Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

Continuer la lecture de Note critique sur le mot « technoscience »

La servilité experte dans la Grèce ancienne

À propos de Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 2015.

L’expertise est devenue une thématique canonique des Science and Technology Studies (STS). Rien ni personne n’y échappe. Dans le grand maelstrom de la « démocratie technique », tout le monde peut à un moment où à un autre être qualifié d’« expert ». La fameuse « troisième vague » des STS (celle précisément qui place l’expertise au centre des préoccupations) a tout emporté sur son passage, requalifiant les bonnes vieilles controverses en jeux d’expertise plus ou moins sophistiqués. Les catégories « expert » et « expertise » se sont tellement dilatées qu’elles n’ont plus guère de sens.

9782021123623Il faut le détour par la Grèce ancienne et le très beau livre de Paulin Ismard pour saisir tout l’intérêt d’un travail précis et précautionneux sur les catégories d’analyse relatives à l’expertise. Cette plongée dans un univers qui nous est radicalement étranger fait jaillir des effets de sens assez massifs qui permettent de reconsidérer les analogies hâtives qui sont trop souvent établies sans nuance entre les systèmes politiques antiques et les pendants contemporains. Véritable ethnographie dans les arcanes des cités, le travail d’Ismard fait signe en direction de l’histoire des sciences, de la sociologie de l’action publique et de la science politique. Pas moins. Le recours à un comparatisme souple mais étendu autorise cette appropriation large des analyses – de ce point de vue le livre est un modèle de juxtapositions pertinentes entre exemples historiques dont les écarts sont significatifs. La thèse centrale du livre repose sur une tentative de détourer dans les quelques sources disponibles (textes et inscriptions) la figure des esclaves-experts des cités grecques anciennes. Leur rôle, dans l’administration quotidienne de la polis, leur statut juridique spécifique, leurs capacités d’initiative convergent vers une double acception de la pratique politique : d’une part, un rejet de l’expertise hors du champ politique et, d’autre part, un processus d’invisibilisation organisé de l’inévitable travail bureaucratique nécessaire au maintien des institutions politiques. C’est dans cette tension entre la réalité d’une administration quotidienne du commun et sa délégation à des individus privés des droits de la citoyenneté que se noue l’ambiguïté jamais résolue de l’esclavage public en Grèce ancienne.

Entrons dans le cœur du livre pour comprendre ce traitement original d’un matériau historien finalement très classique.  Continuer la lecture de La servilité experte dans la Grèce ancienne

Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Dans la rubrique « Séminaire » du Carnet Zilsel, hélas sous-alimentée, nous avons surtout repris les minutes du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps. Nous l’avons fait pour une raison simple de proximité, comme il est organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin (disclaimer : rédacteur du présent chapô), avec la complicité de nombreux rédacteurs du Carnet. Pour cette saison 3, le séminaire a porté sur les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Cinq séances se sont succédées depuis l’automne 2014. Lors de la première séance, le 14 novembre 2014, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ont présenté une recherche (interminable !) sur l’histoire sociale et configurationnelle de la sociologie historique des sciences et techniques. Le papier en support de leur intervention sera bientôt publié par la Revue d’histoire des sciences et ils en décriront la lente maturation dans un prochain billet zilselien. La deuxième séance du 19 décembre 2014 nous a transportés dans l’Allemagne du début du 20e siècle. Sur la base d’une recherche intensive dans les archives, Marc Joly (Centre Georg Simmel/EHESS) est revenu sur la naissance de la Société allemande de sociologie, telle qu’elle peut s’analyser à travers les rapports pour le moins compliqués de trois acteurs centraux : Georg Simmel, Ferdinand Tönnies, Max Weber. Comme d’habitude, l’invité était discuté par un collègue spécialiste des questions du jour. Cette séance-là Wolf Feuerhahn (CAK/EHESS) a ainsi donné la réplique. Le 30 janvier 2015, nous avons découvert un étrange objet des sciences juridiques, les « Mélanges ». Notre camarade Laurent Willemez (Printemps/UVSQ) a restitué la rationalité et les codes de ce genre expressif, lequel révèle la structuration sociale et intellectuelle d’une discipline académique, le droit du travail. L’exposé était cette fois discuté par Pierre-Yves Baudot (CESDIP/UVSQ). Le 20 mars 2015, nous avons reçu Christopher Donohue (National Human Genome Research Institute). Les lecteurs-rices du Carnet Zilsel connaissent désormais fort bien son travail. En effet, notre petite équipe s’était mobilisée en décembre 2014 pour échanger avec lui et Will Thomas, les animateurs du blog Ether Wave Propaganda. L’invitation avait vocation à approfondir la conversation transatlantique et transcarnetière. L’intervention de Christopher, iconoclaste et très stimulante, était intitulée «  Why Joseph Agassi is no longer read as much: reflections on the history and present state of the history and sociology of science ». On peut la lire sur EWP en plusieurs parties (ici, , encore ici, enfin là pour finir). Dans l’ultime séance de la saison, le 3 avril dernier, notre camarade de la team Zilsel Volny Fages s’est à nouveau immergé dans la trame tourbillonnaire de sa thèse portant sur les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle. C’était l’occasion de discuter une multitude de problèmes enchevêtrés qui nous concernent au premier chef : reconstruction des « marges » de la science et de l’« autorité socio-épistémique », normativité de l’analyse, positionnement méthodologique de/dans l’enquête, affiliation ou résistance à l’ordre des disciplines, etc. Comme il est de bonne méthode de battre le fer tant qu’il est chaud, nous publierons ci-après le texte à peine retouché et refroidi de Volny.

