « sociologie postmoderne »Cette première restitution, substantielle, sera suivie d’autres mises au point signées par des collègues qui prolongeront chacun à sa façon ce travail collectif.

« Sommaire :
Démonstration expérimentale d’une organisation tomatotopique chez la Cantatrice.
L’auteur étude les fois que le lancement de la tomate il provoquit la réaction yellante chez la Chantatrice et demonstre que divers plusieures aires de la cervelle elles était implicatées dans le response, en particular, le trajet légumier, les nuclei thalameux et le fiçure musicien de l’hémisphère nord. »
Experimental demonstration of the tomatotopic organization in the Soprano (Cantatrix Sopranica L.), par Georges Perec, in Cantatrix Sopranica L. et autres écrits scientifiques, Paris, Seuil, 1991, p. 11.

Le 4 février 2015, le numéro 4/2014 de la revue Sociétés paraît sur le portail en ligne Cairn.info. Il est également disponible en format « papier » le 13 février, par l’intermédiaire des Éditions de Boeck. Dans le sommaire, un article classé dans les « marges » mérite l’attention : « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris »[1]. Son auteur, Jean-Pierre Tremblay, originaire du Québec, propose de « mettre au jour les soubassements imaginaires d’un objet socio-technique urbain contemporain : l’Autolib’ » (confer l’ultime version envoyée par l’auteur à la rédaction de Sociétés en octobre 2014 : Automobilités, proposition Sociétés, JPT 2014, MX V2). Le résumé de cet article d’une dizaine de pages est suggestif :

« Résumé : Le présent article vise à mettre au jour les soubassements imaginaires d’un objet socio-technique urbain contemporain : l’Autolib’. Sur la base d’une enquête de terrain approfondie, elle-même couplée à une phénoménologie herméneutique consistante, nous montrons que la petite voiture de location d’apparence anodine, mise en place à Paris en 2011, se révèle être un indicateur privilégié d’une dynamique macrosociale sous-jacente : soit le passage d’une épistémè “moderne” à une épistémè “postmoderne”. À travers l’examen de l’esthétique du véhicule (que l’on caractérise comme poly-identificatoire), comme de ses caractéristiques et fonctionnalités les plus saillantes (la voiture électrique connectée illustre le topos contemporain de “l’enracinement dynamique”), nous mettons au jour les diverses modalités socio-anthropologiques qui permettent d’envisager l’objet “Autolib’” comme le produit/producteur, parmi d’autres choses, d’un nouveau “bassin sémantique”.
Mots clés : Autolib’, postmodernité, topique socio-culturelle de l’imaginaire »[2]

Tout cela aurait pu passer inaperçu. Des articles de ce genre, Sociétés en publie à la chaîne depuis « plus de vingt ans ». Rien de surprenant, rien de neuf, dira-t-on. Seulement voilà, il faut révéler dès maintenant que « Jean-Pierre Tremblay » n’existe pas ; c’est l’avatar d’une imposture intellectuelle calculée, un nom d’emprunt qui ne laissera heureusement pas d’empreinte scientifique. L’article est un canular rédigé par les auteurs de la présente mise au point. Peut-être l’article sera-t-il retiré par la rédaction de Sociétés (encore que, ce serait remettre en question l’intégrité épistémologique de l’évaluation…), mais cela importe peu car nous sommes parvenus à nos fins : démonter de l’intérieur, en toute connaissance de cause, la fumisterie de ce que nous appellerons le « maffesolisme » – c’est-à-dire, bien au-delà de la seule personnalité de Michel Maffesoli, le fondateur et directeur de la revue Sociétés, une certaine « sociologie interprétative/postmoderne » à vocation académique. Révélant le pot aux roses, nous relaterons ici l’histoire de ce canular et expliquerons pourquoi nous l’avons fabriqué. C’est peu dire que nous n’en revenons toujours pas d’avoir réussi à publier une telle somme de sottises dans une revue qui (pro)clame sa scientificité à qui veut encore l’entendre. Comme nous le montrerons, pièces à l’appui, le canular met en lumière le fonctionnement d’un collectif d’enseignement et de recherche qui continue d’essaimer dans le monde académique, en France et à l’étranger, et s’autorise d’espaces institutionnels, d’instruments de valorisation et de structures éditoriales, comme Sociétés. Or tout cela repose sur des bases scientifiquement très fragiles, et nous pensons l’avoir prouvé sans peine au moyen de cette expérimentation.

Naissance d'un auteur (crédits : capture d'écran par ASM, cc. Cairn.info)
Naissance d’un auteur (crédits : capture d’écran par ASM, cc Cairn.info)

Continuer la lecture de Le maffesolisme, une « sociologie » en roue libre. Démonstration par l’absurde