Il y a environ six mois, la commande était simple et claire : parle-nous de ta thèse et raconte-nous ta manière d’appréhender les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Rien que ça. Toujours plein d’entrain j’ai accepté sans hésiter, me disant qu’il est toujours bon de revenir sur ce que l’on a fait et de tenter d’y mettre un peu d’ordre. Quand je me suis attelé à la tâche, je me suis rendu compte que j’avais probablement été un peu présomptueux et catégorique dans le titre que j’avais alors donné pour mon intervention (pour mémoire : « Entre histoire sociale et sociologie historique, ou comment décrire les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle sans sombrer dans une nébuleuse méthodologique »). Présomptueux d’abord car je me suis bien peu replongé dans mes travaux de thèse depuis trois ans et que le temps passé risque de me rendre parfois un peu imprécis, je m’en excuse par avance. Présomptueux ensuite car malgré mon combat héroïque, durant mes années de thèse, avec mes sources, mes acteurs, mes objets, avec les traditions historiographiques auxquelles il semblait alors naturel que je me rattachasse (j’ai nommé l’histoire de l’astronomie), je ne me suis jamais vraiment posé la question du rattachement ou de la caractérisation disciplinaire de mon travail – objet du séminaire d’aujourd’hui. Qu’étais-je alors en train de faire ? De l’histoire sociale ? C’est l’avis de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme. De la sociologie historique ? Il semblerait que ce soit l’avis de mes camarades du Carnet Zilsel et du séminaire SoS. Je reste, quant à moi, encore aujourd’hui circonspect. Et l’on comprendra sans peine pourquoi dans les développements qui suivent.

Rendre visibles les invisibles

Une historiographie de l’astronomie centrée sur l’étude des héros de l’histoire

En abordant mon travail de thèse, l’idée était d’aller regarder ce qui se passait dans le domaine de la cosmologie en France avant Einstein afin d’interroger le désert supposément identifié par les historiens de la cosmologie (Jacques Merleau-Ponty parle de « docte ignorance »[1]).
Rapidement, il m’est apparu que cette démarche était très largement téléologique et conduisait inévitablement à une impasse. Chercher des traces de cosmologie relativiste avant Einstein, des précurseurs s’interrogeant sur l’origine de l’univers en tant qu’entité globale physico-mathématique était une erreur classique et, j’en fis l’expérience amère, ne pouvait conduire qu’à une absence de résultats.

L'ambiance feutrée de la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris (crédits : PSL)
L’ambiance feutrée de la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (crédits : PSL)

Continuer la lecture de Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Note historique sur le mot « technoscience »

Le terme « technoscience » connaît une certaine popularité dans l’étude des sciences (philosophie, sociologie et histoire des sciences). Dominique Raynaud propose d’en examiner les attendus et les enjeux dans une mise au point en deux temps. Dans ce premier billet, il propose une approche historique qui tend à montrer que ce néologisme n’a pas été inventé par Bruno Latour (1987) ou Gilbert Hottois (1977). Citations et coups de sonde bibliographique à l’appui, il en date l’apparition dans l’immédiat après-guerre. Cela résout le problème d’attribution. Une deuxième note explorera les significations que le mot « technoscience » a revêtu entre 1946 et aujourd’hui, et tentera de restituer les objections auxquelles le mot a été confronté.

Cette note se propose d’étudier la signification et la portée du mot « technoscience », qui jouit depuis une trentaine d’années d’une certaine popularité dans l’étude des sciences et des techniques. Le mot, qui met en relief l’« intrication » (entanglement)[1] ou le « tissu sans couture » (intervowen fabric) entre sciences et techniques, semble, en première approximation, se justifier du fait que les sciences contemporaines ont été le théâtre de mutations importantes : mise en place de vastes organisations de recherche, lancements de programmes internationaux, développement des rapports entre science et industrie, intervention croissante de l’État dans la gestion des organismes de recherche.

Ne sachant pas a priori si la technoscience est un « concept », une « catégorie » ou une « notion », j’ai adopté la plus grande réserve en la qualifiant provisoirement de « mot ». Ses significations seront étudiées à l’aide de méthodes historiques : nous rechercherons ses premières occurrences dans la littérature et préciserons le sens qu’il a dans chaque contexte.

Le problème d’attribution

Les sociologues des sciences et techniques attribuent généralement le terme « technoscience » à Latour (1987). C’est, dit Latour au cours des années 1980, « un paquet fabriqué par certains chercheurs pour résoudre des problèmes de priorité, de préséance, de responsabilité et d’étiquette, pour exclure le travail de ceux qui ne portent pas de blouse blanche et pour couronner quelques lauréats du prix Nobel » (1987 : 282). Le terme a été repris par beaucoup de collaborateurs, directs ou indirects (Stengers 1997 ; Haraway 1997[2] ; Law et Mol 2000 ; Law 2002 ; Nowotny et Weiss 2000 ; Nowotny et Felt 2002 ; Anderson 2002 ; Pickering 2003 ; Barnes 2005).

Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)
La technoscience, c’est pas sorcier ! Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)

Continuer la lecture de Note historique sur le mot « technoscience »